Publié le 23 Février 2020

Gospel text (Mk 9,14-29): 

 

When Jesus came to the place where they had left the disciples, they saw many peo­ple around and some teachers of the Law arguing with them. When the people saw Jesus, they were astonished and ran to greet him. He asked, «What are you arguing about with them?». A man answered him from the crowd, «Master, I brought my son to you for he has a dumb spirit. Whenever the spirit seizes him, it throws him down and he foams at the mouth, grinds his teeth and becomes stiff all over. I asked your disciples to drive the spirit out, but they could not».

Jesus replied, «You faithless people. How long must I be with you? How long must I put up with you? Bring him to me». And they brought the boy to him. As soon as the spirit saw Jesus, it shook and convulsed the boy who fell on the ground and began rolling about, foaming at the mouth. Then Jesus asked the father, «How long has this been happening to him?». He replied, «From childhood. And it has often thrown him into the fire and into the water to destroy him. If you can do anything, have pity on us and help us». Jesus said to him, «Why do you say: ‘If you can?’ All things are possible for one who believes». Immediately the father of the boy cried out, «I do believe, but help the little faith I have».

Jesus saw that the crowd was increasing rapidly, so he ordered the evil spirit, «Dumb and deaf spirit, I command you: Leave the boy and never enter him again». The evil spirit shook and convulsed the boy and with a terrible shriek came out. The boy lay like a corpse and people said, «He is dead». But Jesus took him by the hand and lifted him and the boy stood up. After Jesus had gone indoors, his disciples asked him privately, «Why couldn't we drive out the spirit?». And he answered, «Only prayer can drive out this kind, nothing else».

 

Daily Quote from the early church fathers:

Emerging faith seeks maturity,

by Augustine of Hippo, 354-430 A.D.

 

"In saying, 'When the Son of Man shall come, shall he find faith upon the earth?' our Lord spoke of that faith which is fully matured, which is so seldom found on earth. The church's faith is full, for who would come here if there were no fullness of faith? And whose faith when fully matured would not move mountains (Matthew 17:20; 21:22)? Look at the apostles themselves, who would not have left all they had, trodden under foot this world's hope, and followed the Lord, if they had not had proportionally great faith. And yet if they had already experienced a completely matured faith, they would have not said to the Lord, 'Increase our faith' (Luke 17:5). Rather we find here an emerging faith, which is not yet full faith, in that father who when he had presented to the Lord his son to be cured of an evil spirit and was asked whether he believed, answered, 'Lord, I believe, help me in my unbelief' (Mark 9:24). 'Lord,' says he, 'I believe.' 'I believe': therefore there was faith; but 'help me in my unbelief': therefore there was not full faith (Hebrews 10:22)." (excerpt from  SERMONS ON NEW TESTAMENT LESSONS 65)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Février 2020

Texte de l'Évangile

(Mc 9,14-29): 

 

En rejoignant les autres disciples, ils virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. Aussitôt qu'elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. Il leur demanda: «De quoi discutez-vous avec eux?». Un homme dans la foule lui répondit: «Maître, je t'ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet; cet esprit s'empare de lui n'importe où, il le jette par terre, l'enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J'ai demandé à tes disciples d'expulser cet esprit, mais ils n'ont pas réussi».

Jésus leur dit: «Génération incroyante, combien de temps devrai-je rester auprès de vous? Combien de temps devrai-je vous supporter? Amenez-le auprès de moi». On l'amena auprès de lui. Dès qu'il vit Jésus, l'esprit secoua violemment l'enfant; celui-ci tomba, il se roulait par terre en écumant. Jésus interrogea le père: «Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive?». Il répondit: «Depuis sa petite enfance. Et souvent il l'a même jeté dans le feu ou dans l'eau pour le faire périr. Mais si tu y peux quelque chose, viens à notre secours, par pitié pour nous!». Jésus reprit: «Pourquoi dire: ‘Si tu peux’? Tout est possible en faveur de celui qui croit». Aussitôt le père de l'enfant s'écria: «Je crois! Viens au secours de mon incroyance!».

Jésus, voyant que la foule s'attroupait, interpella vivement l'esprit mauvais: «Esprit qui rends muet et sourd, je te l'ordonne, sors de cet enfant et n'y rentre plus jamais!». L'esprit poussa des cris, secoua violemment l'enfant et sortit. L'enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait: «Il est mort». Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, seul avec ses disciples, ils l'interrogeaient en particulier: «Pourquoi est-ce que nous, nous n'avons pas pu l'expulser?». Jésus leur répondit: «Rien ne peut faire sortir cette espèce-là, sauf la prière».

 

 «Je crois! Viens au secours de mon incroyance!»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench
(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, nous contemplons —encore!— le Seigneur sollicité par les gens («ils accouraient pour le saluer») et, en même temps, plein de sollicitude à leur égard. Dès qu'il sent qu'il se passe quelque chose, il s'y intéresse.

L'un des personnages intervient. C'est le père d'un garçon possédé par un esprit mauvais. «Maître, je t'ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet; cet esprit s'empare de lui n'importe où, il le jette par terre, l'enfant écume, grince des dents et devient tout raide» (Mc 9,17-18).

Qu'il est terrible le mal que parvient à faire le Diable, cette créature dépourvue de toute charité! —Seigneur, il nous faut prier: «Délivre nous du mal»! Comment peut-il y avoir de nos jours des voix qui disent que le Diable n'existe pas, ou des gens qui lui rendent une sorte de culte! C'est absurde! Voici la leçon à tirer de tout cela: il ne faut pas jouer avec le feu.

«J'ai demandé à tes disciples d'expulser cet esprit, mais ils n'ont pas réussi» (Mc 9,18). Jésus est triste quand il entend ces mots. Attristé, surtout, par le manque de foi…. Et la foi leur manque parce qu'ils doivent prier davantage: «Rien ne peut faire sortir cette espèce-là, sauf la prière» (Mc 9,29).

La prière est un dialogue intime avec Dieu. Jean-Paul II a dit que «la prière implique toujours d'aller se cacher avec le Christ en Dieu. Ce n'est qu’en semblable intimité qu'agit le Saint-Esprit». Dans cette cachette intime, l'on pratique cette amicale fréquentation de Jésus, qui accroît notre confiance en Lui, c'est-à-dire notre foi.

Mais cette foi, qui remue les montagnes et expulse les esprits mauvais («Tout est possible en faveur de celui qui croit»), est surtout un don de Dieu. Notre oraison, en tout cas, nous met en disposition de recevoir ce don. Mais nous devons l'implorer: «Je crois! Viens au secours de mon incroyance!» (Mc 9,24). Le Christ, Lui, ne se fera pas prier!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Février 2020

Gospel text

(Mt 16,13-19): 

 

When Jesus came to Caesarea Philippi, He asked his disciples, «Who do people say the Son of man is?». They said, «For some of them you are John the Baptist, for others Elijah or Jeremiah or one of the prophets». Jesus asked them, «But you, who do you say I am?». Peter answered, «You are the Messiah, the Son of the living God».

Jesus replied, «It is well for you, Simon Barjona, for it is not flesh or blood that has revealed this to you but my Father in heaven. And now I say to you: You are Peter (or Rock) and on this rock I will build my Church; and never will the powers of death overcome it. I will give you the keys of the kingdom of heaven: whatever you bind on earth shall be bound in heaven, and what you unbind on earth shall be unbound in heaven».

 

Daily Quote from the early church fathers:

 

Who do people say that the Son of Man is? 

by John Chrysostom (347-407 AD)

 

    "Note that he is not asking them their own opinion. Rather, he asks the opinion of the people. Why? In order to contrast the opinion of the people with the disciples answer to the question 'But who do you say that I am?' In this way, by the manner of his inquiry, they might be drawn gradually to a more sublime notion and not fall into the same common view as that of the multitude.
    "Note that Jesus does not raise this question at the beginning of his preaching but only after he had done many miracles, had talked through with them many lofty teachings, and had given them many clear proofs of his divinity and of his union with the Father. Only then does he put this question to them.
    "He did not ask 'Who do the scribes and Pharisees say that I am?' even though they had often come to him and discoursed with him. Rather, he begins his questioning by asking 'Who do men say the Son of man is?' as if to inquire about common opinion. Even if common opinion was far less true than it might have been, it was at least relatively more free from malice than the opinions of the religious leaders, which was teeming with bad motives.
    "He signifies how earnestly he desires this divine economy to be confessed when he says, 'Who do men say the Son of man is?'" for he thereby denotes his godhead, which he does also in many other places. 
(excerpt from THE GOSPEL OF MATTHEW, HOMILY 54.1.6)

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Février 2020

Texte de l'Évangile

(Mt 16,13-19): 

Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples: «Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l'homme?». Ils répondirent: «Les uns disent que tu es Jean Baptiste; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l'un des prophètes». «Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis?». Simon Pierre répondit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant».

Jésus, reprenant la parole, lui dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux».

 

«Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench
(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui nous célébrons la chaire de saint Pierre. Depuis le siècle IV, par cette célébration l'Église veut nous démontrer le fait que, comme un don de la part de Jésus à nous tous, l'édifice de son Eglise s'appuie sur le Prince de ses apôtres, et qu'il jouit d'une aide divine particulière pour mener à bout cette mission. Ainsi l'a manifesté le Seigneur en Césarée de Philippe: «Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église» (Mt 16,18). En effet, «Pierre seul est choisi pour être mis au devant des vocations de toutes les nations, au devant de tous les apôtres et au devant de tous les pères de l'Eglise» (Saint Léon le Grand).

Depuis le début, l'Eglise a bénéficié du ministère de Pierre de telle manière que Saint Pierre et ses successeurs ont présidé la charité, ont été source d'unité et plus spécialement, ils ont eu la mission de confirmer leurs frères dans la vérité.

Une fois ressuscité, Jésus a confirmé cette mission à Pierre. Lui qui repenti au plus profond de lui d'avoir renié Jésus à trois reprises, avait pleuré devant Jésus, fait ici une triple déclaration d'amour: «Seigneur, vous connaissez toutes choses, vous savez bien que je vous aime» (Jn 21,17). Et alors, Pierre voit avec soulagement que Jésus ne le considérait point indigne mais que par trois fois Il le confirme dans le ministère qu'Il lui avait confié auparavant: «Pais mes brebis» (Jn 21,16.17).

Cette puissance n'est pas du propre mérite de Pierre, comme ne l'était pas non plus sa déclaration de foi à Césarée de Philippe: «Ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux» (Mt 16,17). Il s'agit, effectivement, d'une autorité investie par une puissance suprême donnée pour servir. C'est pour cela que le Saint Père quand il signe ses écrits, le fait avec le titre honoraire de Servus Servorum Dei.

Pourtant, il s'agit d'une puissance pour servir la cause de l'unité basée sur la vérité. Nous devons beaucoup prier pour le successeur de Pierre, être attentifs à ses paroles et remercier Dieu de ce grand cadeau qu'il nous a fait.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Février 2020

Gospel text

(Mk 8,34-9,1): 

Jesus called the peo­ple and his disciples and said, «If you want to follow me, deny yourself, take up your cross and follow me. For if you choose to save your life, you will lose it; and if you lose your life for my sake and for the sake of the Gospel, you will save it. What good is it to gain the whole world but destroy your­self? There is nothing you can give to recover your life. I tell you: If anyone is ashamed of me and of my words among this adulterous and sinful people, the Son of Man will also be ashamed of him when he comes in the Glory of his Father with the holy angels». And He went on to say, «Truly I tell you, there are some here who will not die before they see the kingdom of God coming with power».

 

The Application

The Christian life is narrowly associated with the cross, the Cross of Christ. This doesn’t translate as, the suffering as the means of the resurrection. Jesus has taken the cross for us, the suffering is already assumed by Jesus, once and for all. Then why Jesus asks us to take our crosses and follow Him? The answer is in the Person of Jesus. He was God and become man. It is in His humanity that He made us to participate in His divinity.

Thus fully associating ourselves in our own humanity, without associating ourselves in His divinity, we will become a very good social worker than a faithful Christian, because as Christian we are called to accomplish the divine will. To accomplish this divine will, the first step is to allow joyfully the ‘I’ in us to die, so that the divine child (we as God’s children) may born in our humanity. This is the best way of understanding the death that Jesus propose to us. This death doesn’t destroy neither our individuality, nor our human identity, rather gives us, a new life, a life totally animated by the Holy Spirit.

This transformation is possible only in Faith, the grace that God gives us in baptism. It is in faith that we allow others to participate in our joy and we participate in their pain and suffering, as our won, with the same joyful approach. As Christians, this is our daily cross that Jesus wishes to assume. By participating in the joy and the suffering of others, we participate in the cross of Jesus, which will give us the opportunity to participate in His resurrection.

 

Action of the day: Identify your cross which will lead you towards the Resurrection.

 

«If you want to follow me, deny yourself, take up your cross and follow me»

 

+ Fr. Joaquim FONT i Gassol
(Igualada, Barcelona, Spain)

Today’s Gospel speaks of two contemporary themes: the cross we all have to bear every day and its fruit, that is, Life with capital letters, supernatural and eternal.

When we listen to the Gospel we stand up as a sign we want to follow its teachings. Jesus tells us to deny ourselves, not to follow “the pleasure of our whims” —as the psalmist claims— or, as saint Paul cites, to get rid of “the deceiving greeds”. To take up our own cross is to accept the little mortifications we find every day along the way.

We can be helped out by what Jesus said in his priestly sermon at the cenacle: «I am the true vine, and my Father is the dresser. He cuts off every branch in me that bears no fruit, while every branch that does bear fruit he prunes so that it will be even more fruitful» (Jn 15:1-2). A hopeful gardener pampering the grapes so they bear the best wine! Yes, we want to follow our Lord! Yes, we are conscious the Father wishes to help us so our branches bear an abundant fruit in our earthly life which we can later enjoy in the Eternal Life.

Saint Ignatious used to guide saint Francis Xavier with the words of today's text: «What good is it to gain the whole world but destroy your­self?» (Mk 8:36). This is how he got appointed the patron of Missions. With the same idea in our minds, we can read the last canon of the Canon Law Code (n. 1752): «(...) and the salvation of souls, which must always be the supreme law in the Church, is to be kept before one's eyes». And saint Augustine also has his famous lesson: «Animam salvasti, animam tuam praedestinasti», which could be translated as: «He who dedicates himself with true zeal to the salvation of souls has thus good reasons to hope for eternal life». The invitation is quite clear.

The Virgin Mary, Mother of Divine Grace, helps us to advance in this way.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Février 2020

Texte de l'Évangile

(Mc 8,34-9,1): 

 

Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit: «Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l'Évangile la sauvera. Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier en le payant de sa vie? Quelle somme pourrait-il verser en échange de sa vie? Si quelqu'un a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les anges». Et il leur disait: «Amen, je vous le dis: parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d'avoir vu le règne de Dieu venir avec puissance».

 

L’application

 

La foi n’est pas un outil, mais la source de la vie chrétienne. Puisque la foi est la source, quoi que soit notre engagement dans la vie quotidienne, il faut qu’il soit animé par cette foi. La foi nous aidera à embrasser la mort autant que la vie. Dans la foi, la vie en Dieu et pour Dieu sera la priorité, parce que nous l’avons reçue de Dieu.

Puisque Dieu se trouve dans le cœur des hommes, comment pouvons-nous prioriser notre vie en singulier ? Si le ‘moi’ en moi ne meurt pas, comment la vie en Dieu et pour Dieu, peut enraciner en nous ?  N’est-il pas la mort qui fait naître en nous la vie ? C’est ici nous souhaitons que ce moi soit mort en nous, pour que le ‘nous’ puisse naitre.

Jésus nous a appris à appeler son Père comme notre Père. Pour le vivre pleinement, il faut apprendre à faire participer les autres à notre joie et aussi savoir participer à la joie de nos frères et sœurs, y compris la pleine et la souffrance. C’est facile à dire,  n’est pas facile à faire. Voici la croix quotidienne que Jésus nous invite à prendre. Cet engagement, n’est-il pas une participation à la croix du Christ ? Si nous ne voulons pas participer à sa croix, comment pouvons-nous participer à sa résurrection ?  

 

«Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive»

 

+ Abbé Joaquim FONT i Gassol
(Igualada, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui l'Évangile nous parle de deux sujets complémentaires: notre croix de chaque jour et son fruit, c'est-à-dire la Vie avec majuscule, surnaturelle et éternelle.

Nous nous levons pour écouter le saint Évangile, en signe de notre volonté de suivre ses enseignements. Jésus nous dit de renoncer à nous-mêmes, ce qui signifie «ne pas nous guider sur nos caprices» —comme le précise le psaume— ou éloigner «les richesses trompeuses», comme le dit saint Paul. Prendre sa croix, c'est accepter les petites mortifications que nous rencontrons chaque jour sur notre route.

La phrase que Jésus prononça dans le discours sacerdotal au Cénacle peut nous y aider: «Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui, en moi, ne donne pas de fruit, Il le coupe; et celui qui donne du fruit, Il l'émonde pour qu'il donne plus de fruit» (Jn 15,1-2). Un vigneron enthousiaste qui soigne son raisin pour qu'il soit plus sucré! Oui, nous voulons suivre le Seigneur! Oui, nous sommes conscients que le Père peut nous aider à donner sur cette terre un fruit abondant et jouir ensuite de la vie éternelle.

Saint Ignace guidait saint François-Xavier avec les paroles du texte d'aujourd'hui: «Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier en le payant de sa vie?» (Mc 8,36). C'est ainsi qu'il devint le patron des Missions. Dans le même registre, nous lisons au dernier canon du Code de Droit Canonique (c. 1752): «(…) Sans perdre de vue le salut des âmes qui doit toujours être dans l'Église la loi suprême». Saint Augustin enseigne une fameuse leçon: «Animam salvasti tuam predestinasti», «qui obtient le salut d'une âme, assure le sien». L'invitation est claire.

Marie, Mère de la Divine Grâce, nous tend la main pour avancer sur ce chemin.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Février 2020

Gospel text

(Mk 8,27-33): 

 

Jesus set out with his disciples for the villages around Caesarea Philippi; and on the way He asked them, «Who do people say I am?». And they told him, «Some say you are John the Baptist; others say you are Elijah or one of the prophets». Then Jesus asked them, «But you, who do you say I am?». Peter answered, «You are the Messiah». And he ordered them not to tell anyone about him. Jesus then began to teach them that the Son of Man had to suffer many things and be rejected by the elders, the chief priests and the teachers of the Law. He would be killed and after three days rise again. Jesus said all this quite openly, so that Peter took him aside and began to protest strongly. But Jesus turning around, and looking at his disciples, rebuked Peter saying, «Get behind me Satan! You are thinking, not as God does, but as people do».

 

The Application

 

Every Christian life is a response to this personal question of Jesus. “Who do you say, I am?”  As Christians all that we would like to say and do, should not be conditioned by appearance, rather what we are as children of God, and  c-be coherent with the same God, a personal relationship that God wishes to establish with the humanity.  It is here we become Christ to our brothers and sisters, because they will see in us, the Christ who loves them and takes care of them.

Our desire to be Christ, the call to holiness, and the grace that God bestows on us, doesn’t spare us from the temptation of falling in the hand of evil spirit, who expresses the desire of our well-being, but pushing us to do, exactly the opposite. Peter who allowed the Holy Spirit to animate him, allowed the devil too to act in him. It is here Jesus calls us to be careful, and even if we fall in the hand of the evil spirit, we should immediately get-up and approach God.

The message of the Gospel is, accept the daily crosses of life, the way to resurrection. We don’t wish to fail or accept that we are weak. We wish to be always in the good book of others and the desire of a good certificate from the world is great in us. If we wish to be happy, to live a life fully in Christ, we have to accept these dark moments of our lives, our failures, our arrogances, as part of our life and allow in humility, the Holy Spirit to take control of our life.  

 

Action of the day: Accept the cross as the way to resurrection.

«Who do people say I am?»

 

Fr. Joan Pere PULIDO i Gutiérrez
(Sant Feliu de Llobregat, Spain)

Today, with the help of saint Mark's Gospel, we continue listening to God's word. A Gospel with a very clear concern: to discover who this Jesus of Nazareth may be. Through his texts, Mark has been offering us other people's reactions to Jesus: the sick ones, the disciples, the scribes and Pharisees. And today, He is directly asking us: «But you, who do you say I am?» (Mk 8:29).

We, Christians, must discover our identity and prove our own faith through being good examples with our life. This duty is an urgent task to transmit a clear and understandable message to our brothers and sisters, who will find in Jesus that Word of Life bestowing meaning to what they may think, say or do. But, this witness must begin with us being totally conscious of our meeting with Jesus. John Paul II, in his apostolic letter Novo Millennio Ineunte wrote: «Our witness, however, would be hopelessly inadequate if we ourselves had not first contemplated his face».

Saint Mark, with this text, offers us the right way to contemplate Jesus. First, Jesus asks us who do people say He is; and we can answer, with the disciples: John the Baptist or Elijah, in other words an important, good and attractive person. Certainly, a good answer, but too far away from Jesus' Truth. Then, He goes on asking us: «But you, who do you say I am?». It is the question of faith, of our personal implication. And we shall only find the answer in the experience of silence and praying. It is the faith path Peter followed which we should follow also.

Brothers and sisters in Christ, let us come to know through prayer the liberating presence of God's love, which is present in our life. He keeps on making alliances with us with clears signs of his presence, as that rainbow appearing through the clouds promised Noah.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Février 2020

Texte de l'Évangile

(Mc 8,27-33): 

 

Jésus s'en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait: «Pour les gens, qui suis-je?». Ils répondirent: «Jean Baptiste; pour d'autres, Élie; pour d'autres, un des prophètes». Il les interrogeait de nouveau: «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je?». Pierre prend la parole et répond: «Tu es le Messie». Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne. Et, pour la première fois, il leur enseigna qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre: «Passe derrière moi, Satan! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes».

 

L’Application

 

Dieu veut établir une relation personnelle avec nous. Il vient vers nous et s’adresse à nous personnellement pour que nous comprenions, non seulement un Seigneur de gloire, mais aussi Le Seigneur qui se donne à la Croix.

Même si Pierre soit inspiré par l’Esprit Saint, il était tout à fait possible qu’il soit immédiatement pris par les forces humaines dominé par un esprit mauvais, pour qu’il rejette la croix qui l’amènera vers la résurrection.  Pour le bien du moment, on est forcé de choisir le mauvais qui nous détruira plus tard.

Aujourd’hui Jésus nous apprend à discerner et choisir tout ce qui est bon devant le regard de Dieu. Saint Jacques dans la première lecture nous dit que l’homme choisi par l’apparence, mais Dieu voit le cœur. Jésus nous invite à voir le cœur des hommes et à réponde positivement par nos engagements concrets, à cet appel divin, pour le salut de tous. C’est ici nous choisirons librement, et dans la joie, la Croix, La Croix qui nous sauve.

«Pour les gens, qui suis-je?»

 

Abbé Joan Pere PULIDO i Gutiérrez
(Sant Feliu de Llobregat, Espagne)

Aujourd'hui, nous continuons d'écouter la Parole de Dieu à l'aide de l'Évangile selon saint Marc. Un Évangile avec un souci bien clair: découvrir qui est Jésus de Nazareth. Marc nous présente, dans ses textes, la réaction de différents personnages: de malades, de disciples, de scribes et de pharisiens. Aujourd'hui, il s'adresse directement à nous: «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je?» (Mc 8,29).

Nous qui nous disons chrétiens, nous avons sans aucun doute le devoir fondamental de découvrir notre identité pour rendre raison de notre foi, en étant, par notre vie, de bons témoins. Ce devoir nous enjoint de transmettre un message clair et compréhensible à nos frères et sœurs qui peuvent trouver en Jésus une Parole de Vie qui donne sens à tout ce qu'ils pensent, disent et font. Mais ce témoignage doit débuter par notre prise de conscience de notre rencontre personnelle avec Jésus. Jean-Paul II, dans sa Lettre apostolique Novo millennio ineunte, nous a écrit: «Notre témoignage serait bien faible, si nous n’étions pas les premiers à contempler Son visage».

Avec ce texte, saint Marc nous présente un bon chemin pour contempler Jésus. Jésus nous demande d'abord que disent les gens de Lui; et nous pouvons répondre, comme les disciples: Jean-Baptiste, Élie, un personnage important, bon et attrayant. Bonne réponse, sans doute, mais encore loin de la Vérité de Jésus. Lui nous demande: «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je?». C'est la question de la foi, de l'implication personnelle. La réponse, nous ne la trouvons que dans l’expérience du silence et de l'oraison. C'est le chemin de la foi que parcourt Pierre, et que nous devons parcourir nous aussi.

Mes frères et mes sœurs: que notre prière rende palpable la présence libératrice de l'amour de Dieu dans nos vies. Dieu continue de faire alliance avec nous par des signes clairs de sa présence, comme cet arc-en-ciel promis à Noé.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Février 2020

Gospel text

(Mk 8,22-26): 

 

When Jesus and his disciples came to Bethsaida, Jesus was asked to touch a blind man who was brought to him. He took the blind man by the hand and led him outside the village. When he had put spittle on his eyes and laid his hands upon him, he asked, «Can you see any­thing?». The man, who was beginning to see, replied, «I see people! They look like trees, but they move around». Then Jesus laid his hands on his eyes again and the man could see perfectly. His sight was restored and he could see everything clearly. Then Jesus sent him home saying, «Do not return to the village».

 

The Application

 

Faith is not from seeing and witnessing. It’s purely a divine grace with our cooperation and engagement. However, the external signs and events can pay an important role to rekindle in us the faith that God has graced us.  Jesus is asking us to keep our inner eyes open to see and understand from the external signs, the divine work in us. It is from this that we realize that the Faith is helping us to see the invisible truth in the visible realities. Thus, we go beyond of simply hearing the Word of God, but becoming accomplishers of divine will. In accomplishing the divine will, our own faith is nourished and enkindled.

 

It is in doing the will of God that we become the light of the world. This becoming, knowing the divine will, is not a day work. It takes time and get rooted in us, through our own failures and struggles. It is in our moments of darkness that we become the candle in the darkest moment of our brothers and sisters.

 

Today Jesus helps us to understand how God functions. He comes towards us and takes us apart from the world and establishes a personal relationship with us, so that we may know Him personally, in our own darkness.  It’s God who creates a proximity, so that we may discover Him, in a very crude way. This revelation itself a divine dialogue with the humanity, say Pope VI.

 

Jesus, the eternal LIGHT, by His very presence, brings in to our hearts the light which helps us to see the truth, removes the darkness created by the sins, elevates us as light of the world. We are not light, but the reflects of the eternal LIGHT. If we fail to realize this truth, there is a danger is falling back into the same old rhythm of life. Jesus asks us, not to enter again into the darkness, rather enter in the home, the divine home, in to our own home, where we will be formed and reformed.

 

Action of the day: Have faith and be the light of the world.

 

 

Daily Quote from the early church fathers:

Through the divine word of Christ he received his sight,

attributed to Pseudo-Chrysostom, 5th century A.D.

 

"[Jesus] spat indeed, and put his hand upon the blind man, because he wished to show that wonderful are the effects of the Divine word added to action; for the hand is the symbol of working, but the spittle, of the word proceeding out of the mouth. Again he asked him whether he could see any thing, which he had not done in the case of any whom he had healed, thus showing that by the weak faith of those who brought him, and of the blind man himself, his eyes could not altogether be opened. There follows: 'And he looked up, and said, I see men as trees walking;' because he was still under the influence of unfaithfulness, he said that he saw men obscurely. From the commencement, however, of the return of his senses, he leads him to apprehend things by faith, and thus makes him see perfectly. He then goes on to say, After that, he put his hands again upon his eyes, and he began to see, and afterwards he adds, And he was restored, and saw all things clearly; he was perfectly healed in his senses and his intellect."
(excerpt from a Commentary on Mark 8:22-25, attributed to Pseudo-Chrysostom, an early church father unknown today, but was ascribed for a time to John Chrysostom, 5th century AD)

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Février 2020

Texte de l'Évangile

(Mc 8,22-26): 

Jésus et ses disciples arrivent à Bethsaïde. On lui amène un aveugle et on le supplie de le toucher. Jésus prit l'aveugle par la main et le conduisit hors du village. Il lui mit de la salive sur les yeux et lui imposa les mains. Il lui demandait: «Est-ce que tu vois quelque chose?». Ayant ouvert les yeux, l'homme disait: «Je vois les gens, ils ressemblent à des arbres, et ils marchent». Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l'homme; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté. Jésus le renvoya chez lui en disant: «Ne rentre même pas dans le village».

 

L’Application

La foi n’est pas un produit déjà fait. Tout commence avec l’écoute et la pratique. En écoutant la Parole de Dieu et la mettant en pratique nous faisons grandir cette foi en nous. En vérité c’est la grâce de Dieu qui nous fait comprendre cette Parole et qui nous donne le courage de la mettre en pratique.

Chaque rencontre de l’homme avec Jésus est une rencontre personnelle. Dieu nous prend appart, une invitation personnelle à sa rencontre, à Le découvrir, petit-à-petit.  Dans cette rencontre Il nous accorde une grâce et nous renvoie vers la société de son nom. Nous ne Le représentons pas, mais sommes invités à être témoins de la grâce reçue. Cette grâce que nous avons reçue, a une finalité. L’incarnation n’était-elle pas pour le salut du monde ?

Jésus qui est la Lumière, nous renvoie vers la société à être les lumières, pour que le monde reconnaisse Sa présence et que sa présence donne la vie. Soyons la lumière du monde.

«Il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté»

 

Abbé Joaquim MESEGUER García
(Rubí, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, Jésus se sert d'un miracle pour nous parler du processus de la foi. La guérison de l'aveugle qui a lieu en deux parties, nous démontre que la foi n'est pas une lumière qui arrive de manière instantanée, mais que la plupart du temps nous devons suivre un parcours tracé qui nous rapproche de la lumière afin que nous voyions clair. Cependant, le premier pas de la foi —c'est-à-dire commencer à voir la réalité à travers la lumière de Dieu— est déjà une cause de joie, comme l'exprime Saint Augustin: «Une fois les yeux guéris, que pourrions nous avoir de plus de valeur, mes frères? Heureux ceux qui voient cette lumière, celle qui resplendit depuis le ciel ou celle qui provient d'une torche. Et comme sont malheureux ceux qui ne peuvent pas la voir!».

En arrivant à Bethsaide on amène à Jésus un aveugle pour qu'il lui impose les mains. Le fait que Jésus l'amène dehors a une signification spéciale. Est-ce que cela veut dire qu'afin d'entendre la parole de Dieu, et découvrir la foi et la réalité dans le Christ, nous devons sortir de nous-mêmes, des endroits et des moments bruyants qui nous étouffent et nous éblouissent pour recevoir une illumination authentique?

Une fois en dehors de la ville, Jésus «Il lui mit de la salive sur les yeux et lui imposa les mains. Il lui demandait: ‘Est-ce que tu vois quelque chose?’» (Lc 8,23). Ce geste nous rappelle le Baptême: là, Jésus ne nous met plus de la salive mais il trempe tout notre être dans l'eau du salut et tout au long de notre vie il nous interroge sur ce que nous voyons à la lumière de la foi. «Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l'homme; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté» (Lc 8,25); ce deuxième instant rappelle le sacrement de la Confirmation, par lequel nous recevons la plénitude de l'Esprit Saint, pour arriver enfin à la maturité de notre foi et voir clair. Recevoir le Baptême et oublier la Confirmation nous permet, en effet, de voir mais uniquement en partie.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0