Publié le 29 Novembre 2016

Texte de l'Évangile

(Mt 4,18-22): 

 

Comme il marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac: c'étaient des pêcheurs. Jésus leur dit: «Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes». Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

 

Le message

 

En ce jour de la fête de saint André, nous allons découvrir la foi de ces frères qui sont devenus les disciples du Seigneur en laissant tout pour suivre leurs Maître.  Par apparence nous avons une impression que Jésus a fait une magie qu’ils laissent tout immédiatement. En vérité, ces hommes très simples qu’ils soient par apparence, sont profonds et solides dans leur foi en Jésus, comme le Christ envoyé par le Père.  Ils sont devenus déjà les disciples du Seigneur dans leurs cœurs et dans l’esprit, car ils sont veillé tout ce qui se sont passés dans leur connaissance sur Jésus, ses actes et aussi la personne. Avant que Jésus ne les appelle, l’Esprit Saint était déjà en œuvre en eux. Cette bien vaillance non seulement tout ce qui se sont passé à l’extérieur mais aussi à l’intérieur, leur a permis de tout laissé pour suivre le Christ.

 

«Je vous ferai pêcheurs d'hommes»

Prof. Dr. Mgr. Lluís CLAVELL 
(Roma, Italie)

Aujourd'hui, c'est la fête de saint André, apôtre, célébrée solennellement par les chrétiens d'Orient. André fut l'un des deux premiers jeunes hommes qui firent la connaissance de Jésus sur les berges du Jourdain et qui eurent une longue conversation avec Lui. Il alla tout de suite chercher son frère Pierre, en lui disant «Nous avons trouvé le Messie» et il l'emmena à Jésus (Jn 2,41). Peu de temps après, Jésus appela ces deux frères pêcheurs devenus ses amis, comme nous le lisons dans l'Évangile du jour: «Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes» (Mt 4,19). Dans le même village, il y avait aussi une autre paire de frères, Jacques et Jean, compagnons et amis des premiers, pêcheurs comme eux. Jésus les appela aussi à sa suite. Il est merveilleux de voir qu'ils laissèrent tout et le suivirent “aussitôt”, mot repris dans les deux cas. L'on ne doit pas dire à Jésus: “après”, “plus tard”, “maintenant j'ai trop de travail”…

À chacun d'entre nous aussi —à tous les chrétiens— Jésus demande chaque jour de mettre à son service tout ce que nous sommes et tout ce que nous possédons —tout quitter, ne rien avoir en propre—, pour que, vivant avec Lui nos tâches professionnelles et domestiques, nous soyons des "pêcheurs d'hommes". Et que veut dire “pêcheurs d'hommes”? Une jolie réponse nous vient d'un commentaire de saint Jean Chrysostome. Ce père et docteur de l'Église observe qu'André ne savait pas bien expliquer à son frère Pierre qui était Jésus, et c'est pourquoi il «l'emmena à la source même de la lumière», Jésus. “Pêcher des hommes” signifie aider ceux qui nous entourent, dans la famille, dans le travail, à trouver le Christ, unique lumière pour notre chemin.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 28 Novembre 2016

Gospel Reading:  

Luke 10:21-24

 

 

21 In that same hour he rejoiced in the Holy Spirit and said, "I thank you, Father, Lord of heaven and earth, that you have hidden these  things from the wise and understanding and revealed them to babes; yes, Father, for such was your gracious will. 22 All things have been delivered to me by my Father; and no one knows who the Son is except the Father, or who the Father is except the Son and  any one to whom the Son chooses to reveal him." 23 Then turning to the disciples he said privately, "Blessed are the eyes which see what you see! 24 For I tell you that many prophets and kings desired to see what you see, and did not see it, and to hear what you hear, and did not hear it."

 

The contemplation

 

Jesus is asking us to praise and thank the Father, just like Him. We are very much blessed in the sense that we understand how much God loved us and still continues to love us. It is important thus to see all that is happening in and around us with Faith and discover how much God is active in these events. Once we discover this marvellous work of the Lord, we too like Jesus will be able to praise God with a sincere heart.  It is possible only if we watch very carefully all the movements of life both externally and the force which is moving us internally. This too should be seen with the eyes of Faith, which will help us to participate not only in the joy of Jesus and will make us worthy to glorify God, not merely by worlds, but by life, in truth and Spirit.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 28 Novembre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 10,21-24): 

 

En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: «Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l'as voulu ainsi. Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n'est le Père, ni qui est le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. Et, se tournant vers les disciples, il leur dit en particulier: Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! Car je vous dis que beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu».

 

Le message

 

Mettons-nous dans cet événement et suivons tous les mouvements. Il est important que nous reconnaissions tout ce qui passe à l’intérieure de nous, particulièrement les agissements. Reconnaissons-nous les RDV que le Seigneur nous donne tous les jours ? Voyons-nous comment Dieu agit dans ces événements extérieurs, et dans ces agissements intérieurs? Regardons tout avec un regard de foi et nous verrons les merveilles que Dieu fait en nous. C’est ainsi nous pourrions rendre grâce à Dieu dans la joie animé par l’Esprit Saint, comme Jésus aujourd’hui loue son Père.

 

«Je te loue, Père»

Abbé Jean GOTTIGNY 
(Bruxelles, Belgique)

Aujourd'hui nous lisons un extrait du chapitre 10 de l'Évangile selon saint Luc. Le Seigneur a envoyé soixante-douze disciples dans les localités où lui-même devait se rendre. Ils reviennent exultants. En les entendant raconter leurs faits et gestes, «Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: ‘Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre’» (Lc 10,21). 

La gratitude est une des facettes de l'humilité. L'arrogant estime ne rien devoir à personne. Pour remercier, il faut être capable de découvrir sa petitesse. “Merci” est un des premiers mots que l'on apprend aux enfants. «Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les a révélées aux enfants» (Lc 10,21). 

Benoît XVI, parlant de l'attitude d'adoration, affirme qu'elle suppose une «reconnaissance de la présence de Dieu, Créateur et Seigneur de l'univers. C'est une reconnaissance emplie de gratitude, qui part du plus profond du cœur et qui investit l'être tout entier, car ce n'est qu'en adorant et en aimant Dieu par-dessus tout que l'homme peut se réaliser pleinement lui-même». 

Une âme délicate éprouve le besoin d'exprimer sa reconnaissance. C'est la seule chose que les hommes peuvent faire pour répondre aux faveurs divines. «Qu'as-tu que tu n'aies reçu?» (1Co 4,7). Dès lors, il nous faut «rendre grâce à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint; avec la grande miséricorde dont il nous a aimés, il nous a pris en pitié, et alors que nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ pour que nous soyons en lui une nouvelle création» (S. Léon le Grand).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 27 Novembre 2016

Gospel Reading: 

Matthew 8:5-11

  

5 As he entered Capernaum, a centurion came forward to him, beseeching him 6 and saying, "Lord, my servant is lying paralyzed at home, in terrible distress." 7 And he said to him, "I will come and heal him." 8 But the centurion answered him, "Lord, I am not worthy to have you come under my roof; but only say the word, and my servant will be healed. 9 For I am a man under authority, with soldiers under me; and I say to one, `Go,' and he goes, and to another, `Come,' and he comes, and to my slave, `Do this,' and he does it." 10 When Jesus heard him, he marveled, and said to those who followed him, "Truly, I say to you, not even in Israel have I found such faith. 11 I tell you, many will come from east and west and sit at table with Abraham, Isaac, and Jacob in the kingdom of heaven

 

The contemplation

 

I wish to propose for this week, the theme of ‘watch and pray’ for our meditation. In this history of the centurion, a man with authority and power has the humility to come to Jesus to save his servant. Jesus sees what is inside of the person. The humility is an expression of his faith that Jesus is asking us to watch in us. Do we have such deep faith? The faith is capable of transforming us. If we have the same faith like this Centurion, we too will be able to approach Jesus when we are in need. It is not making Him as a servant, rather submitting us before God as a faithful disciple of Christ.  

Thus let us not give much importance to the appearance, even like the virtue of humility, rather what has pushed this man to surrender before Christ and why he refused the honour of having Jesus as a guest in his house.  This contemplation will help us to discover the house where he has already allowed Jesus to enter. Have we allowed Jesus to enter in our heart?

 

Daily Quote from the early church fathers

 

Welcoming the Lord Jesus with expectant faith and humility, by Augustine of Hippo, 354-430 A.D.

"When the Lord promised to go to the centurion's house to heal his servant, the centurion answered, 'Lord, I am not worthy to have you come under my roof; but only say the word, and my servant will be healed.' By viewing himself as unworthy, he showed himself worthy for Christ to come not merely into his house but also into his heart. He would not have said this with such great faith and humility if he had not already welcomed in his heart the One who came into his house. It would have been no great joy for the Lord Jesus to enter into his house and not to enter his heart. For the Master of humility both by word and example sat down also in the house of a certain proud Pharisee, Simon, and though he sat down in his house, there was no place in his heart. For in his heart the Son of Man could not lay his head" (Matthew 8:20). (excerpt from SERMON 62.1)

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 27 Novembre 2016

Texte de l'Évangile

 

(Mt 8,5-11): 

 

Jésus était entré à Capharnaüm; un centurion de l'armée romaine vint à lui et le supplia: «Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement». Jésus lui dit: «Je vais aller le guérir». Le centurion reprit: «Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Ainsi, moi qui suis soumis à une autorité, j'ai des soldats sous mes ordres; je dis à l'un: ‘Va’, et il va, à un autre : ‘Viens’, et il vient, et à mon esclave: ‘Fais ceci’, et il le fait». 

A ces mots, Jésus fut dans l'admiration et dit à ceux qui le suivaient: «Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n'ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis: Beaucoup viendront de l'orient et de l'occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des cieux».

 

Le message

 

Hier je vous ai dit que cette semaine nous garderons le mot ‘veiller’ comme un fil conducteur. La foi de cet homme nous demande de veiller la profondeur de notre foi. Il faut agir comme lui, lorsque nous verrons un des frères ou sœurs se trouve dans la difficulté. N’hésitons pas nous avancer vers le Seigneur, le seul qui est capable de nous faire grandir dans la foi.

 

«Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n'ai trouvé une telle foi»

Abbé Joaquim MESEGUER García 
(Sant Quirze del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui Capharnaüm est notre ville et notre peuple, parmi les malades, les uns connus, les autres anonymes, fréquemment oubliés en raison du rythme frénétique qui caractérise la vie actuelle: chargés de travail, nous courrons sans cesse et sans songer à ceux qui, à cause de la maladie ou d'autres circonstances, restent en marge et ne peuvent pas suivre ce rythme. Cependant, Jésus nous dira un jour: «Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait» (Mt 25:40). Blaise Pascal reprend cette idée lorsqu'il affirme que «Jésus s'arrache d'avec ses disciples pour entrer dans l'agonie de Gethsémaní jusqu'à la fin des temps». 

Le centurion de Capharnaüm n'oublie pas son serviteur souffrant au lit, parce qu'il l'aime. Même s'il est plus puissant que lui et que son serviteur soit placé sous son autorité, il lui est reconnaissant par toutes ces années de service; il l'estime profondément. Aussi, poussé par son amour, s'adresse-t-il à Jésus, et en Sa présence, fait une extraordinaire confession de foi, que la liturgie eucharistique recueille: «Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri» (Mt 8:8). 

Cette confession s'appui sur l'espérance; elle jaillit de la confiance mise en Jésus Christ, ainsi que d'un sentiment d'indignité personnelle qui lui permet de reconnaître son propre dénuement.

Nous ne pouvons approcher le Christ qu'avec une démarche humble, comme celle du centurion. C'est ainsi que nous pourrons vivre l'espoir de l'Avent: espoir de salut et de vie, de réconciliation et de paix. Seul peut espérer celui qui reconnaît sa pauvreté et se rend compte que le sens de sa vie ne se trouve pas en lui-même, mais en Dieu, en s'abandonnant entre les mains du Seigneur. Approchons-nous du Christ avec confiance, et que la prière du centurion soit aussi la nôtre.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 26 Novembre 2016

Dear readers

It has become a tradition that I share with you all my reflexion on important moments of our Christian life. Advent is the one such occasion which the Holy Church present to us and I come to you with my thought, hoping that it will be helpful to you all to live this moment in a better way. It is quite normal that I repeat some of the information that I have already given, particularly for those who read my reflexion for the first time.

‘Advent’ takes its root from the Latin word ‘Adventus’ or ‘advenio’ which means, ‘coming’ or ‘to come to. It’s certainly related to the coming of the Lord, coming in different sense for our preparation. First it is the eschatological meaning, the solemn second coming of the Lord, where he will take the seat of judgement, and it will be a radical and definitive one, without any mercy. The second meaning can be associated to the immediate preparation for the Christmas, the mystery of incarnation that we will commemorate on 24th night. The third is more important for us today, prepare a place, a dignified place for this little child in our heart.  

For many of us the third will take the prominence of all the spiritual and present preparations are concerned. How to prepare us for this great event and what is in it that we should give much importance? I will rather try to answer the second question which will lead us towards the second question.

The incarnation is something the humanity has never able to imagine or could desire for. This mystery was beyond its imagination or capacity and till today we haven’t decoded the intention and choice of God, to this extreme divine adventure, for a people who were systematically unfaithful. It is in this background we find difficult to accept this divine adventure and are incapable to digest or to accept such an enormous gift that God so desired for the humanity.

Thus with a sense of gratitude we stand before this great mystery and try to understand the gravity of this marvellous gift. How could God expose Himself to be controlled, directed, and taught by the humanity which was ungrateful and sinful? Is there anything that the humanity could teach to God that God didn’t know? Is there anything that good in the humanity that God could profit? Certainly the answer is a great NO. However, this event gives an opportunity to the humanity to understand God very closely in its own humanity and discover from the same humanity in Christ, to want extent God loves us.

‘God so loved us that He sent His only begotten Son, not to judge us, but through Him that we may be saved’ says, Saint Jean. In Jesus we discover this unconditional love and this Advent time gives us one such opportunity to receive and renew our desire for this love in a dignified way. The first Advent Sunday will proposes us ‘watch and pray’ that we may not go away from this love of God.  When He comes, let Him find us fully prepared to receive Him in joy and gratitude, Noah who listened to the warning of the Angel and did exactly as God commentated him.  

I come to the first question that I have asked right from the beginning. How to prepare ourselves to this great event? We are called in these days to imitate this obedience of Noah and be faithful in accomplishing the will of God, because His will is the wellbeing of the humanity, where we are essential ingredients who are going to greatly profiting.  Watching and praying are in a spiritual out-look the different faces of the same coin. Praying is responding positively to the call of God to come closer to Him and listen to Him. It is not the other way, God listen to us, and to present our supplications before Him, which get multiplied every day.  In this prayer we are taught to watch what is essential to accomplish the will of God and all that are blocking us to accomplish the mission that God has entrusted to us.

This watching is essentially includes an introspection of ourselves, the qualities that God has enriched us, some helpful to grow towards God and the devil uses the other to put us down. Watching is certainly means to identify such elements and make a proper discernment which will end-up in good and healthy decisions in our wise judgements.  It all begins by washing and arranging, ordering and orienting, certainly with perseverance.

In this year I wish you all to enter in to this season with hope and joy. It is important that we carry this on our way, not only for us, but also for those who are in-need of them. Let us discover in this pilgrim life, how much God is close to us and accompanying us. Let us watch and see ourselves the signs and symbols that God uses to teach us and warn us. Let us not forget to be united with others. The universal Church will help us in this duration to read the Sacred Literature in a different way and to understand the message that God communicates to us daily. I wish to each and every one of you that this waiting be a joyful waiting, which may end up with a wonderful experience of divine encounter.  God bless you all and a good preparation.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Novembre 2016

Scripture: 

Luke 21:34-36   

34 "But take heed to yourselves lest your hearts be weighed down with dissipation and drunkenness and cares of this life, and that day come upon you suddenly like a snare; 35 for it will come upon all who dwell upon the face of the whole earth. 36 But watch at all times, praying that you may have strength to escape all these things that will take place, and to stand before the Son of man."

 

The message

 

These days, particularly the last week we had the readings preparing us for the second coming of the Lord. Rightly we end our liturgical year C today and start with the liturgical year A tomorrow. Jesus is giving us a good starting of the year by asking each and every one of us to watch and pray. Watch that we may not go away from the Love of the Lord. Pray that we may be always faithful to the Lord, even if we don’t see the signs of Lord’s presence, hoping the good Lord will never abandon us.  Thus when the Lord comes we will be blameless and pure to receive the mercy of the Lord.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Novembre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 21,34-36): 

«Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre coeur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste. Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps: ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l'homme».

 

Le message

La joyeuse attende. Comme les serviteurs fidèles, nous nous veillons et attendons pour le jour du Seigneur. Nous nous veillerons dans la prière, pleinement dans la contemplation de la Parole de Dieu en nous nous émerveillant de l’œuvre de Dieu. Demain nous célébrerons le premier dimanche d’Avent, qui nous amènera jusqu’à Bethlehem, où nous allons adorer Dieu dans la vérité et dans l’Esprit.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 24 Novembre 2016

Scripture: 

Luke 21:29-33

29 And he told them a parable: "Look at the fig tree, and all the trees; 30 as soon as they come out in leaf, you see for yourselves and know that the summer is already near. 31 So also, when you see these things taking place, you know that the kingdom of God is near. 32 Truly, I say to you, this generation will not pass away till all has taken place. 33 Heaven and earth will pass away, but my words will not pass away.

 

 

A Daily Quote from the early church fathers

 

My words will not pass away, by an anonymous early author from the early Greek fathers

"'This generation' refers both to those who suffer temptation and to those who cause it. It refers to sinners among men and to the demons who are at work in them. For neither group will cease being in the world until its consummation. For Christ said, 'Depart from me, you cursed, into the eternal fire prepared for the devil and his angels' (Matthew 25:41). Moreover, it is necessary that the source of temptation be preserved as long as there is faith which needs testing. It is also possible, however, that 'this generation' refers to those mortal Christians who would not pass over into eternal life and be made immortal and impassible 'until' all the events about which Christ was speaking had taken place.

"'Heaven and earth will pass away, but my words will not pass away' because heaven and earth were created to serve you, but my words were uttered to govern you. Both heaven and earth are subject to vanity, as the apostle said, 'Creation is subject to vanity' (Romans 8:20). Truth, however, is by nature unable to deceive and can never die." (excerpt from INCOMPLETE WORK ON MATTHEW, HOMILY 49, the Greek fathers).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 24 Novembre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 21,29-33): 

Et il leur dit cette parabole: «Voyez le figuier et tous les autres arbres. Dès qu'ils bourgeonnent, vous n'avez qu'à les regarder pour savoir que l'été est déjà proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche. Amen, je vous le dis: cette génération ne passera pas sans que tout arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas».

 

«Lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche»

 

Deacre Abbé Evaldo PINA FILHO 
(Brasilia, Brsil)

Aujourd'hui, Jésus nous invite à regarder les signes de notre temps et de notre époque et à reconnaitre en ceux-ci l'avènement du Royaume des Cieux. L'invitation est afin que nous fixions nos regards sur le figuier et les autres arbres —«Voyez le figuier et tous les autres arbres» (Lc 21,29)— et concentrer notre attention sur eux pour percevoir ce qui leur arrive «vous n'avez qu'à les regarder pour savoir que l'été est déjà proche» (Lc 21,30). Les figuiers commençaient à bourgeonner. Les bourgeons commençaient à sortir. Ce n'était pas uniquement l'annonce des fleurs et des fruits mais aussi l'annonce de l'été, saison durant laquelle tous les arbres «bourgeonnent». 

Selon Benoît XVI «la parole de Dieu nous incite à changer notre concept du réalisme. En effet, «la personne réaliste est celle qui reconnaît dans le Verbe de Dieu le fondement de tout». Cette Parole vivante qui nous montre l'été comme le signe de l'approche et de l'exubérance de la luminosité, est la lumière même: «lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche» (Lc 21,31). Par conséquent, maintenant, on ne peut pas seulement entendre la Parole, elle n'as pas seulement une voix, elle a aussi un visage que nous pouvons voir: Jésus de Nazareth» (Benoît XVI).

La communication entre Jésus et le Père fut parfaite, et tout ce qu'il a reçu du Père il nous l'a donné, en communiquant avec nous de la même manière. De ce fait, la proximité du Royaume des Cieux, qui s'exprime par la libre initiative de Dieu de venir à notre rencontre, doit nous amener à reconnaître l'approche du Royaume afin que nous aussi nous puissions communiquer d'une manière parfaite avec le Père à travers la Parole de Dieu —Verbum Domini—, en reconnaissant les signes de l'avènement du Royaume des Cieux qui est proche comme la réalisation des promesses du Père en Jésus Christ.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0