Publié le 23 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 19,25-27): 

 

Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

 

L'Application

 

 

Quelle joie de célébrer la maternité de Marie, en ce mois de mai ? Voici ta mère" et nous sommes tous invités à la faire nôtre et à apprendre de sa maternité comment nous pouvons être ses dignes enfants. Debout aux pieds de la Croix, elle a prouvé à l'humanité entière qu'elle sera à nos côtés, non seulement dans les moments de joie de la vie, comme à Cana, mais aussi dans les moments douloureux de la vie. Le jour de la Pentecôte, nous avons un modèle parfait pour notre prière. Elle prie avec nous, elle nous unit à son fils et se joint à nous dans nos célébrations quotidiennes. Ainsi, elle devient dans sa fidélité au Fils, non seulement notre mère individuelle, mais aussi la mère de l'Église universelle que son fils a voulue. Apprenons de sa maternité, à porter son fils dans la joie et à le protéger dans nos frères et sœurs, quand ils sont crucifiés et jugés. 

 

« Voici ta mère »

 

Abbé Alexis MANIRAGABA

(Ruhengeri, Rwanda)

 

Aujourd'hui, nous faisons mémoire de Marie, Mère de l’Église. De ce sens, nous comprenons la maternité spirituelle de Marie en connexion avec l’Eglise qui est en soi Mère du peuple de Dieu car «on ne peut avoir Dieu pour Père si on n’a pas l’Église pour Mère» (Saint Cyprien). Marie est Mère du Fils de Dieu mais aussi Mère de ceux qui aiment son Fils et les bien-aimés de son Fils en conformité avec «Femme, voilà ton fils ; disciple, voilà ta mère» (Jn 19,26-27), dit Jésus. Livrant son corps aux hommes et remettant son esprit à son Père, Jésus a donné même sa Mère à ses amis.

E le plus grand amour est celui que Jésus aime l’Eglise (Ep 5,25) dont font partie ses amis. Ainsi, les enfants adoptifs de Dieu ne peuvent-ils avoir Jésus pour frère que s’ils n’ont pas Marie pour Mère parce que, tout en aimant son Fils, Marie aime l’Eglise dont elle est membre éminent. Ce qui signifie que Marie n’est pas supérieur à l’Eglise mais elle est «mère des membres du Christ» (Saint Augustin).

Le Concile Vatican II ajoute que la naissance de Marie a coopéré «à la naissance dans l'Eglise des fidèles qui sont les membres de ce Chef (Jésus)» (Lumen Gentium, n. 53). En plus, étant au centre des apôtres au cénacle (Ac 1,14), Marie, Mère de l’Église rappelle la présence, le don et l’action du Saint-Esprit dans l’Eglise missionnaire. En implorant le Saint-Esprit au cœur de l’Église, Marie prie avec l’Eglise et prie pour l’Eglise car, «élevée dans la gloire du ciel, elle accompagne et protège l’Église de son amour maternel» (Préface de la messe Marie, Mère de l’Église). Marie prend soin de ses fils; on peut donc la confier toute la vie de l’Eglise come Paul VI qui a dit: «O Vierge Marie, Mère très auguste de l’Eglise, nous te recommandons toute l’Eglise et le concile œcuménique!».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Mai 2021

I wish you all the best for your anniversary. Today God makes visible his Church, a church that prays, celebrates and witnesses together, as the Lord has told them. A new face of the church, unknown to the world, totally animated by the Holy Spirit. This unity in its diversity represents in a perfect way the Trinity, the divine natures, without losing any individuality. 

It proclaims the good news to the people, without accusing anyone, yet by reminding them of the sin committed, it invites them to conversion.  With the Holy Spirit everything is possible. It is Peter, the one who betrayed the Lord, who today announces conversion and forgiveness. He himself has travelled this path of conversion and he will propose it to the people.  It is not his knowledge or intelligence that has led him today. He became aware of the presence of the Holy Spirit, who animated him from within. The Church of the Lord was always animated by the Holy Spirit. 

The Holy Spirit does not give us new information. He offers us insight into all that Jesus has already told us and we have not yet understood. Through his gifts of discernment and courage, he directs us to God, the Father of Jesus. He accompanies us in every stage of life, so that our discernment is right before God and in these discernments we do not stray from God's love. 

For this, the Holy Spirit reveals the truth to us through the gifts of knowledge and understanding. Divine truth, especially the love of the Father and the love expressed in the death and resurrection of the Lord.  The truth of the human being, the truth of life and death, and also the truth of life in death. For a man of faith, dying for the Lord is a participation in the passion of Christ, a great gift that he can expect from God. 

Our participation in the Lord's passion helps us to express our love for the Lord and to abide in that love in a perfect way.  To remain in this love of God, we need the patience that the Holy Spirit gives us as one of his gifts. Thanks to this gift, we will not be discouraged by this pandemic we are going through. Even in the midst of relational and family breakdown, in the face of illness and isolation, we will look to heaven in prayer and contemplation, so that God may reveal to us the right path, which, once faithfully followed, will lead us to joy and peace. 

It is in this joy and peace that we will give glory to God and witness to his living and life-giving presence, as the disciples did on the day of Pentecost. Whatever situation or moment we are going through, may we always be inspired by the Holy Spirit. The inspiration of the Holy Spirit makes us understand the Word of God, reveals to us the divine workings of it and how we can put its message into practice.  We will be led by the love and fear of God than laws and obligations.  All our actions will be acts of love and in these acts of love the world will discover God and give glory to God. In these acts, the purely human acts, we ourselves will discover that we abide in His love and God abides in us. 

Let us pray that the Holy Spirit will reveal God's presence in our daily lives and in Him we will find joy and peace. Amen. 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Mai 2021

Je vous adresse tous mes vœux pour votre anniversaire. Aujourd'hui, Dieu rend visible son Église, une Église qui prie, célèbre et témoigne ensemble, comme le Seigneur le lui a dit. Un nouveau visage de l'Église, inconnu du monde, totalement animé par l'Esprit Saint. Cette unité dans sa diversité représente de manière parfaite la Trinité, les natures divines, sans perdre aucune individualité.

 

Cette Église  annonce la bonne nouvelle aux gens, sans accuser personne, mais en leur rappelant le péché commis, elle les invite à la conversion.  Avec l'Esprit Saint, tout est possible. C'est Pierre, celui qui a trahi le Seigneur, qui annonce aujourd'hui la conversion et le pardon. Il a lui-même parcouru ce chemin de conversion et il va le proposer au peuple.  Ce n'est pas son savoir ou son intelligence qui l'a conduit aujourd'hui. Il a pris conscience de la présence de l'Esprit Saint, qui l'a animé de l'intérieur. L'Église du Seigneur a toujours été animée par l'Esprit Saint.

 

L'Esprit Saint ne nous donne pas de nouvelles informations. Il nous offre un éclairage sur tout ce que Jésus nous a déjà dit et que nous n'avons pas encore compris. Par ses dons de discernement et de courage, il nous oriente vers Dieu, le Père de Jésus. Il nous accompagne à chaque étape de la vie, afin que notre discernement soit juste devant Dieu et que, dans ces discernements, nous ne nous écartions pas de l'amour de Dieu.

 

Pour cela, l'Esprit Saint nous révèle la vérité par les dons de connaissance et d'intelligence. La vérité divine, en particulier l'amour du Père et l'amour exprimé dans la mort et la résurrection du Seigneur.  La vérité de l'être humain, la vérité de la vie et de la mort, et aussi la vérité de la vie dans la mort. Pour un homme de foi, mourir pour le Seigneur est une participation à la passion du Christ, un grand don qu'il peut attendre de Dieu.

 

Notre participation à la passion du Seigneur nous aide à exprimer notre amour pour le Seigneur et à demeurer dans cet amour de manière parfaite.  Pour demeurer dans cet amour de Dieu, nous avons besoin de la patience que l'Esprit Saint nous donne comme un de ses dons. Grâce à ce don, nous ne nous laisserons pas décourager par cette pandémie que nous traversons. Même au milieu de la rupture relationnelle et familiale, face à la maladie et à l'isolement, nous regarderons vers le ciel dans la prière et la contemplation, afin que Dieu nous révèle le bon chemin qui, une fois suivi fidèlement, nous conduira à la joie et à la paix.

 

C'est dans cette joie et cette paix que nous rendrons gloire à Dieu et que nous témoignerons de sa présence vivante et vivifiante, comme l'ont fait les disciples le jour de la Pentecôte. Quelle que soit la situation ou le moment que nous traversons, puissions-nous toujours être inspirés par l'Esprit Saint. L'inspiration de l'Esprit Saint nous fait comprendre la Parole de Dieu, nous en révèle les rouages divins et la manière dont nous pouvons mettre son message en pratique.  Nous serons guidés par l'amour et la crainte de Dieu plutôt que par des lois et des obligations.  Toutes nos actions seront des actes d'amour et, dans ces actes d'amour, le monde découvrira Dieu et rendra gloire à Dieu. Dans ces actes, les actes purement humains, nous découvrirons nous-mêmes que nous demeurons dans Son amour et que Dieu demeure en nous.

 

Prions pour que l'Esprit Saint révèle la présence de Dieu dans notre vie quotidienne et qu'en Lui nous trouvions la joie et la paix. Amen. Bonne Fête. 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Mai 2021

Gospel text

(Jn 21,20-25): 

 

Peter looked back and saw that the disciple Jesus loved was following as well, the one who had reclined close to Jesus at the supper and had asked him, « Lord, who is to betray you?». On seeing him, Peter asked Jesus, «Lord, what about him?». Jesus answered, «If I want him to remain until I come, does that concern you? Follow me». Because of this the rumor spread in the community that this disciple would not die. Yet Jesus had not said to Peter, «He will not die», but «suppose I want him to remain until I come».

It is this disciple who testifies about the things he has recorded here and we know that his testimony is true. But Jesus did many other things; if all were written down, the world itself would not hold the books recording them.

 

The Application

 

We are all called to live our life, in its fulness. This fulness that Jesus desires, is not in comparison with what others have or have not. Our life has to be totally oriented towards Jesus, our Master, how to be a faithful disciple of Him, a disciple who is in love for Christ, as Christ is in love of us.

 

Thus, everything is done so that we may have faith, faith in Jesus Christ, the one sent by the Father, who died and rose again, for the forgiveness of sins. Like Peter, we may also have many other questions, question on us and on others, on events and on time and space. However, the Lord invites us to focus on His Word and the way to follow him.

 

To follow the Lord is to listen to His Word, spoken not in the crowd, rather addressed to you and me personally, and put His Word into practice. We need to be discerning about the essentials of life and be able to ignore all that is secondary. In this faithfulness to the Lord's teaching, in our openness to the Holy Spirit, we will see how the Holy Spirit accompanies and protects us.

 

Action of the day: Look in to yourself and see what is reserved for you by the Lord.

 

«He has recorded here and we know that his testimony is true»

 

Fr. Fidel CATALÁN i Catalán

(Terrassa, Barcelona, Spain)

 

Today, we read the end of St. John's Gospel. Actually, it is the end of the appendix St. John's community added to the original text. In this particular case, it is a willingly significant fragment. The Resurrected Lord appears before his disciples and confirms they are to follow him, particularly as regards Peter. Next, comes the text we proclaim today in the liturgy.

The figure of the beloved disciple is central in this fragment and even in the totality of St. John's Gospel. It may refer to a concrete person —the disciple John— or, it can be a figure, behind which, any disciple loved by the Master can be placed. Whatever its meaning, the text helps to give an element of continuity to the Apostles' experience. The Resurrected Lord assures us of his presence amongst those who want to follow him.

«Suppose I want him to remain until I come» (Jn 21:22), may perhaps refer to this continuity rather than to a chronological space-time element. The beloved disciple becomes a testimony of all that, to the extent he realizes the Lord will always remain beside him. This is why he can write and his words are worth believing, because he glosses with his pen the continuous experiences of those living their mission in the midst of the world, while experiencing the presence of Jesus Christ. This beloved disciple can be each one of us provided we let be guided by the Holy Spirit, He who helps discovering this presence.

This text, already prepares us to celebrate, tomorrow, the Solemnity of Pentecost, the Gift of the Spirit: «And the Paraclete came down from Heaven: the Church's custodian and sanctifier, the souls' administrator, the castaways' pilot, the wanderers' lighthouse, the fighting ones' arbitrator and he who crowns the winners» (St. Cyril of Jerusalem).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 21 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 21,20-25): 

 

En se retournant, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. (C'est lui qui, pendant le repas, s'était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire: «Seigneur, quel est celui qui va te livrer?») Pierre, voyant ce disciple, dit à Jésus: «Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il?». Jésus lui répond: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire? Mais toi, suis-moi». Ainsi se répandit parmi les frères l'idée que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n'avait pas dit à Pierre: «Il ne mourra pas», mais: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire?».

C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d'autres choses que Jésus a faites; et s'il fallait rapporter chacune d'elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l'on écrirait ainsi.

 

L’Application

 

Tout est fait pour que nous ayons la foi, la foi en Jésus-Christ, l'envoyé du Père, qui est mort et ressuscité, pour le pardon des péchés. Comme Pierre, nous pouvons aussi avoir beaucoup d'autres questions, des questions sur nous et sur les autres, sur les événements et sur le temps et l'espace. Cependant, le Seigneur nous invite à nous concentrer sur sa Parole et sur la manière de le suivre.

 

Suivre le Seigneur, c'est écouter sa Parole et la mettre en pratique. Nous devons faire preuve de discernement sur l'essentiel de la vie et être capables d'ignorer tout ce qui est secondaire. Dans cette fidélité à l'enseignement du Seigneur, dans notre ouverture à l'Esprit Saint, nous verrons comment l'Esprit Saint nous accompagne et nous protège.

«C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai»

 

Abbé Fidel CATALÁN i Catalán

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous lisons la dernière partie de l'Évangile de saint Jean. Il s'agit en effet, de la fin de l'appendice inséré par la communauté de Jean au texte original. En l'occurrence il s'agit d'un texte délibérément significatif. Le Seigneur ressuscité se montre à ses disciples et Il renouvelle leur adhésion, particulièrement celle de Pierre. Et ensuite l'Évangile continue avec le texte de l'Évangile d'aujourd'hui.

L'image du disciple aimé de Jésus est au centre de ce passage et même dans tout l'Évangile de saint Jean. Il peut faire référence à une personne concrète —Jean le disciple— ou bien il se peut qu'elle fasse référence à l'image de tout disciple bien aimé de Jésus. Quelle que soit sa signification le texte aide à donner un semblant de continuité à l'expérience vécue par les apôtres. Le Seigneur ressuscité leur affirme sa présence à coté de ceux qui Le suivent.

«Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne» (Jn 21,22) cela nous donne confirmation de cette continuité bien plus qu'un élément chronologique dans l'espace et dans le temps. Le disciple bien-aimé rend témoignage de cela dans la mesure où il est conscient que le Seigneur est avec lui en toute circonstance. C'est la raison pour laquelle il peut l'écrire et sa parole est véritable, car par sa main il rend témoignage de l'expérience continue de ceux qui vivent leur mission à travers le monde en éprouvant la présence continue du Christ. Chacun d'entre nous peut devenir ce disciple bien-aimé dans la mesure où nous nous laissons guider par l'Esprit Saint car c'est l'Esprit Saint qui nous aide à découvrir à l'intérieur de nous-mêmes cette présence.

Ce texte nous prépare pour la fête solennelle de la Pentecôte, le don de l'Esprit Saint: «Et le Paraclet est descendu du ciel: le gardien et sanctificateur de l'Église, le régisseur des âmes, guide de ceux qui sombrent, phare des vagabonds, arbitre de ceux qui luttent et qui couronne les gagnants» (Saint Cyrille de Jérusalem).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Mai 2021

Gospel text

(Jn 21,15-19): 

 

After Jesus had revealed himself to his disciples and eaten breakfast with them, he said to Simon Peter, “Simon, son of John, do you love me more than these?” Simon Peter answered him, “Yes, Lord, you know that I love you.” Jesus said to him, “Feed my lambs.” He then said to Simon Peter a second time, “Simon, son of John, do you love me?” Simon Peter answered him, “Yes, Lord, you know that I love you.” He said to him, “Tend my sheep.”

He said to him the third time, “Simon, son of John, do you love me?” Peter was distressed that he had said to him a third time, “Do you love me?” and he said to him, “Lord, you know everything; you know that I love you.” Jesus said to him, “Feed my sheep. Amen, amen, I say to you, when you were younger, you used to dress yourself and go where you wanted; but when you grow old, you will stretch out your hands, and someone else will dress you and lead you where you do not want to go.” He said this signifying by what kind of death he would glorify God. And when he had said this, he said to him, “Follow me.”

 

The Application

 

It is love that is at the heart of human life. It makes us live and is capable of resurrecting us from death. It is in this love that God acts and that we are called to act. The deeper our love, the better and richer our commitment. Giving our life in this love, though painful in the process, it will be seen as a moment of joy and happiness, once the loved one get rejuvenated. Jesus showed us this path of love in his death and resurrection and Peter faithfully followed it in his own death.

 

Today, Paul is happy to be judged by the emperor, because he finds in this judgement an opportunity to witness to his love for the Lord. The Holy Spirit which guides him in every moment of life, helps him to see the invisible elements of life, the truth of God’s presence and accompaniment. Thus, the persecution for the faith is considered, even in the pain and suffering, as a precious gift that he will never ignore. For Paul, as for Peter, dying for the Lord is a way of following Jesus and a fruit of their faithfulness to the love of their Master.

 

Action of the day: Be a shepherd in the image of Christ.

 

«Do you love me more than these?»

 

Fr. Habel Jadera

 (Bogor, Indonesia)

 

Today, Gospel tells us another story of Jesus’ appearance to His disciples. Intensely, the dialogue between Jesus and Peter illustrates God's mercy as a great love for the disciples and the world. This is not a common dialog between Jesus and His disciple, Peter. Both Jesus and Peter talk about love according to their perspectives. Jesus’ three questions: «Do you love me more than these?» could be seen as His act of reaffirming Peter's twofold status: as a disciple who loves Him more than others do, and as a disciple who loves Him more than he loves his fellow disciples. Indeed, Jesus’ great act of love requires a depth response from Peter.

By answering «Yes, Lord, you know that I love you», Simon seems to understand his three times failures in denying Jesus, Son of God who stands in front of him, who says to the disciples «don’t be afraid», «peace be unto you» (cf. Jn 14:27; 20:19).

Jesus concludes this important dialog with the affirmation of Peter's task and the authorities which have been given before (cf. Mt 16:18-20). Especially, when Jesus said, «Look after my sheep». Regarding this fulfillment of Jesus' commissions, it requires an extraordinary love, the love that is missionary in spirit. This missionary love must be going forth, as Pope Francis says «love creates bonds and expands existence, for it draws people out of themselves and towards others».

Jesus ensures this basic characteristic of love that is missionary to be His shepherds: To love Him more than anything. Finally, as Jesus' disciples, we are all called to guarantee that the «law of ecstasy» is operated. As Pope Francis notes «the lover goes outside the self to find a fuller existence in another».
Missionary love encourages us of moving beyond ourselves!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 20 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 21,15-19): 

 

Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre: «Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci?». Il lui répond: «Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais». Jésus lui dit: «Sois le berger de mes agneaux». Il lui dit une deuxième fois: «Simon, fils de Jean, m'aimes-tu?». Il lui répond: «Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais». Jésus lui dit: «Sois le pasteur de mes brebis».

Il lui dit, pour la troisième fois: «Simon, fils de Jean, est-ce que tu m'aimes?». Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait: «Est-ce que tu m'aimes?» et il répondit: «Seigneur, tu sais tout: tu sais bien que je t'aime». Jésus lui dit: «Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis: quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c'est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t'emmener là où tu ne voudrais pas aller». Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il lui dit encore: «Suis-moi».

 

L’Application

 

C'est l'amour qui est au cœur de la vie humaine. Il nous fait vivre et est capable de nous faire ressusciter. C'est dans cet amour que Dieu agit et que nous sommes appelés à agir. Plus notre amour est profond, meilleur et plus riche est notre engagement. Donner la vie dans cet amour sera considéré comme un moment de joie et de bonheur. Jésus nous a montré ce chemin d'amour et Pierre l'a fidèlement suivi.

Aujourd'hui, Paul est heureux d'être jugé par l'empereur, car il trouve dans ce jugement une occasion de témoigner de son amour pour le Seigneur. La persécution pour la foi est un cadeau précieux qu'il n'ignorera jamais. Pour Paul, comme pour Pierre, mourir pour le Seigneur est une manière de suivre Jésus et un fruit de leur fidélité à l'amour de leur Maître.

"Est-ce que tu m'aimes plus qu'eux ?"

 

Abbé Habel Jadera

(Bogor, Indonésie)

 

Aujourd'hui, l'Evangile nous raconte une des apparitions de Jésus à ses disciples. D'une manière profonde, le dialogue entre le Seigneur et Pierre nous montre la miséricorde de Dieu comme son grand amour pour les disciples et le monde. Ce n'est pas un dialogue quelconque entre Jésus et son disciple Pierre. Tous les deux, Jésus-Christ et Pierre, parlent d'amour, chacun depuis sa perspective. Les trois questions de Jésus : "Est-ce que tu m'aimes plus qu'eux ?" (Jn 21,15) peuvent être considérées comme une nouvelle affirmation du double statut de Pierre, à savoir : d'un côté, comme un disciple qui l'aime plus que les autres, et, d'un autre côté, comme un disciple qui l'aime Lui plus que ses compagnons. En tout cas, le grand acte d'amour de Jésus-Christ presse une réponse profonde de la part de Pierre.

En répondant "Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime", Simon semble prendre conscience de ses trois chutes quand il renia Jésus, le Fils de Dieu qui reste devant lui et qui dit aux disciples "que votre cœur ne se trouble pas", "la paix soit avec vous" (cf. Jn 14,27 ; 20,19).

Jésus conclut ce dialogue si important avec la confirmation de la mission de Pierre et du primat qu'Il lui avait déjà accordé auparavant (cf. Mt 16,18-20), en particulier, quand le Christ lui dit "Fais paître mes brebis". L'accomplissement des missions confiées par Jésus requiert un amour extraordinaire, un amour missionnaire dans l'âme. Cet amour missionnaire doit aller "crescendo". Comme l'a affirmé le Pape François, "l'amour crée des liens et élargit l'existence quand il fait sortir la personne d'elle-même pour aller vers l'autre".

Pour parvenir à être ses pasteurs, Jésus-Christ exige la caractéristique basique suivante de l'amour missionnaire : l'aimer plus qu'à quiconque. Finalement, en tant que disciples de Jésus, on nous demande de rendre opérationnelle la "loi de l'extase". C'est-à-dire, celui qui aime doit "sortir de lui-même pour trouver la croissance de son être dans l'autre" (François).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Mai 2021

Gospel text

(Jn 17,20-26): 

 

Lifting up his eyes to heaven, Jesus prayed saying: “I pray not only for these, but also for those who will believe in me through their word, so that they may all be one, as you, Father, are in me and I in you, that they also may be in us, that the world may believe that you sent me. And I have given them the glory you gave me, so that they may be one, as we are one, I in them and you in me, that they may be brought to perfection as one, that the world may know that you sent me, and that you loved them even as you loved me.

Father, they are your gift to me. I wish that where I am they also may be with me, that they may see my glory that you gave me, because you loved me before the foundation of the world. Righteous Father, the world also does not know you, but I know you, and they know that you sent me. I made known to them your name and I will make it known, that the love with which you loved me may be in them and I in them.”

 

The Application

 

Every little geste of Jesus, will be of great inmportance to us. Looking towards Heaven is an invition to all of us, to lift our eyes, just like Jesus, to heaven. This fixing of our eyes towards heaven, is not to isolate us from this world, rather be sent by Jesus, accompanied by the Holy Spirit, so that we may be fully equiped with divine realities. Once we are equiped with the divine realities, every problems of life, will be secondary to the graces that we receive everyday.

 

In the Jesus’ universal prayer of union that we read in today’s gospel, we are all invited to participate in Trinitarian unity.  Once again, Jesus tells us that through love we can easily be united with the Father. It is in this love that we learn to be faithful to his teaching. In this fidelity, we listen to the Lord, like Paul who listened to the Holy Spirit.

 

In this way, we will discover the divine will in an ordinary way and we will accomplish it in our daily life, in an extraordinary way, well accompanied by the Holy Spirit. In this accomplishment, we will bear witness and in us the world will discover the glory of God.  Thus a human being marching towards the perfection of his or her own BEING, who is capable of standing in freedom before God with all earthly detachment in liberty, is the glory of God.  

 

Action of the day : Glorify God in you.

 

«I pray not only for them, but also for those who will believe in me through their word»

 

Fr. Joaquim PETIT Llimona, L.C.

(Barcelona, Spain)

 

Today, we find a solid basis for trust in the Gospel: “I pray not only for them, but also for those who will believe in me through their word...” (Jn 17:20). It is Jesus' heart, which, in the intimacy of Jesus with his disciples, opens up the inexhaustible treasures of His Love. He wants to strengthen their hearts overwhelmed by the sense of farewell that, during the Last Supper, the Master's words and gestures have left them with. It is Jesus' unfailing prayer that goes up to the Father, pleading for them. What a confidence and strength will they find in this prayer throughout their apostolic mission! Amidst all the difficulties and dangers they have to face, this prayer will go all the way with them to become the source where they will find the strength and courage to give the final testimony of their faith with the offering of their own life.

We should let the reality of Jesus' prayer for his disciples to reach our lives, too: “I pray not only for them, but also for those who will believe in me...” These words travel through time and centuries to attain, with the same intensity they were once said, the hearts of every true believer.

In the living memory of St. John Paul II's visit to Spain back in 2003, we find in his words the echo of Jesus' prayer for his disciples: “With open arms I will hold you all in my heart —said the Pontiff before more than a million people—. The memory of these days will become my prayer as I ask for peace in fraternal coexistence for you all, encouraged by Christian hope that never disappoints.” St. Leo the Great, another Pope far in the past, also made an exhortation that, after many centuries have reached our heart too: “There is no ailing one whom the victory of the cross be denied to, nor there is anyone whom Christ's prayer does not help to. For, if it was so profitable for those who treated him so cruelly, how much more will it not be for those who are converted unto him”.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 17,20-26): 

 

«Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un: moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé.

»Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux».

 

L’Application

 

Dans cette prière universelle d'union, nous sommes tous invités à participer à l'unité trinitaire. Une fois encore, Jésus nous dit que, par l'amour, nous pouvons facilement être unis au Père. C'est dans cet amour que nous apprenons à être fidèles. Dans cette fidélité, nous écoutons le Seigneur, comme Paul qui écoutait l'Esprit Saint. Ainsi, nous découvrirons la volonté divine et nous l'accomplirons dans notre vie quotidienne, de façon extraordinaire, bien accompagnés par l'Esprit Saint. Dans cet accomplissement, nous rendrons témoignage et le monde découvrira en nous la gloire de Dieu.

«Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi»

 

Abbé Joaquim PETIT Llimona, L.C.

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui nous trouvons dans l'Évangile une solide source d'où puiser la confiance: «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui (…) croiront en moi» (Jn 17,20). C'est le Cœur de Jésus qui, dans l'intimité des siens, leurs ouvre les trésors inépuisables de son Amour. Il veut consolider leurs cœurs attristés par l'air d'«au revoir» qu'ont les gestes et paroles du Maître durant la Dernière Cène. C'est la prière indéfectible de Jésus qui monte vers le Père en intercédant pour eux. Quelle sécurité et quelle force trouveront-ils par la suite dans cette prière tout au long de leur mission apostolique! Au milieu des difficultés et des dangers qu'ils ont dû affronter, cette prière les accompagnera et sera la source de laquelle ils trouveront la force et le courage pour être témoins de leur foi à travers du renoncement à leur propre vie.

La contemplation de cette réalité, de cette prière de Jésus pour les siens, doit toucher nos vies: «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui (…) croiront en moi…». Ces paroles transcendent les siècles et arrivent, avec la même intensité avec laquelle ils étaient prononcés, jusqu'au cœur de tous et chacun des croyants.

Si nous nous souvenons de la dernière visite de Saint Jean-Paul II en Espagne, nous retrouvons dans les paroles du Pape l'écho de cette prière de Jésus pour les siens: «À bras ouverts je vous porte tous dans mon cœur —dit le Pontife devant plus d'un million de personnes. Le souvenir de ce séjour se fera prière demandant pour vous la paix en coexistence fraternelle, encouragés par l'espérance chrétienne qui ne trahit jamais». Et un peu plus loin dans le temps, un autre pape prononçait des paroles qui nous touchent le cœur après plusieurs siècles: «Il n'existe aucun malade à qui l'on nie la victoire de la croix, il n'existe personne à qui ne l'aide pas la prière du Christ. Si ce fut vrai pour ceux qui ont appris de Lui, ne sera-t-il pas d'autant plus vrai pour ceux qui se convertissent à Lui?» (Saint Léon Le Grand).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Mai 2021

Gospel text

(Jn 17,11b-19): 

 

Lifting up his eyes to heaven, Jesus prayed, saying: “Holy Father, keep them in your name that you have given me, so that they may be one just as we are one. When I was with them I protected them in your name that you gave me, and I guarded them, and none of them was lost except the son of destruction, in order that the Scripture might be fulfilled.

But now I am coming to you. I speak this in the world so that they may share my joy completely. I gave them your word, and the world hated them, because they do not belong to the world any more than I belong to the world. I do not ask that you take them out of the world but that you keep them from the Evil One. They do not belong to the world any more than I belong to the world. Consecrate them in the truth. Your word is truth. As you sent me into the world, so I sent them into the world. And I consecrate myself for them, so that they also may be consecrated in truth.”

 

The Application

 

The prayer of union is a call to perfection, a perfection of grace accroded to us by the Father. To achieve this, I would like to take three important words from today's gospel that can help me to live the day to the full. Unity, joy and sanctification.

 

The sanctification of man is a participation in the sanctification of Jesus. The sanctification of human being  is possible through our union with Jesus, like a branch that attaches itself to the vine. We can attach ourselves to Jesus by our faithfulness to the commandment of love. Jesus said to us, if you remain faithful to my commandment, we will come and dwell in you.

 

In this dwelling we will become the Christ in the world, a person who loves , as Jesus loved the world. Once our life is filled with love,  we will be joyful people and we can welcome God's grace and easily enjoy the sanctification granted by the Father. If we wish that the joy of Jesus remains in us and our hearts be filled with love, then we should respond positively to the invitation, to be united with Jesus, a union par excellence in love.

 

Action of the day : Act as a grace filled person.

«They may share my joy completely»

 

Fr. Thomas LANE

(Emmitsburg, Maryland, United States)

 

Today, we live in a world which does not know how to be truly happy with the happiness of Jesus, a world which seeks the happiness of Jesus in all the wrong places and in the wrong ways. Seeking happiness without Jesus only leads to deeper unhappiness. Just look at the soaps on TV, there is always somebody in trouble. The soaps on TV show us the misery of a godless life.

But we want to live this day with the joy of Jesus. Jesus prayed to his Father in our Gospel today, “I speak this in the world so that they may share my joy completely” (Jn 17,13). Notice that Jesus wants his joy to be complete in us. He wants us to be full of his joy. This does not mean that we will not have crosses, for “the world hated them, because they do not belong to the world” (Jn 17,14), but Jesus expects us to live with his joy no matter what the world thinks of us. The joy of Jesus is to permeate us to our very core while the superficial rumblings of a godless world should not penetrate us.

Today then let us live with the joy of Jesus. How can we acquire more and more of this joy of Jesus? Obviously from Jesus himself. Jesus is the only one who gives us the true joy that the world is lacking as we see in the soaps on TV. Jesus said, “If you remain in me and my words remain in you, ask for whatever you want and it will be done for you” (Jn 15,7). Then let us spend time each day in prayer with the words of Jesus in the Scriptures, let us eat and consume the words of Jesus in the Scriptures, let them be our food, so that we may be satiated with the joy of Jesus: “Being Christian is not the result of an ethical choice or a lofty idea, but the encounter with an event, a person, which gives life a new horizon.” (Benedict XVI).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0