Publié le 17 Février 2021

Gospel text

(Lk 9,22-25): 

 

Jesus said, «The Son of Man must suffer many things. He will be rejected by the elders and chief priests and teachers of the Law, and put to death. Then after three days he will be raised to life». Jesus also said to all the people, «If you wish to be a follower of mine, deny yourself and take up your cross each day, and follow me. For if you choose to save your life, you will lose it, and if you choose to lose your life for my sake, you will save it. What does it profit you to gain the whole world while you destroy or damage yourself?».

 

The Application

 

Very often the Lenten season is associated with penitence, fasting, suffering, denying oneself, carrying the cross, etc. Though they are not wrong, it will be a terrible tragedy, if the finality of this act is disassociated from the love of God and of our brothers and sisters.  In which way it helps you to build a good and a healthy relationship with God and with your brothers and sisters, by not taking the meat in these days, or avoiding an act, for example?

 

Let us not be mistaken about the purpose of the Cross of Jesus! Jesus did suffer on the cross; however, He didn’t choose the cross to suffer, rather to show us how much He loves us. It is by emptying His own divinity that He chose to divinize the humanity, as God had created it.  The Incarnation has restored, through death and resurrection, the dignity that God granted to humanity from the beginning of creation. If the Cross is disassociated from the salvific plan of God, then it’s of no value.

 

 

 

Jesus invites us, particularly in these days, to participate in His divinity. If we want to participate in his divinity, we must abandon our humanity, just as Jesus lived his life on earth. How can we be filled with the Holy Spirit if we do not know how to empty ourselves, especially the human spirit, our own interiority, which is good in itself, so that the divinity may take us completely?  

 

Action of the day: Learn to accept a surgical intervention for a good health.

«If you wish to be a follower of mine, deny yourself and take up your cross each day, and follow me»

 

Fr. Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Spain)

 

Today is the first Thursday of Lent. The ashes our Church laid yesterday on our forehead are still fresh; and are meant to remind us of a forty days journey. In the Gospel, Jesus, shows us two routes: the way of the cross he must undergo, and our own way to follow him.

His path is the Way of the Cross and that of death, but also that of His Glory: «The Son of Man must suffer many things (...), and be rejected by the elders and chief priests and scribes, and be killed, and on the third day be raised. » (Lk 9:22). The route we must take is, essentially, the same one Jesus took, and He shows us how to follow it: «If any man would come after Me...» (Lk 9:23).

Hugging his Cross, Jesus complied with the Will of His Father; as for us, carrying ours on our shoulders, we follow him in his Way of the Cross.

The path of Jesus is summarized in three words: suffering, dying, raising from the dead. Three aspects constitute our own footpath too (two attitudes and the essence of our Christian vocation): Self-Denial, taking up our cross every day of our life and following Jesus.

If we do not deny ourselves and do not take up our cross, we are only seeking to affirm and be ourselves; we want «to save our life», as Jesus says. Yet, by wanting to save it, we will lose it. On the other hand, those who, because of Jesus, will not strive to avoid their suffering and the cross, will save their lives. It is the resulting paradox of our following Jesus: «For what does it profit a man if he gains the whole world and loses or forfeits himself?» (Lk 9:25).

Our Lord's words, closing today's Gospel, tremendously shook Saint Ignatius and sparked off his conversion: «What would happen if I would do just as saint Francis and saint Dominic did?». If only, in this Lent, the same words would help us to reach our conversion, too...!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 9,22-25): 

 

Jésus disait à ses disciples: "Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les chefs de prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite". Il disait aussi à la foule: «Celui qui veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix chaque jour, et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c'est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence?». 

 

L’Application

 

Ne nous trompons pas sur le but de la Croix de Jésus ! Jésus n'a pas choisi la croix pour souffrir, mais plutôt pour nous montrer combien il nous aime. C'est en vidant sa propre divinité qu'il a choisi de diviniser l'humanité, telle que Dieu l'avait créée.  L'Incarnation a restauré, par la mort et la résurrection, la dignité que Dieu a accordée à l'humanité depuis le début de la création.

Si nous voulons participer à sa divinité, nous devons abandonner notre humanité, tout comme Jésus a vécu sa vie sur terre. Comment pouvons-nous être remplis de l'Esprit Saint si nous ne savons pas nous vider, surtout l'esprit humain, de notre propre intériorité, qui est bonne et bonne, afin que la divinité nous prenne complètement ?  

«Celui qui veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix chaque jour, et qu'il me suive»

 

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui premier jeudi du Carême, les cendres que l'Église nous a mises sur le front sont encore fraîches. Elles nous introduisaient à ce temps sacré qui est un trajet de quarante jours. Jésus, dans l'Évangile, nous montre deux voies: le Via Crucis qu'il Lui faut parcourir; notre propre chemin, à sa suite.

Sa voie, c'est celle du Chemin de Croix et de mort, mais aussi celle de sa glorification: «Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté (…), qu'il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite» (Lc 9,22). Pour l'essentiel, notre chemin ne diffère pas de celui de Jésus, qui nous indique d'ailleurs la manière de le suivre: «Celui qui veut marcher à ma suite…» (Lc 9,23).

En embrassant sa Croix, Jésus a fait la Volonté du Père; nous, en prenant la nôtre sur nos épaules, nous l'accompagnons dans son Via Crucis.

Le chemin de Jésus se résume en trois mots: souffrance, mort, résurrection. Notre chemin comporte aussi trois aspects (deux attitudes et l'essence de la vocation chrétienne): renoncer à nous-mêmes, prendre la croix de chaque jour et accompagner Jésus.

Celui qui ne renonce pas à lui-même et ne prend pas sa croix, veut s'affirmer et être lui-même, il veut «sauver sa vie», comme dit Jésus. Mais en voulant la sauver, il la perd. En revanche, celui qui, à cause de Jésus, ne cherche pas à éviter la souffrance et la croix, celui-là sauvera sa vie. Tel est le paradoxe du disciple de Jésus: «Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c'est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence?» (Lc 9,25).

Cette parole du Seigneur, qui clôt l'Évangile du jour, a transpercé le cœur de saint Ignace et provoqué sa conversion: «Qu'adviendrait-il si je faisais ce que fit saint François et ce que fit saint Dominique?» Ah si, pendant ce Carême, la même parole nous aidait aussi à nous convertir!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Février 2021

Lent is a special time for Christians because it recharges and renews our life of Faith, hope and charity. This moment, offered every year  to believers, invites us to go to the desert, not alone, but with the Holy Spirit. This walk towards the desert is a pilgrimage towards our own interiority, the true sanctuary, the dwelling place of God. In these 40 days, we will be accompanied by the Holy Spirit through the Word of God.  Certainly with the temptations to be overcome, through fidelity to the commandment of love, through our baptismal and spiritual commitments, including family and social duties, we will reach our destination, willed by God, voluntarily welcomed in joy and freedom. In the Lenten message, the Holy Father tells us, "Behold, we go up to Jerusalem. In this message he tells us that this time helps us to renew our faith, hope and charity.

To do this, today's Gospel proposes three important steps. We must learn to control ourselves, learn to take care of the body, choose the necessary food, etc. The Gospel will call it 'fasting' or abstinence. To feed man according to our needs, not by our desires. If we are led to that desire which is right before God, let us commit ourselves, putting the common desire before personal desires. Good physical health, inspired in faith, directs us towards mental health, which obliges us to live with the other as our brothers and sisters, sharing our life with them.

 

Sharing is a fruit of good mental health, which makes us discover not only the suffering of our brothers and sisters, but also our capacity to alleviate their suffering. Let us be sure in faith, my brothers and sisters in Jesus Christ, with the Five Loaves that we have, and if we dare to share them with our brothers and sisters as the widow of Sarepta who fed the prophet Elijah, the Lord will multiply them and leave with us 12 baskets of bread. How can we travel this path towards resurrection without being charitable? When we say, let us be charitable, let our charity not be limited by the sharing of our material goods, which is easier than others, like by listening, by spending qulitative  time and by presence, etc. The Gospel will name it as almsgiving.

The third stage is that of prayer, the source of everything, our intimate relationship with God. Prayer was the Lord's favourite moment. We see him very often in prayer, united with his Father. Let us not reduce the prayer with the recitation of words, of simple supplications. Prayer is a silent listening, and simply being with God in profound joy and peace. Let us look at the Father in Jesus, and let us allow ourselves to be looked at by God. This gaze takes its perfection from the gaze of Jesus crucified, a gaze full of love and compassion, a gaze that forgives everything and everyone, even if we do not deserve it. Let us contemplate it and make it our own.  It is in prayer that our mental health finds its meaning and perfection. It’s in prayer we discover the neccesity to take care of our body.

Everything is in Him, through Him, and for Him. If we take care of our bodies, it is not because it is beautiful to take care of it, rather, it is God's dwelling place, God's sanctuary. Sharing is not because your brother suffers or needs you, rather Christ who lives in him suffers with him. This Samaritan, isn't the one sent by the Father, so that you can discover Him and serve Him in him?

Our fasting of uncessary and evil elements in life, and our fasting of good things which doesn’t help us to get closer to God, our fasting of anything that separates us from the love of God, will have a meaning in promoting them in this lenten season. Anyother fasting, for the sake of fasting, may loose all its credibility of pratcing them in this lenten moment.

I share with you the beginning of the Holy Father's message, and wish that you read the complete texte  as soon as you have the opportunity. "As we travel the Lenten journey, which leads us to the Easter celebrations, we remember the One who loved us "becoming obedient unto death and death from the cross" (Phil 2:8). In this time of conversion, we renew our faith, we draw the "living water" of hope and we receive with open hearts the love of God that makes us brothers and sisters in Christ. On Easter Night, we will renew the promises of our baptism to be reborn as new men and women through the intervention of the Holy Spirit. The Lenten itinerary, like the Christian itinerary, is already entirely placed under the light of the Resurrection, which inspires the feelings, attitudes and choices of those who want to follow Christ. "Good Lent!

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Février 2021

 Le carême est moment fort pour les chrétiens car il recharge et renouvelle notre batterie spirituelle. Ce moment, offert chaque année aux croyants, nous invite à aller au désert, non pas seuls, mais avec l'Esprit Saint. Cette marche vers le désert est un pèlerinage vers notre propre intériorité, le vrai sanctuaire, la demeure de Dieu. Pendant ces 40 jours, nous serons accompagnés par l'Esprit Saint à travers la Parole de Dieu.  Certainement avec les tentations à surmonter, par la fidélité au commandement de l'amour, par nos engagements baptismaux et spirituels, y compris les devoirs familiaux et sociaux, nous atteindrons notre destination, voulue par Dieu, accueillie volontairement dans la joie et la liberté. Dans le message de Carême, le Saint-Père nous dit : "Voici que nous montons à Jérusalem. Dans ce message, il nous dit que ce temps nous aide à renouveler notre foi, notre espérance et notre charité.

Pour ce faire, l'Évangile d'aujourd'hui propose trois étapes importantes. Nous devons apprendre à prendre soin de notre corps, à choisir la nourriture nécessaire, etc. Nourrir l'homme selon nos besoins, et non selon nos désirs. Si nous sommes conduits à ce désir qui est juste devant Dieu, engageons-nous, en faisant passer le désir commun avant les désirs personnels. L'Évangile appellera cela le "jeûne" ou l'abstinence. Une bonne santé physique, inspirée par la foi, nous oriente vers la santé mentale, qui nous oblige à vivre avec l'autre comme nos frères et sœurs, en partageant notre vie avec lui.

Le partage est un fruit de la bonne santé mentale, qui nous fait découvrir non seulement la souffrance de nos frères et sœurs, mais aussi notre capacité à soulager leur souffrance. Soyons sûrs dans la foi, mes frères et sœurs en Jésus-Christ, avec les cinq pains que nous avons, et si nous osons les partager avec nos frères et sœurs comme la veuve de Sarepta qui a nourri le prophète Élie, le Seigneur les multipliera et laissera avec nous 12 paniers de pain. Comment pouvons-nous parcourir ce chemin vers la résurrection sans être charitables ? Lorsque nous disons : "Soyons charitables", que notre charité ne soit pas limitée par le partage de nos biens matériels, qui est plus facile que d'autres, comme l'écoute, le temps et la présence. L'Évangile la nommera aumône.

La troisième étape est celle de la prière, source de tout, de notre relation intime avec Dieu. La prière est le moment préféré du Seigneur. Nous le voyons très souvent en prière, uni à son Père. Regardons le Père en Jésus, et laissons-nous regarder par Dieu. Ce regard tire sa perfection du regard de Jésus crucifié, un regard plein d'amour et de compassion, un regard qui pardonne tout et tous, même si nous ne le méritons pas. Contemplons-le et faisons le nôtre.

Tout est en lui, par lui et pour lui. Si nous prenons soin de notre corps, ce n'est pas parce qu'il est beau d'en prendre soin, c'est plutôt la demeure de Dieu, le sanctuaire de Dieu. Si nous partageons, ce n'est pas parce que votre frère souffre ou a besoin de vous, c'est plutôt parce que le Christ qui vit en lui souffre avec lui. Ce Samaritain, n'est-il pas celui qui est envoyé par le Père, pour que vous puissiez Le découvrir et Le servir en lui ?

Je partage avec vous le début du message du Saint-Père, et je vous invite à le lire  entièrement dès que vous en avez l'occasion. "En parcourant le chemin du Carême, qui nous conduit aux célébrations de Pâques, nous nous souvenons de Celui qui nous a aimés "en devenant obéissant jusqu'à la mort et à la mort de la croix" (Ph 2,8). En ce temps de conversion, nous renouvelons notre foi, nous puisons "l'eau vive" de l'espérance et nous recevons à cœur ouvert l'amour de Dieu qui fait de nous des frères et sœurs en Christ. La nuit de Pâques, nous renouvellerons les promesses de notre baptême pour renaître en tant qu'hommes et femmes nouveaux par l'intervention du Saint-Esprit. L'itinéraire du Carême, comme l'itinéraire chrétien, est déjà entièrement placé sous la lumière de la Résurrection, qui inspire les sentiments, les attitudes et les choix de ceux qui veulent suivre le Christ.

"Bon Carême à vous toutes et tous!

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Février 2021

Gospel text

(Mk 8,14-21): 

 

The disciples had forgotten to bring more bread and had only one loaf with them in the boat. Then Jesus warned them, «Keep your eyes open and beware of the yeast of the Pharisees and the yeast of Herod». And they said to one another, «He saw that we have no bread». Aware of this, Jesus asked them, «Why are you talking about the loaves you are short of? Do you not see or under­stand? Are your minds closed? Have you eyes that don't see and ears that don't hear? And do you not remem­ber when I broke the five loaves among five thousand? How many baskets full of leftovers did you collect?». They answered, «Twelve». «And having seven loaves for the four thousand, how many wicker baskets of leftovers did you collect?». They answered, «Seven». Then Jesus said to them, «Do you still not understand?».

 

The application

 

Lord, you are the source of life and without you our life is in ruins. Yet we men pay no attention to you, particularly to what you  tell us and we fail to understand, even little things. We do see what  you do and sadly, we don't perceive the message of compassion and love that you propagate in our society. You tell us today, "Beware! Beware of the leaven of the Pharisees and of Herod".    

 

 

 

Help us, Lord, so that this 'leaven which corrupts mind, body and soul be identified and avoided. Let all unnecessary fears and anxiety' do not enter into our thoughts, as long as you are with us.  By your grace,  we resist the temptation to know and taste everything that existe in this world. Give us wisdom and the gift of discernment, so that we may seek, by all and in all, your will and whatever is able to please You. Amen.

 

Action of the day: Be watchful and vigilant.

 


 

«Have you eyes that don't see and ears that don't hear?»

 

+ Fr. Lluís ROQUÉ i Roqué

(Manresa, Barcelona, Spain)

 

Today, we see that Jesus —as often happened with the Apostles— was not always understood.

At times it is difficult. We may see wonders, be explained things crystal clear or receive a good doctrine. No matter, we deserve His scolding: «Do you not see or under­stand? Are your minds closed?» (Mk 8:17).

We would like to tell Him we understand Him and that our mind is not closed, but we do not dare to. Like the blind of the parable, we may ask Him, to listen to our pleading: «Lord, that I may see again» (Lk 18,41), to have faith and see; and, as the psalmist says: «Give me an eagerness for your decrees; do not inflict me with love for money!» (Ps 119:36) to have a good disposition, to listen, receive the Word of God and make it fruitful.

Today and always, it would be also good, to pay attention to Jesus' warning: «Keep your eyes open and beware of the yeast of the Pharisees» (Mk 8:15); the truth is so far away... We seem “fanatical believers”, who do not understand «God is spirit, and his worshipers must worship in spirit and in truth» (Jn 4:23). We must also beware «of the yeast of Herod» which is proud, despotic, sensual, and only wants to see and feel Jesus to take pleasure in.

But, how to keep away from this “yeast”?. Well, just by doing a continuos, intelligent and pious evaluation of the Word of God which will let us grow individually «pious as infants: but not ignorants, because each one of us must try, to the best of his abilities, to seriously and scientifically study the faith (...). That is, to have the piety of children coupled with the doctrinal knowledge of a theologian» (Saint Josemaria).

Thus, enlighted and strengthened by the Holy Spirit, alerted and led by the good Shepherds, stimulated by all the faithful Christians, we shall believe what we ought to believe and we shall do what we ought to do. First, though, we must have the “desire” to see: «The Word became flesh and made his dwelling among us» (Jn 1:14), visible, palpable; and the “desire” to listen: it was the Virgin Mary who was “the bait” that made Jesus say: «blessed are they that hear the word of God, and keep it» (Lk 11:28).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 8,14-21): 

 

Les disciples avaient oublié de prendre du pain, et ils n'avaient qu'un seul pain avec eux dans la barque. Jésus leur faisait cette recommandation: «Attention! Prenez garde au levain des pharisiens et à celui d'Hérode!». Ils discutaient entre eux sur ce manque de pain. Il s'en aperçoit et leur dit: «Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pain? Vous ne voyez pas? Vous ne comprenez pas encore? Vous avez le coeur aveuglé? Vous avez des yeux et vous ne regardez pas, vous avez des oreilles et vous n'écoutez pas? Vous ne vous rappelez pas? Quand j'ai rompu les cinq pains pour cinq mille hommes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux?». Ils lui répondirent: «Douze». «Et quand j'en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux?». Ils lui répondirent: «Sept». Il leur disait: «Vous ne comprenez pas encore?».

 

L’Application

 

Seigneur, tu es la source de la vie et sans toi notre vie est en ruine. Pourtant, nous, les hommes, ne faisons pas attention à toi, surtout à ce que tu nous dis et nous ne comprenons pas, même les petites choses. Nous voyons ce que tu fais et, malheureusement, nous ne percevons pas le message de compassion et d'amour que tu propages dans notre société. Vous nous dites aujourd'hui : "Attention ! Méfiez-vous du levain des pharisiens et d'Hérode".    

Aide-nous, Seigneur, pour que ce "levain qui corrompt l'esprit, le corps et l'âme soit identifié et évité". Que toutes les craintes et les angoisses inutiles" n'entrent pas dans nos pensées, tant que tu es avec nous.  Par ta grâce, nous résistons à la tentation de connaître et de goûter à tout ce qui existe en ce monde. Donne-nous la sagesse et le don du discernement, afin que nous puissions rechercher, par tous et en tous, ta volonté et tout ce qui peut Te plaire. Amen.

 

«Attention! Prenez garde au levain des pharisiens et à celui d'Hérode!»

 

Abbé Juan Carlos CLAVIJO Cifuentes

(Bogotá, Colombie)

 

Aujourd'hui, une fois de plus, nous voyons la sagacité du Seigneur Jésus. Sa façon d'agir est surprenante, car il ne fait pas comme le commun des mortels, il est original. Il vient d'accomplir quelques miracles et il se dirige vers un autre secteur où la Grâce de Dieu doit aussi arriver. C'est dans ce contexte de miracles, face à un nouveau groupe de personnes qui l'attend, qu'il les prévient: «Ouvrez les yeux et prenez garde au levain des pharisiens et à celui d'Hérode» (Mc 8,15), car ils —les pharisiens et les gens d'Hérode— ne veulent pas que l'on connaisse la Grâce de Dieu et ils passent leur temps à répandre dans le monde le mauvais levain, en semant la zizanie.

La foi ne dépend pas des œuvres, car «une foi que nous pouvons nous-mêmes déterminer n'est pas du tout une foi» (Benoît XVI). Au contraire, ce sont les œuvres qui dépendent de la foi. Avoir une foi vraie et authentique implique d'avoir une foi active, dynamique; pas une foi conditionnée et qui reste seulement en dehors, qui s'arrête aux apparences, qui tourne autour du pot… La nôtre doit être une foi réelle. Il faut regarder avec les yeux de Dieu, pas avec ceux de l'homme pêcheur: «N'entendez-vous pas encore et ne comprenez-vous pas? Avez-vous donc l'esprit engourdi?» (Mc 8,17).

Le règne de Dieu se répand dans le monde comme lorsqu'on met une dose de levain dans la pâte: elle croît sans que l'on sache comment. C'est ainsi que doit être la foi authentique, qui grandit dans l'amour de Dieu. C'est pour cela que rien ni personne ne doit nous détourner de la vraie rencontre avec le Seigneur et son message salvateur. Le Seigneur ne perd pas l'occasion de l'enseigner et il continue à le faire de nos jours: «Nous devons nous libérer de l'idée fausse que la foi n'a plus rien à dire aux hommes de notre époque» (Benoît XVI).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Février 2021

Gospel text

(Mk 8,11-13): 

 

The Pharisees came and started to argue with Jesus. Hoping to embarrass him, they asked for some heavenly sign. Then his spirit was moved. He gave a deep sigh and said, «Why do the people of this present time ask for a sign? Truly, I say to you, no sign shall be given to this people». Then he left them, got into the boat again and went to the other side of the lake.

 

The Application

 

God always gives us the signs for us to discover Him in our daily life. However, if we do not learn to look at the world, with an eye of faith, we cannot discover Him. Faith is a gift, however, we must know how to welcome it. In truth, it was not God who refused to give a sign to these Pharisees. It was to them that Jesus was sent and they did not want to believe in Jesus, not even in his works. They did not understand, in order to see, they had to learn to open their eyes.

 

Action of the day: See everything in Faith.

«Truly, I say to you, no sign shall be given»

 

Fr. Jordi POU i Sabater

(Sant Jordi Desvalls, Girona, Spain)

 

Today, it looks like the Gospel does not say too much about Jesus or about us. «Why do the people of this present time ask for a sign?» (Mk 8:12). Commenting on this episode of Jesus' life, Pope John Paul II says: «Jesus invites us to discern between the words and the deeds testimony of (or a “sign of”) the arrival of God's Kingdom». It seems the Pharisees questioning Jesus are lacking the capacity or the will to discern that sign which —in fact— is the entire manifestation, deeds and words, of the Lord.

Nowadays, Jesus is also asked for some heavenly signs: that He let us see his presence in our world or that He tells us in a clear cut manner how we are to behave. The Roman Pontiff makes us see that Jesus' negative to give a sign to the Jews —and, consequently, to us, too— is due to the fact He wants to change the «world logics, oriented to look for signs confirming man's desire of assertiveness and power». The Pharisees did not want just any sign, but one showing Jesus as the Messiah they wanted. They were not waiting for the Messiah coming to save them, but for the Messiah who was to give them the certainty they were doing things the right way.

In short, when the Jews in Jesus' time, or to-day's Christians, ask —one way or another— for a sign, what we are actually asking for, is for God to act according to our own way, that which we think is better and which also stands by our way of thinking. But God, who is omniscient and omnipotent (this is why in The Lord's Prayer we say “your will be done”), has His own ways which, more often than not, we find it difficult to understand. But He, who allows us to find him when we are truly looking for him, if we beg him to enlighten us, He will give us to understand which are his ways and how we can, today, distinguish his signs.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 8,11-13): 

 

Les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus: pour le mettre à l'épreuve, ils lui demandaient un signe venant du ciel. Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit: «Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe? Amen, je vous le déclare: aucun signe ne sera donné à cette génération». Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l'autre rive.

 

L’Application

 

Dieu nous donne toujours les signes pour que nous puissions le découvrir dans notre vie quotidienne. Cependant, si nous n'apprenons pas à regarder le monde, avec un œil de foi, nous ne pouvons pas Le découvrir. La foi est un don, mais nous devons savoir l'accueillir. En vérité, ce n'est pas Dieu qui a refusé de donner un signe à ces pharisiens. C'est à eux que Jésus a été envoyé et ils n'ont pas voulu croire en Jésus, pas même à ses œuvres. Ils ne comprenaient pas, pour voir, il fallait qu'ils apprennent à ouvrir les yeux.

 

«Amen, je vous le déclare: aucun signe ne sera donné à cette génération»

 

Abbé Jordi POU i Sabater

(Sant Jordi Desvalls, Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile ne paraît pas nous apprendre beaucoup de choses ni sur Jésus, ni sur nous-mêmes. «Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe?» (Mc 8,12). Commentant cet épisode, Jean-Paul II dit: «Jésus invite au discernement des paroles et des œuvres qui témoignent (elles sont le “signe”) de la venue du royaume du Père». L'on dirait qu'il manque aux juifs qui interrogent Jésus la capacité ou la volonté de discerner ce signe que sont —en fait— toutes les actions, les œuvres et les paroles du Seigneur.

Aujourd'hui aussi l'on demande des signes à Jésus: qu'Il rende sa présence palpable en ce monde, qu'Il nous dise clairement ce que nous devons faire. Le Pape nous fait voir que le refus que Jésus-Christ oppose aux juifs —à nous aussi, par conséquent— est dû à ce qu'Il veut «changer la logique du monde, qui cherche des signes confirmant le désir d'autoaffirmation et de puissance de l'homme». Les juifs ne voulaient pas n'importe quel signe; il leur en fallait un qui indiquât que Jésus était le genre de messie qu'ils attendaient. Ils n'attendaient pas quelqu'un qui venait pour les sauver, mais quelqu'un qui les confirmerait dans leur manière de faire.

En définitive, quand les juifs du temps de Jésus et les chrétiens d'aujourd'hui demandent —d'une façon ou d'une autre— un signe, ce qu'ils font c'est demander à Dieu qu'Il agisse à leur manière, celle qu'ils croient la meilleure et qui, de fait, appuie leur façon de voir. Et Dieu, qui sait et peut davantage (c'est pourquoi nous demandons dans le Notre Père que “sa” volonté soit faite), a ses voies, même si elles nous paraissent difficiles à comprendre. Mais Il se laisse trouver par tous ceux qui le cherchent et, si nous Lui demandons le discernement, Il nous fera comprendre quel est son style et comment nous pouvons distinguer ses signes aujourd'hui.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Février 2021

Gospel text

(Mk 8,1-10): 

 

A great crowd had gathered, and they had nothing to eat. So Jesus called his disciples and said to them, «I feel sorry for these people because they have been with me for three days and now have nothing to eat. If I send them to their homes hungry, they will faint on the way; some of them have come a long way». His disciples replied, «Where in a deserted place like this could we get enough bread to feed these people?». He asked them, «How many loaves have you?». And they answered, «Seven».

Then He ordered the crowd to sit down on the ground. Taking the seven loaves and giving thanks, he broke them and handed them to his disciples to distribute. And they distributed them among the people. They also had some small fish, so Jesus said a blessing and asked that these be shared as well. The people ate and were satisfied. The broken pieces were collected, seven wicker baskets full of leftovers. Now there had been about four thousand people. Jesus sent them away and immediately got into the boat with his disciples and went to the region of Dalmanutha.

 

Application

 

 

I am sure that God hasn’t given me the gift of miracle. At the same time, this miracle is a good lesson for me, to live my Christian faith it its fulness, certainly with my limits. The multiplication of the bread affirms three important points that will help me to be with Jesus in my daily life et to express my faith in a concrete way.

 

Firstly, we have a God full of compassion and he will always be beside us, supporting and accompanying us. On our part, we can easily show our compassion through our positive commitment towards charitable activities.

 

Secondly, He needs us and our cooperation. Let us lend our hands, with the talents and gifts that God has already granted us, so that this accompaniment can be carried out in a perfect and timely manner.

 

Third, by becoming aware that we have a small means in the face of a great need, however, let us be sure that with this small means, we can bring about a great change in the lives of our suffering brothers and sisters.

 

Action of the day: Be generous in time and in person.

 

 

«They have nothing to eat»

 

Fr. Carles ELÍAS i Cao

(Barcelona, Spain)

 

Today, in our times of inclemency and anxiety, Jesus also calls us to tell us he feels «sorry for these people» (Mk 8:2). Today, with the peace process in crisis, fear, apathy, banality and evasion may abound: «and now have nothing to eat».

Whom is the Lord calling to? The text says: «So Jesus called his disciples» (Mk 8:1), that is, He calls me, not to send them home hungry, to give them something to eat. Jesus sympathizes with them —this time in heathen land— because they are hungry.

But, alas! Sheltered in our little world, we say we can do nothing about it. «Where in a deserted place like this could we get enough bread to feed these people?» (Mk 8:4). Where shall we find a true and firm word of hope while knowing the Lord will be with us every day till the end of time? How can we tell the believers and the non-believers that violence and death are no solution?

Today, the Lord simply asks us how many loaves have we. Whatever we have, this is what He needs. The text says «seven», a symbol for the heathen, just as twelve was a symbol for the Jewish people. The Lord wants to reach us all —this is why the Church, from its Catholicism, wants to recognize itself— and is asking for your help. Give Him your prayer: it is a loaf of bread! Give Him the Eucharist you have celebrated: it is another loaf of bread! Give Him your decision to reconcile with those you love, with those that have offended you: still another loaf of bread! Give Him your sacramental reconciliation with the Church: another loaf! Give Him your little sacrifice, your fasting, your solidarity: and still another loaf! Give Him your love for his Word that soothes and gives you strength: more bread! Anyway, give Him whatever He asks from you, though you may believe it is not worthwhile.

As St. Gregory of Nyssa says: «He who splits his bread with the poor becomes a part of He who, for us, wanted to be poor. The Lord was poor; do not be afraid of poverty».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Février 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 8,1-10): 

 

En ces jours-là, comme il y avait de nouveau une grande foule de gens, et qu'ils n'avaient pas de quoi manger, Jésus appelle à lui ses disciples et leur dit: «J'ai pitié de cette foule, car depuis trois jours déjà ils sont avec moi, et n'ont rien à manger. Si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en route; or, quelques-uns d'entre eux sont venus de loin». Ses disciples lui répondirent: «Où donc pourra-t-on trouver du pain pour qu'ils en mangent à leur faim, dans ce désert?». Il leur demanda: «Combien de pains avez-vous?». Ils lui dirent: «Sept».

Alors il ordonna à la foule de s'asseoir par terre. Puis, prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit, et il les donnait à ses disciples pour que ceux-ci les distribuent; et ils les distribuèrent à la foule. On avait aussi quelques petits poissons. Il les bénit et les fit distribuer aussi. Ils mangèrent à leur faim, et, des morceaux qui restaient, on ramassa sept corbeilles. Or, ils étaient environ quatre mille. Puis Jésus les renvoya. Aussitôt, montant dans la barque avec ses disciples, il alla dans la région de Dalmanoutha.

 

L’Application

 

La multiplication du pain affirme trois points importants qui m'aideront à être avec Jésus dans ma vie quotidienne.

Premièrement, nous avons un Dieu plein de compassion et il sera toujours à nos côtés, nous soutenant et nous accompagnant. De notre côté, nous pouvons facilement montrer notre compassion par notre engagement positif dans des activités caritatives.

Deuxièmement, il a besoin de nous et de notre coopération. Prêtons main forte, avec les talents et les dons que Dieu nous a déjà accordés, afin que cet accompagnement puisse être effectué de manière parfaite et opportune.

Troisièmement, en prenant conscience que nous disposons d'un petit moyen face à un grand besoin, nous pouvons cependant être sûrs qu'avec ce petit moyen, nous pouvons apporter un grand changement dans la vie de nos frères et sœurs qui souffrent.

 

«N'ont rien à manger»

 

Abbé Carles ELÍAS i Cao

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, temps de rigueur et de trouble, Jésus nous appelle aussi pour nous dire qu’il ressent de la «compassion pour ces personnes» (Mc 8,2). De nos jours, avec la paix en crise, nous pouvons ressentir abondamment la peur, l’apathie, le recours à la banalité et à l’évasion: «Ils n’ont pas de quoi manger».

Qui le Seigneur appelle-t-il? Le texte dit: «Ses disciples» (Mc 8,1), c’est-à-dire qu'il m'appelle moi, afin de ne pas les renvoyer à jeun, pour leur donner quelque chose. Jésus a eu pitié —cette fois-ci dans la terre des païens— car ils ont faim eux aussi.

Ah et nous! Réfugiés dans notre petit monde, nous disons que nous ne pouvons rien faire. «Où donc pourra-t-on trouver du pain pour qu'ils en mangent à leur faim, dans ce désert?» (Mc 8,4). D’où sortirons-nous une parole d’espérance sûre et ferme, sachant que le Seigneur sera avec nous tous les jours jusqu'à la fin des temps? Comment dire aux croyants et aux incroyants que la violence et la mort ne sont pas des solutions?

Aujourd’hui, le Seigneur nous demande, simplement, combien de pains nous avons?. Peu importe combien on a, il a besoin de tous ceux-là. Le texte dit «sept», chiffre symbole pour les païens, comme douze l'était pour le peuple juif. Le Seigneur veut atteindre tout le monde —c’est pourquoi l’Église veut se reconnaître elle-même depuis sa catholicité— et demande ton aide. Donne-lui ta prière: c’est déjà un pain! Donne-lui ton Eucharistie vécue: c’est un autre pain! Donne-lui ta décision de te réconcilier avec les tiens, ceux qui t’ont offensé: c’est un autre pain! Donne-lui ta réconciliation sacramentelle avec l’Église: c’est un autre pain! Donne-lui ton petit sacrifice, ton jeûne, ta solidarité: c’est un autre pain! Donne-lui ton amour à sa Parole, qui te donne force et réconfort: c’est un autre pain! Enfin donne-lui ce qu’Il te demande, même si tu crois que ce n’est qu’un peu de pain.

Comme nous le dit Saint Grégoire de Nysse, «celui qui partage son pain avec les pauvres se constitue en partie de celui qui, pour nous, a voulu être pauvre. Le Seigneur était pauvre, n’aie pas peur de la pauvreté».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0