Publié le 4 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 5,17-26): 

 

Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l'assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem; et la puissance du Seigneur était à l'oeuvre pour lui faire opérer des guérisons. Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus. Voyant leur foi, il dit: «Tes péchés te sont pardonnés». 

Les scribes et les pharisiens se mirent à penser: «Quel est cet homme qui dit des blasphèmes? Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul?». Mais Jésus, saisissant leurs raisonnements, leur répondit: «Pourquoi tenir ces raisonnements? Qu'est-ce qui est le plus facile? de dire: ‘Tes péchés te sont pardonnés’, ou bien de dire : ‘Lève-toi et marche’? Eh bien! pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur terre le pouvoir de pardonner les péchés, je te l'ordonne, dit-il au paralysé: lève-toi, prends ta civière et retourne chez toi». A l'instant même, celui-ci se leva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s'en alla chez lui en rendant gloire à Dieu. Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient: «Aujourd'hui nous avons vu des choses extraordinaires!».

 

Le message

 

Hier je vous ai proposé le thème ‘conversion’ pour la semaine. Aujourd’hui j’ajouterai avec ce thème, l’espérance’, car la conversion est étroitement liée à l’espérance. Se convertir avec une espérance d’une vie meilleure, une vie totalement transformée, et une vie enracinée en Dieu à jamais.  Nous rêvons avec les autres chrétiens en goûtant pourtant les fruits de notre foi, les fruits que l’Esprit Saint nous a offerts lors de notre Baptême. Nous levons nos yeux vers le Seigneur, amenant vers Lui, non seulement les personnes qui ont besoin de sa présence, mais aussi toute sorte d’infimité, spirituelle et personnelle, que Dieu seul peut les guérir en espérant qu’Il nous touche et qu’Il nous guérisse: nos péchés.

 

«Tes péchés te sont pardonnés»

Abbé Joan Carles MONTSERRAT i Pulido 
(Cerdanyola del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui le Seigneur nous instruit et nous guérit en même temps. Aujourd'hui nous voyons le Seigneur qui enseigne aux pharisiens et aux docteurs de la loi, ceux qui à son époque se considéraient très cultivés. Quelquefois en pensant à l'époque dans laquelle nous vivons et/ou aux longues études que nous avons faites, nous pensons qu'il ne nous reste pas beaucoup de choses à apprendre. Cette logique, qui n'a rien de surnaturel, nous amène parfois à vouloir faire que les chemins de Dieu soient les nôtres et non vice-versa.

Nous voyons dans l'attitude de ceux qui souhaitent la guérison d'un ami la résolution que nous mettons pour obtenir ce que nous désirons vraiment. Leur souhait, que l'infirme marche, n'est pas mauvais en soi. Mais cela ne suffit pas. Notre Seigneur veut réaliser en nous une guérison profonde. C'est pour cela qu'il commence par ce qu'Il est venu faire au monde, la signification même de son nom: sauver le monde de tous ses péchés.

La source la plus profonde de tous nos maux est le péché: «Tes péchés sont pardonnés» (Lc 5,20). Très souvent, notre prière ou notre intérêt est purement matériel, mais le Seigneur sait ce dont nous avons le plus besoin. Comme dans ce temps là, de nos jours les cabinets de médecins sont remplis de malades. Et à l'égal de ces malades, nous avons du mal à aller là où se trouve notre guérison complète, c'est à dire: à la rencontre du Seigneur dans le sacrement de la pénitence.

La rencontre sincère avec Jésus Miséricordieux est un point essentiel dans la vie de tout chrétien. Lui, qui est riche en miséricorde, nous rappelle, dans ce temps de l'Avent, que nous avons besoin du pardon qu'Il nous donne à bras ouverts et qu'il ne faut pas le délaisser. Parfois nous aussi nous avons besoin d'“écarter les tuiles” qui nous empêchent de Le voir. Je dois aussi “écarter les tuiles” de mes préjudices, de mes conforts, de mes préoccupations, de mes méfiances, qui sont un obstacle pour Le voir.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Décembre 2016

Scripture: 

Matthew 3:1-12

 

1 In those days came John the Baptist, preaching in the wilderness of Judea, 2 "Repent, for the kingdom of heaven is at hand." 3 For this is he who was spoken of by the prophet Isaiah when he said, "The voice of one crying in the wilderness: Prepare the way of the Lord, make his paths straight." 4 Now John wore a garment of camel's hair, and a leather girdle around his waist; and his food was locusts and wild honey. 5 Then went out to him Jerusalem and all Judea and all the region about the Jordan, 6 and they were baptized by him in the river Jordan, confessing their sins. 7 But when he saw many of the Pharisees and Sadducees coming for baptism, he said to them, "You brood of vipers! Who warned you to flee from the wrath to come? 8 Bear fruit that befits repentance, 9 and do not presume to say to yourselves, `We have Abraham as our father'; for I tell you, God is able from these stones to raise up children to Abraham. 10 Even now the axe is laid to the root of the trees; every tree therefore that does not bear good fruit is cut down and thrown into the fire.  11 "I baptize you with water for repentance, but he who is coming after me is mightier than I, whose sandals I am not worthy to carry; he will baptize you with the Holy Spirit and with fire. 12 His winnowing fork is in his hand, and he will clear his threshing floor and gather his wheat into the granary, but the chaff he will burn with unquenchable fire."

 

My Homily

 

All last week I proposed the theme ‘watch and pray’ for the meditation of the week. This meditation of the word of God would have certainly helped us not only discover the love of God, but also the need to deepen our faith and the urgency to better our way of living our Christian vocation. This contemplation leads us towards the second week, with the theme, 'conversion'. This conversion and reconciliation with God will bring us closer to the reality of the Promised Land, the land that the prophet Isaiah dreamed: "There will be no evil or corruption over all my holy assembly." This is the dream of every man of good will. We walk with hope towards this promise made to His people, a new world, and a new man, totally renewed and transformed.

The greatest temptation is the desire to see and visualise everything simply by the naked eyes than learn to cherish it by the eyes of Faith. Even if we see nothing new in this world, nothing exceptional happening around, we walk with hope fully relying on the sacred Scriptures, the tradition and history of the people of Israel that these literatures teach to us and the experience of the saints of the day  who have lived their life with us, in this world.

Conversion asks us to restart once again, our long voyage towards an unknown destination, not alone, but with Joseph and Mary to a new Bethlehem, without knowing neither what will happen nor what is waiting for us. In this precariousness and uncertainty, however, there is a divine assurance (that day the root of Jesse will be set up as a standard for the people, the nations will seek it, and glory will be its dwelling.) A prophetic accompaniment is however assured.

In this week we will implement our personal conversion and reconciliation in a radical and perfect way. Let us listen once again to John the Baptist, the greatest of prophets who were born on earth. "Prepare the way of the Lord, make right paths. Preparation asks us to stand upright as God willed at the beginning of creation: that man who had the dignity to dialogue with God face to face, to understand everything that God desire to communicate and to present ourselves Free and joyful before this God who loves us.

Like those Pharisees and Sadducees who approached John of Baptist in Jordan, not to be converted or get baptised in the baptism of conversion,  let us not follow our religion in madness with a fanatic approach. We must advance to the Lord and listen to all that He will tell us through this great prophet. "You brood of vipers!  Who taught you to flee from the anger that comes? So produce a fruit worthy of conversion. "Already the axe is at the root of the trees: any tree that does not produce good fruit will be cut and thrown into the fire. " Let us present our conversion, not in a negation, but in an affirmation.

Advent is not only a time of joyful expectation but also of joyful anticipation, which demands a conversion. In this conversion, do not content ourselves with having done no harm or evil, but by multiplying our good deeds. Though, before this world we are like this son of Jesse, who remained unknown not only to the world and to the prophet but also to his Father, let us remain faithful like David in the field of open sky in freedom and joy, making ourselves available to those who are in need of our service. Let us not be discouraged, in this conversion, one day they will discover us, 'beautiful and with bright eyes' and the Lord will find us worthy and just. Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

(Mt 3,1-12): 

 

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée: «Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche». Jean est celui que désignait la parole transmise par le prophète Isaïe: «A travers le désert, une voix crie: Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route». Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain venaient à lui, et ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.

Voyant des pharisiens et des sadducéens venir en grand nombre à ce baptême, il leur dit: «Engeance de vipères! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient? Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion, et n'allez pas dire en vous-mêmes: ‘Nous avons Abraham pour père’; car, je vous le dis: avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. Moi, je vous baptise dans l'eau, pour vous amener à la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu; il tient la pelle à vanner dans sa main, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier. Quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas».

 

Homélie

 

 

La semaine dernière nous avons médité en veillant et priant.  Cette contemplation de la Parole de Dieu nous amène vers la deuxième semaine, avec le thème, ‘la conversion’.  Cette conversion et réconciliation avec Dieu nous amènera vers la terre promise, la terre que le prophète Isaïe a rêvé : « Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montage sainte ;»  Nous marchons avec espérance vers cette promesse faite à son peule, un monde nouveau, un homme nouveau, tout renouvelé et transformé.

Même si nous ne voyons rien de nouveauté, rien des choses exceptionnelles, nous nous espérons en nous appuyant aux écritures sacrées, à la tradition et l’histoire du peuple d’Israël, à l’expérience des saints du jour et aussi en regardant tout avec un regard de foi. La conversion nous demande de nous remettre encore une fois avec Joseph et Marie vers Bethlehem, sans savoir tout ce qui va se passer et tout ce qui va arriver.  Dans cette précarité et incertitude, il y a pourtant une assurance divine, (ce jour-là, la racine de Jessé sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercherons, et la gloire sera sa demeure.) un accompagnement prophétique est annoncé.

Dans cette semaine nous mettrons la conversion et la réconciliation en œuvre d’une manière radicale et parfaite. Ecoutons Jean le Baptiste, le plus grand parmi des prophètes qui sont né sur la terre.  « Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits se sentiers. »  La préparation demande de nous remettre droit comme Dieu a voulu dès le commencement de la création : que l’homme s’arrive à  se dialoguer avec Dieu face-à-face, à comprendre tout ce qu’Il nous dira et à se mettre debout libre devant ce Dieu qui l’aime.

Comme ces Pharisiens et Sadducéens qui s’approchaient  Jean de Baptiste à Jourdain, nous devons nous avancer vers le Seigneur et écouter tout ce qu’il nous dira à travers de ce grand prophète. « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit digne de la conversion. »  « Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. »

L’Avent est un temps  d’attente joyeuse mais aussi d’anticipation joyeuse qui demande une conversion. Dans cette conversion, ne nous contentons pas de n’avoir fait aucun mal, mais faisons du bien.  Devant ce monde nous sommes comme ce fils de Jessé, qui restait inconnu non seulement au monde, mais aussi à son Père. Ne soyons pas découragés, dans cette conversion, un jour ils nous découvrirons, ‘beau et belle’ et le Seigneur nous retrouvera digne et juste.  Amen. 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Décembre 2016

Scripture: 

Matthew 9:35-10:1,6-8

9:35 And Jesus went about all the cities and villages, teaching in their synagogues and preaching the gospel of the kingdom, and healing every  disease and every infirmity.  36 When he saw the crowds, he had compassion for them, because they were harassed and helpless, like sheep without a shepherd. 37 Then he said to his disciples, "The harvest is plentiful, but the laborers are few;  38 pray therefore the Lord of the harvest to send out laborers into his harvest." 10:1 And he called to him his twelve disciples and gave them authority over unclean spirits, to cast them out, and to heal every disease and every infirmity. 6 "Go rather to the lost sheep of the house of Israel. 7 And preach as you go, saying, `The kingdom of heaven is at hand.' 8 Heal the sick, raise the dead, cleanse lepers, cast out demons. You received without paying, give without pay.

 

The contemplation

 

We are called to be the labourers of the Lord in His land. Just like any faithful worker, we are expected to give credit to the Master for all that we come across in our lives. It is important that we watch again and again that we don’t become masters, because of the liberty that the Master has entrusted to us. In utter obedience to this master who loves us unconditionally, we bring all the people to the Lord and in and through our daily life, they may discover the loving mercy of the Lord. Just like our Master filled with compassion, we are called to cloth ourselves with compassion and love. Thus through this obedience to the commandment of ‘divine love’ we will be able to heal, raise and purify. Let us watch and never forget that we are all missionaries of divine love and forgiveness, like Saint Francis Xavier, the feast that we celebrate today.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Décembre 2016

(Mt 9,35-10,1.6-8): 

Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. Voyant les foules, il eut pitié d'elles parce qu'elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples: «La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson». 

Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d'expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. «Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement: donnez gratuitement».

 

Le message

 

En ce jour de la fête de saint François Xavier, Jésus nous invite à être ces ouvriers qui sont appelés à moissonner, particulièrement les fruits des œuvres de Dieu, rassembler  le peuple et les amener vers le Père.  Il faut donc reconnaitre que tous sont enfant d’Abraham, particulièrement les Zachée qui se trouvent dans notre société pourtant isolés et les lèpres qui sont en dehors de la société qui sont exclus.  Veillons sans cesse et que ne nous oublions pas que nous sommes envoyé à quérir, faire ressusciter, purifier, etc.  Soyons les missionnaires à l’image de saint Xavier.

 

«Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson»

Abbé Xavier PAGÉS i Castañer 
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, quand une semaine s'est déjà écoulée en la préparation de l'itinéraire des célébrations de Noël, nous avons pu constater qu'une des vertus que nous devons encourager pendant l'Avent est celle de l'espérance. Mais pas d'une façon passive, comme celle de qui attend le train qui arrive, mais une espérance active, qui nous pousse à y mettre de notre part tout ce qu'il faut afin que Jésus puisse naître de nouveau dans nos coeurs.

Nous pouvons essayer de ne pas rester seuls dans nos espoirs, mais —surtout— de découvrir qu'est ce que Dieu attend de nous. Comme les douze apôtres, nous sommes tous appelés à suivre ses chemins. Si seulement nous pussions écouter aujourd'hui la voix du Seigneur qui —au moyen du prophète Isaïe— nous dit: «Voici le chemin, marchez-y!» (Is 30,21, de la première lecture d'aujourd'hui). En suivant chacun de nous notre chemin, Dieu espère de nous tous qu'avec notre vie nous annonçons «que le Royaume des cieux est tout proche» (Mt 10,7).

L'Evangile d'aujourd'hui nous raconte comme, en voyant les foules, il eut pitié parce qu'elles étaient fatiguées et abattues et dit alors à ses disciples: «La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson» (Mt 9,37-38). Il a voulu compter sur nous et il veut que dans les circonstances plus diverses, nous répondions à la vocation de devenir apôtres de notre monde. La mission pour laquelle le Dieu Père a envoyé son Fils au monde nécessite que nous en soyons les continuateurs. Des nos jours nous pouvons trouver aussi une foule trompée et sans espoir qui a soif de la Bonne Nouvelle du Salut que le Christ nous a amené, dont nous en sommes les messagers. C'est une mission qui a été confiée à nous tous. En connaisseurs de nos faiblesses et de nos manques, appuyons-nous dans la prière constante et soyons heureux de devenir ainsi des collaborateurs du plan rédempteur que le Christ nous a révélé.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Décembre 2016

Scripture: 

Matthew 9:27-31

27 And as Jesus passed on from there, two blind men followed him, crying aloud, "Have mercy on us, Son of David." 28 When he entered the house, the blind men came to him; and Jesus said to them, "Do you believe that I am able to do this?" They said to him, "Yes, Lord." 29 Then he touched their eyes, saying, "According to your faith be it done to you." 30 And their eyes were opened. And Jesus sternly charged them, "See that no one knows it." 31 But they went away and spread his fame through all that district.

 

 

Daily Quote from the early church fathers

They saw because they believed in the Messiah, by Hilary of Poitiers (315-367 AD)

"At that point, two blind men follow the Lord as he was passing by. But if they could not see, how could the blind men know of the Lord's departure as well as his name? Moreover, they called him 'Son of David' and asked to be made well. In the two blind men, the entire earlier prefiguration [miracles in Matthew 9:18-26] is complete. The ruler's daughter seems to be from these people, namely, the Pharisees and John’s disciples, who already made common cause in testing the Lord. To these unknowing persons the law gave evidence as to the one from whom they sought a cure. It indicated to them that their Savior in the flesh was of the line of David. It also introduced light to the minds of those who were blind from past sins. They could not see Christ but were told about him. The Lord showed them that faith should not be expected as a result of health but health should be expected because of faith. The blind men saw because they believed; they did not believe because they saw. From this we understand that what is requested must be predicated on faith and that faith must not be exercised because of what has been obtained. If they should believe, he offers them sight. And he charges the believers to be silent, for it was exclusively the task of the apostles to preach." (excerpt from commentary ON MATTHEW 9.9

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

(Mt 9,27-31): 

 

Jésus était en route; deux aveugles le suivirent, en criant: «Aie pitié de nous, fils de David!». Quand il fut dans la maison, les aveugles l'abordèrent, et Jésus leur dit: «Croyez-vous que je peux faire cela?». Ils répondirent: «Oui, Seigneur». Alors il leur toucha les yeux, en disant: «Que tout se fasse pour vous selon votre foi!». Leurs yeux s'ouvrirent, et Jésus leur dit sévèrement: «Attention, que personne ne le sache!». Mais, à peine sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.

 

«Jésus leur dit: ‘Croyez-vous que je peux faire cela?’. Ils répondirent: ‘Oui, Seigneur’»

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM 
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, en ce premier vendredi de l'Avent, l'Évangile nous présente trois personnages: Jésus, au centre de la scène, et deux aveugles qui s'approchent de Lui pleins de foi, le cœur rempli d'espérance. Ils avaient entendu parler de Lui, de sa tendresse envers les malades et de son pouvoir. Ces traits l'identifiaient comme Messie. Qui mieux que Lui pouvait prendre leur malheur en considération?

Les deux aveugles se rejoignent et, ensemble, ils se dirigent vers Jésus. Ils font à l'unisson une prière de demande à l’Envoyé de Dieu, au Messie, auquel ils donnent le titre de "Fils de David". Ils veulent, par cette prière, provoquer la compassion de Jésus: «Aie pitié de nous, fils de David!» (Mt 9,27).

Jésus en appelle à leur foi: «Croyez-vous que je peux faire cela?» (Mt 9,28). S'ils se sont approchés de l'Envoyé de Dieu, c'est précisément parce qu'ils croient en Lui. D'une seule voix, ils font une belle profession de foi, en répondant: «Oui, Seigneur» (Ibidem). Et Jésus accorde la vue à ceux qui voyaient déjà par la foi. Croire, en effet, c'est voir d'un regard intérieur.

Ce temps de l'Avent est, pour nous aussi, le temps opportun pour chercher Jésus d'un grand désir, comme les deux aveugles, ensemble, bâtissant l'Église. Avec l'Église, proclamons dans l'Esprit Saint: «Viens, Seigneur Jésus» (cf. Ap 22,17-20). Jésus vient avec son pouvoir d'ouvrir tout grand les yeux de notre cœur, pour nous permettre de voir et de croire. L'Avent est un temps fort de prière: temps de prière de demande et, surtout, de prière de profession de foi. Temps pour voir et pour croire.

Souvenons-nous des paroles du Petit Prince: «On ne voit bien qu'avec le cœur».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Novembre 2016

Scripture: 

Matthew 7:21,24-27

 

21 "Not every one who says to me, `Lord, Lord,' shall enter the kingdom of heaven, but he who does the will of my Father who is in heaven. 24 "Every one then who hears these words of mine and does them will be like a wise man who built his house upon the rock; 25 and the rain fell, and the floods came, and the winds blew and beat upon that house, but it did not fall, because it had been founded on the rock. 26 And every one who hears these words of mine and does not do them will be like a foolish man who built his house upon the sand; 27 and the rain fell, and the floods came, and the winds blew and beat against that house, and it fell; and great was the fall of it."

 

The contemplation

 

I invite you all to look the rock on which this house is built. Let us take these two images and identify the real situation that these images represent. The rock may be representing some one the faith, for the other the love and for the other simply to live in God.  Hat every may be the image represent, it is important that we identify this rock, on which we would like build our house. Then, what is this house represent for us? Our life in its totality? Or our relationship with God? Is it our wellbeing or the genuine human development?  Once we identify these images with real life situation, our discernment will be a great help to orient the direction that we wish to take in our life. I wish you all a good meditation and a wonderful day.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Novembre 2016

Texte de l'Évangile

 (Mt 7,21.24-27): 

 

«Il ne suffit pas de me dire: ‘Seigneur, Seigneur!’, pour entrer dans le Royaume des cieux; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé et s'est abattue sur cette maison; la maison ne s'est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé, elle a secoué cette maison; la maison s'est écroulée, et son écroulement a été complet».

 

«Il ne suffit pas de me dire: ‘Seigneur, Seigneur!’, pour entrer dans le Royaume des cieux»

Abbé Jean-Charles TISSOT 
(Freiburg, Suisse)

Aujourd'hui, Le Seigneur prononce ces paroles à la fin de son «sermon sur la montagne», dans lequel il donne un sens nouveau et plus profond aux Commandements de l’Ancien Testament, les «paroles» de Dieu aux hommes. Il s’exprime en tant que Fils de Dieu, et c’est en tant que tel qu’il nous demande de recevoir ce que je vous dis là comme des paroles de la plus haute importance : des paroles de vie éternelle, qui doivent être mises en pratique, et non seulement à écouter, avec le risque de les oublier ou de se contenter de les admirer ou d’en admirer leur auteur, mais sans implication personnelle.

«Bâtir une maison sur le sable» (cf. Mt 7,26) est une image pour décrire un comportement insensé, qui ne mène à aucun résultat et aboutit à l’échec d’une vie, après un effort long et pénible pour construire quelque chose. "Bene curris, sed extra viam", disait saint Augustin : tu cours bien, mais en dehors du parcours homologué, pouvons-nous traduire. Quel dommage d’en arriver là, au moment de l’épreuve, des tempêtes et des crues que comporte nécessairement notre vie !

Le Seigneur veut nous enseigner à poser un fondement solide, dont l’assise provient de l’effort de mettre en pratique ses enseignements, c’est-à-dire de les vivre chaque jour au moyen de petites résolutions qu’il s’agira de tenir. Nos résolutions quotidiennes de vivre l’enseignement du Christ doivent ainsi aboutir à des résultats concrets, à défaut d’être définitifs, mais dont nous puissions tirer de la joie et de la reconnaissance lors de l’examen de notre conscience, le soir. La joie d’avoir obtenu une petite victoire sur nous-mêmes est un entraînement à d’autres batailles, et la force ne nous manquera pas, avec la grâce de Dieu, pour persévérer jusqu’au bout.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 29 Novembre 2016

Scripture: Matthew 4:18-22 

 (alternate reading for Advent season: Matthew 15:29-37)

18 As he walked by the Sea of Galilee, he saw two brothers, Simon who is called Peter and Andrew his brother, casting a net into the sea;  for they were fishermen. 19 And he said to them, "Follow me, and I will make you fishers of men."  20 Immediately they left their nets and followed him.  21 And going on from there he saw two other brothers, James the son of Zebedee and John his brother, in the boat with Zebedee their father, mending their nets, and he called them.  22 Immediately they left the boat and their father, and followed him.

 

The contemplation

 

I invite you all to enter into the thinking of these brothers who later became Disciples of Christ. If Jesus has chosen to be fishers of men, it is because Jesus was aware what they were capable of and Jesus never asks us something impossible beyond our capacities. Even if the demand may come with certain exigence, we will be complimented with the necessary grace to accomplish.

These brothers though remained far away physically from Jesus, they we very close to Jesus and the Holy Spirit was working in them. Before Peter could know Jesus personally, Andrew has already being with Jesus and listened to Him. All these played an important role in their discipleship.

All our experiences, though bitter it may be, Jesus is there to transform them as a means to accomplish His will. Nothing happens par hazard, everything goes as planned by the divine will. It is thus important that we simply search the will of the Father and try to accomplish, so that one day we may discover the plan of God in detail.

These poor fishermen were not aware that in the great Church that Jesus will establish, they will be pillars and give their blood for the same Church and for the faith. So, let us watch all the divine calls in our daily life and try to respond to God simply and faithfully.

 

Daily Quote from the early church fathers

Jesus chooses them for what they can become, by an anonymous early author from the Greek church

"'Before he says or does anything, he calls the apostles so nothing may be concealed from them as to Christ's words or works and they may later say in confidence: 'For we cannot but speak of what we have seen and heard' (Acts 4:20). He sees them not bodily but spiritually, regarding not their appearance but their hearts. And he chooses them not as apostles but because they could become apostles. Just as an artist who sees precious, and not rough-hewn, stones chooses them - not because of what they are but because of what they can become. Like the sensitive artist who does not spurn the unshaped good - so too the Lord, upon seeing them, does not choose their works but their hearts." (excerpt from INCOMPLETE WORK ON MATTHEW, HOMILY 7, the Greek fathers).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0