Le 30 Avril

Publié le 29 Avril 2022

Texte de l'Évangile

(Jn 6,16-21): 

 

Le soir venu, les disciples de Jésus descendirent au bord du lac. Ils s'embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l'autre rive. Déjà il faisait nuit, et Jésus ne les avait pas encore rejoints. Un grand vent se mit à souffler, et le lac devint houleux. Les disciples avaient ramé pendant cinq mille mètres environ, lorsqu'ils virent Jésus qui marchait sur la mer et se rapprochait de la barque. Alors, ils furent saisis de crainte. Mais il leur dit: «C'est moi. Soyez sans crainte». Les disciples voulaient le prendre dans la barque, mais aussitôt, la barque atteignit le rivage à l'endroit où ils se rendaient.

 

L’Application

 

Les disciples du Seigneur nous font découvrir que notre chemin vers le Seigneur, le chemin de la foi, doit parcourir, comme eux, ces chemins de haut en bas, le chemin de la nuit et du jour, le chemin sur la terre et aussi dans l'eau profonde, etc. Sur ce chemin, Dieu viendra à notre rencontre, à travers les hommes, les hommes de notre temps, non pas comme nous l'attendons, mais à sa manière. 

Aujourd'hui, Jésus a choisi la nuit et l'eau en même temps, pour que ses disciples puissent découvrir leur Maître, sa puissance, son pouvoir sur la terre. Lorsque l'homme traversera ces moments de nuit et d'obscurité, il viendra nous assurer de la paix, "c'est moi, n'ayez pas peur". La paix que Jésus nous accorde, nous aide à avoir un regard de foi, un regard qui nous fait découvrir les éléments invisibles de notre vie, ou les moments de la vie, où se cache la vérité, la vérité de la vie. Dans la première lecture, nous avons découvert que Dieu a choisi ce moment de conflit et de dispute pour nous faire découvrir le ministère du diaconat, le service nécessaire au salut des hommes. Ayons confiance en Dieu, tout est providence, y compris nos désolations.

«C'est moi. Soyez sans crainte»

 

Abbé Vicenç GUINOT i Gómez

(Sant Feliu de Llobregat, Espagne)

 

Aujourd'hui Jésus nous déconcerte. Nous étions habitués à un Rédempteur qui, prêt à s'occuper de n'importe quel type d'indigence humaine, n'hésitait pas a avoir recours à son pouvoir divin. Dans les faits, l'action se déroule juste après la multiplication des pains et des poissons pour nourrir la foule affamée. Alors que, maintenant, au contraire, le miracle nous déconcerte. Marcher sur la mer ressemble, plutôt, une action faite pour épater la galerie. Mais, certainement pas! Jésus avait déjà écarté l'emploi de son pouvoir divin pour chercher un éclat ou un profit personnel lorsque, au commencement de sa mission Il avait refusé les tentations du Malin.

En marchant sur les eaux, Jésus-Christ nous montre son pouvoir sur les choses crées. Mais nous pouvons aussi y voir une mise en scène de son pouvoir sur le Malin, représenté par un lac houleux, dans la nuit.

«Soyez sans crainte» (Jn 6,20), leur disait-Il à ce moment-là. «Mais ayez confiance: moi, je suis vainqueur du monde» (Jn 16,33), leur dira-t-il plus tard, dans le Cénacle. Finalement, c'est Jésus qui dit aux femmes le matin du Pâques, après s'être relevé du sépulcre: «N’ayez pas peur». Par le témoignage des Apôtres, nous connaissons sa victoire sur les ennemis de l'homme, le péché et la mort. C'est pourquoi, aujourd'hui, ses paroles résonnent dans nos cœurs avec une force spéciale, car ce sont les paroles de Quelqu'un qui est vivant.

Les mêmes paroles que Jésus adressait à Pierre et aux Apôtres, Jean Paul II, le successeur de Pierre, les répétait au commencement de son Pontificat: «N'ayez pas peur». C'était un appel à ouvrir le cœur, notre existence même, au Rédempteur afin qu'avec Lui nous n'ayons plus peur devant les coups de tabac des ennemis du Christ.

Devant notre fragilité personnelle pour mener à bien les missions que le Seigneur nous confie (une vocation, un projet apostolique, un service...), nous sommes rassurés en apprenant que Marie aussi —créature comme nous— a entendu ces mêmes paroles, dites par l'ange avant de s'affronter à la mission que le Seigneur lui réservait. Apprenons d'elle à accueillir l'invitation de Jésus chaque jour, en chaque circonstance.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
j'ai suivi pendant des années des commentaires sur la bible faits par un prêtre et il nous avait expliqué que cet épisode était surement advenu après la résurrection il a donc tous les pouvoirs sur toute la création(ce prêtre avait bien entendu "l'imprimature" bien sur de son vivant aussi mais il ne voulait pas devenir seulement un faiseur de miracles mais être le FILS DE DIEU et avec lui nous sommes aussi enfants du PERE céleste quel bonheur !Cela me fa de it du bien de lire tous ces passages de la bible et leur méditation pour moi c'est un clin d'oeil de notre Seigneur tous les jours merci beaucoup pour cette initiatique
Répondre