Publié le 9 Février 2014

Le 10 Février

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mc 6, 53-56)

Jésus et ses disciples, ayant traversé le lac, abordèrent à Génésareth et accostèrent.
Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus : ils parcoururent toute la région, et se mirent à transporter les malades sur des brancards là où l'on apprenait sa présence.
Et dans tous les endroits où il était, dans les villages, les villes ou les champs, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau.
Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés.

Le message

Le monde est encore besoin de Jean Baptiste pour qu’il découvre la présence de Dieu. Chaque fois qu’on a reconnu la présence de Dieu, ou l’homme rendu cette présence visible, le peuple a ressenti la grâce et le salut que le Seigneur leur apporte.

Nous savons bien les personnes qui sont malades, et nous reconnaissons et de temps en temps nous ressentons la présence de toute sorte de maladies dans les cœurs des hommes. Devant ces maladies dont les hommes ne peuvent pas les traiter, on est perdu. Marc nous propose à les amener vers le Seigneur, le seul qui est capable de guérir toute sorte de maladie. Nous devons les placer de telle manière que la présence et la grâce du Seigneur les touchent et qu’elles les guérissent.

Un autre regard



Aujourd'hui, après la lecture de cet évangile, je suis touché d'une manière particulière, la façon dont les gens ont agi après avoir reçu les nouvelles de la présence de Jésus dans leur village. Le plus vite ils ont reçu le message, ils commence à communiquer à tous ceux qui sont dans le besoin de son pouvoir de guérison .

Dans cette histoire il ya quelques aspects importants qui se cachent à nous. Le premier message , c'est que les gens se connaissent et aussi les souffrances des autres. C'est dans cette conscience de soi, de infirmités personnelles et notre ouverture à cette touche de guérison , qui ont poussé les personnes malades à se déplacer loin de leur habitude et aller vers Jésus . Pour être guéri par Jésus , nous devons connaître nos faiblesses et avoir le courage de briser le habitude et aller vers Jésus .

Le deuxième , qui est implicite , c'est leur foi en Jésus qu'il est capable de les guérir , dans la mesure où si seulement ils pouvaient toucher le bord de son vêtement . Le malade et tout autour entre eux travaillent dans la foi et c'est leur foi en Jésus-Christ qui les a sauvés . Aujourd'hui , je demande deux questions pertinentes , la première est, sommes-nous conscients de nos faiblesses et prêt à se déplacer vers Jésus ? Avons-nous la même foi et invitons-nous les autres à Jésus ?

In English

Gospel text (Mc 6,53-56):

Having crossed the lake, Jesus and his disciples came ashore at Gennesaret where they tied up the boat. As soon as they landed, people recognized Jesus and ran to spread the news throughout the countryside. Where­­ver He was they brought to him the sick lying on their mats. And wherever He went, to villages, towns or farms, they laid the sick in the marketplace and begged him to let them touch just the fringe of his cloak. And all who touched him were cured.

The message

Today after reading this gospel, I am touched in a particular way, the way people have acted after receiving the news of Jesus’ presence in their village. The faster they received the message, the faster they communicated to all those who are in need of His healing touch.

In this story there are few important aspects hidden. The first message is, that people know each other and their sufferings. It is in this self awareness of personal infirmities and our openness to this healing touch, which have pushed the sick people to move away from their habitude and go towards Jesus. To be healed by Jesus, we must know our infirmities and have courage to break the habitude and go towards Jesus.

The second which is implicit is their faith in Jesus that He is capable of healing them, to the extent that if they could only touch the fringe of His cloak. The sick and all around them work in faith and it is their faith in Jesus Christ that has saved them. Today, I ask two relevant questions, the first are we aware of our infirmities and ready to move towards Jesus? Do we have the same faith and do we invite others towards Jesus?

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Février 2014

Le 9 Février

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

(Mt 5, 13-16)

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n'est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.


Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.

Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.

De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

Homélie

Aujourd’hui, le Seigneur nous invite à être sa lumière dans ce monde qui est dominé par les ténèbres. Pour nous les chrétiens, Jésus est notre lumière. Comme la lune, qui reflète la lumière du soleil, nous devons nous refléter cette lumière, le Christ dans ce monde.

Le prophète Isaïe nous éclaire sur cette lumière. Si voulons d’être cette lumière dans ce monde, nous devons mettre en pratique tout ce qu’il nous dit dans la première lecture, « Partager ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri,……….Alors ta lumière jaillira comme l'aurore …..et la gloire du Seigneur t'accompagnera. »

Nous ne sommes pas appelé à porter notre propre lumière, mais celle du Christ ressuscité, celle d’espérance et de joie. Puisque nous représentons le Seigneur de miséricorde et de pardon, dans notre vie, nous devons rendre visible cet amour divin en nous aimant les uns les autres.

Nous aimerons fixer nos regards vers le ciel, et tentons de chercher tout ce qui est capable de plaire le Seigneur. Or, la première lecture nous amène vers le peuple de Dieu qui souffre et qui sont victimes de violence et de peine. Nous devons les apporter la libération, car notre Dieu est un Dieu qui libère le peuple.

Très souvent dans notre vie quotidienne, nous voulons vivre une vie seine, et de sainteté. Nous voulons décorer notre vie avec les vertus et de prière. Si une lampe est jolie et belle, c’est tant mieux, mais franchement, ce n’est pas la finalité de cette lampe. Ce qui est important et lui est demandé d’abord, c’est d’éclairer. Enlever les ombres et remplir la terre avec une espérance inépuisable du Seigneur qui lui fera vivre sa vie pleinement.

Quand le Seigneur nous dit que nous sommes le sel de la terre et la lumière du monde, il nous envoie comme les missionnaires qui rendent une beauté à la vie des hommes en ajoutant un peu de sel de la présence du Seigneur, pour que les autres savourent la générosité du Seigneur. Comme le sel, qui révèle le goût qui se cache dans le repas, nous devons rendre visible cette présence de Dieu dans leur vie quotidienne. Comme la lumière, nous éclairons et montrons au monde que l’amour et le pardon existent encore. Par cette lumière du Christ nous assurons au monde qu’il ne devait pas désespérer. Dieu est avec nous.

Aujourd’hui, on est appelé à être ce sel qui donne saveur et cette lumière qui attire le monde vers Dieu. Que nous les soyons. Amen.

In English

Gospel text (Mt 5,13-16):

Jesus said to his disciples: «You are the salt of the earth. But if salt has lost its strength, how can it be made salty again? It has become useless. It can only be thrown away and people will trample on it. You are the light of the world. A city built on a mountain cannot be hidden. No one lights a lamp and covers it; instead it is put on a lamp stand, where it gives light to everyone in the house. In the same way your light must shine before others, so that they may see the good you do and praise your Father in heaven».

Homily

Every Sunday we come to the church for the Eucharistic celebration and we are nourished by the Word of God and of the Body and blood of Christ. It is in this nourishment that our Christian faith gets it root and the meaning of life. We restart to live a new weak inspired by the word of God and feel affirmed that the Lord is with us.

In today’s gospel Jesus is inviting us to be His light in this world, where darkness and activities of the night dominate every spears of life. To us the baptized, Jesus is our light that illumines our heart with hope and peace. When Jesus calls us that we are the light of the world, we realize humbly that Jesus is this light and as the moon which reflects the light of the sun, we reflect the light of Christ in this world. It is the vocation of every Christian to brighten the life of our brothers and sisters, by living our life fully in Christ.
The prophet Isaiah in the first reading sheds light on the sense of this light. Let us listen well everything he tells us in the first reading, " Share your bread with the hungry , collected in the unfortunate homeless, covers one you see without clothes , do not hide yourself to your fellow . Then shall thy light break forth like the dawn, and ……………..the glory of the Lord will be with you . " It is in our service to needy and the poor, that we can bring the light in to the heart our brothers and sisters.
Like Saint Paul, we have to live a life in Christ and through Christ, so that we may be able to say like him, that it’s not me, but Christ who lives in me. We must not bring our own light, but the light of the Risen Christ , the hope and joy of the people of God. Since we represent the Lord of mercy and forgiveness, in our daily lives, we must make visible this divine love, by our forgiveness and our acceptation of others as they are.
We would like to set our eyes towards heaven , and try to do anything that is capable of pleasing the Lord. Fixing our orientation towards the will of the Father, will lead us to the people of God who suffers and who are victims of all sort of violence, separation and isolation. We need to bring liberation to these people, for our God is a God who liberates the people.
Very often in our daily life we want to live a pure life, filled with holiness which resemble the life of saints. We want to decorate our life with the virtues, prayers and meditations. If a lamp is pretty and beautiful , so much the better , but frankly, it is not the purpose of this lamp . What is important and is asked first is to shine and show the way. If our life doesn’t remove shadows of our brothers and sisters and if it doesn’t fill the earth with endless hope of Christ, Jesus is asking us, what is the use of our holiness and sainthood?
When the Lord tells us that we are the salt of the earth and the light of the world, He sends us as missionaries to make the life of ordinary people in to a beautiful garden where all are appeased and to add a little salt, so that others may enjoy the bounty of the Lord. As salt, we add a value that lies hidden in the daily meals. Just like the light which enlightens us, let us show to the world through our daily lives that love and forgiveness still exist. By the light of Christ we assure the world that there is no reason that it should despair. God is with us .
Today, we are called to be this salt that gives flavor and the light that attracts the world to God. Amen .

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 7 Février 2014

Le 8 Février

Évangile de Jésus Christ selon Saint Marc

(Mc 6, 30-34)

Après leur première mission, les Apôtres se réunissent auprès de Jésus, et lui rapportent tout ce qu'ils ont fait et enseigné.
Il leur dit : « Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. »
De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger.
Ils partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l'écart.
Les gens les virent s'éloigner, et beaucoup les reconnurent.
Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
En débarquant, Jésus vit une grande foule.
Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger.
Alors, il se mit à les instruire longuement.

Le message

Les Apôtres sont rentrés très contents et heureux. Ils vivent un moment de gloire purement humaine. Jésus les éloigne de cette gloire humaine et Il les amène vers la gloire divine dans un endroit désert. Le désert est un lieu de rencontre divine dans la solitude et dans la prière. C’est un lieu de repos. Quand nous sommes avec le Seigneur, c’est un moment pour reposer des activités extérieures. C’est un moment d’intériorisation et un moment de digestion.

Le Seigneur sait bien que nous devons nous reposer pour que nous ayons l’énergie nécessaire pour l’évangélisation. Même si le repos est nécessaire, Il est toujours disponible aux autres. Cette disponibilité est une qualité impérative pour tous les missionnaires.

In English

Gospel text (Mc 6,30-34):

The apostles returned and reported to Jesus all they had done and taught. Then he said to them, «Go off by yourselves to a remote place and have some rest». For there were so many people coming and going that the apostles had no time even to eat. And they went away in the boat to a secluded area by themselves. But people saw them leaving and many could guess where they were go­ing. So, from all the towns they hurried there on foot, arriving ahead of them. As Jesus went ashore he saw a large crowd, and he had compassion on them for they were like sheep without a shepherd. And he began a long teaching session with them.

The message

The gospel begins with a contradiction and ends with the same contradiction. When the apostles of the Lord came back after successfully accomplishing the mission of Jesus, Jesus is taking them apart to a secluded place to be close to Him and be united with the Father. The same Jesus is indirectly inviting His disciple to join Him, in His teaching mission pushed by the compassion.

These contradictions and reformulation of our mission is very much necessary in our apostolic activities. We need the wisdom to discern the right thing and the courage and the fidelity to execute what is asked of us.

While reading the gospel, let us not forget to note the invisible message of Jesus: to be with the Father and transform the human glory in to a divine glory.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Février 2014

Le 7 Février

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mtt 5, 10)

Comme le nom de Jésus devenait célèbre, le roi Hérode en entendit parler. On disait :
« C'est Jean le Baptiste qui est ressuscité d'entre les morts, et voilà pourquoi il a le pouvoir de faire des miracles. »
Certains disaient : « C'est le prophète Élie. »
D'autres disaient encore : « C'est un prophète comme ceux de jadis. »
Hérode entendait ces propos et disait : « Celui que j'ai fait décapiter, Jean, le voilà ressuscité ! »
Car c'était lui, Hérode, qui avait fait arrêter Jean et l'avait mis en prison.
En effet, il avait épousé Hérodiade, la femme de son frère Philippe, et Jean lui disait :
« Tu n'as pas le droit de prendre la femme de ton frère. »
Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mettre à mort. Mais elle n'y arrivait pas parce que Hérode avait peur de Jean : il savait que c'était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l'avait entendu, il était très embarrassé, et pourtant, il aimait l'entendre.
Cependant, une occasion favorable se présenta lorsque Hérode, pour son anniversaire,
donna un banquet à ses dignitaires, aux chefs de l'armée et aux notables de la Galilée.
La fille d'Hérodiade fit son entrée et dansa. Elle plut à Hérode et à ses convives.
Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi tout ce que tu veux, et je te le donnerai. »
Et il lui fit ce serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c'est la moitié de mon royaume. »
Elle sortit alors pour dire à sa mère : « Qu'est-ce que je vais demander ? »
Hérodiade répondit : « La tête de Jean le Baptiste. »
Aussitôt la jeune fille s'empressa de retourner auprès du roi, et lui fit cette demande :
« Je veux que tout de suite tu me donnes sur un plat la tête de Jean Baptiste. »
Le roi fut vivement contrarié ; mais à cause du serment fait devant les convives, il ne voulut pas lui opposer un refus.
Aussitôt il envoya un garde avec l'ordre d'apporter la tête de Jean.
Le garde s'en alla, et le décapita dans la prison.
Il apporta la tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.

Lorsque les disciples de Jean apprirent cela, ils vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau.

Le message

La curiosité ou la connaissance n’est pas assez pour le salut. Nous devons nous engager et écouter la Parole du Seigneur. Hérode, qui a un grand respect pour Jean Baptiste, n’a pu résister au pouvoir du monde. Au nom de son autorité il a choisis le plaisir dont le monde lui a offert.

De temps en temps nous agissons ainsi et nous sacrifions les prophètes du monde au nom de la sécurité ou ………. Comme David, nous devons nous abandonner au Père en disant J’ai péché et le Seigneur nous pardonnera. L’humilité est le premier pas vers la sagesse.

In English

Gospel text (Mc 6,14-29):

King Herod also heard about Jesus because his name had become well-known. Some people said, «John the Baptist has been raised from the dead and that is why miraculous powers are at work in him». Others thought, «He is Eli­jah», and others, «He is a pro­phet like the pro­phets of times past». When Herod was told of this, he thought: «I had John beheaded, yet he has risen from the dead!». For this is what had happened. Herod had ordered John to be arrested and had him bound and put in prison because of Herodias, the wife of his brother Philip. Herod had married her and John had told him, «It is not right for you to live with your brother’s wife». So Herodias held a grudge against John and wanted to kill him, but she could not be­cause Herod respected John. He knew John to be an upright and holy man and kept him safe. And he liked listening to him, although he became very disturbed whenever he heard him.

Herodias had her chance on Herod's birthday, when he gave a dinner for all the senior government officials, military chiefs and the leaders of Gali­­lee. On that occasion the daughter of Herodias came in and danced; and she delighted Herod and his guests. The king said to the girl, «Ask me for anything you want and I will give it to you». And she went so far as to say with many oaths, «I will give you anything you ask, even half my king­dom». She went out to consult her mother, «What shall I ask for?». The mother replied, «The head of John the Baptist». The girl hurried to the king and made her request: «I want you to give me the head of John the Baptist, here and now, on a dish». The king was very displeased, but he would not refuse in front of his guests because of his oaths. So he sent one of the bodyguards with orders to bring John's head. He went and beheaded John in prison; then he brought the head on a dish and gave it to the girl. And the girl gave it to her mother. When John's disciples heard of this, they came and took his body and buried it.

The message

The authority and worldly power have dominated the good respect that Herod has for John Baptist. He was lacking humility to say to his daughter that he has spoken too much and surrender himself to the goodness that he had towards John Baptist.

Human beings very often are tempted to discern things on purely human temporary desires, which fails him at the end, and he end up sad. God has given us the wisdom to help us to discern correctly and bow before the truth with humility.

David a powerful king could bow before God, and c simply said “Lord I have sinned.” It is in this humility and his docility to the Word of God that He could realize the presence of almighty throughout his reign.

Let us pray to God that we may use our wisdom to discern correctly and the courage to put in practice all that the Lord will ask us to do.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Février 2014

Le 6 Février

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mc 6, 7-13)

Jésus appelle les Douze,
et pour la première fois il les envoie deux par deux.
Il leur donnait pouvoir sur les esprits mauvais,
et il leur prescrivit de ne rien emporter pour la route,
si ce n'est un bâton ;
de n'avoir ni pain, ni sac,
ni pièces de monnaie dans leur ceinture.
« Mettez des sandales,
ne prenez pas de tunique de rechange. »
Il leur disait encore :
« Quand vous avez trouvé l'hospitalité dans une maison,
restez-y jusqu'à votre départ.
Si, dans une localité,
on refuse de vous accueillir et de vous écouter,
partez en secouant la poussière de vos pieds ;
ce sera pour eux un témoignage. »
Ils partirent, et proclamèrent qu'il fallait se convertir.

Ils chassaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d'huile à de nombreux malades, et les guérissaient.

Le message

Jésus invite ses apôtres à le suivre fidèlement dans l’annonce de l’évangile. Notre saint Père dans son exhortation nous rappelle que nous n’oublions pas notre devoir chrétien : annoncer la Bonne Nouvelle.

Dans cet évangile nous pouvons apprendre la manière dont nous devons annoncer la Bonne Nouvelle. L’Eglise est missionnaire par sa propre nature, nous dit le saint Père. Nous devons ressentir en nous cet appel de Dieu et il est important d’être envoyé par le Père.

Comme pouvons nous annoncer la Bonne Nouvelle ? C’est par la bonne utilisation de nos dons reçus, et en faisant du bien dans notre vie quotidienne. Dans cette bonté, il y a la patience et le pardon qui s’exprime dans notre humilité.

Pour faire du bien et pour annoncer la Bonne Nouvelle, nous avons besoin du Seigneur, non pas l’argent.

In English

Gospel text (Mc 6,7-13):

Jesus called the Twelve to him and began to send them out two by two, giving them authority over evil spirits. And He ordered them to take nothing for the journey except a staff; no food, no bag, no money in their belts. They were to wear sandals and were not to take an extra tunic. And he added, «In whatever house you are welcomed, stay there until you leave the place. If any place doesn't receive you and the people refuse to listen to you, leave after shaking the dust off your feet. It will be a testimony against them». So they set out to proclaim that this was the time to repent. They drove out many demons and healed many sick peo­ple by anointing them.

The message

In today’s gospel without getting in to neither theological nor textual interpretation, we can meditate on few personal messages. The first is, Jesus is sending two by two. Thus I understand that the responsibility is not solely on individualistic mission, but it is a communitarian aspect, and most importantly a witnessing life.

The send aspect is, to announce the Good News, all that we need is a personal divine experience, be with Jesus, listen and digest all that He is telling us and our dependence on the material needs will give a counter witnessing life. Jesus does warn us of our material dependence.

The third and important aspect of the gospel is, aware of being called and send by the Lord. Thus in our mission we are representing Jesus and bring His message to the People. Our mission should live the forgiving aspect of divine love in our daily relationship. It is in this forgiveness that Jesus expressed His love for us. It is better to listen to Him and imitate Him.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 4 Février 2014

Le 5 Février

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mc 6, 1-6)

Jésus est parti pour son pays, et ses disciples le suivent.
Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue.
Les nombreux auditeurs, frappés d'étonnement, disaient :
« D'où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »
Et ils étaient profondément choqués à cause de lui.
Jésus leur disait :
« Un prophète n'est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison. »
Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Il s'étonna de leur manque de foi. Alors il parcourait les villages d'alentour en enseignant.

Le message

Le Seigneur est triste pour le peuple de son pays, car il n’arrive pas croire à la présence de Dieu en Jésus Christ. Le même peuple qui s’étonnait de la sagesse et les miracles du Seigneur n’en pas profité.

Mais le Seigneur les aime et il reste encore à l’alentour de son village. Il continue à enseigner et à proclamer la Bonne Nouvelle.

Il faut savoir ignorer les commentaires négatifs du peuple et d’être fidèle à l’appel de Dieu en faisant du bien.

In English

Gospel text (Mc 6,1-6):

Jesus re­turned to his own coun­try, and his dis­ciples followed him. When the Sabbath came, He began teaching in the synagogue, and most of those who heard him were as­tonished. They commen­ted, «How did this come to him? What kind of wisdom has been given to him that he also performs such miracles? Who is he but the carpenter, the son of Mary and the brother of James and Joseph and Judas and Simon? His sisters, too, are they not here among us?». So they took offense at him. And Jesus said to them, «Prophets are despised only in their own country, among their relatives and in their own family». And he could work no miracles there, but only healed a few sick people by laying his hands on them. Jesus himself was astounded at their unbelief. Jesus then went around the villages teaching.

The message

Jesus has come to announce the Good News. Healing ministry is a means to announce the presence of God amidst us. Jesus, just like any other Jewish faithful follows the tradition of prayer and listening the divine scriptures. He uses this occasion to announce the Good News.

The day today life of Jesus is dedicated fully in announcing the Good News. Let us imitate Jesus and announce the Good News, in the church, at home, in the office and on the street. Using the available means is the best way to adapt to the existing tradition to proclaim God’s word.

While facing the opposition, Jesus seems to tell us, to find another way of doing. Today Jesus leaves His native village and remains however near to His native village so that they may see and believe. He accepts everyone, even the one who opposes. Let us learn from Him to love our enemies, to forgive them and pray for them.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Février 2014

Le 4 Février

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mc 5, 21-43)

Jésus regagna en barque l'autre rive, et une grande foule s'assembla autour de lui. Il était au bord du lac.
Arrive un chef de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma petite fille est à toute extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu'elle soit sauvée et qu'elle vive. »
Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu'elle l'écrasait.

Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans... — elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans aucune amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré — ... cette femme donc, ayant appris ce qu'on disait de Jésus, vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement. Car elle se disait : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. »
À l'instant, l'hémorragie s'arrêta, et elle ressentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal.
Aussitôt Jésus se rendit compte qu'une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? »
Ses disciples lui répondaient : « Tu vois bien la foule qui t'écrase, et tu demandes : 'Qui m'a touché ?' »
Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait ce geste.
Alors la femme, craintive et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité.
Mais Jésus reprit : « Ma fille, ta foi t'a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. »
Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre pour annoncer à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? »
Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de la synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. »
Il ne laissa personne l'accompagner, sinon Pierre, Jacques, et Jean son frère.
Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l'agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris.
Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L'enfant n'est pas morte : elle dort. »
Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l'enfant, et ceux qui l'accompagnent. Puis il pénètre là où reposait la jeune fille.
Il saisit la main de l'enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! »
Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher — elle avait douze ans. Ils en furent complètement bouleversés.
Mais Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache ; puis il leur dit de la faire manger.

Le message

Un seul regard du Seigneur est suffit pour que nous soyons guéris de nos infirmités. Aujourd’hui la guérison se passe d’une ambiance totalement inconnue dans les évangiles. Le Seigneur laisse cette femme de toucher sa tunique pour qu’elle soit guérie. Le Seigneur qui a vu Zachée dans un arbre de Sycomore, et qui est identifié Nicodèmes dans la foule, comment arrive-t-il qu’il a oublié d’identifié cette femme dans la foule avec une foi profonde dans la guérison du Seigneur ? Le silence du Seigneur a déjà fait son travail et il nous identifie la foi de cette femme. Et sa foi nous interpelle.

La foi du chef de synagogue va encore plus loin et il croit contre toute l’espérance à la Parole du Seigneur. « Ne crains pas, crois seulement », cette parole du Seigneur et sa confiance à la Parole du Seigneur l’avait rendu sa fille vivante.

La foi est essentielle pour toute sorte de guérison. La foi commence par la connaissance du Seigneur et la confiance à sa Parole ?

In English

Gospel text (Mc 5,21-43):

Jesus crossed to the other side of the lake and while He was still on the shore, a large crowd gathered around him. Jairus, an official of the synagogue, came up and seeing Jesus, threw himself at his feet and asked him earnestly, «My little daughter is at the point of death. Come and lay your hands on her so that she may get well and live».

Jesus went with him and many people followed, pressing from every side. Among the crowd was a woman who had suffered from bleeding for twelve years. She had suffered a lot at the hands of many doctors and had spent everything she had, but instead of getting better, she was worse. Since she had heard about Jesus, this woman came up behind him and touched his cloak thinking, «If I just touch his clothing, I shall get well». Her flow of blood dried up at once, and she felt in her body that she was healed of her complaint. But Jesus was conscious that healing power had gone out from him, so he turned around in the crowd and asked, «Who touched my clothes?». His disciples answered, «You see how the people are crowding around you. Why do you ask who touched you?». But he kept looking around to see who had done it. Then the woman, aware of what had happened, came forward trembling and afraid. She knelt before him and told him the whole truth. Then Jesus said to her, «Daughter, your faith has saved you; go in peace and be free of this illness».

While Jesus was still speaking, some people arrived from the official's house to inform him, «Your daughter is dead. Why trouble the Master any further?». But Jesus ignored what they said and told the official, «Do not fear, just believe». And He allowed no one to follow him except Peter, James and John, the brother of James.

When they arrived at the house, Jesus saw a great commotion with people weeping and wailing loudly. Jesus entered and said to them, «Why all this commotion and weeping? The child is not dead but asleep». They laughed at him. But Jesus sent them outside and went with the child's father and mother and his companions into the room where the child lay. Taking her by the hand, he said to her, «Talitha kumi!» which means: “Little girl, get up!”. The girl got up at once and began to walk around. (She was twelve years old.) The parents were astonished, greatly astonished. Jesus strictly ordered them not to let anyone know about it, and told them to give her something to eat.

The message

The same Lord who has identified Nicodemus who was hiding himself under a fig tree in the big crow and Zacchaeus upon the sycamore tree today has failed to identify this woman with lots of inner faith in the healing touch of the Lord and interestingly He is looking for her. She surprises everyone who was around Jesus. There many occasions where people around us surprise us of their deep faith in the Lord.

The head of the synagogue shows us another kind of Faith, which overtakes the Faith of this sick woman. He believes in the Lord and follows Him faithfully, even though He didn’t understand the meaning of resurrection and the life in Jesus Christ. It is in this faith against all hope, filled with contradictions and failures will show us a new path of life for us, an untraveled road, which in turn will become a new course to salvation for us and to others.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Février 2014

Le 3 Février

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mc 5, 1-20)

Jésus et ses disciples arrivèrent sur l'autre rive du lac, dans le pays de Géraséniens.
Comme Jésus descendait de la barque, aussitôt un homme possédé d'un esprit mauvais sortit du cimetière à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l'attacher, même avec une chaîne ; en effet on l'avait souvent attaché
avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers,
et personne ne pouvait le maîtriser.
Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui
et cria de toutes ses forces :
« Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu très-haut ? Je t'adjure par Dieu, ne me fais pas souffrir ! »
Jésus lui disait en effet :
« Esprit mauvais, sors de cet homme ! »
Et il lui demandait :
« Quel est ton nom ? »
L'homme lui répond :
« Je m'appelle Légion, car nous sommes beaucoup. »
Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays.
Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture.
Alors, les esprits mauvais supplièrent Jésus :
« Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. »
Il le leur permit.
Alors ils sortirent de l'homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise,
le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils s'étouffaient dans la mer.
Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s'était passé.
Arrivés auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et devenu raisonnable,
lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte.
Les témoins leur racontèrent l'aventure du possédé et l'affaire des porcs.
Alors ils se mirent à supplier Jésus de partir de leur région.
Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n'y consentit pas, mais il lui dit :
« Rentre chez toi, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. »
Alors cet homme s'en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l'admiration.

Le message

Le Seigneur nous affirme qu’il a le dernier mot. Il est là pour nous libérer du mal. Dans sa bonté il s’adresse à chacun et chacune de nous ne pas quitter nos lieux d’habitation, mais de reconnaitre tout ce qu’Il nous a fait et de lui rendre témoignage dans notre vie quotidienne.

Il y a certains d’entre nous qui sont appelés à le suivre d’une manière radicale, mais il y a aussi beaucoup qui sont appelés à vivre leur vie fidèlement où ils se trouvent. Vivons notre vie pleinement en faisons du bien pour les autres.

In English

Gospel text (Mc 5,1-20):

Jesus and his disciples arrived on the other side of the lake in the region of the Gerasenes. No sooner did Jesus leave the boat than He was met by a man with evil spirits who had come from the tombs. He lived among the tombs and no one could restrain him, even with a chain. He had often been bound with fetters and chains but he would pull the chains apart and smash the fetters, and no one had the strength to control him. Night and day he stayed among the tombs on the hillsides, and was continually screaming and beating himself with stones. When he saw Jesus from afar, he ran and fell at his feet and cried with a loud voice, «What do you want with me, Jesus, son of the Most High God? For God's sake I beg you, do not torment me». He said this because Jesus had commanded, «Come out of the man, evil spirit». And when Jesus asked him, «What is your name?», he replied, «Legion is my name, for we are many». And all of them kept begging Jesus not to send them out of that region.

Now, a great herd of pigs was feeding on the hillside, and the evil spirits begged him, «Send us to the pigs and let us go into them». So Jesus let them go. The evil spirits came out of the man and went into the pigs, and immediately the herd rushed down the cliff and all were drowned in the lake. The herdsmen fled and reported this in the town and in the countryside, so all the people came to see what had happened. They came to Jesus and saw the man freed of the evil spirits sitting there, clothed and in his right mind, the same man who had been possessed by the legion. They were afraid. And when those who had seen it told what had happened to the man and to the pigs, the people begged Jesus to leave their neighborhood.

When Jesus was getting into the boat, the man who had been possessed begged to stay with him. Jesus would not let him and said, «Go home to your people and tell them how much the Lord has done for you and how He has had mercy on you». So he went throughout the country of Decapolis telling everyone how much Jesus had done for him. And all the people were astonished.

The message

Jesus has heeded to the demand of the evil spirits……………………………. ! Astonishing and we find difficult to understand the reason behind this response positive from Jesus. All that I understand from Jesus is, He will never do harm to anyone. It is in this generosity that I understand the behavior of Jesus.

When people refused to accept Him, He could gladly take another route towards a new direction, but leaving behind a wonderful witness in the person who was healed. It is quite surprising to learn from the Lord, that He doesn’t reject these people. In the first reading king David has the same reaction towards the little boy who accused him.

Jesus in His goodness teaches each and every one us to forgive and be generous. Let our behavior towards our enemies be gentile and kind, filled with the compassion of the Lord. Let us announce the good news of all that the Lord has done for us.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Janvier 2014

Le 1 Février

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

(Mc 4, 35-41)

Toute la journée, Jésus avait parlé à la foule en paraboles. Le soir venu, il dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. »
Quittant la foule, ils emmènent Jésus dans la barque, comme il était ; et d'autres barques le suivaient.
Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait d'eau. Lui dormait sur le coussin à l'arrière.
Ses compagnons le réveillent et lui crient :
« Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »
Réveillé, il interpelle le vent avec vivacité et dit à la mer :
« Silence, tais-toi ! »
Le vent tomba, et il se fit un grand calme.
Jésus leur dit :
« Pourquoi avoir peur ? Comment se fait-il que vous n'ayez pas la foi ? »
Saisis d'une grande crainte, ils se disaient entre eux :
« Qui est-il donc, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

Le message

C’est dans le silence que le Seigneur nous parle. Malheureusement nous ne comprenons pas son langage de silence et nous ne faisons pas confiance en lui. Nous avons besoin de ces tempêtes et des vagues, pour que nous ressentions sa présence dans notre vie quotidienne. A la fin de la journée la seule reproche que nous allons entendre de la bouche du Seigneur, ce que pourquoi n’as-tu fais confiance en moi ? Pourquoi avoir peur quand le Seigneur est avec nous ?

Nous aimerions rester avec la foule, mais le Seigneur nous invite à la solitude d’avoir une relation personnelle où nous pouvons grandir en lui, comme ses enfants, même si notre vie est entourée par les déserts.

De temps en temps il faut savoir crier vers le Seigneur. Nous devons oser de l’appeler et reconnaître sa présence, en particulier quand on est perdu dans ces tempêtes et des vagues de la vie.

In English

Gospel text (Mc 4,35-41):

On that same day when eve­ning had come, Jesus said to them, «Let's go across to the other side». So they left the crowd and took him away in the boat he had been sitting in, and other boats set out with him. Then a storm gathered and it began to blow a gale. The waves spilled over into the boat so that it was soon filled with water. And Jesus was in the stern, asleep on the cushion. They woke him up and said, «Master, don't you care if we sink?».

As Jesus awoke, He rebuked the wind and ordered the sea, «Quiet now! Be still!». The wind dropped and there was a great calm. Then Jesus said to them, «Why are you so frightened? Do you still have no faith?». But they were terrified and they said to one another, «Who can this be? Even the wind and the sea obey him!».

The message

Many at times the tempest and huge unexpected waves in our daily lives sadly become the means to understand how peripheral our faith is. It is during these tough times in life we realize the need to cry towards the Lord. Sadly we accuse Him of His silence and His insensibility of our difficulties.

But the Lord will remind us very gently that it is not the real truth. The truth is we haven’t put our faith in the Lord and we refuse to cry to Him, “Lord save us.” We love to be with the crowd and enjoy the ambiance created. But the Lord will take us away from the crowd culture and will lead us towards the desert to have a personal relationship with the Lord. It is in this solitude and silence that the Lord teaches us and it is in this desert that we will find the real presence of God.

We should learn to cry to Him and wake our sleeping faith in us so that she may continue to cry to Him and help us to feel His eternal presence in us.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Janvier 2014

Le 31 Janvier

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mc 4, 26-34)

Parlant à la foule en parabole, Jésus disait :
« Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui jette le grain dans son champ : nuit et jour, qu'il dorme ou qu'il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D'elle-même, la terre produit d'abord l'herbe, puis l'épi, enfin du blé plein l'épi. Et dès que le grain le permet, on y met la faucille, car c'est le temps de la moisson. »

Jésus disait encore :
« À quoi pouvons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole allons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde ; quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences du monde. Mais quand on l'a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches,
si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »

Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de la comprendre. Il ne leur disait rien sans employer de paraboles, mais en particulier, il expliquait tout à ses disciples.

Le message

Quelle est la définition du royaume de Dieu ? Comment pouvons-nous l’expliquer aux enfants dans un langage simple ? Et nous avons pas mal de questions et personne n’est là pour en expliquer sauf le Seigneur.

Même si le Royaume de Dieu est un mystère je tente de le comprendre avec une comparions avec le royaume de ce monde. Dieu prendra sa place et tout le monde vivra dans l’amour et dan la paix. Il y aura un équitable partage des ressources disponible dans tous les niveaux possibles et le pardon en abondance. Dieu demeura dans le cœur de la création et la création le reconnaitra par tout.

Si le Seigneur nous a dit que le Royaume de Dieu est parmi nous, c’est parce qu’Il voit en lui la présence de Dieu. Il voit que l’homme est capable de vivre sa vie pleinement et dans la paix. Grâce à la Croix, le pardon est accessible à tous.

OUI mes amis, Si n’aurions laissé Dieu agir en nous…………………………………………… !

In English

Gospel text (Mc 4,26-34):

Jesus said, «In the kingdom of God it is like this. A man scatters seed upon the soil. Whether he is asleep or awake, be it day or night, the seed sprouts and grows, he knows not how. The soil produces of itself; first the blade, then the ear, then the full grain in the ear. And when it is ripe for harvesting they take the sickle for the cutting: the time for harvest has come».

Jesus also said, «What is the kingdom of God like? To what shall we compare it? It is like a mustard seed which, when sown, is the smallest of all the seeds scattered upon the soil. But once sown, it grows up and becomes the largest of the plants in the garden and even grows branches so big that the birds of the air can take shelter in its shade». Jesus used many such stories or parables, to proclaim the word to them in a way they would be able to understand. He would not teach them without parables; but privately to his disciples he explained everything.

The Kingdom of God

Humanly speaking it is very difficult to understand the Kingdom of God. Before understanding the Kingdom of God, we have to understand God, the creator of this universe. In Jesus Christ we try to understand God, who gives His life in HIM and through HIM, for the salvation of the world. Even though the revelation is full in Jesus Christ, we haven’t fully understood God and how to understand His Kingdom?

Using human figurative images, we can understand the Kingdom of God as a place where everyone gives oneself for the well-being of the other, just like a part of our body engages to sustain the full body, the life in the body. After reading this gospel, we can understand this kingdom of God as, where God takes the first place and everyone recognizes the presence of God in them, even though it is not always visible. Like a seed which is in potency of sheltering millions of birds of the sky, the Kingdom of God welcomes every one without any distinction of color or race or religion, but surely one day it will be visible, if we allow God to work in and through us.

It is in this visibility God wants us to work. Let us give a visibility of this Kingdom of God in our lives. Let others see and learn from us the unconditional love and forgiveness of God. Let us make our heart available to God, so that the seed of His Kingdom may grow in us, and by the grace of God, it will one day give fruit.

.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0