Publié le 5 Avril 2020

Gospel text

(Jn 12,1-11): 

Six days before the Passover, Jesus came to Bethany where he had raised Lazarus, the dead man, to life. Now they gave a dinner for him, and while Martha waited on them, Lazarus sat at the table with Jesus.

Then Mary took a pound of costly perfume made from genuine nard and anointed the feet of Jesus, wiping them with her hair. And the whole house was filled with the fragrance of the perfume. Judas, son of Simon Iscariot —the disciple who was to betray Jesus— remarked, «This perfume could have been sold for three hundred silver coins and turned over to the poor». Judas, indeed, had no concern for the poor; he was a thief and as he held the common purse, he used to help himself to the funds. But Jesus spoke up, «Leave her alone. Was she not keeping it for the day of my burial? The poor you always have with you, but you will not always have me».

Many Jews heard that Jesus was there and they came, not only because of Jesus, but also to see Lazarus whom he had raised from the dead. So the chief priests thought about killing Lazarus as well, for many of the Jews were drifting away because of him and believing in Jesus.

 

The Application

 

Love has no bouts and it is able to make us mad in our choice and discernment. Mary will do one such act, filled with love for the Lord, ready to pour a pure parfum, a very expensive one, as a sign of her love, because she was convinced that the Lord merits it.

It is in this same love that the Lord gave his life for us. We as Christians are called to discern and act, as response to this love, blood shed for our sins.

In this moment of confinement, why don’t we make use of time, as a grace offered to us by the Lord, to do a sincere evaluation of our personal life?  

I wish you all a blessed holy week. Do include me too, in your personal prayers.

Action of the day:  Be silent

«Anointed the feet of Jesus, wiping them with her hair»

Fr. Jordi POU i Sabater
(Sant Jordi Desvalls, Girona, Spain)

Today, the Gospel summarizes two attitudes about God: Jesus Christ and life, in itself. Judas criticizes Mary for anointing Jesus' feet: «Judas, son of Simon Iscariot —the disciple who was to betray Jesus— remarked, ‘This perfume could have been sold for three hundred silver coins and turned over to the poor’» (Jn 12:4-5). What Judas said did not make sense, and it ties in with Jesus' doctrine. But it is much too easy to criticize what others may do, even when they had no hidden intentions, as it was the case with Judas.

Whatever our protest it must be an act of responsibility: with our protest we have to ask ourselves how would we do it instead, what are we willing to do, to do it better. Otherwise, our protest may just be —as it is actually the case here— the complaint, those who normally do it, wrongly use to make before those who try to do it the best they can.

Mary anoints Jesus' feet and she wipes them with her hair, because she truly believes this is what she must do. Her behavior can be qualified of splendid magnanimity: «Mary took a pound of costly perfume made from genuine nard» (Jn 12:3). It is an act of love, and like any act of love, difficult to understand by those who do not share it. I think that, as of that moment, Mary realized what, centuries later would write saint Augustine: «Maybe in this world the feet of our Lord are still in need. For, of whom, other than his members, said He: ‘Whatever you do unto the least of these, you do unto me. You spend that which you do not need, but you have done that which is good for my feet’».

Judas' complaint has no utility whatsoever, and it only led him to treachery. Mary's act led her to love her Lord even more and, as a consequence, to love more all the “feet” of Christ there are on this world.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Avril 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 12,1-11): 

 

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu'il avait ressuscité d'entre les morts. On donna un repas en l'honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives.

Or, Marie avait pris une livre d'un parfum très pur et de très grande valeur; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu'elle essuya avec ses cheveux; la maison fut remplie par l'odeur du parfum. Judas Iscariote, l'un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors: «Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d'argent, que l'on aurait données à des pauvres?». Il parla ainsi, non parce qu'il se préoccupait des pauvres, mais parce que c'était un voleur: comme il tenait la bourse commune, il prenait pour lui ce que l'on y mettait. Jésus lui dit: «Laisse-la! Il fallait qu'elle garde ce parfum pour le jour de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m'aurez pas toujours».

Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu'il avait ressuscité d'entre les morts. Les chefs des prêtres décidèrent alors de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s'en allaient, et croyaient en Jésus.

 

L’Application

 

Je vous invite aujourd’hui à méditer sur l’acte Marie qui a versé un parfum très pur d’une grande valeur. Comment allez-vous exprimer votre amour pour le Seigneur ? Quel est ce parfum que vous allez utiliser pour honorer le Seigneur ?

Le regard de Juda Iscariote………… ! Et le nôtre ?

Comment agissons-nous devant un événement et quelle est la source de notre raisonnement ? Regarder les chefs des prêtres devant le Seigneur et Lazare… !

 Relisez la première lecture encore une fois et comparez votre comportement avec ceux de Jésus. Ressentez-vous la présence divine, qui vous accompagne et vous façonne quotidiennement ?  

Pourquoi pas utiliser ce temps de confinement comme un moment de grâce, pour faire une relecture de la vie, dans le silence, en toute sincérité, en restant seul(e) avec le Seigneur ?

«Elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu'elle essuya avec ses cheveux»

Abbé Jordi POU i Sabater
(Sant Jordi Desvalls, Girona, Espagne)

Aujourd'hui l'Évangile nous montre deux attitudes envers Dieu, envers Jésus Christ et à l'égard de la vie elle-même. Devant le parfum que Marie répand sur les pieds de son Seigneur, Judas proteste: «Judas Iscariote, l'un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors: ‘Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d'argent, que l'on aurait données à des pauvres?’» (Jn 12,4-5). Ce n'est pas sot; c'est même en accord avec la doctrine de Jésus. Mais il est facile de critiquer ce que les autres font, même sans intentions cachées, comme c'était les cas de Judas.

N'importe quelle critique doit être un acte de responsabilité: avec la critique nous devons aussi expliquer ce que nous ferions à la place, ce que nous serions prêts à faire. Autrement, la critique n'est —comme ici— que la plainte de ceux qui agissent de mauvaise foi face à ceux qui tâchent de faire de son mieux.

Marie répand du parfum sur les pieds de Jésus en les essuyant avec ses cheveux, car elle croit que c'est son devoir. Cette action montre une magnanimité splendide: elle le fait en prenant «une livre d'un parfum très pur et de très grande valeur» (Jn 12,3). C'est un acte d'amour et, comme tout acte d'amour, difficile à comprendre pour ceux qui ne le partagent pas. Il me semble qu'à partir de ce moment-là, Marie sut ce que Saint Augustin devait écrire quelques siècles plus tard: «Il se peut que sur la terre les pieds du Seigneur soient dans le besoin. N'est-ce pas de ses membres, en effet, qu'il dira à la fin du monde: ‘Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait? Trouvez un emploi à votre superflu; pour vous, il est inutile, mais il est nécessaire aux pieds du Seigneur’».

La protestation de Judas n'a aucune utilité, elle le mène seulement à la trahison. L'action de Marie la porte à aimer encore plus son Seigneur et, en conséquence, à aimer encore plus les “pieds” du Christ qu'il y a dans notre monde.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 4 Avril 2020

We begin Holy Week with the celebration of Palm Sunday. On these days many of us are confined to our homes, retreat houses, hospitals, etc., and we are not allowed to go to any other place. We do not even have the means to have a branch to be blessed on this day. What poverty! I will celebrate Mass without any external festivity, alone in the church of Saint Lazarus, my parish.  I do it, simply that there may be a mass in this church, in your church.

 

Everything happens unexpectedly. In truth, it's been 2020 years, the day of the Lord and the welcome of the people, wasn't it a voluntary expression, unexpected by the people? We relive that day, not by putting ourselves in the street, rather by locking ourselves in the house by civil obligation. Somehow, we have to recognize that God grants us an extraordinary Holy Week, which allows us to live this day extraordinarily, spiritually exceptional, more interiorly than external gestures. My friends, live this day intensely, savoring every moment or instant you experience, for it will be a memory for an eternity that you will never live. 

 

Let us welcome the Lord into our hearts and into our homes. If God allows me, and if you wish, I will come one day after the feast of Easter, to your house to bless your home, your home. By riding on a donkey, God announces to us, not only His nearness, but also He is the King of Peace. He comes to give us His life for the sinners that we are.  Before the resurrection of Lazarus, Thomas said, 'Let us also go and die with him. »

 

Let us enter into this holy week to make everything that separates us from divine love, may die in us. Especially, the death of the works of darkness in us will make us to reborn in the Lord.  The new life will not only allow us to understand the Kingdom that Jesus announces today, but will also make us to participate, not in the Kingdom that we are accustomed to, but in the Kingdom of Heaven. Worship in Spirit and in truth.

Since he gives himself, gives himself to us and for us, we must know how to give ourselves to the Lord, for the Lord. May this Holy Week be a week of grace and blessing. Do not forget to pray for the Covid-19 victims who live with us and among us.  I think of you especially my parishioners who are victims and who live their lives with difficulty, but they assure us of their prayers.  We assure you also our prayers. May the Lord bless you.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 4 Avril 2020

Nous commençons la semaine sainte avec la célébration de dimanche des Rameaux. En ces jours, beaucoup d’entre nous sont confinés dans leurs maisons, maisons de retraites, les hôpitaux, etc. Nous n’avons même pas le moyen d’avoir une branche de rameaux. Quelle pauvreté ! Moi, je célèbrerai la messe sans aucune festivité externe, seul dans l’église de Saint Lazare, ma paroisse.  Je le fais, simplement qu’il ait une messe dans cette église, dans votre église.

Tout se passe inattendus. En vérité, ça fait 2020 ans, le jour du Seigneur et l’accueil du peuple, n’était-il pas une expression volontaire, inattendu par le peuple ? Nous revivons cette journée, non pas en nous mettant dans la rue, plutôt en nous nous enfermant dans la maison par l’obligation civile. Quelque part, il faut reconnaitre que Dieu nous accorde une semaine sainte extraordinaire, qui nous permet de vivre cette journée extraordinairement, spirituellement exceptionnelle, plus intérieurement que les gestes extérieurs. Mes amis, vivez cette journée intensément, savourant chaque moment ou instant que vous vivrez, car elle sera un souvenir pour une éternité que vous ne vivrais jamais.  

Accueillons le Seigneur dans notre cœur et dans notre maison. Si Dieu me permet, et si vous souhaiteriez, je viendrais un jour après la fête de Pâque, chez vous pour bénir votre demeure, votre maison. En montant sur une ânesse, Dieu nous annonce, non seulement sa proximité, mais également Il est le Roi de la paix. Il vient nous donner sa vie, pour les pécheurs que nous sommes.  Avant la résurrection de Lazare, Thomas a dit, ‘Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui. »

Entrons dans cette semaine sainte pour faire mourir tout ce qui nous sépare de l’amour divin. Particulièrement, la mort des œuvres des ténèbres en nous, nous ferra renaître dans le Seigneur.  La nouvelle vie, nous permettra non seulement à comprendre le Royaume que Jésus annonce aujourd’hui, mais aussi nous permettra à participer, non pas au royaume que nous sommes habitué, mais au Royaume du Ciel. Une adoration en Spirit et en vérité.

Puisqu’il se donne, se donne à nous et pour nous, il faut savoir nous donner au Seigneur, pour le Seigneur. Que cette semaine sainte soit une semaine de grâce et de bénédiction. N’oubliez pas à prier pour les victimes Covid-19, qui vivent avec nous et parmi nous.  Je pense à vous particulièrement mes paroissiens qui sont victimes et qui vivent leurs vies difficilement, mais ils nous assurent leurs prières.  Que le Seigneur vous bénisse.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Avril 2020

Gospel text

(Jn 11,45-56): 

Many of the Jews who had come with Mary believed in Jesus when they saw what He did; but some went to the Pharisees and told them what Jesus had done. So the chief priests and the Pharisees called the Sanhedrin Council. They said, «What are we to do? For this man keeps on giving miraculous signs. If we let him go on like this, all the people will believe in him and, as a result of this, the Romans will come and sweep away our Holy Place and our nation». Then one of them, Caiaphas, who was High Priest that year, spoke up, «You know nothing at all nor do you see clearly what you need. It is better to have one man die for the people than to let the whole nation be destroyed». In saying this Caiaphas did not speak for himself, but being High Priest that year, he foretold as a prophet that Jesus would die for the nation, and not for the nation only, but also to gather into one the scattered children of God. So, from that day on, they were determined to kill him.

Because of this, Jesus no longer moved about freely among the Jews. He withdrew instead to the country near the wilderness and stayed with his disciples in a town called Ephraim. The Passover of the Jews was at hand and people from everywhere were coming to Jerusalem to purify themselves before the Passover. They looked for Jesus and as they stood in the Temple, they talked with one another, «What do you think? Will He come to the festival?». Meanwhile the chief priests and the elders had given orders that anyone who knew where he was should let them know so that they could arrest him.

 

The Application

 

The death of Jesus will save the life of many. What a prophetic affirmation is made, even in the human weakness and in voluntary disobedience! God is able to bring good, even in our weakness. This is the way God works and  we are called to do good in all sincerity and leave the rest to God to transform. The death of Jesus will establish a new equilibrium in the society, where the humanity is called to adore God, in Sprit and in truth, particularly in Jesus Christ, died on the Cross and resurrected on the third day.

We enter into the holy week and in this week, we are called to meditate on the path chosen by God, for our salvation. A painful path and still the best one to undertake. The lockdown has brought lot of discouragement to our Christian brothers, because their most important moment of their spiritual life is shaken without any means to find a recurs. Churches closed, ceremonies canceled, etc., do bring into our hearts a sentiment of brokenness. Let us put everything into hands of the Lord and He will reassemble us once again, and will lead us towards the resurrection.

Action of the Lord: Be united with one another.

«Jesus would die for the nation, and not for the nation only, but also to gather into one the scattered children of God»

Fr. Xavier ROMERO i Galdeano
(Cervera, Lleida, Spain)

Today, while on his way to Jerusalem, Jesus is aware he is persecuted, harassed, sentenced, because the greatest and newest his revelation has been —the announcement of the Kingdom of God— the greatest and wider has been too the division and the opposition He has found amongst his audience (cf. Jn 11:45-46).

The negative words by Caiaphas, «It is better to have one man die for the people than to let the whole nation be destroyed» (Jn 11:50), will be positively assumed by Jesus in the redemption performed for us. Jesus, God's only begotten Son, dies in the Cross for the love of all of us! He dies to make true the Father's plan, that is, «to gather the scattered children of God» (Jn 11:52).

And this is the wonder and the creativity of our God! Caiaphas, with his sentence («It is better to have one man die...») and out of his hate, does nothing else but to try to eliminate an idealist; God Father, instead, by sending his Son out of his love for us, does something wonderful: to transform that malevoulous sentence into a work of redemptive love, because to God Father, each man is worth all the blood shed by Jesus Christ!

One week from today, we shall sing —in solemn vigil— the Easter Proclamation. With this wonderful prayer, the Church praises the original sin. And it does not do it because the Church ignores its gravity, but because God —in his infinite goodness— has done some deeds as a response to man's sin. That is, in the face of the “original disgust”, He has replied with the Incarnation, with his personal immolation and institution of the Eucharist. This is why, next Saturday, our liturgy will sing: «O, admirable condescendence of your goodness! O, immeasurable predilection which you have loved us with! O, lucky guilt, that has deserved us so great a Redeemer!».

If only our sentences, words and actions could be no more a deterrent for the evangelization, since we, too, have been requested by Christ to gather the scattered children of God: «Therefore go and make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and of the Son and of the Holy Spirit» (Mt 28:19).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Avril 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 11,45-56): 

 

Les nombreux Juifs, qui étaient venus entourer Marie et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui. Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu'il avait fait. Les chefs des prêtres et les pharisiens convoquèrent donc le grand conseil; ils disaient: «Qu'allons-nous faire? Cet homme accomplit un grand nombre de signes. Si nous continuons à le laisser agir, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation». Alors, l'un d'entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit: «Vous n'y comprenez rien; vous ne voyez pas quel est votre intérêt: il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple, et que l'ensemble de la nation ne périsse pas». Ce qu'il disait là ne venait pas de lui-même; mais, comme il était grand prêtre cette année-là, il fut prophète en révélant que Jésus allait mourir pour la nation. Or, ce n'était pas seulement pour la nation, c'était afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés. A partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire mourir.

C'est pourquoi Jésus ne circulait plus ouvertement parmi les Juifs; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d'Éphraïm où il séjourna avec ses disciples. Or, la Pâque des Juifs approchait, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem pour se purifier avant la fête. Ils cherchaient Jésus et, dans le Temple, ils se disaient entre eux: «Qu'en pensez-vous? Il ne viendra sûrement pas à la fête!». Les chefs des prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres: quiconque saurait où il était devait le dénoncer, pour qu'on puisse l'arrêter.

 

L’Application

Nous sommes déjà dans la semaine sainte, car certaine paroisse célèbrera déjà la messe anticipée aujourd’hui. Nous vivrons cette année une année spéciale, qui ferra réveiller notre foi, qui est habituée dans les habitudes.  Même si les habitudes, certaines sont bonnes, dans les bonnes habitudes, il est toute-à-fait possible, que nous perdions la finalité. Voilà les élites, ont perdu leur devoir, ont choisi un comportement contre la volonté divine, en priorisant le culte et les lieux sacrés, en oubliant Dieu qui les rendues sacrées. Même dans la faiblesse des hommes Dieu a fait un prophète, pour qu’il annonce déjà le Sauveur du monde que va rassembler par sa mort, le peuple qui est dispersé.

Jésus va mourir pour nous, pour nous sauver. Il a choisi un chemin dur, pour que nous marchions sur le bon chemin, et que ce chemin soit déjà tressé et préparé.  Nous tous, aimerions marcher sur ce Chemin, le Christ. Pour cela, il faut reconnaitre que nous sommes non seulement les brebis perdues, comme le fils prodigue, mais aussi le fils aîné qui se révolte contre son père, et refuse à participé au festin proposé.  Comme pouvons-nous nous sauvés, nous guérir de notre maladie, si nous ne nous reconnaissons pas que nous sommes malades ? Le médecin est là, tout prêt à nous, accueillons ses médicaments, donnés dans l’amour et dans la miséricorde. Il est le Chemin, la Vérité et la Vie.

 

«Jésus allait mourir pour la nation. Or, ce n'était pas seulement pour la nation, c'était afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés»

 

Abbé Xavier ROMERO i Galdeano
(Cervera, Lleida, Espagne)

Aujourd'hui, alors qu'Il monte vers Jérusalem, Jésus se sait poursuivi, traqué, condamné d'avance, car, plus grande et plus neuve fut sa révélation —l'annonce du Royaume— plus vaste et plus claire fut la division et l'opposition qu'Il trouva chez ceux qui l'écoutaient (cf. Jn 11,45-46).

Les paroles négatives de Caïphe, «il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple, et que l'ensemble de la nation ne périsse pas» (Jn 11,50), seront positivement assumées par Jésus dans notre rédemption par Sa mort expiatoire. Jésus, le seul vrai Fils engendré par Dieu, meurt sur la Croix par amour pour chacun de nous! Il meurt pour faire réalité le plan du Père, c'est à dire, «rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés» (Jn 11,52).

Et voici l'admirable créativité de notre Dieu. Caïphe, avec sa sentence («il vaut mieux qu'un seul homme meure...») ne fait qu'éliminer, emporté par sa haine, un idéaliste; Dieu le Père, au contraire, en envoyant son Fils par amour pour nous, réalise une chose merveilleuse: convertir cette sentence malveillante en une ouvre d'amour, car, pour Dieu le Père, chaque homme vaut tout le sang versé par Jésus Christ!

Dans une semaine, nous chanterons —lors de la solennelle Veillée Pascale— l'annonce de la Pâque. À travers cette merveilleuse prière, l'Église fait l'éloge du péché originel. Et elle ne le fait pas parce qu'elle ignore sa gravité, mais parce que Dieu —dans sa bonté infinie— fit des prouesses en réponse au péché de l'homme. À son “chagrin originel”, Il a répondu par l'Incarnation, l'immolation personnelle et l'institution de l'Eucharistie. Aussi la liturgie chantera-t-elle samedi prochaine: «Merveilleuse condescendance de ta grâce! Imprévisible choix de ton amour! Heureuse fut la faute qui nous valut un tel Rédempteur!».

Que nos paroles et nos actes ne soient pas des obstacles à l'évangélisation, car nous aussi, nous avons reçu du Christ le mandat de rassembler les fils dispersés de Dieu: «Allez donc! De toutes les nations faites des disciples» (Mt 28,19).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

Gospel text

(Jn 10,31-42): 

 

The Jews then picked up stones to throw at him; so Jesus said, «I have openly done many good works among you which the Father gave me to do. For which of these do you stone me?». The Jews answered, «We are not stoning you for doing a good work but for insulting God; you are only a man and you make yourself God». Then Jesus replied, «Is this not written in your Law: I said: you are gods? So those who received this word of God were called gods and the Scripture is always true. Then what should be said of the one anointed and sent into the world by the Father? Am I insulting God when I say: ‘I am the Son of God’? If I am not doing the works of my Father, do not believe me. But if I do them, even if you have no faith in me, believe because of the works I do, and know that the Father is in me and I in the Father». Again they tried to arrest him, but Jesus escaped from their hands. He went away again to the other side of the Jordan, to the place where John had baptized, and there he stayed. Many people came to him and said, «John showed no miraculous signs, but he spoke of this man and everything he said was true». And many became believers in that place.

 

The Application

 

Even great prophets sometime felt alone and being victim of evil doers. However, they never left the Lord, nor lost their hope in the divine protection. They were sure that the Lord of justice will act one day and, on that day, they will be delivered. Our salvation history gives us ample examples of such stories and the first reading is one such feeling of the prophets.

Whenever we have to face one such situation, Jesus is calling us to listen to Him and see how He has saved us, particularly on the Cross, through His death and resurrection. It is on this Cross that we were saved and the Lord who gave His life, will never abandon us. In today’s Gospel He again affirms us that He is the God of mercy and compassion and the savior of the world.

Let this time of lent be an occasion for us to know and love Him. Let our knowing and loving be done through our imitation of Christ, in his act and words, particularly in His person. Lt us be aware that we too are called and sent.

Action of the day: Be aware of divine presence in your life.  

«For which of these [good works] do you stone me?»

Fr. Carles ELÍAS i Cao
(Barcelona, Spain)

Today, Friday, when there is only one week to go to commemorate our Lord's death, the Gospel presents us with the motives of his condemnation. Jesus tries to show the truth to the Jews, but they consider him to be a blasphemer and want to stone him. Jesus tells them about the works He is doing, the works of his Father that bestow credit to him, about why He can use the title of the “Son of God”... Nevertheless, He speaks from a level which is difficult to assimilate by his adversaries: “to be with the truth”, “to listen to his voice”... He speaks to them from the submission and commitment to his Person that make Jesus to be known and loved —«Rabbi, where are you staying?» (Jn 1:38)—, his disciples asked him at the beginning of his ministery. But, it all seems pointless: what Jesus is trying to say is so big they cannot fully understand it; only the small and humble ones will understand him, for the Kingdom is hidden from the wise and the learned.

Jesus struggles to present arguments that may be acceptable for the Jews, but to no avail. In fact, He will die because He is saying the truth about Himself, because He is faithful to Himself, to his identity and to his mission. As a prophet, He will present a claim for conversion and will be rejected, a new face of God and will be spitted at, a new fraternity and He will be forsaken.

Once more, our Lord's Cross emerges with all its strength as a true banner, as the one and only unquestionably reason: «O admirable virtue of the Holy Cross! O ineffable glory of the Father! We can see in it our Lord's Tribunal, the judgment of this World and the power of Christ Crucified. O, yes, my Lord: you have drawn towards you all things when, all day long you have held out your hands to an obstinate and rebellious people (cf. Is 65:2), the whole Universe will realize it had to pay tribute to your majesty!» (Saint Leo the Great). Jesus had to escape to the other side of the Jordan and those that truly believe in him went to him quite willing to follow him and listen to Him.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 10,31-42): 

 

Les Juifs allèrent de nouveau chercher des pierres pour lapider Jésus. Celui-ci prit la parole: «J'ai multiplié sous vos yeux les oeuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider?». Les Juifs lui répondirent: «Ce n'est pas pour une oeuvre bonne que nous voulons te lapider, c'est parce que tu blasphèmes: tu n'es qu'un homme, et tu prétends être Dieu». Jésus leur répliqua: «Il est écrit dans votre Loi: J'ai dit: ‘Vous êtes des dieux’. Donc, ceux à qui la parole de Dieu s'adressait, la Loi les appelle des dieux; et l'Écriture ne peut pas être abolie. Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites: ‘Tu blasphèmes’, parce que j'ai dit: Je suis le Fils de Dieu. Si je n'accomplis pas les oeuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. Mais si je les accomplis, quand bien même vous refuseriez de me croire, croyez les oeuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père». Les Juifs cherchaient de nouveau à l'arrêter, mais il leur échappa. Il repartit pour la Transjordanie, à l'endroit où Jean avait commencé à baptiser. Et il y demeura. Beaucoup vinrent à lui en déclarant: «Jean n'a pas accompli de signe; mais tout ce qu'il a dit au sujet de celui-ci était vrai». Et à cet endroit beaucoup crurent en lui.

 

L’Application

 

La foi est un don de Dieu. Pourtant sans chercher la source de cette foi, si nous faisons une relecture de la manière dont nous exprimons cette foi, nous pouvons facilement reconnaitre que la foi est un fruit de la certitude, certitude de la bonté et de la miséricorde de Dieu, non pas une expression simple de l’émotion ou d’un sentiment. Jésus nous invite à Le regarder, regarder la Personne, comme l’envoyé du Père. Si nous ne sommes pas capables de voir en Lui, la révélation d’un grand mystère divin, l’incarnation divine, Il nous invite à écouter ses Paroles et ses actes, car ils sont visibles et les fruits sont palpables.

Le temps de carême nous donne une très belle opportunité à imiter ses paroles et ses actes dans les mesures possibles, pour qu’en nous Dieu puisse agir et continuer à faire les merveilles. Pour cela, nous devons nous disposer librement devant Dieu, dans la liberté, comme nous dit St. Ignace, pour que Dieu utilise nos talents, y compris notre liberté. C’est dans cette disposition et liberté que nous pouvons ressentir en nous, comme le prophète Jérémie, la présence divine et la certitude de sa protection et de son accompagnement.

 

«J'ai multiplié sous vos yeux les oeuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider?»

 

Abbé Carles ELÍAS i Cao
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui alors qu'il ne nous reste qu'une semaine pour commémorer la mort du Seigneur, l'Evangile nous présente les motifs de sa condamnation. Jésus essaie de montrer la vérité, mais les juifs le tiennent pour un blasphémateur et le condamnent à être lapidé. Jésus leur parle des œuvres qu'Il a accomplies, actes de Dieu qui l'accréditent, Il leur explique pourquoi Il se nomme “Fils de Dieu”… Néanmoins ces sujets sont difficiles à comprendre par ses adversaires: “être dans la vérité”; “entendre sa voix”..., Il leur parlait de son cheminement ainsi que de l'engagement de sa personne, faits qui font que Jésus soit connu et aimé —«Maître où habites-tu?» (Jn 1,38), lui demandèrent les disciples au début de son ministère. Mais tout est en vain: ce que Jésus essaie de leur dire est d'une telle ampleur qu'ils n'arrivent pas à le saisir, les seuls à comprendre le sens de ses mots sont les simples et les petits, car le Royaume des cieux est caché aux grands et savants.

Jésus se bat pour présenter des arguments qu'ils puissent accepter, mais Il essaie en vain. Au fond, Il mourra pour avoir dit la vérité sur lui-même, pour être fidèle à sa personne, à son identité et à sa mission. En tant que prophète, Il lancera un appel à la conversion et cet appel sera rejeté, Il est le nouveau visage de Dieu et on Lui crachera dessus, Il fonde une nouvelle fraternité et Il sera abandonné.

A nouveau la Croix du Seigneur s'élève de toutes ses force, comme un vrai étendard, comme la seule raison indiscutable: «Oh admirable vertu de la Croix! Oh ineffable gloire du Père! En elle nous pouvons contempler le tribunal du Seigneur, le jugement du monde et le pouvoir du Crucifié. Oh oui Seigneur! Tu as attiré à toi toutes les choses, lorsque t'as tendu tes mains vers le peuple incrédule et rebelle, l'univers entier a compris qu'il devait rendre hommage à ta majesté!» (Saint Léon le Grand). Jésus doit fuir de l'autre coté du Jourdan et ceux qui croient vraiment en Lui le rejoignent prêts à le suivre et à l'écouter.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Mars 2020

Gospel text

(Jn 8,31-42): 

 

Jesus went on to say to the Jews who believed in him: «You will be my true disciples if you keep my word. Then you will know the truth and the truth will make you free». They answered him, «We are the descendants of Abraham and have never been slaves of anyone. What do you mean by saying: ‘You will be free?’». Jesus answered them, «Truly, I say to you, whoever commits sin is a slave. But the slave doesn't stay in the house forever; the son stays forever. So, if the Son makes you free, you will be really free. I know that you are the descendants of Abraham; yet you want to kill me because my word finds no place in you. For my part I speak of what I have seen in the Father's presence, but you do what you have learned from your father».

They answered him, «Our father is Abraham». Then Jesus said, «If you were Abraham's children, you would do as Abraham did. But now you want to kill me, the one who tells you the truth —the truth that I have learned from God. That is not what Abraham did; what you are doing are the works of your father». The Jews said to him, «We are not illegitimate children; we have one Father, God». Jesus replied, «If God were your Father you would love me, for I came forth from God, and I am here. And I didn't come by my own decision, but it was he himself who sent me».

 

The Application

 

Many of us, the believers of Christ believe that we know God and love Him. Today Jesus is asking us to do an examination of conscience and remain sincere in our affirmation. If we really love God, then how can we get angry with the beloved ones of God? If we love God, how can we afford to entertain evil thoughts about others?  Love and hate can’t coexist. Love for God without reconciliation is a folly.

There is another sign of children of God, that is, freedom, we should be free from prejudices, judgements, accusations, though they may be just. In God, we give to others, even to our enemies, the same freedom that God has accorded to us, free to act and think, in their own limited way. In freedom, we will accept them as they are, while protecting us from their evil acts.

Jesus is inviting us to be a true disciple, fully following what the Master is teaching to us. As a good disciple, we will be ready to give even our life, because we have already a new life in Christ and the life on earth is at His service and life in heaven is a life fully configurated in Christ, in a manner parfait, in its fulness.  Thus, for a true disciple of Christ, death is a new beginning in heaven, a new birth that he or she longs to have.

Action of the day: Be a true disciple of Christ.

«If God were your Father you would love me»

Fr. Givanildo dos SANTOS Ferreira
(Brasilia, Brazil)

Today, the Lord directs harsh words to the Jews. Not to some Jews, but precisely to those who embraced the faith: Jesus said «to the Jews who had believed him» (Jn 8:31). This dialogue of Jesus reflects, without any doubt, the beginning of those difficulties caused by the Jewish Christians in the first hours of the Church.

As they were descendants of Abraham according to their kinship, such Jesus’ disciples considered themselves superior not only to Gentiles who lived away from the faith, but also better than any non-Jewish disciples of the same faith. They said: «We are Abraham’s descendants» (Jn 8:33); «Abraham is our father» (v.39); «The only Father we have is God himself.”» (v.41)

Despite being disciples of Jesus, we have the impression that Jesus meant nothing for them, nothing that could improve whom they already owned. But it is there where they all made a big mistake. True sons are not those by physical descent but the heirs of the promise, that is, those who believe (cf. Rom 9:6-8). Without faith in Jesus it is not possible for anyone to reach Abraham’s promise. That being so, among the disciples, "there is neither Jews nor Greeks; neither slave nor free; nor is there man and woman", for they are all brothers because of Baptism (cf. Gal 3:27-28). Let us not be seduced by spiritual pride. Jewish considered themselves superior to other Christians. It is not necessary to speak, here, of separated brethren. But let us rather think of us. How often some Catholics consider themselves better than other Catholics just because they follow this or that movement, or because they observe this or that discipline, they abide by this or to that liturgical trend. Some, because they are rich; others, because they studied more. Some, because they hold important positions; others, because they come from noble families. «« I would like that each one should feel the joy of being Christian.... «God guides his Church, He sustains it always, especially at times of difficulty» (Benedict XVI).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Mars 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 8,31-42): 

 

Jésus disait à ces Juifs qui maintenant croyaient en lui: «Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres». Ils lui répliquèrent: «Nous sommes les descendants d'Abraham, et nous n'avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire: ‘Vous deviendrez libres’?». Jésus leur répondit: «Amen, amen, je vous le dis: tout homme qui commet le péché est esclave du péché. L'esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison; le fils, lui, y demeure pour toujours. Donc, si c'est le Fils qui vous rend libres, vous serez vraiment libres. Je sais bien que vous êtes les descendants d'Abraham, et pourtant vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole n'a pas de prise sur vous. Je dis ce que moi, j'ai vu auprès de mon Père, et vous, vous faites aussi ce que vous avez entendu chez votre père».

Ils lui répliquèrent: «Notre père, c'est Abraham». Jésus leur dit: «Si vous êtes les enfants d'Abraham, vous devriez agir comme Abraham. Et en fait vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j'ai entendue de Dieu. Abraham n'a pas agi ainsi. Mais vous, vous agissez comme votre père». Ils lui dirent: «Nous ne sommes pas des enfants illégitimes! Nous n'avons qu'un seul Père, qui est Dieu». Jésus leur dit: «Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez, car moi, c'est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même; c'est lui qui m'a envoyé».

 

L’Application

 

Jésus nous pose deux questions importantes : avons-nous la vérité et Dieu est-Il vraiment notre Père ? La vérité de notre identité divine, la vérité de l’amour et la miséricorde de Dieu, la vérité de l’état de notre vie actuelle, etc. Si Dieu est notre Père, dans notre humanité, nous agissions divinement. Si Dieu est notre Père, nous aimerons les bienaimés du Père. Il faut faire une relecture de la vie, une relecture sincère.

 

«Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez»

Abbé Givanildo dos SANTOS Ferreira
(Brasilia, Brsil)

Aujourd'hui le Seigneur dirige des mots durs aux Juifs. Non à n'importe quel Juif, mais, précisément, à ceux qui ont embrassé la foi : Jésus a dit "aux Juifs qu'ils avaient cru en Lui" (Jn 8,31). Sans doute, ce dialogue de Jésus reflète le commencement de ces difficultés causées par les chrétiens judaïsants à la première heure de l'Église.

Comme ils étaient des descendants d'Abraham selon le consanguinité, ces tels disciples de Jésus se considéraient comme supérieurs non seulement des foules qui vivaient loin de la foi, mais aussi supérieurs à n'importe quel disciple non juif participant de la même foi. Ils disaient : "Nous sommes descendance d'Abraham" (Jn 8,33); "notre père est Abraham" (v.e 39); "nous avons seulement un père, Dieu" (v.e 41). Bien que nous soyons disciples de Jésus, nous avons l'impression de ce que Jésus ne représentait rien pour ceux-ci, il n'augmentait rien, à celui qu'ils possédaient déjà. Mais c'est là que la grande erreur de tous se trouve. Les vrais enfants ne sont pas les descendants selon la consanguinité, mais les héritiers de la promesse, ou bien, ceux qui croient (cf. Émoussé 9,6-8). Sans la foi dans Jésus il n'est pas possible que quelqu'un atteint la promesse d'Abraham. Ainsi en étant, entre les disciples, "il n'y a pas de Juifs ou de Grecs il n'y a pas d'esclave ou libre; il n'y a pas d'homme ou de femme", parce que tous sont frères par le baptême (cf. Gal 3,27-28).

Ne nous permettons pas nous séduire par un orgueil spirituel. Les judaïsants considéraient les autres chrétiens supérieurs. Il n'est pas nécessaire de parler, ici, des frères séparés. Mais pensons à nous mêmes. Combien de fois quelques catholiques se considèrent meilleurs que les autres catholiques parce qu'ils suivent ce ou ce mouvement là, parce qu'ils observent celle ou cette discipline celle-là, parce que ils obéissent à ce ou à cet usage liturgique là. Les uns, parce qu'ils sont riches; les autres, parce qu'ils ont plus étudié. Les uns, parce qu'ils occupent des charges importantes; les autres, parce qu'ils viennent de familles nobles. "Je voudrais que chacun sente la joie d’être chrétien… Dieu guide son Église, la soutient toujours aussi et surtout dans les moments difficiles" (Benoît XVI).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0