Publié le 25 Février 2021

Gospel text

(Mt 5,20-26): 

 

Jesus said to his disciples, «I tell you, then, that if you are not righteous in a much broader way than the teachers of the Law and the Pharisees, you cannot enter the kingdom of heaven. You have heard that it was said to our people in the past: ‘Do not commit murder; anyone who does kill will have to face trial’. But now I tell you: whoever gets angry with a brother or sister will have to face trial. Whoever insults a brother or sister deserves to be brought before the council; whoever calls a brother or a sister "Fool" deserves to be thrown into the fire of hell.

»So, if you are about to offer your gift at the altar and you remember that your brother has something against you, leave your gift there in front of the altar, go at once and make peace with him, and then come back and offer your gift to God. Don't forget this: be reconciled with your opponent quickly when you are together on the way to court. Otherwise he will turn you over to the judge, who will hand you over to the police, who will put you in jail. There you will stay, until you have paid the last penny».

 

The Application

 

Forgiveness is a delicate and difficult subject that we approach in a fine and unambiguous manner, recognizing our own fragility in this domain. However, we believe that by our conversion, together with our brothers and sisters, especially in this Lenten period, we can still hope with certain certitude and with the grace of God, for a better world, which is generous in love and pardon.

As Christians, we should be aware that our personal relationship with our brothers and sisters is closely linked and conditioned by our capacity to build an affective relationship with God. We are called to see every being as children of God, and therefore as our brothers and sisters. Thus, this world modeled giving more accent to the human desires and priorities, distancing itself from divine will, can never be our ideal model, to achieve what God wishes for each and every one of us.

 

Therefore, if we want to be reconciled with this God of love and compassion, we must be reconciled with our brothers and sisters, the perfect visible and palpable image of God. This is not an imposed obligation, but it is part of our very nature as children of God and we will do it out of love for the Lord.  Is not forgiveness an opportunity for God's people to express the depth of their love for the Lord? Let us convert and believe in the gospel.

 

Action of the day: Try to express your love for God through forgiveness.

 

 

«Leave your gift there in front of the altar, go at once and make peace with him [your brother]»

 

 

Fr. Thomas LANE

(Emmitsburg, Maryland, United States)

 

 

Today, the Lord challenges us to convert as He speaks about what goes on in our hearts. The commandment says «Do not commit murder» (Mt 5:21), but Jesus reminds us that there are other ways of killing life in others. We can kill life in others by harboring excessive anger towards them in our hearts or not treating them respectfully and calling them “Fool” (cf. Mt 5:22).

The Lord calls us to be people of integrity: «Leave your gift there in front of the altar, go at once and make peace with him» (Mt 5:24), i.e. the faith we profess in our celebration of the Liturgy should flow over into our daily lives and affect how we live. So Jesus asks us to be reconciled with our enemies. A first step along the road to reconciliation is to pray for our enemies as Jesus requested. If we find this difficult it is good to remember and picture in our minds Jesus dying for those whom we dislike. If we have been seriously hurt by others let us pray for healing of painful memories and the grace to forgive. As you pray, ask the Lord to walk back in time with you to the time and place of the hurt and replace your hurt with his love so that you may be free to forgive.

As Pope Benedicyt wrote, «we cannot communicate with the Lord if we do not communicate with one another. If we want to present ourselves to him, we must also take a step towards meeting one another. To do this we must learn the great lesson of forgiveness: we must not let the gnawings of resentment work in our soul, but must open our hearts to the magnanimity of listening to others, open our hearts to understanding them, eventually to accepting their apologies, to generously offering our own».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 5,20-26):

 

 «Je vous le dis en effet: Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens: ‘Tu ne commettras pas de meurtre’, et si quelqu'un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis: Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu'un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.

»Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison. Amen, je te le dis: tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou».

 

L’Application

 

Le pardon est un sujet délicat et difficile que nous abordons de manière fine et sans ambiguïté, en reconnaissant notre fragilité, avec nos frères et sœurs, surtout en cette période de carême. En tant que chrétiens, notre relation personnelle avec nos frères et sœurs est étroitement liée et conditionnée par notre relation avec Dieu. Nous sommes appelés à les voir tous comme des enfants de Dieu, donc comme nos frères et sœurs.

Par conséquent, si nous voulons être réconciliés avec Dieu, nous devons être réconciliés avec nos frères et sœurs. Ce n'est pas une obligation imposée, mais cela fait partie de notre nature même d'enfants de Dieu et nous le ferons par amour pour le Seigneur.  Le pardon n'est-il pas une occasion offerte au peuple de Dieu d'exprimer la profondeur de son amour pour le Seigneur ? Convertissons-nous et croyons à la Bonne Nouvelle.

«Laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère»

 

Abbé Thomas LANE

(Emmitsburg, Maryland, Etats-Unis)

 

Aujourd'hui, le Seigneur, qui parle de ce qui se passe dans nos cœurs, nous incite à la conversion. Le commandement dit «Tu ne commettras pas de meurtre» (Mt 5,21); mais Jésus nous rappelle qu'il y a plusieurs façons de tuer les autres. Nous pouvons détruire la vie des autres si nous nourrissons une colère excessive dans nos cœurs envers eux ou si nous les insultons (cf. Mt 5,22).

Le Seigneur nous appelle à être des gens intègres: «Laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère» (Mt 5,24). La foi que nous pratiquons dans la célébration de la Liturgie devrait s'écouler dans nos vies quotidiennes et affecter notre façon de vivre. C'est pourquoi Jésus nous demande de nous réconcilier avec nos ennemis. Un premier pas sur ce chemin de réconciliation est de prier pour nos ennemis comme Jésus nous l'a demandé. Et si nous trouvons cela difficile il serait bon d'évoquer en nous l'image de Jésus mourant pour tous ceux qui nous sont antipathiques. Si nous avons été sérieusement blessés par d'autres prions le Seigneur de cicatriser ces souvenirs douloureux et d'obtenir la grâce de pouvoir pardonner. Et, lorsque nous prions, demandons au Seigneur de revenir avec nous au temps et au lieu de l'offense et d'y mettre son amour, pour que nous puissions être libres de pardonner.

Comme le Pape Benoît XVI a écrit: «Nous ne pouvons pas communiquer avec le Seigneur, si nous ne communiquons pas entre nous. Si nous voulons nous présenter à Lui, nous devons également nous mettre en mouvement pour aller les uns à la rencontre des autres. C'est pourquoi il faut apprendre la grande leçon du pardon: ne pas laisser notre âme être rongée par le ressentiment, mais ouvrir notre coeur à la magnanimité de l'écoute de l'autre, ouvrir notre coeur à la compréhension à son égard, à l'éventuelle acceptation de ses excuses, au don généreux des nôtres».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 24 Février 2021

Gospel text

(Mt 7,7-12): 

 

Jesus said to his disciples; “Ask and it will be given to you; seek and you will find; knock and the door will be opened to you. For everyone who asks, receives; and the one who seeks, finds; and to the one who knocks, the door will be opened. Which one of you would hand his son a stone when he asks for a loaf of bread, or a snake when he asks for a fish? If you then, who are wicked, know how to give good gifts to your children, how much more will your heavenly Father give good things to those who ask him. “Do to others whatever you would have them do to you. This is the law and the prophets.”

 

The Application

 

 

We as a pilgrim community, is called to constantly in move towards the Lord, searching always the divine will, particularly in our personal life. Jesus is assuring to each and every one us His sincere support. Ask, you will receive and knock, you will be opened. However, you have to know how to ask and to whom. Nor is it right to ask the president of a country for a candy.  No need to knock on the door, when you have the key. Taking these elements in mind, I wish that we verify the quality of our prayers. Very often our prayers are not sincere, and our relationship with God is simply commercial.

 

 

 

I have told you that the prayer that Jesus taught us has three elements: an affective affiliation (our Father), a knowledge of the divine will (listening) and a personal and collective commitment. We have to learn to pray in silence, a contemplative prayer, which pushes us towards action. Prayer is not complete without a concrete commitment.

 

 

 

However, we must recognise that grace is not conditioned by our actions. Since we have a God full of goodness and generosity, graces are always free, beyond our merits. It is in this gratuity that we are called to respond to the needs of our brothers and sisters, so that they may feel, through our positive commitments, this divine goodness and generosity. For His will to be done, God needs you and me.

 

Action of the day : Learn to pray.

 

 

 

 

«For everyone who asks, receives; whoever seeks, finds»

 

 

Fr. Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Spain)

 

Today, Jesus reminds us of the need and power of prayer. We cannot understand our Christian life without being related to God, and in this relation, prayer takes a central place. While we live in this world, we Christians find ourselves on a pilgrimage road, but our prayer gets us closer to God, opens up the door of his immense love and brings forward the Heaven delights. This is why, our Christian life is a constant request and search: “Ask and it will be given to you; seek and you will find; knock and the door will be opened to you” (Mt 7:7), says Jesus to his disciples.

At the same time, the prayer gradually turns a stone heart into a flesh heart: “If you then, who are wicked, know how to give good gifts to your children, how much more will your heavenly Father give good things to those who ask him” (Mt 7:11). The best summary we can ask God can be found in Our Lord's Prayer: “Your kingdom come and your will be done, on earth as in heaven” (cf. Mt 6:10). We, therefore, cannot ask just anything in our prayers, but something, which is really for our own good. If nobody wants to hurt himself, we should not want any damage for others, either.

Sometimes we fail to see God's concern for us, for we find our prayers seemingly unanswered or may even feel God does not love us. In such moments, it will do us good to remember this advice from Saint Jerome: “It is certain God gives to everyone that asks, that he that seeks finds, and that he that knocks it shall be opened: It is clearly seen that who has not received, who has not found, who has not been opened, is just because he didn’t know how to ask, how to seek or how to knock at the door”. Let us therefore ask God, in the first place, to make our heart kind like that of Jesus Christ.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 24 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 7,7-12): 

 

«Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe. Lequel de vous donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain? Ou, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent? Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes».

 

L’Application

 

Demandez, vous recevrez et frappez, on vous ouvrira. Cependant, il faut savoir comment demander, comment et à qui. Il n'est pas non plus normal de demander un bonbon au président d'un pays.  Pas besoin de frapper à la porte, quand vous avez la clé.

Je vous ai dit que la prière que Jésus nous a enseignée comporte trois éléments : une affiliation affective (notre Père), une connaissance de la volonté divine (l'écoute) et un engagement personnel et collectif. Nous devons apprendre à prier en silence, une prière contemplative, qui nous pousse à l'action. La prière n'est pas complète sans un engagement concret.

Cependant, nous devons reconnaître que la grâce n'est pas conditionnée par nos actions. Puisque nous avons un Dieu plein de bonté et de générosité, les grâces sont toujours gratuites, au-delà de nos mérites. C'est dans cette gratuité que nous sommes appelés à répondre aux besoins de nos frères et sœurs, afin qu'ils puissent ressentir, à travers nos engagements positifs, cette bonté et cette générosité divines. Pour que sa volonté soit faite, Dieu a besoin de vous et de moi.

«Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve»

 

Abbé Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui Jésus nous parle de la nécessité et de la puissance de la prière. Nous ne pouvons comprendre la vie chrétienne sans une relation avec Dieu, et au cœur de cette relation se trouve la prière. Notre vie ici-bas est celle de pèlerins, mais la prière nous rapproche de Dieu, elle nous ouvre les portes de son immense amour et nous donne un avant-gout des délices du ciel. Aussi, la vie chrétienne est-elle une demande et une recherche continuelles: «Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira» (Mt 7,7), nous dit Jésus.

En même temps, la prière transforme peu à peu le cœur de pierre en cœur de chair: «Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent!» (Mt 7,11). Le meilleur résumé de ce que nous pouvons demander à Dieu se trouve dans le Notre Père: «Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel» (cf. Mt 6,10). Dans la prière, nous ne pouvons pas demander n'importe quoi, mais ce qui est réellement bon. Nul ne désire ce qui lui est dommageable; et nous ne pouvons pas non plus le vouloir pour les autres.

Il y en a qui se plaignent de ce que Dieu ne les écoute pas, car ils ne voient pas aussitôt les résultats, ou parce qu'ils pensent que Dieu ne les aime pas. Il n'est pas inutile alors de se souvenir du conseil de saint Jérôme: « Il est sûr que Dieu donne à qui demande, que celui qui cherche trouve, et qu'à celui qui frappe l'on ouvre: il est clair que celui qui n'a pas reçu, celui qui n'a pas trouvé et celui à qui on n'a pas ouvert, n'a pas bien demandé, n'a pas bien cherché et n'a pas bien frappé à la porte». Demandons donc d'abord à Dieu qu'il rende notre cœur aussi bon que celui de Jésus-Christ.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Février 2021

Gospel text

(Lk 11,29-32): 

 

As the crowd increased, Jesus began to speak in this way, «People of the present time are evil people. They ask for a sign, but no sign will be given to them except the sign of Jonah. As Jonah became a sign for the people of Nineveh, so will the Son of Man be a sign for this generation. The Queen of the South will rise up on Judgment Day with the people of these times and accuse them, for she came from the ends of the earth to hear the wisdom of Solomon; and here there is greater than Solomon. The people of Nineveh will rise up on Judgment Day with the people of these times and accuse them, for Jonah's preaching made them turn from their sins, and here there is greater than Jonah».

 

The Application

 

This generation is an evil generation, because it would like to control God and that  God listen to it. This people desire that God submit to their pleasure. Is an evil generation, because it does not want to see all that is visible, offered by God. Therefore it will be judged by itself, by its own people, by its prophets.

 

It will also be judged by foreign peoples, by the whole world, because the people of Nineveh and the Queen of Sheba will stand against the firmness and hardness of heart of this people. Jesus tells us, that God has given us everything, and in order to have and understand the wonders of God, we only have to see and look, hear and listen, because "there is much more here than Jonah. »

 

Action of the day : Learn to see the signs.

 

 

 «Here there is greater than Solomon; here there is greater than Jonah»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)*

 

Today's Gospel invites us to focus our hopes in the very Jesus. John Paul II has, in this regard, written that «our salvation would not come from a formula, but from a Person and the certitude this Person instills into us: ‘I am here, in your midst!’».

God —who is Father too— has not gone back on us: «Christianism is a state of grace, it is the surprise of a God that, not satisfied by the creation of the world and of man, has decided to side by his creature» (John Paul II).

We find ourselves beginning Lent: let us not ignore the opportunity the Church is offering us: «Now is the acceptable time; behold, now is the day of salvation» (2Cor 6:2). After looking at Our Lord Jesus Christ's suffering face during his Passion, shall we still dare asking for additional evidence of His Love? «For He had made him [to be] sin for us, who knew no sin; that we might be made the righteousness of God in him» (2Cor 5:21). Even more: «He that spared not his own Son, but delivered him up for us all, how shall He not, along with him, also freely give us all things? (Rm 8:32). Do we still pretend more signs?

In Christ's bloodstained face «there is greater than Solomon (...); here, there is greater than Jonah» (Lk 11:31-32). This suffering face of the last hour, of the hour of the Cross is «a mystery within the mystery, in front of which human beings should prostate in worship». Indeed, «to return the face of the Father to men, Jesus had, not only to take on man's face, but to suffer the “face” of sin, too» (John Paul II). Do we want more signs?

«Behold, the man!» (Jn 19:5): herein lies the great sign. Let us watch it from the silence of the “desert” prayer: «What every Christian has to do at all times [to pray], he ought to do it now more carefully and more devotedly: we shall then abide by the apostolic institution of the forty days» (Saint Leo the Great, pope).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 11,29-32): 

 

Comme la foule s'amassait, Jésus se mit à dire: «Cette génération est une génération mauvaise: elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l'extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas».

 

L’Application

 

Cette génération est une génération mauvaise, car elle voudrait contrôler Dieu et que Dieu l'écoute. Ce peuple désire que Dieu se soumette à son plaisir. C'est une génération mauvaise, parce qu'elle ne veut pas voir tout ce qui est visible, offert par Dieu. C'est pourquoi elle sera jugée par elle-même, par son propre peuple, par ses prophètes.

Elle sera également jugée par des peuples étrangers, par le monde entier, parce que le peuple de Ninive et la reine de Saba s'opposeront à la fermeté et à la dureté de cœur de ce peuple. Jésus nous dit que Dieu nous a tout donné, et que pour avoir et comprendre les merveilles de Dieu, il suffit de voir et de regarder, d'entendre et d'écouter, car "il y a ici bien plus que Jonas". »

 

«Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération»

 

Abbé Roger J. LANDRY

(Hyannis, Massachusetts, Etats-Unis)

 

Aujourd'hui Jésus nous indique que le signe qu'Il va donner à la “génération mauvaise” est lui-même comme le “signe de Jonas” (cf. Lc 11,30). De la même façon comme Jonas s'est laissé jeter par-dessus bord afin d'apaiser la tempête et sauver les vies des marins, Jésus s'est aussi laissé jeter par-dessus bord pour apaiser les tempêtes du péché qui menacent nos vies. Et comme Jonas a vécu trois jours dans le ventre de la baleine avant d'être recraché ensuite sur le rivage, Jésus a aussi vécu dans le ventre de la terre avant de marcher en dehors du tombeau vide.

Le signe que Jésus va donner aux “mauvais” de chaque génération c'est le signe de sa mort et de sa résurrection. Sa mort, librement acceptée, c'est le signe de l'incroyable amour de Dieu pour nous: Jésus donna sa vie pour sauver la nôtre. Sa résurrection parmi les morts c'est le signe de son divin pouvoir. C'est le signe le plus puissant et émouvant jamais donné.

Mais Jésus est encore le signe de Jonas dans un autre sens. Jonas était une icône et un agent de conversion. Dans sa prédication, «Dans quarante jours Ninive sera détruite» (Jon 3,4) les Ninivites païens décident de jeûner et de se repentir, car tout le monde, depuis le roi aux enfants et animaux se sont couverts de la toile de jute et des cendres. Pendant les quarante jours du Carême, nous avons quelqu'un “beaucoup plus grand que Jonas” (cf. Lc 11,32) qui prêche notre conversion —Jésus lui-même— conversion qui devrait être aussi consciencieuse.

«Car Jonas était un servent», Saint Jean Chrysostome écrit en la personne du Christ, «mais moi je suis le Maître; et lui a été recraché par la baleine, mais moi Je suis ressuscité de la mort; et lui proclamait la destruction, mais mois, je suis venu en prêchant la Bonne Nouvelle et le Royaume».

Il y a une semaine, le Mercredi des Cendres, nous nous sommes couverts de cendres et chacun a entendu les paroles de la première homélie de Jésus, «Repentez-vous et croyez dans l'Évangile» (cf. Mc 1,15). La question pour nous c'est: Avons-nous déjà répondu avec une conversion profonde comme les Ninivites et avons embrassé cet Évangile?

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Février 2021

Gospel text

(Mt 6,7-15): 

 

Jesus said to his disciples, «When you pray, do not use a lot of words, as the pagans do, for they hold that the more they say, the more chance they have of being heard. Do not be like them. Your Father knows what you need, even before you ask him.

»This, then, is how you should pray: ‘Our Father in heaven, holy be your name, your kingdom come and your will be done, on earth as in heaven. Give us today our daily bread. Forgive us our debts just as we have forgiven those who are in debt to us. Do not bring us to the test but deliver us from the evil one’. If you forgive others their wrongs, your Father in heaven will also forgive yours. If you do not forgive others, then your Father will not forgive you either».

 

The Application

 

Prayer is a relationship, a moment of silence and presence, like lovers who love each other would like to be together. The prayer that Jesus taught us proposes an affective relationship with God, a contemplation of the divine will, and a personal and community commitment.  

 

 

 

Prayer unites us with the whole of creation, earth with heaven, man with God, and this union is projected and translated into action, which is born of contemplation.  The strengh of this union depends on our ability to be reconciled with God, with our brothers and sisters, our generosity of forgiveness.

 

 

 

It is here that prayer is transformed as a supplication, for we put all our trust, in divine providence. This is why Jesus warns us that we should not reduce it to mere words not  even to deeds, and that everything should be summed up in the true love we have for the Lord.

 

Action of the day : Transform your prayer into an act of love.

 

«When you pray, do not use a lot of words; your Father knows what you need»

 

Fr. Joaquim FAINÉ i Miralpech

(Tarragona, Spain)

 

Today, Jesus —the Son of God— teaches us how to behave like a son of God. A first aspect is our trust and the confidence we should have when we talk to him. But our Lord warns us: «When you pray, do not use a lot of words» (Mt 6:7). When we talk to our parents, we do not resort to complicate reasoning, nor to using a lot of words, but they simply ask for what they need. We should always know God will listen to us because God —who is also the Father— loves us and listens to us. In fact, to pray is not so much to inform God, but to ask him for all we need, as «Your Father knows what you need, even before you ask him» (Mt 6:8). We will not be good Christians if we do not pray, as a son cannot be a good son if he does not talk to his parents.

The Lord's Prayer is the prayer that Jesus himself taught us, and it is just a compendium of our Christian life. Each time we say the Lord's Prayer we let the Father to take us by the hand and we ask him what we need everyday to become a better sons of God. We need not only the material bread, but —more than that— the Celestial Bread: «Let us beg we never lack the Eucharist bread». We need also to learn to forgive and to be forgiven: «To be able to receive the forgiveness God offers us, let us to address ourselves to the Father who loves us», as it is said in the Mass in the preliminary introduction to our Lord's Prayer.

During Lent, the Church is asking us to deepen in our prayers. «The prayer, our colloquy with God, is our best treasure, because it means (...) being united to him» (Saint John Crisostom). Oh Lord! I need to learn how to pray and how to draw specific benefits for my own life. Mostly to live the virtue of charity: the prayer gives me strength to live it better every day. And this is why I ask him daily to help me to forgive not only the small troubles I may have to face from others but, also, the offensive words and attitudes and, more than that, to bear no malice to my fellow men, so that I can sincerely tell them I have forgiven from the bottom of my heart those who are in debt with me. I will be able to achieve it because God's Mother will help me at all times.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 6,7-15): 

 

«En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez.

»Voici donc comment vous devez prier: ‘Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!’. Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses».

 

L’Application

 

La prière est une relation, un moment de silence et de présence, comme les amoureux qui s'aiment voudraient être ensemble. La prière que Jésus nous a enseignée propose une relation affective avec Dieu, une contemplation de la volonté divine, et un engagement personnel et communautaire.  

La prière nous unit à toute la création, la terre au ciel, l'homme à Dieu, et cette union est projetée et traduite en action, qui naît de la contemplation.  La force de cette union dépend de notre capacité à nous réconcilier avec Dieu, avec nos frères et sœurs, de notre générosité de pardon.

C'est là que la prière se transforme en supplication, car nous mettons toute notre confiance, dans la providence divine. C'est pourquoi Jésus nous avertit que nous ne devons pas la réduire à de simples paroles, ni même à des actes, et que tout doit se résumer dans le véritable amour que nous avons pour le Seigneur.

«En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, car votre Père sait de quoi vous avez besoin»

 

Abbé Joaquim FAINÉ i Miralpech

(Tarragona, Espagne)

 

Aujourd'hui Jésus, qui est le Fils de Dieu, m'apprend à me conduire comme un Fils de Dieu. Le premier aspect de cette conduite est d'avoir confiance quand je parle avec Lui. Mais le Seigneur nous prévient «ne multipliez pas de vaines paroles» (Mt 6,7). Car un enfant parle à ses parents d'une manière simple, sans complications, il leur demande ce dont il a besoin d'une manière direct et simple. J'ai toujours confiance d'être écouté car Dieu, qui est Père, m'aime et m'écoute. De ce fait, prier ce n'est pas mettre Dieu au courant de nos besoins, mais lui demander ce dont j'ai besoin, car «votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez» (Mt 6,8). Je ne serais pas bon chrétien si je ne prie pas, comme le fils ne serait pas un bon fils s'il ne parlait pas à ses parents.

Le Notre Père est la prière même que Jésus nous a enseigné, et elle résume entièrement la vie chrétienne. Chaque fois que je prie le Notre Père je me laisse guider par Sa main et je prie pour ce dont j'ai besoin chaque jour pour devenir un meilleur Fils de Dieu. Je n'ai pas seulement besoin du pain quotidien, mais par-dessus tout du pain du ciel. «Demandons que nous ayons toujours le pain de l'Eucharistie». Nous demandons également à apprendre à pardonner et être pardonnés: «Afin de recevoir le pardon que Dieu nous offre, adressons-nous au Père qui nous aime», nous disent les paroles qui introduisent le Notre Père dans la messe.

Pendant le Carême, l'Eglise nous invite à approfondir l'oraison. «La prière, la conversation avec Dieu, es le don le plus haut, parce qu'elle constitue (…) l'union avec Lui» (Saint Jean Chrysostome). Seigneur, j'ai besoin d'apprendre à prier et ainsi avoir des résultats concrets dans le parcours de ma vie. Surtout, pour vivre la vertu de la charité: la prière me donne la force de m'améliorer chaque jour. Pour cela, je prie tous les jours qu'il m'aide à pardonner toutes les petites choses gênantes des autres, comme pardonner leurs paroles et attitudes offensives, et surtout à être sans rancune, ainsi je pourrai dire sincèrement, que je pardonne de tout mon cœur mes débiteurs. Je peux y arriver car j'aurai à tout moment l'aide de la Mère de Dieu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Février 2021

Gospel text

(Mt 16,13-19): 

 

When Jesus came to Caesarea Philippi, He asked his disciples, «Who do people say the Son of man is?». They said, «For some of them you are John the Baptist, for others Elijah or Jeremiah or one of the prophets». Jesus asked them, «But you, who do you say I am?». Peter answered, «You are the Messiah, the Son of the living God».

Jesus replied, «It is well for you, Simon Barjona, for it is not flesh or blood that has revealed this to you but my Father in heaven. And now I say to you: You are Peter (or Rock) and on this rock I will build my Church; and never will the powers of death overcome it. I will give you the keys of the kingdom of heaven: whatever you bind on earth shall be bound in heaven, and what you unbind on earth shall be unbound in heaven».

 

The Application

 

Jesus is not content with our common opinions, rather He demands that our affirmations and convictions, be personal and intime. He wishes to establish a personal relationship with us. Faith is an expression of this personal relationship and a recognition of God’s grace.

 

Even though this faith is personal, yet it has a common implication, as it is essentially communal in nature. Since it is a gift of the Holy Spirit, this gift has an end in itself. And this finality is always divine, closely linked to the divine will, the salvation of the world.

 

For this gift to be fulfilled and all that God has willed be completed, the Holy Spirit accompanies us throughout our lives. God takes us in grace and blesses us. In this blessing, He transforms us, making us worthy of doing His will. In this way, Simon Peter, an ordinary man, will become the stone on which Jesus will build his Church, and grant him the key to the Kingdom of God.

 

 

 

Today, God needs us, He counts us as the Stones He needs to build His Church, on our faith, the foundation and source of our salvation.  

 

Action of the day: Be a rock for God.

 

«I say to you: You are Peter (or Rock) and on this rock I will build my Church»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today, we celebrate the Chair of St. Peter. Since the 4th century, the Church wants to emphasize with this celebration the fact that —as a gift from Jesus Christ to us— the edifice of his Church stands upon the Prince of the Apostles, who enjoys a peculiar divine help to fulfill that mission. This is how the Lord said it at Caesarea Philippi: «You are Peter (or Rock) and on this rock I will build my Church» (Mt 16:18). Indeed, «from the whole world Peter alone is chosen to take the lead in calling all nations, to be the head of all the Apostles and of all the Fathers of the Church» (St. Leo the Great).

From its very beginning, the Church has benefited of this stony ministry so that St. Peter and his related successors, have presided over charity, have been a source of unity and, most especially, have had the mission to confirm their brothers in the truth.

Once He resurrected, Jesus confirmed this mission to Simon Peter. He, who deeply repented and had already cried over his triple denial before Jesus, makes now a triple statement of love: «Lord, you know everything; you know that I love you» (Jn 21:17). Henceforth, the Apostle will be soothed when realizing Jesus Christ does not deny him and, for three times, He confirms him in the ministry he had been announced before: «Tend my sheep» (Jn 21:16-17).

This authority is not conferred because of his own merits, as, Simon's declaration of faith, at Caesarea, was not either: «for it is not flesh or blood that has revealed this to you but my Father in heaven!» (Mt 16:17). Yes, this is an authority granted with the supreme power to serve. This is why the Roman Pontiff, when signing his writings, he does it with the honorific title of: Servus servorum Dei.

It is, therefore, a power to serve the cause of the unity based upon truth. We undertake to pray for the successor of St. Peter, to intently listen to his words and to be grateful to God for this gift.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 16,13-19): 

 

 

Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples: «Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l'homme?». Ils répondirent: «Les uns disent que tu es Jean Baptiste; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l'un des prophètes». «Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis?». Simon Pierre répondit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant».

Jésus, reprenant la parole, lui dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux».

 

L’Application

 

La foi est personnelle, mais elle a une implication commune, car elle est essentiellement de nature communautaire. Comme elle est un don de l'Esprit Saint, ce don a une fin en soi. Et cette finalité est toujours divine, étroitement liée à la volonté divine, le salut du monde.

Pour que ce don s'accomplisse et se complète, tout ce que Dieu a voulu, l'Esprit Saint nous accompagne tout au long de notre vie. Dieu nous prend dans sa grâce et nous bénit. Dans cette bénédiction, il nous transforme, nous rendant dignes de faire sa volonté. Ainsi, Simon Pierre, un homme ordinaire, deviendra la pierre sur laquelle Jésus construira son Église et lui donnera la clé du Royaume de Dieu. 

Aujourd'hui, Dieu a besoin de nous, il nous considère comme les pierres dont il a besoin pour construire son Église, sur notre foi, fondement et source de notre salut.  

«Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église»

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui nous célébrons la chaire de saint Pierre. Depuis le siècle IV, par cette célébration l'Église veut nous démontrer le fait que, comme un don de la part de Jésus à nous tous, l'édifice de son Eglise s'appuie sur le Prince de ses apôtres, et qu'il jouit d'une aide divine particulière pour mener à bout cette mission. Ainsi l'a manifesté le Seigneur en Césarée de Philippe: «Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église» (Mt 16,18). En effet, «Pierre seul est choisi pour être mis au devant des vocations de toutes les nations, au devant de tous les apôtres et au devant de tous les pères de l'Eglise» (Saint Léon le Grand).

Depuis le début, l'Eglise a bénéficié du ministère de Pierre de telle manière que Saint Pierre et ses successeurs ont présidé la charité, ont été source d'unité et plus spécialement, ils ont eu la mission de confirmer leurs frères dans la vérité.

Une fois ressuscité, Jésus a confirmé cette mission à Pierre. Lui qui repenti au plus profond de lui d'avoir renié Jésus à trois reprises, avait pleuré devant Jésus, fait ici une triple déclaration d'amour: «Seigneur, vous connaissez toutes choses, vous savez bien que je vous aime» (Jn 21,17). Et alors, Pierre voit avec soulagement que Jésus ne le considérait point indigne mais que par trois fois Il le confirme dans le ministère qu'Il lui avait confié auparavant: «Pais mes brebis» (Jn 21,16.17).

Cette puissance n'est pas du propre mérite de Pierre, comme ne l'était pas non plus sa déclaration de foi à Césarée de Philippe: «Ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux» (Mt 16,17). Il s'agit, effectivement, d'une autorité investie par une puissance suprême donnée pour servir. C'est pour cela que le Saint Père quand il signe ses écrits, le fait avec le titre honoraire de Servus Servorum Dei.

Pourtant, il s'agit d'une puissance pour servir la cause de l'unité basée sur la vérité. Nous devons beaucoup prier pour le successeur de Pierre, être attentifs à ses paroles et remercier Dieu de ce grand cadeau qu'il nous a fait.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0