Publié le 6 Juin 2022

Gospel text

(Mt 5:13-16): 

 

 

Jesus said to his disciples: “You are the salt of the earth. But if salt loses its taste, with what can it be seasoned? It is no longer good for anything but to be thrown out and trampled underfoot. You are the light of the world. A city set on a mountain cannot be hidden. Nor do they light a lamp and then put it under a bushel basket; it is set on a lampstand, where it gives light to all in the house. Just so, your light must shine before others, that they may see your good deeds and glorify your heavenly Father.”

 

The Application

 

Jesus wishes that we all be like a salt which gives a good taste and preserve their life, without destroying their individuality. There is a need to respect their life and learn to take a distance. Whatever may be our mission, we should understand the important role that each and every one of us have to do in our life. The widow of the first reading was a salt to the prophet and God has blessed. It is through our person engagements for the well-being of our brothers and sisters that we receive the grace from God. It is here that we become light. In truth, we are not the light, but carry the LIGHT, the Christ, in our daily lives. Let Christ illumines in us, through our thinking and being, thus, through us, they will see the Christ.

 

Action of the day: Be aware that you are salt and light, at the same time.

“You are the salt of the earth. You are the light of the world”

 

Fr. Francesc PERARNAU i Cañellas

(Girona, Spain)

 

Today, St. Matthew reminds us of those words Jesus said regarding our mission as Christians: to be the salt and the light of the world. On the one hand, the salt is a necessary seasoning to make foods taste good: without salt, most dishes are almost worthless! Throughout centuries, on the other hand, salt has been a fundamental element to keep victuals from corruption. Jesus tells us: —You must be the salt of your world, and like the salt, you are to be tasty and avoid corruption.

In our time, many have lost the sense of life and claim it is not worth their while; that life is full of disappointments, difficulties and suffering; that it goes by very fast and that it has death, as a final perspective, and a sad one too.

“You are the salt of the earth!” (Mt 5:13). It is up to Christians to give flavor to life: by showing the joyful and serene optimism of he who recognizes himself as the son of God, for everything in our lives can be a path to sanctity; by making difficulties, suffering and pain help us to purify ourselves; and by realizing that, at the end of our lives, life in Glory —the eternal happiness— is waiting for us.

And, also as the salt does, Christ's disciples must preserve from corruption: where there are Christians with living faith, there cannot be injustice, violence, ill-treatment of the weak ones... Rather on the contrary, the virtue of Charity must shine in full force: worrying for others, solidarity, generosity...

And, thus, Christians are the light of the world (cf. Mt 5:14). A Christian is the torch that, with the example of his life, shows the path to Salvation, by bringing the light of truth everywhere in the world... Where, before, there was only darkness, uncertainty and doubts, now, there is light, certainty and self-confidence.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 5,13-16): 

 

«Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel? Il n'est plus bon à rien: on le jette dehors et les gens le piétinent. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes: alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux».

 

L’Application

 

Seigneur, en toi nous trouvons notre lumière et par ta lumière nous pouvons devenir une lumière pour mes frères et sœurs. Aide-nous à être une véritable source de vie et à apporter ta lumière à tous ceux qui vivent dans l'obscurité du jour. Seigneur, que ta lumière brille sur nous et que le monde soit sauvé.

Apprends-nous à être continuellement le sel qui donne bon goût aux gens, que nous protégions leur vie, et que par notre présence le monde puisse découvrir la source de la vie, et savourer ton amour et ton pardon.

«Vous êtes le sel de la terre (…). Vous êtes la lumière du monde»

 

Abbé Francesc PERARNAU i Cañellas

(Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Saint Matthieu nous rappelle les paroles de Jésus par lesquelles Il nous rappelle notre mission en tant que chrétiens: être le sel et la lumière du monde. Le sel, d'une part, est un condiment qui donne plus de goût aux aliments, sans sel les plats sont fades. Au cours du temps, le sel a été aussi utilisé pour la conservation d'aliments grâce à ses propriétés qui évitent la pourriture.

De nos jours, beaucoup ont perdu le sens de la vie et disent qu'elle ne vaut pas la peine d'être vécue, car elle est remplie d'amertume, de difficultés et de souffrance, qu'elle passe trop vite et qu'elle a une bien triste fin: la mort.

«Vous êtes le sel de la terre» (Mt 5,13). Le chrétien doit donner du goût: par sa joie et par son optimisme serein de se savoir fils de Dieu, que tout dans cette vie est chemin de sainteté, que les difficultés et les souffrances nous aident à nous purifier, et qu'à la fin une vie de gloire et de joie éternelle nous attend.

De ce fait, en tant que sel, le disciple du Christ doit préserver de la pourriture: là où il y a des chrétiens à la foi vive, il ne peut y avoir de l'injustice, ni de la violence, ni d'abus des plus faibles... au contraire, l'esprit de charité doit briller dans toute sa splendeur: la préoccupation d'autrui, la solidarité, la générosité…

Ainsi, le chrétien devient lumière du monde (cf. Mt 5,14). Le chrétien est le flambeau qui par son exemple apporte la lumière de la vérité dans toutes les recoins du monde, en montrant le chemin du salut… Là où régnaient les ténèbres, l'incertitude et le doute, naissent la clarté, la certitude et l'assurance.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Juin 2022

Gospel text

(Jn 19:25-27): 

 

Standing by the cross of Jesus were his mother and his mother’s sister, Mary the wife of Clopas, and Mary of Magdala. When Jesus saw his mother and the disciple there whom he loved, he said to his mother, “Woman, behold, your son.” Then he said to the disciple, “Behold, your Mother.” And from that hour the disciple took her into his home.

 

The Application

 

Immediately after the feast of Pentecost, we celebrate the Blessed Virgin Mary, Mother of the Church. In this Church she is the daughter, like you and me. She is the first who could savour grace in its fullness, the first to be saved by the death and resurrection of the Lord. In her all humanity is presented to the Lord. The Lord entrusted His Church to the motherhood of His Mother, and so He invited His disciple to welcome her, for she will continue her mission, for an eternity.

 

 

She was close to the cross, and she is still today, close to the cross of humanity that suffers from a lack of true love and true forgiveness. In this accompaniment, she is never alone. She is with the disciples of the Lord, with the lovers of her Son. In remembering her motherhood, can we imitate her humanity, her service to the people of God? Let us try to establish a good relationship with her, for in her motherhood, through her intersession, we can enjoy the grace of her Son.

 

Action of the day: Be a child of Mary.

«Behold, your mother»

 

Fr. Alexis MANIRAGABA

(Ruhengeri, Rwanda)

 

Today we remember Mary, Mother of the Church. In this sense, we contemplate the spiritual motherhood of Mary in connection with the Church, which is —in itself— Mother of the People of God, since "no one can have God for Father, who has not the Church for his Mother" (Saint Cyprian). Mary is the Mother of the Son of God and at the same time Mother of those who love her Son and those “well-loved” by her Son, in accordance with that “Woman, behold your son; disciple: Behold your mother” (Jn 19:26-27), just as Jesus said. Giving his body to men and returning his spirit to his Father, Jesus Christ even gave his Mother to his friends.

And the greatest love is the one with which Jesus loves the Church (Eph 5:25), to which his friends belong. Therefore, children adopted by God cannot have Jesus as brother if they do not have Mary as Mother because, while Mary loves her Son, she loves the Church of which she is an eminent member. Which does not mean that Mary is superior to the Church, but that She is "mother of the members of Christ" (St. Augustine).

The Second Vatican Council adds that Mary is "truly the mother of the members of Christ for having cooperated with her love for the faithful, who are members of that Head (Jesus), to be born into the Church." Furthermore, while remaining in the midst of the Apostles in the Upper Room (Acts 1:14), Mary —Mother of the Church— recalls the presence, gift and action of the Holy Spirit in the missionary Church. By imploring the Holy Spirit in the heart of the Church, Mary prays with the Church and prays for the Church, because "already assumed in the glory of heaven, she accompanies and protects the Church with her maternal love" (Preface to the Mass “Mary, Mother of the Church”).

Mary takes care of her children. We can, therefore, entrust to her the whole life of the Church, as did Pope Saint Paul VI: "O, Virgin Mary, Mother of the Church, to you we recommend the entire Church and our ecumenical council!”

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 19,25-27): 

 

Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

 

L’Application

 

Immédiatement après la fête de la Pentecôte, nous célébrons la Sainte Vierge Marie, Mère de l'Église. Dans cette Église, elle est la fille, comme vous et moi. Elle est la première qui a pu goûter la grâce dans sa plénitude, la première à être sauvée par la mort et la résurrection du Seigneur. En elle, toute l'humanité est présentée au Seigneur. Le Seigneur a confié son Église à la maternité de sa Mère, et il a donc invité son disciple à l'accueillir, car elle poursuivra sa mission, pour une éternité.


Elle était proche de la croix, et elle l'est encore aujourd'hui, proche de la croix de l'humanité qui souffre d'un manque d'amour vrai et de pardon vrai. Dans cet accompagnement, elle n'est jamais seule. Elle est avec les disciples du Seigneur, avec les amoureux de son Fils. En faisant mémoire de sa maternité, pouvons-nous imiter son humanité, son service au peuple de Dieu ? Essayons d'établir une bonne relation avec elle, car dans sa maternité, par son intersession, nous pouvons jouir de la grâce de son Fils.

« Voici ta mère »

 

Abbé Alexis MANIRAGABA

(Ruhengeri, Rwanda)

 

Aujourd'hui, nous faisons mémoire de Marie, Mère de l’Église. De ce sens, nous comprenons la maternité spirituelle de Marie en connexion avec l’Eglise qui est en soi Mère du peuple de Dieu car «on ne peut avoir Dieu pour Père si on n’a pas l’Église pour Mère» (Saint Cyprien). Marie est Mère du Fils de Dieu mais aussi Mère de ceux qui aiment son Fils et les bien-aimés de son Fils en conformité avec «Femme, voilà ton fils ; disciple, voilà ta mère» (Jn 19,26-27), dit Jésus. Livrant son corps aux hommes et remettant son esprit à son Père, Jésus a donné même sa Mère à ses amis.

E le plus grand amour est celui que Jésus aime l’Eglise (Ep 5,25) dont font partie ses amis. Ainsi, les enfants adoptifs de Dieu ne peuvent-ils avoir Jésus pour frère que s’ils n’ont pas Marie pour Mère parce que, tout en aimant son Fils, Marie aime l’Eglise dont elle est membre éminent. Ce qui signifie que Marie n’est pas supérieur à l’Eglise mais elle est «mère des membres du Christ» (Saint Augustin).

Le Concile Vatican II ajoute que la naissance de Marie a coopéré «à la naissance dans l'Eglise des fidèles qui sont les membres de ce Chef (Jésus)» (Lumen Gentium, n. 53). En plus, étant au centre des apôtres au cénacle (Ac 1,14), Marie, Mère de l’Église rappelle la présence, le don et l’action du Saint-Esprit dans l’Eglise missionnaire. En implorant le Saint-Esprit au cœur de l’Église, Marie prie avec l’Eglise et prie pour l’Eglise car, «élevée dans la gloire du ciel, elle accompagne et protège l’Église de son amour maternel» (Préface de la messe Marie, Mère de l’Église). Marie prend soin de ses fils; on peut donc la confier toute la vie de l’Eglise come Paul VI qui a dit: «O Vierge Marie, Mère très auguste de l’Eglise, nous te recommandons toute l’Eglise et le concile œcuménique!».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Juin 2022

Gospel text

(Jn 21:20-25): 

 

Peter turned and saw the disciple following whom Jesus loved, the one who had also reclined upon his chest during the supper and had said, “Master, who is the one who will betray you?” When Peter saw him, he said to Jesus, “Lord, what about him?” Jesus said to him, “What if I want him to remain until I come? What concern is it of yours? You follow me.” So the word spread among the brothers that that disciple would not die. But Jesus had not told him that he would not die, just “What if I want him to remain until I come? What concern is it of yours?”

It is this disciple who testifies to these things and has written them, and we know that his testimony is true. There are also many other things that Jesus did, but if these were to be described individually, I do not think the whole world would contain the books that would be written.

 

The Application

 

I am personally convinced that everything is grace and providence, including my moments of misfortune. God, who is alive and full of goodness, sees not only my actions, but also my inner thoughts. Therefore, I place myself before the Lord, presenting my joys and sorrows to Him, so that He may help me to make a good discernment and also to discover the causality of my emotions and feelings. By accepting the truth (all human truth is partial) revealed by the Holy Spirit, I surrender myself to God, so that He may guide me and direct me to the right path. By living a right life before God, I can easily bear witness to Him. There I can live a life close to the one whose today’s gospel names, John.

 

 

Action of the day: Be open to the Spirit.

“It is this disciple who testifies to these things and has written them, and we know that his testimony is true”

 

Fr. Fidel CATALÁN i Catalán

(Terrassa, Barcelona, Spain)

 

Today, we read the end of St. John's Gospel. Actually, it is the end of the appendix St. John's community added to the original text. In this particular case, it is a willingly significant fragment. The Resurrected Lord appears before his disciples and confirms they are to follow him, particularly as regards Peter. Next, comes the text we proclaim today in the liturgy.

The figure of the beloved disciple is central in this fragment and even in the totality of St. John's Gospel. It may refer to a concrete person —the disciple John— or, it can be a figure, behind which, any disciple loved by the Master can be placed. Whatever its meaning, the text helps to give an element of continuity to the Apostles' experience. The Resurrected Lord assures us of his presence amongst those who want to follow him.

“What if I want him to remain until I come?” (Jn 21:22), may perhaps refer to this continuity rather than to a chronological space-time element. The beloved disciple becomes a testimony of all that, to the extent he realizes the Lord will always remain beside him. This is why he can write and his words are worth believing, because he glosses with his pen the continuous experiences of those living their mission in the midst of the world, while experiencing the presence of Jesus Christ. This beloved disciple can be each one of us provided we let be guided by the Holy Spirit, He who helps discovering this presence.

This text, already prepares us to celebrate, tomorrow, the Solemnity of Pentecost, the Gift of the Spirit: “And the Paraclete came down from Heaven: the Church's custodian and sanctifier, the souls' administrator, the castaways' pilot, the wanderers' lighthouse, the fighting ones' arbitrator and he who crowns the winners” (St. Cyril of Jerusalem).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 21,20-25): 

 

En se retournant, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. (C'est lui qui, pendant le repas, s'était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire: «Seigneur, quel est celui qui va te livrer?») Pierre, voyant ce disciple, dit à Jésus: «Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il?». Jésus lui répond: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire? Mais toi, suis-moi». Ainsi se répandit parmi les frères l'idée que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n'avait pas dit à Pierre: «Il ne mourra pas», mais: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire?».

C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d'autres choses que Jésus a faites; et s'il fallait rapporter chacune d'elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l'on écrirait ainsi.

 

L’Application

 

Je suis personnellement convaincu que tout est grâce et providence, y compris mes moments de malheur. Dieu, qui est vivant et plein de bonté, voit non seulement mes actions, mais aussi mes pensées intérieures. Par conséquent, je me place devant le Seigneur, en lui présentant mes joies et mes peines, afin qu'il m'aide à faire un bon discernement et aussi à découvrir la causalité de mes émotions et de mes sentiments. En acceptant la vérité (toute vérité humaine est partielle) révélée par l'Esprit Saint, je m'abandonne à Dieu, afin qu'Il me guide et me dirige sur le bon chemin. En menant une vie droite devant Dieu, je peux facilement témoigner de Lui. Je peux y vivre une vie proche de celui dont le disciple de l'évangile du jour.

«C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai»

 

Abbé Fidel CATALÁN i Catalán

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous lisons la dernière partie de l'Évangile de saint Jean. Il s'agit en effet, de la fin de l'appendice inséré par la communauté de Jean au texte original. En l'occurrence il s'agit d'un texte délibérément significatif. Le Seigneur ressuscité se montre à ses disciples et Il renouvelle leur adhésion, particulièrement celle de Pierre. Et ensuite l'Évangile continue avec le texte de l'Évangile d'aujourd'hui.

L'image du disciple aimé de Jésus est au centre de ce passage et même dans tout l'Évangile de saint Jean. Il peut faire référence à une personne concrète —Jean le disciple— ou bien il se peut qu'elle fasse référence à l'image de tout disciple bien aimé de Jésus. Quelle que soit sa signification le texte aide à donner un semblant de continuité à l'expérience vécue par les apôtres. Le Seigneur ressuscité leur affirme sa présence à coté de ceux qui Le suivent.

«Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne» (Jn 21,22) cela nous donne confirmation de cette continuité bien plus qu'un élément chronologique dans l'espace et dans le temps. Le disciple bien-aimé rend témoignage de cela dans la mesure où il est conscient que le Seigneur est avec lui en toute circonstance. C'est la raison pour laquelle il peut l'écrire et sa parole est véritable, car par sa main il rend témoignage de l'expérience continue de ceux qui vivent leur mission à travers le monde en éprouvant la présence continue du Christ. Chacun d'entre nous peut devenir ce disciple bien-aimé dans la mesure où nous nous laissons guider par l'Esprit Saint car c'est l'Esprit Saint qui nous aide à découvrir à l'intérieur de nous-mêmes cette présence.

Ce texte nous prépare pour la fête solennelle de la Pentecôte, le don de l'Esprit Saint: «Et le Paraclet est descendu du ciel: le gardien et sanctificateur de l'Église, le régisseur des âmes, guide de ceux qui sombrent, phare des vagabonds, arbitre de ceux qui luttent et qui couronne les gagnants» (Saint Cyrille de Jérusalem).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juin 2022

Gospel text

(Jn 21:15-19): 

 

After Jesus had revealed himself to his disciples and eaten breakfast with them, he said to Simon Peter, “Simon, son of John, do you love me more than these?” Simon Peter answered him, “Yes, Lord, you know that I love you.” Jesus said to him, “Feed my lambs.” He then said to Simon Peter a second time, “Simon, son of John, do you love me?” Simon Peter answered him, “Yes, Lord, you know that I love you.” He said to him, “Tend my sheep.”

He said to him the third time, “Simon, son of John, do you love me?” Peter was distressed that he had said to him a third time, “Do you love me?” and he said to him, “Lord, you know everything; you know that I love you.” Jesus said to him, “Feed my sheep. Amen, amen, I say to you, when you were younger, you used to dress yourself and go where you wanted; but when you grow old, you will stretch out your hands, and someone else will dress you and lead you where you do not want to go.” He said this signifying by what kind of death he would glorify God. And when he had said this, he said to him, “Follow me.”

 

The Application

 

Jesus shares his power and responsibility with his disciples, the primacy of Peter is recognised, a transmission of the mission is received in love. Do you love me more than ......? Three times denied in fear and desolation, and three times expressing his choice, in freedom and in love. There he is invited to follow the Lord, to follow the Lord in love and this path of freedom and joy will end, just like his Master, surrendering to the divine will, on the Cross. He will let himself be led by the Holy Spirit.

 

Action of the day: Be a free person.

"Do you love me more than these?"

 

Fr. Habel JADERA

(Bogor, Indonesia)

 

Today, Gospel tells us another story of Jesus’ appearance to His disciples. Intensely, the dialogue between Jesus and Peter illustrates God's mercy as a great love for the disciples and the world. This is not a common dialog between Jesus and His disciple, Peter. Both Jesus and Peter talk about love according to their perspectives. Jesus’ three questions: «Do you love me more than these?» could be seen as His act of reaffirming Peter's twofold status: as a disciple who loves Him more than others do, and as a disciple who loves Him more than he loves his fellow disciples. Indeed, Jesus’ great act of love requires a depth response from Peter.

By answering «Yes, Lord, you know that I love you», Simon seems to understand his three times failures in denying Jesus, Son of God who stands in front of him, who says to the disciples «don’t be afraid», «peace be unto you» (cf. Jn 14:27; 20:19).

Jesus concludes this important dialog with the affirmation of Peter's task and the authorities which have been given before (cf. Mt 16:18-20). Especially, when Jesus said, «Look after my sheep». Regarding this fulfillment of Jesus' commissions, it requires an extraordinary love, the love that is missionary in spirit. This missionary love must be going forth, as Pope Francis says «love creates bonds and expands existence, for it draws people out of themselves and towards others».

Jesus ensures this basic characteristic of love that is missionary to be His shepherds: To love Him more than anything. Finally, as Jesus' disciples, we are all called to guarantee that the «law of ecstasy» is operated. As Pope Francis notes «the lover goes outside the self to find a fuller existence in another».
Missionary love encourages us of moving beyond ourselves!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 21,15-19): 

 

Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre: «Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci?». Il lui répond: «Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais». Jésus lui dit: «Sois le berger de mes agneaux». Il lui dit une deuxième fois: «Simon, fils de Jean, m'aimes-tu?». Il lui répond: «Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais». Jésus lui dit: «Sois le pasteur de mes brebis».

Il lui dit, pour la troisième fois: «Simon, fils de Jean, est-ce que tu m'aimes?». Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait: «Est-ce que tu m'aimes?» et il répondit: «Seigneur, tu sais tout: tu sais bien que je t'aime». Jésus lui dit: «Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis: quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c'est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t'emmener là où tu ne voudrais pas aller». Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il lui dit encore: «Suis-moi».

 

L’Application

 

Jésus partage son pouvoir et sa responsabilité avec ses disciples, la primauté de Pierre est reconnue, une transmission de la mission est reçue dans l'amour. M'aimes-tu plus que ...... ? Trois fois renié dans la peur et la désolation, et trois fois exprimant son choix, dans la liberté et l'amour. Là, il est invité à suivre le Seigneur, à suivre le Seigneur dans l'amour et ce chemin de liberté et de joie se terminera, comme son Maître, sur la Croix. Il se laissera conduire par l'Esprit Saint.

 

"Est-ce que tu m'aimes plus qu'eux ?"

 

Abbé Habel JADERA

(Bogor, Indonésie)

 

Aujourd'hui, l'Evangile nous raconte une des apparitions de Jésus à ses disciples. D'une manière profonde, le dialogue entre le Seigneur et Pierre nous montre la miséricorde de Dieu comme son grand amour pour les disciples et le monde. Ce n'est pas un dialogue quelconque entre Jésus et son disciple Pierre. Tous les deux, Jésus-Christ et Pierre, parlent d'amour, chacun depuis sa perspective. Les trois questions de Jésus : "Est-ce que tu m'aimes plus qu'eux ?" (Jn 21,15) peuvent être considérées comme une nouvelle affirmation du double statut de Pierre, à savoir : d'un côté, comme un disciple qui l'aime plus que les autres, et, d'un autre côté, comme un disciple qui l'aime Lui plus que ses compagnons. En tout cas, le grand acte d'amour de Jésus-Christ presse une réponse profonde de la part de Pierre.

En répondant "Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime", Simon semble prendre conscience de ses trois chutes quand il renia Jésus, le Fils de Dieu qui reste devant lui et qui dit aux disciples "que votre cœur ne se trouble pas", "la paix soit avec vous" (cf. Jn 14,27 ; 20,19).

Jésus conclut ce dialogue si important avec la confirmation de la mission de Pierre et du primat qu'Il lui avait déjà accordé auparavant (cf. Mt 16,18-20), en particulier, quand le Christ lui dit "Fais paître mes brebis". L'accomplissement des missions confiées par Jésus requiert un amour extraordinaire, un amour missionnaire dans l'âme. Cet amour missionnaire doit aller "crescendo". Comme l'a affirmé le Pape François, "l'amour crée des liens et élargit l'existence quand il fait sortir la personne d'elle-même pour aller vers l'autre".

Pour parvenir à être ses pasteurs, Jésus-Christ exige la caractéristique basique suivante de l'amour missionnaire : l'aimer plus qu'à quiconque. Finalement, en tant que disciples de Jésus, on nous demande de rendre opérationnelle la "loi de l'extase". C'est-à-dire, celui qui aime doit "sortir de lui-même pour trouver la croissance de son être dans l'autre" (François).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juin 2022

Gospel text

(Jn 17,20-26): 

 

Lifting up his eyes to heaven, Jesus prayed saying: “I pray not only for these, but also for those who will believe in me through their word, so that they may all be one, as you, Father, are in me and I in you, that they also may be in us, that the world may believe that you sent me. And I have given them the glory you gave me, so that they may be one, as we are one, I in them and you in me, that they may be brought to perfection as one, that the world may know that you sent me, and that you loved them even as you loved me.

Father, they are your gift to me. I wish that where I am they also may be with me, that they may see my glory that you gave me, because you loved me before the foundation of the world. Righteous Father, the world also does not know you, but I know you, and they know that you sent me. I made known to them your name and I will make it known, that the love with which you loved me may be in them and I in them.”

 

The Application

 

The gospel of the day helps us to understand the deep divine desire and all that Jesus wishes for every baptised. Jesus teaches us that the life of a baptized person is not a life of calculation or ambition. On the contrary, it is a life of obedience to God's will, and of letting ourselves be led by the Holy Spirit. In this obedience and total surrender, we try to know and listen to the Lord and engage all our energy and mind to put into practice all that we have heard.  Thus, our life becomes by its daily commitment, active (doing)  contemplative (searching ), and an action of grace, which gives glory to God.

 

 

In this state of Life, we participate in the glory of God, because in our actions and words, it is God who makes himself visible to the world. Since our thinking is totally caught up in the divine thinking, we imitate Jesus in being, with limitations, and as a result, we are united to God, as Jesus is in his Father. Jesus desires that this union be perfect and in love we know, not only the divine will, but also the Father, Himself. All is possible in faith and belief, which is best expressed in the way we love one another.

 

Action of the day: Be a person filled with faith and love.

«I pray not only for them, but also for those who will believe in me through their word»

 

Fr. Joaquim PETIT Llimona, L.C.

(Barcelona, Spain)

 

Today, we find a solid basis for trust in the Gospel: “I pray not only for them, but also for those who will believe in me through their word...” (Jn 17:20). It is Jesus' heart, which, in the intimacy of Jesus with his disciples, opens up the inexhaustible treasures of His Love. He wants to strengthen their hearts overwhelmed by the sense of farewell that, during the Last Supper, the Master's words and gestures have left them with. It is Jesus' unfailing prayer that goes up to the Father, pleading for them. What a confidence and strength will they find in this prayer throughout their apostolic mission! Amidst all the difficulties and dangers they have to face, this prayer will go all the way with them to become the source where they will find the strength and courage to give the final testimony of their faith with the offering of their own life.

We should let the reality of Jesus' prayer for his disciples to reach our lives, too: “I pray not only for them, but also for those who will believe in me...” These words travel through time and centuries to attain, with the same intensity they were once said, the hearts of every true believer.

In the living memory of St. John Paul II's visit to Spain back in 2003, we find in his words the echo of Jesus' prayer for his disciples: “With open arms I will hold you all in my heart —said the Pontiff before more than a million people—. The memory of these days will become my prayer as I ask for peace in fraternal coexistence for you all, encouraged by Christian hope that never disappoints.” St. Leo the Great, another Pope far in the past, also made an exhortation that, after many centuries have reached our heart too: “There is no ailing one whom the victory of the cross be denied to, nor there is anyone whom Christ's prayer does not help to. For, if it was so profitable for those who treated him so cruelly, how much more will it not be for those who are converted unto him”.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 17,20-26):

 

 «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un: moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé.

»Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux».

 

L’Application

 

La vie d'un baptisé n'est pas une vie de calcul ou d'ambition. Au contraire, c'est une vie d'obéissance à la volonté de Dieu, et de se laisser conduire par l'Esprit Saint. Dans cette obéissance, nous écoutons le Seigneur et nous essayons de mettre en pratique tout ce que nous avons entendu.  Ainsi, notre vie devient par son engagement quotidien, une action de grâce, qui rend gloire à Dieu.


Dans cet état de Vie, nous participons à la gloire de Dieu, car dans nos actions et nos paroles, c'est Dieu qui se rend visible au monde. Puisque notre pensée est totalement prise dans la pensée divine, nous imitons Jésus dans l'être, bien qu'avec des limites, et de ce fait, nous sommes unis à Dieu, comme Jésus l'est dans son Père. Jésus désire que cette union soit parfaite et par amour que nous connaissions, non seulement la volonté divine, mais aussi le Père, lui-même. Tout est possible dans la foi et la croyance, qui s'exprime le mieux dans la manière dont nous nous aimons les uns les autres.

«Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi»

 

Abbé Joaquim PETIT Llimona, L.C.

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui nous trouvons dans l'Évangile une solide source d'où puiser la confiance: «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui (…) croiront en moi» (Jn 17,20). C'est le Cœur de Jésus qui, dans l'intimité des siens, leurs ouvre les trésors inépuisables de son Amour. Il veut consolider leurs cœurs attristés par l'air d'«au revoir» qu'ont les gestes et paroles du Maître durant la Dernière Cène. C'est la prière indéfectible de Jésus qui monte vers le Père en intercédant pour eux. Quelle sécurité et quelle force trouveront-ils par la suite dans cette prière tout au long de leur mission apostolique! Au milieu des difficultés et des dangers qu'ils ont dû affronter, cette prière les accompagnera et sera la source de laquelle ils trouveront la force et le courage pour être témoins de leur foi à travers du renoncement à leur propre vie.

La contemplation de cette réalité, de cette prière de Jésus pour les siens, doit toucher nos vies: «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui (…) croiront en moi…». Ces paroles transcendent les siècles et arrivent, avec la même intensité avec laquelle ils étaient prononcés, jusqu'au cœur de tous et chacun des croyants.

Si nous nous souvenons de la dernière visite de Saint Jean-Paul II en Espagne, nous retrouvons dans les paroles du Pape l'écho de cette prière de Jésus pour les siens: «À bras ouverts je vous porte tous dans mon cœur —dit le Pontife devant plus d'un million de personnes. Le souvenir de ce séjour se fera prière demandant pour vous la paix en coexistence fraternelle, encouragés par l'espérance chrétienne qui ne trahit jamais». Et un peu plus loin dans le temps, un autre pape prononçait des paroles qui nous touchent le cœur après plusieurs siècles: «Il n'existe aucun malade à qui l'on nie la victoire de la croix, il n'existe personne à qui ne l'aide pas la prière du Christ. Si ce fut vrai pour ceux qui ont appris de Lui, ne sera-t-il pas d'autant plus vrai pour ceux qui se convertissent à Lui?» (Saint Léon Le Grand).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0