Publié le 31 Mai 2022

Gospel text

(Jn 17:11b-19): 

 

Lifting up his eyes to heaven, Jesus prayed, saying: “Holy Father, keep them in your name that you have given me, so that they may be one just as we are one. When I was with them I protected them in your name that you gave me, and I guarded them, and none of them was lost except the son of destruction, in order that the Scripture might be fulfilled.

But now I am coming to you. I speak this in the world so that they may share my joy completely. I gave them your word, and the world hated them, because they do not belong to the world any more than I belong to the world. I do not ask that you take them out of the world but that you keep them from the Evil One. They do not belong to the world any more than I belong to the world. Consecrate them in the truth. Your word is truth. As you sent me into the world, so I sent them into the world. And I consecrate myself for them, so that they also may be consecrated in truth.”

 

The Application

 

As a responsible Christian, we need to imitate Jesus’ prayer, desire deeply that the people around us be joyful and their joy may be full. Many of our contemporaries get confused with pleasure and joy. Jesus is pointing to us the essential resource of his joy; union with the Father. From mere pleasure to happiness, there is a process of moving from mine to the other. When this other is, DIVINE, then this joy resides in us.

Thus, there is a question of belonging and freedom. Once we become aware that we are children of God, thus, free, begins the awareness of the necessity of the union and the obligation of the accomplishment of divine will. In this accomplishment, we choose God, and ignore world and all those mere human values, which ignore the Other, GOD. It is in God that the consacreation begins and in this consacreation, the joy promised is achieved. 

 

Action of the day: Be joyful.

“They may share my joy completely”

 

Fr. Thomas LANE

(Emmitsburg, Maryland, United States)

 

Today, we live in a world which does not know how to be truly happy with the happiness of Jesus, a world which seeks the happiness of Jesus in all the wrong places and in the wrong ways. Seeking happiness without Jesus only leads to deeper unhappiness. Just look at the soaps on TV, there is always somebody in trouble. The soaps on TV show us the misery of a godless life.

But we want to live this day with the joy of Jesus. Jesus prayed to his Father in our Gospel today, “I speak this in the world so that they may share my joy completely” (Jn 17,13). Notice that Jesus wants his joy to be complete in us. He wants us to be full of his joy. This does not mean that we will not have crosses, for “the world hated them, because they do not belong to the world” (Jn 17,14), but Jesus expects us to live with his joy no matter what the world thinks of us. The joy of Jesus is to permeate us to our very core while the superficial rumblings of a godless world should not penetrate us.

Today then let us live with the joy of Jesus. How can we acquire more and more of this joy of Jesus? Obviously from Jesus himself, Jesus is the only one who gives us the true joy that the world is lacking as we see in the soaps on TV. Jesus said, “If you remain in me and my words in you, you may ask whatever you want and it will be given to you” (Jn 15,7). Then let us spend time each day in prayer with the words of Jesus in the Scriptures, let us eat and consume the words of Jesus in the Scriptures, let them be our food, so that we may be satiated with the joy of Jesus: “Being Christian is not the result of an ethical choice or a lofty idea, but the encounter with an event, a person, which gives life a new horizon.”
(Benedict XVI).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Mai 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 17,11b-19): 

 

Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.

Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.».

«Qu'ils aient en eux ma joie, et qu'ils en soient comblés»

 

Abbé Thomas LANE

(Emmitsburg, Maryland, Etats-Unis)

 

Aujourd'hui, nous habitons un monde où l'on ne sait plus que faire pour être vraiment heureux de la joie de Jésus, un monde où l'on cherche cette joie partout où elle n'est pas et d'une façon aussi erronée que possible. Chercher cette joie sans Jésus ne peut que conduire à une tristesse plus profonde encore. Il suffit de regarder les feuilletons à la télé: il s'agit toujours de quelqu'un qui a des problèmes…. Ces feuilletons télévisés nous montrent les misères de la vie sans Dieu.

Mais, aujourd'hui, nous voulons vivre avec la joie de Jésus. Dans l'Évangile, Jésus prie son Père «je parle ainsi, en ce monde, pour qu'ils aient en eux ma joie, et qu'ils en soient comblés» (Jn 17,13). Notons bien que Jésus veut que nous soyons comblés par sa joie. Il veut que notre joie soit complète. Ce qui ne veut pas dire que nous ne portions pas notre croix, car «le monde les a pris en haine parce qu'ils ne sont pas du monde» (Jn 17,14). Mais Jésus attend de nous que nous sachions vivre avec sa joie sans que nous importe ce que le reste du monde pense de nous. La joie de Jésus doit nous imprégner jusqu'au plus profond de nous-mêmes sans que la clameur superficielle d'un monde sans Dieu puisse nous pénétrer.

Vivons, donc, aujourd'hui, avec la joie de Jésus. Et comment pouvons-nous parvenir à l'augmenter? Certainement par Jésus lui-même. Lui seul qui peut nous donner la véritable joie qui manque dans le monde, comme en témoignent ces feuilletons de la télé. Jésus dit, «Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l'obtiendrez» (Jn 15,7). Consacrons, donc, chaque jour un peu de notre temps à prier avec les paroles de Jésus dans les Écritures; nourrissons-nous d'elles, pénétrons-nous en; qu'elles soient pour nous la nourriture qui rassasie de la joie de Jésus: «À l'origine du fait d'être chrétien, il n'y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive» (Benoît XVI).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Mai 2022

Gospel text

(Lk 1:39-56): 

 

Mary set out and traveled to the hill country in haste to a town of Judah, where she entered the house of Zechariah and greeted Elizabeth. When Elizabeth heard Mary’s greeting, the infant leaped in her womb, and Elizabeth, filled with the Holy Spirit, cried out in a loud voice and said, “Most blessed are you among women, and blessed is the fruit of your womb. And how does this happen to me, that the mother of my Lord should come to me? For at the moment the sound of your greeting reached my ears, the infant in my womb leaped for joy. Blessed are you who believed that what was spoken to you by the Lord would be fulfilled.”

And Mary said: “My soul proclaims the greatness of the Lord; my spirit rejoices in God my Savior, for he has looked with favor on his lowly servant. From this day all generations will call me blessed: the Almighty has done great things for me, and holy is his Name.

He has mercy on those who fear him in every generation. He has shown the strength of his arm, he has scattered the proud in their conceit. He has cast down the mighty from their thrones, and has lifted up the lowly. He has filled the hungry with good things, and the rich he has sent away empty. He has come to the help of his servant Israel for he has remembered his promise of mercy, the promise he made to our fathers, to Abraham and his children for ever.”

Mary remained with her about three months and then returned to her home.

 

Action of the day: Be joyful.

“The infant in my womb leaped for joy”

+ Mons. F. Xavier CIURANETA

(Lleida, Spain)

 

Today, we contemplate the Virgin Mary's Visitation to her cousin Elizabeth. As soon as she was told she had been chosen by God the Father to be the Mother of the Son of God, and that her cousin Elizabeth had also received the gift of motherhood, she decidedly set out for the hills to congratulate her cousin, to share with her the joy of having being blessed with the gift of maternity and to serve her.

The salutation of the Mother of God prompted the infant Elizabeth carried in her womb to leap with joy. God's Mother, who also carried Jesus in her womb, is a cause for joy. Families are happy when the arrival of a new life is announced. Christ's birth is certainly “good news of great joy” (Lk 2:10).

And yet, these days, motherhood is not duly prized. Quite often other interests, which are an expression of convenience and selfishness, are opposed to it. Parental love implies an eventual renunciation. This scares many married couples who, perhaps, should be more generous with the goods they have received from God by saying “yes” to new life in a more responsible way. Thus, many families stop being “shrines of life”. Saint John Paul II confirmed that birth control and abortion “are rooted in a hedonistic mentality unwilling to accept responsibility in matters of sexuality, and they imply a self-centered concept of freedom, which regards procreation as an obstacle to personal fulfillment.”

During five months Elizabeth did not leave her home, and thought: “So has the Lord done for me” (Lk 1:25). And Mary said: “My soul proclaims the greatness of the Lord ... for he has looked with favor on his lowly servant” (Lk 1:46-48). The Virgin Mary and Elizabeth value and are grateful for what God has given them: maternity! It is necessary that we, Catholics, find again the significance of life as a sacred gift from God to human beings.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Mai 2022

Texte de l'Évangile

(Lc 1,39-56): 

 

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint, et s'écria d'une voix forte: «Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi? Car, lorsque j'ai entendu tes paroles de salutation, l'enfant a tressailli d'allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur».

Marie dit alors: «Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s'est penché sur son humble servante; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles; Saint est son nom! Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais».

Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.

«Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père»

 

+ Mgr. F. Xavier CIURANETA

(Lleida, Espagne)

 

Aujourd'hui nous contemplons la Visite de la Vierge Marie à sa cousine Élisabeth. Aussitôt qu'elle eut appris que Dieu le Père l'avait choisi pour être la Mère du Fils de Dieu et que sa cousine Élisabeth avait aussi reçu le don de la maternité, Marie partit avec décision dans la montagne pour féliciter sa cousine, partager avec elle la joie d'avoir reçu le don de la maternité et se mettre à son service.

La salutation de la Mère de Dieu fait tressaillir d'allégresse l'enfant qu'Élisabeth porte dans ses entrailles. La Mère de Dieu, qui est enceinte de Jésus, est la cause de cette joie. La maternité est un don de Dieu qui suscite la joie. Les familles se réjouissent à l'annonce d'une nouvelle vie. La naissance du Christ produit certainement «une grande joie» (Lc 2,10).

Malgré ce, la maternité n'est pas vraiment appréciée de nos jours. Fréquemment, on lui oppose d'autres intérêts superficiels, qui ne sont qu'une manifestation de complaisance et d'égoïsme. Les éventuels renoncements qu'entraîne l'amour paternel et maternel effrayent beaucoup de couples mariées qui, à cause des biens qu'ils ont reçus de Dieu, devraient être plus généreux et dire “oui” à de nouvelles vies d'une façon plus responsable. Trop de familles ne sont plus des “sanctuaires de la vie”. Saint Jean Paul II constate que la contraception et l'avortement «sont des maux qui s'enracinent dans une mentalité hédoniste et de déresponsabilisation en ce qui concerne la sexualité et supposent une conception égoïste de la liberté, qui voit dans la procréation un obstacle à l'épanouissement de la personnalité de chacun».

Pendant cinq mois, Élisabeth n'a pas quitté la maison, et elle songeait: «Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi» (Lc 1,25). Et Marie disait: «Mon âme exalte le Seigneur (...) parce qu'Il s'est penché sur son humble servante» (Lc 1,46.48). La Vierge Marie et Élisabeth apprécient et sont reconnaissantes à l'œuvre que Dieu a fait en elles: la maternité! Les catholiques doivent retrouver le sens de la vie comme don sacré de Dieu aux hommes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 29 Mai 2022

Gospel text

(Jn 16:29-33): 

 

The disciples said to Jesus; “Now you are talking plainly, and not in any figure of speech. Now we realize that you know everything and that you do not need to have anyone question you. Because of this we believe that you came from God.” Jesus answered them, “Do you believe now? Behold, the hour is coming and has arrived when each of you will be scattered to his own home and you will leave me alone. But I am not alone, because the Father is with me. I have told you this so that you might have peace in me. In the world you will have trouble, but take courage, I have conquered the world.”

 

Application

 

Human life has two facades, one filled with joy that brings us together and the other filled with suffering that scatters us. Very often in this dispersion we discover the true friends who listen to us and accompany us. Paradoxically, it is these painful moments, filled with sorrow and suffering, that help us to live our lives fully, to discover our strengths and limitations, and to be true. 

 

In this moment, by applying the Gospel values, this life, once lived in all sincerity, accepting our pains and sorrows as the crosses of the day, we mark our identity in the society where we live, and show a new way, bringing great support and hope to our brothers and sisters, who live this life with some difficulty.   In this moment of distress and suffering, when we find ourselves alone, Jesus invites us to trust in Him and in His presence. The Cross is a sign of hope and victory. Thus, we will become to our brothers and sisters, the true image of Christ, an image full of love and mercy.

 

Action of the day: Live in the presence of God.

“Take courage, I have conquered the world.”

 

Fr. Jordi CASTELLET i Sala

(Sant Hipòlit de Voltregà, Barcelona, Spain)

 

Today, we may have the feeling that the world of faith in Christ is weakening. Many are symptoms against the fortitude and courage we would like to receive from a life integrally based on the Gospel. Consumerism, capitalism, sensuality and materialism values are very much in fashion and against any representation that may be in tune with the evangelical demands. Nevertheless, this combination of values and life ways do not provide either our own personal plenitude or our peace; in fact, it rather brings an intimate feeling of discomfort and uneasiness. Could not it be because of this circumstance that, today, we see lots of people in public sulking, lost in though and worrying about a rather obscure future, most probably because they have pledged it against the cost of a car, a flat or some holidays they simply cannot afford?

Jesus' words inspire confidence: “Take courage, I have conquered the world.” (Jn 16:33), that is, through his Passion, Death and Resurrection, He has attained the eternal life, life with nothing to stop it, a limitless life because it has overcome all limits and all difficulties.

We, soldiers of Christ, can overcome these difficulties too, as He did, in spite of the fact we may have to go throughout our life through many deaths and resurrections, never wanted but certainly assumed by the very Paschal Mystery of Christ. For “deaths” indeed are, losing a friend, parting with a beloved person, the failure of a project or the limitations our own human weakness impose upon us…

But “in all these things we conquer overwhelmingly through him who loved us” (Rm 8:37). Let us be witnesses to God's love, because He has, with us, “done great things” (Lk 1:49) and has given us his help to overcome all difficulties, even death, because Christ is sending us the Holy Spirit.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 29 Mai 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 16,29-33): 

 

Ses disciples lui disent alors: «Voici que tu parles ouvertement, sans employer de paraboles. Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et qu'il n'y a pas besoin de t'interroger: voilà pourquoi nous croyons que tu es venu de Dieu». Jésus leur répondit: «C'est maintenant que vous croyez! L'heure vient -et même elle est venue- où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul; pourtant je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi. Je vous ai dit tout cela pour que vous trouviez en moi la paix. Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance: moi, je suis vainqueur du monde».

 

L’Application

 

La vie humaine a deux façades, l'une remplie de joie qui nous rassemble et l'autre remplie de souffrance qui nous disperse. C'est dans cette dispersion que nous découvrons les vrais amis qui nous écoutent et nous accompagnent. Paradoxalement, ce sont ces moments douloureux, remplis de chagrin et de souffrance, qui nous aident à vivre pleinement notre vie, à découvrir nos forces et nos limites, et à être vrais.  

En appliquant les valeurs de l'Évangile, cette vie, une fois vécue en toute sincérité, en acceptant nos douleurs et nos peines comme les croix du jour, nous marquons notre identité et montrons un nouveau chemin, apportant un grand soutien et une grande espérance à nos frères et sœurs, qui vivent cette vie avec une certaine difficulté. En ce moment de détresse et de souffrance, lorsque nous nous trouvons seuls, Jésus nous invite à avoir confiance en lui et en sa présence. La Croix est un signe d'espérance et de victoire. Ainsi, nous deviendrons pour nos frères et sœurs, la véritable image du Christ, une image pleine d'amour et de miséricorde.

 

«Ayez confiance: moi, je suis vainqueur du monde»

 

Abbé Jordi CASTELLET i Sala

(Sant Hipòlit de Voltregà, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous avons le sentiment que la foi en Jésus décline dans le monde. Il y a trop d'informations qui vont à l'encontre du soutien moral que nous recherchons dans une vie intégralement fondée sur l'Évangile. Les valeurs d'une société de consommation, du capitalisme, de la sensualité et du matérialisme sont à la mode et vont à l'encontre de tout ce qui pourrait s'associer aux exigences de l'Évangile. Néanmoins, cet ensemble de valeurs et de manières de vivre n'apportent ni l'épanouissement personnel ni la paix intérieure, mais au contraire ne nous apportent que malheur et inquiétude. Ne croyez-vous pas que c'est à cause de cela que les gens se promènent dans la rue renfrognés, renfermés sur eux mêmes et inquiets pour leur avenir incertain, car justement ils ont misé leur avenir sur le prix d'une voiture, d'un appartement ou des vacances qu'ils ne peuvent pas se payer?

Les paroles de Jésus nous invitent à la confiance: «Mais ayez confiance: moi, je suis vainqueur du monde» (Jn 16,33), c'est-à-dire que par sa Passion, sa Mort et sa Résurrection Il a obtenu la vie éternelle, la vie qui n'a pas d'obstacles, celle qui n'a pas de limites car elle a vaincu toutes les limites et a surmonté les épreuves.

Ceux qui appartiennent au Christ vaincront les difficultés comme Il l'a fait, même si nous devons pour cela passer par différentes morts et résurrections successives, non voulues certes, mais endurées par le même Mystère Pascal du Christ. Est-ce que la perte d'un ami n'est pas une mort? La séparation d'un être cher? L'échec d'un projet ou bien simplement d'être confrontés aux limites de par notre fragilité humaine?

Mais «en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés» (Rm 8,37). Soyons des témoins de l'amour de Dieu, parce que «le Puissant fit (...) des merveilles» (Lc 1,49) pour nous tous, et Il nous aide à surmonter toute difficulté y compris la mort, car le Christ nous transmet le Saint Esprit.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 27 Mai 2022

Gospel text

(Jn 16:23b-28): 

 

Jesus said to his disciples: “Amen, amen, I say to you, whatever you ask the Father in my name he will give you. Until now you have not asked anything in my name; ask and you will receive, so that your joy may be complete.

“I have told you this in figures of speech. The hour is coming when I will no longer speak to you in figures but I will tell you clearly about the Father. On that day you will ask in my name, and I do not tell you that I will ask the Father for you. For the Father himself loves you, because you have loved me and have come to believe that I came from God. I came from the Father and have come into the world. Now I am leaving the world and going back to the Father.”

 

The Application

 

Jesus already sees the Father in action in relation to his disciples. He is aware that his work on earth, as the Son of God, the incarnation and death, will end very soon. That is why Jesus puts us in relationship with his Father, always through his mediation. For the world of today, He assures us of His presence for us with His Father and we can always invoke His Holy Name, for the graces we desire from His Father.

 

To get closer to the Father, we are called to contemplate the relationship of Jesus with the Father. The way He communicated, the joy of accomplishing the will of the Father, bring everyone closer, etc. If we wish to closer to the Father, the imitation of Christ in little things will be much appreciated, than waiting for the great Cross to come and embraces us. To begin with, let us learn from Jesus, to relate with our brothers and sisters.

 

Action of the day: Set time for your personal prayer.

“I came from the Father (...). Now I am leaving the world and going back to the Father”

 

Fr. Xavier ROMERO i Galdeano

(Cervera, Lleida, Spain)

 

Today, vigil of our Lord's Ascension into Heaven, the Gospel leaves us with some very fond farewell words. Jesus let us share his most precious mystery; God Father is his origin and, at the same time, his destination: “I came from the Father and have come into the world. Now I am leaving the world and going back to the Father.” (Jn 16:28).

This great Truth of the Second Person of the Holy Trinity should be constantly resounding into our heads: Jesus is really the Son of God: God Father is his origin and God Father is his destination.

For those who claim to know everything about God, but question Jesus' Divine filiations, today's Gospel has an important thing they should remember: “He, who” the Jews name God is who sent Jesus to us; He is, therefore, the Father to those who believe. With this we are clearly told that God can only and truly be known by those who accept Jesus' Father is God.

But Jesus' Divine filiations, also reminds us of another important thing for our lives: those baptized into Christ are sons of God through the Holy Spirit. And this hides a most beautiful mystery for us: this adoptive fatherhood by God towards us is different of human adoption insofar it has a true foundation in each one of us, as it implies a new birth. Consequently, he who has been accepted in the great Divine Family is no longer a stranger to it.

This is why in the Mass Collects of the Ascension Day we shall all be reminded that all children must follow the steps of the Son: “Grant us, we pray, almighty God, the gift of a blessed joy and the rejoicing of a burning thanksgiving, for the Ascension into the heavens of Christ, your Son, also is our submission and glory, for where the Head ascended the body hopes to ascend, too.” So no Christian should therefore let be left behind, for this is far more important than participating in any marathon race, the finishing line being in Heaven, with the very God!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 27 Mai 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 16, 23-28): 

 

«En ce jour-là, vous n'aurez plus à m'interroger. Amen, amen, je vous le dis: si vous demandez quelque chose à mon Père en invoquant mon nom, il vous le donnera. Jusqu'ici vous n'avez rien demandé en invoquant mon nom; demandez, et vous recevrez: ainsi vous serez comblés de joie. J'ai employé des paraboles pour vous parler de tout cela. L'heure vient où, sans employer de paraboles, je vous annoncerai ouvertement tout ce qui concerne le Père. En ce jour-là, vous demanderez en invoquant mon nom; or, je ne vous dis pas que c'est moi qui prierai le Père pour vous, car le Père lui-même vous aime, parce que vraiment vous m'aimez, et vous croyez que je suis venu d'auprès de Dieu. Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père».

 

L’Application

 

Jésus voit déjà le Père en action par rapport à ses disciples. Il est conscient que son œuvre sur terre, en tant que Fils de Dieu, l'incarnation et la mort, va se terminer très bientôt. C'est pourquoi Jésus nous met en relation avec son Père, toujours par sa médiation. Pour le monde d'aujourd'hui, Il nous assure de sa présence pour nous auprès de son Père et nous pouvons toujours invoquer son Saint Nom, pour les grâces que nous désirons de son Père.

 

«Je suis sorti du Père (…). Maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père»

 

Abbé Xavier ROMERO i Galdeano

(Cervera, Lleida, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Evangile nous laisse entendre des paroles d'adieu tendres de la part de Jésus. Il nous fait part de son mystère le plus précieux, Dieu Père est à la fois son origine et son destin: «Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père» (Jn 16,28).

Cette vérité concernant la Deuxième Personne de la Trinité ne devrait jamais cesser de résonner dans nos cœurs: vraiment, Jésus est le Fils de Dieu, le Père Divin est son commencement et en même temps sa fin.

Pour tous ceux qui croient tout savoir sur Dieu, mais qui mettent en doute la filiation divine de Jésus, l'Évangile d'aujourd'hui a quelque chose d'important à leur dire: “Celui” que les juifs appellent Dieu est celui qui a envoyé Jésus, et Il est donc par conséquent, le Père des chrétiens. Ces paroles nous disent clairement que nous ne pouvons vraiment connaître Dieu que si nous acceptons cette vérité: que ce même Dieu est le Père de Jésus.

Cette filiation divine de Jésus nous rappelle un autre aspect fondamental de notre vie: nous, les baptisés, nous sommes des fils de Dieu dans le Christ par l'Esprit Saint. Cela renferme un des plus beaux mystères pour nous tous: cette paternité adoptive de Dieu envers les hommes se distingue de l'adoption humaine en ce qu'elle a un fondement réel dans chacun de nous, puisqu'elle entraîne une nouvelle naissance. Par conséquent, celui qui a été introduit dans la grande famille divine ne sera plus jamais un inconnu.

C'est pour cela, que le jour de l'Ascension la messe nous rappelle, lors de la prière commune que nous tous, les fils, nous avons tous suivis les pas de Jésus: «Dieu qui élève le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l'action de grâce, car l'Ascension de ton Fils est déjà notre victoire: nous sommes les membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c'est là que nous vivons en espérance». Enfin, aucun chrétien devrait ne se “décrocher” de ce corps, puisque tout ceci est plus important que n'importe quel marathon ou n'importe quelle course, car la ligne d'arrivée n'est autre que le ciel c'est à dire Dieu lui-même!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 26 Mai 2022

Gospel text

(Jn 16:20-23): 

 

Jesus said to his disciples: “Amen, amen, I say to you, you will weep and mourn, while the world rejoices; you will grieve, but your grief will become joy. When a woman is in labor, she is in anguish because her hour has arrived; but when she has given birth to a child, she no longer remembers the pain because of her joy that a child has been born into the world. So you also are now in anguish. But I will see you again, and your hearts will rejoice, and no one will take your joy away from you. On that day you will not question me about anything. Amen, amen, I say to you, whatever you ask the Father in my name he will give you.”

 

The Application

 

We all know that while John was writing this gospel, the church in Jerusalem was living in full percussion of the disciples of the Lord. This gospel tells us that our life is filled with joy and sorrow. In the moment of unhappiness or during difficult moments of life, Jesus invites us to trust in him and his mystical presence in our lives. He tells us that life is not meant to be static, it is always alive and active, and so everything will pass, including the moment of misfortune. Hope is a good medicine of life, because all those who are able to put their hope in this living God, who loves us, will never be disappointed.

 

The good gift that a person of faith can have in his daily life is hope. The Holy Spirit gives us the patience to endure everything, the gift of discernment, and the gift of wisdom and understanding, are the supportive elements to keep this hope alive. With the Holy Spirit, despite the failures we may have, our inner peace (God's promise) and the joy of living our life, will always be intact. Thus, our misfortunes will be an opportunity to feel the divine presence, a path towards the promised joy.

 

Action of the day: Pray with hope.

“Your grief will become joy”

 

+ Fr. Joaquim FONT i Gassol

(Igualada, Barcelona, Spain)

 

Today we begin the Decade of the Holy Spirit. Reliving the memory of the Cenacle, we see the Virgin Mary, Mother of God, Mother of Good Counsel, talking with the Apostles. What a warm and abounding conversation! Recalling all the joys they shared with their Master: The Paschal days, the Ascension and Jesus' promises. The sufferings of the Passion days have turned into joy. What a nice atmosphere at the Cenacle! And what is yet to come, as Jesus has assured them.

We now know that Mary, Queen of the Apostles, Spouse of the Holy Spirit, Mother of the growing Church, guides us to receive the gifts and fruits of the Holy Spirit. The gifts are like a boat's sails when unfurled and the wind —representing grace— blowing in favor: what a speed and easiness of the course!

The Lord has also promised us to transform into joy the hardship of our journey: “No one will take your joy away from you” (Jn 16:22) and “your joy may be complete” (Jn 16:24). And in Psalm 126:6: “Those who go forth weeping, carrying sacks of seed, Will return with cries of joy, carrying their bundled sheaves.”

All this week the Liturgy speaks of revitalizing, of exulting (jumping with joy), of an eternal and certain happiness. Everything leads us to live in prayer. As Saint Josemaria Escrivá wrote: “I want you to be happy always, for cheerfulness is an essential part of your way. Pray that the same supernatural joy may be granted to us all.”

Human beings need laughter both for their physical and spiritual wellbeing. Healthy humor teaches us how to live. Saint Paul will say: “We know that all things work for good for those who love God” (Rm 8:28). And here you have a good ejaculatory prayer!: “It's all unto good”; “Omnia in bonum!”

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 26 Mai 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 16,20-23a): 

 

«Amen, amen, je vous le dis: vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira. Vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l'enfant est né, elle ne se souvient plus de son angoisse, dans la joie qu'elle éprouve du fait qu'un être humain est né dans le monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira; et votre joie, personne ne vous l'enlèvera. En ce jour-là, vous n'aurez plus à m'interroger. Amen, amen, je vous le dis: si vous demandez quelque chose à mon Père en invoquant mon nom, il vous le donnera».

 

L’Application

 

La vie est remplie de joie et de tristesse. Au moment du malheur, Jésus nous invite à avoir confiance en lui et en sa présence mystique dans nos vies. Il nous dit que la vie n'est pas faite pour être statique, elle est toujours vivante, donc tout passera, y compris le moment du malheur. L'espérance est un bon médicament de la vie, car tous ceux qui sont capables de mettre leur espérance dans ce Dieu vivant, qui nous aime, ne seront jamais déçus.

Le bon cadeau qu'une personne de foi peut avoir dans sa vie quotidienne est l'espérance. L'Esprit Saint nous donne la patience pour tout supporter, le don du discernement, le don de la sagesse et de l'intelligence. Avec l'Esprit Saint, malgré les échecs que nous pouvons avoir, notre paix intérieure (la promesse de Dieu) et la joie de vivre notre vie, seront toujours intactes. Ainsi, nos malheurs seront une occasion de ressentir la présence divine, un chemin vers la joie promise.

 

«Votre peine se changera en joie»

 

+ Abbé Joaquim FONT i Gassol

(Igualada, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous commençons les Dix jours du Saint-Esprit. En revivant le Cénacle, nous voyons la Mère de Jésus, Mère du Bon Conseil, converser avec les Apôtres. Conversation cordiale et riche! Ils se rappellent toutes les joies partagées avec le Maître. Les journées pascales, l'Ascension et les promesses de Jésus. Les souffrances des jours de la Passion sont devenues joie. Quelle chaleureuse ambiance dans ce Cénacle! Et celle qui les attend, selon ce que Jésus leur a dit!

Nous, nous savons que Marie, Reine des Apôtres, Mère de l'Église naissante, nous guide pour recevoir les dons et les fruits du Saint-Esprit. Les dons, c'est la voile du bateau quand elle se déploie et que le vent -symbole de la grâce- lui est propice: que le chemin est facile et rapide!

À nous aussi le Seigneur promet de convertir en joie nos fatigues: «Votre joie, personne ne vous l'enlèvera» (Jn 16,22), «votre joie sera parfaite» (Jn 16,24). Au Psaume 126,6: «il s'en va, il s'en va en pleurant, il jette la semence; il s'en vient, il s'en vient en chantant, il rapporte les gerbes».

Toute cette semaine, la liturgie nous parlera de rajeunissement, d'exultation (sauts de joie), de félicité sûre et perpétuelle. Tout nous portera à vivre d'oraison. Saint Josémaria nous dit: «Je veux que tu sois toujours content, car la joie fait partie intégrante de ton chemin. -Demande pour tous cette même joie surnaturelle».

Pour sa santé physique et surnaturelle, l'être humain a besoin de rire. L'humour de bon aloi apprend à vivre. Saint Paul dira: «Nous savons que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l'aiment» (Rom 8,28). Voilà une bonne oraison jaculatoire: «Tout est pour le bien!»; «Omnia in bonum!».

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0