25ème Dimanche Ordinaire

Publié le 23 Septembre 2018

Il y a un nouvel enseignement et les disciples ne comprenaient rien. La nouveauté se trouve dans la générosité divine. Il a choisi son bien aimé, Il l’a envoyé parmi nous  pour que nous devenions nous aussi ses bien aimés. Pour cela, Il a choisi la Croix et la résurrection. Pourquoi ses disciples, si proches à Lui, n’ont pas compris ce message d’amour et de compassion ? Etait-t-il compliqué ou incompréhensible ? En lisant l’évangile du jour, nous comprenons que  leurs cœurs s’étaient s’occuper par une autre pensée, qui était loin de la pensée divine. « Car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. »

Jésus nous aide à comprendre qui est le plus grand dans le monde : ceux et celles qui sont capables d’accueillir les autres, comme les enfants, sont grand, non seulement devant Dieu, mais aussi devant les hommes. Un homme de petit cœur, ne peut pas d’être généreux. Une personne qui n’est pas généreux, ne peut pas se mettre au service des autres. Un homme qui ne sait pas se mettre au service des autres, n’a pas compris non seulement la générosité divine, même aussi la générosité naturelle, comme la pluie, le soleil, l’arbre, etc. Si nous ne prenons pas conscience de cette vérité de la dépendance, nous vivrons dans les îles, sans pouvoir nous connecté, à l’humanité plus riche que le service qu’elle nous accorde.

Nous les chrétiens sont invité à découvrir à travers les événements qui se passent autour de nous, à travers le monde et le son peuple, ce Dieu invisible et ses œuvres.  Notre service à l’humanité, à cette terre, est un service à Dieu, car notre Dieu se trouve dans cette humanité et sur cette terre qu’Il a créée. En préservant cette terre, nous préservons la création divine. En honorant nos frères et sœurs, en nous mettant au service de l’humanité, nous honorons et glorifions l’Auteur de la Création ; DIEU.

Jésus nous invite à découvrir un grand mystère de la création que nous oublions très souvent. « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueillie. Et celui qui m’accueillie, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »  Si l’homme a pris conscience de cette vérité, il n’aurait plus la guerre, pas de divorce, pas de haine, et nous trouverons dans notre diversité, une unité invisible pourtant imposante, même dans notre propre corps. Mes amis, l’Eglise nous invite au nom du Seigneur à transformer toute rencontre humaine comme une rencontre divine. Découvrons ce Dieu qui nous aime, ce Dieu qui souffre dans notre propre humanité. Soyons miséricordieux, comme notre Père est miséricordieux.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article