Publié le 25 Décembre 2019

Texte de l'Évangile

(Mt 10,17-22): 

 

«Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi: il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé».

 

L’Application

 

Hier nous étions dans la joie, la joie de la naissance de notre Sauveur et aujourd’hui nous sommes encore dans la joie, la joie de St. Etienne, de pouvoir verser son sang pour la gloire de Dieu. Saint Etienne nous assure, même dans la mort, nous pouvons d’être heureux et joyeux, car Dieu nous accompagne, toute notre vie et la mort est une porte qui nous amènera vers la joie éternelle.

Pour cela, il faut nous mettre à l’école de l’Esprit Saint, une école d’amour et de miséricorde, une école de justice et de vérité. Le monde peut nous livrer à la main des bourreaux injustement pour nous tourmenter, alors dans la miséricorde divine, avec la puissance de l’Esprit Saint, nous pouvons rendre un bon témoignage à l’amour divin. Comme Jésus qui est notre lumière, à la grâce de Dieu, nous pouvons porter cette Lumière d’espérance au monde, à l’image de Jésus courageusement et fermement.

«Ils vous livreront aux tribunaux et vous fouetteront»

 

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, alors que nous venons de savourer l'expérience profonde de la Naissance de l'Enfant Jésus, le panorama liturgique change. Nous pourrions penser que célébrer un martyr ne cadre pas avec l'enchantement de Noël… Le martyre de Saint Stéphane, que nous vénérons comme protomartyr du christianisme rentre pleinement dans la théologie de l'Incarnation du Fils de Dieu. Jésus est venu au monde pour déverser son Sang pour nous. Stéphane a été le premier a déverser son sang pour Jésus. Nous lisons dans cet Evangile comment Jésus Lui-même l'a annoncé "On vous livrera aux tribunaux… vous serez amenés devant des gouverneurs et des rois pour témoigner (Mt 10,17.18). Précisément "martyr" signifie exactement cela : témoin.

Ce témoignage de parole et d'œuvre est donné grâce à la force de l'Esprit Saint : "L'Esprit de votre Père (…) parlera à travers vous (Mt 10,19). Comme nous le lisons dans les "Actes des Apôtres", chapitre 7, Stéphane, conduit aux tribunaux, a donné une leçon magistrale, en parcourant l'Ancien Testament, en démontrant que tout l'Ancien Testament convergeait vers le Nouveau en la Personne de Jésus. En Lui s'accomplit tout ce qui a été annoncé par les prophètes et enseigné par les patriarches.

Dans le récit de son martyre nous trouvons une très belle allusion à la Trinité : "Stéphane, rempli de l'Esprit Saint, regarda fixement le ciel et vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu" (Actes 7,55). Son expérience fut une sorte de dégustation de la Gloire du Ciel. Et Stéphane mourut comme Jésus, en pardonnant à ceux qui l'immolaient : "Seigneur, ne prends pas en compte ce péché" (Actes 7,60) ; il pria avec les paroles du Maître : "Père, pardonne-les car ils ne savent pas ce qu'ils font (Lc 23, 34).

Demandons à ce martyr que nous sachions vivre comme lui, remplis de l'Esprit Saint afin que, en fixant les yeux vers le ciel, nous voyons Jésus à la droite de Dieu. Cette expérience nous fera d'ores et déjà jouir du ciel pendant que nous sommes sur la terre.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Décembre 2019

Nous célébrons aujourd’hui la fête de Noël, la naissance de notre sauveur, une joie pour nous tous, « elle est aussi un scandale pour la raison et une folie pour les païens. »  Quoi que soit le regard porté par la société sur cette fête, quoi que soit les commentaires   que nous entendons sur les média, nous sommes dans la joie, car Dieu a accomplis entièrement la promesse faite à notre père Abraham, et Il l’a fait dans notre temps. Nous sommes témoins de cet événement merveilleux, un événement tant attendu et cherché.

Jésus est né, d’une femme, une femme immaculée, choisi et consacrée par le Seigneur, pour que le Fils puisse avoir une expérience humaine, non pas en tant que Dieu, mais en tant qu’un homme dans l’histoire, un homme totalement humain, accessible, palpable et visible. Il nous a choisi de l’accompagné en Marie. Dieu a choisi de vivre dans la fragilité de l’homme et d’apprendre de l’humanité, d’une manière humaine.

Nous sommes dans la joie, car nous ressentons déjà la présence divine et Dieu souhaite que nous participions à la joie du ciel.   Nous avons un Dieu qui ressent comme nous. Le Verbe qui s’est fait chaire, est devenu pour nous en frère. Nous qui sont ses disciples, devons dans notre fraternité, devenir, de notre part, en frère et sœur, en imitant la fraternité divine qui se révèle dans cet enfant.

Les événements du jour peuvent nous décourager, comme les grèves, les guères, etc. C’est dans cette fragilité et de la pauvreté de l’humanité que Dieu a choisi de s’incarner. Nous vivons dans un quartier pauvre, le plus pauvre de la France. Il faut reconnaitre que certains d’entre nous sont suffoqués par une culture étrangère, une langue inconnue, un peuple totalement diffèrent. C’est ici que Dieu désire de s’exprimer, non pas dans les grands cathédraux ou basiliques, où dans les quartiers chics et propres. Je prends conscience de la précarité de la vie de nos paroissiens, je n’oublie pas les parents ici dans notre assemblé seuls et séparés. Dieu a voulu à  vivre une telle situation quelle est là-nôtre. Puisqu’Il a pris notre chair, nous croyons qu’Il va tout transformer, et Il nous amènera jusqu’à l’accomplissement de la volonté divine en nous.

Pour cela, il faut faire naître cette Verbe du ciel dans notre cœur et dans notre chair. Marie a enfanté cet enfant, elle a donné son sang et sa chair, pour qu’Il devienne HOMME. Si nous voulons que cette Verbe prenne aussi notre chair, il faut l’accueillir, tel qu’il est, et donner une nouvelle vie, pour qu’Il prenne notre sang et notre chair. Un jour, nous pouvons dire comme Paul, ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ vit en moi.

Portons en nous cette Lumière du Christ, soyons dans la joie. L’attende joyeuse se termine aujourd’hui. Que cette joie que nous avons appropriée, soit une lumière pour nos frères et sœurs dans notre quartier. Ouvrons notre cœur et notre maison, pour qu’ils trouvent une demeure digne. Prenons conscience que nous ne sommes pas la lumière, mais porteurs de la Lumière. Que cette Lumière brille dans notre chair, dans notre cœur, dans nos paroles et dans nos actes pour que nos frères et sœurs, voyant cette lumière qui brille en nous, découvrent le Christ, le Verbe s’est fait chair, vivant et agissant dans notre humanité. Je vous souhaite une très belle fête, Amen.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Décembre 2019

Gospel text (Lk 1,57-66): 

When the time came for Elizabeth, she gave birth to a son. Her neighbors and relatives heard that the merciful Lord had done a wonderful thing for her and they rejoiced with her. When on the eighth day they came to attend the circumcision of the child, they wanted to name him Zechariah after his father. But his mother said, «Not so; he shall be called John». They said to her, «No one in your family has that name»; and they asked the father by means of signs for the name he wanted to give. Zechariah asked for a writing tablet and wrote on it, «His name is John», and they were very surprised. Immediately Zechariah could speak again and his first words were in praise of God. A holy fear came on all in the neighborhood, and throughout the Hills of Judea the people talked about these events. All who heard of it pondered in their minds and wondered, «What will this child be?». For they understood that the hand of the Lord was with him.

 

The Application

 

We are already in Christmas mood and very much engaged with minute final preparation. The way we prepare this event, will tell us the importance that we accord to the person. In this final stage of the preparation, we recall every moments of life, present and past, with an open eye towards the future, with hope and joy.

With the parents of John the Baptist, we celebrate with joy, not only of the naissance of the new born, but also in advance the nativity of the would be born Holy Child, the only source of our salvation. It is here we are reminded of all the marvelous work of God in our salvation history and we are proud to be associated to this history, particularly having known this God, and be able to communicate to Him, through the events of this same history.

It is important that we learn from this event, the moments of silence that Zachariah underwent and the moment of grace that he has received from God, in silence, during these moments of emptiness. Let’s not forget that we too undergo such moments of silence and learn from him, to glorify God, for these moments of silence, a moment of schooling, a moment of digestion, that God continues to grace us, even today, in our daily life. Weren’t these moments, though difficult to live, were the moments of grace? Have we ever thought of glorifying God, for such moments of silence in our personal life?

Action of the Day: Glorify God in all moments of life

«‘What will this child be?’. For they understood that the hand of the Lord was with him»

 

Fr. Miquel MASATS i Roca
(Girona, Spain)

Today, in the first reading we read: «Now I am sending my messenger ahead of me to clear the way» (Mal 3:1). Malachi's prophecy is fulfilled by John the Baptist. He is one of the main characters in the liturgy of Advent. He invites us to prepare ourselves with prayer and penance for the arrival of the Lord. As the collect of today's Mass says: «Your Son's birth is near; may the love of He who is the Word made flesh who became man in the Virgin's womb to live among men, welcome us».

The Precursor's birth speaks of the proximity of Christmas. The Lord is at hand!: let's get ourselves ready! When asked who he was by the priests who had come from Jerusalem, he said: «I am the voice crying out in the wilderness: Make straight the way of the Lord» (Jn 1:23).

«Look, I stand at the door and knock. If you hear my call and open the door, I will come in to you and have supper with you, and you with me» (Rev 3:20), we read in the Communion antiphone. It is necessary to examine ourselves to see how we are preparing ourselves to receive Jesus this Christmas: God, more than anything, wants to be born in our hearts.

The Precursor's life teaches us the virtues we need to receive Jesus properly; fundamentally, humility of the heart. He acknowledges himself as an instrument of God, to fulfil his vocation, his mission. As Saint Ambrose says: «Do not boast that they call you son of God —let us acknowledge His grace without forgetting our human nature—; do not become proud if you have served well because you have done just what was expected from you. The sun does its job, the moon obeys, the angels of the Lord do their duty. The instrument chosen by God for serve the Gentiles said: ‘I am the last of the apostles, and I do not even deserve to be called an apostle, because I persecuted the church of God’ (1Cor 15:9)».

We are looking for the glory of God only. The virtue of humility will help us to prepare ourselves for the coming festivities appropriately.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Décembre 2019

Texte de l'Évangile

(Lc 1,57-66): 

Le temps où Élisabeth devait accoucher arriva, et elle enfanta un fils. Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait fait éclater envers elle sa miséricorde, et ils se réjouirent avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l'enfant, et ils l'appelaient Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole, et dit: «Non, il sera appelé Jean». Ils lui dirent: «Il n'y a dans ta parenté personne qui soit appelé de ce nom». Et ils firent des signes à son père pour savoir comment il voulait qu'on l'appelle. Zacharie demanda des tablettes, et il écrivit: «Jean est son nom». Et tous furent dans l'étonnement. Au même instant, sa bouche s'ouvrit, sa langue se délia, et il parlait, bénissant Dieu. La crainte s'empara de tous les habitants d'alentour, et, dans toutes les montagnes de la Judée, on s'entretenait de toutes ces choses. Tous ceux qui les apprirent les gardèrent dans leur coeur, en disant: «Que sera donc cet enfant?». Et la main du Seigneur était avec lui.

 

L’Application

 

La naissance de Jean fait déjà une histoire et elle est une histoire belle et digne. Aujourd’hui nous sommes invités à découvrir les merveilles de Dieu, à travers les parents de Jean et aussi à travers de cet enfant qui est déjà un signe de l’accomplissement de la volonté divine. Avec ses parents nous rendons grâce à Dieu, laissons guider par l’Esprit Saint, pour que nous puissions découvrir Dieu dans la faiblesse des hommes, particulièrement, une puissance divine, dans la fragilité de cet enfant qui va naître. Ce Dieu qui a fait naître dans le cœur des hommes (dans la famille de Jean) une espérance divine, qu’Il nous aide à Lui adorer en Esprit et en vérité.

Cette adoration véritable n’est possible que par une grâce divine, un accompagnement céleste, et par une préparation sincère et fidèle. Jean va nous aider à nous préparer, à nous convertir et à aller à la rencontre de notre sauveur, qui va naître dans nos cœurs.

«‘Que sera donc cet enfant?’. Et la main du Seigneur était avec lui»

 

Abbé Miquel MASATS i Roca
(Girona, Espagne)

Aujourd'hui, dans la première lecture nous lisons: «Voici que j'envoie mon messager, et il préparera le chemin devant Moi» (Ml 3,1). La prophétie de Malachie s'accomplit en Jean Baptiste. C'est un des personnages principaux de la liturgie de l'Avent, qui nous invite à nous préparer dans la prière et la pénitence à la venue du Seigneur. Comme la prière collective de la messe d'aujourd'hui: «Accorde-nous tes serviteurs, qui reconnaissons l'approche de la naissance de ton Fils, d'expérimenter la miséricorde du Verbe qui a daigné prendre chair de la Vierge Marie et habiter parmi nous».

La naissance du Précurseur nous parle de la proximité de Noël. Le Seigneur est proche! Préparons-nous!. Quand les prêtres qui vinrent de Jérusalem lui demandèrent qui il était, il répondit: «Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur» (Jn 1,23).

«Voici que je me tiens à la porte et je frappe: si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec Moi» (Ap 3,20), lit-on dans l'antienne de la communion. Nous devons nous examiner pour voir comment nous sommes en train de nous préparer à recevoir Jésus le jour de Noël: Dieu veut naître surtout dans nos cœurs.

La vie du Précurseur nous enseigne les vertus dont nous avons besoin afin de profiter pleinement de la venue de Jésus, fondamentalement, l'humilité du cœur. Il se reconnaît comme un instrument de Dieu pour accomplir sa vocation, sa mission. Comme le dit Saint Ambroise; «Ne te glorifie pas d'être appelé fils de Dieu —reconnaissons la grâce sans oublier notre nature—; ne t'enorgueillis pas si tu as bien servi, car tu as accompli ton devoir. Le soleil fait son travail, la lune obéit, les anges accomplissent leur mission. L'instrument choisi par le Seigneur pour les gentils dit: ‘Car je suis le moindre des Apôtres, moi qui ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu’ (1Co 15,9)».

Cherchons uniquement la gloire de Dieu. La vertu de l'humilité nous conditionne à nous préparer dûment pour les fêtes qui approchent.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Décembre 2019

Nous entrons au 4ème dimanche de l’Avent et nous allons méditer sur le thème, ‘ne craignez pas, soyez dans la joie.’ Je vous avais déjà dit que la source de cette joie est Jésus. En Jésus nous trouvons le signe, le symbole de l’espérance divine, car en Lui tout était accompli.

 

En Jésus nous avons l’image parfaite d’un roi qui savait à se mettre au service de son peuple, qui pouvait à s’anéantir, s’abaisser, s’obéir, etc, pour sauver un peuple infidèle et pécheur, ainsi accomplir la volonté de son Père, que le monde soit sauvé. C’est en Lui, nous trouvons un prophète qui nous révèle Le Père, un prophète qui annonce la Bonne Nouvelle et devient Lui-même la Bonne Nouvelle. C’est encore en Lui nous trouverons notre consolation, notre offrande parfaite, l’agneau sans aucune tache, digne de notre Père.

 

Pourtant, nous le savons que ce soit une vierge qui accepte pour nous tous à enfanter un fils sans connaitre un homme, ce soit un homme juste et fidèle accepte une femme qui porte déjà un enfant qui n’est pas le sien. Là, nous reconnaissons les merveilles que Dieu fait naître dans le cœur des hommes. Notre joie se trouve dans ces œuvres divines et merveilleuses que Dieu continue à faire chez les hommes, encore aujourd’hui.

 

Les lectures du jour nous invitent à découvrir les promesses accomplies par le Seigneur, toute notre histoire et à faire mémoire de ces événement, qui sont les-nôtres. Aujourd’hui, Dieu désire à renouveler encore avec nous   cette alliance, Il nous demande d’entreprendre la mission de baptême : ‘gardez cette lumière d’espérance toujours allumée.

 

Le jeune roi de 20 ans, Acaz, avait peur de prendre les décisions, Marie et Joseph avaient aussi ces inquiétudes qui étaient justes. Le Seigneur qui était avec eux, Celui qui les a accompagnés, nous accompagnera aussi. C’est pourquoi dans les salutations des anges du Seigneur, nous trouvons cette assurance, ‘ne craignez pas.’ Ne craignez pas, car vous êtes invité à participer aux œuvres divines. Ne craignez pas, car l’Esprit Saint vous accompagnera. Ne craignez pas, car le Seigneur est avec toi.

 

Aujourd’hui en méditant ces lectures, nous sommes invités à devenir Joseph pour nos frères et sœurs, le gardien véritable à son image, en toute discrétion et humilité. Si nous voulons que le Seigneur naisse dans notre cœur, réveillons-nous de notre sommeille spirituel, et laissons-nous guider par l’Esprit Saint. « Il prit chez lui son épouse. » Prenons nos frères et sœurs chez nous, car à travers ces Maries que verrons notre espérance. Une bonne marche vers Noël. Amen.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Décembre 2019

Gospel text

(Lk 1,26-38): 

In the sixth month, the angel Gabriel was sent from God to a town of Galilee called Nazareth. He was sent to a young virgin who was betrothed to a man named Joseph, of the family of David; and the virgin's name was Mary. The angel came to her and said, «Rejoice, full of grace, the Lord is with you».

Mary was troubled at these words, wondering what this greeting could mean. But the angel said, «Do not fear, Mary, for God has looked kindly on you. You shall conceive and bear a son and you shall call him Jesus. He will be great and shall rightly be called Son of the Most High. The Lord God will give him the kingdom of David, his ancestor; he will rule over the people of Jacob forever and his reign shall have no end».

Then Mary said to the angel, «How can this be if I am a virgin?». And the angel said to her, «The Holy Spirit will come upon you and the power of the Most High will overshadow you; therefore, the holy child to be born shall be called Son of God. Even your relative Elizabeth is expecting a son in her old age, although she was unable to have a child, and she is now in her sixth month. With God nothing is impossible». Then Mary said, «I am the handmaid of the Lord, let it be done to me as you have said». And the angel left her.

«I am the handmaid of the Lord, let it be done to me as you have said»

Fr, Jordi PASCUAL i Bancells
(Salt, Girona, Spain)

Today, once more, we contemplate the impressive scene of the Annunciation. God, always true to his promises, lets Mary know, through the Angel Gabriel that she is the one chosen to bear the Savior of the world. As we learn to expect from the Lord, the most important event in the history of mankind —the Creator and Lord of all things becoming man, just like us— takes place in a very simple way: a young woman in a small village in Galilea. No fireworks.

The way of going about it is simple; the event is magnificent as are the virtues of the Virgin Mary: filled with grace, the Lord is with her, humble, simple, available for God's will, generous. God has plans for her, as he has for you and for me, but He relies on our free and loving cooperation to carry them out. Mary is our example: «I am the hand¬maid of the Lord, let it be done to me according to your word» (Lk 1:38). It is not only a “yes” to the message of the Angel; it is turning herself into the hands of God the Father, to abandon herself to his intimate providence, to let God work through her now and in all the circumstances of Her life.

Of Mary's answer to God's will, as of ours,—Saint Josemaría Escriva— writes, «never forget it, a great deal depends on it».

We are preparing to celebrate Christmas. The best way to do so is to be with Mary, contemplating Her life and trying to imitate Her virtues in order to receive the Lord with the right heart: What does God expect from me, now, today, at work, with this person I deal with all the time, from my relation with Him? A great deal depends on our response to the little things of every day!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Décembre 2019

Texte de l'Évangile

(Lc 1,26-38): 

Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph; et le nom de la jeune fille était Marie. L'ange entra chez elle et dit: «Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi».

A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit alors: «Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin».

Marie dit à l'ange: «Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge?». L'ange lui répondit: «L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait: “la femme stérile”. Car rien n'est impossible à Dieu». Marie dit alors: «Voici la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi selon ta parole». Alors l'ange la quitta.

«Voici la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi selon ta parole»

Abbé Jordi PASCUAL i Bancells
(Salt, Girona, Espagne)

Aujourd'hui, nous contemplons, une fois de plus, cette scène impressionnante de l'Annonciation. Dieu toujours fidèle à ses promesses à travers l'ange Gabriel fait savoir à Marie qu'elle est l'élue pour amener le Sauveur au monde. Dieu restant fidèle à sa façon d'agir, l'évènement le plus grandiose pour l'histoire de l'Humanité —le Créateur et Seigneur de toutes choses se fait homme comme nous—, se déroule de la façon la plus simple: une jeune fille, dans un petit village de Galilée, sans spectacle.

La façon de faire est facile, l'évènement est immense. Comme le sont aussi les vertus de la Vierge Marie: remplie de grâce, le Seigneur est avec elle, humble, simple, disponible devant la volonté de Dieu, généreuse. Dieu a ses projets pour elle, comme pour toi et pour moi, mais Il espère la coopération libre et amoureuse de chacun pour nous amener à terme. Marie nous donne l'exemple de cela: «Voici la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole» (Lc 1,38). Ce n'est pas un simple oui au message de l'ange non plus, c'est se remettre en tout entre les mains du Seigneur, un abandon confiant à sa providence profonde, dire oui au Seigneur pour ce qu'il fait aujourd'hui et ce qu'il fera dans toutes les circonstances de sa vie.

De la réponse de Marie ainsi que de notre réponse à ce que Dieu nous demande —saint Joseph-Marie écrit— «ne l'oubliez pas, beaucoup de grandes choses en dépendent».

Nous nous préparons pour célébrer la fête de Noël. La meilleure façon de le faire est de rester proche de Marie, en contemplant sa vie et en essayant d'imiter ses vertus pour pouvoir accueillir le Seigneur avec un cœur disponible: —Qu'attend Dieu de moi, maintenant, aujourd'hui, dans mon travail, avec cette personne que je fréquente, dans la relation avec Lui? Ce sont de petites situations de chaque jour, mais… qui dépendent tellement de la réponse que nous donnons!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Décembre 2019

Gospel text

(Lk 1,5-25): 

In the days of Herod, king of Judea, there lived a priest named Zechariah, belonging to the priestly clan of Abiah. Elizabeth, Zechariah's wife, also belonged to a priestly family. Both of them were upright in the eyes of God and lived blamelessly in accordance with all the laws and commands of the Lord, but they had no child. Elizabeth could not have any and now they were both very old.

Now, while Zechariah and those with him were fulfilling their office, it fell to him by lot, according to the custom of the priests, to enter the sanctuary of the Lord and burn incense. At the time of offering incense all the people were praying outside; it was then that an angel of the Lord appeared to him, standing on the right side of the altar of incense. On seeing the angel, Zechariah was deeply troubled and fear took hold of him. But the angel said to him, «Don't be afraid, Zechariah, be assured that your prayer has been heard. Your wife Elizabeth will bear you a son and you shall name him John. He will bring joy and gladness to you and many will rejoice at his birth. This son of yours will be great in the eyes of the Lord. Listen: he shall never drink wine or strong drink, but he will be filled with Holy Spirit even from his mother's womb. Through him many of the people of Israel will turn to the Lord their God. He himself will open the way to the Lord with the spirit and power of the prophet Elijah; he will reconcile fathers and children, and lead the disobedient to wisdom and righteousness, in order to make ready for the Lord a people prepared».

Zechariah said to the angel, «How can I believe this? I am an old man and my wife is elderly, too». The angel replied, «I am Gabriel, who stands before God, and I am the one sent to speak to you and bring you this good news! My words will come true in their time. But you would not believe and now you will be silent and unable to speak until this has happened».

Meanwhile the people waited for Zechariah, and they were surprised that he delayed so long in the sanctuary. When he finally appeared, he could not speak to them and they realized that he had seen a vision in the sanctuary. He remained dumb and made signs to them. When his time of service was completed, Zechariah returned home and some time later Elizabeth became pregnant. For five months she kept to herself, remaining at home, and thinking, «What is the Lord doing for me! This is his time for mercy and for taking away my public disgrace».

 

The Application

 

God has His own way of answering our prayers. When He comes to meet us, very often, we find difficult to believe, because, it’s beyond our human intelligence to understand and accept divine truths. Our God is a God of hope and promise. He gives us good tidings and accomplishes all that He has promised to us.

Today in our readings, we have two great events, which help us to understand the way God accomplishes the promises made to the people. When God intervenes in our life, He does gives us the signs, which will help us to understand the importance of the message communicated to us. The signs may be in the form of good tidings, or a sad moment, or even be neutral. Whatever may be the state of sign given to us, we need to be humble, open and courageous to believe, accept and act upon. Once we remain faithful to the message, and act upon it as communicated to us, God will certainly bring to its completion, what He has begun in us.

Action of the day: Be open, courageous and accept the divine propositions.

«Don't be afraid, Zechariah, be assured that your prayer has been heard. Your wife Elizabeth will bear you a son»

 

Fr. Ignasi FUSTER i Camp
(La Llagosta, Barcelona, Spain)

Today, the angel Gabriel announces the “supernatural” birth of John the Baptist, the man who will prepare the mission of the Messiah to the priest Zechariah. God, in His loving providence, prepares Jesus' birth along with John's. Isabel's sterility is not a problem. God wants to perform such a miracle because of His love for us, his creatures.

But Zechariah, on this occasion, does not show much supernatural faith: «How can I believe this? I am an old man and my wife is elderly, too» (Lk 1:18). He has an excessively human way of looking at things. He lacks trust in God's plans, which are always bigger than ours: in this case, nothing more than the Incarnation of the Son of God for the salvation of mankind! The angel finds an “absent-minded” Zechariah, slow in Godly matters, a bit “off the air”.

With Christmas being.only a few days away, may the angel of the Lord find us ready, just as Mary was. It is necessary that we try to keep ourselves in the presence of God during the day, to intensify our love for Jesus Christ in our prayer, to receive Holy Communion with devotion: because Jesus is going to be born and come to us! We should have a supernatural outlook about all our affairs. We need such a vision in our professional work, in our studies, in our apostolate, even in our daily setbacks. Nothing escapes divine providence! With the certainty and joy of knowing that we are cooperating with the angels and the Lord in the loving, salvational plans of God.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Décembre 2019

Texte de l'Évangile

(Lc 1,5-25): 

 

Il y avait, au temps d'Hérode le Grand, roi de Judée, un prêtre nommé Zacharie, du groupe d'Abia. Sa femme aussi était descendante d'Aaron; elle s'appelait Élisabeth. Tous les deux vivaient comme des justes devant Dieu: ils suivaient tous les commandements et les préceptes du Seigneur d'une manière irréprochable. Ils n'avaient pas d'enfant, car Élisabeth était stérile, et tous deux étaient âgés.

Or, tandis que Zacharie, au jour fixé pour les prêtres de son groupe, assurait le service du culte devant Dieu, il fut désigné par le sort, suivant l'usage liturgique, pour aller offrir l'encens dans le sanctuaire du Seigneur. Toute l'assemblée du peuple se tenait dehors en prière à l'heure de l'offrande de l'encens. L'ange du Seigneur lui apparut debout à droite de l'autel de l'encens. En le voyant, Zacharie fut bouleversé et saisi de crainte. L'ange lui dit: «Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été entendue: ta femme Élisabeth te donnera un fils, et tu le nommeras Jean. Tu seras dans la joie et l'allégresse, beaucoup d'hommes se réjouiront de sa naissance, car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira pas de vin ni de boissons fermentées, et il sera rempli de l'Esprit Saint dès avant sa naissance; il fera revenir de nombreux fils d'Israël au Seigneur leur Dieu, il marchera devant le Seigneur, avec l'esprit et la puissance du prophète Élie, pour faire revenir le coeur des pères vers leurs enfants, convertir les rebelles à la sagesse des hommes droits, et préparer au Seigneur un peuple capable de l'accueillir».

Mais Zacharie dit à l'ange: «Comment vais-je savoir que cela arrivera? Moi, je suis un vieil homme, et ma femme aussi est âgée». L'ange lui répondit: «Je suis Gabriel; je me tiens en présence de Dieu, et j'ai été envoyé pour te parler et pour t'annoncer cette bonne nouvelle. Mais voici que tu devras garder le silence, et tu ne pourras plus parler jusqu'au jour où cela se réalisera, parce que tu n'as pas cru à mes paroles: elles s'accompliront lorsque leur temps viendra».

Le peuple attendait Zacharie et s'étonnait de voir qu'il restait si longtemps dans le sanctuaire. Quand il sortit, il ne pouvait pas leur parler, et ils comprirent qu'il avait eu une vision dans le sanctuaire. Il leur faisait des signes, car il demeurait muet. Lorsqu'il eut achevé son temps de service au Temple, il repartit chez lui. Quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth devint enceinte. Pendant cinq mois, elle garda le secret. Elle se disait: «Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi, lorsqu'il a daigné mettre fin à ce qui faisait ma honte aux yeux des hommes».

 

L’Application

 

Dieu intervient dans notre vie et nous donne les signes. Quoi que soit ces signes, les signes peuvent être joyeux, tristes ou neutres, nous devons être ouverts et accueillants, si nous voulons en profiter. Avec ces signes, Il nous parle, demande et Il nous assure.

Nous avons aujourd’hui deux événements du passés, qui nous invitent à méditer, à contempler et à les approprier. A travers ces événements, Dieu sème en nous la Parole d’espérance, qui nous conduira jusqu’à l’achèvement de cette Parole, si nous restons fidèles au message reçu.

Dans cette fidélité, nous pouvons, nous aussi rendre gloire à Dieu, comme Marie et Elizabeth. Dieu fit merveille. Hier, c’était Joseph et aujourd’hui Zacharie. Regardons ces personnages du Bible, le plus près possible, et nous comprendrons, notre propre devoir chrétien, et nous apprendrons à nous comporter d’une manière digne de notre baptême, car nous avons un Dieu qui nous aime.

«L'ange lui dit: ‘Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été entendue: ta femme Élisabeth te donnera un fils’»

Abbé Ignasi FUSTER i Camp
(La Llagosta, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, l'Ange Gabriel annonce au prêtre Zacharie la naissance “surnaturelle” de Jean le Baptiste, celui qui préparera la mission du Messie. Dieu, dans son amour providentiel, prépare la naissance de Jésus avec la naissance de Jean, le Baptiste. Bien qu'Elisabeth soit stérile, ce n'est pas grave. Dieu veut faire le miracle par amour pour nous, ses créatures.

Mais Zacharie ne manifeste pas au moment venu la vision surnaturelle de la foi: «Comment vais-je savoir que cela arrivera? Moi, je suis un vieil homme, et ma femme aussi est âgée» (Lc 1,18). Il a un regard excessivement humain. Il lui manque la docilité confiante dans les plans de Dieu, qui sont toujours plus grands que les nôtres: en l'occurrence, ni plus ni moins que l'Incarnation du Fils de Dieu pour le salut du genre humain! L'ange retrouve Zacharie comme “dérouté”, lent à comprendre les choses de Dieu, comme étant “hors jeu”.

Quand il reste peu de jours avant Noël, il convient que l'Ange du Seigneur nous trouve préparés, comme Marie. Il faut essayer de garder la présence de Dieu tout au long de la journée, intensifier notre amour de Jésus-Christ en nos temps de prières, recevoir avec beaucoup de dévotion l'Eucharistie: car Jésus naît et vient à nous! Et qu'il ne nous manque pas la vision surnaturelle dans tous les travaux de notre vie. Nous devons mettre une vision surnaturelle dans notre travail professionnel, dans nos études, dans nos apostolats, y compris dans les contretemps de la journée. Rien n'échappe à la providence divine! Avec la certitude et la joie de savoir que nous collaborons avec les anges et avec le Seigneur dans les plans d'amour et de salut de Dieu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Décembre 2019

Gospel text

(Mt 1,18-24): 

This is how Jesus Christ was born. Mary his mother had been given to Joseph in marriage but before they lived together, she was found to be pregnant through the Holy Spirit. Then Joseph, her husband, made plans to divorce her in all secrecy. He was an upright man, and in no way did he want to discredit her.

While he was pondering over this, an angel of the Lord appeared to him in a dream and said, «Joseph, descendant of David, do not be afraid to take Mary as your wife. She has conceived by the Holy Spirit, and now she will bear a son. You shall call him “Jesus” for he will save his people from their sins». All this happened in order to fulfill what the Lord had said through the prophet: «The virgin will conceive and bear a son, and he will be called Emmanuel which means: “God-with-us”». When Joseph woke up, he did what the angel of the Lord had told him to do and he took his wife to his home.

 

The Application

 

God gives to each and every one of us the signs, according our capacities and limits.  We are called to interpret, understand and act upon these signs. It’s quite possible that we may fail in our discernment. God does gives us another opportunity to correct it and accompanies us in our decision making process.

Yesterday we were called to mediate on the genealogy of Jesus, His humanity and the way God has chosen to participate in our humanity, which is weak, limited, and sinful, etc. Today, we are invited to see not only the divine intervention, but also, how man can cooperate in the accomplishment of divine will.

God did wait for the YES of Mary, and will give the same freedom to Joseph to act upon. It is in this human freedom that God expresses His love for us. Without imposing His will, He desires that the humanity appropriates the divine will, as his own, and act in his humanity, divinely.

It is in this freedom and humanity that Mary and Joseph have become exceptional in accomplishing the divine will. God has chosen them as the parents of Jesus, where the humanity will be nourished by simple human freedom and engagement, and the divinity will be expressed by divine intervention and grace. God wishes that this infusion of divinity happens in the humanity, by our cooperation, filled with compassion and mercy (like Joseph and Mary), and at the same time, by the divine grace. For that we too have to accept the divine will as our own (though we may find it difficult, just like Mary) and act in our humanity divinely, like Joseph.

Action of the Day: Be compassionate and merciful.

«Joseph, descendant of David, do not be afraid to take Mary as your wife»

Fr. Antoni CAROL i Hostench
(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

Today, the liturgy of the Word invites us to think of the wonderful example St. Joseph gives us. He was extremely sensitive towards Mary, his betrothed.

There is no doubt that both were excellent people, in love with each other like no other couple. However, it is plain to see that the Almighty wanted their love to go through some very demanding circumstances.

The Pope saint John Paul II has written that «Christianity is a surprise from a God who has taken sides with his creature». As a matter of fact, He has taken the initiative: To come to this world He has not waited for us to deserve it. He proposes His initiative; He does not impose it upon us: It is as though God asked us for “permission”. To Mary He proposed —never imposed anything!— the vocation of being the Mother of God: «He, who had the power to create everything from nothing, had refused to rebuild what had been desecrated if Mary had not agreed to it» (Saint Anselm).

But God, not only is asking us for permission, He also wants us to take part in His plans, to make a heroic contribution. And so it was for Mary and Joseph. In fact the Christ-child needed parents. Even more so: He needed his parent's heroism, for they had to go to extremes to defend the life of the “little Redeemer”.

What is really beautiful is that Mary revealed only a few details of her childbearing: Such an important fact is reported in just two verses (cf. Lk 2:6-7). On the other hand, she was more explicit when speaking of Joseph's thoughtfulness towards her. The fact was that «before they lived together, she was found to be preg­nant through the Holy Spirit» (Mt 1:19), and in order not to risk discrediting her, he would have preferred to disappear discretely and to renounce her love (something that was socially unfavorable to him). Thus, before the law of charity had been proclaimed, Saint Joseph was already practicing it: Mary (and his loving attentions with her) was his law.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0