Publié le 5 Juillet 2021

Gospel text

 (Mt 9,18-26): 

 

While Jesus was speaking to them, an official of the synagogue came up to him, bowed before him and said, «My daughter has just died, but come and place your hands on her, and she will live». Jesus stood up and followed him with his disciples. Then a woman who had suffered from a severe bleeding for twelve years came up from behind and touched the edge of his cloak. For she thought, «If I only touch his cloak, I will be healed». Jesus turned, saw her and said, «Courage, my daughter, your faith has saved you». And from that moment the woman was cured.

When Jesus arrived at the official's house and saw the flute players and the excited crowd, He said, «Get out of here! The girl is not dead. She is only sleeping!». And they laughed at him. But once the crowd had been turned out, Jesus went in and took the girl by the hand, and she stood up. The news of this spread through the whole area.

«Your faith has saved you»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today, the liturgy of the Word invites us to admire two splendid manifestations of faith. So splendid were they that they deserved to move Jesus Christ's heart —immediately!— provoking his reaction. Our Lord does not allow himself to be won over in generosity!

«My daughter has just died, but come and place your hands on her, and she will live» (Mt 9:18). We could almost say that a strong faith as such can “oblige” God. But, He likes that kind of obligation. The other testimony of faith of today's Gospel is also equally impressive: «If I only touch his cloak, I will be healed» (Mt 9:21). Both Jesus' reaction and the end result of this dialogue of faith are quite radical: «Courage, my daughter, your faith has saved you» (Mt 9:22).

We could even affirm that God gladly lets our good faith to “manipulate” him. What, instead, He does not admit is that we try to tempt him with our mistrust. This was the case with Zechariah, who asked evidence from Gabriel, the archangel: «Then Zechariah said to the angel, ‘How shall I know this?’» (Lk 1:18). The Archangel did not shrink an inch: «And the angel said to him in reply, ‘I am Gabriel, who stand before God (...). But now you will be speechless and unable to talk until the day these things take place, because you did not believe my words, which will be fulfilled at their proper time’» (Lk 1:19-20). And so it was.

It is He who wants to “oblige and commit himself” with our faith: «So I say to you, Ask, and it will be given you; search, and you will find; knock, and the door will be opened» (Lk 11:9). He is our Father and He does not want to refuse anything that is convenient for his children.

But we must entrust our petitions to him with confidence; confidence and naturalness with God require treatment: to trust somebody we must know him; and to know him we must treat him. Thus, «faith provokes prayer, and when prayer arises it makes faith strong» (St. Augustine). Let us not forget the praise the Virgin Mary deserved: «Blessed is she who has believed that what the Lord has said to her will be accomplished!»
(Lk 1:45).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 9,18-26): 

 

Tandis que Jésus leur parlait ainsi, voilà qu'un chef s'approcha; il se prosternait devant lui en disant: «Ma fille est morte à l'instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra». Jésus se leva et se mit à le suivre, ainsi que ses disciples. Et voilà qu'une femme souffrant d'hémorragies depuis douze ans s'approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même: «Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée». Jésus se retourna, la vit et lui dit: «Confiance, ma fille! Ta foi t'a sauvée». Et la femme fut sauvée à l'heure même.

Jésus, arrivé à la maison du chef, dit, en voyant les joueurs de flûte et l'agitation de la foule: «Retirez-vous. La jeune fille n'est pas morte: elle dort». Mais on se moquait de lui. Quand il eut mis la foule dehors, il entra et saisit la main de la jeune fille, qui se leva. Et la nouvelle se répandit dans tout ce pays.

«Ta foi t'a sauvée»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, la liturgie de la Parole nous invite à admirer deux magnifiques manifestations de foi. Si magnifiques qu'elles méritèrent d'émouvoir le cœur de Jésus-Christ et de provoquer sa réponse immédiate. Le Seigneur ne se laisse pas gagner en générosité!

«Ma fille est morte à l'instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra» (Mt 9,18). Nous pourrions presque dire qu'une foi ferme “oblige” Dieu. Ce genre d'obligation est particulièrement de Son goût. L'autre témoignage de foi dans l'Évangile d'aujourd'hui est aussi impressionnant. «Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée» (Mt 9,22).

L'on pourrait même dire que Dieu se laisse “manipuler” de bon gré par notre bonne foi. Ce qu'il n'admet pas, c'est que nous le tentions par manque de foi. Ce fut le cas de Zacharie, qui demanda une preuve à l'archange Gabriel: «Zacharie dit à l'ange: ‘A quoi connaîtrai-je cela?’» (Lc 1,18). L'archange ne recula pas d'un poil: «Moi je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu (…). Et voici que tu vas être réduit au silence et sans pouvoir parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, lesquelles s'accompliront en leur temps» (Lc 1,19-20). Et c'est ce qu'il advint.

C'est Lui-même qui veut “s'obliger” et “se lier” par notre foi: «Et moi je vous dis: demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira» (Lc 11,9). Il est notre Père et ne veut rien refuser de ce qui convient à ses enfants.

Mais il faut lui manifester nos demandes avec simplicité; la confiance et le naturel avec Dieu exigent de Le fréquenter: pour confier en quelqu'un nous devons le connaître; et pour le connaître, il faut le fréquenter. De la sorte, «la foi fait jaillir la prière, et la prière, dès qu'elle jaillit, atteint la fermeté de la foi» (Saint Augustin). N'oublions pas la louange que mérita sainte Marie: «Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur!» (Lc 1,45).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juillet 2021

Gospel text

(Jn 20,24-29): 

 

Thomas, called Didymus, one of the Twelve, was not with them when Jesus came. So the other disciples said to him, “We have seen the Lord.” But Thomas said to them, “Unless I see the mark of the nails in his hands and put my finger into the nailmarks and put my hand into his side, I will not believe.” Now a week later his disciples were again inside and Thomas was with them. Jesus came, although the doors were locked, and stood in their midst and said, “Peace be with you.” Then he said to Thomas, “Put your finger here and see my hands, and bring your hand and put it into my side, and do not be unbelieving, but believe.” Thomas answered and said to him, “My Lord and my God!” Jesus said to him, “Have you come to believe because you have seen me? Blessed are those who have not seen and have believed.”

 

The Application

 

Today, in remembering St Thomas, we are invited to believe without having seen. Since faith is a gift from God, the visible and palpable elements are not the essential elements, even if they are important for Thomas. We share perfectly this humanity of Thomas, which is ours.  God, who is full of mercy, will accompany us in our walk towards the Lord, as He accompanied Thomas.

 

 

 

Thomas' absence from a first important meeting and his refusal to accept the resurrection helps us to hope in the difficult moments of life. The new appointment proposed by the Lord will be proposed to us also today, if we remain sincere in our search for the Lord. We must never forget the profession of faith of St. Thomas, "My Lord and my God", the first to declare Jesus as God.

 

The Lord, however, rebuked him and still does today, saying that we lack faith. To trust in God, even if we see nothing to look forward to, is already an expression of faith. Like Thmas, let us take our step towards the Lord and He will come to us with the solution.

 

Action of the day: Be a believer

 

«My Lord and my God!»

 

+ Fr. Joan SERRA i Fontanet

          (Barcelona, Spain)

 

Today, the Church celebrates the festivity of St. Thomas. After describing the apparition of Jesus on Easter Sunday, John the Evangelist, tell us that the apostle Thomas was not with them, and when the Apostles —who had seen the Lord— were bearing witness of him, Thomas replied: “Unless I see the mark of the nails in his hands and put my finger into the nailmarks and put my hand into his side, I will not believe.” (Jn 20:25).

Jesus is good with Thomas and meets him. Eight days later, Jesus appears once more and tells Thomas: “Put your finger here and see my hands, and bring your hand and put it into my side, and do not be unbelieving, but believe.” (Jn 20:27).

—O Jesus, you are so good! If you ever see me moving away from You, come to meet me, as you did to meet Thomas.

These words were Thomas' reaction: “My Lord and my God!” (Jn 20:28). How beautiful these words are! Thomas calls him “Lord” and “God”. He makes an act of faith in the divinity of Jesus. When seeing him resurrected, Thomas not only sees Jesus the man, with the Apostles and eating with them, but his Lord and his God.

Jesus reprimands him and tells him not to be incredulous but a believer, and He adds: “Blessed are those who have not seen and have believed.” (Jn 20:28). We have not seen the crucified Christ or the resurrected Christ either, nor has He appeared to us, but we are happy because we believe in this Jesus Christ that has died and resurrected for us.

Let us therefore pray: “My Lord and my God, take from me everything that distances me from you. My Lord and my God, give me everything that brings me closer to you. My Lord and my God, detach me from myself to give my all to you.”
(St. Nicholas of Flüe).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 20,24-29): 

 

Or, l'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie: Jumeau) n'était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient: «Nous avons vu le Seigneur!». Mais il leur déclara: « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas!».

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit: «La paix soit avec vous!». Puis il dit à Thomas: «Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant». Thomas lui dit alors: «Mon Seigneur et mon Dieu!». Jésus lui dit: «Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu».

 

L’Application

 

Aujourd'hui, en faisant mémoire de saint Thomas, nous sommes invités à croire sans avoir vu. La foi étant un don de Dieu, les éléments visibles et palpables ne sont pas les éléments essentiels, même s'ils sont importants pour Thomas. Nous partageons parfaitement cette humanité de Thomas, qui est la nôtre.  Dieu, qui est plein de miséricorde, nous accompagnera dans notre marche vers le Seigneur, comme il a accompagné Thomas.

L'absence de Thomas à une première rencontre importante et son refus d'accepter la résurrection nous aident à espérer dans les moments difficiles de la vie. Le nouveau rendez-vous proposé par le Seigneur nous sera proposé aujourd'hui aussi, si nous restons sincères dans notre recherche du Seigneur. Nous ne devons jamais oublier la profession de foi de saint Thomas, "Mon Seigneur et mon Dieu", le premier à déclarer que Jésus est Dieu.

Mais le Seigneur l'a réprimandé, et le fait encore aujourd'hui, en disant que nous manquons de foi. Avoir confiance en Dieu, même si nous ne voyons rien à attendre, est déjà une expression de la foi. Comme Thomas, faisons un pas vers le Seigneur et il viendra à nous avec la solution.

«Mon Seigneur et mon Dieu!»

 

+ Abbé Joan SERRA i Fontanet

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous célébrons le jour de la Saint Thomas. Jean, l'évangéliste, après avoir décrit l'apparition de Jésus, le jour même de la résurrection, rajoute que Thomas, l'apôtre, n'était pas présent, et lorsque les autres Apôtres, qui avaient vu le Seigneur lui en parlèrent, celui-ci répondit: «Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas» (Jn 20,25).

Jésus dans sa bonté va à la rencontre de Thomas. Huit jours après, Jésus vient encore parmi eux et dit à Thomas: «Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant» (Jn 20,27).

—Oh Jésus que tu es bon! Si jamais tu vois que je m'éloigne de toi, viens à ma rencontre comme tu l'as fait avec Thomas.

La réaction de Thomas fut la suivante: «Mon Seigneur et mon Dieu» (Jn 20,28). Qu'elles sont belles les paroles de Thomas! Il l'appelle “Seigneur” et “Dieu”. Il y a dans ces paroles un acte de foi dans la divinité de Jésus. En le voyant ressuscité, il ne voit plus seulement l'homme Jésus, qui était avec les Apôtres et qui mangeait avec eux, mais il voit aussi son Dieu et son Seigneur.

Jésus le gronde en lui disant de ne plus être incrédule mais croyant et Il ajoute: «Heureux ceux qui croient sans avoir vu» (Jn 20,28) Nous, nous n'avons pas vu Jésus crucifié, ni Jésus ressuscité, et Il ne nous est pas apparu, néanmoins, nous sommes heureux car nous croyons en ce Jésus-Christ qui est mort et qui est ressuscité pour nous.

Alors, prions ainsi: «Mon Seigneur et mon Dieu enlève de mon chemin tout ce qui m'éloigne de toi; mon Seigneur et mon Dieu donne moi tout ce qui me rapproche de toi; mon Seigneur et mon Dieu, fais que je m'oublie moi-même afin de me donner entièrement à toi» (Saint Nicolas de Flüe).

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 9,9-13): 

 

As Jesus moved on from there, He saw a man named Matthew at his seat in the custom-house, and he said to him, «Follow me». And Matthew got up and followed him. Now it happened, while Jesus was at table in Matthew's house, many tax collectors and other sinners joined Jesus and his disciples. When the Pharisees saw this they said to his disciples, «Why is it that your master eats with those sinners and tax collectors?». When Jesus heard this he said, «Healthy people do not need a doctor, but sick people do. Go and find out what this means: ‘What I want is mercy, not sacrifice’. I did not come to call the righteous but sinners».

 

The Application

 

 

God loves us and in His mercy He accompanies us. We become aware that we are all weak and it is difficult to be always faithful to the divine promise. Like Abraham, we can also face up to just trials and in our faithfulness we will discover how much God helps us to live our lives fully.

 

 

 

It is in this fidelity that Matthew is called to follow the Lord and on his journey with Jesus, he will discover God's mercy, particularly in the way Jesus will welcome his friends with joy. Very often, we are those Pharisees who judge others as sinners and we shut ourselves in, without being able to taste the  divine mercy.

 

 

 

Like Matthew, each of us is invited to respond to this divine call. A call to be with the Lord, a call to become his friends, a call to become the Christ for the beloved of the Father. Matthew responded positively to this call. How do we want to respond to this divine call?

 

Action of the  day:  Courage, follow the Lord.

«Follow me»

 

+ Fr. Pere CAMPANYÀ i Ribó

(Barcelona, Spain)

 

Today, the Gospel speaks to us of a vocation, that of Matthew the publican. Jesus is preparing a small group of disciples that would continue his work of Salvation. And He chooses whom He wants: whether fishermen or from humble professions. He even calls to follow him, a tax collector, a highly abhorred role by the Jews —who considered themselves as perfect Law-abiding citizens—, because they saw it as tantamount to having a sinful life, as they collected taxes in the name of the roman governor, whom they did not want to submit to.

It suffices with Jesus beckoning him to his service: «Follow me» (Mt 9:9). A single word by the Master, and Matthew leaves his profession and, happily, invites him to his home to celebrate with a joyous dinner. It was only natural that Matthew had a group of good friends, of the same “professional guild”, to join him at his table. But, according to the Pharisees, all that kind of people were confirmed sinners publicly recognized as such.

The Pharisees could not therefore silence it and they comment with some of Jesus' disciples: «Why is it that your master eats with those sinners and tax collectors?» (Mt 9:10). Jesus' answer is immediate: «Healthy people do not need a doctor, but sick people do» (Mt 9:12). The comparison is perfect: «I did not come to call the righteous but sinners» (Mt 9:13).

These words of the Gospel are topical. Jesus keeps on inviting us to follow him, each one of us according to his condition and profession. And, more often than not, to follow Jesus means to leave behind some messy passions, or some poor family relationships, or just a waste of time, to allot some moments to prayer, to the Eucharist feast or to some missionary pastoral care. In other words «no Christian ought to think of him as his own master, for he is submitted to God's service» (St. Ignatius of Antioch).

Jesus is, indeed, asking me to change my life, so I wonder: which group do I belong to, to the perfect persons or to those who sincerely accept they can dramatically improve?
For I can improve, can't I?

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 9,9-13): 

 

Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit: «Suis-moi». L'homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples: «Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs?». Jésus, qui avait entendu, déclara: «Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole: C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs».

 

L’Application

 

Dieu nous aime et dans sa miséricorde, il nous accompagne. Nous prenons conscience que nous sommes tous faibles et qu'il est difficile d'être toujours fidèle à la promesse divine. Comme Abraham, nous pouvons aussi faire face à de justes épreuves et dans notre fidélité, nous découvrirons combien Dieu nous aide à vivre pleinement notre vie.

C'est dans cette fidélité que Matthieu est appelé à suivre le Seigneur et sur son chemin avec Jésus, il découvrira la miséricorde de Dieu, notamment dans la manière dont Jésus accueillera ses amis avec joie. Très souvent, nous sommes ces pharisiens qui jugent les autres comme des pécheurs et nous nous enfermons, sans pouvoir goûter à la miséricorde divine.

Comme Matthieu, chacun de nous est invité à répondre à cet appel divin. Un appel à être avec le Seigneur, un appel à devenir ses amis, un appel à devenir le Christ pour les bien-aimés du Père. Matthieu a répondu positivement à cet appel. Comment voulons-nous répondre à cet appel divin ?

«Suis-moi»

 

+ Abbé Pere CAMPANYÀ i Ribó

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous parle d'une vocation, celle du publicain Mathieu. Jésus prépare le petit groupe des disciples qui devront continuer sa mission de salut. Il prend ceux qu'Il veut: des pêcheurs ou des gens d'un métier humble. Ainsi Il appelle un publicain à le suivre, profession qui était mal vue par les juifs, qui se considéraient eux comme étant les parfaits témoins de la loi, et qui se disaient que cette profession se rapprochait un peu trop d'une vie de péché car ils percevaient les impôts au nom du gouverneur romain auquel ils ne voulaient pas se soumettre.

L'invitation de Jésus est suffisante: «Suis-moi» (Mt 9,9). Avec un seul mot du Maître, Mathieu abandonne sa profession et dans sa joie il l'invite chez lui pour un festin pour le remercier. Il va de soi que Mathieu avait de bons amis qui exerçaient le même métier que lui et qui étaient à ses cotés pour fêter cet événement. D'après les pharisiens, ils étaient tous des pécheurs reconnus par tout le monde comme tels.

Les pharisiens ne peuvent pas se taire et font des commentaires aux disciples: «Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs» (Mt 9,10). La réponse de Jésus ne se fait pas attendre: «Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades» (Mt 9,12). L'analogie est parfaite: «Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs» (Mt 9,13).

Les paroles de cet Évangile sont toujours d'actualité. Jésus continue à nous inviter à le suivre, chacun selon sa condition et sa profession. Suivre Jésus, veut dire très souvent, abandonner nos passions désordonnées, nos mauvais comportements familiaux, le gaspillage du temps pour consacrer du temps à la prière, au banquet eucharistique, à l'évangélisation. Enfin, tout cela veut dire «qu'un chrétien n'est pas son propre maître, mais qu'il s'offre au service de Dieu» (Saint Ignace d'Antioche)

Certainement, Jésus me demande des changements dans ma vie, et je me demande à quel groupe de personnes j'appartiens, à ceux qui se sentent parfaits ou bien à ceux qui se reconnaissent sincèrement comme étant imparfaits? Je peux vraiment m'améliorer, n'est-ce pas?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Juin 2021

Gospel text

(Mt 9,1-8): 

 

Jesus got back into the boat, crossed the lake again, and came to his hometown. Here they brought a paralyzed man to him, lying on a bed. Jesus saw their faith and said to the paralytic, «Courage, my son! Your sins are forgiven». Then some teachers of the Law said to themselves, «This man insults God». Jesus was aware of what they were thinking, and said, «Why have you such evil thoughts? Which is easier to say: ‘Your sins are forgiven’ or ‘Stand up and walk’? You must know that the Son of Man has authority on earth to forgive sins». He then said to the paralyzed man, «Stand up! Take your stretcher and go home». The man got up, and went home. When the crowds saw this, they were filled with awe and praised God for giving such power to human beings.

 

The Application

 

In these days in the first reading we hear the story of Abraham and his faith. Today we are given his trial, as God wanted the life of his child, the only hope of his generation. Arise, is a call that Abraham learned to answer well. We see it in today's Gospel, "Arise and walk", walk in a totally unknown direction, trusting in divine providence. When God helps us to stand up, and when we respond positively to his call, he takes away all our sins, along with them.

 

 

 

All those who responded positively to this divine call were never disappointed. In our daily lives, we must learn to respond positively to God's call. There we will discover how God walks with us and in us, participating in our daily joys and sorrows. Rejuvenated by this divine presence, others around us will witness how we respond to this divine call, and give glory to God. Thus our life itself will be glorfying God, et a witnessing life.

 

Action of the day : Let your act glorify God.

 

«Stand up! Take your stretcher and go home»

 

Fr. Francesc NICOLAU i Pous

(Barcelona, Spain)

 

Today, we find one of the many evangelic manifestations evidencing the merciful goodness of the Lord. They all show many aspects, rich in details. Jesus' compassion, mercifully exerted, goes from resurrecting the dead or healing a leper to forgive a public woman sinner and going through the healing of many ailments and acceptance of repented sinners. The latter can also be found in parables, as the lost sheep, the lost drachma or the prodigal son.

Today's Gospel is another instance of the Saviour's mercy, in two different aspects at the same time: the illness of the body and the sickness of the soul. And, the soul being more important Jesus starts with it. He knows the sick man has repented of his faults, He sees his faith and that of those bringing him, and says: «Courage, my son! Your sins are forgiven» (Mt 9:2).

Why does He start like this without his having been asked to do so? He is, of course, aware of what the paralytic is thinking and He knows this is what he will appreciate the most, for when facing the sanctity of Jesus, the paralytic might feel confused and ashamed of his own faults and scared that they may hamper his healing. So the Lord wants to calm him first. Jesus does not care whether some teachers of the law murmur in their hearts. Not only, but a part of his message is to prove He has come to show his mercy towards sinners, and He now proclaims it.

And so, it happens that, while those blinded by their pride, think of themselves as if they were the only just ones and cannot accept Jesus' claim, those that sincerely consider themselves as sinners, do take Him in. It is towards those God condescends to forgive them. As St. Augustine says: «Great misery is a proud man, but a humble God's mercy is even greater». And, in this case, the divine mercy goes even further: as an additional complement of his forgiveness He heals the paralytic too: «Stand up! Take your stretcher and go home» (Mt 9:6). Jesus wants the sinner's joy to be complete.

We must reaffirm our confidence in him. But, we should remember we are also sinners, so let us not close ourselves to his Grace.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 30 Juin 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 9,1-8): 

 

Jésus monta en barque, traversa le lac et alla dans sa ville de Capharnaüm. Et voilà qu'on lui apportait un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé: «Confiance, mon fils, tes péchés sont pardonnés». Or, quelques scribes se disaient: «Cet homme blasphème». Mais Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit: «Pourquoi avez-vous en vous-mêmes des pensées mauvaises? Qu'est-ce qui est le plus facile de dire: ‘Tes péchés sont pardonnés’, ou bien de dire: ‘Lève-toi et marche’? Eh bien! pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés...», alors, il dit au paralysé: «Lève-toi, prends ta civière, et rentre chez toi». L'homme se leva et rentra chez lui. En voyant cela, la foule fut saisie de crainte, et elle rendit gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

 

L’Application

 

Ces jours-ci, la première lecture nous raconte l'histoire d'Abraham et de sa foi. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à son épreuve, car Dieu a voulu la vie de son enfant, le seul espoir de sa génération. Lève-toi, est un appel auquel Abraham a appris à bien répondre. Nous le voyons dans l'Évangile d'aujourd'hui, "Lève-toi et marche", marche dans une direction totalement inconnue, en faisant confiance à la providence divine. Quand Dieu nous aide à nous lever, et quand nous répondons positivement à son appel, il enlève tous nos péchés, avec eux.

Tous ceux qui ont répondu positivement à cet appel divin n'ont jamais été déçus. Dans notre vie quotidienne, nous devons apprendre à répondre positivement à l'appel de Dieu. Nous y découvrirons comment Dieu marche avec nous et en nous, participant à nos joies et à nos peines quotidiennes. Rajeunis par cette présence divine, les autres autour de nous seront témoins de la façon dont nous répondons à cet appel divin, et rendront gloire à Dieu. Ainsi, notre vie elle-même sera une gloire pour Dieu, une vie de témoignage. 

«Lève-toi, prends ta civière, et rentre chez toi»

 

Abbé Francesc NICOLAU i Pous

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous trouvons un des nombreux témoignages évangéliques de la bonté miséricordieuse du Seigneur. Ils nous montrent tous des aspects riches en détails. La compassion de Jésus exercée avec la plus grande miséricorde s'étend de la résurrection d'un mort ou de la guérison d'un lépreux, au pardon accordé à une pécheresse connue publiquement en passant par toutes sortes de guérisons de malades et à l'accueil des pécheurs repentis. Ce dernier point Il l'exprime par des paraboles comme celle de la brebis égarée, et celle du fils prodigue.

L'Évangile d'aujourd'hui nous démontre la miséricorde du Sauveur sous deux aspects en même temps: face à l'infirmité du corps et à celle de l'âme. Et étant donné que celle de l'âme est la plus importante, Jésus commence par celle-ci. Il sait que le malade s'est repenti de ses péchés, Il voit sa foi et celle de ceux qui l'amènent et Il lui dit: «Confiance, mon fils, tes péchés sont pardonnés» (Mt 9,2).

Pourquoi commence-t-Il toujours par dire cela quand personne ne le lui demande? C'est clair qu'Il lit dans les pensées et Il sait que c'est pour cela que le paralysé lui sera plus reconnaissant, car en présence de la sainteté de Jésus, il aurait probablement expérimenté confusion et honte pour ses péchés et une certaine crainte qu'ils soient un obstacle à sa guérison. Le Seigneur veut le mettre à l'aise. Peu importe que les docteurs de la loi murmurent dans leurs cœurs. Au contraire, montrer qu'Il est venu pour exercer la miséricorde envers les pécheurs fait partie de sa mission et Il veut le proclamer ainsi.

Ceux qui sont aveuglés par leur orgueil pensent qu'ils sont des justes, et n'acceptent pas l'appel de Jésus, par contre ceux qui se considèrent sincèrement comme des pécheurs l'accueillent. Devant eux c'est le Seigneur qui s'abaisse pour les pardonner. Comme le dit Saint Augustin: «L'homme orgueilleux est une grande misère, mais beaucoup plus grande est la miséricorde humble de Dieu». Et dans le cas présent, la miséricorde divine va encore plus loin: non seulement Il lui pardonne tout mais Il lui rend la santé: «Lève-toi, prends ta civière, et rentre chez toi» (Mt 9,6). Jésus veut que la joie du pécheur converti soit totale.

Notre confiance dans le Seigneur doit se renforcer. Mais, considérons-nous toujours comme pécheurs afin de ne pas fermer notre cœur à la grâce.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 29 Juin 2021

Gospel text

(Mt 8,28-34): 

 

When Jesus came to the territory of the Gadarenes, two demoniacs who were coming from the tombs met him. They were so savage that no one could travel by that road. They cried out, “What have you to do with us, Son of God? Have you come here to torment us before the appointed time?” Some distance away a herd of many swine was feeding. The demons pleaded with him, “If you drive us out, send us into the herd of swine.” And he said to them, “Go then!” They came out and entered the swine, and the whole herd rushed down the steep bank into the sea where they drowned. The swineherds ran away, and when they came to the town they reported everything, including what had happened to the demoniacs. Thereupon the whole town came out to meet Jesus, and when they saw him they begged him to leave their district.

 

The Application

 

It is difficult to accept the disturbance. Abraham is confronted with the jealousy of his wife and it seems to us that God has proved her right. Even in today's gospel, people did not want to welcome the Lord and they were disturbed by the Lord's act. To our surprise, the Lord has accepted their request.

I am not comparing these events. However, I would like to share with you my personal feeling. Like Abraham, in our daily lives, if we have the courage to consult and obey God, we will feel not only the fulfillment of God's will in us, but also how God protects Ishmael, the son of Hagar. God does not abandon anyone. Even in the weakness of our brothers and sisters that Lord is capable of bring good out of it.

 

To do this, we must let God work in us, in His way and in His time. If we put our trust in the Lord and be faithful to what God commands us, God will not let demons dominate us, for we are his children. We must therefore discern and act with dignity, as children of God, full of love and mercy. Since God is free, he will leave this region, at their own request. Let us pray that, in our freedom, we do not drive the Lord away from us. Let us remain connected to God, as the branches are connected to the Vine.

 

Action of the day: Listen to your interior impulsions.

 

«They begged him to leave their district»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today, we are given to contemplate a sad contrast. “Contrast” because we admire the power and divine majesty of Jesus Christ, to whom the demons submit voluntarily (a certain sign of the arrival of the Kingdom of heaven). But, at the same time, we deplore the narrowness and stinginess which the human heart is capable of, when refusing the bearer of Good News: “The whole town came out to meet Jesus, and when they saw him they begged him to leave their district” (Mt 8:34). And “sad” because “The true light, which enlightens everyone (...) came to what was his own, but his own people did not accept him” (Jn 1:9-11).

More contrast and more confusion when we pay attention to the fact that man is free and this freedom has the “power to halt” God's infinite power. In other words: the infinite divine power can go as far as our “powerful” freedom allows. And this is so because God loves us mainly with a Father's love. As a Father, we should not be surprised that He is so respectful of our freedom: He does not impose his love upon us; He just proposes it to us.

God, with infinite wisdom and goodness, providentially rules the Universe while respecting our freedom; even when this freedom turns its back on Him and does not want to accept his will. Contrary to what it may seem, He does not let the world out of his hands: God always brings everything to a good conclusion, despite all hindrances we can raise against him. In fact, these hindrances are, first of all, turning against us.

However, we can affirm: «before human freedom God has wanted to become “powerless”. And it can also be said that God pays for the great gift [our freedom] given to a being created in his image and likeness [man]» (Saint John Paul II). God pays! If we throw Him out, He obeys and goes away. He pays, but we lose. On the other hand, we come out winning when we respond like the Virgin Mary: “I am the handmaid of the Lord. May it be done to me according to your word” (Lk 1:38).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 29 Juin 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 8,28-34): 

 

Comme Jésus arrivait sur l'autre rive du lac, dans le pays des Gadaréniens, deux possédés sortirent du cimetière à sa rencontre; ils étaient si méchants que personne ne pouvait passer par ce chemin. Et voilà qu'ils se mirent à crier: «Que nous veux-tu, Fils de Dieu? Es-tu venu pour nous faire souffrir avant le moment fixé?». Or, il y avait au loin un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Les démons suppliaient Jésus: «Si tu nous expulses, envoie-nous dans le troupeau de porcs». Il leur répondit: «Allez-y». Ils sortirent et ils s'en allèrent dans les porcs; et voilà que, du haut de la falaise, tout le troupeau se précipita dans la mer, et les porcs moururent dans les flots. Les gardiens prirent la fuite et s'en allèrent en ville annoncer tout cela, avec l'affaire des possédés. Et voilà que toute la ville sortit à la rencontre de Jésus; et lorsqu'ils le virent, les gens le supplièrent de partir de leur région.

 

L’Application

 

Il est difficile d'accepter cette perturbation. Abraham est confronté à la jalousie de sa femme et il nous semble que Dieu lui a donné raison. Même dans l'évangile d'aujourd'hui, les gens ne voulaient pas accueillir le Seigneur et ils ont été perturbés par l'acte du Seigneur. Je ne compare pas ces événements. Cependant, je voudrais partager avec vous mon sentiment personnel. Comme Abraham, dans notre vie quotidienne, si nous avons le courage de consulter Dieu et de lui obéir, nous sentirons non seulement l'accomplissement de la volonté de Dieu en nous, mais aussi comment Dieu protège Ismaël, le fils d'Agar. Dieu n'abandonne personne.

Pour cela, nous devons laisser Dieu agir en nous, à sa manière et en son temps. Dieu ne laissera pas les démons nous dominer, car nous sommes ses enfants. Nous devons donc discerner et agir avec dignité, comme des enfants de Dieu, pleins d'amour et de miséricorde. Puisque Dieu est libre, il quittera cette région, à leur propre demande. Prions pour que, dans notre liberté, nous ne chassions pas le Seigneur loin de nous. Restons reliés à Dieu, comme les branches s'attachent à la Vigne.

«Les gens le supplièrent de partir de leur région»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous contemplons un triste contraste. “Contraste”, car nous admirons le pouvoir et la majesté divine de Jésus-Christ, auquel les démons sont soumis (signe certain de la venue du Royaume des cieux). Mais, en même temps, nous déplorons l'étroitesse de vue et la mesquinerie dont est capable le cœur humain lorsqu'il rejette le porteur de la Bonne Nouvelle: «Et voilà que toute la ville sortit à la rencontre de Jésus; et lorsqu'ils le virent, les gens le supplièrent de partir de leur région» (Mt 8,34). Et “triste” parce que «la vraie lumière est venue vers les siens, mais les siens ne l'ont pas reçu» (Jn 1,9.11).

Plus de contraste et plus de surprise, si nous considérons que l'homme est libre et que cette liberté a le “pouvoir d'arrêter” le pouvoir infini de Dieu. Dit d'une autre façon: l'infinie puissance divine parvient jusqu'où le lui permet notre “puissante” liberté. Et il en va ainsi parce que Dieu nous aime principalement avec un amour de Père et, par conséquent, il ne faut pas nous étonner qu'il soit très respectueux de notre liberté: Il n'impose pas son amour, mais nous le propose.

Dieu, avec une sagesse et une bonté infinies, gouverne providentiellement l'univers, en respectant notre liberté; même quand cette liberté humaine Lui tourne le dos et refuse sa volonté. Pour autant, le monde ne s’échappe pas de ses mains: Dieu conduit tout à son terme, en dépit des obstacles que nous pouvons présenter. De fait, nos obstacles sont, avant tout, des entraves pour nous-mêmes.

Malgré tout, l'on peut affirmer que «face à la liberté humaine, Dieu a voulu se faire “impuissant”. Et l'on peut aussi dire que Dieu paye pour ce grand don [la liberté] qu'Il a accordé à une créature faite par Lui à son image et ressemblance [l'homme]» (Jean-Paul II). Dieu paye ! Si nous le rejetons, Il obéit et s'en va. Il paye, mais c'est nous qui perdons. Nous sommes gagnants, en revanche, quand nous répondons comme Sainte Marie: «Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole» (Lc 1,38).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0