Publié le 11 Février 2021

Gospel text

(Mk 7,31-37): 

 

Again Jesus set out; from the country of Tyre, passed through Sidon and, skirting the sea of Galilee, he came to the territory of Decapolis. There a deaf man who also had difficulty in speaking was brought to him. They asked Jesus to lay his hand upon him. Jesus took him apart from the crowd, put his fingers into the man's ears and touched his tongue with spittle. Then, looking up to heaven, he groaned and said to him, «Epheta», that is, be opened.

And his ears were opened, his tongue was loosened, and he began to speak clearly. Jesus ordered them not to tell anyone, but the more he insisted on this, the more they proclaimed it. The people were completely astonished and said, «He has done all things well; he makes the deaf hear and the dumb speak».

 

Application

 

Jesus did not come to perform miracles. Yet he was open and adopted to the needs of the people. We need this openness and to know how to respond positively to the needs of all.

 

Today's Gospel presents us not only with divine generosity, but also with the cooperation of all. This is the missionary aspect; bringing everyone to the Lord.

 

The third element is very important, that of witness. We live in a society that is weak and is always looking for the palpable and visible elements to believe. We know that the spiritual elements are not palpable either. However, with our life, full of love and mercy, living the Gospel in joy, we can bring this palpable and visible element to the world, so that it may believe that God is alive and that He is with us. Saint John in his letter tells us, that others may know through our life of love that we are Christians.

 

Action of the day: Be a witness of divine love and mercy.

«He has done all things well»

 

+ Fr. Joan MARQUÉS i Suriñach

(Vilamarí, Girona, Spain)

 

Today, the Gospel presents us with a miracle of Jesus: he makes the deaf hear and the mute speak. The people was astonished and said: «He has done all things well» (Mk 7:37).

This is Jesus' biography as narrated by his contemporaries. A short but complete biography. Who is this Jesus? He is who has done all things well. In the double sense of the word: in the what and the how, in the substance and the manner. He is who has only done good deeds, and who has done them well, perfectly and properly finished. Jesus is a person that does everything well, because He does only good works, and those He does, He delivers well finished. He does not leave anything unfinished; nor does He leave it to be finished later on.

—Why don't you also try to leave everything ready now: your prayers; treating your family and other people; your work; the apostolate; your diligence to develop yourself both spiritually and professionally... Be demanding with yourself, and be also demanding, softly, but demanding, with those depending upon you. Do not tolerate any shoddiness. God dislikes them and they bother your fellowmen. Do not take this attitude just to pretend, nor because this procedure is the most profitable one, even from a human point of view; do it because God does not like “bad” works nor “good” things done badly. The Holy Scripture asserts: «The works of God are perfect» (Deut 32:4). And the Lord, through Moses, tells the People of Israel: «Do not bring anything with a defect, because it will not be accepted on your behalf» (Lev 22:20). Ask for the maternal help of the Virgin Mary, as Jesus also did.

Saint Josemaria offers us the secret to succeed: «Do what you should and watch what you do».
Is this how you behave?

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 11 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 7,31-37): 

 

Jésus quitta la région de Tyr; passant par Sidon, il prit la direction du lac de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole. On lui amène un sourd-muet, et on le prie de poser la main sur lui. Jésus l'emmena à l'écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, prenant de la salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit: «Effata!», c'est-à-dire: «Ouvre-toi!».

Ses oreilles s'ouvrirent; aussitôt sa langue se délia, et il parlait correctement. Alors Jésus leur recommanda de n'en rien dire à personne; mais plus il le leur recommandait, plus ils le proclamaient. Très vivement frappés, ils disaient: «Tout ce qu'il fait est admirable: il fait entendre les sourds et parler les muets».

 

L’Application

 

Jésus n'est pas venu pour faire des miracles. Pourtant, il était ouvert et adopté aux besoins du peuple. Nous avons besoin de cette ouverture et de savoir comment répondre positivement aux besoins de tous.

L'Évangile d'aujourd'hui nous présente non seulement la générosité divine, mais aussi la coopération de tous. C'est l'aspect missionnaire ; amener tout le monde au Seigneur.

Le troisième élément est très important, celui du témoignage. Nous vivons dans une société qui est faible et qui est toujours à la recherche des éléments palpables et visibles pour croire. Nous savons que les éléments spirituels ne sont pas non plus palpables. Pourtant, par notre vie, pleine d'amour et de miséricorde, en vivant l'Évangile dans la joie, nous pouvons apporter cet élément palpable et visible au monde, afin qu'il croie que Dieu est vivant et qu'il est avec nous. Saint Jean dans sa lettre nous dit, que d'autres puissent savoir par notre vie d'amour que nous sommes chrétiens.

«Tout ce qu'il fait est admirable»

 

+ Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach

(Vilamarí, Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Evangile nous présente un miracle de Jésus: il redonna l'ouïe et délia la langue d'un sourd-muet. Les gens étaient en admiration et se disaient: «Tout ce qu'il fait est admirable» (Mc 7,37).

Voici la biographie de Jésus faite par ses contemporains. Une biographie succincte et complète. Qui est Jésus? C'est celui qui a tout fait admirablement. Dans le double sens du mot: qui et comment, dans la substance et dans la manière. C'est celui qui n'a fait que des bonnes choses et celui qui a bien fait ce qu'il a fait, d'une manière parfaite, finie. Jésus est une personne qui fait tout de manière admirable, parce qu'il n'a fait que des bonnes actions et parce qu'il finit ce qu'il fait. Il ne délivre rien à moitié fait, et il ne laisse rien de coté pour le finir après.

Essaie, toi aussi de laisser tout entièrement prêt: la prière, le contact avec les autres y compris les parents, le travail, l'apostolat, la diligence à se former spirituellement et professionnellement; etc. Sois exigent envers toi-même, et, d'une manière plus douce, de ceux qui dépendent de toi. Ne tolère pas les choses faites à moitié. Cela ne plait pas à Dieu et ça dérange les autres. N'opte pas pour cette attitude uniquement pour faire bonne impression, ou parce que cette attitude est la plus rentable, y compris humainement, mais parce que Dieu n'aime pas les mauvaises actions ni les “bonnes” œuvres mal faites. Les Saintes Écritures affirment: «son œuvre est parfaite» (Dt 32,4). Et le Seigneur, par l'intermédiaire de Moïse, déclare au peuple d'Israël: «Vous n'en offrirez aucune (offrande) qui ait un défaut, car elle ne serait pas agréée» (Lev 22,20). Demande donc l'aide maternelle de la Sainte Vierge Marie. Comme Jésus, Elle a tout fait admirablement.

Saint Josemaría nous donne le secret pour réussir: «fais ce que tu dois et applique-toi dans ce que tu fais». Est-ce ta façon d'agir?

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 10 Février 2021

Our Lady of Lourdes

 

http://joeterrycmf.com/2021/02/our-lady-of-lourdes.html

 

Gospel text

(Mk 7,24-30): 

 

Jesus went to the border of the Tyrian country. There He entered a house and did not want any­one to know He was there, but He could not remain hidden. A woman, whose small daughter had an evil spirit, heard of him and came and fell at his feet. Now this woman was a pagan, a Syrophoenician by birth, and she begged him to drive the demon out of her daughter. Jesus told her, «Let the children be fed first, for it is not right to take the children's bread and throw it to the dogs». But she replied, «Sir, even the dogs un­der the table eat the crumbs from the children's bread». Then Jesus said to her, «You may go your way; because of such a reply the demon has gone out of your daughter». And when the wo­man went home, she found her child lying in bed and the demon gone.

 

The Application

 

I do not wish to enter into the dialogue of Jesus and this lady. Rather, I would like to discover the depth of this woman's faith and how Jesus responded to this expression of faith. It was faith that brought this lady to Jesus and it was this same faith that helped her to stay with Jesus and to persist in her request.  For a baptised person, faith is the source and strength of daily life, especially in difficult times.

 

 

 

Very often we imagine that all our supplication is the true prayers and they deserve to be fulfilled. One can easily cite them as the prayer for peace and reconciliation in the world, which we can say without any hesitation, which are a just prayer according to the divine will. At the same time we forget the preservation and commitment of each and every one of us, and our own cooperation with God, so that peace and reconciliation can find an important place in our society.  Since we have a God who gives great importance to the personal freedom of each and every one of us, He cannot act in a dictatorial way (which we would like), so that we can have peace. In order that our prayer, which is right according to the divine will, may be fulfilled, God grants humanity freedom of choice and discernment, patience with difference, cooperation of all and perseverance in our prayers, which are closely linked to each other.

 

Action of the day : Deepen your faith et perseverance, just like the mother of this little girl.

 

 

«A woman, whose small daughter had an evil spirit, heard of him and came and fell at his feet»

 

Fr. Enric CASES i Martín

(Barcelona, Spain)

 

Today, we see the faith of a woman that did not belong to God's chosen people, but trusted Jesus could cure her daughter. That mother «was a pagan, a Syrophoenician by birth, and she begged him to drive the demon out of her daughter» (Mk 7:26). Pain and love bring her to insistently beg, ignoring scorn, delays or indignities. And she gets what she is asking for, as she «went home, and she found her child lying in bed and the demon gone» (Mk 7:30).

Saint Augustine used to say that our prayers are not heard because we ask «aut mali, aut male, aut mala». “Mali”, because we are evil, for that our personal dispositions are not good, or they are bad, and we should be asking for, in the first place, to become good; “male” because we pray badly, without faith, not persevering, not humbly; “mala” because we ask for bad things, that is, things which are not good for us, things which can harm us. In the last analysis, prayer is ineffective when it is not true prayer. Therefore, «Pray. In what human venture could you have greater guarantee of success?» (Josemaria Escrivà). The Syrophenician woman is a good mother; she was begging something good («she begged him to drive the demon out of her daughter») and she begged rightly («and came and fell at his feet»).

Our Lord wants us to use insistently the petition prayer or prayer of faith. There are, indeed, other kinds of prayers —worship, salvation, prayer of thanks—, but Jesus insists very much on our often using the petition prayer.

Why? Many could be the reasons: because we need God's help to attain our greatest aim; because it expresses hope and love; because it is a clamor of faith. But there is also a motive that, perhaps, is sometimes ignored: God wants things to be a little as we like them. Thus, our petition —which is an act of freedom— along with God's omnipotent power, can contribute to make the world as God wishes and a little as we wish, too. The power of prayer is just wonderful!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 10 Février 2021

Notre Dame de Lourde

http://joeterrycmf.com/2021/02/notre-dame-de-lourdes.html

Texte de l'Évangile

(Mc 7,24-30): 

 

En partant de là, Jésus se rendit dans la région de Tyr. Il était entré dans une maison, et il voulait que personne ne sache qu'il était là; mais il ne réussit pas à se cacher. En effet, la mère d'une petite fille possédée par un esprit mauvais avait appris sa présence, et aussitôt elle vint se jeter à ses pieds. Cette femme était païenne, de nationalité syro-phénicienne, et elle lui demandait d'expulser le démon hors de sa fille. Il lui dit: «Laisse d'abord les enfants manger à leur faim, car il n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens». Mais elle lui répliqua: «C'est vrai, Seigneur, mais les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des petits enfants». Alors il lui dit: «A cause de cette parole, va: le démon est sorti de ta fille». Elle rentra à la maison, et elle trouva l'enfant étendue sur le lit: le démon était sorti d'elle.

 

L’Application

 

 

Je ne souhaite pas entrer dans le dialogue de Jésus et de cette dame. J'aimerais plutôt découvrir la profondeur de la foi de cette femme et la façon dont Jésus a répondu à cette expression de foi. C'est la foi qui a amené cette femme à Jésus et c'est cette même foi qui l'a aidée à rester avec Jésus et à persister dans sa demande.  Pour une personne baptisée, la foi est la source et la force de la vie quotidienne, surtout dans les moments difficiles.

 

Très souvent, nous imaginons que toutes nos supplications sont les vraies prières et qu'elles méritent d'être exaucées. On peut facilement les citer comme la prière pour la paix et la réconciliation dans le monde, que nous pouvons dire sans aucune hésitation, qui sont une prière juste selon la volonté divine. En même temps, nous oublions la préservation et l'engagement de chacun d'entre nous, ainsi que notre propre coopération avec Dieu, afin que la paix et la réconciliation puissent trouver une place importante dans notre société.  Puisque nous avons un Dieu qui accorde une grande importance à la liberté personnelle de chacun d'entre nous, il ne peut pas agir de manière dictatoriale (ce que nous souhaiterions), afin que nous puissions avoir la paix. Afin que notre prière, qui est juste selon la volonté divine, puisse être accomplie, Dieu accorde à l'humanité la liberté de choix et de discernement, la patience avec la différence, la coopération de tous et la persévérance dans nos prières, qui sont étroitement liées les unes aux autres.

 

 «Elle vint se jeter à ses pieds… elle lui demandait d'expulser le démon hors de sa fille»

 

Abbé Enric CASES i Martín

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, on nous montre la foi d'une femme qui n'appartenait pas au peuple choisi, mais qui croyait que Jésus pouvait guérir sa fille. En effet, cette mère de famille: «était païenne, de nationalité syro-phénicienne, et elle lui demandait d'expulser le démon hors de sa fille» (Mc 7,26). La douleur et l'amour la font demander avec insistance, sans se soucier du mépris, des retards, de l'indignité subis. Et elle obtient gain de cause, puisque: «Elle rentra à la maison, et elle trouva l'enfant étendue sur le lit: le démon était sorti d'elle». (Mc 7,30)

Saint Augustin disait que nombreux sont ceux qui n'obtiennent pas ce qu'ils veulent car ils sont «aut mali, aut male, aut mala». Ou ils sont mauvais et ce qu'ils devraient demander d'abord c'est de devenir bons; ou bien, ils demandent d'une mauvaise manière, sans insistance, au lieu de le faire avec patience, humilité, foi et par amour; ou ils demandent des choses mauvaises qui, s'ils les recevaient, nuiraient à l'âme ou au corps ou aux autres. Il faut, donc, s'efforcer de demander d'une bonne manière. Cette femme syro-phénicienne est une bonne mère, elle demande quelque chose de bon («d'expulser le démon hors de sa fille») et elle le demande bien («elle vint se jeter à ses pieds»).

Le Seigneur nous pousse à utiliser avec persévérance la prière de la requête. C'est clair, qu'il existe d'autres types de prières —l'adoration, la expiation, la prière de gratitude—, mais Jésus insiste sur le fait qu'il faut pratiquer beaucoup la prière de la requête.

Pourquoi? Il doit y avoir beaucoup de raisons: parce que nous avons besoin de l'aide de Dieu pour atteindre nos objectifs, parce qu'elle exprime espérance et amour, parce qu'elle proclame notre foi. Mais il existe une autre raison que nous ne prenons pas tellement en compte: Dieu veut que les choses soient un peu comme nous les voulons. De cette manière, notre prière —qui est un acte libre— unie à la liberté toute puissante de Dieu, fait que le monde soit comme Dieu le veut et un peu comme nous le voulons. Le pouvoir de la prière est vraiment merveilleux!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 10 Février 2021

11th of February

 

http://joeterrycmf.com/2021/02/11th-of-feburary.html

 

Gospel text

(Jn 2,1-11): 

 

There was a wedding at Cana in Galilee and the mother of Jesus was there. Jesus was also invited to the wedding with his disciples. When all the wine provided for the celebration had been served and they had run out of wine, the mother of Jesus said to Him, «They have no wine». Jesus replied, «Woman, what concern is that to you and me? My hour has not yet come». However His mother said to the servants, «Do whatever he tells you».

Nearby were six stone water jars meant for the ritual washing as practiced by the Jews; each jar could hold twenty or thirty gallons. Jesus said to the servants, «Fill the jars with water». And they filled them to the brim. Then Jesus said, «Now draw some out and take it to the steward». So they did. The steward tasted the water that had become wine, without knowing from where it had come; for only the servants who had drawn the water knew. So, he called the bridegroom to tell him, «Everyone serves the best wine first and when people have drunk enough, he serves that which is ordinary. Instead you have kept the best wine until the end».

This miraculous sign was the first, and Jesus performed it at Cana in Galilee. In this way He let his Glory appear and his disciples believed in Him.

 

The Application

 

The presence of Mary, the Mother of God at Cana is an assurance to all the baptised, especially to all those whom they invite her to their feasts. We must invoke her name, without any moderation, just as we invoke our biological mother. Like all maternity in our families, Mary's maternity in our spiritual life,  helps us to approach the fatherhood of Jesus' Father.

 

 

 

Jesus on the cross gave us his mother as our mother. Like her Son, she is faithful to her mission, to become the mother of all. Her apparitions not only help us to understand the depth of God's love, but also by our faithfulness to enjoy it.  The God who loved us in Jesus, dead and risen, still accompanies us through the Marian apparitions.

 

Through these apparitions, Mary not only reveals to us the divine will, but also urges us unceasingly to obedience, which will lead us to Jesus, "Do whatever he tells you. "She would like us to become, like her divine Son, faithful to the commandment of love. "Love one another as I have loved you. »

 

 

 

Mary, on this feast day, reveals to us that she is the "Immaculate Conception" and through our sincere commitment she invites us to be pure through the primacy of God's grace.

 

Action of the day : Listen to Mary’s message to be a true son/daughter of God.

«Do whatever he tells you»

 

Fr. Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Spain)

 

Today is the feast of our Lady of Lourdes. In the Gospel Jesus is the central character, but He provides his mother with a humble role as He daily does in Lourdes, in everything that happens there. Invited to a wedding party with his disciples, Jesus, there, makes his first "sign". Mary, tactfully, realizes the need of the new spouses, and prudently lets Jesus know, by pleading for them: "They have no more wine" (Jn 2:3). While Jesus’ answer seems rather evasive, not to say negative, Mary, all the same, warns the servants "Do whatever He tells you" (Jn 2:,5). She did not know what Jesus would do, but she was probably thinking: whatever He does, He will do his best! And she was right

The outcome is already well known: the messianic abundance of the "best wine" that makes the master of the banquet to be surprised and the disciples to reaffirm their faith in Jesus.

I would like to highlight the usefulness of the simple presence of Mary in that wedding feast: with feminine thoughtfulness, she realizes what is missing, and prudently she shares it with her son. This is the beautiful undertaking of Mary in our lives and in the Church. Let us recall here Pope Francis’ words on the role of Mary, and of women in general, in the Church: "The woman is essential for the church. ”Mary, a woman, is more important than the bishops. The feminine genius is needed wherever we make important decisions".


In the Church, in our families, in our personal lives, there are many shortcomings that Mary discovers and bestows upon Jesus; and her mediation is always effective! The woman is meant to provide a similar function


But it is necessary to invite Jesus and Mary to participate in our lives. And, most than all, it is also necessary to do whatever Jesus tells us to.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 10 Février 2021

Evangile du jour

 

http://joeterrycmf.com/2021/02/le-11-fevrier.html

 

Texte de l'Évangile

(Jn 2,1-11): 

 

Trois jours plus tard, il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin; la mère de Jésus lui dit: «Ils n'ont pas de vin». Jésus lui répond: «Femme, que me veux-tu? Mon heure n'est pas encore venue». Sa mère dit aux serviteurs: «Faites tout ce qu'il vous dira».

Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs; chacune contenait environ cent litres. Jésus dit aux serviteurs: «Remplissez d'eau les cuves». Et ils les remplirent jusqu'au bord. Il leur dit: «Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas». Ils lui en portèrent. Le maître du repas goûta l'eau changée en vin. Il ne savait pas d'où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l'eau. Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit: «Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à maintenant».

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C'était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

 

L’Application

 

La présence de Marie, la Mère de Dieu à Cana, est une assurance pour tous les baptisés, en particulier pour tous ceux qu'ils l'invitent à leurs fêtes. Nous devons invoquer son nom, sans aucune modération, tout comme nous invoquons notre mère biologique. Comme toute maternité dans nos familles, la maternité de Marie dans notre vie spirituelle, nous aide à nous rapprocher de la paternité du Père de Jésus.

Jésus sur la croix nous a donné sa mère comme notre mère. Comme son Fils, elle est fidèle à sa mission, celle de devenir la mère de tous. Ses apparitions nous aident non seulement à comprendre la profondeur de l'amour de Dieu, mais aussi par notre fidélité à en jouir, nous en pouvons profiter.  Le Dieu qui nous a aimés en Jésus, mort et ressuscité, nous accompagne encore à travers les apparitions mariales.

À travers ces apparitions, Marie ne nous révèle pas seulement la volonté divine, mais elle nous exhorte sans cesse à l'obéissance, ce qui nous conduira à Jésus, "Faites tout ce qu'il vous dira". "Elle voudrait que nous devenions, comme son divin Fils, fidèles au commandement de l'amour. "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Marie, en ce jour de fête, nous révèle qu'elle est "l'Immaculée Conception" et par notre engagement sincère, elle nous invite à être purs par la primauté de la grâce de Dieu.

«Faites tout ce qu'il vous dira»

 

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui c'est la fête de la Vierge de Lourdes. Dans l'Évangile, Jésus est le personnage principal mais il laisse à sa mère un rôle humble, comme à Lourdes avec tout ce qui s'y passe tous les jours. Invité à des noces avec ses disciples, Jésus y fait son premier "signe". Marie se rend compte discrètement des besoins des nouveaux époux et prudemment elle le fait savoir à Jésus, intercédant pour eux "Ils n'ont pas de vin" (Jean 2,3). Bien que la réponse ait semblé plutôt évasive, pour ne pas dire négative, Marie a tout de suite prévenu les serviteurs : "Faites ce qu'Il vous dira" (Jean 2,5). Elle ne savait pas ce que ferait Jésus, mais elle devait penser : Quoi qu'Il fasse, Il fera ce qu'il y a de mieux ! Elle ne se trompait pas.

Nous en connaissons déjà le résultat : une grande abondance messianique du "meilleur vin" qui étonne le goûteur et renforce la foi des disciples en Jésus.

Je voudrais souligner l'efficacité de la simple présence de Marie pendant les noces : avec sa sensibilité féminine, elle découvre ce qui manque et prudemment elle en fait part à son Fils. Voilà la tâche précieuse de Marie dans notre vie et au sein de l'Église. Rappelons ici les paroles du Pape François sur le rôle de Marie et de la femme en général dans l'Église : "La femme est indispensable dans l'Église. Marie, une femme, est plus importante que les évêques. Le genre féminin est nécessaire dans les endroits où l'on prend des décisions importantes".

Il y a beaucoup de carences dans l'Église, dans notre famille, dans notre vie personnelle que Marie découvre et montre à Jésus ; et son intercession est toujours efficace ! La femme est appelée à avoir une fonction équivalente.

Mais il est nécessaire d'inviter Jésus et Marie à participer à nos vies. Il est également nécessaire, surtout, de faire tout ce que Jésus nous dit.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Février 2021

Gospel text

(Mk 7,14-23): 

 

Jesus then called the people to him again and said to them, «Listen to me, all of you, and try to understand. Nothing that enters one from out­side can make that person unclean. It is what comes out from within that makes un­clean. Let everyone who has ears listen».

When Jesus got home and was away from the crowd, his disciples asked him about this saying and he replied, «So even you are dull? Do you not see that whatever comes from outside cannot make a person unclean? Since it enters, not the heart but the stomach and is finally passed out». Thus Jesus declared that all foods are clean. And he went on, «What comes out of a person is what defiles, for evil designs come out of the heart: theft, murder, adultery, jealousy, greed, maliciousness, deceit, indecency, slander, pride and folly. All these evil things come from within and make a person unclean».

 

Application

 

I would like to make sure, two important points for me. Firstly, God is good and in His goodness He always does good by His nature and even more so for me, His beloved. Second, since I carry the image of God within me, I believe that I am also like Him full of goodness and generosity, certainly with my limits.

 

 

As I read today's Gospel, I tell myself, it is true that the outside world must not give me the reason for my discernment and no longer for my action. They can create certainly an ambiance or environment.  Since God dwells in me, I must find a concrete reason within me, just before God that will justify my discernment and my actions. God created the world and He found it good. I still find it good. Yet I must recognise that not everything that is good in this world is necessarily good for me. It’s here I am called to discern and decide.

 

 

 

This is why I must realise that if I do evil, a bad act, its origin is not outside, even if it is influenced by external elements, it comes directly from my interiority, from my own discernment and action. It is a fruit of my free act and engagement. Thus, by my own discernment and action, I make myself unclean, very often against the divine will. Therefore, let us be careful that our will is not influenced by external elements, but that it is coherent with the divine will, which is found in our own interiority, in the image of God.

 

Action of the day : Give attention tothe causality of your discernment and decision.

«Nothing that enters one from out¬side can make that person unclean»

 

Fr. Norbert ESTARRIOL i Seseras

(Lleida, Spain)

 

Today, Jesus teaches us that God made everything good. But our intentions —which are not always right— may contaminate what we do. This is why Jesus Christ says: «Nothing that enters one from out­side can make that person unclean. It is what comes out from within that makes un­clean» (Mk 7:15). The experience of the offence against God is very real. And we Christians can easily discover the evil's deep mark in a sin's enslaved world. The mission Jesus charges us with, is to clean —with the help of His grace— all this contamination men's bad intentions have spread all over the world.

The Lord wants all our activities to be carried out well: He expects us to show in them intensity, method, science, know-how, eagerness for perfection, not looking for anything else but reinstating God's plan for Creation. For God made everything for man's benefit: «Purity of intention. —You will always have it if, in everything you do, you only look forward to pleasing God» (Saint Josemaria).

Only our will can spoil the Divine Plan. And we must watch that this is not so. Quite often we let in vanity, pride, despondency for lack of faith, impatience when our aims are not attained... This is why saint Gregory the Great warned us: «Be not seduced by any flattering prosperity, for only the foolish traveler stops along the way to admire the beautiful landscape while forgetting where he is heading for».

It will, therefore, be convenient to pay attention to how we offer our deeds to God, to always be aware of His presence and to frequently consider the Divine Filiation. Thus, all our days—through work and prayer— will be fortified and begin in our Lord, and whatever we start in his name will reach its desired ending.

For we can make great things if we realize that each one of our human actions is a co-redeemer when joined to deeds and actions of Christ.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 7,14-23): 

 

Il appela de nouveau la foule et lui dit: «Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l'homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur».

Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l'interrogeaient sur cette parole énigmatique. Alors il leur dit: «Ainsi, vous aussi, vous êtes incapables de comprendre? Ne voyez-vous pas que tout ce qui entre dans l'homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n'entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé?». C'est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments. Il leur dit encore: «Ce qui sort de l'homme, c'est cela qui le rend impur. Car c'est du dedans, du cœur de l'homme, que sortent les pensées perverses: inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l'homme impur».

 

L’Application

 

Je voudrais m'en assurer, deux points importants pour moi. Premièrement, Dieu est bon et dans sa bonté, il fait toujours le bien par sa nature et encore plus pour moi, son bien-aimé. Deuxièmement, comme je porte en moi l'image de Dieu, je crois que je suis aussi comme Lui, plein de bonté et de générosité, certainement avec mes limites.

En lisant l'Évangile d'aujourd'hui, je me dis qu'il est vrai que le monde extérieur ne doit pas me donner la raison de mon discernement et non plus de mon action. Puisque Dieu habite en moi, je dois trouver en moi une raison concrète qui justifiera mon discernement et mes actions. Dieu a créé le monde et il l'a trouvé bon. Je le trouve encore bon. Cependant, je dois reconnaître que tout ce qui est bon dans ce monde n'est pas nécessairement bon pour moi.

C'est pourquoi je dois réaliser que si je fais le mal, un acte mauvais, son origine n'est pas extérieure, même s'il est influencé par des éléments extérieurs, il vient directement de mon intériorité, de mon propre discernement et de mon action. C'est un fruit de ma liberté. Ainsi, par mon propre discernement et mon action, je me rends impur, très souvent contre la volonté divine. Veillons donc à ce que notre volonté ne soit pas influencée par des éléments extérieurs, mais qu'elle soit cohérente avec la volonté divine, qui se trouve dans notre propre intériorité, à l'image de Dieu.

«Rien de ce qui est extérieur à l'homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur»

 

Abbé Norbert ESTARRIOL i Seseras

(Lleida, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus nous enseigne que tout ce que Dieu a fait est bon. C'est plutôt nos intentions tordues qui peuvent rendre impur tout ce que nous faisons. Pour cela Jésus nous dit: «Rien de ce qui est extérieur à l'homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur» (Mc 7,15). L'expérience d'offenser Dieu est une réalité. Et avec beaucoup d'aise le chrétien découvre l'empreinte profonde du mal et voit un monde réduit en esclavage à cause du péché. La mission que Jésus nous donne est de nettoyer —à l'aide de sa grâce— toutes les impuretés introduites dans le monde par les mauvaises intentions des hommes.

Le Seigneur nous demande que toute notre activité humaine soit bien faite: il attend que nous mettions de l'intensité, de l'ordre, de la science, de l'habileté, de la recherche de la perfection, en ne cherchant que le rétablissement du plan créateur de Dieu, qui a fait tout bon pour que l'homme en profite: «Pureté d'intention —Tu l'auras toujours si tu ne cherches, toujours et en tout, qu'à plaire à Dieu» (Saint Josémarie).

La seule chose qui peut faire échouer le plan de Dieu c'est notre volonté, et il faut veiller à ce que cela n'arrive pas. Parfois se mêlent la vanité, l'amour propre, les découragements par manque de foi, l'impatience d'atteindre les résultats attendus, etc. C'est pour cela que saint Grégoire le Grand nous mettait en garde en disant: «Combien sot, en effet, est le voyageur qui, remarquant d’agréables prairies sur son chemin, oublie d’aller où il voulait».

Il convient, donc, d'être attentifs en offrant nos actes, il faut garder la présence de Dieu en soi et observer souvent la filiation divine, de façon à ce que notre journée —avec nos prières et notre travail— prenne de la force et qu'elle commence avec le Seigneur, et que tout ce que nous avons commencé en Lui puisse arriver à sa fin.

Nous pouvons accomplir des grandes choses, si nous nous rendons compte que chacun de nos actes humains est un acte co-rédempteur à partir du moment où il est uni aux actes du Christ.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 8 Février 2021

Gospel text

(Mk 7,1-13): 

 

One day the Pharisees gathered around Jesus and with them were some teachers of the Law who had just come from Jerusalem. They noticed that some of his dis­ciples were eating their meal with unclean hands, that is, without washing them. Now the Pharisees, and in fact, all the Jews, never eat without washing their hands for they fol­low the tradition received from their ancestors. Nor do they eat anything when they come from the market without first washing themselves. And there are many other traditions they observe, for example, the ritual washing of cups, pots and plates.

So the Pharisees and the teachers of the Law asked him, «Why do your disciples not follow the tradition of the elders, but eat with unclean hands?». Jesus answered, «You, shallow people! How well Isaiah prophesied of you when he wrote: ‘This peo­ple honors me with their lips, but their heart is far from me. The worship they offer me is worthless, for what they teach are only human rules’. You even put aside the commandment of God to hold fast to human tradition». And Jesus commented, «You have a fine way of dis­regarding the commandment of God in order to implant your own tradition. For example, Moses said: ‘Do your duty to your father and your mother’, and: ‘Whoever curses his father or his mother is to be put to death’. But according to you someone could say to his father or mother: ‘I already declared Corban, which means "offered to God," what you could have expected from me’. In this case, you no longer let him do anything for a father or mother. So you nullify the word of God through the tradition you have handed on. And you do many other things like that».

 

The Application

 

We all see what we wish to see. The teachers of the law look where the law is honored or neglected. Jesus, the giver of life guides us towards the essentials of life; God and man. We must discern at every moment of life and prioritize our  value systems, our words and actions, including our emotions, feelings and the way we would like to apply them or exercise or express them.

 

If we remain with the Lord in perfect contemplation, respecting the life and the giver of life, this union with God, the source of life, will point us in the right direction, where we need to give attention. With God we can act freely, discerning according to divine  will, and the Lord will give us the necessary courage to put  our decisions into practice.

 

 

 

Jesus is not against tradition. However, if we give priority to tradition, by ignoring God and his people, we lose the essentials of life and we will make terrible mistakes in our discernment. Tradition for tradition's sake cannot serve God, like very good value system, which against love and charity, which will risk in perpetuating pride, at our own peril.

 

Action of the day: Identify the essentials of life.

 

«Why do your disciples not follow the tradition of the elders»

 

Fr. Iñaki BALLBÉ i Turu

(Terrassa, Barcelona, Spain)

 

Today, we are given to see how some late traditions of the Masters of the Law had actually manipulated the true meaning of the Fourth Commandment of God's Law. Those scribes taught that sons offering money and goods to the Temple were doing well. But, according to these teachings, parents could no longer ask or dispose of these goods. And the sons educated in such conscience were, thus, under the wrong impression of having more than well accomplished with the Fourth Commandment. But, in fact, it was just a deception.

«You have a fine way of dis­regarding the commandment of God in order to implant your own tradition!» (Mk 7:9): Jesus Christ is the authentic interpreter of divine Law; this is why He explained the right meaning of the Fourth Commandment, by undoing the sad mistake of their jewish fanatism.

«Moses said: ‘Do your duty to your father and your mother’» (Mk 7:10): the Fourth Commandment reminds all sons the responsibilities they have with their parents. They have to help them, both morally and materially, to the best of their possibilities, during their aging days and when they are facing times of illness, loneliness or anguish. Jesus points out quite clearly this duty of gratitude.

The respect towards our elders (filial piety) is made out of the gratitude they deserve for the gift they have given us, i.e. our life, and for the sacrifices made for their sons to grow up in age, wisdom and grace. «With all your heart honor your father, and do not forget the birth pangs of your mother. Remember that through your parents you were born; and what can you give back to them that equals their gift to you?» (Sir 7:27-28).

The Lord honors the father in his children, and in them, also confirms the mother's right. «He who honors his father atones for sins; he obeys the Lord who brings comfort to his mother» (cf. Sir 3:2-6). These and other words of advice are a clear light for our life en relation to our parents. Let us ask our Lord the grace that we never lack the true love we owe our parents and always know, with our example, how to transmit our fellowmen this sweet “obligation”.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 8 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 7,1-13): 

 

Les pharisiens et quelques scribes étaient venus de Jérusalem. Ils se réunissent autour de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c'est-à-dire non lavées. Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, fidèles à la tradition des anciens; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s'être aspergés d'eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d'autres pratiques: lavage de coupes, de cruches et de plats.

Alors les pharisiens et les scribes demandent à Jésus: «Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens? Ils prennent leurs repas sans s'être lavé les mains». Jésus leur répond: «Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage de l'Écriture: ‘Ce peuple m'honore des lèvres, mais son coeur est loin de moi. Il est inutile, le culte qu'ils me rendent; les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des préceptes humains’. Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes». Il leur disait encore: «Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour observer votre tradition. En effet, Moïse a dit: ‘Honore ton père et ta mère’. Et encore: ‘Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort’. Et vous, vous dites: ‘Supposons qu'un homme déclare à son père ou à sa mère: Les ressources qui m'auraient permis de t'aider sont corbane, c'est-à-dire offrande sacrée’. Vous l'autorisez à ne plus rien faire pour son père ou sa mère, et vous annulez la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre».

 

L’Application

 

Jésus nous oriente vers l’essentiel de la vie; Dieu et l'homme . Il faut discerner à chaque instant de la vie et prioriser les valeurs, nos paroles et nos actes, y compris nos émotions, sentiments et la manière dont nous aimerions les exprimer.

Si on reste avec le Seigneur en parfaite contemplation, cette union avec Dieu nous orientera vers la bonne direction. Avec Dieu, nous pouvons agir librement, discerner selon la volonté divine et le Seigneur nous donnera le nécessaire courage de le mettre en pratique.

 

Jésus n’est pas contre la tradition. Pourtant, si on accorde la priorité à la tradition, en ignorant Dieu et son peuple, nous perdons l’essential de la vie et nous allons nous tromper terriblement dans nos discernements. La tradition pour la tradition, ne peut pas servir Dieu,  elle risque de perpétuer la fierté, à notre péril.

«Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens?»

 

Abbé Iñaki BALLBÉ i Turu

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous contemplons comment certaines des vieilles traditions des maîtres de la Loi avaient manipulé le vrai sens du quatrième commandement de la loi de Dieu. Ces scribes enseignaient aux enfants, qu'ils agissaient pour le mieux en faisant des offrandes d'argent et des biens au Temple. Les enfants formés avec cette conscience erronée croyaient avoir respecté ainsi le quatrième commandement, l'avoir même respecté au mieux. Mais, en fait, il s'agissait d'une tromperie.

«Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour observer votre tradition» (Mc 7,9): Jésus est l'interprète par excellence de la Loi, de ce fait il explique le vrai sens du quatrième commandement, défaisant l'erreur lamentable du fanatisme juif.

«En effet, Moïse a dit: ‘Honore ton père et ta mère’» (Mc 7,10): le quatrième commandement rappelle aux enfants leurs responsabilités envers leurs parents. Dans la mesure de leurs capacités, ils doivent leur apporter une aide matérielle et morale durant leur vieillesse et pendant les périodes de maladie, d'isolement ou d'inquiétude. Jésus rappelle que cela doit se faire par gratitude.

Le respect envers nos parents (piété filiale) consiste en la gratitude qui leur est due pour le don de la vie et leurs efforts dans le travail afin que leurs enfants puissent grandir en âge, grâce et sagesse. «Honore ton père de tout ton cœur, et n'oublie pas les douleurs de ta mère. Souviens-toi que c'est par eux que tu es venu au monde: et comment leur rendras-tu ce qu'ils t'ont donné?» (Sir 7,27-28).

Le Seigneur glorifie le père dans ses fils, et en eux il confirme l'autorité de la mère. Qui honore son père expie ses péchés, qui glorifie sa mère est comme celui qui amasse un trésor (cf Sir 3,2-6). Tout ceci et d'autres conseils illuminent clairement dans notre vie ce qui concerne nos relations avec nos parents. Demandons au Seigneur la grâce de ne jamais manquer de l'amour que nous devons à nos parents et que nous sachions, par l'exemple, transmettre à nos proches cette douce "obligation".

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0