5ème Dimanche de Pâques

Publié le 29 Avril 2018

Dimanche dernier nous avons contemplé sur l’image de ‘Bon Pasteur’ et comment Dieu prend soit de ses fidèles, ses brebis. Nous avons aujourd’hui encore une autre, ‘La vigne et ses sarments et son Vigneron’.  Le message est nettement clair : Si nous nous attachons à la Vigne, nous aurons la Vie. Jésus nous affirme que son Père comme un bon vigneron prend soins de Lui, pour qu’Il donne la vie aux autres. Une relation et union par excellence tissé dans l’amour pour son Père et pour son Fils.  

Cette parabole de la vigne nous montre la relation d’entre Jésus et de son Père. Nous découvrons à travers cette parabole, pourquoi Jésus a voulu glorifié son Père et comme en retour comment Dieu a glorifié son Fils en exhaussant tout ce dont son Fils Lui a demandé. Jésus voit en Lui la présence de son Père, Lui-même est un sarment de la Vigne de son Père. Comme Lui, nous sommes invités à nous attacher à Jésus, la Vigne qui donne la vie et à travers Jésus au Vigneron qui prendra soins de nous tous. Il ne faut pas de nous nous attacher à la vigne pour soi-même, mais il faut faire un effort personnel et collectif pour que nous donnions les fruits, le fruit que la Vigne aimerai donner aux autres. Quel était le fruit de Jésus ? La bonté et la générosité de son Père qui s’exprime dans son amour: que Ta volonté soit faite, en Tes mains je confie mon Esprit.

Il y aura toujours les échecs. Comme Paul qui était rejeté même par les disciples du Seigneur à cause de leur ignorance et de peur. Il est tout-à-fait possible que nous soyons nous aussi rejetés par les autres, les hommes de bonne volonté. Comme Barnabé, nous trouverons aussi les personnes qui viendront à nous aider et à nous accompagner. Si nous voulons bien ressentir cet accompagnement divin, nous ne devrions pas nous contenter avec les paroles et discours, mais mettre l’œuvre d’amour en acte et en vérité. Devant nos ennemis et tous ceux qui nous haïssent, il est difficile de mettre cette œuvre d’amour en acte. Pourtant, si Jésus demeure en nous, et si nous demeurons en Jésus, nous pouvons facilement mettre cet amour et ce pardon en pratique.  Si nous trouvons encore difficile de pardonner les uns les autres, il est évident que nous ne demeurons plus en Christ et nous ne laissons pas l’Esprit Saint travailler en nous.

Pour nous les chrétiens, la fondation de foi se fond dans cet amour et ce pardon de Jésus. Aimez-vous les uns les autres, comme Je vous ai aimé. Dans ce monde qui est tellement commercialisé et fragmenté, si Jésus ne demeure pas en nous, découvrir la vitalité d’amour dans ce monde est un travail d’hercule et presque impossible. Avec notre relation en Jésus, en ressentant notre racine dans cette vigne de Dieu, tout est possible.

Tant d’hommes et de femmes de bonne volonté ont ressenti cette demeure de Dieu en eux. Cette découverte véritable  leurs a permis et a aidé à découvrir la même présence divine dans les faibles et oppressés. Ils ont pu consacrés leurs vie entière à leurs service. Comme Paul, ils ont dit que, ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ vit en moi. Poussé par l’Esprit Saint, ils ont considéré même leur vie comme rien, car elles ont été configurées à l’amour de Jésus. Une vie entièrement reçue de Dieu et en retour donnée dans sa totalité à ce Dieu.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article