Publié le 3 Septembre 2021

Gospel text (Lk 6,1-5): 

 

One Sabbath Jesus was going through the corn fields and his disciples began to pick heads of grain crushing them in their hands for food. Some of the Pharisees asked them, «Why do you do what is forbidden on the Sabbath?». Then Jesus spoke, «Have you never read what David did when he and his men were hungry?. He entered the house of God, took and ate the bread of the offering and even gave some to his men, though only priests are allowed to eat that bread». And Jesus added, «The Son of Man is Lord and rules over the Sabbath».

 

The Application

 

Today's gospel shows us that it is the presence of Jesus that saves his disciples. Somewhere along the line, he asks me this profound question; am I standing before the divine presence or am I walking away from his presence? If I stay with Him, He will certainly save me.

 

Jesus reveals to us that He is the Master of the Sabbath. From the beginning of creation He was there and this Word is with us in the form of the Eucharist. Adoration of the Eucharist would help me to live this closeness in a real way. Since He gave us the law, through Moses, we must always consult Him, for its right application in daily life, including our brothers and sisters.  

 

To do or not to do, must be discerned not according to the regulation of the present society, which is harsh and unwise with the poor and wretched. Whatever is good and right for me, does not necessarily have to be good and right for the other. God alone can help me to discern the truth.  Therefore, every word that comes out of our mouths and every act that we would like to do, must be born out of our relationship with Jesus and according to his will. There we will be just before God and in this righteousness, we will give glory to God.

 

Action of the day: Let your word and act glorify God.

 

«The Son of Man is Lord and rules over the Sabbath»

 

Fr. Austin Chukwuemeka IHEKWEME

(Ikenanzizi, Nigeria)

 

Today, responding to the Pharisees' accusation, Jesus explains the correct meaning of the Sabbath, while quoting an example from the Old Testament (cf. Deut 23:26): «Have you never read what David did (...)?. He entered the house of God, took and ate the bread of the offering and even gave some to his men, though only priests are allowed to eat that bread» (Lk 6:3-4).

David's behaviour anticipates the doctrine Christ teaches in this passage. God had already established in the Old Testament an order for the precepts of the Law, whereby those of less rank would yield to the main ones.

In the light of all this, it can be understood that a ceremonial precept (as the one we are commenting) yields to a precept of the natural law. The precept of Sabbath, likewise, is not more important than the elementary needs of subsistence.

In this passage, Christ teaches which was the meaning of the divine institution of the Sabbath: God had instituted it to man's benefit, so that he could rest and devote his time with peace and joy to the divine cult. However, the Pharisees' interpretation had transformed this day into a day of anguish and worrying because of the many directions and prohibitions.

The Sabbath had been set up not only for man's rest, but also to glorify God: this is the actual and true meaning of the expression «The Sabbath was made for man...» (Mk 2:27).

Furthermore, by declaring himself “Lord of the Sabbath” (cf. Lk 6:5), He openly manifests that He is the very same God who gave the precept to the people of Israel, thus confirming his divinity and his universal power. For this reason, other laws can be established, just as Yahweh did in the Old Testament. Jesus can therefore be called “Lord of the Sabbath”, because He is God.

Let us beg the Virgin Mother of God to help us believing and understanding that the Sabbath belongs to God and that it is a way —adapted to our own nature— to glorify and honour the Almighty. As Saint John Paul II has written, «our rest is a “sacred”» thing and an occasion «to realize that everything is the work of God».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Septembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 6,1-5): 

 

Un jour de sabbat, Jésus traversait des champs de blé; ses disciples arrachaient et mangeaient des épis, après les avoir froissés dans leurs mains. Des pharisiens lui dirent: «Pourquoi faites-vous ce qui n'est pas permis le jour du sabbat?». Jésus leur répondit: «N'avez-vous pas lu ce que fit David un jour qu'il eut faim, lui et ses compagnons? Il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de l'offrande, en mangea, et en donna à ses compagnons, alors que les prêtres seuls ont la permission d'en manger». Jésus leur disait encore: «Le Fils de l'homme est maître du sabbat».

 

L’Application

 

L'évangile de ce jour nous montre que c'est la présence de Jésus qui sauve ses disciples. Quelque part, il me pose cette question profonde : est-ce que je me tiens devant la présence divine ou est-ce que je m'éloigne de sa présence ? Si je reste avec Lui, Il me sauvera certainement.

Jésus nous révèle qu'il est le maître du sabbat. Dès le début de la création, Il était là et cette Parole est avec nous sous la forme de l'Eucharistie. L'adoration de l'Eucharistie m'aiderait à vivre cette proximité de manière réelle. Puisqu'Il nous a donné la loi, par Moïse, nous devons toujours Le consulter, pour sa juste application dans la vie quotidienne, y compris pour nos frères et sœurs.  
Faire ou ne pas faire, doit être discerné non pas en fonction de la réglementation de la société actuelle, qui est dure et peu sage avec les pauvres et les misérables.  Ce qui est bon et juste pour moi, ne l'est pas nécessairement pour l'autre. Dieu seul peut m'aider à discerner la vérité.  C'est pourquoi chaque parole qui sort de nos bouches et chaque acte que nous voudrions faire, doit naître de notre relation avec Jésus et selon sa volonté. Là, nous serons justes devant Dieu et dans cette justesse, nous rendrons gloire à Dieu.

 

«Le Fils de l'homme est maître du sabbat»

 

Abbé Austin Chukwuemeka IHEKWEME

(Ikenanzizi, Nigeria)

 

Aujourd'hui, face à l'accusation des pharisiens, Jésus explique le sens correct du repos sabbatique, en prenant un exemple dans l'Ancien Testament (cf. Dt 23,26): «N'avez-vous pas lu ce que fit David (…), [qui] prit les pains de l'offrande, en mangea, et en donna à ses compagnons?» (Lc 6,3-4).

La conduite de David anticipa la doctrine que le Christ enseigne dans ce passage. Dans l'Ancien Testament, Dieu avait déjà établi un ordre dans les préceptes de la Loi, pour que ceux de rang inférieur cèdent le pas aux principaux.

L'on s'explique ainsi qu'un précepte cérémoniel comme celui que nous commentons soit écarté lorsqu'il entre en conflit avec un précepte de la loi naturelle. Le précepte du sabbat n'est pas supérieur aux nécessités élémentaires de la subsistance.

Dans ce passage, le Christ enseigne quel est le sens de l'institution divine du sabbat: Dieu l'avait établi pour le bien de l'homme, pour qu'il puisse se reposer et se dédier dans la paix et la joie au culte divin. L'interprétation des pharisiens avait fait de ce jour une occasion d'angoisse et de préoccupation de par la foule des prescriptions et des prohibitions.

Le sabbat avait été établi non seulement pour que l'homme se reposât, mais aussi pour qu'il rendît gloire à Dieu: c'est là le sens authentique de l'expression «le sabbat a été fait pour l'homme» (Mc 2,27).

De plus, quand Il se déclare “maître du sabbat” (cf. Lc 6,5), Jésus manifeste ouvertement qu'Il est ce même Dieu qui a donné ce précepte au peuple d'Israël, affirmant ainsi sa divinité et son pouvoir universel. Aussi peut-Il établir d'autres lois, tout comme Yahvé dans l'Ancien Testament. Jésus peut bien se dire “maître du sabbat”, car Il est Dieu.

Demandons son aide à la Vierge pour croire et comprendre que le sabbat appartient à Dieu et qu'il est une manière —adaptée à la nature humaine— de rendre gloire et honneur au Tout-Puissant. Comme l'a écrit Saint Jean-Paul II, «le repos est une chose “sacrée”» et une occasion de «prendre conscience que tout est œuvre de Dieu».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Septembre 2021

Gospel text

(Lk 5,33-39): 

 

Some people asked Jesus, «The disciples of John fast often and say long prayers, and so do the disciples of the Pharisees. Why is it that your disciples eat and drink?». Then Jesus said to them, «You can't make wedding guests fast while the bridegroom is with them. But later the bridegroom will be taken from them and they will fast in those days».

Jesus also told them this parable, «No one tears a piece from a new coat to put it on an old one; otherwise the new will be torn and the piece taken from the new will not match the old. No one puts new wine into old wineskins; otherwise the new wine will burst the skins and be spilled, and the skins will be destroyed as well. But new wine must be put into fresh skins. Yet no one who has tasted old wine is eager to get new wine, but says: The old is good».

 

The Application

 

The society where live gives us certain regulations, so that a common life be agreeable to all. It is here that some of us get so obsessed (in the family, society, office etc.) and when they have certain authority and power, wish to impose, what they think as ideal and good to everyone, without taking the sensibility or priority of the other into consideration.

 

Jesus invites us to look our life not in comparison of the other in the society where we live, rather, fix our attention in Him and in the will of the Father. For this, Jesus asks us to discern life and evaluate the way we manage it. He wishes that everything begins and ends in God. In God we will find stability, for the whole of creation depends on Him. Even though the world He has created is good, everything in it is not good for all.

 

Thus, He warns us that it is not wise for us to format our lives according to the desires or orientation of this world. It must be formatted according to the divine will and the talents and capacity that God has showered on us, to accomplish His will. The divine wisdom will help us to discern and choose well. So, it is not a question of fasting or not fasting, nor is it a question of the new or the old. For God, the whole creation is good in Him and in Him, everything is fine for us. The rest are secondary in nature and we should learn to ignore the unimportant elements of life.

Action of the day: Discern according to the divine will.

«You can't make wedding guests fast while the bridegroom is with them»

 

Fr. Frederic RÀFOLS i Vidal

(Barcelona, Spain)

 

Today, while pondering over the Gospel, we can detect the trap prepared by the Pharisees and masters of the Law, when they twist an important question: they simply oppose the fasting and praying of the Pharisees and John’s disciples to the eating and drinking of Jesus' disciples.

Jesus Christ tells us there is a time to pray and fast and a time to eat and drink. Which means the same person that prays and fasts is who eats and drinks. We can appreciate that in our daily life: let us watch the simple joy of a family, maybe our own family. But, later on, tribulations may visit them. The persons are the same, but circumstances differ: «You can't make wedding guests fast while the bridegroom is with them. But later they will...» (Lk 5:34).

Timing is everything; there is a time under the sky for everything: «A time to rend, and a time to sew» (Eccles 3:7). These words uttered by a learned man of the Old Testament, certainly not the most optimistic one, almost coincide with the simple parable of the torn coat. And, to a certain extent, they probably coincide with our own experience. Our mistake appears when at the time of sewing, we tear and at the time of tearing, we sew. Then, everything goes wrong.

We are aware that, along with Jesus Christ, we shall reach the glory of Resurrection through his passion and death, and that no other way is God's way. Precisely, Simon Peter is scolded when he tries to lead the Lord away from the only way: «You are not setting your mind on the things of God, but on the things of men» (Mt 16:23). If we can enjoy a few moments of peace and joy, let us make the most out of it. There will probably come other moments when we shall have to fast for good. The only difference is that, thanks God, we shall always have the bridegroom beside us. And this is what the Pharisees did not know and, maybe, this is why in the Gospel they always appear as such bad-tempered persons. Therefore, and as far as we are concerned, let us avoid being bad-tempered, while admiring the Lord's soft irony, which can be gathered from today's Gospel.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Septembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 5,33-39): 

 

On disait un jour à Jésus: «Les disciples de Jean jeûnent souvent et font des prières; de même ceux des pharisiens. Au contraire, tes disciples mangent et boivent!». Jésus leur dit: «Est-ce que vous pouvez faire jeûner les invités de la noce, pendant que l'Époux est avec eux? Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé: ces jours-là, ils jeûneront».

Et il dit pour eux une parabole: «Personne ne déchire un morceau à un vêtement neuf pour le coudre sur un vieux vêtement. Autrement, on aura déchiré le neuf, et le morceau ajouté, qui vient du neuf, ne s'accordera pas avec le vieux. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, le vin nouveau fera éclater les outres, il se répandra et les outres seront perdues. Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. Jamais celui qui a bu du vieux ne désire du nouveau. Car il dit: ‘C'est le vieux qui est bon’».

 

L’Application

 

Nous devons donner la priorité à la vie, la vie en Dieu. Grâce à cette vie donnée gratuitement et reçue gracieusement, l'homme prend une place importante dans la société, car la vie en lui est capable de donner naissance à une vie, mais aussi de faire disparaître l'autre. Dans notre vie relationnelle et sociale, nous devons être attentifs au fait que notre vie donne naissance à l'autre.

Pour cela, Jésus nous invite à discerner la vie et la manière dont nous la gérons. Que tout commence et finit en Dieu. En Dieu, nous trouverons la stabilité, car toute la création dépend de lui. Pourtant, il n'est pas sage pour nous de formater notre vie selon les désirs ou l'orientation de ce monde. Elle doit être formatée en fonction de la volonté divine. Celle-ci nous aidera à discerner et à bien choisir. Il ne s'agit donc pas de jeûner ou de ne pas jeûner, ni de faire du neuf ou de l'ancien. Pour Dieu, toute la création est bonne en Lui et en Lui, tout est bien pour nous. 

«Est-ce que vous pouvez faire jeûner les invités de la noce, pendant que l¨'Époux est avec eux?»

 

Abbé Frederic RÀFOLS i Vidal

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, dans notre réflexion sur l'Évangile de ce jour, nous voyons comment les pharisiens et les maîtres de la loi trichent quand ils tergiversent une question importante: ils opposent le jeûne et le temps de prière des disciples de Jean et des pharisiens au boire et au manger des disciples de Jésus.

Jésus nous dit que dans la vie il y a un temps pour jeûner et pour prier et qu'il y a un temps pour boire et manger. C'est bien cela: la personne qui prie et jeûne est aussi celle qui boit et mange. Nous le voyons dans la vie de tous les jours: contemplons la joie simple d'une famille, peut-être même la nôtre. Et nous voyons, qu'à un autre moment les tribulations lui rendent visite. Les sujets sont les mêmes, mais chaque chose a son temps: «Est-ce que vous pouvez faire jeûner les invités de la noce, pendant que l'Époux est avec eux?» (Lc 5,34).

Il y a un moment pour tout: sous le ciel il y a un temps pour chaque chose: «Un temps pour déchirer, et un temps pour coudre» (Qo 3,7). Ces paroles exprimées par un sage de l'Ancien Testament, pas des plus optimistes, coïncident presque avec la parabole du vêtement rapiécé. Et coïncident sûrement d'une certaine manière avec nos propres expériences. L'erreur c'est que pendant le temps de déchirer nous cousions et que pendant le temps de coudre nous déchirions, à ce moment là plus rien ne va.

Nous savons que comme Jésus, nous arriverons à la gloire de la résurrection par la mort et par la passion et tout autre chemin n'est pas le chemin de Dieu. Précisément, Simon Pierre est grondé quand il veut éloigner le Seigneur du “chemin unique”: «tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes» (Mt 16,23) Si nous pouvons profiter de moments de paix et de joie, profitons-en. Nous aurons certainement de durs moments de jeûne. La seule différence c'est que, par chance, nous aurons toujours l'Epoux avec nous. C'est cela que les Pharisiens ne savaient pas et c'est peut-être pour cela que dans l'Évangile on nous les présente presque toujours comme des personnes de mauvaise humeur. En admirant la douce ironie du Seigneur qui émane de l'Évangile d'aujourd'hui, essayons surtout de ne pas être des personnes de mauvaise humeur.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Septembre 2021

Gospel text

(Lk 5,1-11): 

 

One day, as Jesus stood by the Lake of Gennesaret, with a crowd gathered around him listening to the word of God, He caught sight of two boats left at the water's edge by the fishermen now washing their nets. He got into one of the boats, the one belonging to Simon, and asked him to pull out a little from the shore. There He sat and continued to teach the crowd.

When He had finished speaking He said to Simon, «Put out into deep water and lower your nets for a catch». Simon replied, «Master, we worked hard all night and caught nothing. But if you say so, I will lower the nets». This they did and caught such a large number of fish that their nets began to break. They signaled their partners in the other boat to come and help them. They came and filled both boats almost to the point of sinking. Upon seeing this, Simon Peter fell at Jesus' knees, saying, «Leave me, Lord, for I am a sinful man!». For he and his companions were amazed at the catch they had made and so were Simon's partners, James and John, Zebedee's sons. Jesus said to Simon, «Do not be afraid. You will catch people from now on». So they brought their boats to land and followed him, leaving everything.

 

The Application

 

(A meditation)

O  Peter, come with me, leaving behind you net and people, and let’s walk together. I may be a carpenter, but still you will listen to me. I know that you are tired of full night work, without any hope. However, you will listen to me and help me to preach. Are you ready to listen to Jesus?

 

Peter, you may be thinking that the preaching I did, it was meant for the people. In truth, it was for you. I am happy that in silence and discretion, you were with me, and following my teaching, taking them very deep into your heart.  Do you listen to Jesus?

 

Peter, I do appreciate your courage to listen to me. May be I have asked you to do little more than your capacities, as you keep thinking into your heart. In truth, you don’t know yourself, and your capacity. It’s here that I ask you to push the boat to the sea once again to give you hope and now to cast the net and try again, against all your disapointments and brokeness. It’s all in you and with the sea to respond to you. The whole world will listen to you, provided you are with me and do what I ask you to do. Are you ready to do something, even if they are against your will, simply because your parents, or teachers or elders ask you to do?

 

Peter, have courage. I know your weakness and also your strength. I have a lot of confidence in you and in your capacity. It is in you and in your weakness that I wish that my Church be build, so that all those who are weak like you, may find the Hope in my Church. Don’t be afraid of your weakness, that I am with you and transform you.

 

Peter, from today on, you are mine and hold on me. I have called and consecrated you. You are a roc that you yourself may not understand today. You will understand everything later. Today, follow me. Take a risk in life and with me, you won’t be disappointed. Do you wish to follow Jesus?

 

Action of the day: Be Peter today.

«Put out into deep water»

 

Fr. Pedro IGLESIAS Martínez

(Rubí, Barcelona, Spain)

 

Today, we are still surprised at how those fishermen were capable of leaving everything behind, their job, their families, to follow Jesus («They brought their boats to land and followed him, leaving everything»: Lk 5:11), precisely when He manifested himself before them as an exceptional collaborator for the business which they lived from. If Jesus of Nazareth would make the same proposal to us, in our 21st century..., would we have as much courage as those other men had?; should we be able to sense which is the true gain for us?

We Christians believe that Christ is ever present; this resurrected Christ, therefore, requests us, not only to Peter, John or James, but to George, Joe, Paula, and all of us who accept him as our Lord, that we accept him —from Luke's text— in the boat of our life for He wants to rest by our side; He requests us to let him make use of us, to allow him to show us where He wants to guide our existence to, so we can become productive amid a society which every day is more far away and in need of God's Good News. The proposal is quite attractive, we need only to know how are we, and if we really wish, to manage to get rid of our fears, of our worries about what people may “say” or “think” and set a course for deeper waters, or what is equivalent, to horizons which may be farther away than those restricting our quotidian mediocrity of anguish and disappointments. «He who stumbles on his way, no matter how little he moves forward, always gets somewhat closer to the end of his journey; but he who runs out of his way, the more he runs the farther he gets from the end of his trip» (St. Thomas Aquinas).

«Duc in altum»; «To pull out a little from the shore» (Lk 5:4): let us try not to rest by the shore of a world that lives by contemplating its navel! Our navigation through the seas of life has to take us towards the harbor on the promise land, the end of our course in this Heaven long waited for, which is a gift from the Father, but, indivisible too, the work of man —yours, mine— from the service to others in the Church's boat. Christ knows quite well the fishing grounds; it all depends upon us: or in our harbor of selfishness, or towards his horizons.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Septembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 5,1-11): 

 

Un jour, Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth; la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu. Il vit deux barques amarrées au bord du lac; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s'éloigner un peu du rivage. Puis il s'assit et, de la barque, il enseignait la foule.

Quand il eut fini de parler, il dit à Simon: «Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson». Simon lui répondit: «Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ton ordre, je vais jeter les filets». Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient. Ils firent signe à leurs compagnons de l'autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu'elles enfonçaient. A cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant: «Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur». L'effroi, en effet, l'avait saisi, lui et ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu'ils avaient prise; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, ses compagnons. Jésus dit à Simon: «Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras». Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

 

L’Application

 

Une rencontre heureuse ! Pourtant, tout a commencé par le découragement et une ouverture audacieuse, parce qu'il a choisi d'écouter un charpentier. Quel courage Pierre, que de savoir écouter le Seigneur. Si nous continuons dans notre misère, c'est parce que nous ne voulons pas écouter le Seigneur, mais plutôt les spécialistes du monde.

Pour Pierre, c'était une journée ordinaire, une journée de travail qui ne rapportait rien. C'est au milieu de cette journée de lassitude que Dieu a choisi de rencontrer Pierre. Il est monté dans sa barque et lui a demandé de s'éloigner un peu du rivage. Le rivage de ses misères et de ses découragements. Et de jeter ses filets au large, vers la mer de la grâce et de la bénédiction. Très souvent, nous entendons cela de la part d'hommes de foi. Ils ont découvert la présence divine et son accompagnement dans leur désolation et leur misère du jour. Heureusement, ils ont écouté le Seigneur, à contre-courant et contre la sagesse du monde, l'intelligence humaine. " Maître, nous avons peiné toute la nuit et nous n'avons rien attrapé ; mais à ton commandement, je vais jeter les filets ".

Là, tout change, par cette écoute, par l'obéissance et la fidélité. Faites ce qu'il vous dit. Si nous le faisons, il nous montrera non seulement notre faiblesse, pour que nous grandissions en lui, mais aussi son projet et sa confiance en nous : " N'aie pas peur, désormais tu prendras des hommes ". N'ayons donc pas peur, de le suivre.

«Avance au large»

 

Abbé Pedro IGLESIAS Martínez

(Rubí, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, encore, nous sommes surpris de constater que ces pécheurs furent capables de quitter leur travail, leur famille et de suivre Jésus («laissant tout, ils le suivirent»: Lc 5,11) précisément au moment où Celui-ci se présente à leurs yeux comme un collaborateur d'exception dans le négoce qui assure leur subsistance. Si Jésus de Nazareth nous faisait la même proposition, en notre XXIe siècle…, aurions-nous le courage de ces hommes? Serions-nous capables de saisir où est le véritable gain?

Nous, chrétiens, nous croyons que le Christ est éternel présent; par conséquent, ce Christ qui est ressuscité demande, non plus à Pierre, à Jean ou à Jacques, mais à Georges, à Emmanuel ou à Paula, à chacun de ceux qui le confessent comme leur Seigneur, Il demande, je le répète, sur la base du texte de Luc, de le prendre dans la barque de notre vie, car Il veut se reposer à nos côtés; Il nous demande de le laisser se servir de nous, de lui permettre de nous montrer vers où orienter notre existence pour être féconds au milieu d'une société nécessiteuse de la Bonne Nouvelle, dont elle s'éloigne pourtant chaque fois davantage. La proposition est attirante, il ne nous manque qu'à savoir et à vouloir nous défaire de nos craintes, de nos préjugés et de mettre le cap vers des eaux plus profondes ou, ce qui revient au même, vers des horizons plus lointains que ceux qui limitent notre médiocre quotidien fait d'angoisses et de découragements. «Celui qui peine sur la route, pour peu qu'il avance, se rapproche du but; celui qui court hors du chemin, plus il court, plus il s’éloigne du but» (saint Thomas d'Aquin).

«Duc in altum», «Avance au large» (Lc 5,4): Ne restons pas sur les bords d'un monde qui vit en se regardant le nombril! Notre navigation sur les mers de la vie doit nous emmener à jeter l'ancre dans la terre promise, fin de notre traversée vers ce Ciel espéré, cadeau du Père mais aussi —indivisiblement— travail de l'homme —le tien, le mien— au service des autres dans la barque de l'Église. Le Christ connaît bien les fonds, tout dépend de nous: ou bien le port de notre égoïsme, ou bien ses horizons à Lui.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Août 2021

Gospel text

(Lk 4,38-44): 

 

Leaving the synagogue, Jesus went to the house of Simon. His mother-in-law was suffering from high fever and they asked him to do something for her. Bending over her, He rebuked the fever, and it left her. Immediately she got up and waited on them. At sunset, people suffering from many kinds of sickness were brought to Jesus. Laying his hands on each one, He healed them. Demons were driven out, howling as they departed from their victims, «You are the Son of God!». He rebuked them and would not allow them to speak, for they knew He was the Messiah.

Jesus left at daybreak and looked for a solitary place. People went out in search of him and, finding him, they tried to dissuade him from leaving. But He said, «I have to go to other towns to announce the good news of the kingdom of God. That is what I was sent to do». So Jesus continued to preach in the synagogues of the Jewish country.

 

The Application

 

Everything seems to fine and all are searching for Christ. However, it’s strange for us to understand why Jesus has decided to leave this place and moved towards another direction. I do remember when Toyota has decided to stop the production of Qualis and favoured Innova.

 

Whatever may be the outcome, what is important for us in our daily life is to look at Jesus. The gospel says that He was in contemplation with the Father. It is in this prayer and contemplation that Jesus moved from here to other place. We shouldn’t fail to notice that it was in this same prayer that He came here.

 

We find difficult to understand the divine plan in every part of life. We wish to continue when everything goes on fine. If we are ready to accept this divine invitation (interruption), to start or to end, to go or to stop, then in later days, we will understand the divine goodness that God has prepared for us. How can you taste the precious divine gifts, if you refuse to enter in to hall where He has prepared everything for you?

 

Many of us search God outside like St. Augustin, where we are at ease, whereas, Jesus invites us to enter in. Enter into ourselves and into the divine plan for us.  It is in this obedience and faithfulness to God, that we cooperate in the divine accomplishment. It is here that people will glorify God. Let us thus imitate Jesus, His words and deeds, particularly the PERSON. We are all called, consecrated and sent through our baptism.

 

Action of the day: Remember your baptismal vocation.

 

 

Daily Quote from the Early Church Fathers: Jesus the Chief

 

Physician, by Jerome (347-420 AD)

 

"'Now Simon's mother-in-law was kept in her bed sick with a fever.' May Christ come to our house and enter in and by his command cure the fever of our sins. Each one of us is sick with a fever. Whenever I give way to anger, I have a fever. There are as many fevers as there are faults and vices. Let us beg the apostles to intercede for us with Jesus, that he may come to us and touch our hand. If he does so, at once our fever is gone. He is an excellent physician and truly the chief Physician. Moses is a physician. Isaiah is a physician. All the saints are physicians, but he is the chief Physician." (excerpt from HOMILIES ON THE GOSPEL OF MARK 75.1)

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 4,38-44): 

 

En quittant la synagogue, Jésus entra chez Simon. Or, la belle-mère de Simon était oppressée par une forte fièvre, et on implora Jésus en sa faveur. Il se pencha sur elle, interpella vivement la fièvre, et celle-ci quitta la malade. A l'instant même, elle se leva, et elle les servait. Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des infirmes atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Et Jésus, imposant les mains à chacun d'eux, les guérissait. Des esprits mauvais sortaient de beaucoup d'entre eux en criant: «Tu es le Fils de Dieu!». Mais Jésus les interpellait vivement et leur interdisait de parler parce qu'ils savaient, eux, qu'il était le Messie.

Quand il fit jour, il sortit et se retira dans un endroit désert. Les foules le cherchaient; elles arrivèrent jusqu'à lui, et elles le retenaient pour l'empêcher de les quitter. Mais il leur dit: «Il faut que j'aille aussi dans les autres villes pour leur annoncer la Bonne Nouvelle du règne de Dieu, car c'est pour cela que j'ai été envoyé». Et il se rendait dans les synagogues de Judée pour y proclamer la Bonne Nouvelle.

 

L’Application

 

C'est l'Esprit Saint qui a conduit Jésus vers nous. C'est le même Esprit qui l'a conduit dans le désert. Aujourd'hui, après avoir vécu un moment contemplatif avec son Père, Jésus a choisi de quitter ce lieu, d'aller vers un autre, pour que l'Évangile soit annoncé à tous. Jésus nous invite à vivre ce moment contemplatif avec Dieu, dans le silence intérieur, surtout avant et après chaque moment de la vie.

Pour moi personnellement, chaque sortie de Jésus est une entrée pour les autres. Que nos sorties et entrées soient inspirées par l'Esprit Saint, par cette rencontre divine. Nous devons accepter humblement que nous ne pouvons pas toujours comprendre pourquoi le Seigneur nous demande de sortir ou d'entrer, de commencer ou de terminer, surtout quand tout semble aller bien. Une fois que, par notre confiance en Dieu, cette invitation est gracieusement acceptée, Dieu nous fera découvrir peu à peu ses œuvres en nous, et combien il a besoin de nos talents, notre temps et notre personne, pour accomplir sa volonté. Tout est pour notre bien personnel et c'est par notre bonté que les autres participent à la bonté divine. 

 Quel que soit notre lieu de mission (la famille, le lieu de travail, les rencontres humaines ou sociales, etc.), imitons le Christ, sa mission et surtout sa Personne, car en Lui, dans sa Parole et dans ses actes, nous trouverons le chemin de la sainteté. Là, le monde rendra gloire à Dieu. N'oublions jamais que nous sommes tous appelés, consacrés et envoyés par notre vocation baptismale, pour nous sauver et sauver les âmes.

 

«Jésus, imposant les mains à chacun d'eux, les guérissait. Des esprits mauvais sortaient de beaucoup d'entre eux»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous regardons un contraste: ceux qui cherchent Jésus et Jésus, Lui qui guéri toute “infirmité” (à commencer par la belle-mère de Simon Pierre) en même temps: «Des esprits mauvais sortaient de beaucoup d'entre eux en criant» (Lc 4,41). C'est-à-dire: le bien et la paix, d'un côté; et le mal et le désespoir de l'autre.

Ce n'est pas la première fois que le diable est présenté en “sortant”, c'est à dire, en fuyant la présence de Dieu parmi les cris et les hurlements. Rappelons nous également le possédé du pays des Géraséniens (cf. Lc 8,26-39). Il est surprenante que le diable lui-même reconnaisse Jésus et que comme dans le cas de celui du possédé du pays des Géraséniens, ce soit lui qui vienne à sa rencontre (en colère et furieux, bien entendu, parce que la présence de Dieu dérange sa méprisable tranquillité).

Combien de fois avons-nous pensé que notre rencontre avec Jésus était une gêne! Cela nous gêne d'aller à la messe le dimanche, nous nous inquiétons du fait que nous n'avons pas prié depuis longtemps, nous sommes honteux de nos erreurs, au lieu d'aller chez le Médecin de notre âme et simplement lui demander pardon… Réfléchissons si n'est pas le Seigneur qui doit toujours venir à notre rencontre, car nous nous faisons prier pour laisser notre petit “trou” et aller à la rencontre de Celui qui est le Pasteur de nos vies! Cela s'appelle tout simplement: tiédeur.

Il y a un diagnostic pour ça: atonie; aucune pulsation dans l'âme, angoisse, curiosité désordonnée, hyperactivité, paresse spirituelle à l'égard des questions de la foi, pusillanimité; envie d'être seul… mais, il y a aussi un antidote: arrêter de se regarder soi-même et se retrousser les manches. S'engager à consacrer un moment chaque jour à Jésus (c'est ce qu'on entend par oraison), Jésus le faisait, puisque «quand il fit jour, il sortit et se retira dans un endroit désert» (Lc 4,42). S'engager à vaincre notre égoïsme sur une petite chose chaque jour pour le bien des autres (c'est ce qu'on appelle aimer). Faire le “petit-grand” engagement de vivre chaque jour en cohérence avec notre vie chrétienne.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Août 2021

Gospel text

(Lk 4,31-37): 

 

Jesus went down to Capernaum, a town of Galilee, and began teaching the people at the sabbath meetings. They were astonished at the way He taught them, for his word was spoken with authority. In the synagogue there was a man possessed by an evil spirit who shouted in a loud voice, «What do you want with us, Jesus of Nazareth? Have you come to destroy us? I recognize you: you are the Holy One of God». Then Jesus said to him sharply, «Be silent and leave this man!». The evil spirit then threw the man down in front of them and came out of him without doing him harm. Amazement seized all these people and they said to one another, «What does this mean? He commands the evil spirits with authority and power. He orders, and you see how they come out!». And news about Jesus spread throughout the surrounding area.

 

The Application

 

Jesus speaks to us with authority, an authority that comes down from heaven. All the baptised are called to act with the same authority, because it is the same Holy Spirit who leads us. To be led by the Holy Spirit is synonymous with a conduct filled with love and charity. Since God is love, in this love, even in our humanity, we can act divinely.  

 

The holy NAME of Jesus and His Word have a power that makes even the devil obey Jesus. We are all called to act in the name of Jesus and to use his Word, the Word that saves life. Therefore, we must pay attention to everything we say and do so that it is consistent with God's will.

 

Action of the day: Believe that the Holy Spirit lives in you.

«They were astonished at the way He taught them, for his word was spoken with authority»

 

Fr. Joan BLADÉ i Piñol

(Barcelona, Spain)

 

Today, we can see how his teaching activity was Jesus' central mission of his public life. Jesus' preaching, however, was very different to others, and this surprised and amazed people. Despite the fact Jesus had not studied (cf. Jn 7:15), He, certainly, befuddled the Jews with his teachings, «for his word was spoken with authority» (Lk 4:32). His style of speech had the authority of he who knows He is the “Saint of God”.

It was precisely such authority in his speech that gave strength to his language. He used living and specific images, without any syllogisms or definitions; words and images He pulled out from the very nature or, more often than not, from the Holy Scriptures. Jesus was, no doubt, a good observer, a man close to human situations: while we can watch him teaching, we can also see him so close to people doing good to them (healing their sicknesses, driving out evil spirits, etc.). In the book of everyday life He read those experiences that, later on, He would use in his teachings. Despite this elementary and “basic” material, the Lord's word was always profound and perturbing, radically new and definite.

The greatest thing about Jesus Christ's speech was how He could combine his divine authority with the most incredible human simplicity. Both authority and simplicity were possible in Jesus thanks to his knowledge of the Father and his relation of amorous obedience with Him (cf. Mt 11:25-27). It is this especial relationship with the Father that explains that unique harmony between greatness and humility. The authority of his speech did not adjust to human parameters; there was no competition, no personal interest or glitter. It was the kind of authority manifested both by the sublimity of the word and its humility and simplicity. There was never in his lips any personal praise, haughtiness or shouting. Mansuetude, gentleness, understanding, peace, truth, light, justice..., this was the aroma surrounding the authority of his teachings.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 4,31-37): 

 

Jésus descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il y enseignait, le jour du sabbat. On était frappé par son enseignement parce que sa parole était pleine d'autorité. Or, il y avait dans la synagogue un homme possédé par un esprit démoniaque, qui se mit à crier d'une voix forte: «Ah! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth? Es-tu venu pour nous perdre? Je sais fort bien qui tu es: le Saint, le Saint de Dieu!». Jésus l'interpella vivement: «Silence! Sors de cet homme!». Alors le démon le jeta par terre devant tout le monde et sortit de lui sans lui faire aucun mal. Tous furent effrayés, et ils se disaient entre eux: «Quelle est cette parole? Car il commande avec autorité et puissance aux esprits mauvais, et ils sortent!». Et la réputation de Jésus se propagea dans toute la région.

 

L’Application

 

Jésus nous parle avec autorité, une autorité qui descend du ciel. Tous les baptisés sont appelés à agir avec la même autorité, car c'est le même Esprit Saint qui nous conduit. Être conduit par l'Esprit Saint est synonyme d'une conduite remplie d'amour et de charité. Puisque Dieu est amour, dans cet amour, même dans notre humanité, nous pouvons agir divinement.  

Le saint NOM de Jésus et sa Parole ont une puissance qui fait que même le diable obéit à Jésus. Nous sommes tous appelés à agir au nom de Jésus et à utiliser sa Parole, la Parole qui sauve la vie. Par conséquent, nous devons faire attention à tout ce que nous disons et faisons afin que cela soit conforme à la volonté de Dieu.

«On était frappé par son enseignement parce que sa parole était pleine d'autorité»

 

Abbé Joan BLADÉ i Piñol

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous voyons comment l'enseignement fut le centre de la mission de Jésus dans sa vie publique. Mais la prédication de Jésus était très différente de celle des autres maîtres de la loi et cela faisait que les gens étaient dans la confusion et dans l'admiration. C'est clair que bien que Jésus n'avait jamais fait des études Il déconcertait par son enseignement car Il «parlait avec autorité». Sa façon de parler avait l'autorité de celui qui sait qu'Il est “le Saint de Dieu”.

Précisément, cette autorité dans sa façon de parler était ce qui donnait de la force à son langage. Il utilisait des images vives et concrètes, sans syllogismes ni définitions; paroles et images qu'Il tirait de la nature ou des Saintes Ecritures. Il n'y a pas de doute que Jésus était un bon observateur, et très proche des situations humaines en tous genres: en même temps que nous le voyons en train d'enseigner, nous le voyons en train de faire le bien autour de Lui (guérison des malades, expulsion des démons, etc.). Il lisait dans le livre de la vie de tous les jours, des expériences de tous les jours qu'il utilisait pour enseigner. Même si ce matériel était basique et rudimentaire, la parole du Seigneur était toujours d'une grande profondeur, inquiétante, tout à fait nouvelle, définitive.

La chose la plus grande dans la manière de parler de Jésus était qu'Il conciliait l'autorité divine avec la plus incroyable simplicité humaine. Autorité et simplicité étaient possibles pour Jésus grâce à sa connaissance du Père et à la relation d'obéissance amoureuse qu'Il entretenait avec Lui (cf. Mt 11,25-27). C'est précisément cette relation avec le Père qui explique l'harmonie unique entre la grandeur et l'humilité. L'autorité de son langage ne s'ajustait pas du tout aux paramètres humains, Il n'y avait aucune concurrence, aucun intérêt personnel ou empressement de se montrer. C'était une autorité qui se manifestait tant par le sublime de ses paroles ou ses actions que par son humilité et sa simplicité. De sa bouche ne sortaient pas des éloges personnels, ni de l'arrogance, ni des cris… Mansuétude, douceur, compréhension, paix, sérénité, miséricorde, vérité, lumière, justice… voici les parfums qu'exhalait l'autorité de son enseignement.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0