Publié le 21 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 7,15-20): 

 

«Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans ce sont des loups voraces. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. On ne cueille pas du raisin sur des épines, ni des figues sur des chardons. C'est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits, et que l'arbre mauvais donne des fruits détestables. Un arbre bon ne peut pas porter des fruits détestables, ni un arbre mauvais porter de beaux fruits. Tout arbre qui ne donne pas de beaux fruits est coupé et jeté au feu. C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez».

 

L’Application

 

Jésus nous invite à observer, à vérifier les informations que nous recueillons dans notre vie quotidienne. En apparence, tout peut être bon et agréable, mais nous devons attendre la fin de la session pour mieux comprendre l'intention de la personne. Si l'intention de la personne était bonne, le fruit va nourrir l'amour et œuvrer à la réconciliation. Si l'intention de la personne n'est pas bonne, le fruit sera pour le bien de la personne, pas pour le bien commun. Nous avons besoin de patience et de persévérance, pour mieux discerner et reconnaître la vérité. Notre fruit est-il pour le bien de tous, ou seulement pour les élus, qui sont nos amis ? Quels sont les fruits?  Avons-nous de la patience dans notre vie quotidienne ?

«C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez»

 

+ Abbé Antoni ORIOL i Tataret

(Vic, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, s'ouvre devant nous un nouveau contraste évangélique, entre les arbres mauvais et les bons. Les affirmations de Jésus à ce sujet sont d'une telle simplicité qu'on dirait qu'elles sont simplistes. Mais il est juste de dire qu'elles ne le sont pas du tout! Elles ne le sont pas du tout, comme notre vie de tous les jours ne l'est pas du tout non plus.

Nous apprenons qu'il y a des bons qui dégénèrent et finissent par donner de mauvais fruits et par contre il y a des mauvais qui changent et donnent de bons fruits. En définitive, que signifie «tout arbre bon donne de beaux fruits» (Mt 7,17)? Est-ce que cela signifie que le bon est bon car il ne cesse jamais de faire le bien? Qu'il fait le bien et ne se fatigue pas. Qu'il fait le bien et ne cède pas à la tentation de faire le mal. Qu'il fait le bien et persévère jusqu'au point de devenir un héros. Qu'il fait le bien et que si jamais par fatigue il cesse d'agir ainsi, ou tombe dans la tentation de faire le mal, ou encore prend peur face à cette exigence avec laquelle on ne peut pas transiger, il le reconnaît sincèrement, le confesse immédiatement, se repent de tout son cœur et… il recommence.

Ah! Et il le fait aussi, car entre autres choses, il sait que s'il ne donne pas de bons fruits il sera coupé et jeté au feu (la sainte crainte de Dieu garde la vigne des bons vignobles) et parce que connaissant la bonté d'autrui à travers de leurs bonnes œuvres, il sait, non seulement par sa propre expérience, mais aussi par expérience sociale, qu'il est bon et ne peut être reconnu comme tel que grâce à ses actes et non à ses paroles.

Car il ne suffit pas de dire «Seigneur, Seigneur!». Comme nous le rappelle Saint Jacques, la foi devient crédible uniquement par le biais de ses actions: «Montre-moi donc ta foi qui n'agit pas; moi, c'est par mes actes que je te montrerai ma foi» (Jc 2,18).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Juin 2022

Gospel text

(Mt 7:6.12-14): 

 

Jesus said to his disciples: “Do not give what is holy to dogs, or throw your pearls before swine, lest they trample them underfoot, and turn and tear you to pieces. “Do to others whatever you would have them do to you. This is the Law and the Prophets. “Enter through the narrow gate; for the gate is wide and the road broad that leads to destruction, and those who enter through it are many. How narrow the gate and constricted the road that leads to life. And those who find it are few.”

 

The Application

 

It is not a question of giving or whom to give, but simply a question of discernment. The narrow gate represents this process of discernment. We can live our lives in two ways: one according to our personal tastes and interests, including the common good, and the other according to the divine will.

 

So, as a Christian, before we say a word, or do an act, we must always check the divine will. This door is a requirement that I choose to better discern the way that God proposes to me and to all. For me, this door is Christ Himself, who leaves me free to choose my path, which is founded on the rock of love and forgiveness that He has taught me.

 

Action of the day: Think before acting upon.

“Do not give what is holy to dogs”

 

Deacon Fr. Evaldo PINA FILHO

(Brasilia, Brazil)

 

Today, the Lord makes three recommendations: The first one, “Do not give what is holy to dogs, or throw your pearls before swine” (Mt 7:6), makes a contrast in which “assets” are associated with “pearls” and to what “is holy”; and “dogs and swine” to what is impure. Saint John Chrysostom teaches us that “our enemies are like us in nature but not in faith.” Although the earthly benefits are equally distributed to the worthy and unworthy, it is not so when it comes to “spiritual graces”, which are a privilege of those who are faithful to God. The right distribution of spiritual assets is related to the zeal for sacred things.

The second recommendation is the so called “rule of gold” (cf. Mt 7:12), which encompasses everything the Law and the Prophets recommended, like branches of a single tree: the love of one’s neighbor presupposes the love of God, from which it comes.

Doing unto our neighbor what we would have done to us implies transparency of actions towards the other, the acknowledgement of their similitude to God, of their dignity. Why do we want the Good for ourselves? Because we recognize it as a means of identity and union with the Creator. Since the Good is, for us, the only means to achieve life in its fullest, its absence is unconceivable in our relationship with our neighbors. There is no place for the good where falseness prevails and evil preponders.

The third and last one, the “narrow gate”… Pope Emeritus Benedict XVI asked us: “What does this "narrow door" mean? Why do many not succeed in entering through it? Is it a way reserved for only a chosen few? “ No! The message of Christ is that “everyone may enter life, but the door is "narrow" for all. We are not privileged. The passage to eternal life is open to all, but it is "narrow" because it is demanding: it requires commitment, self-denial and the mortification of one's selfishness.”

Let us pray to the Lord, who won universal salvation with His own life and resurrection, to gather us all in the eternal life Banquet.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 7,6.12-14): 

 

«Ce qui est sacré, ne le donnez pas aux chiens; vos perles, ne les jetez pas aux cochons, pour éviter qu'ils les piétinent puis se retournent pour vous déchirer. Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi, voilà ce que dit toute l'Écriture: la Loi et les Prophètes. Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition; et ils sont nombreux, ceux qui s'y engagent. Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent».

 

L’Application

 

Il ne s'agit pas de donner ou de savoir à qui donner, mais simplement d'une question de discernement. La porte étroite représente ce processus de discernement. Nous pouvons vivre notre vie de deux manières : l'une selon nos goûts et nos intérêts personnels, y compris le bien commun, et l'autre selon la volonté divine.

Ainsi, avant de dire un mot, ou de faire un acte, nous devons toujours vérifier la volonté divine. Cette porte est une exigence que je choisis pour mieux discerner la volonté divine. Pour moi, cette porte, c'est le Christ lui-même, qui me laisse libre de choisir mon chemin, qui est fondé sur le roc de l'amour et du pardon.

«Ce qui est sacré, ne le donnez pas aux chiens»

 

Deacre Abbé Evaldo PINA FILHO

(Brasilia, Brsil)

 

Aujourd'hui, le Seigneur nous donne trois conseils. Le premier, «Ce qui est sacré, ne le donnez pas aux chiens; vos perles, ne les jetez pas aux cochons» (Mt 7,6), un contraste où d'une part les "biens" sont associés aux "perles" et à "ce qui est sacré", et d'autre part les "chiens et les cochons" à ce qui est impur. Saint Jean Chrysostome nous enseigne que "nos ennemis sont pareils que nous dans leur nature mais non pas dans leur foi". Même si les richesses terrestres sont accordées d'une même manière aux dignes comme aux indignes, il n'est pas de même pour les "grâces spirituelles", privilège de ceux qui sont fidèles à Dieu. La distribution vraie des biens spirituels implique un zèle pour les choses sacrées.

Le deuxième c'est ce qu'on appelle la "règle d'or" (cf. Mt 7,12) qui résumait tout ce que la Loi et les prophètes avaient annoncé, telles les branches d'un même arbre: l'amour du prochain présuppose l'amour de Dieu et provient de Lui.

Faire au prochain ce que nous aimerions qu'on fasse pour nous, implique une transparence dans ce qu'on fait aux autres, dans la reconnaissance de sa ressemblance à Dieu et de sa dignité. Pourquoi recherchons-nous le Bien pour nous-mêmes? Parce que nous reconnaissons que c'est le seul moyen de nous identifier et nous unir au Créateur. Etant donné que le Bien est le seul moyen de vivre sa vie dans sa plénitude, l'absence de ce bien est inconcevable dans notre relation avec notre prochain. Il n'y a pas de place pour le Bien là ou prédominent le mensonge et le mal.

Le dernier, la "porte étroite"… le pape Benoît XVI nous demande: «Que signifie cette "porte étroite"? Pourquoi un grand nombre ne réussit-il pas à y entrer? S'agit-il d'un passage réservé uniquement à quelques élus?» la réponse est non!, le message du Christ nous dit que «tous peuvent entrer dans la vie, mais pour tous, la porte est "étroite"… Le passage vers la vie éternelle est ouvert à tous, mais il est "étroit" car il est exigeant, il demande engagement, abnégation, et mortification de son égoïsme».

Prions le Seigneur qui a obtenu le salut de l'univers par sa mort et sa résurrection, afin que nous soyons tous réunis au Banquet de la vie éternelle.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

Gospel text

(Mt 7:1-5): 

 

Jesus said to his disciples: “Stop judging, that you may not be judged. For as you judge, so will you be judged, and the measure with which you measure will be measured out to you. Why do you notice the splinter in your brother’s eye, but do not perceive the wooden beam in your own eye? How can you say to your brother, ‘Let me remove that splinter from your eye,’ while the wooden beam is in your eye? You hypocrite, remove the wooden beam from your eye first; then you will see clearly to remove the splinter from your brother’s eye.”

 

The Application

 

I personally feel that the important message of today’s gospel is not a call to avoid judging people, rather, a call to live in truth, a call to know thy-self, and an invitation to know each others, not of what is heard or seen, rather what they are, a call to know their interiority.

For man to understand the interiority of the other, he must learn to know himself, to know his own interiority. In this self-knowledge, he can easily open up to others, and in this openness, a true encounter is established, in this encounter, there is an unconditional sharing, and in this sharing, a relationship is established and thus man can grow mutually. Since Jesus wants to save the whole world, He invites us first of all to get to know ourselves and each other.  Thus, the fundamental question is not an interdiction to judge, rather an invitation to know thyself, be a free person and a call for conversion.

 

Action of the day: Verify the certitude of the information received.

“For as you judge, so will you be judged, and the measure with which you measure will be measured out to you”

 

Fr. Jordi POU i Sabater

(Sant Jordi Desvalls, Girona, Spain)

 

Today, the Gospel has reminded me the words of “The Knight of the Rose” opera, by Hugo von Hofmannsthal: «The big difference lies upon the “how”». In many aspects of our life —particularly our spiritual life— the end result will change, depending upon “how” we do something.

Jesus said: “Stop judging, that you may not be judged” (Mt 7:1). But Jesus had also said that we are to correct our sinful brother, and to do that we have got to previously make some kind of judgment. In his writings, St. Paul does judge the Corinthian community and St. Peter condemns Ananias and his wife Sapphira for falsehood. Because of that, St. John Chrysostom explains: «Jesus is not saying we cannot prevent a sinner from sinning; yes, we have to correct him, though not as the enemy seeking revenge but, rather, as a doctor applying the cure». It seems, therefore, our judgment should be mostly made with an aim to mend, not to take revenge.

But what St. Augustine says is even more interesting: “The Lord prevents us from judging quickly and unfairly (...). We should first ponder whether we have not made a similar sin; let us remember we are fragile, and let us always [judge] with the intention of serving God and not ourselves”. When we see our brothers' sins, if we remember our own, it will not happen to us, as the Gospel says, that with a wooden beam in our eyes we try to take the splinter out of our brother's eye (cf. Mt 7:3).

If we are well prepared, we shall see the good and bad things in our fellow men, and almost unconsciously we shall form a judgment. But looking at others' faults from that point of view will help us as to the way “how” we judge: it will help us not to judge for the sake of judging, or just to say something or, perhaps, to cover our own deficiencies or, simply, because everybody does it. And, above all, let us always remember Jesus' words: “For as you judge, so will you be judged” (Mt 7:2).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 7,1-5): 

 

«Ne jugez pas, pour ne pas être jugés; le jugement que vous portez contre les autres sera porté aussi contre vous; la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. Qu'as-tu à regarder la paille dans l'oeil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton oeil, tu ne la remarques pas? Comment vas-tu dire à ton frère: ‘Laisse moi retirer la paille de ton œil’, alors qu'il y a une poutre dans ton oeil à toi? Esprit faux! Enlève d'abord la poutre de ton oeil, alors tu verras clair pour retirer la paille qui est dans l'oeil de ton frère».

 

L’Application

 

Une vie remplie d'amour et de compassion cherche toujours l'intériorité de l'autre, et dans cette intériorité elle ne peut juger personne. Pour que l'homme puisse comprendre l'intériorité de l'autre, il doit apprendre à se connaître, à connaître sa propre intériorité.

Dans cette connaissance de soi, il peut facilement s'ouvrir aux autres, et dans cette ouverture, une véritable rencontre s'établit, dans cette rencontre se trouve le partage inconditionnel, et dans ce partage, une relation s'établit et l'homme peut grandir mutuellement. Puisque Jésus veut sauver le monde entier, il nous invite tout d'abord à nous connaître et à nous connaître les uns les autres.  Ainsi, la question fondamentale n'est pas une interdiction de juger, mais plutôt une invitation à se connaître soi-même. 

«Le jugement que vous portez contre les autres sera porté aussi contre vous; la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous»

 

Abbé Jordi POU i Sabater

(Sant Jordi Desvalls, Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile me rappelle les paroles de la Maréchale dans le roman le Chevalier à la Rose, de Hugo von Hofmansthal: «C'est la manière qui fait la grande différence». La façon dont nous agissons changera le résultat dans de nombreux aspects de notre vie, surtout dans le contexte spirituel.

Jésus nous dit: «Ne jugez pas, pour ne pas être jugés» (Mt 7,1). Mais Jésus nous dit aussi de corriger celui qui est dans le péché, et pour cela il faut que nous ayons déjà fait un quelconque “jugement”. Même Saint Paul juge dans ses écrits la communauté de Corinthe et Saint Pierre condamne Ananias et son épouse pour leurs mensonges. C'est pour cela que Saint Jean de Chrysostome justifie cela en disant: «Jésus ne dit pas que nous ne devons pas éviter qu'un pécheur s'arrête de pécher, nous devons certainement le corriger, mais pas comme un ennemi qui cherche la vengeance, plutôt comme le médecin qui donne un remède au malade». Notre jugement doit donc se faire surtout dans un but de correction et non pas de vengeance.

Mais ce que dit Saint Augustin est encore plus intéressant: «Le Seigneur nous avertit de ne pas juger rapidement et injustement (…). Réfléchissons d'abord si nous n'avons pas commis un péché semblable, rappelons-nous aussi que nous sommes fragiles, et jugeons toujours avec l'intention de servir Dieu et non pas nous-mêmes». Si lorsque nous voyons les péchés de nos frères nous voyons les nôtres, il ne nous arrivera pas comme il est dit dans l'Évangile de vouloir “retirer la paille de l'oeil de notre frère alors qu'il y a une poutre dans le nôtre” (cf Mt 7,3).

Si nous avons une bonne formation, nous verrons, presque de manière inconsciente, les bonnes et les mauvaises choses chez les autres: et nous rendrons un jugement. Mais le fait de voir les fautes chez les autres avec un point de vue comme mentionné ci-dessus nous aidera dans notre “manière” de juger: cela nous aidera à ne pas juger juste pour juger ou juste pour faire un commentaire ou pour cacher nos défaillances ou simplement parce que tout le monde le fait. Et pour terminer, ayons surtout à l'esprit les paroles de Jésus: «La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous» (Mt 7,2).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

The universal Church celebrates the feast of the Blessed Sacrament, Corpus Christi and all over the world we will see Eucharistic processions, which honour the Lord of the Eucharist. For each and everyone one of us, the Eucharist is a memory, a memory of the multiplication of the bread, a memory of the establishment of the Eucharist, the body delivered and the Blood poured out, on Holy Thursday, which ends in the Cross, in your hands I entrust my life. In this memory, the Eucharist is the heart of every celebration in the Church and it always will be. It is not good that this event should always remain in memory. It must make us live and relive, give us life, a new life in God, the Creator. By placing ourselves in adoration, before the Blessed Sacrament regularly, we form ourselves in the Eucharist to become Christ for our brothers and sisters, let us become Christs ourselves.  The Eucharist gathers us, unifies us, and forms us as one people.

It is the people who are represented in the person of Abraham, who recognises the graces received, by offering the right worship to God, by the offerings required by the law, and obviously welcomed by Melchisedec, king of Salem. Each time a priest is ordained, he is reminded of this priestly lineage, which Jesus perpetuated in Him. In Jesus, through Baptism, and even more so in the Eucharist, we all become priests, because we offer ourselves to the Lord, we become prophets, because we proclaim his death and resurrection, and we become kings, because we place ourselves at the service of God's people. In this pilgrim journey, each and every one of us is called to take their own path of faith, in freedom, with their own rhythm.

The multiplication of the bread helps us to discover the divine journey. It is God who comes towards us and into us, into our hands. It is God who becomes aware of our needs, to feed us, to accompany us, and to save us. In Jesus, the whole earth, the whole of creation is renewed. For this renewal to be ours, we must give ourselves to the Lord, like this bread, which will be multiplied by the Lord Himself. He has already promised us that if we remain faithful to his commandment of love, they will come to us and remain in us.

The Eucharist makes us worthy, so that our heart becomes the dwelling place of God.  Through the incarnation God took on our flesh, and He became man, like us, without sin. In the Eucharist, He becomes Terry, He comes you and me, with our limitations and strengths. He has chosen us as his instruments, so that the Kingdom of his Father may come. It is important, therefore, that we become aware of this divine need, and learn to respond to it, through our daily commitments, for the good of all.

Certainly, like the Lord’s disciples at the time of the multiplication of the bread, who understood nothing, we too do not understand in its totality the depth of this gift that God has offered us in his Word and in his flesh. Like the disciples of the Lord, who passed on this mystery to us, we must pass it on to our generations, for divine love is inclusive, a dynamic of integration. May all be saved.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Juin 2022

Gospel text

(Mt 6:24-34): 

 

Jesus said to his disciples: “No one can serve two masters. He will either hate one and love the other, or be devoted to one and despise the other. You cannot serve God and mammon. “Therefore I tell you, do not worry about your life, what you will eat or drink, or about your body, what you will wear. Is not life more than food and the body more than clothing? Look at the birds in the sky; they do not sow or reap, they gather nothing into barns, yet your heavenly Father feeds them. Are not you more important than they? Can any of you by worrying add a single moment to your life-span?

Why are you anxious about clothes? Learn from the way the wild flowers grow. They do not work or spin. But I tell you that not even Solomon in all his splendor was clothed like one of them. If God so clothes the grass of the field, which grows today and is thrown into the oven tomorrow, will he not much more provide for you, O you of little faith? So do not worry and say, ‘What are we to eat?’ or ‘What are we to drink?’ or ‘What are we to wear?’ All these things the pagans seek. Your heavenly Father knows that you need them all. But seek first the Kingdom of God and his righteousness, and all these things will be given you besides. Do not worry about tomorrow; tomorrow will take care of itself. Sufficient for a day is its own evil.”

 

The Application

 

We are the beloved of the Father, very precious to Him, for He sent His only Son to save us. This is the basis of our reasoning. God knows that life today is not easy, and we have so many legitimate and just questions, which have no answer. The poor live their lives in the misery of their material needs, and the rich have enormous wealth yet lack love in truth.

 

With this observation, I invite you to pay attention to this teaching of Jesus, in all its depth. In His wisdom, He invites us to cling to His Father, like a branch that clings to the vine, the source of our existence. The moment we recognise the Father as our source of existence, and the relationship that God wishes to establish with us, the discernment between money and faith will be easy. Then we will be faced with the truth, and this truth will save us.

 

Action of the Day: Be simple.

“Seek first the Kingdom of God and his righteousness, and all these things will be given you besides”

 

Fr. Jacques PHILIPPE

(Cordes sur Ciel, France)

 

Today, the Gospel clearly speaks of living the "present moment": not to keep thinking about yesterday, but abandon yourself to God and His mercy. Not to torture yourself about tomorrow, but to entrust it all to His Providence. Saint Therese of the Child Jesus said: “the spirit of self-abandonment is my sole guide – I have no other compass!”

Preoccupation has never solved any problem. What solves problems is confidence, faith. Jesus says “If God so clothes the grass of the field, which grows today and is thrown into the oven tomorrow, will he not much more provide for you, O you of little faith?” (Mt 6:30).

Life per-se is not too problematic; it is man who lacks in faith... Existence is not always easy, it can be stressful at times; we frequently feel injured and shocked by what happens in our life or in that of others. But let us face it with faith and let us try to live, day by day, by trusting God will fulfill His promises. Faith will lead us to salvation.

“Do not worry about tomorrow; tomorrow will take care of itself. Sufficient for a day is its own evil.” (Mt 6:34). What does that mean? Today, try to live fair life, according to the logic of the Kingdom, with trust, simplicity and abandonment, seeking God. And God will take care of everything else...

Live day by day, it is very important. What wears us down so often are all those comebacks to the past and our fear of the future; whereas, when we just live in the present moment, we mysteriously find the strength. What I have to live today, I have God’s grace to live it. If tomorrow I must deal with more difficult situations, God will increase His grace. God's grace is given at the moment, day by day. Living the present moment means to accept weaknesses: to renounce redoing the past or dominating the future, being happy with the present.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 6,24-34): 

 

«Aucun homme ne peut servir deux maîtres: ou bien il détestera l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent. C'est pourquoi je vous dis: Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements? Regardez les oiseaux du ciel: ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? D'ailleurs, qui d'entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence?

Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci? Observez comment poussent les lis des champs: ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux. Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui est là aujourd'hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi? Ne vous faites donc pas tant de souci; ne dites pas: ‘Qu'allons-nous manger?’ ou bien: ‘Qu'allons-nous boire?’ ou encore: ‘Avec quoi nous habiller?’. Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché. Ne vous faites pas tant de souci pour demain: demain se souciera de lui-même; à chaque jour suffit sa peine».

 

L’Application

 

Nous sommes les bien-aimés du Père, très précieux pour lui, car il a envoyé son Fils unique pour nous sauver. C'est la base de notre raisonnement. Dieu sait que la vie d'aujourd'hui n'est pas facile, et nous avons tant de questions légitimes et justes, qui n'ont pas de réponse. Les pauvres vivent leur vie dans la misère de leurs besoins matériels, et les riches ont d'énormes richesses mais manquent d'amour dans la vérité.

Fort de ce constat, je vous invite à prêter attention à cet enseignement de Jésus, dans toute sa profondeur. Dans sa sagesse, il nous invite à nous accrocher à son Père, comme un sarment qui s'accroche à la vigne, source de notre existence. A partir du moment où nous reconnaissons le Père comme notre source d'existence, et la relation que Dieu veut établir avec nous, le discernement entre l'argent et la foi sera facile. Nous serons alors confrontés à la vérité, et cette vérité nous sauvera.

«Cherchez d'abord son Règne et sa justice, et toutes ces choses vous seront données en plus»

 

Père Jacques PHILIPPE

(Cordes sur Ciel, France)

 

Aujourd'hui, l'Évangile parle clairement de vivre le "moment présent" : ne pas ressasser le passé mais s'abandonner à Dieu et à sa miséricorde. Ne pas se tourmenter pour le lendemain, mais le confier à la providence. Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus affirmait : "La seule chose qui me guide c'est l'abandon, je n'ai pas d'autre boussole !".

Le fait de se préoccuper n'a jamais résolu aucun problème. Ce qui résout les problèmes c'est la confiance, la foi. Jésus dit "Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ?".

La vie en soi n'est pas si compliquée, c'est l'homme qui manque de foi… L'existence n'est pas toujours facile. Parfois elle nous pèse ; souvent nous nous sentons blessés et scandalisés par ce qui arrive dans notre vie ou celle des autres. Mais affrontons tout cela avec de la foi et essayons de vivre, jour après jour, dans la confiance que Dieu remplira ses promesses. La foi nous conduira au salut.

"Ne vous souciez pas du lendemain : le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine" (Mt 6,34). Qu'est-ce que cela signifie ? Aujourd'hui, tâche de vivre de manière juste, selon la logique du Royaume, dans la confiance, la simplicité, la recherche de Dieu, l'abandon. Et Dieu s'occupera du reste…

Jour après jour. C'est très important. Ce qui nous épuise souvent ce sont tous ces retours sur le passé et la peur de l'avenir ; alors que lorsque nous vivons dans le moment présent, d'une manière mystérieuse, nous trouvons la force. Ce que je dois vivre aujourd'hui, je le vis avec la grâce. Si demain je dois faire face à des situations plus difficiles, Dieu m'accordera plus de grâce. La grâce de Dieu est donnée à l'instant, jour après jour. Vivre le moment présent suppose accepter la faiblesse : renoncer à refaire le passé et à contrôler l'avenir, se contenter du présent.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Juin 2022

Gospel text

(Mt 6:19-23): 

 

Jesus said to his disciples: “Do not store up for yourselves treasures on earth, where moth and decay destroy, and thieves break in and steal. But store up treasures in heaven, where neither moth nor decay destroys, nor thieves break in and steal. For where your treasure is, there also will your heart be.

“The lamp of the body is the eye. If your eye is sound, your whole body will be filled with light; but if your eye is bad, your whole body will be in darkness. And if the light in you is darkness, how great will the darkness be.”

 

The Application

 

Jesus teaches us to live our lives in its fullness, especially through proper discernment and by self-knowledge. He invites us to be wise in our discernment, which leads us to decide and choose. We all search for a peaceful and a pleasant life. Thus, there is a need to recognise and identify our treasures in life. What are we looking for in our daily lives? And why do we look for it?

 

He also tells us the importance of the way we look at ourselves and the world. The way we look at life and the world, helps us to recognise the divine presence in the world and this recognition of the divine presence in our daily lives gives us courage and comfort. If we fail to see this mysterious presence of God, the invisible elements of life, we will be living our life in darkness and desolation.

 

Thus, Jesus directs us to our own interiority, for it is here the true light of our life resides, from where all decisions are formed, made and come out of us for the execution. There, in our own interiority that we can master our thoughts, and through that we can master our actions, and so we will be accustomed to a life that is just before God.

 

Action of the day: Watch the way you look at people.
 

“Store up treasures in heaven, where neither moth nor decay destroys, nor thieves break in and steal.”

 

Fr. Lluís RAVENTÓS i Artés

(Tarragona, Spain)

 

Today the Lord tells us that "the lamp of the body is the eye" (Mt 6: 22). Saint Thomas Aquinas understands that, when speaking of the eye, Jesus refers to man's intentions. When the intention is upright, lucid, directed to God, all our actions are brilliant, resplendent; but when the intention is not upright, how great is the darkness! (cf. Mt 6:23).

Our intention may be unrighteous due to malice, due to evil, but more often it is due to lack of good sense. We live as if we had come into the world to accumulate wealth and we have no other thought in our minds. Earn money, buy, provide, possess. We want others to admire us, or perhaps to envy us. We deceive ourselves; we suffer, we are burdened with worries and troubles, and we do not find the happiness we seek. But Jesus makes another proposal: "Store up treasures in heaven, where neither moth nor decay destroys, nor thieves break in and steal." (Mt 6:20). Heaven is the barn of good deeds; and this sure is a forever lasting treasure.

Let us be honest with ourselves, where do we put our efforts? Certainly, it is proper for a good Christian to study and work honestly to make his way in the world, to raise a family, to ensure the future of his own and the peace of mind of his old age, to work also out of a desire to help others.... Yes, all this is proper for a good Christian. But if what you seek is to have more and more, putting your heart into these riches, forgetting about good deeds, forgetting that in this world we are just passing through, that our life is a passing shadow, is it not true -then- that our eye is in darkness? And if common sense is blinded," how great will the darkness be" (Mt 6:23).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Juin 2022

Texte de l'Évangile

(Mt 6,19-23): 

 

«Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et la rouille les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

»La lampe du corps, c'est l'oeil. Donc, si ton oeil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière; mais si ton oeil est mauvais, ton corps tout entier sera plongé dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres y aura-t-il!».

 

L’Application

 

Jésus nous enseigne à vivre pleinement notre vie, notamment par un discernement approprié et par la connaissance de soi. Nous devons reconnaître notre trésor dans la vie. Que cherchons-nous dans notre vie quotidienne ? Et pourquoi le cherchons-nous ?


Il nous dit aussi l'importance du regard que nous portons sur nous-mêmes et sur le monde. Le regard nous aide à reconnaître la présence divine dans le monde et cette reconnaissance de la présence divine dans notre vie quotidienne nous donne courage et réconfort.

Ainsi, Jésus nous dirige vers notre propre intériorité, car c'est là que toutes les décisions se forment et sortent de nous. C'est là que nous pouvons maîtriser nos pensées, et par là nous pouvons maîtriser nos actions, et ainsi nous nous habituerons à une vie droite devant Dieu.

«Faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler»

 

Abbé Lluís RAVENTÓS i Artés

(Tarragona, Espagne)

 

Aujourd'hui, le Seigneur nous dit que «la lampe du corps, c'est l'œil» (Mt 6,22). Saint-Thomas interprète qu'en parlant de l'œil, Jésus se réfère à l'intention de l'homme. Lorsque son intention est droite, lucide, dirigée vers Dieu, toutes nos actions sont brillantes et resplendissante; par contre lorsque l'intention n'est pas droite, «qu'elles ténèbres y aura-t-il!» (cf. Mt 6, 23).

Notre intention peut manquer de droiture par malice, par méchanceté, mais normalement c'est par manque de sagesse. Nous vivons comme si nous étions venu au monde pour accumuler les richesses et nous ne pensons à rien d'autre. Gagner de l'argent, acheter, jeter, avoir. Nous voulons susciter l'admiration des autres, ou peut-être l'envie. Nous trompons, souffrons, nous nous chargeons de préoccupations et de déceptions et nous ne trouvons pas le bonheur que nous cherchons. Jésus nous fait cette offre: «Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler» (Mt 6, 20). Le ciel est le grenier des bonnes actions qui constituent un trésor pour toujours.

Soyons sincères avec nous-mêmes, en quoi employons-nous nos efforts, qu'est-ce qui nous motive? Certainement, le propre d'un bon chrétien est d'étudier et de travailler honnêtement pour se faire une place dans ce monde, pour élever dignement la famille, assurer le futur des siens et la tranquillité de sa vieillesse, travailler aussi pour aider les autres… Oui, tout ceci est propre d'un bon chrétien. Mais si ce que tu cherches est d'avoir chaque fois plus, plaçant ainsi le cœur dans ces richesse, oubliant les bonnes actions, oubliant que nous sommes de passage en ce monde, que notre vie est une ombre qui passe, n'est-il pas vrai alors que nous avons l'œil plongé dans les ténèbres? Et si le sens commun s'embrouille «quelles ténèbres y aura-t-il!» (Mt 6, 23).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0