Publié le 9 Juin 2022

Gospel text

(Mt 5:27-32): 

Jesus said to his disciples: “You have heard that it was said, You shall not commit adultery. But I say to you, everyone who looks at a woman with lust has already committed adultery with her in his heart. If your right eye causes you to sin, tear it out and throw it away. It is better for you to lose one of your members than to have your whole body thrown into Gehenna. And if your right hand causes you to sin, cut it off and throw it away. It is better for you to lose one of your members than to have your whole body go into Gehenna.

“It was also said, Whoever divorces his wife must give her a bill of divorce. But I say to you, whoever divorces his wife (unless the marriage is unlawful) causes her to commit adultery, and whoever marries a divorced woman commits adultery.”

”Everyone who looks at a woman with lust has already committed adultery”

 

Fr. Pablo CASAS Aljama

(Sevilla, Spain)

 

Today Jesus speaks clearly to us about indissoluble love, the fruit of chaste love. As Pope Francis stated, “The holiness and indissolubility of Christian matrimony, often disintegrating under tremendous pressure from the secular world, must be deepened by clear doctrine and supported by the witness of committed married couples.” Unfortunately, today, this can be a controversial subject, because it seems that practicing chastity and the virtue of holy purity in the middle of this world is considered outdated, or could even take away our freedom.

Our "eyes" also speak about what’s in our hearts. The gaze of spouses, for example, must be an expression of a chaste and pure love that lasts forever. "Everyone who looks at a woman with lust has already committed adultery with her in his heart" (Mt 5:28).

This purity of heart is expressed by treating our bodies with dignity: Saint Paul says "Your body is a temple of the Holy Spirit" (1Cor 6:19). Today's Gospel must lead us to understand the sacredness of marriage. It is not about understanding the Gospel in a literal way, since losing an eye or a hand does not exempt us from sinning —and is generally considered a bad thing to have happen to someone. Rather, the words of Jesus refer to the sacrifices we must make in order to remain faithful to the project of fidelity to God; and in respecting the sanctity of marriage as a true sacrament, by living according to the purpose for which it was established.

Jesus wants to restore the divine law to its full strength, and says: “Whoever divorces his wife ... causes her to commit adultery” (Mt 5:32). With these words he shows the extent to which each one is responsible for the holiness of his or her spouse: We are called to be "one" in holy marriage. It is true that marriage is often not an easy thing: living with holiness implies the cross. As Benedict XVI would say: “Love does not leave us indifferent.”

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 5,27-32): 

 

«Vous avez appris qu'il a été dit: ‘Tu ne commettras pas d'adultère’. Eh bien moi, je vous dis: Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur. Si ton oeil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi: car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s'en aille pas dans la géhenne.

»Il a été dit encore: ‘Si quelqu'un renvoie sa femme, qu'il lui donne un acte de répudiation’. Eh bien moi, je vous dis: Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d'union illégitime, la pousse à l'adultère; et si quelqu'un épouse une femme renvoyée, il est adultère».

«Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère»

 

+ Abbé Josep LIÑÁN i Pla SchP

(Sabadell, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus continue à approfondir sur le thème des exigences du sermon des Béatitudes. Il n'abolit pas la loi, mais lui donne plus d'ampleur. C'est pour cette raison que son observation consiste à beaucoup plus que remplir certaines conditions minimes pour avoir nos papiers en règle. Dieu nous donne la loi de l'amour pour arriver au sommet, mais nous cherchons toujours le moyen de la changer en la loi du moindre effort. Dieu nous demande beaucoup…! Oui mais il nous a donné beaucoup plus, il s'est donné lui-même.

Aujourd'hui, Jésus vise très haut en manifestant son autorité sur le sixième et le neuvième commandement, les préceptes qui se référent à la sexualité et à la pureté de la pensée. La sexualité est le langage humain qui signifie amour et alliance, de ce fait, il ne peut pas être banalisé, nous ne pouvons pas non plus transformer les autres en objets de plaisir, même pas par la pensée! De là l'affirmation très sévère de Jésus: «Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur» (Mt 5,28). Il est donc nécessaire de couper le mal à la racine et éviter les pensées et les occasions qui nous feraient faire ce que Dieu hait. Voilà ce que veulent dire ces paroles qui peuvent nous sembler radicales et exagérées, mais que ceux qui écoutaient Jésus comprenaient par leur expression: heurter, couper, jeter…

Finalement, la dignité du mariage doit être protégée pour toujours, car elle fait partie du projet de Dieu pour l'homme et pour la femme; afin que par l'amour et le don mutuel ils deviennent une seule chair, et en même temps c'est un signe et une participation à l'alliance du Christ et de l'Église. Le chrétien ne peut vivre la relation homme-femme ni la vie conjugale selon l'ordre du monde, saint Basile nous dit: «Il ne faut pas croire que parce que vous avez choisi la vie de couple, il vous est permis de continuer à vivre d'une façon mondaine en s'abandonnant à l'oisiveté et à la paresse, au contraire, cela même vous oblige à travailler d'avantage et à veiller plus attentivement sur votre salut».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 8 Juin 2022

Gospel text

(Mt 5:20-26): 

 

Jesus said to his disciples: “I tell you, unless your righteousness surpasses that of the scribes and Pharisees, you will not enter into the Kingdom of heaven.

“You have heard that it was said to your ancestors, You shall not kill; and whoever kills will be liable to judgment. But I say to you, whoever is angry with his brother will be liable to judgment, and whoever says to his brother, Raqa, will be answerable to the Sanhedrin, and whoever says, ‘You fool,’ will be liable to fiery Gehenna.

“Therefore, if you bring your gift to the altar, and there recall that your brother has anything against you, leave your gift there at the altar, go first and be reconciled with your brother, and then come and offer your gift. Settle with your opponent quickly while on the way to court with him. Otherwise your opponent will hand you over to the judge, and the judge will hand you over to the guard, and you will be thrown into prison. Amen, I say to you, you will not be released until you have paid the last penny.”

 

The Application

 

In reading this gospel I have a message for myself and each of you may find another message. For me personally, the Lord invites me to establish a very pleasant relationship with my brothers and sisters, a life filled with love and forgiveness. The life of communion is the first step towards the path to holiness.

 

 

For another person, it may be a call to perfection, a life totally configured to Christ, a call to offer oneself totally to the divine will. This Gospel can invite us to trust in God, to rise from a faithful, ordinary person to an extraordinary person, who sets his or her values based on the divine will.

 

Action of the Day: Be aware of your divine identity.

 

”Unless your righteousness surpasses that of the scribes and Pharisees, you will not enter into the Kingdom of heaven”

 

Fr. Julio César RAMOS González SDB

(Mendoza, Argentina)

 

Today, Jesus invites us to go beyond what any reliable law-abiding person can go. Even, without falling into any evil deeds, routine quite often hardens the desire of seeking sanctity, by comfortably adapting ourselves to the habit of just a good behavior, and nothing else. St. John Bosco used to say: «The good is the enemy of the best». It is there, where the Master's Word reaches us, inviting us to be righteous in a “much broader” way (cf. Mt 5:20) that starts from a different attitude. Bigger things that, paradoxically, look lesser and smaller. To get angry, to scorn and disown your brother are not the right things for the disciple of the Kingdom who is supposed to be —nothing less but— the salt of the earth and the light of the world (cf. Mt 5:13-16), as of the applicability of the Beatitudes (cf. Mt 5:3-12).

With authority, Jesus changes the interpretation of the negative precept “Do not kill” (cf. Ex 20:13), by the positive meaning of the deep and radical demand of reconciliation, which, for additional emphasis, is put in relationship to the worship. Thus, no offering is valid when you “recall that your brother has anything against you” (Mt 5:23). This is why it is so important to settle any dispute as, otherwise, the invalidity of your offering will be turned against you (cf. Mt 5,26).

All this can only be attained through a great love. Indeed —St. Paul will say—: “The commandments, ‘You shall not commit adultery; you shall not kill; you shall not steal; you shall not covet,’ and whatever other commandment there may be, are summed up in this saying, namely ‘You shall love your neighbor as yourself.’ Love does no evil to the neighbor; hence, love is the fulfillment of the law” (Rm 13:9-10). Help us beg to be renewed in the gift of charity —to the minimum detail— towards our neighbor, and our life will be the best and most authentic of all our offers to God.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 8 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 5,20-26): 

 

Je vous le dis en effet: «Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux.

»Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu'un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis: Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu'un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.

»Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison. Amen, je te le dis: tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou».

 

L’Application

 

En lisant cet évangile, j'ai un message pour moi et chacun de vous peut trouver un autre message. Pour moi personnellement, le Seigneur m'invite à établir une relation très agréable avec mes frères et sœurs, une vie remplie d'amour et de pardon. La vie de communion est le premier pas sur le chemin de la sainteté.

Pour une autre personne, cela peut être un appel à la perfection, une vie totalement configurée au Christ, un appel à s'offrir totalement à la volonté divine. Cet Évangile peut nous inviter à faire confiance à Dieu, à passer d'une personne fidèle et ordinaire à une personne extraordinaire, qui fixe ses valeurs en fonction de la volonté divine.

«Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux»

 

Abbé Julio César RAMOS González SDB

(Mendoza, Argentine)

 

Aujourd'hui, Jésus nous invite à aller au-delà de ce que peut vivre n'importe quel fidèle. Même si elle ne se traduit pas par de mauvaises actions, la coutume endurcit souvent le désir de rechercher la sainteté, en nous moulant commodément sur la routine des actions correctes, et rien d'autre. Saint Jean Bosco répétait: «Le bon est l'ennemi du meilleur». C'est là que nous atteint la Parole du Maître, qui nous invite à nous “surpasser” (cf. Mt 5,20), à partir d'une attitude différente. Surpassement qui, paradoxalement, passe par les choses les plus petites. Se mettre en colère, insulter et maudire son frère n'a rien de bon pour le disciple du Royaume, appelé à être —rien de plus, mais rien de moins— le sel de la terre et la lumière du monde (cf. Mt 5,13-16), par la vigueur des béatitudes (cf. Mt 5,3-12).

Jésus, avec autorité, modifie l'interprétation du précepte négatif «Tu ne tueras pas» (cf. Ex 20,13) par l'interprétation positive de la profonde et radicale exigence de réconciliation, mise, pour insister davantage, en relation avec le culte. Ainsi n'y a-t-il pas d'offrande qui vaille quand «tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi» (Mt 5,23). C'est pourquoi il importe d'arranger tout litige, sinon l'invalidité de l'offrande se retournera contre toi (cf. Mt 5,26).

Tout cela ne peut être mis en œuvre que par un grand amour. Saint Paul nous dira: «En effet, le précepte: Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne tueras pas, tu ne voleras pas, tu ne convoiteras pas, et tous les autres se résument en cette formule: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. La charité ne fait point de tort au prochain. La charité est donc la Loi dans sa plénitude» (Rom 13,9-10). Demandons à être renouvelés —jusque dans le moindre détail— dans le don de la charité à l'égard du prochain, et notre vie sera la meilleure et la plus authentique offrande à Dieu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Juin 2022

Gospel text

(Mt 5,17-19): 

 

Jesus said to his disciples: “Do not think that I have come to abolish the law or the prophets. I have come not to abolish but to fulfill. Amen, I say to you, until heaven and earth pass away, not the smallest letter or the smallest part of a letter will pass from the law, until all things have taken place. Therefore, whoever breaks one of the least of these commandments and teaches others to do so will be called least in the Kingdom of heaven. But whoever obeys and teaches these commandments will be called greatest in the Kingdom of heaven.”

 

The Application

 

Jesus has come to accomplish the Law, the divine law. The approach of Jesus was little strange for the people who knew how God was working throughout the salvation history. A small change disturbs us, and even more so a new thought and orientation that we are not used to. What should we do about this change? And how can we adopt ourselves to this newness? We must always ask for the will and spirit of the person who instituted this tradition or law that we are faithfully following. Once we are connected to the source, like a branch attached to the vine, this change will not bother us, and we can easily adopt it. So, we need to ask ourselves this question, are we connected to the source?

 

Action of the day: Remain connected to God.

«I have come not to abolish but to fulfill»

 

Fr. Miquel MASATS i Roca

(Girona, Spain)

 

Today, we listen to the Lord saying: “Do not think that I have come to abolish the law or the prophets (…) but to fulfill” (Mt 5:17). In today's Gospel, Jesus teaches us that the Old Testament is part of the Divine Revelation: First, God made himself known to men through the prophets. The chosen People gathered on Saturdays in the synagogue to listen to God's Word. And just as a good Jew knew the Scriptures and put them into practice, we Christians should frequently meditate —if possible, every day— upon the Scriptures.

In Jesus we have the plenitude of Revelation. He is the Verb, God's Word, that has become flesh, and dwelt among us (cf. Jn 1:14) to let us know He is God and how He loves us. God wants of man a response of love, expressed upon the fulfillment of his teachings: “If you love me, you will keep my commandments” (Jn 14:15).

We can find a good explanation of today's Gospel in St. John's first letter: “For the love of God is this, that we keep his commandments. And his commandments are not burdensome” (1Jn 5:3). To keep God's commandments means that we truly love him through our deeds. Love is not only a feeling; love also wants deeds, deeds of love, to live the double precept of charity.

Jesus teaches us the malice of scandal: “Whoever breaks one of the least of these commandments and teaches others to do so will be called least in the Kingdom of heaven” (Mt 5:19). Because —as St. John says— “Whoever says, ‘I know him,’ but does not keep his commandments is a liar, and the truth is not in him” (1Jn 2:4).

At the same time, He shows us how important good example is: “But whoever obeys and teaches these commandments will be called greatest in the Kingdom of heaven” (Mt 5:19). Good example is the first element of the Christian Apostolate.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 5,17-19): 

 

«Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes: je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis: Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux».

 

The Application

 

Un petit changement nous perturbe, et plus encore une pensée et une orientation nouvelles auxquelles nous ne sommes pas habitués. Que devons-nous faire face à ce changement ? Et comment pouvons-nous nous adapter à cette nouveauté ? Nous devons toujours demander la volonté et l'esprit de la personne qui a institué cette tradition ou cette loi que nous suivons fidèlement. Une fois que nous sommes connectés à la source, comme un sarment attaché à la vigne, ce changement ne nous dérangera pas, et nous pourrons facilement l'adopter. Nous devons donc nous poser cette question : sommes-nous connectés à la source ?

«Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir»

 

Abbé Miquel MASATS i Roca

(Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous entendons le Seigneur nous dire: «Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes: (…) mais accomplir» (Mt 5,17). Dans l'Évangile d'aujourd'hui Jésus nous apprend que l'Ancien Testament est une partie de la Révélation divine: D'abord, Dieu se révèle aux hommes à travers les prophètes. Le Peuple élu se réunissait les samedis à la Synagogue pour entendre la Parole de Dieu. Et de la même façon qu'un bon Israélite connaissait les Saintes Écritures et les mettait en pratique, nous, les Chrétiens, devrions méditer plus fréquemment les Saintes Écritures —tous les jours, si possible.

En Jésus nous avons la plénitude de la Révélation. Il est le Verbe, la Parole de Dieu devenu chair vivante (cf. Jn 1,14), qui vient à nous pour nous faire connaître qui est Dieu et combien Il nous aime. Dieu attend de l'homme une réponse d'amour, manifestée dans l'accomplissement de son enseignement: «Si vous m'aimez, vous resterez fidèles à mes commandements» (Jn 14,15).

Nous trouvons une bonne interprétation du texte de l'Évangile d'aujourd'hui dans la première lettre de Saint Jean: «Car l'amour de Dieu, c'est cela: garder ses commandements. Ses commandements ne sont pas un fardeau» (1Jn 5,3). Garder les commandements de Dieu est la preuve que nous l'aimons avec des œuvres et en vérité. L'amour n'est pas seulement un sentiment; il requiert aussi des œuvres, des œuvres d'amour, il requiert de vivre le double précepte de la charité.

Jésus nous enseigne aussi la malice du scandale: «Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux» (Mt 5,19). Car, comme nous le dit saint Jean, «Celui qui dit: ‘Je le connais’, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur: la vérité n'est pas en lui» (1Jn 2,4).

En même temps, Jésus nous apprend l'importance du bon exemple: «Celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des Cieux» (Mt 5,19). Le bon exemple est le premier élément de l'apostolat chrétien.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Juin 2022

Gospel text

(Mt 5:13-16): 

 

 

Jesus said to his disciples: “You are the salt of the earth. But if salt loses its taste, with what can it be seasoned? It is no longer good for anything but to be thrown out and trampled underfoot. You are the light of the world. A city set on a mountain cannot be hidden. Nor do they light a lamp and then put it under a bushel basket; it is set on a lampstand, where it gives light to all in the house. Just so, your light must shine before others, that they may see your good deeds and glorify your heavenly Father.”

 

The Application

 

Jesus wishes that we all be like a salt which gives a good taste and preserve their life, without destroying their individuality. There is a need to respect their life and learn to take a distance. Whatever may be our mission, we should understand the important role that each and every one of us have to do in our life. The widow of the first reading was a salt to the prophet and God has blessed. It is through our person engagements for the well-being of our brothers and sisters that we receive the grace from God. It is here that we become light. In truth, we are not the light, but carry the LIGHT, the Christ, in our daily lives. Let Christ illumines in us, through our thinking and being, thus, through us, they will see the Christ.

 

Action of the day: Be aware that you are salt and light, at the same time.

“You are the salt of the earth. You are the light of the world”

 

Fr. Francesc PERARNAU i Cañellas

(Girona, Spain)

 

Today, St. Matthew reminds us of those words Jesus said regarding our mission as Christians: to be the salt and the light of the world. On the one hand, the salt is a necessary seasoning to make foods taste good: without salt, most dishes are almost worthless! Throughout centuries, on the other hand, salt has been a fundamental element to keep victuals from corruption. Jesus tells us: —You must be the salt of your world, and like the salt, you are to be tasty and avoid corruption.

In our time, many have lost the sense of life and claim it is not worth their while; that life is full of disappointments, difficulties and suffering; that it goes by very fast and that it has death, as a final perspective, and a sad one too.

“You are the salt of the earth!” (Mt 5:13). It is up to Christians to give flavor to life: by showing the joyful and serene optimism of he who recognizes himself as the son of God, for everything in our lives can be a path to sanctity; by making difficulties, suffering and pain help us to purify ourselves; and by realizing that, at the end of our lives, life in Glory —the eternal happiness— is waiting for us.

And, also as the salt does, Christ's disciples must preserve from corruption: where there are Christians with living faith, there cannot be injustice, violence, ill-treatment of the weak ones... Rather on the contrary, the virtue of Charity must shine in full force: worrying for others, solidarity, generosity...

And, thus, Christians are the light of the world (cf. Mt 5:14). A Christian is the torch that, with the example of his life, shows the path to Salvation, by bringing the light of truth everywhere in the world... Where, before, there was only darkness, uncertainty and doubts, now, there is light, certainty and self-confidence.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 5,13-16): 

 

«Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel? Il n'est plus bon à rien: on le jette dehors et les gens le piétinent. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes: alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux».

 

L’Application

 

Seigneur, en toi nous trouvons notre lumière et par ta lumière nous pouvons devenir une lumière pour mes frères et sœurs. Aide-nous à être une véritable source de vie et à apporter ta lumière à tous ceux qui vivent dans l'obscurité du jour. Seigneur, que ta lumière brille sur nous et que le monde soit sauvé.

Apprends-nous à être continuellement le sel qui donne bon goût aux gens, que nous protégions leur vie, et que par notre présence le monde puisse découvrir la source de la vie, et savourer ton amour et ton pardon.

«Vous êtes le sel de la terre (…). Vous êtes la lumière du monde»

 

Abbé Francesc PERARNAU i Cañellas

(Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Saint Matthieu nous rappelle les paroles de Jésus par lesquelles Il nous rappelle notre mission en tant que chrétiens: être le sel et la lumière du monde. Le sel, d'une part, est un condiment qui donne plus de goût aux aliments, sans sel les plats sont fades. Au cours du temps, le sel a été aussi utilisé pour la conservation d'aliments grâce à ses propriétés qui évitent la pourriture.

De nos jours, beaucoup ont perdu le sens de la vie et disent qu'elle ne vaut pas la peine d'être vécue, car elle est remplie d'amertume, de difficultés et de souffrance, qu'elle passe trop vite et qu'elle a une bien triste fin: la mort.

«Vous êtes le sel de la terre» (Mt 5,13). Le chrétien doit donner du goût: par sa joie et par son optimisme serein de se savoir fils de Dieu, que tout dans cette vie est chemin de sainteté, que les difficultés et les souffrances nous aident à nous purifier, et qu'à la fin une vie de gloire et de joie éternelle nous attend.

De ce fait, en tant que sel, le disciple du Christ doit préserver de la pourriture: là où il y a des chrétiens à la foi vive, il ne peut y avoir de l'injustice, ni de la violence, ni d'abus des plus faibles... au contraire, l'esprit de charité doit briller dans toute sa splendeur: la préoccupation d'autrui, la solidarité, la générosité…

Ainsi, le chrétien devient lumière du monde (cf. Mt 5,14). Le chrétien est le flambeau qui par son exemple apporte la lumière de la vérité dans toutes les recoins du monde, en montrant le chemin du salut… Là où régnaient les ténèbres, l'incertitude et le doute, naissent la clarté, la certitude et l'assurance.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Juin 2022

Gospel text

(Jn 19:25-27): 

 

Standing by the cross of Jesus were his mother and his mother’s sister, Mary the wife of Clopas, and Mary of Magdala. When Jesus saw his mother and the disciple there whom he loved, he said to his mother, “Woman, behold, your son.” Then he said to the disciple, “Behold, your Mother.” And from that hour the disciple took her into his home.

 

The Application

 

Immediately after the feast of Pentecost, we celebrate the Blessed Virgin Mary, Mother of the Church. In this Church she is the daughter, like you and me. She is the first who could savour grace in its fullness, the first to be saved by the death and resurrection of the Lord. In her all humanity is presented to the Lord. The Lord entrusted His Church to the motherhood of His Mother, and so He invited His disciple to welcome her, for she will continue her mission, for an eternity.

 

 

She was close to the cross, and she is still today, close to the cross of humanity that suffers from a lack of true love and true forgiveness. In this accompaniment, she is never alone. She is with the disciples of the Lord, with the lovers of her Son. In remembering her motherhood, can we imitate her humanity, her service to the people of God? Let us try to establish a good relationship with her, for in her motherhood, through her intersession, we can enjoy the grace of her Son.

 

Action of the day: Be a child of Mary.

«Behold, your mother»

 

Fr. Alexis MANIRAGABA

(Ruhengeri, Rwanda)

 

Today we remember Mary, Mother of the Church. In this sense, we contemplate the spiritual motherhood of Mary in connection with the Church, which is —in itself— Mother of the People of God, since "no one can have God for Father, who has not the Church for his Mother" (Saint Cyprian). Mary is the Mother of the Son of God and at the same time Mother of those who love her Son and those “well-loved” by her Son, in accordance with that “Woman, behold your son; disciple: Behold your mother” (Jn 19:26-27), just as Jesus said. Giving his body to men and returning his spirit to his Father, Jesus Christ even gave his Mother to his friends.

And the greatest love is the one with which Jesus loves the Church (Eph 5:25), to which his friends belong. Therefore, children adopted by God cannot have Jesus as brother if they do not have Mary as Mother because, while Mary loves her Son, she loves the Church of which she is an eminent member. Which does not mean that Mary is superior to the Church, but that She is "mother of the members of Christ" (St. Augustine).

The Second Vatican Council adds that Mary is "truly the mother of the members of Christ for having cooperated with her love for the faithful, who are members of that Head (Jesus), to be born into the Church." Furthermore, while remaining in the midst of the Apostles in the Upper Room (Acts 1:14), Mary —Mother of the Church— recalls the presence, gift and action of the Holy Spirit in the missionary Church. By imploring the Holy Spirit in the heart of the Church, Mary prays with the Church and prays for the Church, because "already assumed in the glory of heaven, she accompanies and protects the Church with her maternal love" (Preface to the Mass “Mary, Mother of the Church”).

Mary takes care of her children. We can, therefore, entrust to her the whole life of the Church, as did Pope Saint Paul VI: "O, Virgin Mary, Mother of the Church, to you we recommend the entire Church and our ecumenical council!”

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 19,25-27): 

 

Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

 

L’Application

 

Immédiatement après la fête de la Pentecôte, nous célébrons la Sainte Vierge Marie, Mère de l'Église. Dans cette Église, elle est la fille, comme vous et moi. Elle est la première qui a pu goûter la grâce dans sa plénitude, la première à être sauvée par la mort et la résurrection du Seigneur. En elle, toute l'humanité est présentée au Seigneur. Le Seigneur a confié son Église à la maternité de sa Mère, et il a donc invité son disciple à l'accueillir, car elle poursuivra sa mission, pour une éternité.


Elle était proche de la croix, et elle l'est encore aujourd'hui, proche de la croix de l'humanité qui souffre d'un manque d'amour vrai et de pardon vrai. Dans cet accompagnement, elle n'est jamais seule. Elle est avec les disciples du Seigneur, avec les amoureux de son Fils. En faisant mémoire de sa maternité, pouvons-nous imiter son humanité, son service au peuple de Dieu ? Essayons d'établir une bonne relation avec elle, car dans sa maternité, par son intersession, nous pouvons jouir de la grâce de son Fils.

« Voici ta mère »

 

Abbé Alexis MANIRAGABA

(Ruhengeri, Rwanda)

 

Aujourd'hui, nous faisons mémoire de Marie, Mère de l’Église. De ce sens, nous comprenons la maternité spirituelle de Marie en connexion avec l’Eglise qui est en soi Mère du peuple de Dieu car «on ne peut avoir Dieu pour Père si on n’a pas l’Église pour Mère» (Saint Cyprien). Marie est Mère du Fils de Dieu mais aussi Mère de ceux qui aiment son Fils et les bien-aimés de son Fils en conformité avec «Femme, voilà ton fils ; disciple, voilà ta mère» (Jn 19,26-27), dit Jésus. Livrant son corps aux hommes et remettant son esprit à son Père, Jésus a donné même sa Mère à ses amis.

E le plus grand amour est celui que Jésus aime l’Eglise (Ep 5,25) dont font partie ses amis. Ainsi, les enfants adoptifs de Dieu ne peuvent-ils avoir Jésus pour frère que s’ils n’ont pas Marie pour Mère parce que, tout en aimant son Fils, Marie aime l’Eglise dont elle est membre éminent. Ce qui signifie que Marie n’est pas supérieur à l’Eglise mais elle est «mère des membres du Christ» (Saint Augustin).

Le Concile Vatican II ajoute que la naissance de Marie a coopéré «à la naissance dans l'Eglise des fidèles qui sont les membres de ce Chef (Jésus)» (Lumen Gentium, n. 53). En plus, étant au centre des apôtres au cénacle (Ac 1,14), Marie, Mère de l’Église rappelle la présence, le don et l’action du Saint-Esprit dans l’Eglise missionnaire. En implorant le Saint-Esprit au cœur de l’Église, Marie prie avec l’Eglise et prie pour l’Eglise car, «élevée dans la gloire du ciel, elle accompagne et protège l’Église de son amour maternel» (Préface de la messe Marie, Mère de l’Église). Marie prend soin de ses fils; on peut donc la confier toute la vie de l’Eglise come Paul VI qui a dit: «O Vierge Marie, Mère très auguste de l’Eglise, nous te recommandons toute l’Eglise et le concile œcuménique!».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0