Publié le 17 Novembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 19,41-44): 

 

Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle; il disait: «Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix! Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux. Oui, il arrivera pour toi des jours où tes ennemis viendront mettre le siège devant toi, t'encercleront et te presseront de tous côtés; ils te jetteront à terre, toi et tes enfants qui sont chez toi, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où Dieu te visitait».

 

The Application

 

Jésus pleure pour vous, pour moi et pour toute l'humanité, qui n'a pas reconnu sa présence, la présence divine en Lui. Quand nous disons, la présence divine, nous reconnaissons la présence divine, dans toute la création. Cette création n'est pas seulement une œuvre divine, mais aussi l'image de Dieu. Et donc je la respecte, la protège et l'accompagne.

Ce regard vers la création, plein d'amour et de compassion, dans le respect de la diversité, nous aide à tisser une relation saine et juste. Là, non seulement l'homme découvrira l'œuvre divine, mais l'ensemble de la création, retrouvera sa beauté et sa majesté, comme Dieu l'a voulu dès le début de la création. En vérité, Jésus ne pleure pas pour cette cité élue de Dieu, il pleure parce que l'homme, le peuple élu de Dieu, a perdu sa propre identité divine, l'image de Dieu. 

 

«Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix!»

 

Abbé Blas RUIZ i López

(Ascó, Tarragona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'image que nous offre l'Évangile est celle d'un Jésus qui «pleura» (Lc 19,41) sur le sort de la cité élue qui n'a pas reconnu la présence de son Sauveur. La connaissance de l'actualité nous permet d'appliquer facilement cette lamentation à la ville qui est tout à la fois sainte et source de divisions.

Mais, au-delà, nous pouvons identifier Jérusalem avec le peuple élu: l'Église et, par extension, le monde dans lequel elle doit accomplir sa mission. Nous découvrirons alors une société qui, même si elle a atteint des sommets dans le domaine de la technologie et de la science, gémit et pleure, car elle vit entourée de l'égoïsme de ses membres, car elle a bâti autour d'elle les murs de la violence et du désordre moral, car elle foule aux pieds ses enfants, les traînant dans les chaînes d'un individualisme déshumanisant. Ce que nous découvrirons, c'est un peuple qui n'a pas su reconnaître le Dieu qui le visitait (cf. Lc 19,44).

Nous, chrétiens, ne pouvons cependant demeurer dans cette pure lamentation. Nous ne pouvons être des prophètes de malheur, mais des hommes d'espérance. Nous connaissons la fin de l'histoire, nous savons que le Christ a fait tomber les murs, qu'Il a brisé les chaînes: les larmes qu'Il répand dans cet Évangile préfigurent le sang par lequel Il nous a sauvé.

De fait, Jésus est présent dans son Église, spécialement à travers les plus nécessiteux. Nous devons remarquer cette présence pour comprendre la tendresse du Christ envers nous: son amour est si élevé, nous dit saint Ambroise, qu'Il s'est fait petit et humble pour que nous devenions grands; Il s'est laissé attaché par des langes comme un bébé, pour nous libérer des liens du péché; Il s'est laissé clouer sur la croix pour que nous soyons comptés parmi les étoiles du ciel… Aussi devons-nous rendre grâce à Dieu et découvrir la présence parmi nous de Celui qui nous visite et nous rachète.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Novembre 2021

Gospel text

(Lk 19,11-28): 

 

Jesus was now near Jerusalem and the people with him thought that God's reign was about to appear. So as they were listening to him, Jesus went on to tell them a parable. He said, «A man of noble birth went to a distant place to have himself appointed king of his own people, after which he would return. Before he left, he summoned ten of his servants and gave them ten pounds. He said: ‘Put this money to work until I get back’. But his compatriots who disliked him sent a delegation after him with this message: ‘We do not want this man to be our king’.

»He returned, however, appointed as king. At once he sent for the servants to whom he had given the money, to find out what profit each had made. The first came in and reported: ‘Sir, your pound has earned ten more’. The master replied: ‘Well done, my good servant. Since you have proved yourself capable in a small matter, I can trust you to take charge of ten cities’. The second reported: ‘Sir, your pound earned five more pounds’. The master replied: ‘Right, take charge of five cities’. The third came in and said: ‘Sir, here is your money which I hid for safekeeping. I was afraid of you for you are an exacting person; you take up what you did not lay down and reap what you did not sow’. The master replied: ‘You worthless servant, I will judge you by your own words. So you knew I was an exacting person, taking up what I did not lay down and reaping what I did not sow! Why, then, did you not put my money on loan so that when I got back I could have collected it with interest?’.

»Then the master said to those standing by: ‘Take from him that pound, and give it to the one with ten pounds’. They objected: ‘But, sir, he already has ten!’. ‘I tell you: everyone who has will be given more; but from those who have nothing, even what they have will be taken away. As for my enemies who did not want me to be king, bring them in and execute them right here in my presence’».

So Jesus spoke, and he went on ahead of them, on his way to Jerusalem.

 

The Application

 

As I read today's gospel, I would like to make a list of my gifts (talents) that God naturally entrusted to me when he brought me into the world. Since I believe that creation is a great gift that God entrusted to mankind and that it seems to me in the right measure, he will ask me today, how I, with my means, have fructified the earth.  I can easily add, all that I have in my life, including my family, my friends, my talents, etc.

 

This parable confirms to me that God has given everything, not by my merits, but simply by his generosity. He chose me and trusted me. Today, He is on a journey, He is visibly absent. So, like a servant faithful to his Master, I must by my commitments, by a good use of his goods, make Him visible to the world. On the day when He makes Himself visible to the world, at the time He will have wished, my loved ones, and all those who have benefited from my commitments, will be able to give Him glory and thanks for the wonders He has done for them, through me.

 

 

 

Once again, I invite you to discover the Time of Jesus, "he is near Jerusalem, before his passion". Time is short and the day of judgement has arrived.  I think that at the time of His passion, He obviously needs my presence, my voice, my cry against injustice, etc. I have to appear before Him, in order to be able to speak to Him. I must come before Him, to give thanks. I must come before Him, so that He can tell me where I am in His list of loved ones, to whom He has given much, whom He has trusted, the people who are faithful to His love.   Lord, I pray that this meeting with you will end in joy and reconciliation. Amen.

 

Action of the day: Identify the talents received and use them in its fullness.

 

 

«Put this money to work until I get back»

 

Fr. Pere SUÑER i Puig SJ

(Barcelona, Spain)

 

Today, the Gospel proposes us the parable of the pounds: an amount of money that a noble man gives out to his servants, before leaving for a far country. First, let us pay attention to the occasion provoking Jesus' parable. He was “getting near” Jerusalem, where He was to face his Passion and his subsequent resurrection. The disciples «with him thought that God's reign was about to appear» (Lk 19:11). Under these circumstances Jesus proposes this parable. With it, Jesus teaches us that we have to put the gifts and qualities He has given each one of us, to work. They are not “ours” for us to do whatever we want with them. He has given them to us in trust so that we can yield a return. Those who had yielded a profit from the pounds were —more or less— praised and rewarded by their Lord. It was for the loafer servant, who kept the moneys in safekeeping without getting any pay-off, to get the blame and be punished.

We, Christians, must —naturally!— wait for our Lord Jesus' return. But, if we want the meeting to be friendly, we must meet both of the following two conditions. The first one is for us to avoid any unhealthy curiosity to know the timing of the Lord's solemn and victorious return. He will come, He says somewhere else, when we least expect it. So, quit worrying over that. Let us wait with hope, but with a hope without any unhealthy curiousness. The second condition is that we waste no time. Waiting for this meeting and joyous final cannot be taken as a reason not to seriously look at the present moment. Because the joy and enjoyment of the final gathering will precisely be the better depending upon each one's contribution, in our present life, to the cause of the Kingdom of God.

And we shall not miss here either Jesus' grave warning to those rebelling against him: «As for my enemies who did not want me to be king, bring them in and execute them right here in my presence» (Lk 19:27).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Novembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 19,11-28): 

 

Comme on écoutait Jésus, il ajouta une parabole, parce qu'il était près de Jérusalem et que ses auditeurs pensaient voir le royaume de Dieu se manifester à l'instant même. Voici donc ce qu'il dit: «Un homme de la grande noblesse partit dans un pays lointain pour se faire nommer roi et rentrer ensuite chez lui. Il appela dix de ses serviteurs, leur distribua dix pièces d'or et leur dit: ‘Faites-les fructifier pendant mon voyage’. Mais ses concitoyens le détestaient, et ils envoyèrent derrière lui une délégation chargée de dire: ‘Nous ne voulons pas qu'il règne sur nous’.

»Mais quand il revint après avoir été nommé roi, il convoqua les serviteurs auxquels il avait distribué l'argent, afin de savoir comment chacun l'avait fait fructifier. Le premier se présenta et dit: ‘Seigneur, ta pièce d'or en a rapporté dix’. Le roi lui dit: ‘Très bien, bon serviteur! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l'autorité sur dix villes’. Le second vint dire: ‘Ta pièce d'or, Seigneur, en a rapporté cinq’. A celui-là, le roi dit encore: ‘Toi, tu seras gouverneur de cinq villes’. Un autre encore vint dire: ‘Seigneur, voici ta pièce d'or, je l'avais mise de côté dans un linge. En effet, j'avais peur de toi: tu es un homme exigeant, tu retires ce que tu n'as pas déposé, tu moissonnes ce que tu n'as pas semé’. Le roi lui dit: ‘Je vais te juger d'après tes propres paroles, serviteur mauvais: tu savais que je suis un homme exigeant, que je retire ce que je n'ai pas déposé, que je moissonne ce que je n'ai pas semé; alors pourquoi n'as-tu pas mis mon argent à la banque? A mon arrivée, je l'aurais repris avec les intérêts’.

»Et le roi dit à ceux qui étaient là: ‘Retirez-lui la pièce d'or et donnez-la à celui qui en a dix’. On lui dit: ‘Seigneur, il en a déjà dix!’. ‘Je vous le déclare: celui qui a recevra encore; celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à mes ennemis, ceux qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi’».

Après avoir dit ces paroles, Jésus marchait en avant de ses disciples pour monter à Jérusalem.

 

L’Application

 

En lisant l'évangile d'aujourd'hui, je voudrais faire une liste de mes dons (talents) que Dieu m'avait confiés naturellement, en me mettant au monde. Puisque je crois que la création est un grand don que Dieu avait confié à l'humanité et qu'il me semble dans la bonne mesure, il me demandera aujourd'hui, comment, moi avec mes moyens ai fructifié la terre.  Je peux facilement ajouter, tout ce que j'ai dans ma vie, y compris ma famille, mes amis, mes talents, etc.

Cette parabole me confirme que Dieu a tout donné, non pas par mes mérites, mais simplement par sa générosité. Il m'a choisi et m'a fait confiance. Aujourd'hui, Il est en voyage, Il est visiblement absent. Alors, comme un serviteur fidèle à son Maître, je dois par mes engagements, par un bon usage de ses biens, Le rendre visible au monde. Le jour où Il se rendra visible au monde, au moment qu'Il aura voulu, mes proches, et tous ceux qui ont bénéficié de mes engagements, pourront Lui rendre gloire et le remercier pour les merveilles qu'Il leur a faites, à travers moi.

 

Une fois encore, je vous invite à découvrir le Temps de Jésus, " il est près de Jérusalem, avant sa passion ". Le temps est court et le jour du jugement est arrivé.  Je pense qu'au moment de sa passion, Il a évidemment besoin de ma présence, de ma voix, de mon cri contre l'injustice, etc. Je dois me présenter devant Lui, pour rendre grâce. Je dois me présenter devant Lui, pour qu'Il me dise où je me trouve dans sa liste de personnes aimées, à qui Il a beaucoup donné, à qui Il a fait confiance, les personnes fidèles à Son amour.   Seigneur, je prie pour que cette rencontre avec toi se termine dans la joie et la réconciliation. Amen.

 

«Faites-les fructifier pendant mon voyage»

 

Abbé Pere SUÑER i Puig SJ

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous propose la parabole des pièces d'or: une quantité d'argent que ce noble répartit parmi ses serviteurs, avant de partir en voyage. Tout d'abord, prêtons attention à ce qui provoque la parabole de Jésus. Il «était près de» Jérusalem, où l'attendait la passion et la résurrection. Les disciples «pensaient voir le royaume de Dieu se manifester à l'instant même» (Lc 19,11). C'est dans ces circonstances que Jésus propose cette parabole. À travers elle, Jésus nous enseigne que nous devons faire fructifier les dons et qualités qu'Il nous a donnés, ou mieux dit encore, qu'il nous a laissé à tous et chacun. Ils ne nous appartiennent pas, nous ne pouvons donc pas en faire ce qu'il nous plaît. Il nous les a laissés pour que nous les fassions fructifier. Ceux qui ont fait fructifier les pièces d'or -plus ou moins- sont complimentés et récompensés par leur Seigneur. C'est le serviteur paresseux, qui garda son argent dans un linge sans le faire fructifier, celui qui est repentant et condamné.

Le chrétien, donc, doit attendre —il est évident!— le retour de son Seigneur, Jésus. Mais à deux conditions, s'il veut que la retrouvaille soit aimable. La première est qu'il doit renoncer à la curiosité malsaine de vouloir savoir l'heure solennelle et victorieuse du retour du Seigneur. Il viendra, dit-on dans un autre passage de l'Évangile, lorsqu'on s'y attend le moins. Les spéculations sur ce sujet sont donc exclues! Attendons avec espérance, mais d'une attente confiante sans curiosité malsaine. La seconde condition est que nous ne perdions pas le temps. L'attente de la rencontre et du bonheur final ne peut être excuse pour que nous ne prenions pas au sérieux le moment présent. Justement, plus grande sera la contribution que chacun de nous ayons faite pour la cause du Royaume de Dieu dans la vie présente, plus grande sera la joie et le bonheur de la rencontre finale.

Et elle n’est pas de trop, la grave remarque de Jésus à ceux qui se rebellent contre lui: «Quant à mes ennemis, ceux qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi» (Lc 19,27).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Novembre 2021

Gospel text

(Lk 19,1-10): 

 

When Jesus entered Jericho and was going through the city, a man named Zaccheus was there. He was a tax collector and a wealthy man. He wanted to see what Jesus was like, but he was a short man and could not see because of the crowd. So he ran ahead and climbed up a sycamore tree. From there he would be able to see Jesus who had to pass that way. When Jesus came to the place, He looked up and said to him, ‘Zaccheus, come down quickly for I must stay at your house today’. So Zaccheus hurried down and received him joyfully.

All the people who saw it began to grumble and said, «He has gone to the house of a sinner as a guest». But Zaccheus spoke to Jesus, «The half of my goods, Lord, I give to the poor, and if I have cheated anyone, I will pay him back four times as much». Looking at him Jesus said, «Salvation has come to this house today, for he is also a true son of Abraham. The Son of Man has come to seek and to save the lost».

 

The Application

 

I invite you to discover the interiority of Zacchaeus and his faith in Jesus Christ. In today's Gospel, we have, as yesterday, the people, Zacchaeus and the Lord. The crowd was divided and is still divided today. It is up to you, to you alone, to discern and choose, particularly in this divisive society. Choose to listen what you discern what is just before God and ignore anything that will distract you, in getting closer to God. What is good for you today, may not be good for tomorrow. However, do give priority to the essential and ignore the secondary. 

 

To do this, we must be attentive to everything that happens in our interiority and pay attention to our own sensitivity, because it will invite us to know ourselves, our emptiness and will push us go towards the Lord, towards the peripheries of life, and it will oblige us to climb a sycamore tree, for an encounter because the Lord had to pass through it.

 

We need the courage of Zacchaeus, to choose the Lord, to enter a little more, the Lord will stop in front of you, as he was waiting for you, he will invite himself to your home, and he will stay there. The crowd is always a spectator, they applaud, not for you, nor for the Lord, they applaud for themselves, for their own pleasure. Their criticisms, like their recriminations, have no value before the Lord. They are always there before you, you must know how to ignore them. Let Jesus enter your heart and He will transform you and your conversion will be total.

 

The Application: Be open 

«The Son of Man has come to seek and to save the lost»

 

Fr. Enric RIBAS i Baciana

(Barcelona, Spain)

 

Today, I'll be Zaccheus. This personage was a wealthy man and the chief of the Publicans; I have more than I need and, perhaps too often, I behave like a Publican and forget about Jesus Christ. Amidst the crowd, Jesus seeks Zaccheus; today, amidst our world, He is precisely looking for me: «Come down quickly for I must stay at your house today» (Lk 19:5).

Zaccheus wants to see Jesus; if he does not run ahead and climbs up the sycamore tree, he will not be able to see him. I would also like to see God's deeds as much as possible!, but I'm not too sure I am willing to behave like a fool as Zaccheus did. To allow for Jesus' reaction, the disposition of the chief among the Jericho Publicans is required; and, if he does not hurry up, he may eventually lose the opportunity to be touched by Jesus and be therefore saved. Maybe I have had too many occasions to meet Jesus and maybe it is about time to be courageous, to leave home to meet him and invite him to enter me, so that He can also say about me: «Salvation has come to this house today, for he is also a true son of Abraham. The Son of Man has come to seek and to save the lost» (Lk 19:9-10).

Zaccheus receives Jesus into his home, his life and his heart, even though he probably does not feel worthy of a visit like that. His conversion is total: he begins by giving up any ambition for riches, followed with the intention to share his goods and he ends up with the strong decision to impart justice, while remedying his sins. Maybe, since a long time ago, Jesus has been asking me something similar, but I did not want to hear him and turned my deaf ears; I must still be converted.

St. Maximus said: «There is nothing God loves more and pleases him best as a man converting with true regret». Let him help me to make it come true today.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Novembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 19,1-10): 

 

Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella: «Zachée, descends vite: aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison». Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.

Voyant cela, tous récriminaient: «Il est allé loger chez un pécheur». Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur: «Voilà, Seigneur: je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus». Alors Jésus dit à son sujet: «Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu».

 

The Application

 

Je vous invite à découvrir l'intériorité de Zachée et sa foi en Jésus-Christ. Dans l'Évangile d'aujourd'hui, nous avons, comme hier, le peuple, Zachée et le Seigneur. La foule était divisée et l'est encore, aujourd'hui. C'est à toi, à toi seul, de discerner et de choisir. Choisir d'écouter et d'ignorer. Donner la priorité à l'essentiel et ignorer le secondaire. 

Pour cela, nous devons être attentifs à tout ce qui se passe dans notre intériorité et faire attention à notre propre sensibilité, parce qu'elle nous invitera à aller vers le Seigneur, vers les périphéries de la vie, et elle nous obligera à grimper sur un sycomore, parce que le Seigneur a dû passer par là.

Nous avons besoin du courage de Zachée, pour choisir le Seigneur, pour entrer un peu plus, le Seigneur s'arrêtera devant toi, comme il t'attendait, il s'invitera chez toi, et il y restera. La foule est toujours spectatrice, elle applaudit, pas pour toi, ni pour le Seigneur, elle applaudit pour elle-même, pour son propre plaisir. Leurs critiques, comme leurs récriminations, n'ont aucune valeur devant le Seigneur. Ils sont toujours là devant toi, tu dois savoir les ignorer. Laisse Jésus entrer dans ton cœur et Il te transformera et ta conversion sera totale. 

«Le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu»

 

Abbé Enric RIBAS i Baciana

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Zachée, c'est moi. Ce personnage de l'Évangile était riche et était le chef des publicains, moi j'ai plus que ce dont j'ai besoin et parfois j'ai l'attitude d'un publicain et j'oublie Jésus. Jésus au milieu de la multitude cherche Zachée, aujourd'hui au milieu de ce monde, Il me cherche moi précisément: «Zachée, descends vite: aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison» (Lc 19,5).

Zachée a envie de voir Jésus, mais il n'y arrivera pas sans effort alors il monte sur l'arbre. Je voudrais voir tellement l'action de Dieu! Mais je ne sais pas si je suis vraiment capable de me ridiculiser en faisant comme Zachée. Afin que Jésus puisse agir, le chef des publicains de Jéricho doit être disposé à le recevoir, et s'Il ne se dépêche pas il perdra peut-être la seule et unique occasion d'être touché par Dieu et ainsi de sauver son âme. Peut-être que moi aussi j'ai eu beaucoup d'occasions de rencontrer Jésus, et il serait temps d'avoir du courage, de sortir de chez moi pour aller à sa rencontre, l'inviter à rentrer chez moi, Il pourra ainsi me dire à moi aussi: «Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu» (Lc 19,9-10).

Zachée laisse Jésus rentrer dans sa maison et dans son cœur, même en se sentant indigne d'une telle visite. Chez lui, la conversion est totale: il commence par renoncer à l'ambition des richesses, il continue par le partage de ses biens et finit en prenant la résolution de faire justice en corrigeant ses péchés passés. Peut-être que Jésus me demande depuis longtemps de faire de même, mais je ne veux pas l'écouter et je fais la sourde oreille; j'ai besoin de me convertir.

Saint Maxime disait: «Rien n'est plus agréable à Dieu que les hommes se convertissent d'un repentir sincère». Que Dieu m'aide a faire de cela une réalité.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Novembre 2021

Gospel text

(Lk 18,35-43): 

 

When Jesus drew near to Jericho, a blind man was sitting by the road, begging. As he heard the crowd passing by, he inquired what it was, and they told him that Jesus of Nazareth was going by. Then he cried out, «Jesus, Son of David, have mercy on me!». The people in front scolded him, «Be quiet!», but he cried out all the more, «Jesus, Son of David, have mercy on me!». Jesus stopped and ordered the blind man to be brought to him, and when he came near, He asked him, «What do you want me to do for you?». And the man said, «Lord, that I may see!». Jesus said, «Receive your sight, your faith has saved you». At once the blind man was able to see, and he followed Jesus, giving praise to God. And all the people who were there also praised God.

 

The Application

 

Faith is a gift from God. And we can receive it by listening to and welcoming the Word of life. This word acts in us, inspires us and motivates us. Once man puts into practice this Word, which he has received, it gives him the energy to cry out, as beautifully as possible, recognising the Saviour of the world. It is here that we will recognise our own blindness.

 

In this gospel we see three things that can help us to live this day.

 

The people who wanted to silence him will be the same people who brought him to the Lord. We are that people. We can silence a person and we can also bring the cripple to the Lord. What is your choice of the day? 

 

This blind man was not completely blind, for he recognised not only his blindness, but also the Lord who could give him sight. We need to look at life again, and check our own blindness.

 

Jesus was approaching Jericho and one day he will go to Jerusalem, to his passion. Are you also walking with the Lord and why?  If you are part of that crowd that follows the Lord, it is quite possible that you will leave him alone on the cross. If you are that blind man who received his sight and recognised him, I believe that you will accompany him to the end, because he recognised your voice, even if it is weak.

 

Action of the day: Have faith in Godµ.

«Your faith has saved you»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today, the blind beggar Bartimaeus (cf. Mk 10:46) gives us a complete lesson about faith, expressed with total simplicity in front of Christ. It would be good for us to repeat, every now and then, Bartimaeus' prayer: «Jesus, Son of David, have mercy on me!» (Lk 18:37). It is so profitable for our soul to feel destitute! Because we certainly are so though, unfortunately, very seldom are we willing to admit it. And..., consequently, we make fools of ourselves. It is for that reason St. Paul reproaches us, when he says: «For who makes you different? And what do you have that you didn't receive? But if you did receive it, why do you boast as if you had not received it?» (1Cor 4:7).

Bartimaeus is not ashamed of feeling like that. Quite often, our society, the culture of the “politically correct”, will try to shut us up: with Bartimaeus they were not able to. He did not shrink back. Despite «people (…) scolded him, ‘Be quiet!’, he cried out all the more, ‘Jesus, Son of David, have mercy on me!’» (Lk 18:39). What a wonderful thing! We feel like saying: —Thank you, Bartimaeus, for this example.

And it does pay to do like him, because Jesus does listen. He always listens!, no matter how much noise some may make around us. Bartimaeus' simple but complete trust —uncomplicated— disarmed Jesus and got to his heart: «and ordered the blind man to be brought to him, [and] (...) He asked him, ‘What do you want me to do for you?’» (Lk 18:40-41). Before so much faith, Jesus does not waste his time! And... neither does Bartimaeus: «Lord, that I may see!» (Lk 18:41). And, no sooner said than done: «Receive your sight, your faith has saved you» (Lk 18:42). Because, if «our faith is solid as a rock, it will also defend our home» (St. Ambrose), that is, it will overcome everything.

He is everything, He gives us everything. What else can we, then, do in his presence but give him a reply of faith? And this “reply of faith” is equivalent to “let him find us”, this God that —because of his affection for the Father— is looking for us from the very beginning. God does not impose himself against our power of choice, but often enough He comes by close enough: let us, then, learn Bartimaeus' lesson and... let us not miss him!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Novembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 18,35-43): 

 

Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle qui mendiait était assis au bord de la route. Entendant une foule arriver, il demanda ce qu'il y avait. On lui apprit que c'était Jésus le Nazaréen qui passait. Il s'écria: «Jésus, fils de David, aie pitié de moi!». Ceux qui marchaient en tête l'interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle: «Fils de David, aie pitié de moi!». Jésus s'arrêta et ordonna qu'on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda: «Que veux-tu que je fasse pour toi?». «Seigneur, que je voie!». Et Jésus lui dit: «Vois. Ta foi t'a sauvé». A l'instant même, l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa ses louanges à Dieu.

 

L’Application

 

La foi est un don de Dieu. Et nous pouvons la recevoir en écoutant et en accueillant la Parole de vie. Cette parole qui agit en nous, nous inspire et nous motive. Une fois que l'homme met en pratique cette Parole, qu'il a reçue, elle lui donne l'énergie de crier, le plus magnifiquement possible, en reconnaissant le Sauveur du monde. C'est là que nous reconnaîtrons notre propre aveuglement.

Dans cet évangile, nous voyons trois éléments qui peuvent nous aider à vivre cette journée.

Les personnes qui voulaient le faire taire seront les mêmes qui l'ont amené au Seigneur. Nous sommes ce peuple. Nous pouvons faire taire une personne et nous pouvons aussi amener l'infirme au Seigneur. Quel est votre choix du jour ? 

Cet aveugle n'était pas complètement aveugle, car il a reconnu non seulement sa cécité, mais aussi le Seigneur qui pouvait lui rendre la vue. Nous devons regarder à nouveau la vie, et vérifier notre propre aveuglement.

 

Jésus s'approchait de Jéricho et un jour il ira à Jérusalem, vers sa passion. Marchez-vous aussi avec le Seigneur et pourquoi ?  Si vous faites partie de cette foule qui suit le Seigneur, il est fort possible que vous le laissiez seul sur la croix. Si tu es cet aveugle qui a reçu la vue et l'a reconnu, je crois que tu l'accompagneras jusqu'au bout, parce qu'il a reconnu ta voix, même si elle est faible.

 

«Ta foi t'a sauvé»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'aveugle Bartimée (cf. Mc 10,46) nous donne une leçon de foi, exprimée avec une franche simplicité devant le Christ. Cela nous ferait du bien de nous répéter de temps en temps la phrase de Bartimée «Jésus Fils de David aie pitié de moi!» (Lc 18,37). Il est tellement profitable pour notre âme de nous sentir indigents! En fait, nous le sommes, mais malheureusement nous ne le reconnaissons pas assez. Et… bien sûr quand nous le faisons nous nous ridiculisons. Ainsi que nous prévient Saint Paul: «Qu'as-tu que tu ne l'aie pas reçu? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifies-tu comme si tu ne l'avais pas reçu?» (1Co 4,7).

Bartimée n'a pas honte de se ridiculiser. Très souvent, la société, la culture de ce que l'on qualifie comme "politiquement correct", voudrait nous faire taire: avec Bartimée ils n'ont pas réussi. Il ne s'est pas "froissé". Même s'ils «l'interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle: ‘Fils de David, aie pitié de moi!’» (Lc 19,39) Quelle merveille! Cela nous donne envie de dire: Merci Bartimée pour ton exemple!

Et ça vaut la peine de faire comme lui, car Jésus écoute. Il écoute toujours! Même au milieu du vacarme que certains font autour de nous. La confiance simple -sans égards- de Bartimée désarme Jésus et lui arrache le cœur: «Jésus s'arrêta et ordonna qu'on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda: ‘Que veux-tu que je fasse pour toi?’» (Lc 18, 40-41) Devant une telle foi Jésus ne tourne pas autour du pot!… et Bartimée non plus: «Seigneur, que je voie!» (Lc 18,41) Et aussitôt dit, aussitôt fait: «Vois. Ta foi t'a sauvé». En effet, «…la foi, si elle est forte, protège toute la maison» (Saint Ambroise), c'est-à-dire: elle peut tout.

Il est tout, Il nous a tout donné. Alors que pouvons-nous faire face à Lui sinon lui donner une réponse remplie de foi? Et cette réponse de la foi équivaut à se laisser "trouver" par ce Dieu qui -poussé par son amour de Père- nous cherche depuis toujours. Dieu ne s'impose pas à nous, mais Il passe tout près de nous souvent: apprenons la leçon de Bartimée… et ne Le laissons pas passer sans L'arrêter.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Novembre 2021

"Heaven and earth will pass away, but my words will not pass away" We believe in the Word of God, a Word that nourishes our faith and gives us life. This is exactly on the day of the transfiguration that the Father in heaven said to the Lord's disciples, "Listen to him. Listening to Him, to have some signs and details on the last day of the Lord. From where can we have the certitude of our final days?  


For this reason, today's Gospel invites us to look at and observe the whole of creation, especially the fig tree, which is a sign of God, a sign of blessing and happiness. With this message, God reminds us that he has already put in us a God-like intelligence, to better see or observe the visible elements and thereby discern the divine message, for creation is not only an image of God, but it is also a means of communication between God and humanity. God continues to speak to us, through His creation. 


If we have heard the message of the first reading, we will understand that life is a struggle, a struggle  between good and evil, between love and hate, weak and strong, which invites us to discern at any moment, and to choose God and his love. In these struggle moments of life, we trust God and remain faithful to His teachings. Though the presentation of these events seems to us quite frightening, the finality of this message is to console us and to prepare us to such eventualities of life. 


Mark gives us a story of the emperor Caligula where the people were waiting for the Parousia, the day of the Lord immediately after the destruction of the temple.  In this last Sunday of the liturgical year, we are called to prepare ourselves for the second coming of the Lord. By recalling the first coming, and the failures of then the people of God, to identify the saving God in Jesus, we wish that we may not repeat the same today, by harming innocent and good people. 


We need to forgive and love, even our enemies, so that they may be converted and taste in and through us the divine mercy. Next Sunday we will be celebrating the Christ the King feast, King on the Cross, died for our sins. King of peace and reconciliation. This preparation is oriented towards His coming into our hearts. If Jesus invites his disciples to look at the fig tree, it is not for itself, rather, from here, that we may move further, to an expected event of life, a new season and a new beginning. 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Novembre 2021

Gospel text

(Lk 18,1-8): 

 

Jesus told his disciples a parable to show them that they should pray continually and not lose heart. He said, «In a certain town there was a judge who neither feared God nor people. In the same town was a widow who kept coming to him, saying: ‘Defend my rights against my opponent’. For a time he refused, but finally he thought: ‘Even though I neither fear God nor care about people, this widow bothers me so much I will see that she gets justice; then she will stop coming and wearing me out’».

And Jesus explained, «Listen to what the evil judge says. Will God not do justice for his chosen ones who cry to him day and night even if He delays in answering them? I tell you, He will speedily do them justice. Yet, when the Son of Man comes, will He find faith on earth?».

 

The Application

 

Today's gospel introduces us to two important elements of the Christian life: the source of our faith and the Christian duty. Our faith is based on this truth: Our God is not only a God of love, but also a God of justice. Crying out to Him is an expression of our trust. Since He is good and full of goodness, our cry will never turn back without bringing us fruit. It is in this certitude of God's goodness that we keep crying towards Him.

 

For a very just application, the gospel invites us to be faithful, faithful to God's love and never to be discouraged, when we feel that our prayers are not answered. Since prayer is an expression of our faith, our prayer is not only that God may grant our just demands, but also we promise to God that we will remain faithful to our Christian duty, bringing justice to our brothers and sisters who are waiting for us. God needs us and our cooperation, to ensure that the prayers of his faithful are answered. Let us never lose our faith, for it is the source of our perseverance and also of our existence.

 

Action of the day: Be courageous and hopeful.

 

 

Daily Quote from the Early Church Fathers:

 

Persistent prayer transforms iniquity and wickedness into mercy,

by Ephrem the Syrian (306-373 AD)

 

 

"How was that unjust judge immoral and wicked? How was the upright judge gracious and just? The first in his iniquity was not willing to vindicate the widow, and in his wickedness, he was not willing to put her mind at rest. The justice of God knows how to vindicate, and his grace discerns how to give life. The iniquity of this wicked judge was contrary to the justice of God, and the wickedness of this rebel was in opposition to the grace of the gentle One. His wickedness therefore was stubbornness, for it dared to go against the fear of God. His boldness was stubborn, for it refused the lowly person."
"These two were stubborn, but persistent prayer was even more stubborn. The persistence of the widow humiliated both the iniquity that was rebelling against God and the boldness that was behaving arrogantly towards human beings. She subjected them to her will, so that they might provide her with a vindication over her adversary. Persistence transformed these two bitter branches, and they bore sweet fruit that was against their nature. The iniquity of the judge brought about a righteous judgment and a just retribution for the falsely accused woman. His wickedness gave peace to the afflicted one, although iniquity does not know how to judge, and wickedness does not know how to give refreshment. Persistence forced these two evil and bitter branches to give good fruit against their nature. If we persist in prayer, we should be even more able to prevail on the grace and justice of God to give us fruit that agrees with their nature. Let justice vindicate us, and let grace refresh us. Accordingly, the fruit of justice is the just reward of the oppressed, while the giving of refreshment to the afflicted is the fruit of grace." 
(excerpt from COMMENTARY ON TATIAN'S DIATESSARON 16.16.6)

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Novembre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 18,1-8): 

 

Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager: «Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander: ‘Rends-moi justice contre mon adversaire’. Longtemps il refusa; puis il se dit: ‘Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m'ennuyer: je vais lui rendre justice pour qu'elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête’».

Le Seigneur ajouta: «Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice! Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit? Est-ce qu'il les fait attendre? Je vous le déclare: sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre?».

 

L’Application

 

L'évangile d'aujourd'hui nous présente deux éléments importants de la vie chrétienne : la source de notre foi et le devoir chrétien. Notre Dieu n'est pas seulement un Dieu d'amour, mais aussi un Dieu de justice. Crier vers Lui est l'expression de notre confiance. Puisqu'il est bon et plein de bonté, notre cri ne se retournera jamais sans porter du fruit. C'est dans cette certitude de la bonté de Dieu que nous continuons à crier vers Lui. 

Pour une application très juste, l'évangile nous invite à être fidèles, fidèles à l'amour de Dieu et à ne jamais nous décourager, lorsque nous sentons que nos prières ne sont pas exaucées. Puisque la prière est une expression de notre foi, notre prière n'est pas seulement pour que Dieu accède à nos justes demandes, mais nous promettons aussi à Dieu que nous resterons fidèles à notre devoir chrétien, en apportant la justice à nos frères et sœurs qui nous attendent. Dieu a besoin de nous et de notre coopération, pour que les prières de ses fidèles soient exaucées. Ne perdons jamais notre foi, car elle est la source de notre persévérance et aussi de notre existence.

«Il faut toujours prier sans se décourager»

 

+ Abbé Joan FARRÉS i Llarisó

(Rubí, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, pendant ces derniers jours de l'année liturgique, Jésus nous exhorte à prier, à nous diriger à Dieu. Nous pouvons le comprendre, en imaginant comme les pères et les mères de famille attendent que —tous les jours!— leurs enfants leur disent quelque chose, leur manifestent leur affection.

Dieu, qui est Père de tous, s'y attend aussi. Jésus nous le dit souvent dans l'Évangile, et nous savons que le fait de parler avec Dieu est en soit prière. La prière est la voix de la foi, de notre croyance en Lui, de notre confiance et, espérons que ce soit aussi toujours manifestation de notre amour.

Afin que notre prière sois persévérante et confiante, Saint Luc dit que «Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager» (Lc 18,1). Nous savons que la prière peut se faire en rendant louange à Dieu, en rendant grâce, ou en reconnaissant la propre faiblesse humaine —le péché—, implorant la miséricorde de Dieu; mais dans la grande majorité des cas, ce sera en demandant une grâce ou une faveur. Et, bien qu'on n'obtienne pas nécessairement ce qu'on demande à l'instant même, le seul fait de pouvoir se diriger à Dieu, le fait de pouvoir raconter à Quelqu'un cette peine ou cette chose qui nous préoccupe, sera suffisant pour qu'on puisse dire que nous avons obtenu quelque chose et certainement —bien que ce ne sera pas immédiat, sinon avec le passage du temps— nous obtiendrons réponse, car «Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit?» (Lc 18,7).

Saint Jean Climaco, au sujet de cette parabole évangélique, dit que «ce juge qui ne respectait pas Dieu, cède devant l'insistance de la veuve pour ne pas se déranger d'avoir à l'écouter. Dieu fera justice à l'âme, veuve de Lui par le péché, face au corps, son premier ennemi, et face aux démons, ses adversaires invisibles. Le Commerçant Divin saura faire l'échange juste de notre bonne marchandise, mettre à notre disposition ses grands biens avec amour et être prêt à recevoir nos demandes».

Persévérance dans la prière, confiance en Dieu. Disait Tertullien que «seulement la prière vainc Dieu».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0