Publié le 17 Juin 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 6,19-23): 

 

«Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et la rouille les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

»La lampe du corps, c'est l'oeil. Donc, si ton oeil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière; mais si ton oeil est mauvais, ton corps tout entier sera plongé dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres y aura-t-il!».

 

L’Application

 

Le Seigneur nous demande de discerner et de voir par nous-mêmes, comment Dieu est généreux et bon avec nous, en donnant toutes les grâces nécessaires dans notre vie quotidienne. Dans ce discernement, Il nous invite à identifier le vrai trésor de la vie. Il nous dit qu'avec sa grâce nous avons la capacité de le reconnaître. Ce discernement nous aide à choisir les bonnes actions, les bons gestes, les bonnes paroles, en utilisant la grâce appropriée que nous avons reçue, afin que par nos engagements nous puissions faire les trésors du ciel.

La foi en Jésus-Christ est un véritable trésor qui est notre lumière de vie. Si nous perdons cette foi en Jésus-Christ, toute notre vie retombera dans les ténèbres. Sans cette foi en la bonté divine, tout aura l'air sombre, même le soleil brillant. Pour éviter de tels accidents de la vie, nous devons tout faire, comme les cinq vierges sages (Mt 25,1-13) qui gardaient leur lampe toujours allumée, la remplissant régulièrement par nos participations aux sacrements, afin que nous puissions, comme elles, accueillir le Christ, lorsqu'il choisira d'apparaître ou de se révéler devant nous.

 

 

«Faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler»

 

Abbé Lluís RAVENTÓS i Artés

(Tarragona, Espagne)

 

Aujourd'hui, le Seigneur nous dit que «la lampe du corps, c'est l'œil» (Mt 6,22). Saint-Thomas interprète qu'en parlant de l'œil, Jésus se réfère à l'intention de l'homme. Lorsque son intention est droite, lucide, dirigée vers Dieu, toutes nos actions sont brillantes et resplendissante; par contre lorsque l'intention n'est pas droite, «qu'elles ténèbres y aura-t-il!» (cf. Mt 6, 23).

Notre intention peut manquer de droiture par malice, par méchanceté, mais normalement c'est par manque de sagesse. Nous vivons comme si nous étions venu au monde pour accumuler les richesses et nous ne pensons à rien d'autre. Gagner de l'argent, acheter, jeter, avoir. Nous voulons susciter l'admiration des autres, ou peut-être l'envie. Nous trompons, souffrons, nous nous chargeons de préoccupations et de déceptions et nous ne trouvons pas le bonheur que nous cherchons. Jésus nous fait cette offre: «Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler» (Mt 6, 20). Le ciel est le grenier des bonnes actions qui constituent un trésor pour toujours.

Soyons sincères avec nous-mêmes, en quoi employons-nous nos efforts, qu'est-ce qui nous motive? Certainement, le propre d'un bon chrétien est d'étudier et de travailler honnêtement pour se faire une place dans ce monde, pour élever dignement la famille, assurer le futur des siens et la tranquillité de sa vieillesse, travailler aussi pour aider les autres… Oui, tout ceci est propre d'un bon chrétien. Mais si ce que tu cherches est d'avoir chaque fois plus, plaçant ainsi le cœur dans ces richesse, oubliant les bonnes actions, oubliant que nous sommes de passage en ce monde, que notre vie est une ombre qui passe, n'est-il pas vrai alors que nous avons l'œil plongé dans les ténèbres? Et si le sens commun s'embrouille «quelles ténèbres y aura-t-il!» (Mt 6, 23).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Juin 2021

Gospel text

(Mt 6,7-15): 

 

Jesus said to his disciples, «When you pray, do not use a lot of words, as the pagans do, for they hold that the more they say, the more chance they have of being heard. Do not be like them. Your Father knows what you need, even before you ask him.

»This, then, is how you should pray: ‘Our Father in heaven, holy be your name, your kingdom come and your will be done, on earth as in heaven. Give us today our daily bread. Forgive us our debts just as we have forgiven those who are in debt to us. Do not bring us to the test but deliver us from the evil one’. If you forgive others their wrongs, your Father in heaven will also forgive yours. If you do not forgive others, then your Father will not forgive you either».

 

The Application

 

All of us do pray and wish to deepen our prayer. Just like Saint John of the Cross says, many of us end up our prayer with a deep satisfaction of good prayer, but end up simply fulfilling our desire, without being able to connect with God. That’s to say, we had a good time of silence and we call it a prayer.

 

Today, Jesus teaches us to pray and asks us to evaluate the quality of our prayers. For our prayer to be just and pleasing to God, we need to re-establish an affective relationship with God, not necessarily to be our Father, it can even be our mother, and why not be our brother and sister. I personally feel that God won’t have any problem with this.  This filial and affective love relationship not only helps us to know God and His will, but also gives us the energy to carry out that will.

 

To accomplish this will we present our needs (our daily bread) and we promise to God that on our part we will be worthy of receiving this Bread from Heaven, by our willingness to be reconciled with our brothers and sisters. How can we fulfill God's will, if we are not able to establish a right relationship with our brothers and sisters in whom God dwells? The best way to reconcile with God and establish a good relationship with Him, is our relationship with our brothers and sisters. Let’s start with this and the rest will fall.

 

Action of the day: See every person you meet today, as a special envoy of God.

«Your Father knows what you need, even before you ask him»

 

Fr. Emili MARLÉS i Romeu

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today the Lord wants to help us grow in a main issue of our Christian life: the prayer. He warns us not to pray like pagans trying to convince God about what they want. Many times we try to achieve what we want through insistence, being "annoying" to God, believing that we will be heard with our verbosity. The Lord reminds us that the Father is constantly solicitous of our life and that he knows what we need before we ask him at all times, (cf. Mt 6,8). Do we live with this kind of confidence? Am I aware that the Father is constantly washing my feet and that he knows better than anyone what I need at all times (in big things and small things)?

Jesus opens for us a new horizon of prayer: the prayer of those who address to God with the conscience of being children. The type of relationship I have with a person is determined through the way I ask for things to that person , and also what I can expect from him. From a father, and especially from the heavenly Father, I can expect everything and I know that he takes care of my life. For this reason, Jesus, who always lives as a true son, is telling you: "not to be worried about food and drink for yourself" (Mt 6.25). Do I really have this son’s consciousness? Am I addressing God with the same familiarity as I do with my father or mother?

Later, Jesus opens his heart to us, and teaches us what his relationship / prayer with the Father is like so that we also make it ours. With the "Our Father" prayer Jesus teaches us to live as children. Saint Cyprian has a well-known comment about the “Our Father”, telling us: «We must remember and know that, when we call God “Father”, we have to act as his children, in order for him to be pleased with us, as we are pleased to have him as Father ».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Juin 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 6,7-15): 

«Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens: ils s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l'ayez demandé.

»Vous donc, priez ainsi: ‘Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié. Que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal’. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes».

 

L’Application

 

Jésus nous apprend à prier. Pour que notre prière soit juste et agréable à Dieu, nous devons rétablir une relation affective avec Dieu, qui n'est pas nécessairement notre Père, mais qui peut même être notre Mère. Cette relation affective et émotionnelle nous aide non seulement à connaître sa volonté, mais elle nous donne aussi l'énergie pour accomplir cette volonté.

Pour accomplir cette volonté nous présentons nos besoins (notre pain quotidien) et nous promettons à Dieu que de notre côté nous serons dignes de recevoir ce Pain du Ciel, par notre volonté de nous réconcilier avec nos frères et sœurs. Comment pouvons-nous accomplir la volonté de Dieu, si nous ne sommes pas capables d'établir une relation juste avec nos frères et sœurs en qui Dieu habite ? 

«Votre Père sait ce dont vous avez besoin avant que vous lui demandiez»

 

Abbé Emili MARLÉS i Romeu

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, le Seigneur veut nous aider à grandir dans un thème central de notre vie chrétienne : la prière. Il nous avertit de ne pas prier comme les païens qui essaient de convaincre Dieu sur ce qu'ils veulent. Très souvent nous essayons d'obtenir ce que nous voulons en insistant et devenons "lourds" avec Dieu, en croyant que nous parviendrons à nous faire écouter avec notre verbiage. Le Seigneur nous rappelle que le Père veille constamment sur notre vie et qu' à tout moment, Il sait ce dont nous avons besoin avant que nous lui demandions (cf. Mt 6,8). Est-ce que nous vivons en ayant cette confiance ? Ai-je conscience que le Père me lave les pieds continuellement et qu'Il sait mieux que personne ce dont j'ai besoin à chaque instant (pour les grandes choses et les petites) ?

Jésus nous ouvre un nouvel horizon de prière : la prière de ceux qui s'adressent à Dieu avec la conscience des enfants. Le type de relation que j'ai avec une personne détermine de quelle manière je lui demande les choses, et aussi ce que je peux attendre d'elle. D'un père, et en particulier du Père céleste, je peux tout attendre et je sais qu'Il prend soin de ma vie. C'est pour cela que Jésus, qui vit toujours comme un fils authentique, nous dit "ne vous préoccupez pas pour votre vie : sur ce que vous allez manger" (Mt 6,25). Ai-je vraiment conscience d'être un fils ? Est-ce que je m'adresse à Dieu avec la même familiarité que je le fais avec mon père ou ma mère ?

Ensuite, Jésus nous ouvre son cœur, et il nous montre quelle est sa relation/prière avec le Père pour que nous la fassions nôtre également. Avec la prière du "Notre Père" Jésus nous apprend à vivre comme des enfants. Saint Cyprien a fait un commentaire connu sur le "Notre Père", dans lequel il nous dit : "Nous devons nous souvenir et savoir que, lorsque nous appelons Dieu "Père", nous devons agir comme ses enfants, pour lui plaire, comme cela nous plait de l'avoir comme Père".

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Juin 2021

Gospel text

(Mt 6,1-6.16-18): 

 

Jesus said to his disciples, «Be careful not to make a show of your righteousness before people. If you do so, you do not gain anything from your Father in heaven. When you give something to the poor, do not have it trumpeted before you, as do those who want to be seen in the synagogues and in the streets in order to be praised by the people. I assure you, they have been already paid in full. If you give something to the poor, do not let your left hand know what your right hand is doing, so that your gift remains really secret. Your Father who sees what is kept secret, will reward you.

»When you pray, do not be like those who want to be seen. They love to stand and pray in the synagogues or on street corners to be seen by everyone. I assure you, they have already been paid in full. When you pray, go into your room, close the door and pray to your Father who is with you in secret; and your Father who sees what is kept secret will reward you.

»When you fast, do not put on a miserable face as do the hypocrites. They put on a gloomy face, so people can see they are fasting. I tell you this: they have been paid in full already. When you fast, wash your face and make yourself look cheerful, because you are not fasting for appearance or for people, but for your Father who sees beyond appearances. And your Father, who sees what is kept secret will reward you».

 

The Application

 

We read this gospel at the beginning of Lent. Today I would like to point you in another direction for a better  application of this gospel: to be just before God. How can we be just before God? Jesus gives us three ways: generosity (almsgiving), a good relationship with God (prayer) and finally self-control (fasting).

 

We must never forget that whatever we say or do today in our daily lives is not to receive a particular grace from God, but rather a response to the grace that God has already given us. For me personally, it is the main reason and source for my actions, words or deeds. I would like it to be so for all of you.

 

Action of the day: Let God be the center of everything.

 

«Be careful not to make a show of your righteousness before people»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today, Jesus invites us to act always for the glory of God, to please the Father, as this is why we have been created for. This is how the Catechism of the Church confirms it: «God created everything for man, but man in turn was created to serve and love and to offer all creation back to him». This is the meaning of our life and our honour: to be liked by the Father, to please God. This is the example Christ left with us. If only the Father could give for each one of us the same testimony as He gave for his Son in the moment of his baptism: «This is my Son, whom I love; with him I am well pleased» (Mt 3:17).

Dishonesty of intention would be especially grave and ridiculous if happening in actions such as prayer, fasting or alms, as these are pious and charitable deeds, that is, deeds that —per se— are due to the virtue of religion or deeds we carry out for the love of God.

Therefore, «be careful not to make a show of your righteousness before people. If you do so, you do not gain anything from your Father in heaven» (Mt 6:1). How could we please God if, to start with, we are trying to be seen in order to be praised —first of all— by others? It is not that we have to hide from our fellow men so that they will not see us, but it is rather a question, in the first place, of directly addressing our good deeds to God. It does not matter, nor is it bad others may see us: on the contrary, we may give them example with the coherent testimony of our deeds.

But what it does matter —and a lot!— is that we can see God behind our deeds. We must, therefore, carefully examine our true intentions in whatever we are doing, and see that we are not seeking our own interest, if we are really trying to serve the Lord» (St. Gregory the Great).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Juin 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 6,1-6.16-18): 

 

«Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare: ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le secret: il te le revaudra.

»Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle: quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare: ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le secret: il te le revaudra.

»Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle: ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Amen, je vous le déclare: ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le: il te le revaudra».

 

L’Application

 

Nous avons lu cet évangile au début du Carême. Aujourd'hui, je voudrais vous indiquer une autre direction pour une meilleure application de cet évangile : être juste devant Dieu. Comment pouvons-nous être justes devant Dieu ? Jésus nous donne trois moyens : la générosité (l'aumône), une bonne relation avec Dieu (la prière) et enfin la maîtrise de soi (le jeûne).

Nous ne devons jamais oublier que tout ce que nous disons ou faisons aujourd'hui dans notre vie quotidienne n'est pas pour recevoir une grâce particulière de Dieu, mais plutôt une réponse à la grâce que Dieu nous a déjà donnée. Pour moi personnellement, elle est la raison principale et la source de mes actions, paroles ou actes. Je voudrais qu'il en soit ainsi pour vous tous.

 

«Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus nous invite à agir pour la gloire de Dieu, à avoir comme objectif de plaire à notre Père céleste car c'est pour cela même que nous avons été créés. Ainsi l'affirme le Catéchisme de l'Église: «Dieu a tout créé pour l'homme, mais l'homme fut créé pour servir et aimer Dieu et pour lui offrir toute la création». Voilà le sens et honneur de notre vie: faire plaisir au Père céleste, plaire à Dieu. C'est ce témoignage que le Christ nous a laissé. Pourvu que le Père céleste puisse donner sur nous le même témoignage qu'il a donné sur son Fils au moment du baptême: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé; en lui j'ai mis tout mon amour» (Mt 3,17).

Le manque de droiture d'intention serait spécialement grave et ridicule s'il venait à être présent dans nos actions telles que la prière, le jeûne et l'aumône, puisque ce sont des gestes de pitié et de charité, c'est-à-dire, des actes qui —per se— sont propres à la vertu de la religion ou d'actes qui se réalisent par amour de Dieu.

Par conséquent, «Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux» (Mt 6,1).Comment pourrions nous plaire à Dieu si ce que nous voulons c'est être vus —avant tout— par les hommes? Ce n'est pas qu'il faille se cacher des hommes afin que personne ne nous voie, mais il s'agit surtout de diriger nos bonnes œuvres directement et en premier lieu à Dieu. Cela ne fait rien et ce n'est pas grave si les autres nous voient, au contraire, nous pouvons les édifier par le témoignage cohérent de notre action.

Mais ce qui est important —et très important— c'est que nous puissions voir Dieu derrière nos actions. Et, par conséquent, nous devons «examiner avec beaucoup d'attention notre intention dans tout ce que nous entreprenons, et ne pas chercher notre propre intérêt si nous voulons servir le Seigneur» (Saint Grégoire Magne).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Juin 2021

Gospel text

(Mt 5,43-48): 

 

Jesus said to his disciples: “You have heard that it was said, you shall love your neighbor and hate your enemy. But I say to you, love your enemies and pray for those who persecute you, that you may be children of your heavenly Father, for he makes his sun rise on the bad and the good, and causes rain to fall on the just and the unjust. For if you love those who love you, what recompense will you have? Do not the tax collectors do the same? And if you greet your brothers only, what is unusual about that? Do not the pagans do the same? So be perfect, just as your heavenly Father is perfect.”

 

The Application

 

Jesus doesn’t ask us to be perfect in the divinity, rather like God the Father in His divinity, let us be perfect in our humanity. Jesus does gives us a good example which is very easy to apply; the generosity. I is in this generosity that we can praise God, by telling that everything belongs to God. Once we apply this generosity in our humanity, we become close to the nature and through it, very close to God and in His divinity. The more we become human, the closer we become like God.

 

Action of the day: Be human.

«Be perfect, just as your heavenly Father is perfect»

 

Fr. Iñaki BALLBÉ i Turu

(Terrassa, Barcelona, Spain)

 

Today, Christ invites us to love. To love without measure, which is the measure of true Love. God is Love, “for he makes his sun rise on the bad and the good, and causes rain to fall on the just and the unjust” (Mt 5:45). And man, God's spark, has to keep on struggling every day to resemble him, so “that you may be children of your heavenly Father”. Where can we find Christ's face? On others, on our nearest fellow men. It is easy to feel sorry for the starving children in the poorest countries when we watch them on TV, or for all those refugees fleeing from their countries at war. But, what about those at home? What about our co-workers? And what about that distant relative living alone and whom we could pay a visit to, to keep him company? How do we treat others? How do we love them? What specific deeds of service have we towards them, every day?

It is certainly very easy to love those who love you. But our Lord is urging us to go a step further, “if you love those who love you, what recompense will you have?” (Mt 5:46). To love our enemies! To love those we know —for sure— will never return our affection, or our smiles, or that favor. Simply because they ignore us. A Christian, all Christians, should not love in a “self-interested” way; it is not enough to give a piece of bread or our alms to a homeless person on the street. We have to give ourselves to the others. When dying on the Cross, Christ forgave those who crucified him. No reproach, no complaint, not even an angry face...

Love without expecting anything in return. When it comes to loving we don’t calculate. Perfection is to love with no measure. And we hold perfection in our hands amidst the world, in our daily chores. By doing what we should in every instance, not what we would like to do. God's Mother, at the wedding of Cana in Galilee, realizes the guests have no more wine and asks the Lord to do the miracle. Let us beg Him today the miracle of finding out the needs of our own neighbors.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Juin 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 5,43-48): 

 

«Vous avez appris qu'il a été dit: ‘Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi’. Eh bien moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait».

 

L’Application

 

La perfection commence par la simple générosité. Puisque cette générosité a son origine en Dieu, dans notre générosité nous louons Dieu et devenons nous-mêmes les sauveurs et les donneurs de Vie, à l'image de Dieu. Si nous reconnaissons en nous cette identité divine, nous ne pouvons plus être comme les autres, car ce serait contre nous-mêmes. La perfection, que Jésus nous demande, n'est pas une perfection divine, mais une perfection de notre propre humanité, qui participe à la perfection divine.

«Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait»

 

Abbé Iñaki BALLBÉ i Turu

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus nous invite à aimer. Aimer sans mesure, car c'est vraiment la compassion la mesure de l'amour vrai. Dieu est Amour, «Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes» (Mt 5,45). Et l'homme, étincelle de Dieu, doit lutter afin de Lui ressembler de plus en plus chaque jour «afin d'être vraiment les fils de votre Père céleste». Où trouvons-nous le visage du Christ? C'est dans notre prochain, celui qui est le plus près de nous. C'est très facile d'éprouver de la compassion pour les enfants affligés par la famine en Ethiopie, quand on voit ça à la télé, ou pour les immigrés qui arrivent chaque jour sur nos côtes. Mais, à la maison? Et nos collègues dans notre travail? Et cette parente éloignée qui habite seule et que nous pourrions visiter pour lui tenir compagnie un moment? Comment agissons-nous envers les autres? Comment les aimons-nous? Comment leur rendons-nous service chaque jour?

C'est très facile d'aimer quelqu'un qui nous aime. Mais le Seigneur nous invite à aller au-delà, parce que «Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous» (Mt 5,46). Aimer nos ennemis! Aimer ceux qui nous savons, pertinemment, ne nous rendront jamais l'affection, ni le sourire, ni un service. Simplement parce qu'ils nous ignorent. Le chrétien, tout chrétien, ne devrait pas aimer de manière “intéressée”, il ne doit pas juste donner un morceau de pain ou l'aumône à celui qui attend au feu rouge. Le chrétien doit se donner lui-même. Le Seigneur mourant sur la croix pardonne à ceux qui le crucifient. Sans reproche, sans plainte, sans un mauvais geste…

Aimer sans attendre rien en retour. Au moment d'aimer nous devons ranger nos calculettes. La perfection c'est d'aimer sans mesure. Nous avons la perfection entre nos mains au milieu du monde dans lequel nous vivons, au milieu de nos occupations quotidiennes. En faisant ce que nous devons faire à chaque moment et non ce que nous avons envie de faire. La Mère de Dieu, aux noces de Cana, se rend compte que les invités n'ont plus de vin. Et elle s'avance. Et elle demande au Seigneur de faire le miracle. Nous aussi, demandons-lui, le miracle de savoir Le découvrir à travers les besoins des autres.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Juin 2021

Gospel text

(Mt 5,38-42): 

 

Jesus said to his disciples, «You have heard that it was said: An eye for an eye and a tooth for a tooth. But I tell you this: do not oppose evil with evil; if someone slaps you on your right cheek, turn and offer the other. If someone sues you in court for your shirt, give your coat as well. If someone forces you to go one mile, go also the second mile. Give when asked and do not turn your back on anyone who wants to borrow from you».

 

The Application

 

We all try our level best to keep certain rules and regulations, so that we may be considered as normal, just like any others in the society. Jesus seems to question this approach of life, because He believes that we should look at God and make God alone as our model to be imitated. Thus, the question of today’s gospel is, are you just before God or trying to adjust to the social values of today’s world. The gospel invites us to fix our  eyes on the heaven, than on social well-being.

 

Action of the day: Give importance to divine will.

«I tell you this: do not oppose evil with evil»

 

Fr. Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Spain)

 

Today, Jesus teaches us that forgiveness can overcome hate. Talion's law meant some progress, as it limited the wish to retaliate down to a fair proportion: do unto others as you would have them to, unto you; otherwise, it would be unfairness; this is what the aphorism «eye for eye, tooth for tooth» actually means. It was, however, a limited progress, as Jesus Christ emphasizes in the Gospel the need that love overcomes revenge; this is how He expressed it when, on his Cross, He interceded for his executioners: «Father, forgive them, they know not what they do» (Lk 23:34).

Nevertheless, truth should always accompany forgiveness. We do not just forgive because we feel helpless or gravely embarrassed. Quite often, the expression “to turn the other cheek” is misinterpreted as waiving our legitimate rights. Certainly, nothing of the sort. To turn the other cheek means to denounce and interpellate, with a peaceful but categorical gesture, whoever has done the injustice committed; it is like saying: «You slapped me on the cheek, ¿now what, you want to slap me on the other too? do you really think you are behaving rightly?». Jesus replied serenely to the high priest's rude servant: «If I said something wrong testify as to what is wrong. But if I spoke the truth, why did you strike me?» (Jn 18:23).

We can, therefore, see what our Christian behaviour must be: not to retaliate, but to stay firm; to be open to forgiveness but clearly say things. It is certainly not an easy task to accomplish, but it is the only way to put a stop to violence and show the world the Divine Grace it is lacking of, so often. St. Basil advises us: «Believe me and you will forget the offences and insults you get from your fellow man. You will see how differently you will be named; he will be called angry and violent while you will be cited as meek and peaceful. One day, he will repent of his violence, but you will never regret your meekness».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Juin 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 5,38-42): 

 

«Vous avez appris qu'il a été dit: Oeil pour oeil, dent pour dent. Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. Donne à qui te demande; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter».

 

L’Application

 

Je vous invite à faire une relecture de votre vie. Sommes-nous conduit par cet appel de Jésus, soyez parfait comme mon Père, ou nous nous  contendons par les actes normals ?

«Je vous dis de ne pas riposter au méchant»

 

Abbé Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus nous enseigne que l'on dépasse la haine avec le pardon. La loi du talion était à l'époque une mesure de progrès car elle limitait le droit à la vengeance à une proportion équilibrée: on ne pouvait faire au prochain que ce qu'il nous avait fait, sinon on était coupable d'injustice, voilà ce que signifie l'aphorisme de la loi du talion. Il s'agit d'un progrès quoique limité, puisque le Christ dans l'Évangile affirme le besoin de surmonter ce désir de vengeance avec l'amour, ainsi l'a-t-il exprimé Lui-même sur la croix lorsqu'Il a intercédé pour ses bourreaux: «Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu'ils font» (Lc 23,34).

Néanmoins, le pardon doit être accompagné de la vérité. Nous ne devons pas pardonner uniquement parce que nous sommes incompétents et complexés. Souvent les gens confondent l'expression “tendre l'autre joue” avec l'abandon de nos droits légitimes. Ce n'est pas cela. “Tendre l'autre joue” signifie dénoncer et interpeller celui qui a commis l'injustice avec un geste ou une action pacifique mais ferme, comme en disant: «Tu m'as frappé sur la joue, est-ce que tu veux aussi me frapper sur l'autre? Est-ce que ce que tu fais te semble correct?», Jésus a répondu avec calme et sérénité au serviteur insolent du grand prêtre: «Si j'ai mal parlé, montre ce que j'ai dit de mal; mais si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu?» (Jn 18,23).

Nous voyons donc quelle doit être la conduite du chrétien: ne jamais chercher la vengeance, mais rester ferme, être ouvert au pardon et dire les choses clairement. Certes ce n'est pas un talent très facile, mais c'est le seul moyen de mettre une halte à la violence et mettre en évidence la grâce divine face à un monde qui bien souvent manque de grâce. Saint Basile nous conseil de prendre garde car: «La différence de conduite vous attire à vous et à votre adversaire des noms différents. Dans l'esprit de tout le monde, lui est un homme porté à injurier, vous, une âme grande; lui, un homme violent et emporté, vous, un homme doux et paisible. Il se repentira de ses discours, vous, vous ne vous repentirez jamais de votre vertu».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 13 Juin 2021

After meditating on and celebrating the feasts of the Sacred Heart of Jesus and the Immaculate Heart of Mary, we are invited to meditate on the Kingdom of God, and its qualities. In meditating on the Kingdom of God, we will discover not only how God acts in our daily lives, but also the behavior required of us. To better understand this, Jesus gives us two parables. These parables remind us of several other parables, those of the sower, the evil tenants, the five talents and again the image that the prophets used, like a protected vine, the planted tree, etc. The prophet Hose will give us the image of an abandoned child, and how this girl (Israel) prostitutes herself by rejecting the love offered by God.  

In these parables there is only one message, God does everything and He is merciful. The seed belongs to God and the sower is Christ.  The Kingdom of God is a divine work. We must recognize that we cannot know everything, because it is a mystery that we are invited to live and to immerse ourselves in. We will certainly know the fruit of our participation and the work of God, with a little patience. The sown Word takes its time and we must know how to be patient and trust. A failure is not necessarily bad, because God is able to transform everything. 

In the first reading we learned how generously God works and how much we must trust in Him.  As the prophet Hose told us, God takes care of us from our birth. We must never abandon God, for He is faithful. Farmers and even gardeners know to trust. The earth works with its rhythm. We must recognize that the divine works are not always visible to us. If we don't learn to look at everything with the eyes of faith, we can never recognize the divine guidance. 

What should we do? Very simple, we must bring everything we can, even if it is small, like a single mustard seed. It is capable of giving birth to another. Jesus needs these five loaves of bread for him to multiply them. That is why this participation and cooperation is important and so dear to God. He needs us.  Since it is God himself who is at work, our contribution, however small, is sufficient for God. If we listen and do in faithfulness, all that God asks of us, He will transform this water into precious wine. We must not neglect anything. Every encounter with God, in fidelity to his commandment of love, gives us rebirth, gives us new life. 

The journey of Mary, Martha's sister, towards the Risen One is our own. In love she went towards the void and the Risen One will call her Mary and will name her as the apostle of his Apostles. The disciples of Emmaus would later discover, "Is not our heart burning? Thomas' profession of faith, 'My Lord and my God' was a divine revelation. My friends, these are not stories of the past, but of the present. God is still working in our hearts today. He needs us, each and every one of us. Mary keeps telling us, 'Do whatever he tells you.  Let us pray that we too, like the Lord, may sow the seeds of love and forgiveness in our daily lives. Let us know with certainty that it is God who gives the seed to grow and bear fruit. Trust that whatever God has initiated in us, He will complete it, Amen. 
 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0