Publié le 21 Mars 2019

Texte de l'Évangile

(Mt 21,33-43.45-46): 

 

«Écoutez une autre parabole. Il y avait un homme, maître de maison, qui planta une vigne. Il l'entoura d'une haie, y creusa un pressoir, et bâtit une tour; puis il l'afferma à des vignerons, et quitta le pays. Lorsque le temps de la récolte fut arrivé, il envoya ses serviteurs vers les vignerons, pour recevoir le produit de sa vigne. Les vignerons, s'étant saisis de ses serviteurs, battirent l'un, tuèrent l'autre, et lapidèrent le troisième. Il envoya encore d'autres serviteurs, en plus grand nombre que les premiers; et les vignerons les traitèrent de la même manière. Enfin, il envoya vers eux son fils, en disant: Ils auront du respect pour mon fils. Mais, quand les vignerons virent le fils, ils dirent entre eux: ‘Voici l'héritier; venez, tuons-le, et emparons-nous de son héritage’. Et ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne, et le tuèrent. Maintenant, lorsque le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons?».

Ils lui répondirent: «Il fera périr misérablement ces misérables, et il affermera la vigne à d'autres vignerons, qui lui en donneront le produit au temps de la récolte». Jésus leur dit: «N'avez-vous jamais lu dans les Écritures: ‘La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle; c'est du Seigneur que cela est venu, et c'est un prodige à nos yeux?’. C'est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits». 

Après avoir entendu ses paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens comprirent que c'était d'eux que Jésus parlait, et ils cherchaient à se saisir de lui; mais ils craignaient la foule, parce qu'elle le tenait pour un prophète.

 

L’Application

 

Comme je vous l’avais dit hier, si l’homme oublie son origine et sa finalité, il commettra les grandes erreurs dans sa vie. Le plus il reste connecté à Dieu, le plus il sera sage dans son discernement et décision. Si nous volons d’être sage, il faut écouter le Seigneur et faire sa volonté, car dans sa volonté notre bien est inclusif.

«La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle»

 

Abbé Melcior QUEROL i Solà 
(Ribes de Freser, Girona, Espagne)

Aujourd'hui Jésus, par la parabole des vignerons homicides, nous parle de l'infidélité; il compare Israël à la vigne et les chefs du peuple élu aux vignerons. C'est à eux et à toute la descendance d'Abraham que le Royaume de Dieu avait été confié, mais ils ont perverti l'héritage: «C'est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits» (Mt 21,43).

Au début de l'Évangile de Matthieu, la Bonne Nouvelle paraît adressée uniquement à Israël. Déjà dans l'Ancienne Alliance, le peuple élu a pour mission d'annoncer et de porter le salut à toutes les nations. Mais Israël n'a pas été fidèle à sa mission. Jésus, le médiateur de la Nouvelle Alliance, réunira autour de lui les douze apôtres, symboles du “nouvel” Israël, appelé à donner des fruits de vie éternelle et à annoncer à tous les peuples le salut.

Ce nouvel Israël, c'est l'Église, tous les baptisés. Nous avons reçu, en la personne de Jésus et de son message, un présent unique que nous devons faire fructifier. Nous ne pouvons pas nous contenter d'une vie individualiste et fermée à notre foi; il faut la communiquer et en faire don à chaque personne qui s'approche de nous. Il en découle que le premier fruit est que nous vivions notre foi dans la chaleur de notre famille, celle de la communauté chrétienne. Ce sera facile, car «là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux» (Mt 18,20).

Mais il s'agit d'une communauté chrétienne ouverte, c'est-à-dire éminemment missionnaire (deuxième fruit). Par la force et la beauté du Ressuscité “au milieu de nous”, la communauté est attirante dans tous ses faits et gestes, et chacun de ses membres jouit de la capacité d'engendrer des hommes et des femmes à la vie nouvelle du Ressuscité. Un troisième fruit est que nous vivions avec la conviction et la certitude de ce que dans l'Évangile se trouve la solution à tous les problèmes.

Vivons dans la sainte crainte de Dieu, pour que le Royaume ne nous soit pas enlevé et donné à d'autres.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Mars 2019

Gospel text

(Lk 16,19-31): 

Jesus said to his disciples, «Once there was a rich man who dressed in purple and fine linen and feasted every day. At his gate lay Lazarus, a poor man covered with sores, who longed to eat just the scraps falling from the rich man's table. Even dogs used to come and lick his sores. 

»It happened that the poor man died and angels carried him to take his place with Abraham. The rich man also died and was buried. From hell where he was in torment, he looked up and saw Abraham afar off, and with him Lazarus at rest. He called out: ‘Father Abraham, have pity on me and send Lazarus with the tip of his finger dipped in water to cool my tongue, for I suffer so much in this fire’. Abraham replied: ‘My son, remember that in your lifetime you were well-off while the lot of Lazarus was misfortune. Now he is in comfort and you are in agony. But that is not all. Between your place and ours a great chasm has been fixed, so that no one can cross over from here to you or from your side to us’.

»The rich man implored once more: ‘Then I beg you, Father Abraham, to send Lazarus to my father's house where my five brothers live. Let him warn them so that they may not end up in this place of torment’. Abraham replied: ‘They have Moses and the prophets. Let them listen to them’. But the rich man said: ‘No, Father Abraham. But if someone from the dead goes to them, they will repent’. Abraham said: ‘If they will not listen to Moses and the prophets, they will not be con­vinced even if someone rises from the dead’».

 

The Application

 

We all wish to be happy and wish to have a comfortable life. The best way of having this comfortable life is to have our inner mind peace and tranquillity. Though the earthly life can add little more of pleasure is life, they will soon disappear, because they don’t have the quality of giving permanent pleasure, it will saturate what we already have. The best way to hold on this inner peace and joy is depend up on, our capacity to remain connected to the source of life; God. The eternal tree (God) is to give us eternal fruit; the inner joy. Since God is this Eternal tree for us, we are called to remain connected to this tree and be another tree for our brothers and sisters.

This rich man presented in the gospel has done no harm to others. He remains however faithful to all the interdiction. However, there are two way to sin; commission and omission. By committing an evil act against the love of God we commit sin and at the same time, by not doing our basic responsibilities and duties, we commit sin. This rich man is accused of not doing what is supposed to be done; engage to the development of the humanity.

The poor Lazar was the visible sign of reminder which the rich man totally ignored. His dependence on the earthly goods and security didn’t allow him to see the suffering of this poor Lazar. God does give us many such reminders through Holy Scriptures, prophets, etc. They are always before us. The beatitudes are the best way of living our Christian vocation.  However, if we refuse to listen to these signs and wait for a miracle in our life, then we are only to be blamed and accused, because God has given us the necessary intelligence to interpret these signs, which are freely available for us. To engage, we should listen to God and force to see the poor Lazar in front of our door. Do we see them suffering?

«If they will not listen to Moses and the prophets, they will not be con¬vinced even if someone rises from the grave»

 

Fr. Xavier SOBREVÍA i Vidal 
(Castelldefels, Spain)

Today, the Gospel is a parable discovering the realities of man in afterlife. Jesus tells us about the divine reward or retribution we shall have depending upon our behavior.

The contrast between the rich and the poor is very strong. The luxury of the rich and his indifference to the plight of poor Lazarus lying at his door, his pathetic situation, even when dogs used to come and lick his sores (cf. Lk 16:19-21). It all has a deep realism introducing us into the scene.

We might ponder, where would I be if I was one of the two main characters of the parable? Our society reminds us, constantly, that we have to live well, in comfort and well-being, enjoying ourselves, worry free... To live for oneself, without minding others, or at the very best, the minimum necessary to keep one's conscience at ease, but certainly not because of a sense of justice, love or solidarity.

Today, we are presented with the need to listen to God in this life, to convert ourselves and take advantage of the time He offers us. God will eventually call us to account. In this life we risk our eternal life.

Jesus is quite explicit about the reality of Hell and He describes some of its characteristics: the sorrow senses suffer —«and send Lazarus with the tip of his finger dipped in water to cool my tongue, for I suffer so much in this fire» (Lk 16:24)— and its eternity —«Between your place and ours a great chasm has been fixed» (Lk 16:26).

Saint Gregory the Great tells us that «all these things are told so that nobody may apologize because of their ignorance». We have got to get rid of the old man and be free to be able to love our fellow man. We have to react to the suffering of the poor, the unwell or the forsaken. It would be good we might frequently remember this parable so that it would made us more responsible of our life. We all will have to face the moment of death. And we should better be always ready because one day we shall be judged.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Mars 2019

Texte de l'Évangile

(Lc 16,19-31): 

 

«Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie. Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d'ulcères, et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères. 

»Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d'Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli. Dans le séjour des morts, il leva les yeux; et, tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein. Il s'écria: ‘Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue; car je souffre cruellement dans cette flamme’. Abraham répondit: ‘Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres. D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire’.

»Le riche dit: ‘Je te prie donc, père Abraham, d'envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j'ai cinq frères. C'est pour qu'il leur atteste ces choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments’. Abraham répondit: ‘Ils ont Moïse et les prophètes; qu'ils les écoutent’. Et il dit: ‘Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront’. Et Abraham lui dit: ‘Sils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait’».

 

L’Application

 

Tout vient du Seigneur et tout appartient au Seigneur. L’homme qui fait confiance dans la providence du Seigneur, sera capable de se connecter au Seigneur, d’une manière permanente. Si nous ne connaissons pas la source de la vie, il est difficile de profiter tout ce dont la vie peut nous apporter. Pour régénérer une conséquence, il faut connaitre la cause. Sans nous lié à cette causalité, nous ne pouvons pas produire la conséquence. Pour nous Dieu est cet arbre de vie qui donne les fruits et pour les autres nous sommes cet arbre qui est connecté à la source de la vie (Dieu) et appelés à donner les fruits.

L’évangile du jour nous présente une telle personne qui est déconnecté à la source de la vie, Dieu. Il se contentait en évitant tout mal (règle de la loi), pourtant il a oublié son obligation de faire du bien. Même si nous ne pouvons pas nous accusé de lui de commission (de mal), il est en tort d’omission. Il a oublié la source de sa vie et sa finalité. C’est pourquoi ce pauvre Lazare devant sa porte comme un signe de rappel de son obligation d’engagement pour le développement de l’homme était totalement absent,  ni la personne était  visible non plus sa souffrance.  Pour lui les écritures sacrées et les prophètes étaient aussi les signes. Sommes-nous connectés à la source de la vie ?

«S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait»

 

Abbé Xavier SOBREVÍA i Vidal 
(Castelldefels, Espagne)

Aujourd'hui l'Évangile est une parabole qui nous dévoile la réalité de l'homme après sa mort. Jésus nous parle de prix ou châtiment d'après notre comportement.

Le contraste entre le riche et le pauvre est très fort. Le luxe et l'indifférence du riche; la pathétique situation de Lazare, avec les chiens qui viennent lécher ses ulcères (cf. Lc 16,19-21). Tout cela a un grand réalisme qui nous met en scène.

Nous pouvons songer, où serais-je si j'étais une des deux protagonistes de la parabole? Notre société nous incite à toute heure à bien vivre. Avec du confort et bien-être, en jouissant et sans préoccupations. Vivre pour soi-même, sans s'occuper d'autrui, ou tout au plus, en ne nous préoccupant que le nécessaire pour tranquilliser notre conscience, mais pas par un sens de justice, amour ou solidarité.

Aujourd'hui on nous présente la nécessité d'écouter Dieu dans notre vie, de nous y convertir et d'en profiter du temps qu'Il nous a accordé. Dans cette vie nous jouons la vie.

Jésus clarifie l'existence de l'enfer et nous décrit quelques unes de ses caractéristiques: la peine qui souffrent nos sens —«qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue; car je souffre cruellement dans cette flamme» (Lc 16,24) — et l'éternité —«il y a entre nous et vous un grand abîme» (Lc 16,26).

Saint Grégoire le Grand nous dit que «on dit toutes ces choses afin que personne ne puisse prétexter l'ignorance». Il faut se dépouiller du vieil homme et devenir libre pour aimer son prochain. Il faut répondre aux souffrances des pauvres, des malades ou de ceux qui ont été abandonnés. Il serait bon de nous souvenir souvent de cette parabole pour qu'elle puisse nous faire devenir plus responsables de notre vie. Nous devons tous mourir. Et il faut y être toujours prêt, parce qu'un jour nous serons certainement jugés.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Mars 2019

Gospel text

(Mt 20,17-28): 

 

When Jesus was going to Jerusalem, he took the Twelve aside and said to them on the way, «See, we are going to Jerusalem. There the Son of Man will be given over to the chief priests and the teachers of the Law who will condemn him to death. They will hand him over to the foreigners who will mock him, scourge him and crucify him. But he will be raised to life on the third day».

Then the mother of James and John came to Jesus with her sons, and she knelt down to ask a favor. Jesus said to her, «What do you want?». And she answered, «Here you have my two sons. Grant that they may sit, one at your right and one at your left, when you are in your kingdom». Jesus said to the brothers, «You do not know what you are asking. Can you drink the cup that I am about to drink?». They answered, «We can». Jesus replied, «You will indeed drink my cup, but to sit at my right or at my left is not for me to grant. That will be for those for whom the Father has prepared it».

The other ten heard all this and were angry with the two brothers. Then Jesus called them to him and said, «You know that the rulers of the nations act as tyrants, and the powerful oppress them. It shall not be so among you; whoever wants to be more important in your group shall make himself your servant. And if you want to be first, make yourself the servant of all. Be like the Son of Man who has come, not to be served but to serve and to give his life to redeem many».

 

The Application

 

The situation of prophet Jeremiah hasn’t changed. The desire of the disciples of Jesus, still continues, before our eyes. What is important to note is the availability of God and His attention towards the faithful, hasn’t changed. God remains till today the same merciful and loving.

It is in this divine goodness that Jesus has accepted the Cross for the remission of the sins and the Father has promised the resurrection. Though the Cross remains to the contemporary world, a big huddle on the way to the Father, with the grace and divine accompaniment, everything is possible.

The disciples didn’t understand the message of cross and the resurrection of the Lord. However, they didn’t fail to understand the bitter cup, the baptism in the blood, as part of their own mission, because Jesus has already said that they will be judges for the twelve tribes of Israel. In our life too, we may not understand things very clearly, however, if we put our trust in the Lord, the present cross and the future cross, though painful they will be, easier to cross over. Whatever may be our desire, the service to the people of God, the beloved ones of the Father, should be the first among other priorities and Jesus came preciously for it.

«Whoever wants to be more important in your group shall make himself your servant»

 

Fr. Francesc JORDANA i Soler 
(Mirasol, Barcelona, Spain)

Today, the Church, in this Lenten time —inspired by the Holy Spirit— proposes a text where Jesus suggests to his disciples —and, accordingly, to all of us— a change in mentality. Today, Jesus changes the human and earthly mentality of his disciples and opens up a new horizon of understanding concerning a new style of life for his followers.

We have a natural tendency towards a desire to dominate or subjugate things and people, to command and to order, to have things done as per our wishes, to have others accept our status, our position. But, now, Jesus is proposing to us just the opposite: «Whoever wants to be more important in your group shall make himself your servant» (Mt 20:26-27). “Servant”, “slave”: we cannot just take these words at their face value!; we have heard them hundreds of times, sure, but now we must be able to assimilate the reality of what they actually mean, and confront it with our attitude and behavior.

The II Vatican Council asserts «that man achieves his prime of life through dedication and commitment to others». We may be under the impression we are giving away life, but, in fact, we are retrieving it. He who does not live to serve does not serve to live. And, in this attitude Christ should be our perfect model —Jesus is fully man—, inasmuch as «the Son of man has come, not to be served but to serve and to give his life to redeem many» (Mt 20:28).

To become a servant, a slave, as Jesus calls us upon, is something almost impossible for us. It falls short of our weak will: so we are to implore, to hope for and to profoundly wish these gifts are granted to us. Lent and its Lenten practices —fasting, charity and prayer— remind us that to receive these gifts we have to prepare ourselves adequately.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Mars 2019

Texte de l'Évangile

(Mt 20,17-28): 

Pendant que Jésus montait à Jérusalem, il prit à part les douze disciples, et il leur dit en chemin: «Voici, nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes. Ils le condamneront à mort, et ils le livreront aux païens, pour qu'ils se moquent de lui, le battent de verges, et le crucifient; et le troisième jour il ressuscitera». 

Alors la mère des fils de Zébédée s'approcha de Jésus avec ses fils, et se prosterna, pour lui faire une demande. Il lui dit: «Que veux-tu?». «Ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche». Jésus répondit: «Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire?». «Nous le pouvons», dirent-ils. Et il leur répondit: «Il est vrai que vous boirez ma coupe; mais pour ce qui est d'être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu'à ceux à qui mon Père l'a réservé». 

Les dix, ayant entendu cela, furent indignés contre les deux frères. Jésus les appela, et dit: «Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. Il n'en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit votre esclave. C'est ainsi que le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs».

 

L’Application

 

Jésus est toujours en mouvement, aujourd’hui vers Jérusalem. Il faut nous y mettre  et suivre le Seigneur. Sur ce chemin nous apprendrons à vivre, car Jésus va nous parler et il faut l’écouter. Ni les disciples du Seigneur, ni la maman de ces disciples n’ont compris le message communiqué. Prendre la place à côté du Seigneur, c’est bien Jésus même leurs a promis, à ’être les juges, pourtant il y un chemin à parcourir, une coupe à boire, et un baptême de sang.

Ce n’est plus la question de grand et de petit, c’est une question de vie, la vie en Jésus Christ, une vie reçue et une vie donnée. Jésus nous invite à être ses disciples, non pas faire sentir notre puissance, y compris spirituelle, mais pouvoir nous mettre à l’accomplissement de la volonté divine, et savoir nous mettre au service du peuple, les biens aimés du Père. « C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs. »

«Quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur»

 

Abbé Francesc JORDANA i Soler 
(Mirasol, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui l'Église —sous l'inspiration du Saint Esprit— nous propose en ce temps de Carême un texte dans lequel Jésus demande à ses disciples —à nous aussi, par conséquent— un changement de mentalité. Jésus, aujourd'hui, fait exploser les vues trop humaines et terrestres de ses disciples et leur ouvre un nouvel horizon de compréhension quant au style de vie de ceux qui le suivent.

Nos inclinations naturelles nous portent à dominer les choses et les personnes, à commander et à ordonner, pour qu'on fasse ce qui nous plait, pour que les gens nous reconnaissent un status, une position sociale. Eh bien, le chemin que Jésus nous propose est à l'opposé: «Quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit votre esclave» (Mt 20,26-27). “Serviteur”, “esclave”: Nous ne pouvons en rester à l'énoncé de ces mots! Nous les avons entendu des centaines de fois, nous devons être capables d'entrer en contact avec la réalité qu'ils signifient et confronter cette réalité à nos attitudes et à nos comportements.

Le Concile Vatican II a affirmé que «l'homme acquiert sa plénitude à travers le service et le don désintéressé aux autres». Dans ce cas, il nous semble que nous donnons notre vie, alors qu'en vérité nous la trouvons. L'homme qui ne vit pas pour servir, ne sert pas pour vivre. Et pour cette manière de vivre, notre modèle est le Christ lui-même —l'homme pleinement homme— car «le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs» (Mt 20,28).

Être serviteur, esclave, exactement comme nous le demande Jésus, est impossible pour nous. C'est hors de portée de notre pauvre volonté: nous devons implorer, espérer et désirer intensément que ces dons nous soient concédés. Le Carême et ses pratiques —le jeûne, l'aumône et la prière— nous rappellent que pour recevoir ces dons nous devons nous y disposer dûment.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Mars 2019

Gospel text

(Mt 1,16.18-21.24a): 

 

Jacob was the father of Joseph, the husband of Mary, and from her came Jesus who is called the Christ ­—the Messiah.

This is how Jesus Christ was born. Mary his mother had been given to Joseph in marriage but before they lived together, she was found to be preg­nant through the Holy Spirit. Then Joseph, her husband, made plans to divorce her in all secrecy. He was an upright man, and in no way did he want to discredit her. While he was pondering over this, an angel of the Lord appeared to him in a dream and said, «Joseph, descendant of David, do not be afraid to take Mary as your wife. She has conceived by the Holy Spirit, and now she will bear a son. You shall call him “Jesus” for he will save his people from their sins». When Joseph woke up, he did what the angel of the Lord had told him to do and he took his wife to his home.

«Joseph, descendant of David, do not be afraid to take Mary as your wife»

 

+ Mons. Ramon MALLA i Call Emeritus Bishop of Lleida 
(Lleida, Spain)

Today, the Church celebrates the solemnity of Saint Joseph, Mary's husband. It is like a joyful interlude within Lent's austerity. But, the joy of this feast should not be an obstacle to our advancing along the path of our personal conversion, as preceptive in Lenten time.

He who, looking ahead, tries hard to accommodate his life to God's plan for us, is very fortunate. And so is he who, looking around him, tries always to properly interpret others' actions by saving their good reputation. In today's Gospel Saint Joseph is presented to us in both aspects of goodness.

God has over each one of us a love plan, inasmuch as «God is love» (1Jn 4:8). But, at times, the hardships of life difficult our discovering it. And then, logically, we grumble and we reluctantly accept to carry our crosses.

Saint Joseph must have gone through a difficult time when realizing Mary «before they had lived together, was found to be pregnant through the Holy Spirit» (Mt 1:18). He was planning to divorce her, but «in all secrecy» (Mt 1:19). And, at the same time, when «an angel of the Lord appeared to him in a dream» (Mt 1:20), saying he had to become the legal father, he accepted it right away «and took his wife to his home» (Mt 1:24).

Lent is a good time to find out what God expects from us and strengthen our wish to carry it out. Let us beg God «through the intercession of Mary's husband», as we shall read in the Collect of the Mass, that we may advance in our path of conversion by imitating Saint Joseph in his acceptance of God's will and in the exercise of charity with our fellow men. At the same time, let us keep in mind that if «all the Church is indebted to the Virgin Mary, as we received Christ through her, after her, Saint Joseph should certainly be who mostly deserves our gratitude and reverence» (Saint Bernardino of Siena).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Mars 2019

Texte de l'Évangile

(Mt 1,16.18-21.24a): 

 

Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l'on appelle Christ (ou Messie). Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement; il décida de la répudier en secret. 

Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit: «Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse: l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire: Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit: il prit chez lui son épouse.

«Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse»

+ Mgr. Ramon MALLA i Call Evêque Emérite de Lérida 
(Lleida, Espagne)

Aujourd'hui l'Église célèbre la solennité de Saint Joseph, époux de Marie. C'est comme une parenthèse dans l'austérité du Carême. Mais dans la joie de cette fête, rien ne nous empêche de pouvoir continuer à avancer dans le chemin de la conversion, propre des jours du Carême.

Joseph est bien celui qui, élevant son regard, s'efforce pour s'adapter au plan de Dieu. Et Joseph est bien aussi celui qui, regardant les autres, essaie toujours d'interpréter dans le bon sens toutes leurs actions afin de sauvegarder leur bonne renommée. C'est dans ces deux aspects de la bonté que Saint Joseph nous apparaît dans l'Évangile d'aujourd'hui.

Sur chacun de nous Dieu a un plan d'amour, car «Dieu est amour» (1Jn 4,8). Mais les difficultés de notre vie font que, parfois, nous ne sachions pas le découvrir. Et, en bonne logique, nous nous plaignons et nous refusons les croix que le Seigneur nous tend.

Il a dû être difficile pour Saint Joseph de voir que Marie «avant qu'ils aient habité ensemble, fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint» (Mt 1,18). Il avait décidé de la répudier, mais «en secret» (Mt 1,19). Mais, en même temps, «lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe» (Mt 1,20), lui dévoilant qu'il devait devenir le père légal de l'Enfant, il accepta immédiatement «et il prit chez lui son épouse» (Mt 1,24).

Le Carême est une bonne occasion pour découvrir ce que Dieu attend de nous, et renforcer notre désir de le mener à bien. Demandons au bon Dieu, comme nous le dirons dans la collecte de la Messe, «que les mérites de l'Époux de votre très sainte Mère soient notre secours, nous vous en prions, Seigneur». Qu'Il nous fasse avancer dans notre chemin de conversion tout en imitant Saint Joseph dans l'acceptation de la volonté de Dieu et l'exercice de la charité envers notre prochain. Et, en même temps, rappelons-nous que «toute la sainte Église est débitrice avec la Mère Vierge, car c'est à travers Elle que l'Église a reçu le Christ, mais, ensuite, Saint Joseph est celui qui mérite le plus notre remerciement et notre révérence» (Saint Bernardin de Sienne).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Mars 2019

Gospel text

(Lk 6,36-38): 

Jesus said to his disciples, «Be merciful, just as your Father is merciful. Don't be a judge of others and you will not be judged; do not condemn and you will not be condemned; forgive and you will be forgiven; give and it will be given to you, and you will receive in your sack good measure, pressed down, full and running over. For the measure you give will be the measure you receive back».

The Application

 

The life of a Christian believer is totally configured into the life of Christ. He or she is called to be another Christ and to live a witnessing life. This witnessing life begins with our simple sharing, sharing what the Lord has given to us. If I have a gift of signing, I sign for the Lord and glorify the Lord by my beautiful voice. Thus this giving is not from nothing, rather what we have already received, and a reciprocity behaviour.

We are all limited and very often we fail in what we wish and desire to be. It is from this personal experience of our own fragility and vulnerability, we are called to associate others with us and to understand them as a pilgrim, who is marching towards the perfection. Just like you and me, they too are in need of the support and understanding.

Be merciful towards them and forgive them when they fail, are not the commandments imposed, rather a reminder to our own status of life which is narrowly related to our own divine identity and nature. We have received a lot and what we give is from what we have received. The more we empty ourselves in this giving or forgiving, the more God is going to fill our emptiness. If we refuse to empty (give or forgive), even if God is over generous, this generosity won’t touch our interiority. With this philosophy of life, if we re-read today’s gospel, you will understand the richness and the practicality of the message.

 

«Give and it will be given to you»

 

+ Fr. Antoni ORIOL i Tataret 
(Vic, Barcelona, Spain)

Today, Luke's Gospel proclaims a short and dense message —very short, indeed!— that can be summarized in two points: a frame of mercy and a contents of justice.

Firstly, a frame of mercy. Jesus' command, indeed, prevails as a rule and shines all around. A most definite norm: if our Father in Heaven is merciful, we, as his children, ought to be merciful, too. And our Father is so merciful...! The previous verse asserts: «(...) And you will be children of the Most High, for he himself is kind to the ungrateful and the wicked» (Lk 6:35).

Secondly, a contents of justice. We are, indeed, facing some kind of “Talion Law”, the direct opposite to the one banned by Jesus («Eye for eye, tooth for tooth»). Here, in four successive moments, our Divine Teacher exhorts us, first, through two denials; later, with two affirmations. Denials: «Do not be a judge of others and you will not be judged; do not condemn and you will not be condemned». Affirmations: «forgive and you will be forgiven; give and it will be given to you».

Let's apply these premises concisely to our daily's life, as Jesus does, by stopping especially on the fourth point. Let's examine, clearly and courageously, our conscience: if in family, cultural, economic and political matters Our Lord would judge and condemn our world as the world judges and condemns, who would stand up in his Tribunal? (When we get back home and read the newspaper or listen to the news, we are basically thinking of the world of politics). If Our Lord would forgive us as we, men, normally use to do, how many persons and institutions would reach full reconciliation?

The fourth point deserves, however, an additional thought, as the good Talion Law we are considering, becomes overcome in some way. Indeed, if we give, shall we be given in the same measure? Most definitely not! If we give, we shall receive —let's take good note of it— «a good measure, pressed down, full and running over» (Lk 6:38). And it is in the light of that blessed disproportion that we are exhorted to previously give. Let's ask ourselves: how much do I give, do I give properly, do I give enough, do I give by choosing the best, do I give fully...?

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Mars 2019

Texte de l'Évangile

(Lc 6,36-38): 

«Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez point, et vous ne serez point jugés; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés; absolvez, et vous serez absous. Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis».

 

L’Application

Hier nous avons contemplé sur la gloire de Dieu et dans cette gloire se trouve la passion et la mort de son Fils. Dieu en son Fils nous a fait connaitre son projet et avant sa mort Il nous a montré l’importance de pardon. A son image nous avons une obligation de l’imiter.  

Puisque nous portons en nous cette image divine, nous devons nous habiller avec ce comportement divin : miséricordieux. Nous accordons ce pardon aux autres, car il les appartient et nous l’avons reçu du Seigneur. Si nous l’accordons, ce n’est pas parce qu’ils le méritent, plutôt, il n’appartient pas à nous. Nous ne le donnons pas pour recevoir, mais nous le donnons parce que nous l’avons reçu.

 

 

«Donnez, et il vous sera donné»

 

+ Abbé Antoni ORIOL i Tataret 
(Vic, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui l'Évangile de Luc proclame un message plus dense que bref, et pourtant il est bref! Il peut être réduit à deux considérations: un encadrement de miséricorde et un contenu de justice.

En premier lieu, un encadrement de miséricorde. En effet, la consigne de Jésus s'affirme comme une norme et resplendit comme un astre. Norme absolue: si notre Père qui est au ciel est miséricordieux, nous, qui sommes ses fils, devons l'être aussi. Et le Père est si miséricordieux! Le verset antérieur affirme: «(...) et vous serez les fils du Très-Haut, car Il est bon, lui, pour les ingrats et les méchants» (Lc 6,35).

En deuxième lieu, un contenu de justice. En effet, nous nous trouvons confrontés à une sorte de “loi du talion”, aux antipodes de celle qui a été rejeté par Jésus («oeil pour oeil, dent pour dent»). En quatre étapes successives, le divin Maître nous instruit, d'abord, avec deux négations, ensuite, avec deux affirmations. Négations: «Ne jugez point, et vous ne serez point jugés»; «ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés». Affirmations: «absolvez, et vous serez absous»; «Donnez, et il vous sera donné».

Appliquons cela brièvement à notre vie quotidienne, en nous arrêtant spécialement à la quatrième consigne, comme le fait Jésus. Examinons notre conscience avec courage et clarté: si en matière familial, culturelle, économique et politique le Seigneur devait juger et condamner notre monde comme le monde juge et condamne, qui pourrait affronter son tribunal? (Songeons simplement au monde de la vie politique, en rentrant à la maison, en lissant le journal ou en écoutant les nouvelles). Si le Seigneur nous pardonnait comme le font d'habitude les hommes, combien de personnes et institutions parviendraient à la pleine réconciliation?

Mais la quatrième consigne mérite une réflexion particulière. En elle, la bonne loi du talion que nous sommes en train de considérer est en quelque sorte dépassée. En effet, si nous donnons, nous sera-t-il donné proportionnellement? Certainement pas! Si nous donnons, nous recevrons —notons-le bien— «une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde» (Lc 6,38). Car, c'est à la lumière de cette disproportion bénie que nous sommes exhortés de donner au préalable. Demandons-nous, donc: quand je donne, est-ce que je donne bien, le meilleure de moi-même, est-ce que je donne pleinement?

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Mars 2019

We are all a people of covenant, called, chosen, consecrated and sent into the world as a people faithful to the commandment of love and to remain as a living witness to this love received. Since we are an Alliance people, we remember not only the covenant made, but also the One who made this covenant with us and our commitment. Our infidelity makes us forget not only this alliance, but also our own commitment.

The time of Lent helps us once again to rediscover this God of Covenant and to renew our commitment. For that, you have to trust like Abraham, walk and climb the mountain like the disciples, with the Lord. By staying with Him, we will discover that God has a project and He will reveal it to us more than what we can imagine. This project has two aspects, one is personal and the other common. Personal, because God commits us personally for a project that is dear to Him. So this project will become personal and dear for us. It is common, because through our personal commitments, God wants to save the world.

The gospel of the day gives us the leads. Everything is easily possible in an atmosphere of prayer, silence and out pouring of the Holy Spirit. Jesus wanted to share with his disciples his glory, the divine glory. God wants to share with us his glory, his glory in Jesus Christ. God engage Himself and takes the risk of giving us a foretaste of divine glory that in turn will inspire in us a desire for eternal life.

In Jesus we have already met God, especially in his humanity. God wants to meet us not only in our humanity, He wants us to meet Him in His divinity. This encounter is only possible in prayer, in communion with Him, in which God will transform us and share his will with us. For that, you have to listen to Him. The message of the transfiguration was, 'listen to Him', listen to God in the Bible, in the consecrated ones, the oriented ones, the one sent by the Lord, to listen to the transformed people, the people who are connected to God.

It is in this listening we will discover the importance of passion, death and also the resurrection. Through passion in Jesus, God participates in our suffering, in our precariousness, even in our death. Thus He raises us from here simple beings, to extraordinary beings, the man who is able worthily to represent God. To represent God in the world, we must, like Him, participate in the daily sufferings of man. Do not go away from the precariousness of man, because God wants us to be there to be a living witness of His presence and his love.

It was a time the law received from Moses in the mountains and faithfulness to this transmitted law  saved the people. The prophets represented by Elijah in this meeting who met God on a mountain in the murmur of a brize, accomplished this project of God. Today, God has chosen us, because in Jesus everything is accomplished, the law and the prophecies. In celebrating this Eucharist, we are climbing with the Lord on the mountain and a divine encounter is proposed that will transform us. Let us listen to the word of God, let us nourish ourselves with the Bread of Heaven and announce the Good News and through our life witness accomplish the divine will.  Amen.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0