Publié le 30 Décembre 2020

Gospel text

(Jn 1,1-18): 

 

In the beginning was the Word. And the Word was with God and the Word was God; he was in the beginning with God. All things were made through him and without him nothing came to be. Whatever has come to be, found life in him, life which for humans was also light. Light that shines in the dark: light that darkness could not overcome.

A man came, sent by God; his name was John. He came to bear witness, as a witness to introduce the Light so that all might believe through him. He was not the Light but a witness to introduce the Light.

For the Light was coming into the world, the true Light that enlightens everyone. He was already in the world and through him the world was made, the very world that did not know him. He came to his own, yet his own people did not receive him; but all who have received him he empowers to become children of God for they believe in his Name. These are born, but without seed or carnal desire or will of man: they are born of God. And the Word was made flesh; he had his tent pitched among us, and we have seen his Glory, the Glory of the only Son coming from the Father: fullness of truth and loving-kindness.

John bore witness to him openly, saying: «This is the one who comes after me, but he is already ahead of me for he was before me». From his fullness we have all received, favor upon favor. For God had given us the Law through Moses, but Truth and Loving-kindness came through Jesus Christ. No one has ever seen God, but God-the-Only-Son made him known: the one who is in and with the Father.

 

The Application

 

On the last day of the year, we are invited to discover the beginning of creation and the Trinitarian commitment. Without recognizing the origin of our life, we cannot recognize its purpose. The Word became the Chair, helping us to understand the depth of divine thought, and the importance that God gives us, even if we distance ourselves from divine love.

The Word was God and the mystery of the Incarnation helps us comprehent the divinity that dwells within us. This active and passive divine presence perfects us in our humanity. Like God who is divinely perfect, we who are the perfect images of God, called to be perfect humanly. God grants us this grace to act divinely in our humanity, thus be too, in our limited way, participate in the divine perfection.

Let us give thanks to God, for in the Incarnation He has made us partakers of His divinity. We are by Him and He is for us. In Him we will find our perfection. It is in this perfection that we choose the light and become carriers of this light.

 

Action of the day : Thank the Lord for the favors received.

 

 

«The Word was made flesh»

 

Fr. David COMPTE i Verdaguer

(Manlleu, Barcelona, Spain)

 

Today, is the last day of the year. Often, a mixed feelings —even contradictory ones— can be found in our hearts at this time. It is as though a sample of the different moments we have lived and those we would like to have lived make themselves present in our memories. Today's Gospel can help us pour them out, in order to start the new year with strength.

«The Word was with God (...). All things were made through Him» (Jn 1:1.3). When making inventory of the year, it is necessary to think that every day we have lived was a gift. Because of that, and whatever the profit might be, it is necessary to thank God for every minute of the year.

The gift of life is not whole, though. We are needy. Because of that, today's Gospel gives us a key word: “to welcome, to accept”. «And the Word was made flesh» (Jn 1:14). Accept God Himself! God, turning into man, puts Himself within our reach. “To welcome” means to open our doors, to allow Him to enter our lives, to be in our projects, in those acts which fill our days. To what degree are welcoming God, letting Him into our lives?

«For the Light was coming into the world, the true Light that enlightens everyone» (Jn 1:9). Accepting Jesus means to allow Him to question us. Letting His criteria influence our more intimate thoughts as well as our social and work performance. Let's reconcile our actions to His!

«Life which for humans was also light» (Jn 1:4). Faith is more, however, than a few criteria. It is our life embedded into Life. It is not only effort —which indeed is. It is, above all, gift and grace. Life received at the heart of the Church, especially through the sacraments. What is the place of the sacraments in my Christian life?

«All who have received Him he empowers to become children of God for they believe in His Name» (Jn 1:12). What a passionate project for the year that we are about to start!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Décembre 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 1,1-18): 

 

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

Il y eut un homme envoyé de Dieu: son nom était Jean. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière.

Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue. Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié: «C'est celui dont j'ai dit: Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi». Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce; car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Personne n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître.

 

L’Application

 

Au dernier jour de l’année, nous sommes invités à découvrir le commencement de la création et l’engagement Trinitaire. Sans reconnaitre l’origine de notre vie, nous ne pouvons pas reconnaitre sa finalité. Le Verbe s’est fait Chaire, nous aide à comprendre la profondeur de la pensée divine, et l’importance que Dieu nous accorde, même si nous nous éloignons de l’amour divin.

La Parole était Dieu et le mystère de l’incarnation nous aide à comprendre la divinité qui demeure en nous. Cette présence divine active et passive nous perfectionne dans notre humanité. Comme Dieu qui est divinement parfait,  nous qui sommes les images parfaites de Dieu, appelés à être parfait humainement. Dieu nous accorde cette grâce d’agir divinement dans notre humanité.

Rendons grâce à Dieu, car dans l’Incarnation, Il nous a fait participer à sa divinité. Nous sommes par Lui et Il est pour nous. En Lui nous trouverons notre perfection.

«Et la parole a été faite chair»

 

Abbé David COMPTE i Verdaguer

(Manlleu, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, c'est le dernier jour de l'année. Fréquemment, un mélange de sentiments —même contradictoires— refont surface dans nos coeurs en cette période de l'année. C'est comme si un échantillon des différents moments vécus dans le courant de l'année, et aussi de ceux qu'on aurait aimé vivre, viennent dans nos esprits. L'Evangile d'aujourd'hui peut nous aider à les mettre en perspective pour pouvoir commencer le nouvel an avec entrain.

«La Parole était Dieu (…). Tout se fit pour elle» (Jn 1,1.3). A l'heure de faire le bilan de l'année, il faut se rappeler que chaque jour vécu est un don reçu. C'est pour cela que quel que soit la manière dont nous en avons profité, aujourd'hui nous devons rendre grâce pour chaque minute de l'année.

Mais le don de la vie ne suffit pas. Nous sommes toujours dans le besoin. C'est pour cela que l'Evangile d'aujourd'hui nous apporte une parole clé: “accueillir”. «Et la parole s'est fait chair» (Jn 1,14). Accueillir Dieu lui-même! Dieu, se faisant homme, se met à notre portée. “Accueillir” signifie Lui ouvrir nos portes, Le laisser entrer dans nos vies, dans nos projets, dans ces actes qui remplissent nos journées. Jusqu'à quel point avons-nous accueilli Dieu et lui avons-nous permis d'entrer en nous?

«La Parole est la lumière véritable qui illumine tout homme qui vient de ce monde» (Jn 1,9). Accueillir Jésus veut dire se laisser questionner par lui. Laisser ses critères illuminer tant nos pensées les plus intimes comme nos actions, dans le travail ou dans nos relations sociales. Que nos actions puissent s'accorder aux siennes!

«La vie est la lumière» (Jn 1,4). Mais la foi est quelque chose de plus que de simples critères. C'est notre vie joint à la Vie. Ce n'est pas seulement notre effort mais surtout, don et grâce. Vie reçue au sein de l'Eglise, surtout à travers les sacrements. Quelle place ont-ils dans ma vie chrétienne?

«A tous ceux qui l'ont reçu il leur a donné le pouvoir de se faire Fils de Dieu» (Jn 1,12). Tout un projet passionnant pour cette année que nous allons entamer!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Décembre 2020

Gospel text

(Lk 2,36-40): 

 

There was also a prophetess named Anna, daughter of Phanuel, of the tribe of Asher. After leaving her father's home, she had been seven years with her husband, and since then she had been continually about the Temple, serving God as a widow night and day in fasting and prayer. She was now eighty-four. Coming up at that time, she gave praise to God and spoke of the child to all who looked forward to the deliverance of Jerusalem.

When the parents had fulfilled all that was required by the law of the Lord, they returned to their town, Nazareth in Galilee. There the child grew in stature and strength and was filled with wisdom: the grace of God was upon him.

 

The Application

 

The world and its riches are the images of God in all creation. In the first reading, John does not speak of this world, but of a world that seeks only the pleasures that the carnal world can bring us, conveniently ignoring not only its purpose but also the source of creation, the Creator Himself.

 

 

 

That is why we the baptized are asked to recognize in this mystery of the Incarnation, the same creation willed by God, and to recognize in this mystery the divine salvific project, and to learn in this child to live our life, according to the divine will, fulfilling the purpose of our life; to praise God and be united (configure) ourselves in God.

 

 

 

We must recognize that we are these Annas, called to identify the divine presence in this world, and to bring this world to this God who loves us, so that the world too may discover this God and be able to praise Him.

 

Action of the day : Identify the presence of God in your daily events.

 

 

«She gave praise to God and spoke of the child to all»

 

Fr. Joaquim FLURIACH i Domínguez

(St. Esteve de P., Barcelona, Spain)

 

Today, Joseph and Mary have just celebrated the presentation rites of their first-born, Jesus, at the Temple in Jerusalem. Mary and Joseph observe what the law says, because doing what God wants is a sign of faithfulness and love for God.

Since their Son —and God's Son— was born, Joseph and Mary have experienced surprise after surprise: the shepherds, the three wise men, angels... Not only external extraordinary events, but also interior ones, in the heart of people who have had some sort of contact with the Child.

Today Anne turns up. She is an elderly widow, who at a given moment decided to devote all her life to the Lord, with fasts and prayer. We are not making a mistake when we say that this woman was one of the “prudent virgins” of our Lord Jesus Christ's parable (cf. Mt 25:1-13): always faithfully watching over what seems to be God's will for her. And of course: when the moment comes, the Lord finds Her ready. The Boy fully rewards her for all the time she has dedicated to the Lord. Ask her; ask Anna if so much prayer, fast and generosity was worthwhile!

The text reads that «she gave praise to God and spoke of the child to all who looked forward to the deliverance of Jerusalem» (Lk 2:38). Joy turns into determined apostleship: it is cause and effect. The Lord is infinitely generous with those who are generous with him.

Jesus, God incarnate, lives a family life in Nazareth, like in all families: growing, working, learning, asking, playing... «Holy and daily routine», where the souls of men grow stronger almost without realizing of it. How important the little things of every day are!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 29 Décembre 2020

Texte de l'Évangile

(Lc 2,36-40): 

 

Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

 

L’Application

 

Le monde et ses richesses sont les images de Dieu qui se trouve dans toute la création. Dans la première lecture, Jean ne parle pas de ce monde, mais un monde qui ne cherche que les plaisirs que le monde charnel peut nous apporter, en ignorant commodément non seulement sa finalité et mais aussi la source de la création, le Créateur Lui-même.

 

C’est pourquoi, nous les baptisés sont demandés de reconnaitre en ce mystère de l’incarnation, la même création voulue par Dieu, et en reconnaissant en ce mystère le projet salvifique divin, et à apprendre en cet enfant à vivre notre vie, selon la volonté divine, en accomplissant la finalité de notre vie ; Louer Dieu et se réunir (se configurer) en Dieu.

 

Il faut reconnaitre que nous sommes ces Anne, appelés à identifier la présence divine en ce monde, et amener ce monde vers ce Dieu qui nous aime, pour que lui aussi puisse découvrir ce Dieu et pouvoir Le louer.

«Proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous»

 

Abbé Joaquim FLURIACH i Domínguez

(St. Esteve de P., Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Joseph et Marie viennent de célébrer le rite de la présentation de leur premier né, Jésus, dans le Temple de Jérusalem. Marie et Joseph n'épargnent rien pour accomplir avec soin tout ce que la loi prescrit, car accomplir ce que Dieu veut est un signe de fidélité, d'amour de Dieu.

Depuis que son fils —et Fils de Dieu— est né, Joseph et Marie expérimentent merveille après merveille: les pasteurs, les mages d'Orient, les anges… Non seulement des évènements extraordinaires extérieurs, mais aussi intérieurs, dans le cœur des personnes qui ont un certain contact avec cet Enfant.

Aujourd'hui apparaît Anne, une femme, veuve, qui à un moment déterminé a pris la décision de dédier toute sa vie au Seigneur, avec des jeûnes et des prières. Nous ne nous trompons pas si nous disons que cette femme était une des “vierges prudentes” de la parabole du Seigneur (cf. Mt 25,1-13): veillant toujours fidèlement sur tout ce qui lui semble être la volonté de Dieu. Et bien sur: le moment venu, le Seigneur la trouve prête. Tout le temps qu'elle a dédié au Seigneur, cet Enfant le lui récompense largement. —Demandez-lui, demandez à Anne si ça valait la peine tant de prières, tant de jeûnes et tant de générosité!

Le texte dit que «elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem» (Lc 2,38). La joie se transformait en apostolat décidé: elle est le motif et la racine. Le Seigneur est incroyablement généreux avec ceux qui sont généreux avec Lui.

Jésus, Dieu incarné, vit la vie de famille à Nazareth, comme toutes les familles: grandir, travailler, apprendre, prier, jouer… “Sainte quotidienneté!”, routine bénie où grandissent et se forgent presque sans s’en rendre compte les âmes des hommes de Dieu! Comme les petites choses de tous les jours sont importantes!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 28 Décembre 2020

Gospel text

(Lk 2,22-35): 

 

When the day came for the purification according to the law of Moses, they brought the baby up to Jerusalem to present him to the Lord, as it is written in the law of the Lord: Every firstborn male shall be consecrated to God. And they offered a sacrifice as ordered in the law of the Lord: a pair of turtledoves or two young pigeons.

There lived in Jerusalem at this time a very upright and devout man named Simeon; the Holy Spirit was in him. He looked forward to the time when the Lord would comfort Israel, and he had been assured by the Holy Spirit that he would not die before seeing the Messiah of the Lord. So he was led into the Temple by the Holy Spirit at the time the parents brought the child Jesus, to do for him according to the custom of the Law. Simeon took the child in his arms and blessed God, saying, «Now, O Lord, you can dismiss your servant in peace, for you have fulfilled your word and my eyes have seen your salvation, which you display for all the people to see. Here is the light you will reveal to the nations and the glory of your people Israel».

His father and mother wondered at what was said about the child. Simeon blessed them and said to Mary, his mother, «See him; he will be for the rise or fall of the multitudes of Israel. He shall stand as a sign of contradiction, while a sword will pierce your own soul. Then the secret thoughts of many may be brought to light».

 

The Application

 

The life of a man of faith is conditioned by divine love.  He expresses this love received, in daily life, by applying the laws of society, in a manner consistent with the faith, comprehensible to the men of society, and faithful to the divine will. The parents of Jesus, through their human actions, show the world that a life of holiness is quite possible, even in an unjust society.

 

It is very often in these actions, through correct discernment of human being, that God acts in the hearts of men. People who live their lives according to God's will, will easily recognize God's works in their actions. Simeon and Anna are a perfect example.  Impelled by the Holy Spirit, they will give glory to God, identify and reveal the divine presence, so that ordinary men like us can benefit from it. The more our life is filled with love and compassion, the closer are we with the divine will. If there is no love and compassion in our thinking and doing, the spirit of God is not more there. It is by this human love that we understand divine intervention.

 

Action of the day: Be a person of love.

 

 

 

«Now, O Lord, you can dismiss your servant in peace, for my eyes have seen your salvation»

 

Fr. Daniel MEYNEN

(Saint Aubain, Namur, Belgium)

 

Today, December 29th, we celebrate the festivity of the saint King David. But, it is actually the entire David's family the Church wants to honour today, and most than all, it most illustrious of them all: Jesus, the Son of God, and Son of David! Today, in this eternal “today” of the Son of God, the Old Alliance of King David's time is executed and fully consummated. For, as today's Gospel narrates, the Child Jesus is presented to the Temple by his parents according to the custom of the old Law: «When the day came for the purification according to the law of Moses, they brought the baby up to Jerusalem to present him to the Lord, as it is written in the law of the Lord: ‘Every firstborn male shall be consecrated to God’» (Lk 2:22-23).

Today, the old prophecy evanesces to leave the way open for the new one: He, who King David had announced when intoning his Messianic Psalms, has at long last entered into the Temple of God! Today is the great day when he, who St. Luke names Simeon will soon abandon this world of darkness to enter the vision of eternal Light: «Now, O Lord, you can dismiss your servant in peace, for you have fulfilled your word and my eyes have seen your salvation, which you display for all the people to see» (Lk 2:29-32).

We too, who are God's Shrine, where His Spirit dwells in (cf. 1Cor 3:16), must be alert to receive Jesus in our interior. If today we have the joy of receiving the Holy Communion, let us ask Mary, God's Mother, to advocate for us before her Son: let the old self be taken off and the new self be put on (cf. Col 3:10) so that we can renew our whole being and become the new prophets, who will announce to the whole world the presence of God, thrice saint, Father, God and Holy Spirit!

Let us be, along with Simeon, prophets because of the death of the “old self”! As John Paul II said «The fullness of the Spirit of God is accompanied (…) first of all through that interior availability which comes from faith. The aged Simeon, the ‘righteous and devout man’ upon whom ‘rested the Holy Spirit’, sensed this at the moment of Jesus' presentation in the Temple».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 28 Décembre 2020

Texte de l'Évangile

(Lc 2,22-35): 

 

Et, quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur: «Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur», et pour offrir en sacrifice deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur.

Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. Il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint au temple, poussé par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu'ordonnait la loi, il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit: «Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé devant tous les peuples, lumière pour éclairer les nations, et gloire d'Israël, ton peuple».

Son père et sa mère étaient dans l'admiration des choses qu'on disait de lui. Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère: «Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et à toi-même une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup de coeurs soient dévoilées».

 

L’Application

 

La vie d’un homme de foi est conditionnée par l’amour divin.  Il exprime cet amour reçu, dans la vie quotidienne, en appliquant les lois de la société, d’une manière cohérente à la foi, compréhensible aux hommes de la société, et fidèle à la volonté divine. Les parents de Jésus, par leurs agissements humains, montrons au monde, qu’une vie de sainteté est tout-à-fait possible, même dans une société injuste. C’est très souvent dans ces agissements, par un discernement correct, que Dieu agit dans le cœur des hommes. Les hommes qui vivent leur vie selon la volonté divine, seront facilement reconnaitre, dans ces agissements les œuvres divine. Siméon et Anne sont en exemple parfait.  Poussé par l’Esprit Saint, ils rendront gloire à Dieu, identifierons et révélerons la présence divine, pour que les hommes ordinaire que nous sommes, puissent en profiter.

«Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s'en aller en paix, car mes yeux ont vu ton salut»

Abbé Daniel MEYNEN

(Saint Aubain, Namur, Belgique)

Aujourd'hui, 29 décembre, nous fêtons le saint Roi David. Mais c'est toute la famille de David que l'Église veut honorer, et surtout le plus illustre de tous: Jésus, Fils de Dieu, Fils de David! Aujourd'hui, dans cet éternel “aujourd'hui” du Fils de Dieu, l'Ancienne Alliance, celle du temps du Roi David, reçoit son accomplissement et sa plénitude. Car, comme le relate l'Évangile de ce jour, l'Enfant-Jésus est présenté au Temple par ses parents pour accomplir la Loi ancienne: «Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur: ‘Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur’» (Lc 2,22-23).

Aujourd'hui, l'ancienne prophétie s'éclipse pour faire place à la nouvelle: Celui que le Roi David avait annoncé en chantant ses psaumes messianiques est enfin entré dans le Temple de Dieu! C'est aujourd'hui le grand jour où celui que Saint Luc appelle Siméon va bientôt quitter ce monde d'obscurité pour entrer dans la vision de la Lumière éternelle: «Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé devant tous les peuples» (Lc 2,29-32).

Nous aussi, qui sommes le Temple de Dieu dans l'Esprit (cf. 1Co 3,16), soyons attentifs à recevoir Jésus en nous. Si nous avons le bonheur de pouvoir communier en ce jour, demandons à Marie, la Mère de Jésus, d'intercéder pour nous auprès de son Fils: que le vieil homme meurt et que l'homme nouveau (cf. Col 3,10) naisse enfin dans tout notre être, afin que nous soyons les nouveaux prophètes, ceux qui annoncent au monde entier la présence du Dieu trois fois saint, Père, Fils, et Saint-Esprit!

Comme Siméon, soyons prophètes par la mort du “vieil homme”! Comme le disait le Pape Jean-Paul II, «la plénitude de l'Esprit de Dieu s'accompagne (…) avant tout dans la disponibilité intérieure qui provient de la foi. Cela, le vieillard Syméon, ‘homme juste et pieux’ sur qui ‘reposait l'Esprit Saint’, en eut l'intuition au moment de la présentation de Jésus au Temple».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 27 Décembre 2020

Gospel text

(Mt 2,13-18): 

 

After the wise men had left, an angel of the Lord appeared in a dream to Joseph and said, «Get up, take the child and his mother and flee to Egypt, and stay there until I tell you for Herod will soon be looking for the child in order to kill him». Joseph got up, took the child and his mother, and left that night for Egypt, where he stayed until the death of Herod. In this way, what the Lord had said through the prophet was fulfilled: «I called my son out of Egypt».

When Herod found out that he had been tricked by the wise men, he was furious. He gave orders to kill all the boys in Bethlehem and its neighborhood who were two years old or under. This was done in line with what he had learned from the wise men about the time when the star appeared. In this way, what the prophet Jeremiah had said was fulfilled: «A cry is heard in Ramah, wailing and loud lamentation: Rachel weeps for her children. She refuses to be comforted, for they are no more».

 

The Application

 

In this year of St. Joseph, we are invited to discover his dedication and the way he accompanies the child Jesus. He will not wait for daybreak. An important decision to be taken, a commitment without any material preparedness, with perfect trust in divine providence. The man of the day must learn from Joseph to express his faith in his human actions. Total obediance to the divine call, is the only way to save our life.

 

 

 

I have the same feeling, like many of you, about these martyred children. Why, Lord, did you allow it? I am not looking for an answer from the Lord. He will make me to understand it, perhaps tomorrow, or the day after tomorrow. Personally, I would like to take part in it, because I see it as a gift of eternal life, a gift of knowing you, of being with you.

 

I believe in my faith, that these children had the oppertunity to give thier life for our salvation. Thus they cooperated in the salvific plan of God. I don’t think that God has willed these death. However, He helps us to undestand the importance of listening to God, put the divine message in pr    atice,  just like Jospeh, if we wish to save life.

 

Action of the day : Learn to act today.

 

 

«Joseph got up, took the child and his mother, and left that night for Egypt»

 

Fr. Joan Pere PULIDO i Gutiérrez

(Sant Feliu de Llobregat, Spain)

 

Today, we celebrate the feast of the Holy Innocents, martyrs. Embedded within the Christmas celebrations, we cannot ignore the message the liturgy wants to convey to us to define with two clear accents, and even more, the good news of the birth of Jesus. In the first place, St. Joseph's predisposition in God's design for our salvation, by accepting God's will. And, at the same time, the evil, the injustice we often find in our life, determined in this case by the martyrdom of those innocent infants. All this requires a personal and social attitude and response.

St. Joseph offers us a very clear and responsive testimony to God's call. We can, thus, identify ourselves with him when we are to take decisions, from our own faith, in difficult moments of our life: «Joseph got up, took the child and his mother, and left that night for Egypt» (Mt 2:14).

Our faith in God entails our own life. It wakes us up, that is, makes us fully alert to those things happening around us, because —quite often— it is where God speaks to us. He makes us take the child and his mother, i.e., God becomes closer, our travel companion, and He strengthens our faith, hope and charity. And He makes us leave at night for Egypt, i.e. He invites us not to be afraid of our own life, which, more often than not, is full of shadows too difficult to illuminate.

Today, those infants martyrs also have specific names in other infants, youngsters, old people, immigrants, ailing persons... requesting the response of our charity. So, John Paul II, tells us: «Many are, indeed, in our time the needs questioning our Christian sensibility. It is time for a new idea of charity that can be displayed not only in the efficiency of the help provided, but in our capacity to become closer and more supportive with those suffering».

Let us hope that God Infant's clear and strong new light fills up our lives and reaffirm our faith, our hope and our charity.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 27 Décembre 2020

Texte de l'Évangile

(Mt 2,13-18): 

 

Après le départ des mages, l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit: «Lève-toi; prends l'enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu'à ce que je t'avertisse, car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr». Joseph se leva; dans la nuit, il prit l'enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu'à la mort d'Hérode. Ainsi s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète: «D'Égypte, j'ai appelé mon fils».

Alors Hérode, voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d'après la date qu'il s'était fait préciser par les mages. Alors s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Jérémie: «Un cri s'élève dans Rama, des pleurs et une longue plainte: c'est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus».

 

L’Application

 

Dans cette année de St. Joseph, nous sommes invités à découvrir son dévouement et la manière il accompagne l’enfant Jésus. Il n’attendra pas pour le jour se lever. Une décision importante, un engagement sans aucune préparation materiae, avec une confiance parfaite dans la providence divine. Il faut que l’homme du jour s’apprenne de Joseph à exprimer sa foi dans ses agissements humains.

 

J’ai le même sentiment, comme beaucoup d’entre vous, sur ces enfants martyres. Pourquoi Seigneur tu l’as permis ? Je ne cherche pas une réponse de la part du Seigneur. Il me le ferra comprendre, peut-être demain, ou après-demain. Personnellement j’aimerais y participer, car je y vois un cadeau de la vie éternelle, un cadeau de te connaitre, d’être avec toi.

«Se leva; dans la nuit, il prit l'enfant et sa mère, et se retira en Égypte»

 

Abbé Joan Pere PULIDO i Gutiérrez

(Sant Feliu de Llobregat, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous célébrons la fête des Saints Innocents, martyrs. Plongés dans les célébrations de Noël, nous ne pouvons pas ignorer le message que la liturgie veut nous transmette pour définir, encore plus, la Bonne Nouvelle de la naissance de Jésus, avec deux précisions très claires. Tout d'abord, la prédisposition de saint Joseph à participer dans le dessein créateur et salvifique de Dieu, en acceptant sa volonté. Et puis, le mal, l'injustice que, bien souvent, nous rencontrons dans notre vie, réalisés dans ces enfants innocents morts en martyrs. Tout cela nous demande une attitude et une réponse personnelle et sociale.

Saint Joseph nous offre un témoignage très clair de réponse décidée à l'appel de Dieu. Nous nous identifions à lui quand nous devons prendre des décisions dans les moments difficiles de notre vie et de notre foi: «Joseph se leva; dans la nuit, il prit l'enfant et sa mère, et se retira en Égypte» (Mt 2:14).

Notre foi en Dieu implique notre vie toute entière. Elle fait que nous nous levons, c'est à dire, qu'elle nous rend attentifs aux choses qui se déroulent autour de nous, parce que —souvent— c'est à partir d'elles que Dieu nous parle. Elle nous fait prendre l'Enfant et sa mère, c'est-à-dire que Dieu se rend proche de nous, Il devient notre compagnon de route, renforçant notre foi, notre espérance et notre charité. Et elle nous fait retirer dans la nuit en Égypte, c'est à dire, nous invite à ne pas avoir peur face à notre propre vie, qui souvent, se remplit de nuits difficiles à illuminer.

Aujourd'hui, ces enfants martyrs ont aussi des noms concrets d'enfants, de jeunes gens, de couples, de personnes âgées, d'immigrants, de malades... qui demandent la réponse de notre charité. Ainsi le dit Jean Paul II: «En effet, à notre époque, nombreux sont les besoins qui interpellent la sensibilité chrétienne. C'est l'heure d'une nouvelle imagination de la charité qui se déploierait non seulement à travers les secours prodigués avec efficacité, mais aussi dans la capacité de se faire proche, d'être solidaire de ceux qui souffrent, de manière que le geste d'aide soit ressenti non comme une aumône humiliante, mais comme un partage fraternel».

Que la nouvelle lumière, claire et forte de Dieu devenu Enfant remplisse nos vies et consolide davantage notre foi, notre espérance et notre charité.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Décembre 2020

Texte de l'Évangile

(Mt 10,17-22): 

 

«Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi: il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé».

 

The Application

 

Aujourd'hui, nous sommes invités à méditer sur la personnalité de saint Étienne, le premier martyr de l'Église, immédiatement après la célébration de Noël. Nous sommes heureux de se rappeler que c'est dans le sang de saint Étienne que Saul est devenu Paul et lui a donné la possibilité de découvrir la miséricorde divine. Il faut jamais oublié que l'incarnation a déjà prédit la mort et la résurrection. Cependant, l'homme a refusé de comprendre cette expression de l'amour divin, non seulement dans la naissance de son Fils unique, mais aussi dans la mort, qui nous donnent l'espoir de la vie éternelle.

 

Nous sommes appelés à être assurés de ne pas être effrayés. Le sens profond de l'évangile est de ne pas donner sa vie pour le Christ, mais plutôt d'être conscient de la présence de Dieu dans les moments difficiles de la vie. Dans de telles situations, on nous donne l'énergie spirituelle, tout comme cela a été donné à Stephan. Plus nous imitons Stephan, en fixant nos yeux dans les réalités divines, plus nous serons capables de donner une vie qui témoigne de l'amour et du pardon de Dieu.

 

«Ils vous livreront aux tribunaux et vous fouetteront»

 

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, alors que nous venons de savourer l'expérience profonde de la Naissance de l'Enfant Jésus, le panorama liturgique change. Nous pourrions penser que célébrer un martyr ne cadre pas avec l'enchantement de Noël… Le martyre de Saint Stéphane, que nous vénérons comme protomartyr du christianisme rentre pleinement dans la théologie de l'Incarnation du Fils de Dieu. Jésus est venu au monde pour déverser son Sang pour nous. Stéphane a été le premier a déverser son sang pour Jésus. Nous lisons dans cet Evangile comment Jésus Lui-même l'a annoncé "On vous livrera aux tribunaux… vous serez amenés devant des gouverneurs et des rois pour témoigner (Mt 10,17.18). Précisément "martyr" signifie exactement cela : témoin.

Ce témoignage de parole et d'œuvre est donné grâce à la force de l'Esprit Saint : "L'Esprit de votre Père (…) parlera à travers vous (Mt 10,19). Comme nous le lisons dans les "Actes des Apôtres", chapitre 7, Stéphane, conduit aux tribunaux, a donné une leçon magistrale, en parcourant l'Ancien Testament, en démontrant que tout l'Ancien Testament convergeait vers le Nouveau en la Personne de Jésus. En Lui s'accomplit tout ce qui a été annoncé par les prophètes et enseigné par les patriarches.

Dans le récit de son martyre nous trouvons une très belle allusion à la Trinité : "Stéphane, rempli de l'Esprit Saint, regarda fixement le ciel et vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu" (Actes 7,55). Son expérience fut une sorte de dégustation de la Gloire du Ciel. Et Stéphane mourut comme Jésus, en pardonnant à ceux qui l'immolaient : "Seigneur, ne prends pas en compte ce péché" (Actes 7,60) ; il pria avec les paroles du Maître : "Père, pardonne-les car ils ne savent pas ce qu'ils font (Lc 23, 34).

Demandons à ce martyr que nous sachions vivre comme lui, remplis de l'Esprit Saint afin que, en fixant les yeux vers le ciel, nous voyons Jésus à la droite de Dieu. Cette expérience nous fera d'ores et déjà jouir du ciel pendant que nous sommes sur la terre.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Décembre 2020

Gospel text

(Mt 10,17-22): 

 

Jesus said to his disciples, «Be on your guard with respect to people, for they will hand you over to their courts and they will flog you in their synagogues. You will be brought to trial before rulers and kings because of me, and so you may witness to them and the pagans. But when you are arrested, do not worry about what you are to say and how you are to say it; when the hour comes, you will be given what you are to say. For it is not you who will speak; but it will be the Spirit of your Father in you. Brother will hand over brother to death, and a father his child; children will turn against parents and have them put to death. Everyone will hate you because of me, but whoever stands firm to the end will be saved».

 

The Application

 

Today we are invited to meditate over the personality of St. Stephan, the first martyr of the Church, immediately after the celebration of Christmas. We are gladly reminded that in blood of St. Stephan that Saul became Paul and gave him the possibility to discover the divine mercy. The incarnation has already foretold the death and resurrection. However, man has refused to understand this expression of divine love, not only in the birth of His only begotten Son, but also the death, which give us the hope of eternal life.

We are called to be assure not to be frightened. The deeper meaning of the gospel is, not giving our life for Christ, rather to be aware of the presence of God in difficult moments of life. In such situations, we are given the spiritual energy, just like that was given to Stephan. The more we imitate Stephan, by fixing our eyes in the divine realities, the better will be our capacity, to give a life giving witness to God’s love and forgiveness.

«They will hand you over to their courts and they will flog you»

 

Fr. Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Spain)

 

Today, just having savored the deep experience of the birth of the Child Jesus, the liturgical scenery has changed over. We might think that celebrating martyrdom does not fit with the Christmas charm... The martyrdom of St. Stephen, whom we revere as the protomartyr of Christianity, falls squarely into the theology of the Incarnate Son of God. Jesus came into this world to shed His Blood for us. Stephen was the first who shed his blood for Jesus. We read in this Gospel as Jesus himself announces it: «you will be handed over to the local councils and (…) you will be brought before as witnesses» (Mt 10:17/18). Precisely "martyr" means exactly this: witness.

This witness in word and deed is given thanks to the force of the Holy Spirit: "the Spirit of your Father (...) will speak though you» (cf. Mt 10; 19). As we can read in the "Acts of the Apostles", Chapter 7, Stephen, brought to court, gives a superb lecture, by making a tour through the Old Testament, while showing that it all converges in the New Testament, in the Person of Jesus. Whatever had been announced by the prophets and taught by the patriarchs is fulfilled in Him.

In the narrative of his martyrdom we can find a beautiful Trinitarian allusion: "Stephen, full of the Holy Spirit, looked up to heaven and saw the glory of God, and Jesus standing at the right hand of God" (Acts 7.55). His experience was as a taste of the Glory in Heaven. And Stephen died as Jesus did, by forgiving those who sacrificed him: «Lord, do not hold this sin against them» (Acts 7.60); he said his Master's words: "Father, forgive them for they do not know what they are doing" (Lk 23:34)

Let us ask this martyr to let us live like him, full of the Holy Spirit, so that, by fixing our gaze into Heaven, we can see Jesus at the right hand of God. This experience will allow us to already enjoy Heaven, while we still are on Earth.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0