Publié le 7 Février 2021

Gospel text

(Mk 6,53-56): 

 

Having crossed the lake, Jesus and his disciples came ashore at Gennesaret where they tied up the boat. As soon as they landed, people recognized Jesus and ran to spread the news throughout the countryside. Where­­ver He was they brought to him the sick lying on their mats. And wherever He went, to villages, towns or farms, they laid the sick in the marketplace and begged him to let them touch just the fringe of his cloak. And all who touched him were cured.

 

The Application

 

I invite you to look at the people of the gospel of the day and to imitate their behaviour in order to better live our faith and benefit from it. They have identified the presence of Jesus, a closeness willed by God. They have put all their trust in Him to be touched by Jesus and be healed.

 

 

 

There is also a concrete commitment, a movement towards Jesus. In this commitment we see two aspects of Christian life: contemplation and action. Contemplation unites us to the Lord and action helps us to share and apply this divine experience in the service of the people.

 

Action of the day: Trust the Lord.

 

«All who touched him were cured»

 

Fr. John GRIECO

(Chicago, United States)

 

Today, in the Gospel we see the tremendous power of contact with Our Lord’s person: «They laid the sick in the marketplace and begged him to let them touch just the fringe of his cloak. And all who touched him were cured» (Mk 6,56). The slightest physical touch can work miracles for those who approach Christ with faith. His power to cure overflows from his loving heart and extends even to his garments. His ability and willingness to heal is both abundant and easily accessible.

This passage can help us reflect on how we receive Our Lord in Holy Communion. Do we do so with faith that this contact with Christ can work miracles our lives? More than merely touching the «fringe of his cloak», we receive Christ’s very Body into our bodies. More than merely healing our physical infirmities, Communion heals our souls and grants them a share in God’s own life. St. Ignatius of Antioch thus calls the Eucharist, «the medicine of immortality, and the antidote to prevent us from dying, [which causes] that we should live forever in Jesus Christ».

Taking advantage of this “medicine of immortality” consists in being healed of whatever separates us from God and others. Being cured by Christ in the Eucharist thus entails overcoming our self-absorption. As Benedict XVI teaches, «Nourishing ourselves with Christ is the way to avoid becoming extraneous or indifferent to the fate of the brothers (…). A Eucharistic spirituality is the true antidote to the individualism and selfishness that often characterize daily life, and leads to the rediscovery of gratuity, of the centrality of relationships —starting with the family— with particular attention to healing the wounds of disrupted ones».

Just as those who were cured of their infirmities by touching his garments, we too can be cured of our egoism and our isolation from others by receiving Our Lord with faith.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 6,53-56): 

 

Ayant traversé le lac, ils abordèrent à Génésareth et accostèrent. Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus : ils parcoururent toute la région, et se mirent à transporter les malades sur des brancards là où l'on apprenait sa présence. Et dans tous les endroits où il était, dans les villages, les villes ou les champs, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés.

 

L’application

 

Je vous invite à regarder les personnes de l'évangile du jour et à imiter leur comportement afin de mieux vivre notre foi et d'en tirer profit. Ils ont identifié la présence de Jésus, une proximité voulue par Dieu. Ils ont mis toute leur confiance en Lui pour être touchés par Jésus et être guéris. 

Il y a aussi un engagement concret, un mouvement vers Jésus. Dans cet engagement, nous voyons deux aspects de la vie chrétienne : la contemplation et l'action. La contemplation nous unit au Seigneur et l'action nous aide à partager et à appliquer cette expérience divine au service des gens.

 

 

«Tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés»

 

Fr. John GRIECO

(Chicago, Etats-Unis)

 

Aujourd'hui, dans l’Évangile du jour, nous voyons le magnifique "pouvoir du contact" avec la personne de Notre Seigneur: «L’on mit les malades sur les places et on lui demandait de toucher seulement la frange de son manteau; et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés» (Mc 6,56). Le plus petit contact physique peut opérer des miracles pour ceux qui s’approchent du Christ avec foi. Son pouvoir de guérison déborde de son cœur aimant et s’étend même à ses vêtements. Tous deux —capacité et désir plénier de guérir— sont abondants et d’accès facile.

Ce passage peut nous aider à méditer sur la manière dont nous recevons le Seigneur dans la Sainte Communion. Est-ce que nous communions avec la certitude que ce contact peut opérer des miracles dans nos vies? Nous faisons plus que toucher «la frange de son manteau»: nous recevons réellement le Corps du Christ dans nos corps. Plus qu’une simple guérison de nos maladies physiques, la Communion guérit nos âmes et leur garantit la participation à la vie-même de Dieu. Saint Ignace d’Antioche voyait ainsi dans l’Eucharistie «la médecine de l’immortalité et l’antidote contre la mort, qui procure ce qu’éternellement nous devons vivre en Jésus-Christ».

Le profit de cette "médecine d’immortalité" consiste à être guéri de tout ce qui nous sépare de Dieu et des autres. Être guéri par le Christ dans l’Eucharistie implique par conséquent de dépasser les replis sur soi. Ainsi que l’enseigne Benoît XVI, «Se nourrir du Christ est le chemin pour ne pas demeurer indifférents devant le sort de nos frères (…). Une spiritualité eucharistique est alors un authentique antidote contre l’individualisme et l’égoïsme qui caractérisent souvent la vie quotidienne, elle porte à redécouvrir la gratuité, la centralité des relations, à partir de la famille, avec le souci particulier de soulager les blessures de celles qui sont désunies».

Comme ceux qui furent guéris de leurs maladies en touchant ses vêtements, nous pouvons nous aussi être guéris de notre égoïsme et de notre isolement, en recevant Notre Seigneur avec foi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Février 2021

"Remember, Lord: my life is but a breath, my eyes will no longer see happiness. "This is Job summing up his life, forgetting the good times he has lived all his life. Today, many of us feel the same experience of Job. Yet let us know that Job's experience will not end without hope, for he will later say, "I know that my Redeemer is alive. We all need top take up this path, though painful and difficult.  We have to walk the path of Job in a humane way. We believe that the cross is a way to resurrection. 

On this Health Sunday we give thanks to God for his marvels. Thank you, Lord, for these health workers who give generously of themselves. We say thank you to all those who visit the sick, pray with them and bring hope through their listening and their presence. Thank you Lord for this team of SEM (Evangelical Service to the Sick) who make a link of our Sunday celebrations with the people who can no longer travel here.

They are doing their Christian duty and I tell you that this service to the sick brings them not only to the sick  much needed hope and joy, but also to all who engage in this mission. By performing this human service, they are fulfilling a divine will and continue to bring divine hope to the weakened and diminished people. This mission is perfectly inspired by the mission of Jesus.

What is the mission of Jesus ? We already read about the messianic mission of Jesus presented by Saint Luke and prophesied by the prophet Isaiah: liberation. Sent by the Father and consecrated by the Holy Spirit. The liberation of man, a total liberation, of the body (physical) and of the spirit (spiritual). We cannot separate them, because a physical and intellectual liberation, without a spiritual liberation, will not bring the divine fruit. If a missionary forgets the physical care is a sin, because without this gift of physicality he cannot announce the Good News of divine liberation. We need both together.

Let’s look at Jesus, how he manged His mission. Today we read that Jesus is in Synagogue (spiritual and divine teaching) and also in his disciples house (carnal and human). He is in action (the miracles) and at the same time in contemplation (in prayerful union with his Father). He is a friend of Martha and Mary. It is in this balanced approach inspired in prayer and contemplation that Jesus decides to leave Capernaum and travel throughout the city of Galilee. It is necessary to know how to commit oneself and at the same time know how to leave. Jesus knew what his mission was: to fulfil the will of his Father.

Why are we here and what is the purpose of life on earth? We are that Job who believed that the family, status, intellectual excellence and the wealth of the world, will suffice all his life. In the evening, he will see a void that will lead to the day of the Lord and will learn in God the meaning of life, a life that gives itself entirely to God. As a result, God will restore him once again, stronger than before. We must find the meaning of life in God, God the Creator, as He was revealed in Jesus Christ, in our flesh, in our humanity. Without this encounter with God, we will end our life without hope, because everything comes from God, by God and for God.

It was in prayer that Jesus found the message and guidance, especially the courage to put it into practice. Let us remain united in prayer. It will give us the necessary answers to our questions. May God give us the meaning and purpose of our lives. May God become our goal in life. Amen.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Février 2021

Gospel text

(Mk 6,30-34): 

 

The apostles returned and reported to Jesus all they had done and taught. Then he said to them, «Go off by yourselves to a remote place and have some rest». For there were so many people coming and going that the apostles had no time even to eat. And they went away in the boat to a secluded area by themselves. But people saw them leaving and many could guess where they were go­ing. So, from all the towns they hurried there on foot, arriving ahead of them. As Jesus went ashore he saw a large crowd, and he had compassion on them for they were like sheep without a shepherd. And he began a long teaching session with them.

 

The Application

 

Very often we neglect that we are children of God, and stupidly we act as simple workers faithful to our Master. Today, Jesus tells us, "Come away to a deserted place and rest a little" and He takes over our works. Let us never forget this divine relay that will accompany us all our lives. He will do it for us, with us and in us. On our part, we must learn from Jesus to live our humanity, in a way worthy of our divine identity.

 

 

 

Missionary life, or even Christian life, is a life in love with God, in which we give ourselves generously to God's people, just as God gives himself to humanity in Jesus Christ. God's mercy is never exhausted. God will do everything so that we can understand it and through us so that humanity can benefit from it. Today, God gives Himself in us.

 

Action of the Day : Be a person of love and mercy.

 

«‘Go off by yourselves to a remote place and have some rest’. For there were so many people coming and going that the apostles had no time even to eat»

Fr. David COMPTE i Verdaguer

(Manlleu, Barcelona, Spain)

Today, the Gospel proposes a situation, a need and a paradox; all, very real in our time, too.

The situation. The Apostles are “overworked”: «There were so many people coming and going that the apostles had no time even to eat» (Mk 6:30). Quite often we are facing the same kind of stress. Our work consumes a good share of our energy; the family, where each member seeks our love; the other activities which we are engaged in, which do good to us while benefiting third parties... If you wish... you can? Maybe it would be sounder admitting we cannot do all we would like to...

The need. Our body, our head and our heart have a need: to rest. In these few verses we have an often ignored manual about resting, where communication is emphasized. The Apostles «returned and reported to Jesus all they had done and taught» (Mk 6:30). Communication with God, following the thread of what is more cherished to our heart. And —o surprise!— we find God is already awaiting. And He hopes to find us with our tiredness.

Jesus tells them: «Go off by yourselves to a remote place and have some rest» (Mk 6:31). In God's plans there is a place of rest! But there is more, as our whole existence, with all that entails, must rest in God. An anxious saint Augustine claims: «You made us for you and our heart is restless while not resting with You». God's rest is creative; not “anesthetic”: bumping into God's love focus on our heart and our thoughts.

The paradox. The Gospel scene has a “bad” ending: for the disciples cannot rest. God's plan fails: they are being approached by the crowd. They have not been able to “disconnect”. We often cannot get rid of our obligations either (children, wife, work...): it would be to betray ourselves! And yet, we must find God in these realities. If there is communication with God, if our heart rests in Him, we shall play down upon our useless tensions... and reality —free of chimeras— will better show God's sign. In Him, that's where we should rest!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 6,30-34): 

 

Les Apôtres se réunissent auprès de Jésus, et lui rapportent tout ce qu'ils ont fait et enseigné. Il leur dit: «Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu». De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger. Ils partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l'écart. Les gens les virent s'éloigner, et beaucoup les reconnurent. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les instruire longuement.

 

L’Application

 

Texte de l'Évangile

(Mc 6,30-34): 

 

Les Apôtres se réunissent auprès de Jésus, et lui rapportent tout ce qu'ils ont fait et enseigné. Il leur dit: «Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu». De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger. Ils partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l'écart. Les gens les virent s'éloigner, et beaucoup les reconnurent. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les instruire longuement.

 

L’Application

 

Très souvent, nous négligeons le fait que nous sommes des enfants de Dieu, et bêtement, nous agissons comme de simples travailleurs fidèles à notre Maître. Aujourd'hui, Jésus nous dit : "Venez dans un endroit désert et reposez-vous un peu" et il prend en charge nos œuvres. N'oublions jamais ce relais divin qui nous accompagnera toute notre vie. Il le fera pour nous, avec nous et en nous. Pour notre part, nous devons apprendre de Jésus à vivre notre humanité, d'une manière digne de notre identité divine.

La vie missionnaire, ou même la vie chrétienne, est une vie d'amour de Dieu, dans laquelle nous nous donnons généreusement au peuple de Dieu, tout comme Dieu se donne à l'humanité en Jésus-Christ. La miséricorde de Dieu n'est jamais épuisée. Dieu fera tout pour que nous puissions la comprendre et, à travers nous, pour que l'humanité puisse en bénéficier. Aujourd'hui, Dieu se donne en nous.

«‘Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu’. De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger»

 

Abbé David COMPTE i Verdaguer

(Manlleu, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente une situation, une nécessité et un paradoxe très actuels.

Une situation. Les Apôtres sont “stressés”: «les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger» (Mc 6,30). Nous nous voyons souvent pris dans la même tourmente. Le travail, qui requiert une bonne part de nos énergies; la famille, où chaque membre veut sentir notre amour; nos autres engagements, qui sont bons pour nous et qui, aussi, bénéficient à d'autres…. Vouloir, est-ce pouvoir? Peut-être est-il plus raisonnable de reconnaître que nous ne pouvons pas tout ce que nous voudrions.

Une nécessité. Le corps, la tête et le cœur réclament un droit: le repos. Dans ces versets nous avons un manuel, souvent ignoré, sur le repos. On y insiste sur la communication. Les Apôtres «lui rapportent tout ce qu'ils ont fait et enseigné» (Mc 6,30). Communication avec Dieu, suivant le fil de ce qui est au fond de notre cœur. Et —quelle surprise!— nous trouvons Dieu qui nous attend. Et Il nous attend avec nos fatigues.

Jésus leur dit: «Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu» (Mc 6,31). Dieu nous a prévu un endroit pour reposer! Mieux: notre existence, avec tout son poids, doit se reposer en Dieu. C'est l'inquiet saint Augustin qui l'a découvert: «Tu nous as créés pour toi et notre cœur est inquiet jusqu'à ce qu'il repose en toi». Le repos de Dieu est créatif; il n'anesthésie pas: rencontrer son amour recentre notre cœur et nos pensées.

Un paradoxe. La scène évangélique finit “mal”: les disciples ne peuvent pas se reposer. Le plan de Jésus échoue: les gens les abordent. Ils n'ont pas pu “déconnecter”. Fréquemment, nous ne pouvons nous libérer de nos obligations (enfants, conjoint, travail…): cela reviendrait à nous trahir! Il faut rencontrer Dieu dans ces réalités. S'il y a communication avec Dieu, si notre cœur repose en Lui, nous relativiserons les tensions inutiles… et la réalité —dépouillée de chimères— montrera mieux l'empreinte de Dieu. En Lui, ici-même, nous devons reposer.

 

«‘Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu’. De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger»

 

Abbé David COMPTE i Verdaguer

(Manlleu, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente une situation, une nécessité et un paradoxe très actuels.

Une situation. Les Apôtres sont “stressés”: «les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger» (Mc 6,30). Nous nous voyons souvent pris dans la même tourmente. Le travail, qui requiert une bonne part de nos énergies; la famille, où chaque membre veut sentir notre amour; nos autres engagements, qui sont bons pour nous et qui, aussi, bénéficient à d'autres…. Vouloir, est-ce pouvoir? Peut-être est-il plus raisonnable de reconnaître que nous ne pouvons pas tout ce que nous voudrions.

Une nécessité. Le corps, la tête et le cœur réclament un droit: le repos. Dans ces versets nous avons un manuel, souvent ignoré, sur le repos. On y insiste sur la communication. Les Apôtres «lui rapportent tout ce qu'ils ont fait et enseigné» (Mc 6,30). Communication avec Dieu, suivant le fil de ce qui est au fond de notre cœur. Et —quelle surprise!— nous trouvons Dieu qui nous attend. Et Il nous attend avec nos fatigues.

Jésus leur dit: «Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu» (Mc 6,31). Dieu nous a prévu un endroit pour reposer! Mieux: notre existence, avec tout son poids, doit se reposer en Dieu. C'est l'inquiet saint Augustin qui l'a découvert: «Tu nous as créés pour toi et notre cœur est inquiet jusqu'à ce qu'il repose en toi». Le repos de Dieu est créatif; il n'anesthésie pas: rencontrer son amour recentre notre cœur et nos pensées.

Un paradoxe. La scène évangélique finit “mal”: les disciples ne peuvent pas se reposer. Le plan de Jésus échoue: les gens les abordent. Ils n'ont pas pu “déconnecter”. Fréquemment, nous ne pouvons nous libérer de nos obligations (enfants, conjoint, travail…): cela reviendrait à nous trahir! Il faut rencontrer Dieu dans ces réalités. S'il y a communication avec Dieu, si notre cœur repose en Lui, nous relativiserons les tensions inutiles… et la réalité —dépouillée de chimères— montrera mieux l'empreinte de Dieu. En Lui, ici-même, nous devons reposer.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 4 Février 2021

Gospel text

(Mk 6,14-29): 

 

King Herod also heard about Jesus because his name had become well-known. Some people said, «John the Baptist has been raised from the dead and that is why miraculous powers are at work in him». Others thought, «He is Eli­jah», and others, «He is a pro­phet like the pro­phets of times past». When Herod was told of this, he thought: «I had John beheaded, yet he has risen from the dead!». For this is what had happened. Herod had ordered John to be arrested and had him bound and put in prison because of Herodias, the wife of his brother Philip. Herod had married her and John had told him, «It is not right for you to live with your brother’s wife». So Herodias held a grudge against John and wanted to kill him, but she could not be­cause Herod respected John. He knew John to be an upright and holy man and kept him safe. And he liked listening to him, although he became very disturbed whenever he heard him.

Herodias had her chance on Herod's birthday, when he gave a dinner for all the senior government officials, military chiefs and the leaders of Gali­­lee. On that occasion the daughter of Herodias came in and danced; and she delighted Herod and his guests. The king said to the girl, «Ask me for anything you want and I will give it to you». And she went so far as to say with many oaths, «I will give you anything you ask, even half my king­dom». She went out to consult her mother, «What shall I ask for?». The mother replied, «The head of John the Baptist». The girl hurried to the king and made her request: «I want you to give me the head of John the Baptist, here and now, on a dish». The king was very displeased, but he would not refuse in front of his guests because of his oaths. So he sent one of the bodyguards with orders to bring John's head. He went and beheaded John in prison; then he brought the head on a dish and gave it to the girl. And the girl gave it to her mother. When John's disciples heard of this, they came and took his body and buried it.

 

 

The Application

 

The presence of Jesus, with his authoritative words and imposing miracles, already evokes a certain curiosity. This curiosity, which is common among men, produces different fruits, however, conditioned by the interiority of each person. If this interiority remains pure and sincere, it will help us to discover the truth revealed in this curiosity, such as it is, without any ambiguity.

 

 

 

Faced with this truth, man is free to discern, choose and act. If he acts in all sincerity, accepting the truth in humility, he will be converted, and will become the man par excellence, the man in the image of the divine creation, who was created in the image of God.

 

 

 

Herod finds himself, thanks to his curiosity, before the truth, a very relative truth, like John of the Baptist. Yet he chose in his freedom to behave in a way that is totally unacceptable before divine justice before his daughter and repeats once again the same mistake before Jesus. St. Agate chose John of the Baptist and you.......?

 

Action of the day: Be courageous.

 

«King Herod also heard about Jesus because his name had become well-known»

 

Fr. Ferran BLASI i Birbe

(Barcelona, Spain)

 

Today, in Mark's passage we are told about Jesus' reputation —known by his teachings and miracles. His fame was such some were saying He actually was John the Baptist, Jesus' relative and precursor, who had resurrected from the dead. This is what Herod, who had ordered John's death, also thought. But this Jesus was much more than the other men of God: much more than John; much more than any of the prophets who spoke in the name of the Almighty: He was the Son of God, become Man, Perfect God and Perfect Man. This Jesus —present amongst us—, as a man, can understand us and, as God can grant us all we need.

John, the precursor, who had been sent by God before Jesus, with his martyrdom also preceded Jesus in His passion and death. It had also been an unfair death inflicted to a man who was a saint, by Herod, the tetrarch, possibly against his own will, because he respected him and liked to listen to him. Though, John was clear and firm with the king when John criticized his behavior deserving vituperation, because it was not licit to have married Herodias, his brother's sister.

Herod had accepted Herodias' daughter request, induced by her mother, when, at a banquet —after a dance that had delighted the king— he had promised her with many oaths, in front of his guests, to give her what she would ask. «What shall I ask for?», she told her mother, who replied: «The head of John the Baptist» (Mk 6:24). And the petty kinglet had the Baptist beheaded. It was certainly an oath that did not oblige him in any way, as it was an evil thing, against any justice and any conscience.

Experience teaches us, once more, that each virtue has to be always joined to all the others, and all together have to grow organically like the fingers of the hand. And, by the same token, when one incurs in some vice, soon others will follow.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 4 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 6,14-29): 

 

 

Comme le nom de Jésus devenait célèbre, le roi Hérode en entendit parler. On disait: «C'est Jean le Baptiste qui est ressuscité d'entre les morts, et voilà pourquoi il a le pouvoir de faire des miracles». Certains disaient: «C'est le prophète Élie». D'autres disaient encore: «C'est un prophète comme ceux de jadis». Hérode entendait ces propos et disait: «Celui que j'ai fait décapiter, Jean, le voilà ressuscité!». Car c'était lui, Hérode, qui avait fait arrêter Jean et l'avait mis en prison. En effet, il avait épousé Hérodiade, la femme de son frère Philippe, et Jean lui disait: «Tu n'as pas le droit de prendre la femme de ton frère». Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mettre à mort. Mais elle n'y arrivait pas parce que Hérode avait peur de Jean: il savait que c'était un homme juste et saint, et il le protégeait; quand il l'avait entendu, il était très embarrassé, et pourtant, il aimait l'entendre.

Cependant, une occasion favorable se présenta lorsque Hérode, pour son anniversaire, donna un banquet à ses dignitaires, aux chefs de l'armée et aux notables de la Galilée. La fille d'Hérodiade fit son entrée et dansa. Elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille: «Demande-moi tout ce que tu veux, je te le donnerai». Et il lui fit ce serment: «Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c'est la moitié de mon royaume». Elle sortit alors pour dire à sa mère: «Qu'est-ce que je vais demander?». Hérodiade répondit: «La tête de Jean le Baptiste». Aussitôt la jeune fille s'empressa de retourner auprès du roi, et lui fit cette demande: «Je veux que tout de suite tu me donnes sur un plat la tête de Jean Baptiste». Le roi fut vivement contrarié; mais à cause du serment fait devant les convives, il ne voulut pas lui opposer un refus. Aussitôt il envoya un garde avec l'ordre d'apporter la tête de Jean. Le garde s'en alla, et le décapita dans la prison. Il apporta la tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. Lorsque les disciples de Jean apprirent cela, ils vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau.

 

L’Application

 

La présence de Jésus, avec ses paroles autoritaires et ses miracles imposants, suscite déjà une certaine curiosité. Cette curiosité, qui est commune aux hommes, produit cependant des fruits différents, conditionnés par l'intériorité de chacun. Si cette intériorité reste pure et sincère, elle nous aidera à découvrir la vérité révélée dans cette curiosité, telle qu'elle est, sans aucune ambiguïté.

Face à cette vérité, l'homme est libre de discerner, de choisir et d'agir. S'il agit en toute sincérité, en acceptant la vérité dans l'humilité, il se convertira et deviendra l'homme par excellence, l'homme à l'image de la création divine, qui a été créé à l'image de Dieu.

Hérode se trouve, grâce à sa curiosité, devant la vérité, une vérité très relative, comme Jean-Baptiste. Pourtant, il a choisi dans sa liberté de se comporter d'une manière totalement inacceptable devant sa fille et répète une fois de plus la même erreur devant Jésus. Sainte Agate a choisi Jean du Baptiste et vous....... ?

«Comme le nom de Jésus devenait célèbre, le roi Hérode en entendit parler»

Abbé Ferran BLASI i Birbe

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, dans ce passage de Marc, on nous parle de la notoriété de Jésus —connu pour ses miracles et ses enseignements—. Sa notoriété était telle que pour certains c'était le parent et précurseur de Jésus, Jean le Baptiste, ressuscité d'entre les morts. Ainsi voulait l'imaginer Hérode qui l'avait fait décapiter. Mais ce Jésus était beaucoup plus que les autres hommes de Dieu, plus que Jean le Baptiste, plus que tous les prophètes qui avaient parlé au nom du Très Haut: en effet, Lui, c'était le Fils de Dieu fait Homme, Dieu parfait et Homme parfait. Ce Jésus —présent parmi nous—, peut, en tant qu'Homme, nous comprendre, et peut, en tant que Dieu, nous donner tout ce dont nous avons besoin.

Jean, son précurseur, qui avait été envoyé par Dieu avant Jésus, le précède également par son martyre dans sa passion et sa mort. C'était aussi une mort injustement infligée à un saint homme, par le tétrarque Hérode, probablement à contre cœur, car celui-ci l'appréciait et l'écoutait avec respect. Enfin, Jean était clair et ferme avec le roi quand il lui reprochait sa conduite, qui méritait d'être censurée, puisqu'il n'avait pas le droit de prendre Hérodias, la femme de son frère, comme épouse.

Hérode avait accédé à la demande que la fille d'Hérodias, instiguée par cette dernière, lui avait faite, quand au cours d'un banquet —après la danse qui avait plu au roi— devant ses convives le roi jura de lui donner ce qu'elle demanderait. «Qu'est-ce que je vais demander?» Demande-t-elle à sa mère, qui lui répond: «La tête de Jean le Baptiste» (Mc 6,24). Ainsi donc le roitelet ordonna l'exécution de Jean Baptiste. C'était un serment qu'il n'était pas obligé de tenir puisqu'il était mauvais car il allait contre la justice et contre sa conscience.

Une fois de plus, l'expérience nous démontre qu'une vertu va toujours avec les autres et qu'elles grandissent toutes organiquement comme les doigts de la main. Ainsi de même quand on tombe dans un vice, les autres arrivent derrière en procession.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Février 2021

Gospel text

(Mk 6,7-13): 

 

Jesus called the Twelve to him and began to send them out two by two, giving them authority over evil spirits. And He ordered them to take nothing for the journey except a staff; no food, no bag, no money in their belts. They were to wear sandals and were not to take an extra tunic. And he added, «In whatever house you are welcomed, stay there until you leave the place. If any place doesn't receive you and the people refuse to listen to you, leave after shaking the dust off your feet. It will be a testimony against them». So they set out to proclaim that this was the time to repent. They drove out many demons and healed many sick peo­ple by anointing them.

 

The Application

 

Jesus invites us to be missionaries in the image of Himself, as the one sent, faithful to the mission of His Father. We are ambassadors of this God of love, called to be faithful not only to his teaching, but also to his being, in our being, in the image of Jesus. It is in this fidelity that Jesus demands of us, to be totally dependent on Him alone. In order to announce the Good News, we need nothing, because Jesus alone is enough for us. If we learn to live our Christian faith fully, in this living, we can easily announce divine love, through human love, as true witnesses of this love received and lived.

 

Action of the day: By your love that others may discover that you are a Christian.

«Jesus called the Twelve to him and began to send them out two by two (…). They set out to proclaim that this was the time to repent»

 

+ Fr. Josep VALL i Mundó

(Barcelona, Spain)

 

Today, the Gospel refers to the Apostles' first apostolic mission. Jesus Christ sends the Twelve to preach, to heal the sick and to prepare the ways of our definite salvation. This is the mission of the Church, and our mission, too. The II Vatican Council asserted, «Christian vocation is by its very nature a vocation to the apostolate. No baptized person can remain idle! Therefore, he who would not strive to achieve a human body and spiritual growth, would be as useless for the Church as he would be for himself».

Gustave Thibon used to say that our world needs a “soul's supplement” to regenerate itself. Christ's doctrine is the only medicine that can cure all illnesses of the world. The world is in crisis. But, it is not just a partial decay of moral or human values: it is a crisis of everything. And the most precise term to define it would be a “crisis of soul”.

With the grace and doctrine of Jesus we Christians find ourselves in the midst of the temporal structures of humans so that we can instill life in them and guide them towards our Creator: «That the world, through the predication of the Church, by listening, it can believe, by believing, it can wait, and by waiting, it can love» (Saint Augustine). We Christians cannot elude this world. As Bernanos wrote: «We have been thrown in the middle of the dough, in the middle of the multitude, as yeast; we shall conquer again, inch by inch, the Universe that sin snatched away from us. O Lord, we shall return it to you as we received it in the morning of the world, with all its order and all its sanctity».

The secret lies in loving the world with all our soul and in living with love the mission Jesus Christ gave the Apostles, and all of us. With words from Saint Josemaria, we can affirm «The apostolate is a love for God that is brimming with joy, with dedication to others (...). And our eagerness to spread our apostolate is the exact, adequate and necessary manifestation of our interior life». This has to be our daily testimony amidst men and throughout all ages.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 6,7-13): 

 

Jésus appelle les Douze, et pour la première fois il les envoie deux par deux. Il leur donnait pouvoir sur les esprits mauvais, et il leur prescrivit de ne rien emporter pour la route, si ce n'est un bâton; de n'avoir ni pain, ni sac, ni pièces de monnaie dans leur ceinture. «Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange». Il leur disait encore: «Quand vous avez trouvé l'hospitalité dans une maison, restez-y jusqu'à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez en secouant la poussière de vos pieds: ce sera pour eux un témoignage». Ils partirent, et proclamèrent qu'il fallait se convertir. Ils chassaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d'huile à de nombreux malades, et les guérissaient.

 

L’Application

 

Jésus nous invite à être missionnaires à l’image de Lui-même, comme l’envoyé, fidèle à la mission de son Père. Nous sommes les ambassadeurs de ce Dieu d’amour, appelé à être fidèles non seulement à son enseignement, mais aussi à son être, dans notre être, à l’image de Jésus. C’est dans cette fidélité que Jésus nous exige, à être totalement dépendant de Lui-seul. Pour annoncer la Bonne Nouvelle, nous avons besoin de rien, car Jésus seul, nous suffit. Si nous apprenons à vivre notre foi chrétienne pleinement, dans ce vivre, nous pouvons facilement annoncer l’amour divin, à travers l’amour humain, comme les témoins véritables de cet amour reçu et vécu.

«Jésus appelle les Douze, et pour la première fois il les envoie deux par deux (…).Ils partirent, et proclamèrent qu'il fallait se convertir»

 

+ Abbé Josep VALL i Mundó

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, L'Evangile raconte la première mission apostolique. Le Christ envoie les Douze prêcher, guérir les malades et préparer les voies du salut définitif. C'est la mission de l'Église, celle de chaque chrétien également. Le Concile Vatican II affirme que «la vocation chrétienne implique de soi la vocation à l'apostolat. Aucun membre n'a de rôle passif. Et celui qui ne veillerai pas à la croissance du corps serait, pour cette raison, inutile pour toute l'Église et aussi pour lui-même».

Le monde actuel a besoin —comme le disait Gustave Thibon— d'un “supplément d'âme” pour sa régénération. Seul le Christ, avec sa doctrine, est remède pour ses maladies. Le monde passe par des crises. Ce n'est pas seulement une crise morale partielle, ou de valeurs humaines: c'est une crise d'ensemble. Le terme le plus précis pour la définir est celui de “crise d'âme”.

Les chrétiens avec la grâce et la doctrine de Jésus se trouvent au milieu des structures temporelles pour les vivifier et les ordonner au Créateur: «Qu'en écoutant la prédication de l'Église, le monde puisse croire, qu'en croyant il puisse espérer, qu'en espérant il puisse aimer» (saint Augustin). Le chrétien ne peut fuir ce monde. Bernanos écrivait ainsi: «Il nous a jeté au milieu de la pâte, au milieu de la multitude comme levain; nous reconquerrons pied à pied l'univers que le péché nous a enlevé; Seigneur, nous te le rendrons tel que nous l'avons reçu en ce premier matin du monde, tout ordonné et tout saint».

L'un des secrets est d'aimer le monde de toute son âme et de vivre avec amour la mission confiée par le Christ aux Apôtres ainsi qu'à nous tous. Comme l'a dit saint Josémaria, «l'apostolat est amour de Dieu qui déborde, don de soi-même aux autres (…). Et le désir d'apostolat est la manifestation exacte, adéquate, nécessaire, de la vie intérieure». Tel doit être notre témoignage quotidien au milieu des hommes et tout au long des temps.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 6,1-6): 

 

Jésus est parti pour son pays, et ses disciples le suivent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. Les nombreux auditeurs, frappés d'étonnement, disaient: «D'où cela lui vient-il? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains? N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon? Ses soeurs ne sont-elles pas ici chez nous?». Et ils étaient profondément choqués à cause de lui. Jésus leur disait: «Un prophète n'est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison». Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Il s'étonna de leur manque de foi. Alors il parcourait les villages d'alentour en enseignant.

 

L’Application

 

La foi est un pur don de l'Esprit Saint. Cependant, c'est à nous d'accepter cette foi ou de la nier. Jésus est triste pour son peuple, parce qu'il ne voit pas ses actes dans la foi, et ne l'écoute pas avec un cœur ouvert. C'est merveilleux de voir de grandes actions et agréable à l'oreille d'entendre de grands discours. Quel est le plaisir de voir et de ne pas percevoir, et quel est l'intérêt d'entendre sans écouter et comprendre ?

 

 

 

Il est important de noter que les actions de Dieu ne sont pas conditionnées par notre réception, car elles sont remplies d'amour et de compassion. Jésus ne nous refuse jamais ses bénédictions, mais nous donne plutôt la liberté de discerner avec diligence et de décider avec intelligence, qui nous sont déjà données. En tant que chrétiens, si nous ne voyons pas tout avec un œil de foi, nous ne pouvons pas identifier et profiter des bénédictions divines qui nous sont généreusement données.

 

«D'où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains»

 

Abbé Miquel MASATS i Roca

(Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Evangile nous montre de quelle façon Jésus arriva à la synagogue de Nazareth, l'endroit où il avait grandi. Le samedi est le jour du Seigneur et les juifs se rassemblent pour entendre la Parole de Dieu. Jésus se rend à la synagogue tous les samedis et là il enseigne, non comme le font les scribes ou les pharisiens mais comme quelqu'un qui a l'autorité de le faire (cf Mc 1,22).

De nos jours, Dieu nous parle également à travers l'écriture. A la Synagogue on lit les écritures, et ensuite l'un de ceux qui peuvent le faire, les commente en démontrant le sens et le message que Dieu veut transmettre à travers elles. On dit que Saint Augustin disait: «Par la prière nous parlons à Dieu; par la lecture, c'est Dieu qui nous parle».

Le fait que Jésus soit connu de ses concitoyens par son travail nous offre une perspective tout à fait insoupçonnée pour notre vie ordinaire. Le travail professionnel de chacun d'entre nous est un moyen de retrouver Dieu, et est donc une réalité sanctifiante et qui nous sanctifie. Par les paroles de Saint Josepmaría Escriva: «Votre vocation humaine est une partie, et une partie importante, de votre vocation divine. C'est pourquoi vous devez vous sanctifier, en aidant en même temps à la sanctification des autres, vos égaux, en sanctifiant précisément votre travail et votre milieu: cette profession ou ce métier qui occupe vos journées, qui donne à votre personnalité humaine sa physionomie particulière, qui est votre manière d'être dans le monde, ce foyer, cette famille qui est la vôtre, ce pays où vous êtes nés et que vous aimez».

Le passage de l'évangile prend fin en disant que Jésus «ne pouvait accomplir aucun miracle (…) Il s'étonna de leur manque de foi». (Mc 6,5-6). Aujourd'hui aussi le Seigneur nous demande d'avoir plus de foi en Lui afin qu'il puisse réaliser des choses qui surpassent nos capacités humaines. Les miracles manifestent le pouvoir de Dieu ainsi que le besoin que nous avons de Lui dans nos vies au quotidien.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0