Publié le 10 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 16,5-11): 

 

«Je m'en vais maintenant auprès de celui qui m'a envoyé, et aucun de vous ne me demande: ‘Où vas-tu?’. Mais, parce que je vous ai parlé ainsi, votre coeur est plein de tristesse. Pourtant, je vous dis la vérité: c'est votre intérêt que je m'en aille, car, si je ne m'en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous; mais si je pars, je vous l'enverrai. Quand il viendra, il dénoncera l'erreur du monde sur le péché, sur le bon droit, et sur la condamnation. Il montrera où est le péché, car l'on ne croit pas en moi. Il montrera où est le bon droit, car je m'en vais auprès du Père, et vous ne me verrez plus. Il montrera où est la condamnation, car le prince de ce monde est déjà condamné».

 

L’Application

 

Jésus nous révèle encore un autre mystère de sa présence dans notre vie quotidienne. Son absence physique n'est pas nécessairement son absence, car dans son absence nous sommes accompagnés par l'Esprit Saint et par lui il est présent. Chaque séparation physique est une invitation à reconstruire notre relation d'une autre manière, afin que tout ce que la présence physique nous a apporté soit bien digéré et nous parvienne sous une autre forme. Cette nouveauté nous fait renaître, totalement transformés par l'Esprit Saint. Ainsi, Jésus nous invite à nous vider de nos attachements physiques, visibles et palpables, afin de nous attacher aux éléments invisibles, ceux qui nous font vivre.

«C'est votre intérêt que je m'en aille»*

 

Abbé Joseph A. PELLEGRINO

(Tarpon Springs, Florida, Etats-Unis)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente une conception profonde de la réalité de l'Ascension du Seigneur. Dans la lecture de l'Evangile de Jean du Dimanche de Pâques, Jésus dit à Marie Madeleine de “cesser s'accrocher à Lui” car «Je ne suis pas encore monté vers le Père» (Jn 20,17). Dans l'Évangile d'aujourd'hui Jésus se rend compte que «parce que je vous ai parlé ainsi, votre coeur est plein de tristesse» mais que «c'est dans votre intérêt que Je m'en aille» (Jn 16,6-7). Jésus doit monter vers le Père. Néanmoins, Il est toujours présent parmi nous.

Comment peut-il partir et rester en même temps? Ce mystère nous a été expliqué par notre saint Père Benoît XVI: «Etant donné que Dieu renferme l'univers tout entier, l'Ascension du Seigneur signifie que le Christ ne s'est pas éloigné de nous mais qu'au contraire, en demeurant avec le Père, Il est désormais à côté de chacun de nous pour toujours».

Notre espérance se trouve dans le Seigneur. Par sa victoire sur la mort Il nous a donné une vie que la mort ne pourra jamais détruire: Sa Vie. Sa résurrection veut dire que ce qui était spirituel devient réel. Rien ne peut nous séparer de l'amour de Dieu. Rien ne peut diminuer notre espérance. Les négations du monde ne peuvent rien contre les affirmations de Jésus.

Le monde imparfait dans lequel nous vivons, où nous voyons souffrir les innocents, pourrait nous rendre pessimistes. Mais Jésus nous a transformé en éternels optimistes.

La présence vivante de Jésus dans notre communauté, dans notre famille, et dans tous les aspects de notre société, que nous pouvons sans erreur appeler “chrétiens”, nous donne une raison d'avoir l'espérance. La présence vivante de Jésus dans chacun de nous, nous a rempli de joie. Peu importe la quantité de mauvaises nouvelles que les médias se réjouissent de nous présenter, les bonnes choses qu'il y a dans le monde surpassent les mauvaises parce que Jésus est monté vers le Père.

En effet, Il est monté au ciel, mais Il ne nous a pas abandonnés.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 10 Mai 2021

The feast of the Ascension is approaching, and today we hear a new commandment from Jesus. We are invited to join and associate this teaching, with the teaching of Jesus on Holy Thursday.  No one can forget it, for it was the source of their faith in the risen Jesus, a memory for eternity. He loved them so much, he wanted to love them to the end. In the Eucharist we see clearly the body given and the blood shed, an act of love, a love par excellence.

Today, the disciples will discover a newness  in the life of the Church, strangers will receive the grace of the Holy Spirit, the same grace received by the Apostles. In the Christian faith, there is no difference between Jews and Gentiles. Why should there be no difference? It is God who acts in these events. "If Peter is in Cornelius' house today, it is not a human initiative. It is God who has done everything to bring Peter to this place and to discover a new stage of the Lord's Church.  Peter learned by his obedience to his Master.

It is Jesus who teaches us to love one another, as his Father loved him and as Jesus loved his Father. This loving relationship of a Father and a son will be a model for us all. The fidelity of this Son, even to the point of dying on the cross, will be an example for his disciples and will be for so many couples who give themselves generously in family life. What a joy to hear this "I love you and may my joy be complet in you" in all sincerity! 

How can we say it in all sincerity to someone who has hurt us and continues to do so? Or to someone who is against us or refuses us? It is possible, if we remain in Jesus and in his love.  As Jesus received this love from his Father in humility, we must receive this love from Jesus, in all sincerity, the love that Jesus expressed on the cross.  For you Lord, I would do it. It is not because the other person has deserved it, but the Lord who lives in him or her has deserved it. I can't refuse the Lord, His due love and compassion that He has generousely bestowed on me. For you, Lord, I will lay down my life.  I will remain faithful to this commandment of love.

The newness of this commandment of love is found in the way Jesus loved us.  I no longer call you servants, for the servant does not know what his master is doing; I call you my friends. First of all, Jesus did not cling to his divinity when he established a relationship of friendship with his disciples.  He was a man par excellence, a man capable of revealing and forgiving everything, even on the cross. By looking at Jesus on the cross, the Lord's disciples were renewed and were able to forgive everything. In our relationships we must never forget the cross of Jesus.  I have chosen you and raised you up. In baptism we participate in this elevation from an ordinary man to a divine person, and we become the beloved of the Father.  He has made known to us his Father and his plan, the salvation of the world.  Since we have a God who dwells in us and who is a God of love, we are called by this dwelling of God to be the visible images of this love for our brothers and sisters. Let us be lovers of God and be friends of Jesus, Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Mai 2021

Gospel text

(Jn 15,26—16,4): 

 

Jesus said to his disciples, “When the Advocate comes whom I will send you from the Father, the Spirit of truth that proceeds from the Father, he will testify to me. And you also testify, because you have been with me from the beginning. “I have told you this so that you may not fall away. They will expel you from the synagogues; in fact, the hour is coming when everyone who kills you will think he is offering worship to God. They will do this because they have not known either the Father or me. I have told you this so that when their hour comes you may remember that I told you."

 

The Application

 

We are called to be witnesses of God's love and through our joy in the gospel to let others discover in us the workings of the Holy Spirit. The Spirit we received at our baptism inspires us and accompanies us, without revealing his work to us. If we allow this Spirit to act freely in us, in this freedom, He will lead us to the truth and this truth, even if we are persecuted, will make us happy. There we will discover that suffering for the faith is not real suffering, but a great joy that God offers us.

 

Action of the day: Be aware that the Spirit is working in you.

 

Daily Quote from the Early Church Fathers:

 

The Comforter is with us in our troubles, 

by Cyril of Jerusalem, 430-543 A.D.

 

"He is called the Comforter because he comforts and encourages us and helps our infirmities. We do not know what we should pray for as we should, but the Spirit himself makes intercession for us, with groanings that cannot be uttered (Romans 8:26), that is, he makes intercession to God. Very often, someone has been outraged and dishonored unjustly for the sake of Christ. Martyrdom is at hand; tortures on every side, and fire, and sword, and savage beasts and the pit. But the Holy Spirit softly whispers to him, 'Wait on the Lord' (Psalm 27:14). What is now happening to you is a small matter; the reward will be great. Suffer a little while, and you will be with angels forever. 'The sufferings of this present time are not worth comparing to the glory that shall be revealed in us' (Romans 8:18). He portrays to the person the kingdom of heaven. He gives him a glimpse of the paradise of delight." (excerpt from CATECHETICAL LECTURES 16.20)

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 15,26—16,4): 

 

«Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d'auprès du Père, lui, l'Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement. Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber. On vous exclura de la synagogue. Et même, l'heure vient où tous ceux qui vous tueront s'imagineront offrir ainsi un sacrifice à Dieu. Ils le feront parce qu'ils ne connaissent ni le Père ni moi. Mais voici pourquoi je vous dis tout cela: quand cette heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l'avais dit. Je ne vous l'ai pas dit dès le commencement, parce que j'étais avec vous».

 

L’Application

 

Nous sommes appelés à être des témoins de l'amour de Dieu et, par notre joie de l'Évangile, à faire découvrir aux autres l'action de l'Esprit Saint. L'Esprit que nous avons reçu à notre baptême nous inspire et nous accompagne, sans nous révéler son action. Si nous laissons cet Esprit agir librement en nous, dans cette liberté, il nous conduira à la vérité et cette vérité, même si nous sommes persécutés, nous rendra heureux. Nous y découvrirons que la souffrance pour la foi n'est pas une vraie souffrance, mais une grande joie que Dieu nous offre.

«Vous aussi vous rendrez témoignage»

 

Abbé Higinio Rafael ROSOLEN IVE

(Cobourg, Ontario, Canada)

 

Aujourd'hui, dans l'Évangile Jésus annonce et promet la venue de l'Esprit Saint : "Quand viendra le Paraclite (…) qui provient du Père, Il rendra témoignage en ma faveur (Jn 15,26). "Paraclite" signifie littéralement "celui qui est appelé auprès de quelqu'un", et qu'on traduit habituellement par "Consolateur". De cette manière, Jésus nous rappelle la bonté de Dieu, car l'Esprit Saint étant l'amour de Dieu, Il inspire la paix dans nos cœurs, la sérénité dans l'adversité et la joie pour les choses de Dieu. Il nous fait regarder vers les choses du ciel et nous unir à Dieu.

De plus, Jésus dit aux Apôtres "Vous aussi vous rendrez témoignage" (Jn 15,27). Pour rendre témoignage il faut:

1° Etre en communion et proche de Jésus. Cela naît du contact quotidien avec Lui : lire l'Évangile, écouter ses paroles, connaître ses enseignements, pratiquer ses sacrements, être en communion avec l'Église, imiter son exemple, obéir aux commandements, le voir dans les saints, le reconnaître dans nos frères, avoir son esprit et l'aimer. Il s'agit d'avoir une expérience personnelle et vive avec Jésus.

2° Notre témoignage est crédible s'il se reflète dans nos œuvres. Un témoin n'est pas seulement celui qui sait que quelque chose est vrai, mais qui est aussi prêt à le dire et à le vivre. Ce que nous expérimentons et vivons dans notre âme, nous devons le transmettre à l'extérieur. Nous sommes des disciples de Jésus non seulement lorsque nous connaissons ses enseignements, mais – et surtout – quand nous voulons et faisons en sorte que les autres Le connaissent et L'aiment. Comme dit le dicton : "Les paroles émeuvent, les exemples rallient".

Le Pape François nous disait : Je suis reconnaissant pour le bel exemple que me donnent de nombreux chrétiens qui offrent leur vie et leur temps avec joie. Ce témoignage me fait beaucoup de bien et me soutient dans mon désir de surmonter l'égoïsme pour m'engager davantage". Et il ajoutait : "Je veux vous demander en particulier un témoignage de communion fraternelle qui devienne attractif et resplendissant". C'est toujours une lumière qui attire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Mai 2021

Gospel text

(Jn 15,18-21): 

 

Jesus said to his disciples; “If the world hates you, realize that it hated me first. If you belonged to the world, the world would love its own; but because you do not belong to the world, and I have chosen you out of the world, the world hates you. Remember the word I spoke to you, ‘No slave is greater than his master.’ If they persecuted me, they will also persecute you. If they kept my word, they will also keep yours. And they will do all these things to you on account of my name, because they do not know the one who sent me.”

 

L’Application

 

I invite you to reread this Gospel in a different way. The point of interest in this gospel is not of persecution, rather the question of beloning. If we remain faithful to the Lord, he will protect us and accompany us. As we read in the first reading, we will no longer seek our own will, even in good deeds. Total dependence on God's will can help us to free ourselves from our carnal attachments.  

 

Jesus invites us to recognise this new identity that we have inherited from his death and resurrection and to live this life on earth in a way that is worthy of that divine identity. Even though we are still in the world, our home is being prepared in heaven, with the Lord.

 

Thus, for us Christians, death is not the end, but a new birth in God. That is why St Paul told us, if we live, we live for the Lord, and if we die, we die for the Lord. In death and in life, we belong to Christ.

 

Action of the day : Live your life, as if your are a divine being.

 

«They will do all these things to you on account of my name, because they do not know the one who sent me»

 

Fr. Ferran JARABO i Carbonell

(Agullana, Girona, Spain)

 

Today, the Gospel opposes the world to Christ's followers. The world represents whatever sinful there may be in our existence. Consequently, one of the main characteristics of Christ's followers is fighting all evil and sin to be found in the world and inside every man. This is why Jesus is the light of men, the light that illuminates the world's darkness. Saint John Paul II exhorted us: “so that this light makes us strong and capable to accept and love the entire Truth of Christ, and love it even more when opposed by our world.”

Neither Christians nor the Church can follow the passing fads or criteria of this world. Christ's criterion is the unique, definitive and unavoidable one for us to follow. It is not up to Jesus to adapt himself to the world where we live; it is up to us instead to transform our lives after Jesus. “Christ is the same one whether yesterday, today or always.” This should make us wonder: when our secularized society demands from us and from the Church certain changes or licenses, we are simply being asked us to move away from God. However, we Christians should be faithful to Christ and to his message. Saint Ireneus says: “God does not need anything; but man needs to be in permanent communion with God. And man's glory lies in persevering and always keep in God's service.”

This fidelity may, quite often, mean persecution: “If they persecuted me, they will also persecute you” (Jn 15:20). We should not be afraid of persecution; we should rather be afraid of not attempting strongly enough to always make God's will. Let's be brave and let us proclaim without any fear Christ resurrected, light and joy of all Christians! Let us leave the Holy Spirit to transform us so that we can inform the whole world about it!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 15,18-21): 

 

«Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu'il en a eu d'abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Mais vous n'appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite: Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. Si l'on m'a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l'on a observé ma parole, on observera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de moi, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé».

 

L’Application

 

Je vous invite à relire cet évangile d'une manière différente. Si nous restons fidèles au Seigneur, il nous protégera et nous accompagnera. Comme nous l'avons lu dans la première lecture, nous ne chercherons plus notre propre volonté, même dans les bonnes actions. La dépendance totale de la volonté de Dieu peut nous aider à nous libérer de nos attaches charnelles.  

Jésus nous invite à reconnaître la nouvelle identité que nous avons héritée de sa mort et de sa résurrection et à vivre cette vie sur terre d'une manière qui soit digne de cette identité divine. Même si nous sommes encore dans le monde, notre maison se prépare au ciel, avec le Seigneur.

Ainsi, pour nous chrétiens, la mort n'est pas la fin, mais une nouvelle naissance en Dieu. C'est pourquoi saint Paul nous dit : si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur, et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Dans la mort et dans la vie, nous appartenons au Christ.

 

«Les gens vous traiteront ainsi à cause de moi, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé»

Abbé Ferran JARABO i Carbonell

(Agullana, Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile oppose les fidèles du Christ au monde. Le monde représente tout ce qui est péché dans notre vie. Une des particularités du chrétien est sa lutte constante contre le mal et le péché qui est à l'intérieur de chaque homme et dans le monde. C'est pour cela que Jésus est lumière, lumière qui illumine les ténèbres du monde. Karol Wojtyla nous dit que «la lumière puisse nous rendre forts et capables d'accepter et d'aimer la vérité entière du Christ, plus le monde la contredit plus il faut l'aimer».

Ni le chrétien, ni l'Eglise ne peuvent suivre les tendances ou les critères du monde. Le seul et unique critère pour nous doit être le Christ. Ce n'est pas Jésus qui doit s'adapter au monde dans lequel nous vivons, c'est nous qui devons tourner nos vies vers Jésus. «Le Christ est le même hier, aujourd'hui et toujours». Ces paroles devraient nous amener à la réflexion. Quand notre société sécularisée réclame des changements ou libertés aux chrétiens et à l'Église, elle nous demande tout simplement de nous détourner de Dieu. Le chrétien doit rester fidèle au Christ et à son message. Saint Irénée nous dit: «Dieu n'a besoin de rien, mais l'homme a besoin de rester en communion avec Dieu. Et la gloire de l'homme réside dans sa persévérance et dans sa fidélité au service de Dieu».

Cette fidélité peut entraîner la persécution: «Si l'on m'a persécuté, on vous persécutera, vous aussi» (Jn 15,20). Nous ne devons pas craindre la persécution mais au contraire ce que nous devons craindre c'est de ne pas faire la volonté de Dieu. Soyons courageux et proclamons sans crainte le Christ ressuscité, lumière et joie des chrétiens! Laissons l'Esprit Saint nous transformer et nous rendre capables de le proclamer partout dans le monde!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Mai 2021

Gospel text

(Jn 15,12-17): 

 

Jesus said to his disciples, «This is my commandment: love one another as I have loved you. There is no greater love than this, to give one's life for one's friends; and you are my friends if you do what I command you. I shall not call you servants any more, because servants do not know what their master is about. Instead I have called you friends, since I have made known to you everything I learned from my Father. You did not choose me; it was I who chose you and sent you to go and bear fruit, fruit that will last. And everything you ask the Father in my name, he will give you. This is my command, that you love one another».

 

The Application

 

Jesus gives us a new identity so that others may discover what is the essence and the finality of our life. For Christians, everything begins with love and ends in love. Love one another' is not a new commandment, for it has existed since the Old Testament. However, the newness is found in Jesus Christ, 'as I have loved you'.

 

What are the proofs that Jesus presents to us as a perfection of his love for us? Firstly, he tells us that he has told us everything and shared everything, including his closeness. He holds nothing back. He would have us know him as he is.  He has revealed not only his identity, but he has also made us discover his Father in him.

 

He accepted us as we are, chose us and raised us from ordinary children, to children of God, children worthy of divine love. Third, He gave His life for us, for the salvation of the world. Now He desires us to bear the fruits, the fruits God intended.

 

Action of the day : Be faithful and bear fruit.

 

 

«This is my commandment: love one another as I have loved you»

 

Fr. Carles ELÍAS i Cao

(Barcelona, Spain)

 

Today, our Lord exhorts us to fraternal love: «Love one another as I have loved you» (Jn 15:12), that is to say, as you have seen me loving and you will still see me love. Jesus speaks to you as a friend, for He has told you that his Father calls you, that He wants you to become an apostle, and that He expects you to bear fruit, a fruit that is manifested through love. St. John Crysostom affirms: «If love would be spread all over, an infinite goodness would be born out of it».

To give love amounts to create life. Spouses know it well, for they love each other, they make a reciprocal donation and they assume the responsibility of becoming parents by accepting, at the same time, the abnegation and self-denial of their time and their own being in favour of those they must take care of, must protect, must educate and, in short, must form as persons. Missionaries know it too, when they offer their life for the Gospel, with the same Christian spirit of sacrifice and abnegation. And friars, priests and bishops also know it, and with them all of Jesus' disciples who commit themselves to our Savior.

A little before, Jesus already told you which the requirements for love and bearing fruit are: «Truly, truly, I say to you, unless a grain of wheat falls into the earth and dies, it remains alone; but if it dies, it bears much fruit» (Jn 12:24). Jesus invites you to lose your life, to deliver it to Him without any fear, to willingly die, if need be, to be able to love your brother with Christ's love, with supernatural love. Jesus invites you to attain an operative, benefactor and concrete love; this is how apostle James understood it when he said: «Suppose a brother or sister is without clothes and daily food. If one of you says to him, ‘Go, I wish you well; keep warm and well fed’, but does nothing about his physical needs, what good is it? In the same way, faith by itself, if it is not accompanied by action, is dead» (2:15-17).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 15,12-17): 

 

«Mon commandement, le voici: Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l'accordera. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres».

 

 

L’Application

 

Pour les chrétiens, tout commence par l'amour et se termine par l'amour. S'aimer les uns les autres" n'est pas un commandement nouveau, car il existe depuis l'Ancien Testament. Cependant, la nouveauté se trouve en Jésus-Christ, "comme je vous ai aimés".

Quelles sont les preuves que Jésus nous présente comme une perfection de son amour pour nous ? Tout d'abord, il nous dit qu'il nous a tout dit et tout partagé, y compris sa proximité. Il ne retient rien. Il veut que nous le connaissions tel qu'il est.  Il nous a révélé non seulement son identité pour que nous la découvrions, mais il nous a aussi fait découvrir son Père en lui.

Il nous a acceptés tels que nous sommes, nous a choisis et nous a élevés d'enfants ordinaires, en enfants de Dieu, en enfants dignes de l'amour divin. Troisièmement, il a donné sa vie pour nous, pour le salut du monde. Maintenant, il désire que nous portions les fruits, les fruits que Dieu a voulu.

«Mon commandement, le voici: Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés»

 

Abbé Carles ELÍAS i Cao

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, le Seigneur nous invite à l'amour fraternel: «Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés» (Jn 15,12), c'est-à-dire, comme vous me l'avez vu faire et comme vous me verrez encore le faire. Jésus te parle comme à un ami, car Il t'a dit que le Père t'appelle, qu'il te veut apôtre et qu'il t'envoie pour donner du fruit, un fruit qui se manifeste dans l'amour. Selon saint Jean-Chrysostome, «si l'amour était répandu partout, il en naîtrait une infinité de biens».

Aimer, c'est donner sa vie. Les époux le savent qui, par amour, font donation réciproque de leur vie et assument la responsabilité d'être parents, acceptant aussi l'abnégation et le sacrifice de leur temps et de leur être en faveur de ceux qu'ils doivent soigner, protéger, éduquer et former comme des personnes. Les missionnaires le savent, qui donnent leur vie pour l'Évangile, avec ce même esprit chrétien de sacrifice et d'abnégation. Et les religieux, les prêtres et les évêques le savent, tout disciple de Jésus qui s'engage auprès du Sauveur le sait.

Jésus t'a dit un moment avant quelle est la condition de l'amour, donner du fruit: «Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit» (Jn 12,24). Jésus t'invite à perdre ta vie, à la Lui donner sans crainte, à mourir à toi-même pour pouvoir aimer ton frère de l'amour du Christ, d'un amour surnaturel. Jésus t'invite à parvenir à un amour agissant, bienfaisant et concret; l'apôtre Jacques l'avait compris quand il disait: «Si un frère ou une sœur sont nus, s'ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l'un d'entre vous leur dit: ‘allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous’, et sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il? Ainsi en est-il de la foi: si elle n'a pas les œuvres, elle est tout à fait morte» (2,15-17).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Mai 2021

Gospel text

(Jn 15,9-11): 

 

Jesus said to his disciples: “As the Father loves me, so I also love you. Remain in my love. If you keep my commandments, you will remain in my love, just as I have kept my Father’s commandments and remain in his love. “I have told you this so that my joy might be in you and your joy might be complete”.

 

The Application

 

The joy and inner peace are considered as highly searched commodity that very few people have it.  The contemporary world is ready to give any price to acquire it. Sadly very few have understood that they are fruits of sincere love and a painful process of mastering our daily crosses, as Jesus has shown us through His death and resurrection.

 

What boldness and divine desire which is revealed in today’s gospel, that can man ever imagine on earth! "Let my joy be in you, and let you be filled with joy. "For this Jesus invites us to imitate him, especially in the way he expressed his love for his Father. To remain in his love is to be faithful to his teaching, faithful to the commandment of love.

 

The fulfillment of his Father's will gave him deep joy, so may we who are his disciples do the same. The cross was not easy, and it was indeed a bitter cup, but he drank it, so that we may never taste it. To remain in Jesus is to participate in his mission, the salvation of the world. The best way to participate in this mission is to accept our own cross, to walk the path of holiness and to become his faithful and joyful disciples.  It is in the perfection of our discipleship that will assures us the joy and the inner peace, which are mere free gifts of God, to his disciples.

 

Action of the day: Be a joyful disciple of Christ.

 

«As the Father loves me, so I also love you»

 

 

Fr. Lluís RAVENTÓS i Artés

(Tarragona, Spain)

 

Today, we hear again the intimate confidence Jesus made last Holy Thursday: “As the Father loves me, so I also love you” (Jn 15:9). The Father's love for the Son is immense, tender, dear. We can read it in the Book of Proverbs, when He affirms that long before initiating his deeds “then was I beside him as artisan; I was his delight day by day, playing before him all the while” (Pr 8:30). This is how He loves us and, prophetically announcing it in the same book, He adds: “Playing over the whole of his earth, having my delight with human beings.” (Pr 8:31).

The Father loves the Son, and Jesus tells us so: «And He that sent me is with me: the Father has not left me alone; for I do always those things that please him» (Jn 8:29). The Father loudly proclaimed it in the Jordan, when He says: “You are my beloved Son; with you I am well pleased.” (Mk 1:11) and, later on, in Mount Tabor: “This is my beloved Son. Listen to him.” (Mk 9:7).

Jesus has replied, “Abbà”, Pater! Now He reveals us, “As the Father loves me, so I also love you.” And what shall we do? To stay indeed by his love, to abide by his commandments, to love His Father's Will. Is not this the example He gives us? «I always keep my Father's commandments and remain in his love».

But we, who are weak, fickle, cowards and —why not just admit it— even wicked at times, shall we then lose his friendship forever? No, He will not allow us to be tempted well over our own forces! And, if we ever fail to abide by his commandments, let us ask him the grace of quickly coming back to him, as the prodigal son to the Father's house. And of being able to receive the Sacrament of Penance and be forgiven our sins. “I love you” —Jesus tells us—.“I have told you this so that my joy may be in you and your joy may be complete” (Jn 15:11).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 15,9-11): 

 

«Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie».

 

L’Application

 

Quelle audace et quel désir divin l'homme peut-il jamais imaginer sur la terre ! " Que ma joie soit en vous, et que vous soyez remplis de joie. " Pour cela, il nous invite à l'imiter, notamment dans la manière dont il a exprimé son amour pour son Père. Demeurer dans son amour est synonyme de fidélité à son enseignement, de fidélité au commandement de l'amour. 
L'accomplissement de la volonté de son Père lui procurait une joie profonde, qu'il en soit de même pour nous qui sommes ses disciples. La croix n'était pas facile, et c'était vraiment une coupe amère, mais il l'a bue, afin que nous ne la goûtions jamais. Demeurer en Jésus, c'est participer à sa mission, le salut du monde. La meilleure façon de participer à cette mission est d'accepter notre propre croix, de marcher sur le chemin de la sainteté et de devenir ses disciples fidèles et joyeux.  

«Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés»

 

Abbé Lluís RAVENTÓS i Artés

(Tarragona, Espagne)

 

Aujourd'hui nous écoutons à nouveau la confidence intime que Jésus nous fait le Jeudi Saint: «Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés» (Jn 15,9). L'amour du Père pour le Fils est immense, tendre, profond. Nous pouvons le constater dans le livre des Proverbes, lorsque Il affirme que, bien avant le commencement de ses oeuvres, «j'étais à ses côtés comme un maître d'oeuvre. J'y trouvais mes délices jour après jour en jouant devant lui à tout instant» (Pr 8,30). C'est bien ainsi qu'Il nous aime et, en l'annonçant prophétiquement dans le même livre, Il ajoute «jouant sur toute la terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes» (Pr 8,31).

Le Père aime le Fils, et Jésus ne cesse pas un instant de nous le rappeler: «Celui qui m'a envoyé est avec moi; il ne m'a pas laissé seul parce que je fais toujours ce qui Lui plaît» (Jn 8,29). Le Père l'a bien proclamé quand du ciel une voix se fît entendre sur le Jourdain: «C'est toi mon Fils bien-aimé; en toi j'ai mis tout mon amour» (Mc 1,11) et, plus tard au mont Thabor: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le» (Mc 9,7).

Jésus a répondu, «Abbá», Papa! Maintenant, Il nous dit, «Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés». Et, que faisons-nous? Nous maintenir dans son amour, obéir à ses commandements, aimer la Volonté du Père. N'est-ce pas là l'exemple qu'Il nous donne? «Je fais toujours ce qui Lui plaît».

Mais nous, qui sommes faibles, inconstants, lâches et —pourquoi ne pas l'avouer— même méchants, allons-nous perdre à jamais Son amitié? Certes, non! Car Il ne permettra pas que nous soyons tentés au-delà de nos forces! Mais si jamais nous nous éloignions de ses commandements, demandons Lui la grâce de revenir en courant comme le fils prodigue, vers la maison du Père et de nous tourner vers le sacrement de la Pénitence afin de recevoir le pardon de nos péchés. «Moi, aussi, je vous ai aimés —nous dit Jésus—. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie» (Jn 15,9.11).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0