Le 16 Novembre

Publié le 15 Novembre 2014

Le 16 Novembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 14-30)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : « Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un creusa la terre et enfouit l'argent de son maître.
Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s'avança en apportant cinq autres talents et dit : 'Seigneur, tu m'as confié cinq talents ; voilà, j'en ai gagné cinq autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.'
Celui qui avait reçu deux talents s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, tu m'as confié deux talents ; voilà, j'en ai gagné deux autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.'
Celui qui avait reçu un seul talent s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain. J'ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t'appartient.'
Son maître lui répliqua : 'Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l'aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance. Mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents !' »

L’homélie

Nous entrons au 33ème dimanche ordinaire et l’Eglise universelle nous propose cette parabole de talents où le maître demande ou exige les comptes. Ne nous trompons pas la finalité de cette parabole : « Jésus parlait à ses disciples de sa venue ». Il s’agit le jugement final et définitif où l’homme ne peut rien faire que s’attendre à la miséricorde divine.

Cette parabole nous dit que Dieu n’abandonne personne. Même si nous ne sommes pas capables de produire énormément de fruit, il nous donne pourtant une occasion en nous donnant chacun à sa capacité, peut-être qu’un seul talant pour que nous puissions nous-même reconnaitre les talents reçus, même si un seul, et que nous ne sentions pas d’être abandonnés par Dieu.

Nous avons toujours les choix, les choix de la vie, avec tout ce que nous avons et de tout ce que nous avons reçu. Même si nous n’avons pas beaucoup de moyens, il est pourtant possible, en utilisant nos talents et les dons donc Dieu nous donne, produire un bon fruit. Comme les arbres plantés sur le rivage du désert qui donnent les fruits, nous sommes invités à nous enraciné dans cette eau de grâce qui est en abondance dans ce petit talent que Dieu nous donne.

Dieu veut que nous soyons heureux et joyeux. Ce n’est pas à cette finalité qu’Il a donné chacun cinq et deux talents ou un talent? N’oublions pas que ces talents sont appartiens au Seigneur. Comme les mauvais tenants qui ont voulu acquérir la propriété du Maître en tuant ses serviteurs et son Fils unique, ce serviteur mauvais et paresseux qui a reçu un talent a voulu les garder en lui-même, en oubliant qu’un jour le maître lui demandera les comptes.

Si tous les chrétiens arrivent à reconnaitre leurs rôles en tant qu’un serviteur fidèles au Maître ou leur état en tant que locataires dans ce monde, ils donneront toujours les fruits comme cet arbre plantés sur le rivage du désert.

Regardons le comportement de ce Maître. Il n’a pas attendu ou demandé cinq talents au serviteur qui avait deux talents. Voilà la justice de Dieu. Dieu ne nous demande pas plus que nous puissions Lui donner. Même dans cette Parabole, ce n’est pas Dieu qui prononce le jugement. C’est ce serviteur mauvais et paresseux lui-même par son propre jugement de son Maître qui a prononcé son propre jugement à la tristesse de son maître qui a partagé ses biens avec lui pour qu’il lui aussi participe à sa joie.

Mes amis que cette semaine soit une occasion pour nous à reconnaitre nos talents que Dieu partage avec nous. Découvrons nos talents et utilisons-les pour les biens de nous-mêmes et aussi pour les biens des autres, pour qu’un jour nous puissions participer à la joie que Dieu nous propose. L’homme cherche toujours le bonheur et aujourd’hui Dieu nous propose un moyen y arriver. Rendons grâce au Seigneur et bénissons-lui, car Il est bon.

In English

Gospel text (Mt 25,14-30):

Imagine someone who, before going abroad, summoned his servants to entrust his property to them. He gave five talents of silver to one, then two to another, and one to a third, each one according to his ability; and he went away.

»He who received five talents went at once to do business with the money and gained another five. The one who received two did the same and gained another two. But the one with one talent dug a hole and hid his master's money.

»After a long time, the master of those servants returned and asked for a reckoning. The one who received five talents came with another five talents, saying: ‘Lord, you entrusted me with five talents, but see I have gained five more with them’. The master answered: ‘Very well, good and faithful servant, since you have been faithful in a few things, I will entrust you with much more. Come and share the joy of your master’.

»Then the one who had two talents came and said: ‘Lord, you entrusted me with two talents; I have two more which I gained with them’. The master said: ‘Well, good and faithful servant, since you have been faithful in little things, I will entrust you with much more. Come and share the joy of your master’.

»Finally, the one who had received one talent came and said: ‘Master, I know that you are an exacting man. You reap what you have not sown and gather what you have not invested. I was afraid, so I hid your money in the ground. Here, take what is yours’. But his master replied: ‘Wicked and worthless servant, you know that I reap where I have not sown and gather where I have not invested. Then you should have deposited my money in the bank, and you would have given it back to me with interest on my return. Therefore, take the talent from him, and give it to the one who has ten. For to all those who have, more will be given, and they will have an abundance; but from those who are unproductive, even what they have will be taken from them. As for that useless servant, throw him out into the dark where there will be weeping and gnashing of teeth’».

Homily

Today we have a parable in which the master asks the servants account, ............. "After a long says the gospel of the day. How do I understand this term 'long time' : Sufficient time to recognize the talents received, an important time to develop and grow so that they can feed on the fruit of labor. Very often we give lot of importance to the exigencies of the Lord, but forget very conveniently the quantity, the quality of the gift and particularly the time He has accorded to these servants to develop these talents.


A talent, it seems, is a wage of 20 or 30 years of work, so a considerable sum. He gave everything and it was distributed. Just do not be confused with the qualities and the spiritual gifts we have received, but also the wealth, the richness that God offers to us through this material world. Today we talk about sustainable development and also the usefulness of these talents or gifts; the land, the eco system, the people, the community, etc. God asks us a question, "Where is Abel thy brother? "And very often we are tempted to say," I do not know. Am I my brother's keeper? "God's answer is obvious," well yes "

Let us not forget that all that we have received are of the Lord and to others, including our lives. So my wife, my husband, my family and property are the gifts that God gives us so that we can participate in the work of God's creation. This is our mission today. We are called to live a happy life.


God asks us to be vigilant and invites us to live our lives in the light, as children of Light. During the marriage preparation, I insist that the couple seek happiness and particularly the light that illuminate and guide them in their daily lives; Jesus Christ.


All those who have accepted these talents, were able to multiply and develop. He who has not recognized the value of this gift had buried. Dear brothers and sisters, let us ask the Lord's grace, so that we can recognize the talents and may they give the required result. That day it will be a great pleasure for us to hear from the Lord, "‘Well, good and faithful servant, since you have been faithful in little things, I will entrust you with much more. Come and share the joy of your master’. Amen.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article