Publié le 20 Avril 2021

Gospel text

(Jn 6,35-40): 

 

Jesus said to the crowds, “I am the bread of life; whoever comes to me will never hunger, and whoever believes in me will never thirst. But I told you that although you have seen me, you do not believe. Everything that the Father gives me will come to me, and I will not reject anyone who comes to me, because I came down from heaven not to do my own will but the will of the one who sent me. And this is the will of the one who sent me, that I should not lose anything of what he gave me, but that I should raise it on the last day. For this is the will of my Father, that everyone who sees the Son and believes in him may have eternal life, and I shall raise him on the last day.”

 

The Application

 

Love of God is a gift from God, for it is God who first loved us. It is in this love that God has offered us the Eucharist, for in celebrating the Eucharist we praise God and in this praise we participate in his divinity. Since God grants us this divinity through our participation in the Eucharist, we will live through and in Christ for eternity.

 

Therefore, even in our misfortunes, we need not worry, for He will transform them as an opportunity for grace, or as a means of growing in God. If God loves us, it's because we are His children. Now we must ask ourselves this question, are we acting as God's children, in a way worthy of our own divine identity?

 

Action of the day: Believe in God’s protection.

 

«This is the will of the Father, that whoever sees the Son and believes in him shall live with eternal life»

 

Fr. Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Spain)

 

Today Jesus reveals himself as the bread of life. At first sight, the definition He makes of himself is rather curious and paradoxical; but, when we dig into it a little further, we realize that with these words the meaning of his mission is clearly stated: to save man and give him a new life. «And the will of him who sent me is that I lose nothing of what He has given me, but instead that I raise it up on the last day» (Jn 6:39). This is why, to perpetuate his saving act of giving himself for us and his presence among us, Jesus Christ has become spiritual aliment for us.

God makes it possible for us to believe in Jesus Christ and get close to him: «Yet, all that the Father gives me will come to me, and whoever comes to me, I shall not turn away. For I have come from heaven, not to do my own will but the will of the One who sent me» (Jn 6:37-38). Therefore, with our faith, let us get close to him who has decided to be our nourishment, our light and our life for, as Ignatius of Antioch affirms «faith is the principle of true life».

Jesus Christ invites us to follow him, to nourish ourselves through him, for this is what it means to see him and believe in him. At the same time, He shows us how to abide by his Father's will, just as He does. When teaching his disciples the prayer of the sons of God, the Lord's Prayer, He put together these two petitions: «Your will be done, on earth as in heaven. Give us today the bread that we need». This refers not only to the material bread, but to Himself, as the bread of eternal life whom, day after day, we have to remain very close to with the profound cohesion the Holy Spirit provides us with.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Avril 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 6,35-40): 

 

Jésus leur répondit: «Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif. Mais je vous l'ai déjà dit: vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas. Tous ceux que le Père me donne viendront à moi; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. Car je ne suis pas descendu du ciel pour faire ma volonté, mais pour faire la volonté de celui qui m'a envoyé. Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde aucun de ceux qu'il m'a donnés, mais que je les ressuscite tous au dernier jour. Car la volonté de mon Père, c'est que tout homme qui voit le Fils et croit en lui obtienne la vie éternelle; et moi, je le ressusciterai au dernier jour».

 

L’Application

 

L'amour de Dieu est un don de Dieu, car c'est Dieu qui nous a aimés le premier. C'est dans cet amour que Dieu nous a offert l'Eucharistie, car en célébrant l'Eucharistie nous louons Dieu et dans cette louange nous participons à sa divinité. Puisque Dieu nous accorde cette divinité par notre participation à l'Eucharistie, nous vivrons par et dans le Christ pour l'éternité.

Par conséquent, même dans nos malheurs, nous ne devons pas nous inquiéter, car il les transformera en une occasion de grâce, ou en un moyen de grandir en Dieu. Si Dieu nous aime, c'est parce que nous sommes ses enfants. Nous devons maintenant nous poser cette question : agissons-nous en tant qu'enfants de Dieu, d'une manière digne de notre propre identité divine ?

«Celui qui vient à moi, n'aura pas de faim»

 

Fr. Gavan JENNINGS

(Dublín, Irlande)

 

Aujourd'hui nous voyons combien ils préoccupent à Dieu notre faim et notre soif. Comment pourrions-nous continuer à penser que Dieu est indifférent devant nos souffrances ? Encore plus, trop fréquemment "nous refusons croire" au tendre amour que Dieu a pour chacun de nous. En se cachant Lui même dans l'Eucharistie, Dieu montre la distance incroyable qu'Il est disposé à parcourir pour rassasier notre soif et notre faim.

Mais: de quelle "soif" et de quelle "faim" s’agit-il ? " En définitive, c'est la faim et la soif de la "vie éternelle". La faim et la soif physiques sont seulement un reflet pâle d'un désir profond que chaque homme a devant la vie divine que seulement Christ peut nous atteindre. "C'est la volonté de mon Père : que quiconque voit le Fils et croit en Lui, ait la vie éternelle" (Jn 6,39). Et qu'est-ce que nous devons faire pour obtenir cette vie éternelle si désirée ? Un fait héroïque ou surhumain ? Non!, c'est quelque chose de beaucoup plus simple. Pour cela, Jésus dit : "Celui qui vient à moi je ne le jetterai pas dehors" (Jn 6,37). Nous devons seulement nous présenter à Lui, aller à Lui.

Ces mots de Christ nous stimulent à nous rapprocher à Lui chaque jour dans la Messe. C’est la chose la plus simple du monde!: simplement, assister à la Messe; prier et alors recevoir son Corps. Quand nous le faisons, pas seulement nous possédons cette nouvelle vie, mais de plus nous l'irradions sur les autres. Dans une homélie de la Fête-Dieu, le Pape François, alors Cardinal Bergoglio a dit : "Ainsi comme il est joli après avoir communié, pensé à notre vie comme à une Messe prolongée dans laquelle nous portons le fruit de la présence du Seigneur au monde de la famille, du quartier, de l'étude et du travail, aussi il nous fait du bien penser notre vie quotidienne comme préparation pour l'Eucharistie, dans laquelle le Seigneur prend tout ce qui est à nous et il l'offre au Père".

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Avril 2021

Gospel text

(Jn 6,30-35): 

 

The crowd said to Jesus: “What sign can you do, that we may see and believe in you? What can you do? Our ancestors ate manna in the desert, as it is written: He gave them bread from heaven to eat.” So Jesus said to them, “Amen, amen, I say to you, it was not Moses who gave the bread from heaven; my Father gives you the true bread from heaven. For the bread of God is that which comes down from heaven and gives life to the world.” So they said to Jesus, “Sir, give us this bread always.” Jesus said to them, “I am the bread of life; whoever comes to me will never hunger, and whoever believes in me will never thirst.”

 

The Application

 

Many of us think and act as if faith is the fruit of external signs and our personal efforts.That is why the people ask for a sign from heaven to believe in Jesus. Jesus comes to help us to discover the visible signs that already represent the divine presence, not only in our history, but also in our daily lives, here and now. Faith is a gift from God and we need to welcome it and accept it, as it is given to us, not in human terms, rather in divine generosity.

 

 

 

Jesus in history is already a sign for us and his presence in the Eucharist is an affirmation of the divine desire to participate in our daily lives. By participating in the Eucharist, we renew the covenant made by God to humanity through the death and resurrection of Jesus Christ.  If we do not see this event as a sign and work of divine salvific act in perpetuity, how can we believe in divine love? The refusal of this gift is a refusal of the life that God offers us.

 

Action of the day : Humbly acknowledge and accept the divine gifts.

«My Father gives you the true bread from heaven»

 

 

Fr. Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Spain)

 

 

Today in Jesus' words we can verify the confronts and the complementarity between the Old and the New Testaments: the Old Testament was an expectation of the New Testament and in the New Testament, God's promises to the fathers of the Old Testament are being fulfilled. Thus, the manna the Israelis ate in the desert was not the authentic bread from Heaven, but an anticipated image of the true bread that God, our Father, has given us in the person of Jesus Christ, whom He has sent to us as Saviour of the world. Moses begs for God to give the Israelis physical food; Jesus Christ, instead, has given Himself for us as that divine aliment yielding life.

“What sign can you do, that we may see and believe in you? What can you do?” (Jn 6:30), the Jews ask unbelieving and irreverent. Do they perhaps consider meaningless the sign of the multiplication of the bread and fish Jesus had accomplished the previous day? Why did they want yesterday to proclaim Jesus as a king while today they do not want to believe him anymore? How often can the human heart change! St. Bernard of Clairvaux said: “It is so that these impious ones wander in a circle, longing after something to gratify their yearnings, yet madly rejecting that which alone can bring them to their desired end, not by exhaustion but by attainment.” And so it happened that those Jews, engulfed by a materialistic vision, expected someone who would nourish them and would solve all their problems, but they did not want to believe; this is all they desired out of Jesus. Is not this the idea of he who is only interested in a comfortable religion, tailor-made and without any commitment?

“Sir, give us this bread always.” (Jn 6:34): I wish I could say these words, pronounced by the Jews from their materialistic look at life, with the sincerity faith provides us with; that that these words truly mean a desire to nurture myself with Jesus Christ and to live closely united to Him forever.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Avril 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 6,30-35): 

 

Ils lui dirent alors: «Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire? Quelle œuvre vas-tu faire? Au désert, nos pères ont mangé la manne; comme dit l'Écriture: Il leur a donné à manger le pain venu du ciel». Jésus leur répondit: «Amen, amen, je vous le dis: ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel; c'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde». Ils lui dirent alors: «Seigneur, donne-nous de ce pain-là, toujours». Jésus leur répondit: «Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif».

 

L’Application

 

Beaucoup d'entre nous pensent et agissent comme si la foi était le fruit de signes extérieurs et de nos efforts personnels, c'est pourquoi les gens demandent un signe du ciel pour croire en Jésus. Jésus vient nous aider à découvrir les signes visibles qui représentent déjà la présence divine, non seulement dans notre histoire, mais aussi dans notre vie quotidienne, ici et maintenant. La foi est un don de Dieu et nous devons l'accueillir et l'accepter, comme il nous est donné. 

Jésus dans l'histoire est déjà un signe pour nous et sa présence dans l'Eucharistie est une affirmation de son désir divin de participer à notre vie quotidienne. En participant à l'Eucharistie, nous renouvelons l'alliance faite par Dieu à l'humanité par la mort et la résurrection de Jésus-Christ.  Si nous ne considérons pas cet événement comme un signe et une œuvre du salut divin à perpétuité, comment pouvons-nous croire à l'amour divin ? Le refus de ce don est un refus de la vie que Dieu nous offre.

 

 

«C'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel»

 

Abbé Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui dans les paroles de Jésus, nous pouvons constater la différence et la complémentarité entre l'Ancien et le Nouveau Testament: l'Ancien est la figure du Nouveau et dans le Nouveau les promesses faites par Dieu aux patriarches dans l'Ancien parviennent à leur plénitude. Ainsi, la manne que les israélites mangèrent dans le désert n'était pas l'authentique pain du ciel, mais la figure du vrai pain que Dieu, notre Père, nous a donné chez la personne de Jésus-Christ, qu'Il a envoyé comme Sauveur du monde. Moïse demanda à Dieu, en faveur des israélites, une nourriture matérielle; Jésus-Christ, en revanche, s'offre lui-même comme aliment divin qui donne la vie.

«Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire? Quelle œuvre vas-tu faire?» (Jn 6,30), exigent les juifs, incrédules et impertinents. Le signe de la multiplication des pains et des poissons opéré par Jésus le jour précédent leur a-t-il paru de peu? Pourquoi hier voulaient-ils proclamer Jésus roi et aujourd'hui ne le croient-ils plus? Que le cœur humain est inconstant! Saint Bernard de Clairvaux dit: «Les impies tournent autour de Lui, car bien sûr ils veulent satisfaire leur désir, et sottement ils méprisent le moyen de parvenir à leur fin». C'est ce qui arrivait aux juifs: imbus d'une vision matérialiste, ils prétendaient que quelqu'un les nourrisse et résolve leurs problèmes, mais ils ne voulaient pas croire; c’était tout ce qui les intéressait de Jésus. N'est-ce pas la perspective de celui qui désire une religion commode, faite sur mesure et qui n'engage à rien?

«Seigneur, donne-nous de ce pain-là, toujours» (Jn 6,34): que ces paroles, prononcées par les juifs de leur point de vue matérialiste, je les prononce avec la sincérité que me donne la foi; qu'elles expriment vraiment le désir de me nourrir de Jésus-Christ et de vivre uni à Lui pour toujours.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Avril 2021

Gospel text

(Jn 6,22-29): 

 

After Jesus had fed the five thousand, his disciples saw him walking on the water. Next day the people who had stayed on the other side realized that only one boat had been there and that Jesus had not entered it with his disciples; rather, the disciples had gone away alone. Bigger boats from Tiberias came near the place where all these people had eaten the bread. When they saw that neither Jesus nor his disciples were there, they got into the boats and went to Capernaum looking for Jesus.

When they found him on the other side of the lake, they asked him, «Master, when did you come here?». Jesus answered, «Truly, I say to you, you look for me, not because you have seen through the signs, but because you ate bread and were satisfied. Work then, not for perishable food, but for the lasting food which gives eternal life. The Son of Man will give it to you, for he is the one the Father has marked». Then the Jews asked him, «What shall we do? What are the works that God wants us to do?». And Jesus answered them, «The work God wants is this: that you believe in the One whom God has sent».

 

The Application

 

We all search for God, without knowing the finality of this recherche. Today Jesus is inviting us to do the examination of conscience. We seek God for personal and material fulfillment or to Know Him and love Him?

 

Action of the day: Believe that God is alive and active in you.

«Work (…) for the lasting food which gives eternal life»

 

Abbé Jacques FORTIN

(Alma (Quebec), Canada)

 

Today, after the miracle of the multiplication of the loaves, the people went looking for Jesus as far as Capernaum. Then as now, people are seeking the divine. Isn't the proliferation of religious sects and esotericism proof of this thirst for all things divine?

However, some people would like to adapt this divinity to their own needs. History tells us that sometimes, there have been attempts to use the divine for political or other purposes. Today the crowd went looking for Jesus. Why? It is the question that Jesus asks when he says: «Truly, I say to you, you look for me, not because you have seen through the signs, but because you ate bread and were satisfied» (Jn 6:26). Jesus was not fooled. He knows that they were not able to read the signs for the multiplication of the loaves. He announced that what nourishes man is a spiritual food which gives us eternal life (cf. Jn 6:27). God is the one who gives us this food and he gives it to us through his Son. Anything that increases our faith in Him is the kind of food in which we should invest all our energies.

We understand why the Pope encourages us to work on a re-evangelization of our world, which often does not come to God for the good reasons. The Fathers of the Vatican II Council, in the constitution "Gaudium et Spes" ("The Church in the Modern World") remind us that: «The Church truly knows that only God, Whom she serves, meets the deepest longings of the human heart, which is never fully satisfied by what this world has to offer». And why do we continue to follow Jesus? What does the church bring to us? We must remember what Vatican II tells us! Are we convinced that the well-being this nourishment provides can be given to the world?

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Avril 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 6,22-29): 

 

Le lendemain, la foule restée sur l'autre rive du lac se rendit compte qu'il n'y avait eu là qu'une seule barque, et que Jésus n'y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui. Cependant, d'autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l'endroit où l'on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. La foule s'était aperçue que Jésus n'était pas là, ni ses disciples non plus. Alors les gens prirent les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus.

L'ayant trouvé sur l'autre rive, ils lui dirent: «Rabbi, quand es-tu arrivé ici?». Jésus leur répondit: «Amen, amen, je vous le dis: vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et que vous avez été rassasiés. Ne travaillez pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l'homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son empreinte». Ils lui dirent alors: «Que faut-il faire pour travailler aux oeuvres de Dieu?». Jésus leur répondit: «L'oeuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé».

 

L’Application

 

Nous cherchons tous Dieu, sans connaître la finalité de cette recherche. Aujourd'hui, Jésus nous invite à faire lune relecture de la vie. Cherchons-nous Dieu pour notre épanouissement personnel et besoin matériel ou pour le connaître et l'aimer ?

 

«Travaillez (…) pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle»

 

Abbé Jacques FORTIN(Alma

(Quebec), Canada)

 

Aujourd'hui après la multiplication des pains, la foule se met à la recherche de Jésus et dans leur quête ils se rendent jusqu’à Capharnaüm. D’hier comme aujourd’hui, les humains sont à la recherche du divin. La multiplication des sectes religieuses, l’ésotérisme ne sont-elles pas manifestation de cette soif du divin?

Mais certains voudraient assujettir ce divin à leurs besoins tout humains. D’ailleurs l’histoire nous révèle que parfois, il y a des tentatives pour utiliser le divin à des fins politiques ou autres. Aujourd’hui la foule s’est déplacée vers Jésus. Pourquoi? C’est la question que Jésus pose en affirmant: «Vous me cherchez, non parce que vous avez vu à travers les signes, mais parce que vous avez eu du pain et que vous avez été rassasiés» (Jn 6,26). Jésus n’est pas dupe. Il sait qu’ils n’ont pas été capables de lire le signe du pain multiplié. Il annonce que ce qui nourrit l’homme est une nourriture spirituelle qui nous permet de vivre éternellement (cf. Jn 6,27). Cette nourriture c’est lui qui la donne, il la donne à travers son Fils. Tout ce qui fait grandir la foi en Lui est une nourriture sur laquelle nous devons investir toutes nos énergies.

On comprend alors pourquoi le Pape nous incite à travailler à une ré-évangélisation de notre monde qui souvent n’est pas venu à Dieu pour les bons motifs. Les Pères du Concile Vatican II, dans la constitution "Gaudium et Spes" ("L’Église dans le monde de ce temps") nous rappelle ceci: «L’Église sait parfaitement que Dieu, seul dont elle est la servante, répond aux plus profonds désirs du cœur humain que jamais ne rassasient pleinement les nourritures terrestres». Et nous pourquoi continuons-nous à suivre ce Jésus? Que nous apporte l’Église? Rappelons-nous ce que dit le Concile Vatican II! Sommes-nous convaincus du bien-être qu’apporte cette nourriture, que nous pouvons donner au monde?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Avril 2021

Gospel text

(Jn 6,16-21): 

 

When it was evening, his disciples went down to the sea, embarked in a boat, and went across the sea to Capernaum. It had already grown dark, and Jesus had not yet come to them. The sea was stirred up because a strong wind was blowing. When they had rowed about three or four miles, they saw Jesus walking on the sea and coming near the boat, and they began to be afraid. But he said to them, “It is I. Do not be afraid.” They wanted to take him into the boat, but the boat immediately arrived at the shore to which they were heading.

 

The Application

 

How can I apply this gospel in my daily life? Firstly, I become aware that this God who loves me, always accompanies me, especially in difficult times. In such moments of life, He will come to us and say, "Do not be afraid. "

 

 

 

Second, I will not walk away from God's love. Even if I don't see Him, don't feel Him, I will tell myself that He is there with us, silently. With Him and in Him I can do anything.

 

 

 

Thirdly, the great winds, the storms, etc., are part of  my life. I must learn to accept them and live my life with them, because this God is with me. He will never abandon me.

 

Action of the day: Believe in the silent presence of God.

 

 

«It is I. Do not be afraid»

 

 

Fr. Vicenç GUINOT i Gómez

(Sant Feliu de Llobregat, Spain)

 

 

Today, Jesus disconcerts us. We were used to a Redeemer who, attentive to all kinds of human destitution, would not doubt to have recourse to his divine power. In fact, this happens just after the multiplication of the loaves and fishes to feed a large hungry crowd. But now, instead, He disconcerts us with a miracle —to walk over the waters— that looks very much like Jesus was just playing to the gallery. Certainly not! Jesus had already discarded using his divine power to look for personal sparkle or profit when, at the beginning of his mission, He refused to be tempted by the Evil one.

By walking over the waters, Jesus Christ is showing his mastery of all things created. We might, however, also see a dramatization of his dominion over the Evil one, represented by the dark and stormy sea.

“Do not be afraid.” (Jn 6:20), Jesus told them on that occasion. «But take heart! I have overcome the world» (Jn 16:33), He will tell them after the Last Supper. Lastly, it is Jesus who, that Paschal morning, told the women after He rose from the tomb: “Do not be afraid.” Through the testimony of the Apostles, we are aware of Jesus' victories over man's enemies, sin and death. This is why, today, his words resound in our heart with special strength, as they are the words of Someone who is alive.

The same words Jesus addressed Peter and the Apostles, were repeated by saint John Paul II, Peter's successor, at the beginning of his papacy: “Do not be afraid.” It was a call to open our hearts, our own existence, to the Redeemer so that with him we are not afraid to face the attacks of Christ's enemies.

Before our personal frailness to successfully carry out the missions the Lord request us to do (a vocation, an apostolic project, a service...), we may console ourselves just knowing that the Virgin Mary —after all a creature like ourselves— also heard the same words from the angel before facing the mission which the Lord had entrusted her with. Let us learn from her to accept Jesus' invitation every day, in every circumstance.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Avril 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 6,16-21): 

 

Le soir venu, les disciples de Jésus descendirent au bord du lac. Ils s'embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l'autre rive. Déjà il faisait nuit, et Jésus ne les avait pas encore rejoints. Un grand vent se mit à souffler, et le lac devint houleux. Les disciples avaient ramé pendant cinq mille mètres environ, lorsqu'ils virent Jésus qui marchait sur la mer et se rapprochait de la barque. Alors, ils furent saisis de crainte. Mais il leur dit: «C'est moi. Soyez sans crainte». Les disciples voulaient le prendre dans la barque, mais aussitôt, la barque atteignit le rivage à l'endroit où ils se rendaient.

 

L’Application

 

Comment puis-je appliquer cet évangile dans ma vie quotidienne ? Tout d'abord, je prends conscience que ce Dieu qui m'aime, m'accompagne toujours, surtout dans les moments difficiles. Dans ces moments de la vie, il va venir à nous et nous dire : " N'aie pas peur ! "

Deuxièmement, je ne m'éloignerai pas de l'amour de Dieu. Même si je ne le vois pas, ne le sens pas, je me dirai qu'il est là avec nous, en silence. Avec Lui et en Lui, je peux tout faire.

Troisièmement, les grands vents, les tempêtes, etc. font partie de ma vie. Je dois apprendre à les accepter et à vivre ma vie avec eux, car ce Dieu est avec moi. Il ne m'abandonnera jamais.

«C'est moi. Soyez sans crainte»

 

Abbé Vicenç GUINOT i Gómez

(Sant Feliu de Llobregat, Espagne)

 

Aujourd'hui Jésus nous déconcerte. Nous étions habitués à un Rédempteur qui, prêt à s'occuper de n'importe quel type d'indigence humaine, n'hésitait pas a avoir recours à son pouvoir divin. Dans les faits, l'action se déroule juste après la multiplication des pains et des poissons pour nourrir la foule affamée. Alors que, maintenant, au contraire, le miracle nous déconcerte. Marcher sur la mer ressemble, plutôt, une action faite pour épater la galerie. Mais, certainement pas! Jésus avait déjà écarté l'emploi de son pouvoir divin pour chercher un éclat ou un profit personnel lorsque, au commencement de sa mission Il avait refusé les tentations du Malin.

En marchant sur les eaux, Jésus-Christ nous montre son pouvoir sur les choses crées. Mais nous pouvons aussi y voir une mise en scène de son pouvoir sur le Malin, représenté par un lac houleux, dans la nuit.

«Soyez sans crainte» (Jn 6,20), leur disait-Il à ce moment-là. «Mais ayez confiance: moi, je suis vainqueur du monde» (Jn 16,33), leur dira-t-il plus tard, dans le Cénacle. Finalement, c'est Jésus qui dit aux femmes le matin du Pâques, après s'être relevé du sépulcre: «N’ayez pas peur». Par le témoignage des Apôtres, nous connaissons sa victoire sur les ennemis de l'homme, le péché et la mort. C'est pourquoi, aujourd'hui, ses paroles résonnent dans nos cœurs avec une force spéciale, car ce sont les paroles de Quelqu'un qui est vivant.

Les mêmes paroles que Jésus adressait à Pierre et aux Apôtres, Jean Paul II, le successeur de Pierre, les répétait au commencement de son Pontificat: «N'ayez pas peur». C'était un appel à ouvrir le cœur, notre existence même, au Rédempteur afin qu'avec Lui nous n'ayons plus peur devant les coups de tabac des ennemis du Christ.

Devant notre fragilité personnelle pour mener à bien les missions que le Seigneur nous confie (une vocation, un projet apostolique, un service...), nous sommes rassurés en apprenant que Marie aussi —créature comme nous— a entendu ces mêmes paroles, dites par l'ange avant de s'affronter à la mission que le Seigneur lui réservait. Apprenons d'elle à accueillir l'invitation de Jésus chaque jour, en chaque circonstance.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Avril 2021

Gospel text

(Jn 6,1-15): 

 

Jesus went to the other side of the Sea of Galilee, near Tiberias, and large crowds followed him because of the miraculous signs they saw when He healed the sick. So He went up into the hills and sat down there with his disciples. Now the Passover, the feast of the Jews, was at hand. Then lifting up his eyes, Jesus saw the crowds that were coming to him and said to Philip, «Where shall we buy bread so that these people may eat?». He said this to test Philip, for He himself knew what He was going to do. Philip answered him, «Two hundred silver coins would not buy enough bread for each of them to have a piece». Then one of Jesus' disciples, Andrew, Simon Peter's brother, said, «There is a boy here who has five barley loaves and two fish; but what good are these for so many?».

Jesus said, «Make the people sit down». There was plenty of grass there so the people, about five thousand men, sat down to rest. Jesus then took the loaves, gave thanks and distributed them to those who were seated. He did the same with the fish and gave them as much as they wanted. And when they had eaten enough, he told his disciples, «Gather up the pieces left over, that nothing may be lost». So they gathered them up and filled twelve baskets with bread, that is with pieces of the five barley loaves left by those who had eaten. When the people saw this sign that Jesus had just given, they said, «This is really the Prophet, he who is to come into the world». Jesus realized that they would come and take him by force to make him king; so he fled to the hills by himself.

 

The Application

 

We know this event well because the multiplication of the loaves is a prelude to the establishment of the Eucharist. Jesus takes the loaves, gives thanks to God and distributes them to the disciples. The celebration of the Eucharist teaches us, nourishes us and sends us out as missionaries of peace and reconciliation, go in the peace of Christ.

 

 

 

Jesus is at the heart of this event in His humanity and also in His divinity, yet He wanted His disciples to participate humainly, even if they will not understand everything. They will later understand the importance of this participation, because they will remember it in His absence. Every celebration of the Eucharist is a celebration of faith, faith in Jesus Christ, dead and risen.

 

 

 

It is important that we observe the conclusion made by the people. "He is truly the great Prophet, the one who comes into the world", without understanding anything, neither the act committed, nor its purpose. Today, with the additional elements, we must understand the importance of the Eucharist, our participation in the celebration, and the manifestation of the divine work. God needs our participation, so that the True Eucharist be lived by all the believers.

 

Action of the day : Learn to give what you have.

 

«He said this to test Philip, for He himself knew what He was going to do»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today, we read in the Gospel the miracle of the multiplication of the loaves: «Then Jesus took the loaves, gave thanks, and distributed them to those who were reclining, and also as much of the fish as they wanted» (Jn 6:11). The utter devastation of the Apostles facing so many hungry people makes us think of today's crowds, not on hunger, but much worse: far away from God, with a “spiritual anorexia”, preventing any participation in Easter and the possibility to meet Jesus. We do not know how to reach so many people... In today's reading, a message of hope is fluttering: lack of means does not matter; supernatural resources do; let us not be “realistic”, but “full of trust” in God. Thus, when Jesus asks Philip where could they buy some bread for all those people «He said this to test Philip, for He himself knew what He was going to do» (Jn 6:5-6). The Lord expects us to trust Him.

When looking at these “signs of the times”, we are not expecting passivity (laziness, languor for lack of fighting...), but hope: to make a miracle, the Lord wants the Apostles courage and dedication and the generosity of the boy who is willing to give some barley loaves and the two fish. Jesus also multiplies our faith, obedience and boldness, even though we cannot see right away the fruit of our efforts, just as the farmer cannot see the stalk already appearing after sowing. «Faith, without, however, allowing discouragement to overcome us; without being halted by merely human calculations. To surmount any obstacles, we must start by working, fully forcing our way into the task, so that our very effort brings us to open up new paths» (St. Josemaria Escriva), that will pop up unexpectedly.

Let us not wait for the right moment to place whatever we have at our disposal: but as soon as possible!, for Jesus is awaiting us to perform the miracle. «The troubles the world scene presents at the beginning of the new millennium lead us to think that only an intercession from above may allow us to expect a less darker future», John Paul II wrote. Let us, therefore, turn to the Virgin Mary with the Rosary, for her mediation has always been felt in so many frail moments Mankind has gone throughout history.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Avril 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 6,1-15): 

 

Après cela, Jésus passa de l'autre côté du lac de Tibériade (appelé aussi mer de Galilée). Une grande foule le suivait, parce qu'elle avait vu les signes qu'il accomplissait en guérissant les malades. Jésus gagna la montagne, et là, il s'assit avec ses disciples. C'était un peu avant la Pâque, qui est la grande fête des Juifs. Jésus leva les yeux et vit qu'une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe: «Où pourrions-nous acheter du pain pour qu'ils aient à manger?». Il disait cela pour le mettre à l'épreuve, car lui-même savait bien ce qu'il allait faire. Philippe lui répondit: «Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun ait un petit morceau de pain». Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit: «Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons, mais qu'est-ce que cela pour tant de monde!».

Jésus dit: «Faites-les asseoir». Il y avait beaucoup d'herbe à cet endroit. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes. Alors Jésus prit les pains, et, après avoir rendu grâce, les leur distribua; il leur donna aussi du poisson, autant qu'ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples: «Ramassez les morceaux qui restent, pour que rien ne soit perdu». Ils les ramassèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restaient des cinq pains d'orge après le repas. A la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient: «C'est vraiment lui le grand Prophète, celui qui vient dans le monde». Mais Jésus savait qu'ils étaient sur le point de venir le prendre de force et faire de lui leur roi; alors de nouveau il se retira, tout seul, dans la montagne.

 

L’Application

 

Nous connaissons bien cet événement car la multiplication des pains est un prélude à l'instauration de l'Eucharistie. Jésus prend les pains, rend grâce à Dieu et les distribue aux disciples. La célébration de l'Eucharistie nous enseigne, nous nourrit et nous envoie comme missionnaires de la paix et de la réconciliation, aller dans la paix du Christ.

Jésus est au cœur de cet événement dans son humanité et aussi dans sa divinité, mais il a voulu que ses disciples y participent humainement, même s'ils ne comprennent pas tout. Ils comprendront plus tard l'importance de cette participation, car ils s'en souviendront en son absence. Toute célébration de l'Eucharistie est une célébration de la foi, la foi en Jésus-Christ, mort et ressuscité.

 

Il est important que nous observions la conclusion faite par le peuple. "Il est vraiment le grand Prophète, celui qui vient dans le monde", sans rien comprendre, ni l'acte commis, ni sa finalité. Aujourd'hui, avec les éléments supplémentaires, nous devons comprendre l'importance de l'Eucharistie, notre participation à la célébration et la manifestation de l'œuvre divine. Dieu a besoin de notre participation, pour que la véritable Eucharistie soit vécue par tous les croyants. 

«Il disait cela pour le mettre à l'épreuve, car lui-même savait bien ce qu'il allait faire»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui nous lisons le récit de la multiplication des pains: «Alors Jésus prit les pains, et, après avoir rendu grâce, les leur distribua; il leur donna aussi du poisson, autant qu'ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim» (Jn 6,11). La fatigue des apôtres devant une telle foule affamée nous fait penser à une multitude actuelle, non pas affamée physiquement, mais pire encore: affamée et éloignée de Dieu, souffrant d'une “anorexie spirituelle”, qui l'empêche de participer à la Pâque et d'apprendre à connaître Jésus. Nous ne savons pas comment nourrir une telle quantité de gens… Mais il flotte dans cette lecture un air d'espérance: peu importe le manque de nos recours ce qui est essentiel ce sont les recours surnaturels, ne soyons pas “réalistes” mais soyons “confiants” en Dieu. C'est ainsi que quand Jésus demande à Philippe où ils pourraient acheter du pain «Il disait cela pour le mettre à l'épreuve, car lui-même savait bien ce qu'il allait faire» (Jn 6,5-6). Jésus attend que nous ayons confiance en Lui.

En contemplant ces “signes des temps”, nous ne voulons pas la passivité (paresse, langueur par manque d'énergie…), mais l'espérance: afin d'accomplir un miracle le Seigneur attend l'engagement des disciples ainsi que la générosité du jeune homme qui fait don des pains et de quelques poissons. Jésus augmente notre foi, obéissance et audace, même si nous ne voyons pas immédiatement le fruit de notre travail, comme le paysan qui ne voit pas la pousse après la semence. «Ayons donc foi, sans nous laisser dominer par le découragement, sans nous arrêter à des calculs purement humains. Pour surmonter les obstacles, il nous faut commencer à travailler, en nous mettant à l'ouvrage à fond, afin que notre effort lui-même nous amène à ouvrir de nouveaux sentiers» (Saint Josemaría), qui apparaîtront de manière insoupçonnée.

N'attendons pas le moment idéal pour donner de notre mieux: il faut le faire immédiatement, car Jésus n'attend que notre réponse pour accomplir son miracle. «Les difficultés qui sont présentes en ce début de millénaire dans le monde moderne nous laissent penser que seule l'intervention divine peut nous donner l'espérance d'un futur moins sombre», écrivit Jean Paul II. Alors, accompagnons la Sainte Vierge avec le Rosaire, car son intercession a été évidente aux moments les plus délicats de l'histoire de l'humanité.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0