Publié le 6 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 10,1-7): 

 

Jesus called his twelve disciples to him and gave them authority over the unclean spirits to drive them out and to heal every disease and sickness. These are the names of the twelve apostles: first Simon, called Peter, and his brother Andrew; James, the son of Zebedee, and his brother John; Philip and Bartholomew, Thomas and Matthew, the tax collector; James, the son of Alphaeus, and Thaddaeus; Simon, the Canaanite, and Judas Iscariot, the man who would betray him. Jesus sent these twelve on mission with the instruction: «Do not visit pagan territory and do not enter a Samaritan town. Go instead to the lost sheep of the people of Israel. Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near’».

 

The Application

 

The calling and sending for us today  is not an single act. Its a way of life, being able to live as christian in its fulness. Proclaiming the Good News of God's presence is an invitation we received at our baptism and we have promised to do so. Jesus told his disciples not to waste time in greetings and pleasantries, but rather to commit all their energy to doing God's will. We are all called to be faitful to this vocation, a baptismal vocation. We have to such, first to our brothers and sisters at home than to others outside of us.

 

 

 

We find one such behavior in the first reading. Faithfulness to this divine teaching, especially to the commandment of love, will help us to welcome our adversaries with an open heart, when they stand before us humbled and helpless. Like Joseph, we will behave in a divine way, full of love and mercy. It itself is a way of annoncing the Kingdom of God.

 

 

 

To do this, we must listen to this divine teaching and put it into practice through radical obedience. God has already empowered us through the gifts and abilities He has naturally placed within us. Through the proper use of these gifts that we have received from the Lord, we can, like those Apostles, proclaim the Kingdom of God, through our words, especially through a life of witness.

 

Action of the day : Be aware today in your words and deeds that you are called and sent.

«Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near’»

 

Fr. Fernando PERALES i Madueño

(Terrassa, Barcelona, Spain)

 

Today, the Gospel shows us Jesus sending his Apostles on a mission: «Jesus sent these twelve on mission with these instructions...» (Mt 10:5). The twelve make up the “Apostolic College”, that is “missionary”. The Church, in its earthly pilgrimage, is a Missionary Community, as its origin lies in the fulfillment of the mission of the Son and the Holy Spirit, following God Father's divine intentions. In the same way as Peter and the other Apostles, by institution of our Lord, constituted a single Apostolic College, the Roman Pontiff, Peter's successor, and the Bishops, successors of the Apostles, form a body which has the duty to announce the Gospel everywhere.

Among the disciples sent on mission we find those with an outstanding position, given by Christ, and a greater responsibility, such as Peter; and others, as Thaddaeus, whom we practically know nothing about; however, the Gospels, which communicate Good News, were not intended to satisfy our curiosity. On our side, we are supposed to pray for all the bishops, for the famous and for the not so famous ones, while living in communion with them: «See that you all follow the bishop as Jesus Christ follows the Father and the presbytery as you would the apostles...» (St. Ignatious of Antioch). Jesus was not looking for cultivated people, but simply for people who were available, willing and able to follow him to the end. This means that, as a Christian, I must also feel responsible of a part of Jesus' plan of salvation. Do I keep away from evil? Do I help my fellow-men?

As their mission was just beginning, Jesus hurries to give them instructions with some limitations: «Do not visit pagan territory and do not enter a Samaritan town. Go instead to the lost sheep of the people of Israel. Go and proclaim this message: ‘The kingdom of heaven is near’» (Mt 10:5-6). Today we must do what we can, with the certainty that God is calling all pagans and Samaritans in another phase of the missionary work.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 10,1-7): 

 

Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d'expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres: le premier, Simon, appelé Pierre; André son frère; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère; Philippe et Barthélemy; Thomas et Matthieu le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée; Simon le Zélote et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes: «N'allez pas chez les païens et n'entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche».

 

L’Application

 

L'appel et l'envoi ne sont pas un acte unique. C'est un mode de vie, une réponse à l'appel, le fait d'être chrétien dans sa plénitude. Proclamer la Bonne Nouvelle de la présence de Dieu est une invitation que nous avons reçue à notre baptême et que nous avons promis de faire. Jésus a dit à ses disciples de ne pas perdre de temps en salutations et plaisanteries, mais plutôt de consacrer toute leur énergie à faire la volonté de Dieu. Nous sommes tous appelés à être fidèles à cette vocation, une vocation baptismale. Nous devons le faire, d'abord envers nos frères et sœurs de la maison, puis envers ceux qui sont en dehors de nous. 

Nous trouvons un tel comportement dans la première lecture. La fidélité à cet enseignement divin, en particulier au commandement de l'amour, nous aidera à accueillir nos adversaires à cœur ouvert, lorsqu'ils se présentent devant nous, humbles et sans défense. Comme Joseph, nous nous comporterons de manière divine, pleine d'amour et de miséricorde. C'est en soi une manière d'annoncer le Royaume de Dieu. 

Pour ce faire, nous devons écouter cet enseignement divin et le mettre en pratique par une obéissance radicale. Dieu nous a déjà dotés de pouvoirs par les dons et les capacités qu'il a naturellement placés en nous. En utilisant correctement ces dons que nous avons reçus du Seigneur, nous pouvons, comme les Apôtres, proclamer le Royaume de Dieu, par nos paroles, et surtout par une vie de témoignage.

 

«Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche»

 

Abbé Fernando PERALES i Madueño

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous montre Jésus en envoyant ses disciples en mission: «Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes» (Mt 10,5). Les douze disciples forment le “Collège Apostolique”, c’est-à-dire “missionnaire”; dans sa pérégrination terrestre, l'Église est une communauté missionnaire, car elle a son origine dans l'accomplissement de la mission du Fils et du Saint Esprit selon le dessein de Dieu le Père.

De même que saint Pierre et les autres Apôtres constituent, de par l'institution du Seigneur, un seul Collège Apostolique semblablement le Pontife romain, successeur de Pierre, et les évêques, successeurs des apôtres, forment entre eux un tout sur lequel échoit le devoir d'annoncer l'Évangile partout.

Parmi les disciples envoyés en mission nous trouvons ceux qui le Christ a placés dans un lieu important et avec une plus grande responsabilité, comme Pierre; et d'autres, comme Thaddée, sur qui nous ne savons que peu de choses. Or, les Évangiles nous communiquent la Bonne Nouvelle, et ils ne sont pas faits pour satisfaire notre curiosité. De notre côté. Nous devons prier pour tous les Évêques, pour les célèbres et pour ceux qui ne le sont pas, tout en demeurant en communion avec eux: «Suivez tous l'évêque, comme Jésus-Christ suit son Père, et le presbyterium comme les Apôtres» (Saint Ignace d'Antioche)

Jésus ne cherchait pas des personnes instruites, mais tout simplement qu'elles fussent disponibles et prêtes à Le suivre jusqu'à la fin. Cela m'a enseigné que moi, comme Chrétien, je dois me sentir responsable d'une partie de l'ouvre salvatrice de Jésus. Est-ce que je m'éloigne du mal?, est-ce que j'assiste mes frères?

Et comme l'ouvre n'est qu'au commencement, Jésus s'empresse de rajouter une consigne de limitation: «N'allez pas chez les païens et n'entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche» (Mt 10,5-6). Aujourd'hui, il faut faire de notre mieux, avec la confiance que Dieu appellera tous les païens et samaritaines dans une autre phase du travail missionnaire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 9,32-38): 

 

Some people brought to Jesus a man who was dumb because he was possessed by a demon. When the demon was driven out, the dumb man began to speak. The crowds were astonished and said, «Nothing like this has ever been seen in Israel». (But the Pharisees said, «He drives away demons with the help of the prince of demons»).

Jesus went around all the towns and villages, teaching in their synagogues and proclaiming the good news of the Kingdom, and He cured every sickness and disease. When He saw the crowds he was moved with pity, for they were harassed and helpless like sheep without a shepherd. Then He said to his disciples, «The harvest is abundant but the workers are only few. Ask the master of the harvest to send workers to gather his harvest».

 

The Application

 

  • I would like to invite you to look at the eyes of Jesus and the eyes of the people.

 

  • I would also like to invite you to discover how God accompanies us in our daily lives, as we saw in the first reading.

 

  • It is important that we recognize the divine will and identify the harvest.

 

  • Our call is not necessarily to work, because God has already worked. We are called to harvest, the fruits of God's work.

 

Action of the day: Be a person of mercy and compassion.

«Ask the master of the harvest to send workers to gather his harvest»

 

Fr. Joan SOLÀ i Triadú

(Girona, Spain)

 

Today, the Gospel speaks of the man who was dumb because he was possessed, and of how his healing provoked different reactions between the crowd and the Pharisees who, in the face of prodigious evidence, nobody could deny, they attributed it to devilish powers «He drives away demons with the help of the prince of demons» (Mt 9:34). Instead, the crowd marvels: «Nothing like this has ever been seen in Israel» (Mt 9:33). When referring to this passage St. John Chrysostom, says: «What the Pharisees truly resented was the crowds were considering Jesus superior, not only to those existing then, but to all that had ever existed».

However, the Pharisees' animadversion did not worry Jesus in the least; He faithfully went on with his mission. Not only, but before the evidence those Israel guides, instead of looking after their flock and shepherd it, what they did was to mislay it, Jesus felt sorry for those tired and depressed crowds without a true shepherd to look after them. That crowds are grateful for a good leadership and yearn for it, can be appreciated when we looked at the pastoral visits of St. John Paul II to the different places in the world. How he manages to gather immense crowds around him! How they listen to him, particularly our youth! And this, despite the Pope does not make discounts, for he preaches the Gospel with all its requirements.

St. Josemaria Escriva says: «If we should be consequent with our faith, when we look around us and contemplate the scenery of history and our world, we could not but feel that, the same feelings that animated Jesus' heart, are also invading ours», which would take us to a very generous apostolic task. But the disproportion amongst the crowds waiting for the preaching of the Good News of the Kingdom of God and the scarcity of ready workers to preach it, is quite evident. At the end of the text of the Gospel, though, Jesus gives us the solution: to ask the master of the harvest to send workers to his fields (cf. Mt 9:38).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 9,32-38): 

 

On présenta à Jésus un possédé qui était muet. Lorsque le démon eut été expulsé, le muet se mit à parler. La foule fut dans l'admiration, et elle disait: «Jamais rien de pareil ne s'est vu en Israël!». Mais les pharisiens disaient: «C'est par le chef des démons qu'il expulse les démons».

Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. Voyant les foules, il eut pitié d'elles parce qu'elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples: «La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson».

 

L’Application

 

  • Je voudrais vous inviter à regarder les yeux de Jésus et les regard des gens.
  • Je voudrais aussi vous inviter à découvrir comment Dieu nous accompagne dans notre vie quotidienne, comme nous l'avons vu dans la première lecture.
  • Il est important que nous reconnaissions la volonté divine et que nous identifiions la moisson.
  • Notre appel n'est pas nécessairement de travailler, car Dieu a déjà travaillé. Nous sommes appelés à récolter, les fruits de l'œuvre de Dieu.

«Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson»

 

Abbé Joan SOLÀ i Triadú

(Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous parle de la guérison d'un possédé qui provoque des réactions différentes chez les Pharisiens et dans la foule. Alors que les Pharisiens, devant l'évidence indéniable de ce prodige, ils l'attribuent à des pouvoirs maléfiques —«C'est par le chef des démons qu'il expulse les démons» (Mt 9,34)—, la foule fut dans l'admiration: «Jamais rien de pareil ne s'est vu en Israël!» (Mt 9,33).

En commentant ce passage de l'Évangile, Saint Jean Chrysostome, nous dit: «Ce qui vraiment gênait les Pharisiens c'était de considérer Jésus supérieur à tous, et non pas seulement a ceux qui existaient à l'époque, mais à tous ceux qui avaient existé auparavant».

Or, Jésus ne se préoccupe guère de l'animadversion des Pharisiens, car Il continue fidèle à sa mission. Mieux encore, devant l'évidence que les guides d'Israël, au lieu de soigner et faire pâturer leur troupeau ne font que contribuer à l'égarer, à la vue des foules Jésus en eu pitié, car ces gens étaient las et prostrés comme des brebis qui n'ont pas de berger.

Que les foules souhaitent et remercient un bon guide a été vérifié par les visites pastorales du Saint Jean Paul II à tant de pays du monde. Que de foules s'entassaient autour de lui! Et comment elles écoutaient ses paroles, surtout les jeunes! Et cela, malgré que le Pape n'affaiblissait pas l'Évangile, mais il le prêchait avec toutes ses exigences.

Nous tous, «si nous étions conséquents avec notre foi, —nous dit saint Josemarie Escrivá— en regardant autour de nous, en contemplant le spectacle de l'histoire et du monde, nous ressentirions en notre cœur ces sentiments de Jésus», ce qui nous mènerait à une généreuse tâche apostolique.

Mais il est évident la disproportion existante entre les foules qui espèrent la prédication de la Bonne Nouvelle du Royaume et la manque d'ouvriers. La solution nous est donnée par Jésus à la fin de l'Évangile: «Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson» (Mt 9,38).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Juillet 2021

Gospel text

 (Mt 9,18-26): 

 

While Jesus was speaking to them, an official of the synagogue came up to him, bowed before him and said, «My daughter has just died, but come and place your hands on her, and she will live». Jesus stood up and followed him with his disciples. Then a woman who had suffered from a severe bleeding for twelve years came up from behind and touched the edge of his cloak. For she thought, «If I only touch his cloak, I will be healed». Jesus turned, saw her and said, «Courage, my daughter, your faith has saved you». And from that moment the woman was cured.

When Jesus arrived at the official's house and saw the flute players and the excited crowd, He said, «Get out of here! The girl is not dead. She is only sleeping!». And they laughed at him. But once the crowd had been turned out, Jesus went in and took the girl by the hand, and she stood up. The news of this spread through the whole area.

«Your faith has saved you»

 

Fr. Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Spain)

 

Today, the liturgy of the Word invites us to admire two splendid manifestations of faith. So splendid were they that they deserved to move Jesus Christ's heart —immediately!— provoking his reaction. Our Lord does not allow himself to be won over in generosity!

«My daughter has just died, but come and place your hands on her, and she will live» (Mt 9:18). We could almost say that a strong faith as such can “oblige” God. But, He likes that kind of obligation. The other testimony of faith of today's Gospel is also equally impressive: «If I only touch his cloak, I will be healed» (Mt 9:21). Both Jesus' reaction and the end result of this dialogue of faith are quite radical: «Courage, my daughter, your faith has saved you» (Mt 9:22).

We could even affirm that God gladly lets our good faith to “manipulate” him. What, instead, He does not admit is that we try to tempt him with our mistrust. This was the case with Zechariah, who asked evidence from Gabriel, the archangel: «Then Zechariah said to the angel, ‘How shall I know this?’» (Lk 1:18). The Archangel did not shrink an inch: «And the angel said to him in reply, ‘I am Gabriel, who stand before God (...). But now you will be speechless and unable to talk until the day these things take place, because you did not believe my words, which will be fulfilled at their proper time’» (Lk 1:19-20). And so it was.

It is He who wants to “oblige and commit himself” with our faith: «So I say to you, Ask, and it will be given you; search, and you will find; knock, and the door will be opened» (Lk 11:9). He is our Father and He does not want to refuse anything that is convenient for his children.

But we must entrust our petitions to him with confidence; confidence and naturalness with God require treatment: to trust somebody we must know him; and to know him we must treat him. Thus, «faith provokes prayer, and when prayer arises it makes faith strong» (St. Augustine). Let us not forget the praise the Virgin Mary deserved: «Blessed is she who has believed that what the Lord has said to her will be accomplished!»
(Lk 1:45).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 9,18-26): 

 

Tandis que Jésus leur parlait ainsi, voilà qu'un chef s'approcha; il se prosternait devant lui en disant: «Ma fille est morte à l'instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra». Jésus se leva et se mit à le suivre, ainsi que ses disciples. Et voilà qu'une femme souffrant d'hémorragies depuis douze ans s'approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même: «Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée». Jésus se retourna, la vit et lui dit: «Confiance, ma fille! Ta foi t'a sauvée». Et la femme fut sauvée à l'heure même.

Jésus, arrivé à la maison du chef, dit, en voyant les joueurs de flûte et l'agitation de la foule: «Retirez-vous. La jeune fille n'est pas morte: elle dort». Mais on se moquait de lui. Quand il eut mis la foule dehors, il entra et saisit la main de la jeune fille, qui se leva. Et la nouvelle se répandit dans tout ce pays.

«Ta foi t'a sauvée»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, la liturgie de la Parole nous invite à admirer deux magnifiques manifestations de foi. Si magnifiques qu'elles méritèrent d'émouvoir le cœur de Jésus-Christ et de provoquer sa réponse immédiate. Le Seigneur ne se laisse pas gagner en générosité!

«Ma fille est morte à l'instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra» (Mt 9,18). Nous pourrions presque dire qu'une foi ferme “oblige” Dieu. Ce genre d'obligation est particulièrement de Son goût. L'autre témoignage de foi dans l'Évangile d'aujourd'hui est aussi impressionnant. «Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée» (Mt 9,22).

L'on pourrait même dire que Dieu se laisse “manipuler” de bon gré par notre bonne foi. Ce qu'il n'admet pas, c'est que nous le tentions par manque de foi. Ce fut le cas de Zacharie, qui demanda une preuve à l'archange Gabriel: «Zacharie dit à l'ange: ‘A quoi connaîtrai-je cela?’» (Lc 1,18). L'archange ne recula pas d'un poil: «Moi je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu (…). Et voici que tu vas être réduit au silence et sans pouvoir parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, lesquelles s'accompliront en leur temps» (Lc 1,19-20). Et c'est ce qu'il advint.

C'est Lui-même qui veut “s'obliger” et “se lier” par notre foi: «Et moi je vous dis: demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira» (Lc 11,9). Il est notre Père et ne veut rien refuser de ce qui convient à ses enfants.

Mais il faut lui manifester nos demandes avec simplicité; la confiance et le naturel avec Dieu exigent de Le fréquenter: pour confier en quelqu'un nous devons le connaître; et pour le connaître, il faut le fréquenter. De la sorte, «la foi fait jaillir la prière, et la prière, dès qu'elle jaillit, atteint la fermeté de la foi» (Saint Augustin). N'oublions pas la louange que mérita sainte Marie: «Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur!» (Lc 1,45).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juillet 2021

Gospel text

(Jn 20,24-29): 

 

Thomas, called Didymus, one of the Twelve, was not with them when Jesus came. So the other disciples said to him, “We have seen the Lord.” But Thomas said to them, “Unless I see the mark of the nails in his hands and put my finger into the nailmarks and put my hand into his side, I will not believe.” Now a week later his disciples were again inside and Thomas was with them. Jesus came, although the doors were locked, and stood in their midst and said, “Peace be with you.” Then he said to Thomas, “Put your finger here and see my hands, and bring your hand and put it into my side, and do not be unbelieving, but believe.” Thomas answered and said to him, “My Lord and my God!” Jesus said to him, “Have you come to believe because you have seen me? Blessed are those who have not seen and have believed.”

 

The Application

 

Today, in remembering St Thomas, we are invited to believe without having seen. Since faith is a gift from God, the visible and palpable elements are not the essential elements, even if they are important for Thomas. We share perfectly this humanity of Thomas, which is ours.  God, who is full of mercy, will accompany us in our walk towards the Lord, as He accompanied Thomas.

 

 

 

Thomas' absence from a first important meeting and his refusal to accept the resurrection helps us to hope in the difficult moments of life. The new appointment proposed by the Lord will be proposed to us also today, if we remain sincere in our search for the Lord. We must never forget the profession of faith of St. Thomas, "My Lord and my God", the first to declare Jesus as God.

 

The Lord, however, rebuked him and still does today, saying that we lack faith. To trust in God, even if we see nothing to look forward to, is already an expression of faith. Like Thmas, let us take our step towards the Lord and He will come to us with the solution.

 

Action of the day: Be a believer

 

«My Lord and my God!»

 

+ Fr. Joan SERRA i Fontanet

          (Barcelona, Spain)

 

Today, the Church celebrates the festivity of St. Thomas. After describing the apparition of Jesus on Easter Sunday, John the Evangelist, tell us that the apostle Thomas was not with them, and when the Apostles —who had seen the Lord— were bearing witness of him, Thomas replied: “Unless I see the mark of the nails in his hands and put my finger into the nailmarks and put my hand into his side, I will not believe.” (Jn 20:25).

Jesus is good with Thomas and meets him. Eight days later, Jesus appears once more and tells Thomas: “Put your finger here and see my hands, and bring your hand and put it into my side, and do not be unbelieving, but believe.” (Jn 20:27).

—O Jesus, you are so good! If you ever see me moving away from You, come to meet me, as you did to meet Thomas.

These words were Thomas' reaction: “My Lord and my God!” (Jn 20:28). How beautiful these words are! Thomas calls him “Lord” and “God”. He makes an act of faith in the divinity of Jesus. When seeing him resurrected, Thomas not only sees Jesus the man, with the Apostles and eating with them, but his Lord and his God.

Jesus reprimands him and tells him not to be incredulous but a believer, and He adds: “Blessed are those who have not seen and have believed.” (Jn 20:28). We have not seen the crucified Christ or the resurrected Christ either, nor has He appeared to us, but we are happy because we believe in this Jesus Christ that has died and resurrected for us.

Let us therefore pray: “My Lord and my God, take from me everything that distances me from you. My Lord and my God, give me everything that brings me closer to you. My Lord and my God, detach me from myself to give my all to you.”
(St. Nicholas of Flüe).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 20,24-29): 

 

Or, l'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie: Jumeau) n'était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient: «Nous avons vu le Seigneur!». Mais il leur déclara: « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas!».

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit: «La paix soit avec vous!». Puis il dit à Thomas: «Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant». Thomas lui dit alors: «Mon Seigneur et mon Dieu!». Jésus lui dit: «Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu».

 

L’Application

 

Aujourd'hui, en faisant mémoire de saint Thomas, nous sommes invités à croire sans avoir vu. La foi étant un don de Dieu, les éléments visibles et palpables ne sont pas les éléments essentiels, même s'ils sont importants pour Thomas. Nous partageons parfaitement cette humanité de Thomas, qui est la nôtre.  Dieu, qui est plein de miséricorde, nous accompagnera dans notre marche vers le Seigneur, comme il a accompagné Thomas.

L'absence de Thomas à une première rencontre importante et son refus d'accepter la résurrection nous aident à espérer dans les moments difficiles de la vie. Le nouveau rendez-vous proposé par le Seigneur nous sera proposé aujourd'hui aussi, si nous restons sincères dans notre recherche du Seigneur. Nous ne devons jamais oublier la profession de foi de saint Thomas, "Mon Seigneur et mon Dieu", le premier à déclarer que Jésus est Dieu.

Mais le Seigneur l'a réprimandé, et le fait encore aujourd'hui, en disant que nous manquons de foi. Avoir confiance en Dieu, même si nous ne voyons rien à attendre, est déjà une expression de la foi. Comme Thomas, faisons un pas vers le Seigneur et il viendra à nous avec la solution.

«Mon Seigneur et mon Dieu!»

 

+ Abbé Joan SERRA i Fontanet

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous célébrons le jour de la Saint Thomas. Jean, l'évangéliste, après avoir décrit l'apparition de Jésus, le jour même de la résurrection, rajoute que Thomas, l'apôtre, n'était pas présent, et lorsque les autres Apôtres, qui avaient vu le Seigneur lui en parlèrent, celui-ci répondit: «Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas» (Jn 20,25).

Jésus dans sa bonté va à la rencontre de Thomas. Huit jours après, Jésus vient encore parmi eux et dit à Thomas: «Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant» (Jn 20,27).

—Oh Jésus que tu es bon! Si jamais tu vois que je m'éloigne de toi, viens à ma rencontre comme tu l'as fait avec Thomas.

La réaction de Thomas fut la suivante: «Mon Seigneur et mon Dieu» (Jn 20,28). Qu'elles sont belles les paroles de Thomas! Il l'appelle “Seigneur” et “Dieu”. Il y a dans ces paroles un acte de foi dans la divinité de Jésus. En le voyant ressuscité, il ne voit plus seulement l'homme Jésus, qui était avec les Apôtres et qui mangeait avec eux, mais il voit aussi son Dieu et son Seigneur.

Jésus le gronde en lui disant de ne plus être incrédule mais croyant et Il ajoute: «Heureux ceux qui croient sans avoir vu» (Jn 20,28) Nous, nous n'avons pas vu Jésus crucifié, ni Jésus ressuscité, et Il ne nous est pas apparu, néanmoins, nous sommes heureux car nous croyons en ce Jésus-Christ qui est mort et qui est ressuscité pour nous.

Alors, prions ainsi: «Mon Seigneur et mon Dieu enlève de mon chemin tout ce qui m'éloigne de toi; mon Seigneur et mon Dieu donne moi tout ce qui me rapproche de toi; mon Seigneur et mon Dieu, fais que je m'oublie moi-même afin de me donner entièrement à toi» (Saint Nicolas de Flüe).

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 9,9-13): 

 

As Jesus moved on from there, He saw a man named Matthew at his seat in the custom-house, and he said to him, «Follow me». And Matthew got up and followed him. Now it happened, while Jesus was at table in Matthew's house, many tax collectors and other sinners joined Jesus and his disciples. When the Pharisees saw this they said to his disciples, «Why is it that your master eats with those sinners and tax collectors?». When Jesus heard this he said, «Healthy people do not need a doctor, but sick people do. Go and find out what this means: ‘What I want is mercy, not sacrifice’. I did not come to call the righteous but sinners».

 

The Application

 

 

God loves us and in His mercy He accompanies us. We become aware that we are all weak and it is difficult to be always faithful to the divine promise. Like Abraham, we can also face up to just trials and in our faithfulness we will discover how much God helps us to live our lives fully.

 

 

 

It is in this fidelity that Matthew is called to follow the Lord and on his journey with Jesus, he will discover God's mercy, particularly in the way Jesus will welcome his friends with joy. Very often, we are those Pharisees who judge others as sinners and we shut ourselves in, without being able to taste the  divine mercy.

 

 

 

Like Matthew, each of us is invited to respond to this divine call. A call to be with the Lord, a call to become his friends, a call to become the Christ for the beloved of the Father. Matthew responded positively to this call. How do we want to respond to this divine call?

 

Action of the  day:  Courage, follow the Lord.

«Follow me»

 

+ Fr. Pere CAMPANYÀ i Ribó

(Barcelona, Spain)

 

Today, the Gospel speaks to us of a vocation, that of Matthew the publican. Jesus is preparing a small group of disciples that would continue his work of Salvation. And He chooses whom He wants: whether fishermen or from humble professions. He even calls to follow him, a tax collector, a highly abhorred role by the Jews —who considered themselves as perfect Law-abiding citizens—, because they saw it as tantamount to having a sinful life, as they collected taxes in the name of the roman governor, whom they did not want to submit to.

It suffices with Jesus beckoning him to his service: «Follow me» (Mt 9:9). A single word by the Master, and Matthew leaves his profession and, happily, invites him to his home to celebrate with a joyous dinner. It was only natural that Matthew had a group of good friends, of the same “professional guild”, to join him at his table. But, according to the Pharisees, all that kind of people were confirmed sinners publicly recognized as such.

The Pharisees could not therefore silence it and they comment with some of Jesus' disciples: «Why is it that your master eats with those sinners and tax collectors?» (Mt 9:10). Jesus' answer is immediate: «Healthy people do not need a doctor, but sick people do» (Mt 9:12). The comparison is perfect: «I did not come to call the righteous but sinners» (Mt 9:13).

These words of the Gospel are topical. Jesus keeps on inviting us to follow him, each one of us according to his condition and profession. And, more often than not, to follow Jesus means to leave behind some messy passions, or some poor family relationships, or just a waste of time, to allot some moments to prayer, to the Eucharist feast or to some missionary pastoral care. In other words «no Christian ought to think of him as his own master, for he is submitted to God's service» (St. Ignatius of Antioch).

Jesus is, indeed, asking me to change my life, so I wonder: which group do I belong to, to the perfect persons or to those who sincerely accept they can dramatically improve?
For I can improve, can't I?

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 9,9-13): 

 

Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit: «Suis-moi». L'homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples: «Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs?». Jésus, qui avait entendu, déclara: «Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole: C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs».

 

L’Application

 

Dieu nous aime et dans sa miséricorde, il nous accompagne. Nous prenons conscience que nous sommes tous faibles et qu'il est difficile d'être toujours fidèle à la promesse divine. Comme Abraham, nous pouvons aussi faire face à de justes épreuves et dans notre fidélité, nous découvrirons combien Dieu nous aide à vivre pleinement notre vie.

C'est dans cette fidélité que Matthieu est appelé à suivre le Seigneur et sur son chemin avec Jésus, il découvrira la miséricorde de Dieu, notamment dans la manière dont Jésus accueillera ses amis avec joie. Très souvent, nous sommes ces pharisiens qui jugent les autres comme des pécheurs et nous nous enfermons, sans pouvoir goûter à la miséricorde divine.

Comme Matthieu, chacun de nous est invité à répondre à cet appel divin. Un appel à être avec le Seigneur, un appel à devenir ses amis, un appel à devenir le Christ pour les bien-aimés du Père. Matthieu a répondu positivement à cet appel. Comment voulons-nous répondre à cet appel divin ?

«Suis-moi»

 

+ Abbé Pere CAMPANYÀ i Ribó

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous parle d'une vocation, celle du publicain Mathieu. Jésus prépare le petit groupe des disciples qui devront continuer sa mission de salut. Il prend ceux qu'Il veut: des pêcheurs ou des gens d'un métier humble. Ainsi Il appelle un publicain à le suivre, profession qui était mal vue par les juifs, qui se considéraient eux comme étant les parfaits témoins de la loi, et qui se disaient que cette profession se rapprochait un peu trop d'une vie de péché car ils percevaient les impôts au nom du gouverneur romain auquel ils ne voulaient pas se soumettre.

L'invitation de Jésus est suffisante: «Suis-moi» (Mt 9,9). Avec un seul mot du Maître, Mathieu abandonne sa profession et dans sa joie il l'invite chez lui pour un festin pour le remercier. Il va de soi que Mathieu avait de bons amis qui exerçaient le même métier que lui et qui étaient à ses cotés pour fêter cet événement. D'après les pharisiens, ils étaient tous des pécheurs reconnus par tout le monde comme tels.

Les pharisiens ne peuvent pas se taire et font des commentaires aux disciples: «Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs» (Mt 9,10). La réponse de Jésus ne se fait pas attendre: «Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades» (Mt 9,12). L'analogie est parfaite: «Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs» (Mt 9,13).

Les paroles de cet Évangile sont toujours d'actualité. Jésus continue à nous inviter à le suivre, chacun selon sa condition et sa profession. Suivre Jésus, veut dire très souvent, abandonner nos passions désordonnées, nos mauvais comportements familiaux, le gaspillage du temps pour consacrer du temps à la prière, au banquet eucharistique, à l'évangélisation. Enfin, tout cela veut dire «qu'un chrétien n'est pas son propre maître, mais qu'il s'offre au service de Dieu» (Saint Ignace d'Antioche)

Certainement, Jésus me demande des changements dans ma vie, et je me demande à quel groupe de personnes j'appartiens, à ceux qui se sentent parfaits ou bien à ceux qui se reconnaissent sincèrement comme étant imparfaits? Je peux vraiment m'améliorer, n'est-ce pas?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0