Publié le 14 Décembre 2016

Scripture: 

Luke 7:24-30

 

24 When the messengers of John had gone, he began to speak to the crowds concerning John: "What did you go out into the wilderness to behold? A reed shaken by the wind?  25 What then did you go out to see?  A man clothed in soft raiment?  Behold, those who are gorgeously appareled and live in luxury are in kings' courts. 26 What then did you go out to see? A prophet? Yes, I tell you, and more than a prophet. 27 This is he of whom it is written, `Behold, I send my messenger before your face, who shall prepare your way before you.' 28 I tell you, among those born of women none is greater than John; yet he who is least in the kingdom of God is greater than he." 29 (When they heard this all the people and the tax collectors justified God, having been baptized with the baptism of John; 30 but the Pharisees and the lawyers rejected the purpose of God for themselves, not having been baptized by him.)

 

Daily Quote from the early church fathers

 

Born of Woman or Born of God?, by Cyril of Alexandria (376-444 AD)

"'What then did you go out to see?' Perhaps you say, 'A prophet.' Yes, I agree. He is a saint and a prophet. He even surpasses the dignity of a prophet. Not only did he announce before that I am coming but pointed me out close at hand, saying, 'Behold the Lamb of God that bears the sin of the world' (John 1:29). The prophet's voice testified of him as the one who was sent before my face to prepare the way before me (Malachi 3:1). I witness that there has not arisen among those born of women one greater than he. He that is least, in the life according to the law, in the kingdom of God is greater than he. How and in what manner is he greater? In that the blessed John, together with as many as preceded him, was born of woman, but they who have received the faith are no longer called the sons of women, but as the wise Evangelist said, 'are born of God'" (John 1:12). (excerpt from COMMENTARY ON LUKE, HOMILY 18)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 7,24-30): 

 

Après le départ des envoyés de Jean Baptiste, Jésus se mit à parler de lui aux foules: «Qu'êtes-vous allés voir au désert? Un roseau agité par le vent?... Alors, qu'êtes-vous allés voir? Un homme aux vêtements luxueux? Mais ceux qui portent des vêtements magnifiques et mènent une vie de plaisir sont dans les palais des rois. Alors, qu'êtes-vous allés voir? Un prophète? Oui, je vous le dis; et bien plus qu'un prophète! C'est de lui qu'il est écrit: ‘Voici que j'envoie mon messager en avant de toi, pour qu'il prépare le chemin devant toi’. Je vous le dis: Parmi les hommes, aucun n'est plus grand que Jean; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui».

Tout le peuple qui a écouté Jean, y compris les publicains, a reconnu la justice de Dieu en recevant le baptême de Jean. Mais les pharisiens et les docteurs de la Loi, en ne recevant pas ce baptême, ont rejeté le dessein que Dieu avait sur eux.

 

«Qu'êtes-vous allés voir au désert?»

Abbé Carles ELÍAS i Cao 
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, par trois fois, Jésus-Christ nous demande: «Qu'êtes-vous allés voir au désert?»; «Alors, qu'êtes-vous allés voir?»; «Alors, qu'êtes-vous allés voir?» (Lc 7,24.25.26).

L’on dirait que Jésus veut nous ôter toute curiosité stérile, la suffisance des pharisiens et des docteurs de la Loi, qui méprisaient le plan que Dieu avait pour eux, en rejetant l’appel de Jean (cf. Lc 7,30). “Le savoir sur Dieu”, à lui seul, ne sauve pas; il faut Le connaître, L’aimer et Le suivre; il faut une réponse du cœur, sincère, humble, reconnaissante.

«Tout le peuple qui a écouté Jean, y compris les publicains, a reconnu la justice de Dieu en recevant le baptême de Jean» (Lc 7,29): maintenant, c’est le temps du salut. Comme le prêchait saint Jean-Chrysostome, ce n’est plus l’heure de l’examen, mais celle du pardon. Aujourd'hui et maintenant c’est le moment: Dieu est proche, chaque fois plus proche de nous, car Il est bon, est juste et nous connaît parfaitement et c’est pourquoi il est plein d’amour qui pardonne; Il attend chaque soir notre retour d’enfant au foyer, pour nous embrasser.

Et Il nous régale de son pardon et de sa présence ; Il brise toute distance avec nous ; Il frappe à notre porte. Humble, patient, Il frappe maintenant à la porte de notre cœur: de ton désert, de ta solitude, de tes échecs, de ton incapacité, Il veut que tu voies son amour.

Nous devons sortir de notre confort et de nos luxes, pour nous affronter à la réalité telle qu’elle est: distraits par la consommation et l’égoïsme, nous avons oublié que Dieu nous attend. Il désire notre amour, Il nous veut pour Lui. Il nous veut vraiment pauvres et simples, pour pouvoir nous dire ce que, malgré tout, nous espérions encore: —Je suis avec toi, n’aies pas peur, fais-moi confiance.

Rentrant en nous-mêmes, disons maintenant d’une voix tranquille: —Seigneur, toi qui sais comme je suis et qui m’acceptes ainsi, ouvres-moi le cœur en ta présence; je veux accepter ton amour, je veux t’accueillir maintenant que tu viens, dans le silence et dans la paix.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 13 Décembre 2016

Scripture: Luke 7:18-23

 

18 The disciples of John told him of all these things.19 And John, calling to him two of his disciples, sent them to the Lord, saying, "Are you he who is to come, or shall we look for another?" 20 And when the men had come to him, they said, "John the Baptist has sent us to you, saying, `Are you he who is to come, or shall we look for  another?'" 21 In that hour he cured many of diseases and plagues and evil spirits, and on many that were blind he bestowed sight. 22 And he answered them, "Go and tell John what you have seen and heard: the blind receive their sight, the lame walk, lepers are cleansed, and the deaf hear, the dead are raised up, the poor have good news preached  to them. 23 And blessed is he who takes no offense at me."

 

The contemplation

 

Doubt is one of the worst evil that we have to avoid at all coast. John the Baptist has identified Jesus as the ONE great and powerful, who will baptise all in spirit. However to his knowledge collected from his disciples, he has come to know that Jesus neither baptise people nor present Himself as a powerful person.  Thus his doubt of Jesus as the Christ, seems to be all the more confirmed. He has done however the best he could do by sending his disciples to Jesus for some  signs. Jesus gives him the visible signs so that the prophet who has identified the Christ be confirmed of his certitude, because the Holy Spirit works in him.  By the very presence of Christ the Kingdom of God has already started to be established in this world. There is no sin to have doubt. Even Saint Thomas doubted. However, it is important that we start to believe once this doubted is cleared and not to prolong with the doubt by adding other requests.

 

 

 

 

Daily Quote from the early church fathers: 

 

Miracles testify that Jesus is the Messiah, by Cyril of Alexandria (376-444 AD)

"'In that same hour he healed many of sicknesses and of scourges, and of evil spirits; and gave sight to many that were blind.' He made them spectators and eyewitnesses of his greatness and gathered into them a great admiration of his power and ability. They then bring forward the question and beg in John's name to be informed whether he is 'he who comes.' Here see, I ask, the beautiful art of the Savior's management. He does not simply say, 'I am.' If he had spoken this, it would have been true. He leads them to the proof given by the works themselves. In order that having accepted faith in him on good grounds and being furnished with knowledge from what had been done, they may return to him who sent them. 'Go'” he says, 'tell John the things that you have seen and heard.' 'For you have heard indeed,' he says, 'that I have raised the dead by the all-powerful word and by the touch of the hand. While you stood by, you have also seen that those things that were spoken of old time by the holy prophets are accomplished: the blind see, the lame walk, the lepers are cleansed, the dumb hear, the dead rise, and the poor are preached to. The blessed prophets had announced all these things before, as about in due time to be accomplish by my hands. I bring to pass those things that were prophesied long before, and you are yourselves spectators of them. Return and tell those things that you have seen with your own eyes accomplished by my might and ability, and which at various times the blessed prophets foretold.'" (excerpt from COMMENTARY ON LUKE, HOMILY 37)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 13 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

 (Lc 7,19-23): 

 

Jean appela deux d'entre ses disciples et les envoya demander au Seigneur: «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?». Arrivés près de Jésus, ils lui dirent: «Jean Baptiste nous a envoyés te demander: ‘Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?’».

A ce moment-là, Jésus guérit beaucoup de malades, d'infirmes et de possédés, et il rendit la vue à beaucoup d'aveugles. Puis il répondit aux envoyés: «Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi!».

 

Le message

Celui qui a identifié le Christ au monde doute comme nous, car il voit un décalage de tout ce qu’il a annoncé et de tout ce qu’il voit aujourd’hui. Il a annoncé un Baptême de l’Esprit et de feu et Jésus ne baptise même pas.  Il a annoncé que le !christ sera tout puissant, alors il voit un homme simple et humble comme lui. Jésus lui donne les signes pour qu’il comprenne le message prophétique annoncé par lui s’actualise en Christ. Dieu ne s’arrête pas nous donner les signes. Il faut savoir les chercher dans un bon endroit.

 

«Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés,…»

 

Abbé Bernat GIMENO i Capín 
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, quand nous voyons que dans notre vie nous ne savons plus quoi espérer, quand nous nous décourageons parce que nous manquons de courage pour voir au-delà de nos défaillances quand nous sommes heureux car nous sommes fidèles à Jésus-Christ, et en même temps inquiets ou alanguis de ne pas savourer les fruits de notre mission apostolique, le Seigneur veut que nous posions la même question que Jean-Baptiste: «devons-nous en attendre un autre?» (Lc 7,20).

C'est clair, le Seigneur est “astucieux” et il veut profiter de nos incertitudes —qui sont d'ailleurs, tout à fait normales— pour que nous fassions un bilan de notre vie, que nous regardions nos défauts, nos efforts, nos maladies… et, ainsi, que nous réaffirmions notre foi et multiplions “à l'infini” notre espérance. 

Le Seigneur n'a pas de limites quand il s'agit d'accomplir sa mission: «les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés…» (Lc 7,22). Où est mon espérance? Où est ma joie? Car l'espérance est intimement liée à la joie intérieure. Le chrétien, doit, naturellement, vivre comme n'importe qui, mais avec le regard toujours fixé sur le Christ, qui ne nous fait jamais défaut. Un chrétien ne peut pas vivre sa vie en marge de celle du Christ et de son Évangile. Fixons nos regards sur Celui qui peut tout, absolument tout, et ne limitons pas notre espérance. «En Lui tu trouveras même plus que tu ne demandes et que tu ne désires» (Saint Jean de la Croix).

La liturgie n'est pas un "jeu sacré", et l'Église nous offre ce temps de l'Avent afin que chaque chrétien, uni au Christ, ranime la vertu de l'espérance dans sa vie. Souvent nous la perdons car nous faisons trop confiance à nos propres forces et nous ne voulons pas reconnaître que nous sommes “malades” et que nous avons besoin de la main salvatrice du Seigneur. Mais c'est ainsi, et comme Il nous connaît bien et qu'il sait que nous sommes tous faits de la même “pâte” il nous tend la main pour nous sauver. —Merci Seigneur, de me sortir de la boue et de remplir mon cœur d'espérance.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Décembre 2016

Scripture: 

Matthew 21:28-32

 

28 "What do you think? A man had two sons; and he went to the first and said, `Son, go and work in the vineyard today.' 29 And he answered, `I will not'; but afterward he repented and went. 30 And he went to the second and said the same; and he answered, `I go, sir,' but did not go. 31 Which of the two did the will of his father?" They said, "The first." Jesus said to them, "Truly, I say to you, the tax collectors and the harlots go into the kingdom of God before you. 32 For John came to you in the way of righteousness, and you did not believe him, but the tax collectors and the harlots believed him; and even when you saw it, you did not afterward repent and believe him."

 

Daily Quote from the early church fathers

The Father and his two sons, author unknown, from the 5th century A.D.

"Who is this if not the God who created all people and loves them with a fatherly affection, the God who preferred to be loved as a father rather than feared as a lord, even though he was Lord by nature? On this account, at the beginning of the commandments of the law, he did not say, 'You shall fear the Lord with all your heart' but 'you shall love the Lord with all your heart' (Deuteronomy 6:5). To elicit love is not characteristic of a lord but of a father. Of the two sons in this parable, the older one represents the Gentiles, since they come from their father Noah. The younger son represents the Jews, who come from Abraham. 'And approaching the first, he said, "Son, go and work today in my vineyard." 'Today' refers to this present age. How did he speak to his sons? He didn’t address them face to face like man, but he spoke to the heart, like God. Man only utters words to the ear, but God supplies understanding to the mind." (excerpt from an incomplete Commentary on the Gospel of Matthew, HOMILY 40)

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

(Mt 21,28-32): 

 

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens: «Que pensez-vous de ceci? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit: ‘Mon enfant, va travailler aujourd'hui à ma vigne’. Celui-ci répondit: ‘Je ne veux pas’. Mais ensuite, s'étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit: ‘Oui, Seigneur!’ et il n'y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père?». Ils lui répondent: «Le premier». Jésus leur dit: «Amen, je vous le déclare: les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n'avez pas cru à sa parole; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole».

 

«‘Je ne veux pas’. Mais ensuite, s'étant repenti, il y alla»

Abbé Llucià POU i Sabater 
(Granada, Espagne)

Aujourd'hui, nous contemplons un père qui a deux fils, il dit au premier: «Mon enfant, va travailler aujourd'hui à ma vigne» (Mt 21,28). Celui-ci répondit: «‘Je ne veux pas’. Mais ensuite, s'étant repenti, il y alla» (Mt 21,29). Il dit la même chose au deuxième. Celui-ci répondit: «‘Oui, Seigneur!’», mais n'y vas pas (cf. Mt 21,30). L'important ce n'est pas de dire "oui", l'important c'est de le "faire". Il y a un proverbe qui dit: «Ce qui n'est pas dans les actes n'est pas dans le monde».

Dans un autre passage, Jésus fera l'enseignement de cette parabole: «Il ne suffit pas de me dire: ‘Seigneur, Seigneur!’, pour entrer dans le Royaume des cieux; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux» (Mt 7,21). Comme disait Saint Augustin: «deux volontés existent. Ta volonté doit se façonner pour s'identifier à la volonté de Dieu, ce n'est pas à la volonté de Dieu de se déformer pour s'accommoder à la tienne». En langue catalane nous disons qu'un enfant “creu” (“croit”), quand il obéit: croire!, c'est-à-dire, nous identifions l'obéissance avec la foi, nous avons confiance en ce qu'on nous dit.

Obéissance veut dire “ob-audire”: écouter avec attention. Cela se manifeste par la prière, en ne faisant pas la sourde oreille à la voix de l'Amour. «Nous autres les hommes, nous avons tendance “à nous défendre”, à nous attacher à notre égoïsme. Dieu exige qu'en obéissant, nous exercions notre foi (...). Il arrive en effet au Seigneur de suggérer son vouloir comme à voix basse, tout au fond de la conscience: il faut alors l'écouter avec attention, pour percevoir cette voix et lui être fidèles» (Saint Josemaria Escriva). Accomplir la volonté de Dieu c'est être saint; obéir ce n'est pas uniquement être une marionnette entre les mains d'un autre, mais réfléchir à ce qu'il faut accomplir et ainsi le faire parce que “nous en avons envie”.

Notre Mère la Sainte Vierge Marie, maîtresse dans “l'obéissance dans la foi”, nous montrera le moyen d'apprendre à obéir à la volonté du Père.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 11 Décembre 2016

Scripture: Matthew 21:23-27  

(alternate reading: Luke 1:26-38)

23 And when he entered the temple, the chief priests and the elders of the people came up to him as he was teaching, and said, "By what authority are you doing these things, and who gave you this authority?" 24 Jesus answered them, "I also will ask you a question; and if you tell me the answer, then I also will tell you by what authority I do these things. 25 The baptism of John, whence was it? From heaven or from men?" And they argued with one another, "If we say, `From heaven,' he will say to us, `Why then did you not believe him?' 26 But if we say, `From men,' we are afraid of the multitude; for all hold that John was a prophet." 27 So they answered Jesus, "We do not know." And he said to them, "Neither will I tell you by what authority I do these things.

 

The message

 

Why this question looks little blizzard which is totally displaced? To the people who are in the Temple, like the high priests and elders, the origin of this authority is important. It is from this origin they can discern the worthiness and effective of the authority of Jesus. Since they have received the authority, they search in Jesus, from whom He has received the authority. Everything is life is conditioned by others. Thus the response of Jesus is also conditioned by their response, by consequence they won't receive what they have aimed or planned to receive.

 

To receive from God, our life should be conditioned by God, fully open to receive. Only in this openness and gratitude that we will be able to profit the spiritual gifts of God. Every Christian is called to search the will of God and His plan for the humanity. It is in this search that we will be able to identify our vocation and the way God proposes to us. Once we discern correctly the way, we should have the courage to apply all that we have received.

The way we look at life and all that happening around us, will determine the quality of our joy. If we learn to see everything with an eye of Faith, the way God looks at, then the Joy God proposes to us will remain in us.

 

Daily Quote from the early church fathers

 

John the Baptist's authority came from heaven, by Hilary of Poitiers (315-367 AD)

"Prior to this, the Pharisees had seen many things more worthy to be called great miracles, but now they were deeply troubled and asked Jesus to identify the authority by which he performed these works. The great mystery of the future is included in the consequences of present deeds. They felt the urge for special questioning, then, because the prefiguration of every danger was made known in this event. The Lord replied that he would tell them by what authority he did these works if only they would also reply to his question about whether they considered John the Baptist to have come from heaven or from man. They hesitated while pondering the dangers of responding. If they confessed John to have come from heaven, they would be convicted by that very confession for not believing in the authority of a heavenly witness. They were afraid to say that he was merely from man, however, because of the large crowd of people who believed John to be a prophet. So they answered that they did not know (they did in fact know him to be from heaven) because they feared that they might be convinced by the truth of their own confession. But they told the truth about themselves, even though it was their intention to deceive; it was only through their infidelity that they did not know John the Baptist to be from heaven. And they could not have known that John the Baptist was from man, because he was not." (excerpt from commentary ON MATTHEW 21.10)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 11 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

(Mt 21,23-27): 

 

Jésus était entré dans le Temple, et, pendant qu'il enseignait, les chefs des prêtres et les anciens du peuple l'abordèrent pour lui demander: «Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t'a donné cette autorité?». Jésus leur répliqua: «A mon tour, je vais vous poser une seule question; et si vous me répondez, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela: le baptême de Jean, d'où venait-il?, du ciel ou des hommes?» Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement: «Si nous disons: ‘Du ciel’, il va nous dire: ‘Pourquoi donc n'avez-vous pas cru à sa parole?’. Si nous disons: ‘Des hommes’, nous devons redouter la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète». Ils répondirent donc à Jésus: «Nous ne savons pas!». Il leur dit à son tour: «Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais cela».

 

Le message

 

Dimanche dernier je vous ai proposé que cette semaine soit une semaine de joie. Comment pouvons-nous chercher un message de joie dans cet évangile qui aborde le sujet de l’autorité de Jésus? C’est très simple. Regardons le comportement de Jésus et le comportement des prêtres et des anciens du Temple. Regardons le regard de Jésus et le regard des autres. Choisissons tout ce qui peut nous aider à grandir dans la foi. Discernons le chemin que Dieu propose. Dans ce discernement nous ressentirons l’accompagnement divin. Notre choix de la vie, notre regard de tout ce qui se passe autour de nous, la manière nous discernons et prendrons les décisions, nous aiderons à vivre notre vie dans le Seigneur, à suivre le chemin que Dieu nous propose et à retrouver la joie que Dieu nous a promis.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 11 Décembre 2016

Texte de l'Évangile

(Mt 11,2-11): 

Jean le Baptiste, dans sa prison, avait appris ce que faisait le Christ. Il lui envoya demander par ses disciples: «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?». Jésus leur répondit: «Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez: Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi!». 

Tandis que les envoyés de Jean se retiraient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean: «Qu'êtes-vous allés voir au désert? Un roseau agité par le vent?... Alors, qu'êtes-vous donc allés voir? Un homme aux vêtements luxueux? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Qu'êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Oui, je vous le dis, et bien plus qu'un prophète. C'est de lui qu'il est écrit: ‘Voici que j'envoie mon messager en avant de toi, pour qu'il prépare le chemin devant toi’. Amen, je vous le dis: Parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui».

 

Homélie

 

Ce dimanche de la joie et de la paix, où nous méditons sur le thème, réjouissez-vous, car votre Dieu vient vous sauver, il est doublement agréable d’entendre de la bouche du prophète Isaïe cette parole de consolation : « Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c'est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. » Cette parole d’espérance nous assure et nous en avons besoin, car le monde est désespérer à cause de violence et les confits que nous témoignons quotidiennement.

Je vous avais dit que l’Avent est un temps d’attente joyeuse, qui nous donne l’espérance et qui nous oriente vers l’avenir. La patience joue un rôle important dans cette attente. Saint Jaques la compare avec un cultivateur qui attend patiemment mais avec sureté,  pour le fruit de son travail.

Il est autant possible qu’après un bon travail, le fruit n’est pas forcement positive, ou comme nous l’avons attendu. L’évangile du jour nous présente une histoire qui ressemble d’une attente désespérée. Jean Baptiste qui a annoncé une personne plus puissant que lui, voit un homme faible. Il a annoncé un baptême de feu et d’Esprit, alors, cet Homme-là ne baptise personne. Aujourd’hui il a le même sentiment ceux de prophète Jonas qui est aujourd’hui  le nôtre.  Nous devons aller vers lui, le seul qui est capable de faire naître en nous l’espérance.

Si nous tournons nos yeux vers lui, il y a une autre expérience qui nous attende. Jésus nous renvoie vers le peuple comme Il l’a fait auparavant aux disciples de Jean Baptiste qui sont venu l’interroger.  Il nous invite à nous ouvrir en ouvrant nos yeux et à regarder tout ce qui se passe autour de nous.  Il nous invite également à écouter, écouter les autres, les anciens, essentiellement sa Parole, une Parole qui nous donne la vie, la Vie éternelle.

Dimanche dernier nous avons médité sur le thème de conversion. Aujourd’hui, nous sommes nous aussi invités à une conversion du regard et du cœur pour lire les signes de l’action de Dieu en notre monde, conviés à ouvrir nos yeux et nos oreilles pour discerner le Royaume qui est inauguré et qui vient.

C’est dans cette espérance du Royaume de Dieu en faisant confiance au Seigneur que nous nous avançons vers l’avenir. Dans cette attende joyeuse, il y a une joie, une joie inépuisable, qui vient du Seigneur. C’est le Seigneur qui nous a promis cette joie, la joie sans fin. Préparons-nous  et aussi à la fête de Noël, et vivons ce temps d’Avent pleinement dans la joie et dans le bonheur, Amen.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 9 Décembre 2016

Scripture: 

Matthew 17:9a,10-13  

 

 

9a And as they were coming down the mountain 10 the disciples asked him, "Then why do the scribes say that first Elijah must come?" 11 He replied, "Elijah does come, and he is to restore all things; 12 but I tell you that Elijah has already come, and they did not know him, but did to him whatever they pleased. So also the Son of man will suffer at their hands." 13 Then the disciples understood that he was speaking to them of John the Baptist.

 

Daily Quote from the early church fathers

John fulfills Elijah's prophetic ministry, by John Chrysostom, 547-407 A.D.

"They did not know this from the Scriptures, but the scribes used to tell them, and this saying was reported among the ignorant crowd, as also about Christ. Therefore the Samaritan woman also said, 'The Messiah is coming; when he comes, he will show us all things' (John 4:25). And they themselves asked John, 'Are you Elijah or the prophet?' (John 1:21). For this opinion was strong, as I said, both the one about Christ and the one about Elijah, but they did not interpret it as it should have been. For the Scriptures speak of two comings of Christ, both this one that has taken place and the future one. Paul spoke of these when he said, 'For the grace of God has appeared for the salvation of men, training us to renounce irreligion and worldly passions, and to live sober, upright and godly lives in this world' (Titus 2:11-12).

"Behold the first advent, and listen to how he declares the coming advent: 'Awaiting our blessed hope, the appearing of the glory of our great God and Savior Jesus Christ' (Titus 2:13). The prophets also mention both advents; of the one that is second they say that Elijah will be the forerunner; John was forerunner of the first, John whom Christ also called by the name Elijah, not because he was Elijah but because he was fulfilling Elijah's ministry. For just as Elijah will be the forerunner of the second advent, so John was of the first. But the scribes, confusing these things and perverting the people, mentioned that coming alone, the second one, to the people, and said, 'If this is the Christ, Elijah ought to have come first.' That is why the disciples also say, 'Then why do the scribes say that first Elijah must come?'" 

(excerpt from THE GOSPEL OF MATTHEW, HOMILY 57.1)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0