Publié le 25 Octobre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 13,22-30): 

«Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant. Quelqu'un lui demanda: «Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés?». Jésus leur dit: «Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant: ‘Seigneur, ouvre-nous’, il vous répondra: ‘Je ne sais pas d'où vous êtes’. Alors vous vous mettrez à dire: ‘Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places’. Il vous répondra: ‘Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal’. Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors. Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers».

 

Le message

 

Celui qui a reconnu Zachée et Philipe qui se sont cachés derrière d’un figuier, n’a pas voulu reconnaitre les autres qui l’entouraient depuis sa mission sur la terre.  Cette histoire nous affirme qu’une proximité ou une connaissance divine ne nous garantira jamais le salut.  Dans le ciel il n’y pas une place réservée pour les élites de notre société.  S’il y a une mesure de la vie que Dieu compte dans le ciel, c’est l’amour. Puisque sa volonté est tellement liée à cet amour divin, tous ceux et celles qui sont capables de s’aimer et de se pardonner comme Lui, sont comptés parmi les élites dans le ciel.  Si nous voulons d’être sauvés, choisissons bien et soyons sages.

 

In English

 

Scripture:   Luke 13:22-30  

22 He went on his way through towns and villages, teaching, and journeying toward Jerusalem. 23 And some one said to him, "Lord, will those who are saved be few?" And he said to them, 24 "Strive to enter by the narrow door; for many, I tell you, will seek to enter and will not be able. 25 When once the householder has risen up and shut the door, you will begin to stand outside and to knock at the door, saying, `Lord, open to  us.' He will answer you, `I do not know where you come from.' 26 Then you will begin to say, `We ate and drank in your presence, and you taught in our streets.' 27 But he will say, `I tell you, I do not know where you come from; depart from me, all you workers of iniquity!' 28 There you will weep and gnash your teeth, when you see Abraham and Isaac and Jacob and all the prophets in the kingdom of God and you yourselves thrust out. 29 And men will come from east and west, and from north and south, and sit at table in the kingdom of God. 30 And behold, some are last who will be first, and some are first who will be last."

 

Daily Quote from the early church fathers: 

To enter the narrow door, by Cyril of Alexandria (376-444 AD)

"'Wide is the door, and broad the way that brings down many to destruction.' What are we to understand by its broadness? ...A stubborn mind will not bow to the yoke of the law [the commandments of God]. This life is cursed and relaxed in all carelessness. Thrusting from it the divine law and completely unmindful of the sacred commandments, wealth, vices, scorn, pride and the empty imagination of earthly pride spring from it. Those who would enter in by the narrow door must withdraw from all these things, be with Christ and keep the festival with him." (excerpt from COMMENTARY ON LUKE, HOMILY 99)

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 24 Octobre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 13,18-21): 

Jésus disait : «A quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer? Il est comparable à une graine de moutarde qu'un homme a jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches». Il dit encore: «A quoi vais-je comparer le règne de Dieu? Il est comparable à du levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte ait levé».

 

«A quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer?»

+ Abbé Francisco Lucas MATEO Seco 
(Pamplona, Navarra, Espagne)

Aujourd'hui, à travers deux paraboles, le texte de l'Évangile mets devant nous deux caractéristiques du Royaume de Dieu: c'est quelque chose qui grandit lentement -comme une graine de moutarde- mais qui devient tellement grande qu'elle sert d'abri aux oiseaux du ciel. Ainsi le disait Tertullien: «Nous sommes d'hier, et déjà nous avons rempli la terre». Avec cette parabole, le Seigneur nous exhorte à la patience, au courage et à l'espérance. Ces vertus sont particulièrement nécessaires à tous ceux qui se consacrent à la propagation du Royaume des Cieux. Il faut être patient et attendre que le grain semé, avec la grâce de Dieu, avec la collaboration humaine, grandisse en prenant racine en profondeur dans la bonne terre et pousse peu à peu jusqu'à devenir un arbre. Il faut, tout d'abord, avoir la foi dans la vertu -la fécondité- contenue dans la graine du Royaume de Dieu. Cette graine est la Parole, qui est aussi l'Eucharistie, qui est semée en nous par la sainte communion. Notre Seigneur Jésus Christ se comparait lui-même au «(…) grain de blé tombé en terre (...) s'il meurt, il porte beaucoup de fruit» (Jn 12,24).

Jésus poursuit en disant que le Royaume des Cieux, est semblable au «levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte ait levé» (Lc 13,21). Ici aussi on parle de la capacité de la levure à faire lever toute la pâte. C'est à ceci qu'on fait allusion dans l'ancien testament quand on parle du "reste d'Israel": "le reste" devra sauver et faire lever tout le peuple. En poursuivant avec la parabole, il est uniquement nécessaire que la levure soit à l'intérieur de la pâte, qu'elle soit parmi le peuple, qu'elle soit comme le sel, capable de préserver de la pourriture mais aussi de bien assaisonner les aliments (cf. Mt 5,13). Il faut du temps également pour que la levure puisse faire de l'effet. 

Ces paraboles nous encouragent à la patience et à l'espérance certaine, ce sont des paraboles qui font allusion au Royaume de Dieu et à l'Église, et qui s'appliquent également à la croissance de ce même Royaume à l'intérieur de chacun de nous.

 

 

 

In English

 

Scripture:  Luke 13:18-21 

18 He said therefore, "What is the kingdom of God like? And to what shall I compare it? 19 It is like a grain of mustard seed which a man took and sowed in his garden; and it grew and became a tree, and the birds of the air made nests in its branches." 20 And again he said, "To what shall I compare the kingdom of God? 21 It is like leaven which a woman took and hid in three measures of flour, till it was all leavened."

 

The contemplation

 

The Kingdom of God is the place where God takes the centre and the priority of every being. Just like a modern worldly concept of a ‘king’ that Pilot had justly doubted but believed in Christ, (because the manner Jesus Himself comported in His ministry,) we apply it, in its perfection of a kingship of love and mercy, which goes beyond any human intelligence to penetrate and decode it for our understanding. Even the choice of death on the Cross still remains a mystery for human wisdom.  Without understanding this Kingship of God in Christ, we can never understand the Kingdom of God. It is in Christ we are called to discover this Kingship and it is only He can help us to understand this mystery of God’s Kingdom.

It is just like the Faith which we have received from God which is capable of transforming our very being and priorities of life, the Kingdom of God begins in, not in a triumphal acclamation or proclamation, but in silence, fully rooted in the Divine love, filled with mercy and compassion, ‘tout discrete’ even the receiver or the participant himself or herself will discover later, very late, when he or she is, to an extent transformed by this Kingdom, to be visible for the self and for the other. All we need is patience and allow God to act in us, in His own rhythm and time. The three important words to retain of today’s gospel may be, ‘humility, hidden and permanent development.’ However it is important that we receive the seed or the leaven that God so desires to put in our intelligence and particularly in our hearts.  

 

Daily Quote from the early church fathers: 

The Word of God operates in us like leaven, by Cyril of Alexandria (376-444 AD)

"The leaven is small in quantity, yet it immediately seizes the whole mass and quickly communicates its own properties to it. The Word of God operates in us in a similar manner. When it is admitted within us, it makes us holy and without blame. By pervading our mind and heart, it makes us spiritual. Paul says, 'Our whole body and spirit and soul may be kept blameless in the day of our Lord Jesus Christ' (1 Thessalonians 5:23). The God of all clearly shows that the divine Word is poured out even into the depth of our understanding... We receive the rational and divine leaven in our mind. We understand that by this precious, holy and pure leaven, we may be found spiritually unleavened and have none of the wickedness of the world, but rather be pure, holy partakers of Christ." (excerpt from COMMENTARY ON LUKE, HOMILY 96)

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Octobre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 13,10-17): 

 

Jésus était en train d'enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat. Il y avait là une femme, possédée par un esprit mauvais qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser. Quand Jésus la vit, il l'interpella: «Femme, te voilà délivrée de ton infirmité». Puis, il lui imposa les mains; à l'instant même elle se trouva toute droite, et elle rendait gloire à Dieu. 

Le chef de la synagogue fut indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat. Il prit la parole pour dire à la foule: «Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat». Le Seigneur lui répliqua: «Esprits faux que vous êtes! N'est-il pas vrai que le jour du sabbat chacun de vous détache de la mangeoire son boeuf ou son âne pour le mener boire? Et cette femme, une fille d'Abraham, que Satan avait liée il y a dix-huit ans, n'est-il pas vrai que le jour du sabbat il fallait la délivrer de ce lien?». Ces paroles de Jésus couvraient de honte tous ses adversaires, et toute la foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu'il faisait.

 

 

 

«Le chef de la synagogue fut indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat…»

Abbé Francesc JORDANA i Soler 
(Mirasol, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, nous assistons à un acte de Jésus qui proclame qu'il est le Messie. Face à ce fait, le chef de la synagogue s'indigne et sermonne les gens afin de les dissuader de venir se faire guérir le samedi: «Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat» (Lc 13,14).

J'aimerais que nous nous concentrions sur l'attitude de ce personnage. J'ai toujours été frappé de constater comme l'homme est parfois capable de se refermer, à tel point que, face à un miracle pourtant évident, ce à quoi il vient d'assister le laisse indifférent. C'est comme s'il n'avait pas vu ce qui vient de se passer et ce que cela signifie. Et la raison se trouve dans l'interprétation erronée des enseignements de Dieu par les juifs à l'époque. Pour certaines raisons —anthropologiques, culturelles, ou dessein divin— il est inévitable qu'entre Dieu et les hommes il y ait des conventions. Le problème est que les juifs faisaient de ces conventions un absolu. Or ces conventions ne les mettent pas en relation avec Dieu, mais ils restent bloqués dans leur propre convention. De ce fait, Dieu ne peut pas agir pour leur donner ses grâces, dons, amour et donc leur pratique religieuse n'enrichira pas leur vie.

Tout cela les conduit à une interprétation rigoureuse de la religion, à enfermer leur dieu dans leurs limites. Ils se fabriquent un dieu sur mesure et ils ne le laissent pas rentrer dans leur vie. Dans leur pratique de la religion, ils croient que du moment qu'ils obéissent aux règles tout est résolu. On comprend tout à fait la réaction de Jésus: «Esprits faux que vous êtes! N'est-il pas vrai que le jour du sabbat chacun de vous détache de la mangeoire son bœuf ou son âne pour le mener boire?» (Lc 13,15). Jésus dévoile ainsi que la pratique erronée du sabath n'a aucun sens.

La parole de Dieu devrait nous aider à examiner notre interprétation de la religion et nous aider à discerner si nos conventions nous mettent en rapport avec Dieu et avec la vie. C'est seulement à partir d'une interprétation correcte des règles que nous pourrons comprendre la phrase de Saint Augustin: «Aime et fais ce que tu veux».

Puisque nous les clarétains célébrons la fête du P.Claret, je vous propose aussi mon homélie pour cette occasion. Priez pour les clarétains et clarétaines. 

Homélie

 

Aujourd’hui nous célébrons la fête du P.Claret, le fondateur de notre congrégation et aussi la clôture de la semaine de la mission.  Ce jour de fête le Seigneur nous confie une mission, la mission de son Père : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. »

Le Seigneur nous envoie avec le Spirit Saint qui va nous accompagner et nous guider.  C’est par son soutient, par la consécration et l’onction que nous avons reçu lors du baptême, que nous nous avançons et nous osons à annoncer la Bonne Novelle. 

Puisque nous célébrons la fête du P.Claret regardons la manière dont qu’il a annoncé la bonne Novelle. La vie du P.Claret nous inspire et sa prière nous pousse comme lui de devenir un missionnaire à l’image des apôtres.  

Saint Antoine-M Claret n’était pas que seulement un prédicateur infatigable et fervent de missions populaire, il était  également un écrivant, qui a écrit pour tous, les prêtres, pour les religieux, pour les parents et les enfants, pour les adultes et jeunes mais d’un format petit, car il a dit le peuple est pressé et il n’a pas de temps pour lire un livre tout entier. La catéchèse des garçons et des filles constituait une des préoccupations majeures du saint. 

Le deuxième aspect de la mission était faire participer les laïcs à la mission du Seigneur. C’est pourquoi il a fondé plusieurs  associations de laïcs. Il l’a recommandait  à ses confrères clarétains très fortement. Il a dit « le missionnaire doit les promouvoir autant que possible en exhortant les fidèles à s’y inscrire. »

En regardant les associations que le P.Claret initié et soutenu, nous nous trouvons  devant un genre d’association non pieuse, mais orienté à combattre un mal concret. Je crois qu’aujourd’hui encore de plus, nous avons besoin de ce genre de l’initiative pour lutter contre le mal et la violence dans notre société présente.

Nous savons bien la dévotion du P.Claret à la Vierge Marie, et il se nourrit en lisant la Bible autant que possible. Il dépensait beaucoup de son temps devant le Saint Sacrement où se trouve la source de son zèle apostolique. Confions notre mission avec le Père Claret au soin du Seigneur. Qu’il nous guide et nous bénisse.  

 

 

In English

 

Scripture:  Luke 13:10-17   

10 Now he was teaching in one of the synagogues on the Sabbath. 11 And there was a woman who had had a spirit of infirmity for eighteen years; she was bent over and could not fully straighten herself. 12 And when Jesus saw her, he called her and said to her, "Woman, you are freed from your infirmity." 13 And he laid his hands upon her, and immediately she was made straight, and she praised God. 14 But the ruler of the synagogue, indignant because Jesus had healed on the Sabbath, said to the people, "There are six days on which work ought to be done; come on those days and be healed, and not on the Sabbath day." 15 Then the Lord answered him, "You hypocrites! Does not each of you on the Sabbath untie his ox or his ass from the manger, and lead it away  to water it? 16 And ought not this woman, a daughter of Abraham whom Satan bound for eighteen years, be loosed from this bond on the Sabbath day?" 17 As he said this, all his adversaries were put to shame; and all the people rejoiced at all the glorious things that were done by him.

 

The contemplation

 

The essential of our Christian life doesn’t depend on what we receive nor what we give, though apparently it may seems like to many of us. It is rather fully centred in God and how much are we able to understand the will of the Father and how much are we capable of accomplishing this divine will.  Once this aspect of life is understood, everything in life becomes secondary, including our own happiness, less important will be the law and the regulations of our society.  It is in this immersion of God’s will that we surrender fully to God and receive the necessary blessings and graces to accomplish the divine will. Here our life will be coherent to what we say and what we do. No hypocrisy, no hiding and nothing in secret.  Everything will be on open sky for the visibility for those who seek the truth.  A man of God is soo rooted in God that he is well aware of his or her infirmity and feel the divine healing by the miraculous intervention of God. For others these divine intervention remain as a mystery.  Let us pray to God that He may help us to understand  and identify that His work is still continue on this earth, which is alive and active in us.

 

Daily Quote from the early church fathers: 

Jesus overcomes death and destruction, by Cyril of Alexandria (376-444 AD)

"The incarnation of the Word and his assumption of human nature took place for the overthrow of death, destruction and the envy harbored against us by the wicked Serpent, who was the first cause of evil. This plainly is proved to us by facts themselves. He set free the daughter of Abraham from her protracted sickness, calling out and saying, 'Woman, you are loosed from your infirmity.' A speech most worthy of God, and full of supernatural power! With the royal inclination of his will, he drives away the disease. He also lays his hands upon her. It says that she immediately was made straight. It is now also possible to see that his holy flesh bore in it the power and activity of God. It was his own flesh, and not that of some other Son beside him, distinct and separate from him, as some most impiously imagine." (excerpt from COMMENTARY ON LUKE, HOMILY 96)

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Octobre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 18,9-14): 

Jésus dit une parabole pour certains hommes qui étaient convaincus d'être justes et qui méprisaient tous les autres: «Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L'un était pharisien, et l'autre, publicain. 

»Le pharisien se tenait là et priait en lui-même: ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes: voleurs, injustes, adultères, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne’. 

»Le publicain, lui, se tenait à distance et n'osait même pas lever les yeux vers le ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: ‘Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis!’. Quand ce dernier rentra chez lui, c'est lui, je vous le déclare, qui était devenu juste, et non pas l'autre. Qui s'élève sera abaissé; qui s'abaisse sera élevé».

 

 

Homélie

 

Une parabole nous est présentée, encore une fois, articulée sur la prière. La prière est un dialogue d’entre deux personnes qui s’aiment.  Il commence d’abord dans une ambiance d’écoute.

L’écoute commence par l’humilité et l’ouverture du cœur. Nous devons nous présenter devant Dieu comme des personnes pauvres et dans le besoin, mues par un profond esprit d’humilité et de confiance. L’humilité est un fruit de respect pour la personne et pour sa parole.

Puisque nous avons un Dieu qui est généreux dans son pardon et patient, il nous attend patiemment pour que nous nous convertissions, c’est ainsi que notre prière  elle-même devient une louange de l’action de grâce en reconnaissance ce Dieu qui se donne dans nos frères et sœurs.  C’est dans cette reconnaissance de la bonté du Seigneur, que nous nous osons nous adresser au Père de Jésus,  comme notre Père. 

Ce pharisien de l’évangile du jour se trouve dans cette action de grâce.  Il rende grâce au Seigneur pour tout ce qu’il a reçu. Pourtant il s’enferme en lui-même. Il ne voit que lui, il se tourne vers lui-même comme le bon et le juste devant le Seigneur. Devant ce Dieu qui est un juge qui ne fait pas de différence entre l’homme, et devant la miséricorde de Dieu,  il se trouve coupable de l’arrogance, de l’orgueil, de l’égoïsme et de l’individualisme.  L’orgueil et la vaine gloire, même revêtus d’une fausse piété, nous éloignent de Dieu.

Si nous voulons trouver grâce auprès de Dieu, dans notre vie quotidienne, il nous faut adopter l’attitude du publicain qui se reconnaît pécheur et espère la miséricorde de Dieu. Nous savons bien que notre père Claret se trouvait devant le saint Sacrement tous les jours, dans l’humilité. C’est ici il s’est ressourcé. 

Quand nous prions nous devons d’être humbles, comme ce publicain. Regardons la prière et en particulier la manière que le pharisien  a priée. Il commence avec mon Dieu, mais  il s’élève au dessus de Dieu lui-même en se justifiant tout ce qu’il mérite. Il n’a pas venu pour recevoir, car dans son cœur il n’y a pas la place ni pour Dieu, ni pour les autres.  Alors le publicain, il s’est mis devant le Seigneur de miséricorde, il lui demande pardon, il lui demande la grâce, il lui demande d’être avec lui.  Les mains vides, le cœur ouvert, il est parti chez-lui d’être justifié devant le Seigneur.

Le salut est un fruit de la grâce et de la miséricorde divines, jamais une conquête de nos capacités et mérites. Mais, qu’il nous est difficile parfois d’assumer cette vérité qui est au cœur de l’Evangile.

Dieu nous invite à annoncer cet évangile de la miséricorde. Prions pour que tous les hommes puissent entendre et accueillir cette Bonne Nouvelle que le Seigneur nous apporte dans l’Eucharistie dont nous célébrons aujourd’hui, Amen.

 

 

In English

 

Gospel Reading:  

Luke 18:9-14

9 He also told this parable to some who trusted in themselves that they were righteous and despised others: 10 "Two men went up into the temple to pray, one a Pharisee and the other a tax collector. 11 The Pharisee stood and prayed thus with himself, `God, I thank you that I am not like other men, extortioners, unjust, adulterers, or even  like this tax collector. 12 I fast twice a week, I give tithes of all that I get.' 13 But the tax collector, standing far off, would not even lift up his eyes to heaven, but beat his breast, saying, `God, be merciful to me a sinner!' 14 I tell you, this man went down to his house justified rather than the other; for every one who exalts himself will be humbled, but he who  humbles himself will be exalted."

 

 

Homily

 

A parable is presented, again, giving importance on prayer and how to pray. Prayer is a dialogue between two people in love. This dialogue begins with a sincere listening, trying to find out the desire of the other person.  Since God knows everything about us, there is no need to present our needs and our situation to the Lord. Since we don’t know God, particularly about His feelings and emotions, it is just that we listen to Him first and if anything still needed to communicate, we share with Him.

Listening starts with the humility and openness of heart. We must come before God as poor and in need, driven by a deep spirit of humility and confidence. Humility is a fruit of respect for the person and for his word. It is in this respect and reverence that we accord the priority of Word to God and we privilege Him to speak to us.

Since we have a God who is generous with his forgiveness and patient, He waits patiently for us as we get reconciled with Him, and thus our prayer itself becomes a praise of thanksgiving in gratitude that God who gives Himself in our brothers and sisters. It is in recognition of the goodness of the Lord, that we dare go to the Father of Jesus, as our Father. Without tasting His goodness, our prayer is practically incomplete or sometime it can turn even insincere and we can’t profit all that God desires to share with us in prayer and contemplation.

This Pharisee of the Gospel of the day is in this thanksgiving mood and calling all that God has done to him. He gives thanks to the Lord for all he has received, particularly material and earthly goods. Yet he retreats into himself. He only sees him, he turns to himself as good and just before the Lord. Before God, who is a judge who makes no difference between man, and before the mercy of God, he is guilty of arrogance, pride, selfishness and individualism. The pride and vainglory, even bearing a false piety, distance us from God.

If we are to find favour with God in our daily lives, we must adopt the attitude of the publican sinner who recognizes and hope of God's mercy. We know that our Father Claret was before the Blessed Sacrament every day, in humility. Here he was refreshed. Mother Theresa obliged her sisters to consecrate one full hour in contemplation before the Holy Sacrament.  What is the use of all these time spent before God, if we are not humble and open to receive the grace of God? What is the use of being before God, while refusing to listen to Him?

When we pray we need to be humble as this publican. Let's look at prayer and especially the way the Pharisee prayed. Certainly he begins with God, but he rises above God himself, justifying everything he deserves. He did not come to receive, because in his heart there is no place neither for God nor for others. And the publican, he set before the Lord of mercy, he asks her forgiveness, he asks for grace, he asks the divine presence to be with him. Empty handed, open heart, he returned home to be justified before the Lord.

Salvation is a fruit of the grace and mercy of God, not a conquest of our abilities and merits. But we sometimes find difficult to assume this very truth which is the core message of the Gospel. God invites us to announce the Gospel of mercy. Let us pray that all people can hear and welcome the good news that the Lord gives us in the Eucharist which we celebrate today, Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Octobre 2016

 

Texte de l'Évangile

 (Lc 13,1-9): 

A ce moment, des gens vinrent rapporter à Jésus l'affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer pendant qu'ils offraient un sacrifice. Jésus leur répondit: «Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort? Eh bien non, je vous le dis; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme eux. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu'elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem? Eh bien non, je vous le dis; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière». 

Jésus leur disait encore cette parabole: «Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n'en trouva pas. Il dit alors à son vigneron: ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n'en trouve pas. Coupe-le. A quoi bon le laisser épuiser le sol?’. Mais le vigneron lui répondit: ‘Seigneur, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l'avenir. Sinon, tu le couperas’».

 

Le Commentaire

 

«Il vint chercher du fruit (…), et n'en trouva pas»

+ Abbé Antoni ORIOL i Tataret 
(Vic, Barcelona, Espagne
)

Aujourd'hui, les paroles de Jésus nous invitent à méditer sur les inconvénients de l’hypocrisie. «Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n'en trouva pas» (Lc 13,6). L'hypocrite donne l'apparence de ce qu'il n'est pas. Ce mensonge atteint son sommet lorsqu'on feint la vertu (aspect moral) tout en étant vicieux, ou la dévotion (aspect religieux) en ne cherchant que soi-même et ses propres intérêts, et non pas Dieu. L'hypocrisie morale abonde en ce monde, l'hypocrisie religieuse porte préjudice à l'Église.

Les invectives de Jésus à l'adresse des scribes et des pharisiens —plus claires et directes en d'autres passages des Évangiles— sont terribles. Nous ne pouvons lire ou écouter de telles paroles, sans qu’elles nous touchent en plein cœur, si vraiment nous avons écouté et compris. 

Je le dirai au pluriel, car tous nous faisons l'expérience de la distance entre ce dont nous offrons l'apparence et ce que nous sommes vraiment. Nous, les hommes politiques, quand nous profitons du pays tout en proclamant que nous sommes à son service; nous, les policiers, quand nous protégeons des groupes corrompus au nom de l'ordre public; nous, les membres du personnel sanitaire, quand nous supprimons des vies naissantes ou finissantes au nom de la médecine; nous, les moyens de communication sociale, quand nous falsifions les informations et pervertissons les gens tout en disant que nous les divertissons; nous, les administrateurs de fonds publics, quand nous en détournons une partie vers nos poches (les nôtres ou celles de notre parti) tout en nous ventant d'honnêteté publique; nous, les laïques, quand nous empêchons la religion de s'exprimer publiquement au nom de la liberté de conscience; nous, les religieux, quand nous vivons sur le dos de nos institutions par notre infidélité à leur esprit et aux exigences de leurs fondateurs; nous, les prêtres, quand nous vivons de l'autel, mais ne servons pas nos paroissiens avec abnégation et esprit évangélique; etc.

Ah! Et toi et moi, dans la mesure où notre conscience nous dit ce que nous devons faire et que nous ne le faisons pas, pour nous dédier seulement à voir la paille dans l'œil d'autrui, sans même vouloir nous rendre compte de la poutre qui aveugle le nôtre. Oui ou non?

Jésus, Sauveur du monde, sauve nous de nos petitesses, de nos médiocrités et de nos grandes hypocrisies!

 

 

In English

 

Scripture:  Luke 13:1-9

1 There were some present at that very time who told him of the Galileans whose blood Pilate had mingled with their sacrifices. 2 And he answered them, "Do you think that these Galileans were worse sinners than all the other Galileans, because they suffered thus? 3 I tell you, No; but unless you repent you will all likewise perish. 4 Or those eighteen upon whom the tower in Siloam fell and killed them, do you think that they were worse offenders than all the others who dwelt in Jerusalem? 5 I tell you, No; but unless you repent you will all likewise perish." 6 And he told this parable: "A man had a fig tree planted in his vineyard; and he came seeking fruit on it and found none. 7 And he said to the vinedresser, `Lo, these three years I have come seeking fruit on this fig tree, and I find none. Cut it down; why  should it use up the ground?'  8 And he answered him, `Let it alone, sir, this year also, till I dig about it and put on manure. 9 And if it bears fruit next year, well and good; but if not, you can cut it down.'"

 

 

Daily Quote from the early church fathers: 

The Lord's three visits through the Patriarchs, Prophets, and the Gospel, by Augustine of Hippo, 354-430 A.D.

"The Lord also has something very fitting to say about a fruitless tree, 'Look, it is now three years that I have been coming to it. Finding no fruit on it, I will cut it down, to stop it blocking up my field.' The gardener intercedes... This tree is the human race. The Lord visited this tree in the time of the patriarchs, as if for the first year. He visited it in the time of the law and the prophets, as if for the second year. Here we are now; with the gospel the third year has dawned. Now it is as though it should have been cut down, but the merciful one intercedes with the merciful one. He wanted to show how merciful he was, and so he stood up to himself with a plea for mercy. 'Let us leave it,' he says, 'this year too. Let us dig a ditch around it.' Manure is a sign of humility. 'Let us apply a load of manure; perhaps it may bear fruit.' Since it does bear fruit in one part, and in another part does not bear fruit, its Lord will come and divide it. What does that mean, 'divide it'? There are good people and bad people now in one company, as though constituting one body."(excerpt from Sermon 254.3)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Octobre 2016

Texte de l'Évangile (Lc 12,54-59):

 Jésus disait encore à la foule: «Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu'il va pleuvoir, et c'est ce qui arrive. Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu'il fera très chaud, et cela arrive. Esprits faux! L'aspect de la terre et du ciel, vous savez le juger; mais le temps où nous sommes, pourquoi ne savez-vous pas le juger? Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste? Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, pendant que tu es en chemin efforce-toi de te libérer envers lui, pour éviter qu'il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre au percepteur des amendes, et que celui-ci ne te jette en prison. Je te le dis: tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier centime»

 

Le message

 

La capacité de discernement est un don que Dieu nous a offert. Ce don peut nous aider à interpréter non seulement  les évènements qui se passent autour de nous, mais aussi dans les vides comme nous dit dans l’évangile, ‘il a vu et cru’, à découvrir la vérité du ciel, l’œuvre de Dieu en nous. Ce discernement nous force à vivre ensembles, et aussi à nous réconcilier avec les uns et les autres. Si nous n’utilisons pas correctement nous allons non seulement perdre ce don reçu, mais nous ferons mal à nous-mêmes, en discernant par apparence et par tout ce qui nous plais, et par volontairement ignorant la volonté de Dieu.

 

In English

Scripture:  Luke 12:54-59

54 He also said to the multitudes, "When you see a cloud rising in the west, you say at once, `A shower is coming'; and so it happens. 55 And when you see the south wind blowing, you say, `There will be scorching heat'; and it happens. 56 You hypocrites! You know how to interpret the appearance of earth and sky; but why do you not know how to interpret the present time? 57 "And why do you not judge for yourselves what is right?58 As you go with your accuser before the magistrate, make an effort to settle with him on the way, lest he drag you to the judge, and the judge hand you over to the officer, and the officer put you in prison. 59 I tell you, you will never get out till you have paid the very last copper."

 

Contemplation

Let us contemplate on the capacity to discern on what is good and bad for us. God has given to each and every one of us, according to our needs and capacities, the intelligence to interpret not only material or terrestrial truths, but also spiritual and divine truths. This discovery of divine truth will help us to discover our own identity. And this true self-image or the true identity as the child of God, will give us the necessary strength to grow in virtues and goodness.  It is thus accorded that a man of God depends not only by appearances and earthly realities, but rather divine wisdom inspired by the Holy Spirit, looking always the will of the Father, or behaves as God acts. Thus he becomes generous and open to the divine realities, in all the aspects of life which help the humanity to grow, including his own personal growth. Do we have the courage to abandon ourselves fully to God?

Commentary

Signs from the Law point to the dawn of the Mystery of Christ, by Cyril of Alexandria (376-444 AD)

"People focus their attention on things of this kind. From long observation and practice they tell beforehand when rain will fall or violent winds will blow. One especially sees that sailors are very skillful in this matter. He says that it would be suitable for those who can calculate things of this sort and may foretell storms that are about to happen to focus the penetrating eyes of the mind also on important matters. What are these? The law showed beforehand the mystery of Christ, that he would shine out in the last ages of the world on the inhabitants of the earth and submit to be a sacrifice for the salvation of all. It even commanded a lamb to be sacrificed as a type of him who died towards evening and at lighting of lamps (Exodus 12:6). 
    "We might now understand that when, like the day, this world was declining to its close, the great, precious and truly saving passion would be fulfilled. The door of salvation would be thrown wide open to those who believe in him, and abundant happiness be their share. In the Song of Songs, we also find Christ calling to the bride described there. The bride personally represents the church, in these words, 'Arise, come, my neighbor, my beautiful dove. Look, the winter is past, and the rain is gone. It has passed away. The flowers appear on the ground. The time of the pruning has come' (Song 2:10-12). As I said, a certain springlike calm was about to arise for those who believe in him." 
(excerpt from COMMENTARY ON LUKE, HOMILY 95)

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Octobre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 12,49-53): 

«Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé! Je dois recevoir un baptême, et comme il m'en coûte d'attendre qu'il soit accompli! Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde? Non, je vous le dis, mais plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées: trois contre deux et deux contre trois; ils se diviseront: le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère».

 

La contemplation

 

Comment pouvons-nous contempler cet évangile, car il nous parle de la division voulue par le Seigneur ? Comment est-il arrivé que Celui qui est venu à apporter la PAIX par excellence ait décidé de semer la division ?  Le Seigneur nous aide à découvrir la vérité et cette vérité nous aide à faire un bon choix de la vie. Ce choix ne peut pas ignorer la présence du mal qui s’impose au nom du bien et la sagesse qui s’installe dans notre cœur nous pousse  vers une direction loin de malin et provoque une division profonde que le malin n’arrive jamais à entrer en nous. C’est un véritable feu et lumière que Jésus a apporté dans ce monde de ténèbres. Il a voulu que le monde soit brûlé de son amour et de charité.  Gardons-nous la lumière du baptême encore allumée ?

 

In English

 

Scripture:  Luke 12:49-53

49 "I came to cast fire upon the earth; and would that it were already kindled! 50 I have a baptism to be baptized with; and how I am constrained until it is accomplished! 51 Do you think that I have come to give peace on earth? No, I tell you, but rather division; 52 for henceforth in one house there will be five divided, three against two and two against three; 53 they will be divided, father against son and son against father, mother against daughter and daughter against her mother, mother-in-law against her daughter-in-law and daughter-in-law against her mother-in-law."

 

The contemplation

 

The fire and the division may be something the world ardently avoid at any cost. These are very much painful and hard realities where we are forced to live, sometimes without any choice before us. However the fire that Jesus wishes to burn is a purifying fire, a transforming fore. This is the fire of love, charity and hope that He has given to all the believers. This is the same fire which lights up our inner soul, the light which we have received in our baptism.

The division though apparently difficult to understand, if we look deep into this proposition, it is a division of evil, separating from the goodness that God has created for us. This evil spirit hides behind some beautiful concepts and images which spoils the very image in which he hides. For an example, this evil spirit put into our hearts that our Lord is all powerful and force us to demand from the Lord some miracle and if the miracle doesn’t come as we desire to be, the evil disprove that the Lord is in truth is not powerful.  Jesus wish to openly identify the evil which spoils the wonderful creation and desires to deepen this division that the evil never again over power the goodness of the Lord.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Octobre 2016

Texte de l'Évangile (Lc 12,39-48): 

«Vous le savez bien: si le maître de maison connaissait l'heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts: c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra». 

Pierre dit alors: «Seigneur, cette parabole s'adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde?». Le Seigneur répond: «Quel est donc l'intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé? Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail. Vraiment, je vous le déclare: il lui confiera la charge de tous ses biens. Mais si le même serviteur se dit: ‘Mon maître tarde à venir’, et s'il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s'enivrer, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles. 

« Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n'a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups. Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n'en recevra qu'un petit nombre. A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage».

 

La contemplation

 

Je voudrais choisir trois mots importants dans cet évangile : le Maître, le serviteur et la volonté.  S’il y a une chose importante qui fait un lien d’entre le Maître et le serviteur, c’est certainement la volonté de Maître. Le maître connait le besoin et le serviteur qui est capable de reconnaitre ce besoin, mettra  toute son énergie à accomplir la volonté de son maître. Puisque Jésus est ce  grand Maître, un maître qui ne pense que le bien de l’humanité,   sa volonté est certainement fera grandir l’humanité. Le maître qui a confié une mission à son serviteur mettra tous les moyens nécessaires à la disposition de son serviteur pour qu’il accomplisse cette mission confiée.  Nous les serviteurs devons reconnaitre non seulement la mission confiée, mais aussi les moyens que Dieu nous dispose. Sans ces reconnaissances, nous ne pouvons jamais accomplir sa volonté, dans sa perfection.

 

In English

 

Scripture:  Luke 12:39-48

39 But know this, that if the householder had known at what hour the thief was coming, he would not have left his house to be broken into. 40 You also must be ready; for the Son of man is coming at an unexpected hour." 41 Peter said, "Lord, are you telling this parable for us or for all?" 42 And the Lord said, "Who then is the faithful and wise steward, whom his master will set over his household, to give them their portion of food at the proper time? 43 Blessed is that servant whom his master when he comes will find so doing. 44 Truly, I say to you, he will set him over all his possessions. 45 But if that servant says to himself, `My master is delayed in coming,' and begins to beat the menservants and the maidservants, and to eat and  drink and get drunk, 46 the master of that servant will come on a day when he does not expect him and at an hour he does not know, and will punish him, and put him with the unfaithful. 47 And that servant who knew his master's will, but did not make ready or act according to his will, shall receive a severe beating. 48 But he who did not know, and did what deserved a beating, shall receive a light beating. Every one to whom much is given, of him will much be required; and of him to whom men commit much they will demand the more.

 

The contemplation

I would   like to propose to you all three important words in today’s gospel, which may help us to live this day nourished by the Word of God: the master, steward and the will. The master who has faith in the stewards, entrust to him an important and particularly his own personal mission, to be accomplished. Since this servitor is doing the will of the master, he will be disposed all the means and needs necessary to accomplish this mission. The master who doesn’t see forehand the needs and the stewards who doesn’t understand the will of the master, both will lose what they have in the present.  As a faithful steward in the gospel who represent humanity, we should be aware of not only the will of the Master, but also all the means and necessary tools that the Lord has disposed before us. Without these two we can never accomplish the will in its totality and in its perfection.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Octobre 2016

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-9. 


En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. 
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté.
Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : ‘Le règne de Dieu s’est approché de vous.’ »

 

Commentaire du jour 


Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), cardinal, théologien, fondateur de l'Oratoire en Angleterre 
PPS, vol. 3 no. 22 : « The Good Part of Mary »,

Saint Luc, évangéliste, « serviteur de la Parole » (Lc 1,2)

      Bonne est toute parole du Christ, elle a sa mission et son but, elle ne tombe pas à terre. Il est impossible qu'il ait jamais prononcé de paroles éphémères, lui, le Verbe de Dieu, exprimant selon son bon plaisir les conseils profonds et la volonté sainte du Dieu invisible. Toute parole du Christ est bonne. Même si ses propos nous avaient été transmis par des gens ordinaires, nous pouvons être sûrs que rien de ce qui nous a été conservé — qu'il s'agisse de paroles à un disciple ou à un contradicteur, ou bien d'avertissements, d'avis, de réprimandes, de réconfort, de persuasion ou de condamnation — rien de tout cela n'a une signification purement accidentelle, une portée limitée ou partielle... 

      Au contraire, toutes les paroles sacrées du Christ, bien que revêtues d'un habillement temporaire et ordonnées à un but immédiat, difficiles de ce fait à dégager de ce qu'il y a en elles de momentané et de contingent, n'en gardent pas moins toute leur force à chaque siècle. Demeurant dans l'Église, elles sont destinées à durer pour toujours dans les cieux (cf Mt 24,35) ; elles se prolongent jusque dans l'éternité. Elles sont notre règle sainte, juste et bonne, la « lampe pour nos pieds, lumière sur notre route » (Ps 118,105), aussi pleinement et aussi intimement pour notre temps que lorsqu'elles ont été d'abord prononcées. 

      Cela aurait été vrai même si un simple soin humain avait recueilli ces miettes de la table du Christ. Mais nous avons une assurance beaucoup plus grande, parce que nous les recevons non pas des hommes mais de Dieu (1Th 2,13). L'Esprit Saint, qui est venu glorifier le Christ et donner aux évangélistes l'inspiration d'écrire, n'a pas tracé pour nous un Évangile stérile. Loué soit-il d'avoir choisi et sauvegardé pour nous les paroles qui devaient être particulièrement utiles dans les temps à venir, les paroles pouvant servir de loi à l'Église, pour la foi, la morale et la discipline. Non pas une loi écrite sur des tables de pierre (Ex 24,12), mais une loi de foi et d'amour, de l'esprit non de la lettre (Rm 7,6), une loi pour des cœurs généreux qui acceptent de « vivre de toute parole », si modeste et si humble soit-elle, « qui sort de la bouche de Dieu » (Dt 8,3 ; Mt 4,4).

 

In English

 

Scripture: Luke 10:1-9  (alternate reading: Luke 12:35-38)

1 After this the Lord appointed seventy others, and sent them on ahead of him, two by two, into every town and place where he himself was about to come. 2 And he said to them, "The harvest is plentiful, but the laborers are few; pray therefore the Lord of the harvest to send out laborers into his harvest. 3 Go your way; behold, I send you out as lambs in the midst of wolves. 4 Carry no purse, no bag, no sandals; and salute no one on the road. 5 Whatever house you enter, first say, `Peace be to this house!' 6 And if a son of peace is there, your peace shall rest upon him; but if not, it shall return to you. 7 And remain in the same house, eating and drinking what they provide, for the laborer deserves his wages; do not go from house to house. 8 Whenever you enter a town and they receive you, eat what is set before you; 9 heal the sick in it and say to them, `The kingdom of God has come near to you.'

 

 

Commentary of the day 


Blessed John Henry Newman (1801-1890), Cardinal, founder of the Oratory in England, theologian 
Parochial and Plain Sermons, vol.3, no.22: “The Good Part of Mary”

Saint Luke the Evangelist, “minister of the Word” (Lk 1,2)

Every word of Christ is good; it has its mission and its purpose, and does not fall to the ground. It cannot be that He should ever speak transitory words, who is Himself the very Word of God, uttering, at His good pleasure, the deep counsels and the holy will of Him who is invisible. Every word of Christ is good; and did we receive a record of His sayings even from ordinary men, yet we might be sure as to whatever was thus preserved - whether spoken to disciple or enemy, whether by way of warning, advice, rebuke, comfort, argument, or condemnation - that nothing had a merely occasional meaning, a partial scope and confined range...

To the contrary, all His sacred speeches, though clothed in a temporary garb, and serving an immediate end, and difficult, in consequence, to disengage from what is temporary in them and immediate, yet all have their force in every age, abiding in the Church on earth, "enduring for ever in heaven," (cf Mt 24,35; Heb 10,34) and running on into eternity. They are our rule, "holy, just, and good," "the lantern of our feet and the light of our paths," (Ps 119[118], 105) in this very day as fully and as intimately as when they were first pronounced.

And if this had been so, though mere human diligence had gathered up the crumbs from His table, much more sure are we of the value of what is recorded of Him, receiving it, as we do, not from man, but from God (1Thes 2,13). The Holy Ghost, who came to glorify Christ, and inspired the Evangelists to write, did not trace out for us a barren Gospel; but doubtless, praised be His name, selected and saved for us those words which were to have an especial usefulness in after times, those words which might be the Church's law, in faith, conduct, and discipline; not a law written in tables of stone, (Ex 24,12) but a law of faith and love, of the spirit, not of the letter (Rom 7,6); a law for willing hearts, which could bear to "live by every word," however faint and low, "which proceeded from His mouth," (Dt 8,3; Mt 4,4).

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Octobre 2016

Évangile de Jésus Christ selon
 12,13-21.  saint Luc


En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »
Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté.
Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.”
Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.”
Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

 

Commentaire du jour 


Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermon 34 : sur le Ps 149

« Etre riche en vue de Dieu »

    Frères, examinez avec soin vos demeures intérieures, ouvrez les yeux et considérez votre capital d'amour, et puis augmentez la somme que vous aurez découvert en vous-mêmes. Veillez sur ce trésor afin d'être riches intérieurement. On dit chers les biens qui ont un grand prix et avec raison... Mais quoi de plus cher que l'amour, mes frères ? À votre avis, quel en est le prix ? Et comment le payer ? Le prix d'une terre, celui du blé, c'est ton argent ; le prix d'une perle, c'est ton or ; mais le prix de ton amour, c'est toi-même. Si tu veux acheter un champ, un bijou, une bête, tu cherches les fonds nécessaires, tu regardes autour de toi. Mais si tu désires posséder l'amour, ne cherche que toi-même, c'est toi-même qu'il faut trouver. 

    Que crains-tu en te donnant ? De te perdre ? Au contraire c'est en refusant de te donner que tu te perds. L'Amour lui-même s'exprime par la bouche de la Sagesse et apaise d'un mot le désarroi où te jetait cette parole : « Donne-toi toi-même ! » Si quelqu'un voulait te vendre un terrain, il te dirait : « Donne-moi ton argent » ou pour autre chose : « Donne-moi ta monnaie ». Écoute ce que te dit l'Amour, par la bouche de la Sagesse : « Mon enfant, donne-moi ton cœur » (Pr 23,26). Ton cœur était mal quand il était à toi, quand il était en toi ; tu étais la proie de futilités, voire de passions mauvaises. Ôte-le de là ! Où le porter ? Où l'offrir ? « Mon fils, donne-moi ton cœur ! » dit la Sagesse. Qu'il soit à moi, et tu ne le perdras pas... 

   « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée » (Mt 22,37)... Celui qui t'a créé te veut tout entier.

 

In English

 

Scripture:  Luke 12:13-21

13 One of the multitude said to him, "Teacher, bid my brother divide the inheritance with me." 14 But he said to him, "Man, who made me a judge or divider over you?" 15 And he said to them, "Take heed, and beware of all covetousness; for a man's life does not consist in the abundance of his possessions." 16 And he told them a parable, saying, "The land of a rich man brought forth plentifully; 17 and he thought to himself, `What shall I do, for I have nowhere to store my crops?' 18 And he said, `I will do this: I will pull down my barns, and build larger ones; and there I will store all my grain and my goods. 19 And I will say to my soul, Soul, you have ample goods laid up for many years; take your ease, eat, drink, be merry.' 20 But God said to him, `Fool! This night your soul is required of you; and the things you have prepared, whose will they be?' 21 So is he who lays up treasure for himself, and is not rich toward God."

 

 

Commentary of the day 


Saint Augustine (354-430), Bishop of Hippo (North Africa) and Doctor of the Church 
Sermon 34: on Ps 149

"Be rich in what matters to God"

Brethren, carefully inspect the place where you dwell interiorly; open your eyes and consider the capital of your love; then increase whatever sum you discover within yourselves. Keep watch over this treasure so that you may become wealthy within. Goods of great price are called ‘dear’, and with good reason… But what could be more dear than love, my brothers? What is its cost, in your opinion? And how are you to pay it? The cost of land or wheat is your silver; the cost of a pearl is your gold; but the cost of your love is you yourself. If you want to buy a field, a jewel, an animal, you seek the necessary means, you look around you. But if you want to possess love, look no further than yourself: it is yourself you must find.

What are you afraid of in giving yourself? Of losing yourself? To the contrary, it is by refusing to give yourself that you lose yourself. Love itself speaks through the mouth of Wisdom and calms with one word the confusion into which this saying threw you: “Give of your own self!” If someone had wanted to sell you a piece of land, he would say to you: “Give me your silver” or, for some other thing: “Give me your cash.” Now listen to what Love says to you through the mouth of Wisdom: “My child, give me your heart” (Pr.23,26). Your heart was in a bad way when it was your own, when it was in your own hands. You were a prey to emptiness, not to speak of evil passions. Remove it from all such things! Where will you take it? Where offer it? “My son, give me your heart!” says Wisdom. Let it only come to me and you will not lose it…

     "You shall love the Lord your God with all your heart, with all your soul, and with all your mind," (Mt 22,37)...
He who created you desires the whole of you.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0