Publié le 12 Juillet 2020

Texte de l'Évangile

(Mt 10,34--11,1): 

«Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre: je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère: on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.

»Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m'accueille; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète; qui accueille un homme juste en sa qualité d'homme juste recevra une récompense d'homme juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis: il ne perdra pas sa récompense».

Jésus acheva ainsi de donner ses instructions aux douze disciples, puis il partit de là pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

L’Application

 

Jésus ne nous demande pas de n’est pas aimer nos frères et sœurs, ou nos parents, mais Le préférer que les hommes. Il nous invite à voire le Christ par tout et en tous. C’est-à-dire, voir et regarder dans les rencontres humaines, la présence divine, tous comme les envoyés du Père et leurs accorder le respect que nous réservions au Seigneur. Voilà la croix que nous devons porter toute notre vie, si nous voulons d’être disciples du Seigneur.

«Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi»

 

Abbé Valentí ALONSO i Roig
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, Jésus nous offre un cocktail explosif de recommandations, c'est comme un buffet à la mode où il y a des petits plats à déguster. Il s'agit de conseils profonds et difficiles à avaler, destinés à ses disciples et qui sont le centre du processus de leur formation et préparation à leur mission (cf. Mt 11,1). Afin de bien les déguster nous devons les contempler un par un.

Jésus commence par leur révéler les bienfaits de l'enseignement. Au-delà des séquelles positives, évidentes dans l'attitude du Seigneur, l'Évangile évoque également les contretemps et effets secondaires de la prédication «on aura pour ennemis les gens de sa propre maison» (Mt 10,36). C'est cela le paradoxe de vivre la foi: le risque de nous confronter, même à nos proches, quand nous ne comprenons pas qui est Jésus, le Seigneur, et nous ne le percevons pas comme le Maître de l'union.

Ensuite, Jésus nous demande de le placer au plus haut niveau sur l'échelle de l'amour: «Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi…» (Mt 10,37), «celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi» (Mt 10,37). Ainsi, Il propose de nous laisser accompagner par Lui en tant que présence de Dieu, car «qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé» (Mt 10,40). La conséquence de vivre accompagné par le Seigneur, quand on l'accueille chez soi, est de jouir de la récompense des prophètes et des justes, car nous avons accueilli chez nous un prophète et un juste.

Le Maître finit ses recommandations en donnant beaucoup de valeur aux petits gestes d'aide et de soutien que nous devons avoir envers ceux qui vivent en Sa compagnie: ses disciples, c'est à dire, nous les chrétiens «et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple» (Mt 10,42). De ce conseil naît une responsabilité: celle du respect d'autrui, nous devons prendre conscience que celui qui vit dans le Seigneur, qui que ce soit, doit être considéré comme si c'était Jésus Lui-même. Saint Jean Chrysostome nous dit: «Si l'amour était parsemé partout, cela donnerait une foule de biens».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Juillet 2020

Texte de l'Évangile

(Mt 10,34--11,1): 

«Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre: je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère: on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.

»Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m'accueille; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète; qui accueille un homme juste en sa qualité d'homme juste recevra une récompense d'homme juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis: il ne perdra pas sa récompense».

Jésus acheva ainsi de donner ses instructions aux douze disciples, puis il partit de là pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

L’Application

 

Jésus ne nous demande pas de n’est pas aimer nos frères et sœurs, ou nos parents, mais Le préférer que les hommes. Il nous invite à voire le Christ par tout et en tous. C’est-à-dire, voir et regarder dans les rencontres humaines, la présence divine, tous comme les envoyés du Père et leurs accorder le respect que nous réservions au Seigneur. Voilà la croix que nous devons porter toute notre vie, si nous voulons d’être disciples du Seigneur.

«Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi»

 

Abbé Valentí ALONSO i Roig
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, Jésus nous offre un cocktail explosif de recommandations, c'est comme un buffet à la mode où il y a des petits plats à déguster. Il s'agit de conseils profonds et difficiles à avaler, destinés à ses disciples et qui sont le centre du processus de leur formation et préparation à leur mission (cf. Mt 11,1). Afin de bien les déguster nous devons les contempler un par un.

Jésus commence par leur révéler les bienfaits de l'enseignement. Au-delà des séquelles positives, évidentes dans l'attitude du Seigneur, l'Évangile évoque également les contretemps et effets secondaires de la prédication «on aura pour ennemis les gens de sa propre maison» (Mt 10,36). C'est cela le paradoxe de vivre la foi: le risque de nous confronter, même à nos proches, quand nous ne comprenons pas qui est Jésus, le Seigneur, et nous ne le percevons pas comme le Maître de l'union.

Ensuite, Jésus nous demande de le placer au plus haut niveau sur l'échelle de l'amour: «Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi…» (Mt 10,37), «celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi» (Mt 10,37). Ainsi, Il propose de nous laisser accompagner par Lui en tant que présence de Dieu, car «qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé» (Mt 10,40). La conséquence de vivre accompagné par le Seigneur, quand on l'accueille chez soi, est de jouir de la récompense des prophètes et des justes, car nous avons accueilli chez nous un prophète et un juste.

Le Maître finit ses recommandations en donnant beaucoup de valeur aux petits gestes d'aide et de soutien que nous devons avoir envers ceux qui vivent en Sa compagnie: ses disciples, c'est à dire, nous les chrétiens «et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple» (Mt 10,42). De ce conseil naît une responsabilité: celle du respect d'autrui, nous devons prendre conscience que celui qui vit dans le Seigneur, qui que ce soit, doit être considéré comme si c'était Jésus Lui-même. Saint Jean Chrysostome nous dit: «Si l'amour était parsemé partout, cela donnerait une foule de biens».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Juillet 2020

Jesus is addressing to a crowd. Different kinds of people and different thinking pattern. Today’s parable unties everyone into one single world, a world which listens the word of God and puts this life-giving word into practice. All the readings of the day make us to understand that the creation gives glory to God and reveals to us that this God is generous. Everything came into being through this WORD. The creation from their part, remain faithful to the Creator, like the rain and snow which respond positively to the divine call, by giving fruit in due time. Everything was created by the Word and His Word gives us life. It is true that St. John in his Gospel told us that 'The Word became flesh' and in our flesh that God has chosen to live.

 

In this story of creation, the creation is no longer a gift from the Lord, but He gave Himself in this creation, especially in His Son, who died and rose again.  He sent his only begotten Son, not to judge us, but through Him that the world might be saved. This Word fulfilled this divine will and ascended into heaven and sat before the Lord, and will descend on the last day to judge us, the living and the dead. He continues to animate this world through the Holy Spirit and through the people who remain faithful to their vocation.

 

This God visits us daily. He visits us through the day and night.  In the murmur of the brize and in the storm. In rain and in drought. Nature itself is a visitation of God and a divine revelation. Everything we hear in the encyclical 'Laudato si' as a call is not an option, but a duty to be fulfilled. In this sense, even this pandemic is capable of being a divine message to us. I would translate it as a call to conversion, a call to understanding, a call to integration, a call to dialogue, a call to respect for humanity, and in the end a call to listen to the cry of the earth, the creation of the Lord, the cry of this Word made flesh.

 

Jesus continues to tach us, to the crowd and invites us individually to respond to the giver of life. We have this parable of the sower, who sows without any partiality, of a generosity to all, without measure. He gives each one of us a Word, a word that is capable of giving or producing. Everything is conditioned by the way in which we welcome this word and the opening of our heart by letting it penetrate in us and become part of us. The seeds become our own flesh and through our commitment, these seeds give fruit.

 

Let us not forget the parable of the house built on the rock. In our daily life, the sun will be there, the storm will make us feel its power, the world will treat us, as it has treated the Lord mercilessly. Yet, on our part, we must never be like a rock, especially before the miseries of the people. Let us not allow vengeance and violence to take root in our hearts, for they are the thorns which may destroy the word that the Lord has put into our hearts. In today’s Gospel, we are called to be Christ.

 

Following Christ, we are sent to be sowers of the good news and to propose the Gospel to the people of today. To be a missionary is to go out into all lands, to the believers but also to the nonbelievers. Christ wants to save them all. Following Him and with Him, we are sent to sow in profusion. It is not a question of making people believe, but of saying and witnessing to the faith that is in us. Even if we do not see the results, nothing can prevent the Word of God from bearing fruit.

 

May the Virgin Mary teach us, by her example, to welcome the Word of God, to keep it, and to make it bear fruit in us and in others.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Gospel text

(Mt 10,16-23): 

 

Jesus said to his disciples, «Look, I send you out like sheep among wolves. You must be clever as snakes and innocent as doves. Be on your guard with respect to people, for they will hand you over to their courts and they will flog you in their synagogues. You will be brought to trial before rulers and kings because of me, and so you may witness to them and the pagans. But when you are arrested, do not worry about what you are to say and how you are to say it; when the hour comes, you will be given what you are to say. For it is not you who will speak; but it will be the Spirit of your Father in you.

»Brother will hand over brother to death, and a father his child; children will turn against parents and have them put to death. Everyone will hate you because of me, but whoever stands firm to the end will be saved. When they persecute you in one town, flee to the next. For sure, you will not have gone through all the towns of Israel before the Son of Man comes».

 

The Application

The christian life is a pilgrim life, a permenant march towards the house of the Lord, to our home that God has prepared for us. Though it’s a tough call, once we reamin faithful to our call, then God takes everythying into His heart. In this path, we are called to remain a witness of divine love and compassion.

It’s true that we are sent like sheep among wolves. Thus God is not here to remove all our opposing elements of life. He is there to support us and give us the necessary intelligence to fight back and to remain always protected. We should learn to use the talents and energy that God has naturally put in us.

Whatever may be the difficult situation, what is expected from us is that we remain open to the impulsions of the Holy Spirit and allow the Holy Spirit to act in and through us. Jesus has said that the Spirit of our Father in us will speak for us. Let us believe in this divine accompaniment and act divinly.

 

Action of the day : have faith in God.

«Everyone will hate you because of me»

 

Fr. Josep LAPLANA OSB Monk of Montserrat
(Montserrat, Barcelona, Spain)

Today, the Gospel emphasizes the troubles and contradictions we Christians have to suffer because of Christ and his Gospel, and how we must stand firm and persevere to the end. Jesus promised us: «I am with you always, until the end of the age» (Mt 28:20); but He did not promise his disciples an easy journey; on the contrary, He told them: «Everyone will hate you because of me» (Mt 10:22).

The Church and the world are two difficult to coexist realities. Church is bound to convert the world to Jesus Christ, but our world is not a neutral reality, as if of virgin wax waiting for the mould to shape it. This is what it would have been like, had there not been a history of sin between the creation of man and his redemption. But, as an isolated from God structure, the world obeys another lord, that St. John's Gospel names as “the lord of this world”, the soul's foe, whom —when baptized— the Christian has promised to disobey to, to stand up to him, so as to only belong to Jesus Christ and to the Mother Church, which begot him in Jesus Christ.

However, though christened, we still live in this world and not somewhere else; we do not give up our earthly citizenship nor do we deny our honest contribution to sustain and improve our world; our civic duties are also Christian duties; to pay taxes is a duty of fairness for Christians. Jesus said that his followers are in the world, but do not belong to the world (cf. Jn 17:14-15). We do not unconditionally belong to the world, we only belong to Jesus Christ and to the Church, our true spiritual fatherland, that is down here in our earth and goes through space and time barriers to finally disembark us in our definite destination, Heaven.

This double citizenship necessarily stumbles upon the forces of sin and its influence that powers the worldly mechanisms. When reviewing the history of Church, Newman said that «Church's brand is persecution and, perhaps, a longer-lasting one».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Gospel text

(Mt 10,16-23): 

 

Jesus said to his disciples, «Look, I send you out like sheep among wolves. You must be clever as snakes and innocent as doves. Be on your guard with respect to people, for they will hand you over to their courts and they will flog you in their synagogues. You will be brought to trial before rulers and kings because of me, and so you may witness to them and the pagans. But when you are arrested, do not worry about what you are to say and how you are to say it; when the hour comes, you will be given what you are to say. For it is not you who will speak; but it will be the Spirit of your Father in you.

»Brother will hand over brother to death, and a father his child; children will turn against parents and have them put to death. Everyone will hate you because of me, but whoever stands firm to the end will be saved. When they persecute you in one town, flee to the next. For sure, you will not have gone through all the towns of Israel before the Son of Man comes».

 

The Application

The christian life is a pilgrim life, a permenant march towards the house of the Lord, to our home that God has prepared for us. Though it’s a tough call, once we reamin faithful to our call, then God takes everythying into His heart. In this path, we are called to remain a witness of divine love and compassion.

It’s true that we are sent like sheep among wolves. Thus God is not here to remove all our opposing elements of life. He is there to support us and give us the necessary intelligence to fight back and to remain always protected. We should learn to use the talents and energy that God has naturally put in us.

Whatever may be the difficult situation, what is expected from us is that we remain open to the impulsions of the Holy Spirit and allow the Holy Spirit to act in and through us. Jesus has said that the Spirit of our Father in us will speak for us. Let us believe in this divine accompaniment and act divinly.

 

Action of the day : have faith in God.

«Everyone will hate you because of me»

 

Fr. Josep LAPLANA OSB Monk of Montserrat
(Montserrat, Barcelona, Spain)

Today, the Gospel emphasizes the troubles and contradictions we Christians have to suffer because of Christ and his Gospel, and how we must stand firm and persevere to the end. Jesus promised us: «I am with you always, until the end of the age» (Mt 28:20); but He did not promise his disciples an easy journey; on the contrary, He told them: «Everyone will hate you because of me» (Mt 10:22).

The Church and the world are two difficult to coexist realities. Church is bound to convert the world to Jesus Christ, but our world is not a neutral reality, as if of virgin wax waiting for the mould to shape it. This is what it would have been like, had there not been a history of sin between the creation of man and his redemption. But, as an isolated from God structure, the world obeys another lord, that St. John's Gospel names as “the lord of this world”, the soul's foe, whom —when baptized— the Christian has promised to disobey to, to stand up to him, so as to only belong to Jesus Christ and to the Mother Church, which begot him in Jesus Christ.

However, though christened, we still live in this world and not somewhere else; we do not give up our earthly citizenship nor do we deny our honest contribution to sustain and improve our world; our civic duties are also Christian duties; to pay taxes is a duty of fairness for Christians. Jesus said that his followers are in the world, but do not belong to the world (cf. Jn 17:14-15). We do not unconditionally belong to the world, we only belong to Jesus Christ and to the Church, our true spiritual fatherland, that is down here in our earth and goes through space and time barriers to finally disembark us in our definite destination, Heaven.

This double citizenship necessarily stumbles upon the forces of sin and its influence that powers the worldly mechanisms. When reviewing the history of Church, Newman said that «Church's brand is persecution and, perhaps, a longer-lasting one».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Texte de l'Évangile

(Mt 10,16-23): 

 

«Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc adroits comme les serpents, et candides comme les colombes. Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi: il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous.

»Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé. Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Amen, je vous le dis: vous n'aurez pas encore passé dans toutes les villes d'Israël quand le Fils de l'homme viendra».

 

L’Application

 

La mission que le Seigneur nous confie est difficile, car il nous envoie comme des brebis au milieu des loups. Pourtant, Il nous assure, si nous restons fidèles à la mission reçue, c’est l’Esprit Saint qui parlera en nous. N’ayons pas peur d’être en vérité et d’annoncer la Bonne Nouvelle.

«Vous serez détestés de tous à cause de mon nom»

Abbé Josep LAPLANA OSB Moine de Montserrat
(Montserrat, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, l'Évangile souligne les difficultés et les contradictions que le chrétien devra subir à cause du Christ et de son Évangile, et comment il devra résister et persévérer jusqu’au bout. Jésus nous a promis: «Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde» (Mt 28,20); mais Il n'a pas promis aux siens un chemin facile, tout au contraire, Il leur a dit: «Vous serez détestés de tous à cause de mon nom» (Mt 10,22).

L'Église et le monde sont deux réalités difficiles à concilier. Le monde, que l'Église doit convertir à Jésus-Christ, n'est pas une réalité neutre, comme s'il s'agissait d'une cire vierge qui n'attend que le sceau qui lui donne forme. Il n'en irait ainsi que s'il n'y avait pas eu une histoire de péché entre la création de l'homme et sa rédemption. Le monde, comme structure éloignée de Dieu, obéit à un autre seigneur, que l'Évangile de saint Jean désigne comme “le prince de ce monde”, l'ennemi de l'âme, auquel le chrétien, le jour de son baptême, a fait serment de désobéir, de le planter là pour n'appartenir qu'au Seigneur et à l'Église qui l'a engendré en Jésus-Christ.

Mais le baptisé continue de vivre dans ce monde et non un autre, il ne renonce pas à en être le citoyen, ni ne lui refuse son honnête apport pour son soutien et son amélioration; les devoirs civiques sont aussi des devoirs chrétiens; payer ses impôts est un devoir de justice pour le chrétien. Jésus a dit que ses disciples sont dans le monde, mais qu'ils ne sont pas du monde (cf. Jn 17,14-15). Nous n'appartenons pas au monde de façon inconditionnelle, nous n'appartenons complètement qu'à Jésus-Christ et à l'Église, véritable patrie spirituelle, qui se trouve ici-bas mais traverse les barrières de l'espace et du temps pour nous conduire jusqu'à la patrie définitive du ciel.

Cette double citoyenneté heurte inéluctablement les forces de péché et de domination qui meuvent les rouages mondaines. Repassant l'histoire de l'Église, Newman disait que «la persécution est la marque de l'Église, peut-être la plus durable de toutes».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Texte de l'Évangile

(Mt 10,7-15): 

 

«Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement: donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or ni argent, ni petite monnaie pour en garder sur vous; ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. Car le travailleur mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez chez lui jusqu'à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l'habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n'en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Si l'on refuse de vous accueillir et d'écouter vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, en secouant la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis: au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville».

«"Allez proclamer que le Règne des Cieux est proche"»

 

 

Abbé Antonio BORDAS i Belmonte
(L’Ametlla de Mar, Tarragona, Espagne)

Aujourd'hui, le texte de l'Évangile nous invite à évangéliser ; il nous dit : "prêchez" (cf. Mt 10,7). Ce qui est annoncé, c'est la bonne nouvelle de Jésus, qui essaie de nous parler du royaume de Dieu, du fait que c'est Lui notre sauveur, que le Père l'a envoyé dans le monde, et que pour cette raison, c'est le seul qui peut nous régénérer de l'intérieur et changer la société dans laquelle nous vivons.

Jésus annonçait "le Règne des Cieux est proche" (Mt 10,7). C'est lui qui annonçait le règne de Dieu qui progressait entre les hommes et les femmes au fur et à mesure que le bien avançait et que le mal reculait.

Jésus veut le salut de l'homme en entier, dans son corps et dans son esprit ; plus encore, face à l'énigme qui préoccupe l'humanité qu'est la mort, Jésus propose la résurrection. Celui qui est un mort vivant à cause du péché, expérimente une nouvelle vie quand il retrouve la grâce. C'est un grand mystère que nous commençons à expérimenter à partir de notre baptême : Nous chrétiens, nous sommes appelés à la résurrection !

Voici un exemple de la façon dont le Pape François recherche le bien de l'homme : "Cette "culture du rejet" nous a aussi rendus insensibles face à la profusion et au gaspillage des aliments. A une autre époque, nos grands-parents veillaient scrupuleusement à ce qu'aucun reste de nourriture ne soit jeté. Jeter un aliment revient à le voler de la table du pauvre, de celui qui a faim !".

Jésus nous demande d'être toujours des messagers de la paix. Quand nous les prêtres nous apportons la Communion à un malade nous disons : Que la paix du Seigneur vienne dans cette maison !" Et la paix du Christ reste là-bas, s'il y a des personnes dignes de la recevoir. Pour recevoir les dons du royaume de Dieu il faut être dans une bonne disposition intérieure. D'un autre côté, nous voyons aussi comment beaucoup de gens trouvent des excuses pour ne pas recevoir l'Évangile.

Nous avons un grand devoir au milieu des hommes, c'est qu'une fois que nous sommes croyants, nous ne pouvons pas cesser d'annoncer l'Évangile car nous le vivons et nous voulons que d'autres gens le vivent aussi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Gospel text

(Mt 10,7-15): 

 

Jesus said to his disciples, «Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near’. Heal the sick, bring the dead back to life, cleanse the lepers, and drive out demons. You received this as a gift, so give it as a gift. Do not carry any gold, silver or copper in your purses. Do not carry a traveler's bag, or an extra shirt, or sandals, or walking-stick: workers deserve their living. When you come to a town or a village, look for a worthy person and stay there until you leave. As you enter the house, wish it peace. If the people in the house deserve it, your peace will be on them; if they do not deserve it, your blessing will come back to you. And if you are not welcomed and your words are not listened to, leave that house or that town and shake the dust off your feet. I assure you, it will go easier for the people of Sodom and Gomorrah on the day of judgment than it will for the people of that town».

«Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near»

 

Fr. Antonio BORDAS i Belmonte
(L’Ametlla de Mar, Tarragona, Spain)

Today, the Gospel invites us to evangelize, it says: “Preach” (Mt 10:7). The announcement is Jesus’ good news, trying to tell us about the kingdom of God, that He is our savior, sent by the Father to the world and for this reason, the only one who can renew us from within and change the society in which we live.

Jesus proclaimed that "the Kingdom of Heaven is near" (Mt 10:7). He was the herald of the Kingdom of God that was present among men and women to the extent that good would advance and evil would retreat.

Jesus wants the whole man’s salvation, in body and in spirit; more so, by the enigma that concerns humanity, which is death, Jesus proposes the resurrection. When someone lives dead for a sin, and recovers the grace, he will experience a new life. This is a great mystery that we begin to experience from our baptism; Christians are called to the resurrection!

A sample of how Pope Francis seeks the good of man: “This "culture of discarding" also has made us insensitive to squandering and food waste. At one time our grandparents took great care not to throw any leftovers. The food that is discarded is like stealing from the poor’s table, from which he’s hungry!”

Jesus tells us to always be bearers of peace. When the priests brings the Communion to a sick person he says, 'Lord’s Peace to this house! ". And the peace of Christ remains there, if there are people worthy of it. To receive the gifts of God's kingdom one needs a good inner will. On the other hand, we also see many people making excuses for not receiving the Gospel.

We have a great task among men, and we cannot fail to preach the Gospel after having believed, because we live it and we want others to live it also.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Juillet 2020

Gospel text

(Mt 10,1-7): 

Jesus called his twelve disciples to him and gave them authority over the unclean spirits to drive them out and to heal every disease and sickness. These are the names of the twelve apostles: first Simon, called Peter, and his brother Andrew; James, the son of Zebedee, and his brother John; Philip and Bartholomew, Thomas and Matthew, the tax collector; James, the son of Alphaeus, and Thaddaeus; Simon, the Canaanite, and Judas Iscariot, the man who would betray him. Jesus sent these twelve on mission with the instruction: «Do not visit pagan territory and do not enter a Samaritan town. Go instead to the lost sheep of the people of Israel. Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near’».

«Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near’»

 

Fr. Fernando PERALES i Madueño
(Terrassa, Barcelona, Spain)

Today, the Gospel shows us Jesus sending his Apostles on a mission: «Jesus sent these twelve on mission with these instructions...» (Mt 10:5). The twelve make up the “Apostolic College”, that is “missionary”. The Church, in its earthly pilgrimage, is a Missionary Community, as its origin lies in the fulfillment of the mission of the Son and the Holy Spirit, following God Father's divine intentions. In the same way as Peter and the other Apostles, by institution of our Lord, constituted a single Apostolic College, the Roman Pontiff, Peter's successor, and the Bishops, successors of the Apostles, form a body which has the duty to announce the Gospel everywhere.

Among the disciples sent on mission we find those with an outstanding position, given by Christ, and a greater responsibility, such as Peter; and others, as Thaddaeus, whom we practically know nothing about; however, the Gospels, which communicate Good News, were not intended to satisfy our curiosity. On our side, we are supposed to pray for all the bishops, for the famous and for the not so famous ones, while living in communion with them: «See that you all follow the bishop as Jesus Christ follows the Father and the presbytery as you would the apostles...» (St. Ignatious of Antioch). Jesus was not looking for cultivated people, but simply for people who were available, willing and able to follow him to the end. This means that, as a Christian, I must also feel responsible of a part of Jesus' plan of salvation. Do I keep away from evil? Do I help my fellow-men?

As their mission was just beginning, Jesus hurries to give them instructions with some limitations: «Do not visit pagan territory and do not enter a Samaritan town. Go instead to the lost sheep of the people of Israel. Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near’» (Mt 10:5-6). Today we must do what we can, with the certainty that God is calling all pagans and Samaritans in another phase of the missionary work.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Juillet 2020

Texte de l'Évangile (Mt 10,1-7): 

Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d'expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres: le premier, Simon, appelé Pierre; André son frère; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère; Philippe et Barthélemy; Thomas et Matthieu le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée; Simon le Zélote et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes: «N'allez pas chez les païens et n'entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche».

«Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche»

 

Abbé Fernando PERALES i Madueño
(Terrassa, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, l'Évangile nous montre Jésus en envoyant ses disciples en mission: «Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes» (Mt 10,5). Les douze disciples forment le “Collège Apostolique”, c’est-à-dire “missionnaire”; dans sa pérégrination terrestre, l'Église est une communauté missionnaire, car elle a son origine dans l'accomplissement de la mission du Fils et du Saint Esprit selon le dessein de Dieu le Père.

De même que saint Pierre et les autres Apôtres constituent, de par l'institution du Seigneur, un seul Collège Apostolique semblablement le Pontife romain, successeur de Pierre, et les évêques, successeurs des apôtres, forment entre eux un tout sur lequel échoit le devoir d'annoncer l'Évangile partout.

Parmi les disciples envoyés en mission nous trouvons ceux qui le Christ a placés dans un lieu important et avec une plus grande responsabilité, comme Pierre; et d'autres, comme Thaddée, sur qui nous ne savons que peu de choses. Or, les Évangiles nous communiquent la Bonne Nouvelle, et ils ne sont pas faits pour satisfaire notre curiosité. De notre côté. Nous devons prier pour tous les Évêques, pour les célèbres et pour ceux qui ne le sont pas, tout en demeurant en communion avec eux: «Suivez tous l'évêque, comme Jésus-Christ suit son Père, et le presbyterium comme les Apôtres» (Saint Ignace d'Antioche)

Jésus ne cherchait pas des personnes instruites, mais tout simplement qu'elles fussent disponibles et prêtes à Le suivre jusqu'à la fin. Cela m'a enseigné que moi, comme Chrétien, je dois me sentir responsable d'une partie de l'ouvre salvatrice de Jésus. Est-ce que je m'éloigne du mal?, est-ce que j'assiste mes frères?

Et comme l'ouvre n'est qu'au commencement, Jésus s'empresse de rajouter une consigne de limitation: «N'allez pas chez les païens et n'entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche» (Mt 10,5-6). Aujourd'hui, il faut faire de notre mieux, avec la confiance que Dieu appellera tous les païens et samaritaines dans une autre phase du travail missionnaire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0