Publié le 25 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 21, 5-11)

Certains parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles. Jésus leur dit : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser ? » Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre, et çà et là des épidémies de peste et des famines ; des faits terrifiants surviendront, et de grands signes dans le ciel. »

Le message

Nous voudrions tout savoir, le temps, le moyens, etc., mais notre limite en tant qu’une créature, nous demande de nous s’adresser au Seigneur pour une réponse immédiate.

Nous avons besoin des signes, les signes de la présence de Dieu. Il nous semble que Jésus nous affirme, qu’il y aura les signes, les signes éclatants, mais pour les enfants de Dieu, ils trouveront par tout, les signes de la présence de Dieu, car ils verront le monde par Dieu et en Dieu.

Le bon conseil du Seigneur tient encore sa valeur dans ce monde contemporain: comme une branche qui s’attache à la vigne pour son existence, nous devons nous attacher au Seigneur. « N’ayez pas peur », nous assure l’évangile du jour.

In English

Gospel text (Lc 21,5-11):

While some people were talking about the Temple, remarking that it was adorned with fine stonework and rich gifts, Jesus said to them, «The days will come when there shall not be left one stone upon another of all that you now admire; all will be torn down».

And they asked him, «Master, when will this be, and what will be the sign that this is about to take place?». Jesus then said, «Take care not to be deceived, for many will come claiming my title and saying: ‘I am he, the Messiah; the time is at hand’. Do not follow them. When you hear of wars and troubled times, don't be frightened; for all this must happen first, even though the end is not so soon». And Jesus said, «Nations will fight each other and kingdom will oppose kingdom. There will be great earthquakes, famines and plagues; in many places strange and terrifying signs from heaven will be seen».

The message

The last day of life, does provoke a fear, a deep fear in us. We wish to prepare ourselves to meet the Lord. In our simplicity we ask the Lord, “when this will be”. Strangely the Lord assures us that there will be plenty of time, sufficient time for the conversion, if we desire so and natural signs in this world.

What is essential in this gospel is, the confidence that the Lord creates in the heart of His disciples. He seems to tell us, for the children of God, we need not worry about the last day, because we are called to live in God and for God. It is in living this radical life in Christ, like the branch which attaches to the vine, we shall be prepared to welcome the second coming of the Lord. .

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 21, 1-4)

Comme Jésus enseignait dans le Temple, levant les yeux, il vit les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc du trésor. Il vit aussi une veuve misérable y déposer deux piécettes. Alors il déclara : « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tout le monde. Car tous ceux-là ont pris sur leur superflu pour faire leur offrande, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a donné tout ce qu'elle avait pour vivre. »

Le message

Ce n’est pas ce que nous donnons qui intéresse au Seigneur, mais notre confidence à la providence du Seigneur. Cette veuve, je pense qu’elle était totalement enracinée dans le Seigneur. Puisqu’elle a pensé que tout appartient au Seigneur, elle était capable de tout donner. Cette dernière semaine de l’année, apprenons à nous abandonner au Seigneur.

In English

Gospel text (Lc 21,1-4):

Jesus looked up and saw rich people putting their gifts into the treasure box; He also saw a poor widow dropping in two small coins. And he said, «Truly, I tell you, this poor widow put in more than all of them. For all gave an offering from their plenty, but she, out of her poverty, gave all she had to live on».

The message

To see the invisible through the visible, we need the grace. Jesus helps us to identify such small things and events which happen around us, that we very often forget to identify. There is many such Mother Theresa(s) that we have failed to identify and be inspired by them.

In this last week before advent, let us search for such persons who live next door. It is in identifying and appreciating such people that we will grow in our faith.

If this widow could give everything to God, it is because she believed that with God, she can live without these small coins. She was totally immerged in God, that she valued only God, God alone as something that she desired to hold on. As Saint Paul has said, “it is no more I live, but Christ who lives in me” was in truth her way of living.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Novembre 2014

The Christ King

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

(Mt 25, 31-46)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !'
Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu...? tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? tu étais nu, et nous t'avons habillé ? tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ?'
Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.'

Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'avais soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ; j'étais un étranger, et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas habillé ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.'
Alors ils répondront, eux aussi : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?'
Il leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait.'

Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Homélie

Jésus Christ Roi est notre roi, un roi totalement différent qui par sa Croix et par sa résurrection a accompli la volonté du Père. Au regard des hommes du monde, en Jésus Christ nous voyons une contradiction, une contradiction énorme, sans aucun pouvoir politique ni civil, ni social, qui s’attache à une autorité différente et mystérieuse, l’autorité divine.

Puisque nous sommes les enfants de Dieu, membres de son Royaume, l’évangile du jour nous prescrit les qualités requises d’être membre ce Royaume, un Royaume de Dieu où Jésus est le Roi.

Dans la première lecture, Dieu se présente parmi nous, comme un berger, un berger qui cherche ses brebis, les brebis dispersées. Si nous sommes dispersés ou désorientés, désespéré, décourager, Il vient nous chercher. Le prophète Ezéchiel nous dit que ce Seigneur veille sur nous. Il nous veille afin de nous faire paître comme son propre troupeau. Voilà le rôle principal d’un Roi, quand Dieu a choisi le premier roi d’Israël.

L’évangile du jour n’a pas pour but de nous renseigner sur le déroulement du jugement dernier, un jugement définitif et radical avec une question précise et claire qu’il a posé depuis le commencement de la création, « Où est-il ton frère Abel ? » Il est avant tout une invitation pour le présent : notre comportement devant les plus démunis sera critère fondamental du jugement. C’est à travers nos relations interpersonnelles que nous pouvons manifester notre foi et notre attachement au Christ. Avons-nous une réponse positive, à cette question fondamentale que Jésus s’adresse à nous ? « Où est-il ton frère Abel ? » ou répondons-nous en disant, « Je ne sais pas, suis-je gardien de mon frère ? »

Dieu créa l’homme à son image, pourtant nous n’arrivons pas à reconnaitre les souffrances des autres et ne sommes pas capable de les accompagner dans leurs déchirement personnel, familial ou social. Nous n’arrivons même pas à comprendre la faim et la soif, de nos frères et sœurs qui sont devant notre porte. Pourquoi cette faiblesse, alors nous sommes les êtres bons.

La réponse est simple. C’est parce que nous n’arrivons pas à découvrir le visage de Jésus souffrant, dans ces visages des hommes. Mes amis, ne cherchons pas Dieu dans le ciel, cherchons-Le plutôt chez les hommes, particulièrement tous ceux celles qui souffrent. C’est dans leurs souffrances quotidiennes que nous pouvons exprimer notre amour divin. La vocation baptismale nous demande de garder la Lumière du Christ, une lumière d’espérance et de joie, allumée.

En ce jour de fête nous pouvons prier ainsi : « Toi qui es Lumière, toi qui est l’amour, mets dans nos ténèbres ton Esprit d’amour. Comme cet aveugle devant la porte de Jéricho, nous te prions encore, Seigneur que je voie. » Amen.

In English

Gospel text (Mt 25,31-46):

Jesus said to his disciples, «When the Son of Man comes in his glory with all his angels, He will sit on the throne of his Glory. All the nations will be brought before him, and as a shepherd separates the sheep from the goats, so will He do with them, placing the sheep on his right and the goats on his left.

»The King will say to those on his right: ‘Come, blessed of my Father! Take possession of the kingdom prepared for you from the beginning of the world. For I was hungry and you fed me, I was thirsty and you gave me drink. I was a stranger and you welcomed me into your house. I was naked and you clothed me. I was sick and you visited me. I was in prison and you came to see me’. Then the good people will ask him: ‘Lord, when did we see you hungry and give you food; thirsty and give you drink, or a stranger and welcome you, or naked and clothe you? When did we see you sick or in prison and go to see you?’. The King will answer, ‘Truly, I say to you: whenever you did this to these little ones who are my brothers and sisters, you did it to me’.

»Then he will say to those on his left: ‘Go, cursed people, out of my sight into the eternal fire which has been prepared for the devil and his angels! For I was hungry and you did not give me anything to eat, I was thirsty and you gave me nothing to drink; I was a stranger and you did not welcome me into your house; I was naked and you did not clothe me; I was sick and in prison and you did not visit me’. They, too, will ask: ‘Lord, when did we see you hungry, thirsty, naked or a stranger, sick or in prison, and did not help you?’. The King will answer them: ‘Truly, I say to you: whatever you did not do for one of these little ones, you did not do for me’. And these will go into eternal punishment, but the just to eternal life».

Homily

With the universal Church we celebrate the feast of Christ the King, a totally different king, by his cross and resurrection fulfilled the will of the Father. Since we are associated with this royal function, powers and civil authority, in Jesus Christ we see a contradiction, a huge contradiction, no political power or civil or social, but a different and mysterious authority divine authority.


Since we are children of God, members of his Kingdom, by our own nature as heirs of his kingdom, the gospel prescribes the required qualities from the members of this kingdom, a kingdom of God, where Jesus is the King.


In the first reading, God present among us, as a shepherd, a shepherd who seeks his sheep, the sheep scattered. If we are separated or confused, hopeless, discouraged, He will come in search of us. The prophet Ezekiel tells us that the Lord watches over us. That is the main role of a king, when God chose the first king of Israel.


Let us hear again the first reading, "The lost sheep, I will seek; the lost, I will bring. That which was broken, I will care. That which is weak, I will give her strength. One that is fat and strong, I will keep it, I will feed them with justice. And you, my flock, says the Lord God, learn that I will judge between sheep and sheep, between rams and goats. "


Here is the final and radical judgment with a clear and precise question, which He asked right from the beginning of the creation, 'Where is he your brother Abel? "The gospel does not answer this question? Do we have a positive response, or do we respond by saying, "I do not know, am I my brother's keeper? "


God created man in his image, so we are good and capable with discernment, where we choose our path, the path to the Father, the way to salvation. But when one of human beings suffer, why we do not feel his pain and sorrow. His loneliness, his personal heartbreak, family or social, etc., why these states of life escape from our sight. why their life does not affect our daily lives? Why when a brother is hungry and thirsty, we are unable to share? And we have so many questions.


The answer is simple. This is because we fail to discover the face of Jesus suffering in the faces of men. My friends, do not seek God in heaven, looking up always. Let us search Him in men, especially those who suffer. It is in their daily suffering we can express our divine love. The baptismal vocation requires us to keep the light of Christ, the light of hope and joy on.
On this festive day we can pray, "You who are Light, you who is love, put your Spirit in our darkness of love. As the blind man in front of Jericho, we still pray, Lord let me see You, let me see. "Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 20, 27-40)

Des sadducéens — ceux qui prétendent qu'il n'y a pas de résurrection — vinrent trouver Jésus, et ils l'interrogèrent :
« Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu'il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d'enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l'épouse, puisque les sept l'ont eue pour femme ? »
Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection.
Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. »
Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. »
Et ils n'osaient plus l'interroger sur quoi que ce soit.

Le message

Jésus nous montre une des qualités d’autre monde : ils seront tous comme les anges. Qui est capable de nous en parler sinon le Seigneur ? Quel bonheur aura-t-on, si nous pouvons d’être comme ces anges du Seigneur : auprès de Dieu, avoir une relation directe et permanente?

Quand nous célébrons les obsèques, nous ne célébrerons pas la mort, mais la vie, la vie éternelle, la foi à la résurrection. Jésus nous affirme que notre Dieu est un Dieu vivant. Il est toujours avec nous et pour tous ceux et celles qui sont capables de reconnaitre cette présence, découvrirons cette présence en eux. Ils ne chercheront pas la vie après la mort, plutôt, ils vivront leur vie pleinement au présent.

In English

Gospel text (Lc 20,27-40):

Some Sadducees arrived. These people claim that there is no resurrection and they asked Jesus this question, «Master, in the Scripture Moses told us: ‘If anyone dies leaving a wife but no children, his brother must take the wife, and the child to be born will be regarded as the child of the deceased man’. Now, there were seven brothers; the first married a wife, but he died without children; and the second and the third took the wife; in fact all seven died leaving no children. Last of all the woman died. On the day of the resurrection, to which of them will the woman be wife? For the seven had her as wife».

And Jesus replied, «Taking husband or wife is proper to people of this world, but for those who are considered worthy of the world to come and of resurrection from the dead, there is no more marriage. Besides, they cannot die for they are like the angels. They too are sons and daughters of God because they are born of the resurrection. Yes, the dead will be raised, and even Moses implied it in the passage about the burning bush, where he calls the Lord the God of Abraham, the God of Isaac and the God of Jacob. For He is God of the living and not of the dead, and for him all are alive».

Some teachers of the Law then agreed with Jesus, «Master, you have spoken well». They didn't dare to ask him anything else.

The message

Many of us spend lots of energy in discovering the life after the death, life in heaven. Jesus is telling us that as an ordinary human being, it is not possible for us to understand the status of life in heaven. All that we know is that our life will be a fully liberated life, a life pure, close to God, with a permanent and direct relationship with God.

Dear friends why to spend our energy on something to come? Let us give importance of our present life and search always the will of the Father in our present life. It is by living our life in and by God that we can understand this divine mystery. Let us learn the sense of death and the joy of being with the Father after our life on the earth.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 19, 45-48)

Jésus entra dans le Temple, et se mit à expulser les marchands. Il leur déclarait : « L'Écriture dit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. » Il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les chefs des prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas le moyen d'y arriver ; en effet, le peuple tout entier était suspendu à ses lèvres.

Le message

Le message de Jésus dérange les autorités religieuses. Ce dérangement si on accepte, il nous fera du bien. Malheureusement ils ne savent pas de le prendre positivement qui nous aidera à nous purifier, le temple, le Temple où réside le Seigneur, le cœur des hommes.

Ce jour de la fête de la présentation de la Vierge Marie, demandons au Seigneur, qu’Il nous donne la grâce de pouvoir comprendre le projet de Dieu, sa mission dans notre vie et le courage de dire comme elle, « que ta volonté soit faite. »

In English

Matthew 12:46-50

While Jesus was speaking to the crowds,
his mother and his brothers appeared outside,
wishing to speak with him.
Someone told him, "Your mother and your brothers are standing outside,
asking to speak with you."
But he said in reply to the one who told him,
"Who is my mother?
Who are my brothers?"
And stretching out his hand toward his disciples, he said,
"Here are my mother and my brothers.
For whoever does the will of my heavenly Fat
her
is my brother, and sister, and mother."

The message

On this day of the feast of the presentation of the Blessed Virgin Mary, we are called to imitate her YES to the demand of God, and her perseverance in her cooperation in the accomplishment of the Word of God, believe the way God accompanies us in our daily lives.

It was not easy for her to understand her Son, the son of God. Still she held her close to Him and meditated the word of God. She was His mother not only in the sense of given birth to Jesus and the mother who does the will of the Father.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 19, 41-44)

Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle ; il disait : « Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix ! Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux. Oui, il arrivera pour toi des jours où tes ennemis viendront mettre le siège devant toi, t'encercleront et te presseront de tous côtés ; ils te jetteront à terre, toi et tes enfants qui sont chez toi, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où Dieu te visitait. »

Le message

Aujourd’hui Jésus est triste, car le peuple de Dieu, l’élu de Dieu, n’a pas reconnu la présence de Dieu en Jésus Christ. Il sera encore triste, si nous les chrétiens n’arrivent pas à reconnaitre cette présence de Dieu qui nous accompagne à travers nos frères et sœurs.

Puisque nous sommes les enfants de Dieu, portons attentions soigneusement, aux événements qui se passent autour de nous, qui sont les signes d’espérance et particulièrement, le signe de la présence de Dieu parmi nous.

Si notre vie, la vie de foi n’est pas enraciner à l’Incarné, le Christ notre sauveur, nous perdrons notre équilibre, non seulement notre foi, mais aussi notre vie terrestre, car notre vie de ce monde est nourrie par la vie de foi.

In English

Gospel text (Lc 19,41-44):

When Jesus had come in sight of the city, He wept over it and said, ‘If only today you knew the ways of peace! But now your eyes are held from seeing. Yet days will come upon you when your enemies will surround you with barricades and shut you in and press on you from every side. And they will dash you to the ground and your children with you, and leave not a stone within you, for you did not recognize the time and the visitation of your God».

The message

Jesus is crying for the people of Israel. He is sad that this people, the chosen one of God, have failed to see in Jesus the presence of God. They were expecting some powerful and wonder worker to come and save them. If we refuse to see Jesus in little ones, particularly in our brothers and sisters and search only for great things to happen around us, we may behave just like the people of Jerusalem who have rejected Jesus.

Let our life be rooted in Christ, only in Christ, and then with the help of the Holy Spirit, we may be able to identify the presence of God in this world and will be able to help the world to identify this salvific presence amidst them.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 19, 11-28)

Comme on écoutait Jésus, il ajouta une parabole, parce qu'il était près de Jérusalem et que ses auditeurs pensaient voir le royaume de Dieu se manifester à l'instant même.
Voici donc ce qu'il dit : « Un homme de la grande noblesse partit dans un pays lointain pour se faire nommer roi et rentrer ensuite chez lui. Il appela dix de ses serviteurs, leur distribua dix pièces d'or et leur dit : 'Faites-les fructifier pendant mon voyage.' Mais ses concitoyens le détestaient, et ils envoyèrent derrière lui une délégation chargée de dire : 'Nous ne voulons pas qu'il règne sur nous.'
Mais quand il revint après avoir été nommé roi, il convoqua les serviteurs auxquels il avait distribué l'argent, afin de savoir comment chacun l'avait fait fructifier. Le premier se présenta et dit : 'Seigneur, ta pièce d'or en a rapporté dix.' Le roi lui dit : 'Très bien, bon serviteur ! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l'autorité sur dix villes.' Le second vint dire : 'Ta pièce d'or, Seigneur, en a rapporté cinq.' À celui-là, le roi dit encore : 'Toi, tu seras gouverneur de cinq villes.' Un autre encore vint dire : 'Seigneur, voici ta pièce d'or, je l'avais mise de côté dans un linge. En effet, j'avais peur de toi : tu es un homme exigeant, tu retires ce que tu n'as pas déposé, tu moissonnes ce que tu n'as pas semé.' Le roi lui dit : 'Je vais te juger d'après tes propres paroles, serviteur mauvais : tu savais que je suis un homme exigeant, que je retire ce que je n'ai pas déposé, que je moissonne ce que je n'ai pas semé ; alors pourquoi n'as-tu pas mis mon argent à la banque ? À mon arrivée, je l'aurais repris avec les intérêts.' Et le roi dit à ceux qui étaient là : 'Retirez-lui la pièce d'or et donnez-la à celui qui en a dix.' On lui dit : 'Seigneur, il en déjà dix !
— Je vous le déclare : celui qui a recevra encore ; celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à mes ennemis, ceux qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi.'»
Après avoir dit ces paroles, Jésus marchait en avant de ses disciples pour monter à Jérusalem.

Le message

Jésus monte vers Jérusalem et par cette parable Il nous assure indirectement qu’Il va devenir Roi, même si le monde rejette cette Lumière, Il reviendra vainqueur de la mort. Voilà un message d’espérance.

Avant de partir, Il appela dix disciples et leurs confia ses biens. Il n’arrête pas de nous confier ses biens, sa mission, son peuple. Donc tous les Abel du monde sont nos frères et sœurs et nous sommes envoyés vers ce peuple, comme ambassadeurs de Dieu. Pour accomplir sa mission, il faut savoir multiplier les dons dont nous avons reçus du Seigneur.

Dieu ne juge personne. C’est ce serviteur mauvais qui a prononcé ce jugement. Si nous ne voulons pas perdre tout ce que nous avons reçu, il faut reconnaître la valeur de ce dont et savoir les mettre en bonne utilisation.

In English

Gospel text (Lc 19,11-28):

Jesus was now near Jerusalem and the people with him thought that God's reign was about to appear. So as they were listening to him, Jesus went on to tell them a parable. He said, «A man of noble birth went to a distant place to have himself appointed king of his own people, after which he would return. Before he left, he summoned ten of his servants and gave them ten pounds. He said: ‘Put this money to work until I get back’. But his compatriots who disliked him sent a delegation after him with this message: ‘We do not want this man to be our king’.

»He returned, however, appointed as king. At once he sent for the servants to whom he had given the money, to find out what profit each had made. The first came in and reported: ‘Sir, your pound has earned ten more’. The master replied: ‘Well done, my good servant. Since you have proved yourself capable in a small matter, I can trust you to take charge of ten cities’. The second reported: ‘Sir, your pound earned five more pounds’. The master replied: ‘Right, take charge of five cities’. The third came in and said: ‘Sir, here is your money which I hid for safekeeping. I was afraid of you for you are an exacting person; you take up what you did not lay down and reap what you did not sow’. The master replied: ‘You worthless servant, I will judge you by your own words. So you knew I was an exacting person, taking up what I did not lay down and reaping what I did not sow! Why, then, did you not put my money on loan so that when I got back I could have collected it with interest?’.

»Then the master said to those standing by: ‘Take from him that pound, and give it to the one with ten pounds’. They objected: ‘But, sir, he already has ten!’. ‘I tell you: everyone who has will be given more; but from those who have nothing, even what they have will be taken away. As for my enemies who did not want me to be king, bring them in and execute them right here in my presence’».

So Jesus spoke, and he went on ahead of them, on his way to Jerusalem.

The message

Just last Sunday we had the same parable of Jesus and today there is a new addition of Jesus climbing towards Jerusalem. It is this climbing towards Jerusalem and coming back as king that attracts more importance, because next Sunday we will celebrate Jesus as king.

The master will come back is the message of the day, and the hope is, that leaves behind with us, His wealth. One day He will surely will ask us, ‘where is your brother Abel?’ Many of us look towards heaven for more grace, forgetting all the talents that the Lord has given to us, which needs a multiplication.

As I have shared with you last Sunday, it is this bad servant who pronounces his judgment. If we learn to avoid these kinds of victimization and judgments, then the Lord will gives us in return multiple folds.

All that we are asked to do is to know and identify the gifts we have received and make them in good use of the self and also for others.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 19, 1-10)

Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. » Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Le message

Dieu nous regarde et Il nous invite à participer à sa joie. Comme Il a fait participer Zachée à sa joie, Il nous fera, si nous nous donnons une occasion à Lui écouter et si nous avons le courage de descendre où nous nous cachons du regard de Dieu. Ce jour-là, Il viendra Lui-même chez-nous et Il y demeurera.

La conversion et la réconciliation nous aident à nous rapprocher près du Seigneur. C’est dans cette conversion et réconciliation que nous ressentirons la présence vivante et efficace de Dieu dans notre vie, la proximité de Dieu, Dieu en nous.

Le même Seigneur qui a reconnu en Zachée, le fils d’Abraham, ne cesse pas de nous appeler comme ses biens aimés. Zachée est descendu et a accueilli le Seigneur chez-lui, et nous……………. ?

In English

Gospel text (Lc 19,1-10):

When Jesus entered Jericho and was going through the city, a man named Zacchaeus was there. He was a tax collector and a wealthy man. He wanted to see what Jesus was like, but he was a short man and could not see because of the crowd. So he ran ahead and climbed up a sycamore tree. From there he would be able to see Jesus who had to pass that way. When Jesus came to the place, He looked up and said to him, ‘Zaccheus, come down quickly for I must stay at your house today’. So Zaccheus hurried down and received him joyfully.

All the people who saw it began to grumble and said, «He has gone to the house of a sinner as a guest». But Zaccheus spoke to Jesus, «The half of my goods, Lord, I give to the poor, and if I have cheated anyone, I will pay him back four times as much». Looking at him Jesus said, «Salvation has come to this house today, for he is also a true son of Abraham. The Son of Man has come to seek and to save the lost».

The message

Our friend Zacchaeus had practically everything that an ordinary humain being desires to have, but still he felt in him some emptiness that pushed him to go out from his inner secured place to an unknown destination, all alone without making any noise, in a hidden place, up above, from human knowledge. It is here Jesus meets him, for joyful surprise of Zacchaeus. God very often surprises all those like Zacchaeus who desires to take a step forward towards God.

The radical conversion of Zacchaeus has helped him to get closer to Jesus, not only spiritually, but in all the senses possible that we could attribute. Jesus responds to him with a very happy note, “For he is also a true son of Abraham.”

The conversion comes as a fruit from this loving encounter with God, his discovery of God’s presence in him, the proximity of divine guidance and acceptance. Every day Jesus is calling us, like He has called Zacchaeus, “Zacchaeus, come down quickly for I must stay at your house today’. So Zacchaeus hurried down and received him joyfully.” Do we hear this voice and what is our response today?

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Novembre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

(Lc 18, 35-43)

Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle qui mendiait était assis au bord de la route. Entendant une foule arriver, il demanda ce qu'il y avait. On lui apprit que c'était Jésus le Nazaréen qui passait. Il s'écria : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Ceux qui marchaient en tête l'interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrêta et ordonna qu'on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? — Seigneur, que je voie ! » Et Jésus lui dit : « Vois. Ta foi t'a sauvé. » À l'instant même, l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa ses louanges à Dieu.

Le message

Nous sommes dans la route avec le Seigneur et nous pensons que nous voyons les choses bien. Pourtant l’évangile du jour nous affirme, ce que c’était cet aveugle, qui a reconnu en Jésus, le christ qui est capable de lui rendre la vue et il crie, « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi. »

Comme cette aveugle nous devons demander au Seigneur, « Seigneur, que je voie ». Que nous voyons la présence de Dieu parmi nous, les signes que Dieu nous donne quotidiennement et en particulièrement, notre propre aveuglement dans la vie.

In English

Gospel text (Lc 18,35-43):

When Jesus drew near to Jericho, a blind man was sitting by the road, begging. As he heard the crowd passing by, he inquired what it was, and they told him that Jesus of Nazareth was going by. Then he cried out, «Jesus, Son of David, have mercy on me!». The people in front scolded him, «Be quiet!», but he cried out all the more, «Jesus, Son of David, have mercy on me!». Jesus stopped and ordered the blind man to be brought to him, and when he came near, He asked him, «What do you want me to do for you?». And the man said, «Lord, that I may see!». Jesus said, «Receive your sight, your faith has saved you». At once the blind man was able to see, and he followed Jesus, giving praise to God. And all the people who were there also praised God.

The message

Our physical blindness can be rectified by added information. The gospel says that it was the crow who was following Jesus, in fact was blind, because they didn’t see in Jesus, the giver of light, the Light of the world. It was this poor blind man discovered the light. This is in truth, paradoxically actuality of our time.

It is we who have to cry, “Lord let me see”. Let us learn to see the invisible presence of God in our lives, discover the signs available to us in our personal life and pray particularly for our inner blindness.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Novembre 2014

Le 16 Novembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 14-30)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : « Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un creusa la terre et enfouit l'argent de son maître.
Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s'avança en apportant cinq autres talents et dit : 'Seigneur, tu m'as confié cinq talents ; voilà, j'en ai gagné cinq autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.'
Celui qui avait reçu deux talents s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, tu m'as confié deux talents ; voilà, j'en ai gagné deux autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.'
Celui qui avait reçu un seul talent s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain. J'ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t'appartient.'
Son maître lui répliqua : 'Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l'aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance. Mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents !' »

L’homélie

Nous entrons au 33ème dimanche ordinaire et l’Eglise universelle nous propose cette parabole de talents où le maître demande ou exige les comptes. Ne nous trompons pas la finalité de cette parabole : « Jésus parlait à ses disciples de sa venue ». Il s’agit le jugement final et définitif où l’homme ne peut rien faire que s’attendre à la miséricorde divine.

Cette parabole nous dit que Dieu n’abandonne personne. Même si nous ne sommes pas capables de produire énormément de fruit, il nous donne pourtant une occasion en nous donnant chacun à sa capacité, peut-être qu’un seul talant pour que nous puissions nous-même reconnaitre les talents reçus, même si un seul, et que nous ne sentions pas d’être abandonnés par Dieu.

Nous avons toujours les choix, les choix de la vie, avec tout ce que nous avons et de tout ce que nous avons reçu. Même si nous n’avons pas beaucoup de moyens, il est pourtant possible, en utilisant nos talents et les dons donc Dieu nous donne, produire un bon fruit. Comme les arbres plantés sur le rivage du désert qui donnent les fruits, nous sommes invités à nous enraciné dans cette eau de grâce qui est en abondance dans ce petit talent que Dieu nous donne.

Dieu veut que nous soyons heureux et joyeux. Ce n’est pas à cette finalité qu’Il a donné chacun cinq et deux talents ou un talent? N’oublions pas que ces talents sont appartiens au Seigneur. Comme les mauvais tenants qui ont voulu acquérir la propriété du Maître en tuant ses serviteurs et son Fils unique, ce serviteur mauvais et paresseux qui a reçu un talent a voulu les garder en lui-même, en oubliant qu’un jour le maître lui demandera les comptes.

Si tous les chrétiens arrivent à reconnaitre leurs rôles en tant qu’un serviteur fidèles au Maître ou leur état en tant que locataires dans ce monde, ils donneront toujours les fruits comme cet arbre plantés sur le rivage du désert.

Regardons le comportement de ce Maître. Il n’a pas attendu ou demandé cinq talents au serviteur qui avait deux talents. Voilà la justice de Dieu. Dieu ne nous demande pas plus que nous puissions Lui donner. Même dans cette Parabole, ce n’est pas Dieu qui prononce le jugement. C’est ce serviteur mauvais et paresseux lui-même par son propre jugement de son Maître qui a prononcé son propre jugement à la tristesse de son maître qui a partagé ses biens avec lui pour qu’il lui aussi participe à sa joie.

Mes amis que cette semaine soit une occasion pour nous à reconnaitre nos talents que Dieu partage avec nous. Découvrons nos talents et utilisons-les pour les biens de nous-mêmes et aussi pour les biens des autres, pour qu’un jour nous puissions participer à la joie que Dieu nous propose. L’homme cherche toujours le bonheur et aujourd’hui Dieu nous propose un moyen y arriver. Rendons grâce au Seigneur et bénissons-lui, car Il est bon.

In English

Gospel text (Mt 25,14-30):

Imagine someone who, before going abroad, summoned his servants to entrust his property to them. He gave five talents of silver to one, then two to another, and one to a third, each one according to his ability; and he went away.

»He who received five talents went at once to do business with the money and gained another five. The one who received two did the same and gained another two. But the one with one talent dug a hole and hid his master's money.

»After a long time, the master of those servants returned and asked for a reckoning. The one who received five talents came with another five talents, saying: ‘Lord, you entrusted me with five talents, but see I have gained five more with them’. The master answered: ‘Very well, good and faithful servant, since you have been faithful in a few things, I will entrust you with much more. Come and share the joy of your master’.

»Then the one who had two talents came and said: ‘Lord, you entrusted me with two talents; I have two more which I gained with them’. The master said: ‘Well, good and faithful servant, since you have been faithful in little things, I will entrust you with much more. Come and share the joy of your master’.

»Finally, the one who had received one talent came and said: ‘Master, I know that you are an exacting man. You reap what you have not sown and gather what you have not invested. I was afraid, so I hid your money in the ground. Here, take what is yours’. But his master replied: ‘Wicked and worthless servant, you know that I reap where I have not sown and gather where I have not invested. Then you should have deposited my money in the bank, and you would have given it back to me with interest on my return. Therefore, take the talent from him, and give it to the one who has ten. For to all those who have, more will be given, and they will have an abundance; but from those who are unproductive, even what they have will be taken from them. As for that useless servant, throw him out into the dark where there will be weeping and gnashing of teeth’».

Homily

Today we have a parable in which the master asks the servants account, ............. "After a long says the gospel of the day. How do I understand this term 'long time' : Sufficient time to recognize the talents received, an important time to develop and grow so that they can feed on the fruit of labor. Very often we give lot of importance to the exigencies of the Lord, but forget very conveniently the quantity, the quality of the gift and particularly the time He has accorded to these servants to develop these talents.


A talent, it seems, is a wage of 20 or 30 years of work, so a considerable sum. He gave everything and it was distributed. Just do not be confused with the qualities and the spiritual gifts we have received, but also the wealth, the richness that God offers to us through this material world. Today we talk about sustainable development and also the usefulness of these talents or gifts; the land, the eco system, the people, the community, etc. God asks us a question, "Where is Abel thy brother? "And very often we are tempted to say," I do not know. Am I my brother's keeper? "God's answer is obvious," well yes "

Let us not forget that all that we have received are of the Lord and to others, including our lives. So my wife, my husband, my family and property are the gifts that God gives us so that we can participate in the work of God's creation. This is our mission today. We are called to live a happy life.


God asks us to be vigilant and invites us to live our lives in the light, as children of Light. During the marriage preparation, I insist that the couple seek happiness and particularly the light that illuminate and guide them in their daily lives; Jesus Christ.


All those who have accepted these talents, were able to multiply and develop. He who has not recognized the value of this gift had buried. Dear brothers and sisters, let us ask the Lord's grace, so that we can recognize the talents and may they give the required result. That day it will be a great pleasure for us to hear from the Lord, "‘Well, good and faithful servant, since you have been faithful in little things, I will entrust you with much more. Come and share the joy of your master’. Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0