Publié le 27 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 13,44-46): 

 

Jesus said to the crowds, «The kingdom of heaven is like a treasure hidden in a field. The one who finds it buries it again; and so happy is he, that he goes and sells everything he has, in order to buy that field.

»Again the kingdom of heaven is like a trader who is looking for fine pearls. Once he has found a pearl of exceptional quality, he goes away, sells everything he has and buys it».

 

The Application

 

What a paradox! In emptying that I will be filled? Sadly, it is so. If you don’t empty your bottle, not even God will fill it, because God respects your freedom of choice. Today’s gospel while enumerating about the Kingdom of God, explains that there is great joy, in joy, he will sell everything, everything he owns!

 

How can you have joy, when you lose everything you have earned all your life? Yes, there is joy, because he sees all that is invisible to others who don’t search, he sees all that he is going to have. He looks not at everything he loses, his immediate pain and what is going to lose, but at everything he gains.

 

It all depends on this look that man can have in his daily life. This look of faith, a look that has its origin in God, directs us not towards emptiness, not towards all that we do not have, but all that God gives us daily, or all that we can have in God.

 

The Kingdom of God, gives us this exceptional experience, a painful process, a rough training and an exhausting transformation, yet we will walk in joy, if we accept to empty ourselves in freedom. It is not the other who imposes it on us, we ourselves have chosen it. This Kingdom is not completely hidden, for it was visible to the people who sought it, and it is still visible to the people who seek it.

 

 

 

The poverty or emptying or selling that God proposes to us is a true richness in God, a discovery of a precious gift, which is God Himself. He gives himself in this gift, in the human encounter a divine encounter, and in the sacrifice the Eucharist.  Unfortunately, if you don't know how to sell everything, you won't be able to get it.

 

Action of the day: Ready to empty what you have, to inherit what God gives you.

«He goes and sells everything he has, in order to buy that field»

 

Fr. Enric CASES i Martín

(Barcelona, Spain)

 

Today, Matthew places two parables about the Kingdom of Heaven for us to ponder over. The announcement of the Kingdom is of essence in Jesus' preaching and in the hopes of the chosen people. But it is evident the nature of this Kingdom is not understood by the majority. The Sanhedrin who condemned him to death did not understand it, nor did Pontius Pilate or Herod, and initially, not even his disciples understood it. We can find only in the good thief, hung in a cross along with him, the comprehension Jesus requests when he says: «Jesus, remember me when you come into your kingdom» (Lk 23:42). Both had been accused as criminals and were about to die; but, because of an unknown reason, the good thief recognizes Jesus as the King of a Kingdom that will come after that terrible death. It could only be a spiritual Kingdom.

In his first preaching, Jesus speaks of the Kingdom as of a hidden treasure, the finding of which causes the finder a great joy and impels him to buy the field to be able to enjoy it forever: «and so happy is he, that he goes and sells everything he has, in order to buy that field» (Mt 13:44). But, at the same time, to reach the Kingdom it is necessary to look for it with yearning and effort, to the point of selling all one may have: «Once he has found one of exceptional quality, he goes away, sells everything he has and buys it» (Mt 13:46). «What is He referring to when He says seek and he who seeks, finds? I daresay He is referring to the pearls and to the pearl, pearl that acquires he who has given up everything and has accepted to lose everything» (Origen).

The Kingdom is peace, justice and liberty. To reach It is, at the same time, a gift from God and a human responsibility. In front of the greatness of this divine gift we realize the imperfection and instability of our own efforts, quite often destroyed by our sins, our wars and our malice that looks insurmountable. Nevertheless, we must have confidence, because what looks impossible for man is more than possible for God.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 27 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 13,44-46): 

 

«Le Royaume des cieux est comparable à un trésor caché dans un champ; l'homme qui l'a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ.

»Ou encore: Le Royaume des cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète la perle».

 

L’Application

 

Il y a une grande joie, dans la joie, il va vendre tout, tout ce qu'il possède ! Comment pouvez-vous avoir de la joie, quand vous perdez tout ce que vous avez gagné pendant toute votre vie ? Oui, il y a de la joie, parce qu'il voit tout ce qu'il ne voit pas maintenant, il voit tout ce qu'il va avoir. Il ne regarde pas tout ce qu'il perd, mais tout ce qu'il gagne.

Tout dépend de ce regard que l'homme peut avoir dans sa vie quotidienne. Ce regard de la foi, un regard qui a son origine en Dieu, nous oriente non pas vers le vide, non pas vers tout ce que nous n'avons pas, mais tout ce que Dieu nous donne quotidiennement, ou tout ce que nous pouvons avoir en Dieu.

Le Royaume de Dieu, nous donne cette expérience exceptionnelle, un processus douloureux, un entraînement rude et une transformation épuisante, mais nous marcherons dans la joie, si nous acceptons de nous vider dans la liberté. Ce n'est pas l'autre qui nous l'impose, c'est nous-mêmes qui l'avons choisi. Ce Royaume n'est pas complètement caché, car il a été visible pour ceux qui l'ont cherché, et il est encore visible pour ceux qui le cherchent.

La pauvreté que Dieu nous propose est une véritable richesse en Dieu, une découverte d'un don précieux, qui est Dieu lui-même. Il se donne dans ce don, dans la rencontre humaine une rencontre divine, et dans le sacrifice, l'Eucharistie.  Malheureusement, si tu ne sais pas tout vendre, tu ne pourras pas l'obtenir.

«Dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ»

 

Abbé Enric CASES i Martín

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Mathieu, soumet à notre réflexion deux paraboles sur le Royaume des Cieux. L'annonce du Royaume a beaucoup d'importance pour la prédication de Jésus ainsi que pour l'espérance du peuple choisi. Mais il est certain que la nature de ce Royaume n'était pas quelque chose connu de tous. Les Sanhédrins qui avaient condamné Jésus à mort ne l'avaient pas compris, Pilate et Hérode non plus, et, au début, même les disciples ne l'avaient pas compris. Nous ne trouvons qu'un seul instant de compréhension, celui du bon larron cloué sur la croix à côté de Jésus, quand il lui dit: «Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne» (Lc 23,42). Tous les deux avaient été accusés en tant que criminels et étaient sur le point de mourir, mais pour une raison que nous ne connaissons pas, le bon larron reconnaît Jésus comme le Roi d'un Royaume qui viendra après cette terrible mort sur la croix. Ce ne pouvait être qu'un Royaume Spirituel.

Jésus, dans sa première prédication, parle du Royaume des Cieux comme d'un trésor caché sous terre, et dont la découverte est cause d'une telle joie, que cela nous incite à acheter le terrain où il se trouve afin de profiter de lui pour toujours. «Dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ» (Mt 13,44). Mais au même temps, pour trouver ce Royaume, nous devons le chercher assidûment même au point de vendre tout ce que nous possédons: «Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète la perle» (Mt 13,46). «Car à propos de quoi est-il dit: ‘cherchez’, ou ‘qui cherche trouve’? Oserai-je dire qu'il s'agit des perles et de la perle, celle que se procure celui qui a tout donné et accepté de tout perdre…» (Origène).

Le Royaume est la paix, amour, justice et liberté. L'atteindre est à la fois un don de Dieu et une responsabilité humaine. Devant la grandeur du don divin, nous constatons l'imperfection et l'instabilité de tous nos efforts, qui sont souvent détruits par le péché, la guerre et la malice qui nous semblent insurmontables. Cependant, nous devons être confiants, car ce qui semble impossible pour l'homme est possible pour Dieu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 26 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 13,36-43): 

 

Jesus dismissed the crowds and went into the house. His disciples approached him and said, “Explain to us the parable of the weeds in the field.” He said in reply, “He who sows good seed is the Son of Man, the field is the world, the good seed the children of the Kingdom. The weeds are the children of the Evil One, and the enemy who sows them is the Devil. The harvest is the end of the age, and the harvesters are angels.

Just as weeds are collected and burned up with fire, so will it be at the end of the age. The Son of Man will send his angels, and they will collect out of his Kingdom all who cause others to sin and all evildoers. They will throw them into the fiery furnace, where there will be wailing and grinding of teeth. Then the righteous will shine like the sun in the Kingdom of their Father. Whoever has ears ought to hear.”

 

The Application

 

Among the 40 parables, Jesus explains only two and today's parable is one of them. Therefore, it is a very important parable for the Lord and we should pay special attention to it and understand it better. For the application of today's gospel, and to better understand today's parable, I invite you to read again.

 

The enemy enters when we are asleep. "Watch and pray, that you enter not into temptation; the spirit is willing, but the flesh is weak," Mt 26:41, Jesus told his disciples in Gethsemane. The moment we separate ourselves from the Lord, that is when the Devil steps in to tempt us.

 

Jesus assures us that the victory belongs to the Lord, to the righteous. The giver is God and the Word is that which nourishes us. We are called, not to look at others, rather to fix at the finalities requested by the Giver. At the last day of judgement, we will discover Him, not as a passive spectator, but as an active and committed God. His silence was only a means to protect and accompany us.

 

Today's Gospel begins by saying, "Then leaving the crowd, he came to the house". Whenever Hi enters, there is particular message or act. When He goes out, there is a open mission, open teaching. By this entry, He assures us that He is with us, to explain everything to us personally, including His silence and patience with the evil, so that we may be converted, and produce the fruits, which will give glory to God.

 

Action of the day: Learn to find reason with God.        

«Explain to us the parable of the weeds in the field»

 

Fr. Iñaki BALLBÉ i Turu

(Terrassa, Barcelona, Spain)

 

Today, through the parable of the weeds and the wheat, the Church urges us to ponder over the coexistence of good and evil. Good and evil within our heart; good and evil we may spot on others, good and evil we can see in the world, all around us.

His disciples ask Jesus: “explain to us the parable” (Mt 13:36). And, today, we can mean to be more careful with our personal prayer, our everyday dealings with God. We can ask him: Lord, tell me why I do not progress enough in my interior life. Tell me how can I be more faithful to you, how can I look for you in my work, or through circumstances I do not understand or I do not want. How can I be a qualified apostle? A prayer is just this, to ask God for “explanations”. How is my prayer? Is it sincere? Is it constant? Is it trusting?

Jesus Christ invites us to keep our eyes focused on Heaven, our eternal home. The speed of life can drive us crazy quite often, but we seldom stop to think that there will come a day —we do not know whether far-off or near— when we shall have to settle our accounts with God and explain which are the fruits borne by the good seeds He has sown on us. And the Lord tells us that at the end of time there will be a selection. So, we must win Heaven here on earth, in our everyday life, without waiting for situations that perhaps will never occur. We have to live heroically our ordinary life, the things that apparently have no transcendence. We must live by thinking of eternity and helping others to think of it, too! Paradoxically, «the man who strives to live must die; whereas the man who does not strive to avoid sin has to live eternally» (St. Julian of Toledo).

We shall reap what we have sown. We have to fight to give today the 100%. So when we are called into God's presence we might be able to go with our hands full: of acts of faith, hope and love, which result in minor things and events that, when lived on an everyday basis, make us better Christians, saints and human.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 26 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 13,36-43): 

 

Alors, laissant la foule, il vint à la maison. Ses disciples s'approchèrent et lui dirent: «Explique-nous clairement la parabole de l'ivraie dans le champ». Il leur répondit: «Celui qui sème le bon grain, c'est le Fils de l'homme; le champ, c'est le monde; le bon grain, ce sont les fils du Royaume; l'ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L'ennemi qui l'a semée, c'est le démon; la moisson, c'est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges. De même que l'on enlève l'ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise: là il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu'il entende!».

 

L’Application

 

Parmi les 40 paraboles, Jésus n'en explique que deux et la parabole d'aujourd'hui est l'une d'entre elles. Il s'agit donc d'une parabole très importante pour le Seigneur et nous devrions y prêter une attention particulière et mieux la comprendre. Pour l'application de l'évangile d'aujourd'hui, et pour mieux comprendre la parabole d'aujourd'hui, je vous invite à relire.

L'ennemi entre lorsque nous sommes endormis. " Veillez et priez, afin que vous n'entriez pas en tentation ; l'esprit est volontaire, mais la chair est faible ", Mt 26, 41, dit Jésus à ses disciples à Gethsémani. Dès que nous nous séparons du Seigneur, c'est là que le Diable entre en scène pour nous tenter.

Jésus nous assure que la victoire appartient au Seigneur, aux justes. Le donateur est Dieu et la Parole est ce qui nous nourrit. Nous sommes appelés, non pas à regarder les autres, mais à nous fixer sur les finalités demandées par le Donneur. Au dernier jour du jugement, nous le découvrirons, non pas comme un spectateur passif, mais comme un acteur actif et engagé. Son silence n'était qu'un moyen pour nous protéger et nous accompagner. L'Évangile d'aujourd'hui commence en disant : " Puis, laissant la foule, il vint à la maison ". Par cette entrée, il nous assure qu'il est avec nous, pour tout nous expliquer, y compris son silence et sa patience, afin que nous puissions nous convertir et produire les fruits qui rendront gloire à Dieu.        

«Explique-nous clairement la parabole de l'ivraie dans le champ»

 

Abbé Iñaki BALLBÉ i Turu

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, à travers la parabole de l'ivraie et du bon grain, l'Église nous invite à méditer sur le bien et le mal. Le bien et le mal qui existe dans notre cœur; le bien et le mal que nous voyons dans les autres, et celui que nous voyons dans le monde.

«Explique-nous clairement la parabole» (Mt 13,36), demandent-ils à Jésus ses disciples. Et nous, aujourd'hui, nous pouvons prendre la résolution de prendre soin de notre prière personnelle, de notre relation quotidienne avec Dieu. —Seigneur, pouvons-nous lui dire, explique-moi pourquoi je n'avance pas suffisamment dans ma vie intérieure. Explique-moi comment je peux t'être plus fidèle, comment je peux te trouver dans mon travail, ou à travers de cette circonstance que je ne comprends pas, ou que je ne veux pas comprendre. Comment puis-je devenir un apôtre qualifié. La prière consiste à demander «des explications» à Dieu. Comment est ma prière? Est-elle sincère? Est-elle constante? Est-elle pleine de confiance?

Jésus-Christ nous invite à fixer le regard vers le Ciel, notre maison pour l'éternité. Souvent, nous vivons envahis par la presse, et presque jamais prenons le temps de penser qu'un jour —loin ou pas, nous ne le savons pas— nous devrons rendre compte à Dieu de notre vie, de comment nous avons fait fructifier les qualités qu'il nous a données. Et le Seigneur nous dit qu'à la fin du monde, il y a aura un triage. Nous devons gagner le Ciel sur la terre, dans le quotidien, sans attendre des situations qui n'arriveront peut-être jamais. Nous devons vivre l'ordinaire et ce qui ne semble avoir aucune transcendance de façon héroïque. Vivre en pensant à l'éternité et aider les autres à penser de cette façon!: paradoxalement, «l'homme qui doit mourir tente d'échapper à la mort; et l'homme qui doit vivre éternellement ne tente pas d'échapper au pécher» (Saint Julien de Toledo).

Nous récolterons ce que nous avons semé. Il faut lutter pour donner aujourd'hui 100%. Et que lorsque Dieu nous appelle en sa présence nous puissions lui présenter les mains pleines: d'actes de foi, d'espérance, d'amour. Qui se concrètent dans de petites choses, dans de petites batailles qui, vécues dans le quotidien, nous font plus chrétiens, plus saints, plus humains.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 13,31-35): 

 

Jesus put another parable before them, «The kingdom of heaven is like a mustard seed, that a man took and sowed in his field. It is smaller than all other seeds, but once it has fully grown, it is bigger than any garden plant; like a tree, the birds come and rest in its branches».

He told them another parable, «The kingdom of heaven is like the yeast that a woman took and buried in three measures of flour until the whole mass of dough began to rise». Jesus taught all this to the crowds by means of parables; He did not say anything to them without using a parable. So what the Prophet had said was fulfilled: ‘I will speak in parables. I will proclaim things kept secret since the beginning of the world’.

 

The Application

 

The parables help us to understand God better and also remind us of our Christian duty. Today's parables tell us that the Kingdom of God is capable of transforming everything, even if it is quantitatively small, it is qualitatively great, with a capacity of God's grace, it will multiply what is good in us.

 

In order to put this gospel into practice, I would like to remind you of last Sunday's gospel, where Jesus fed a large crowd with five loaves of bread. If we give everything to the Lord's hand, with our positive commitment, He is able to multiply and change everything. The gospel invites us to trust in our smallness (a mustard seed and leaven), for in these smallness are the divine works and mysteries.

 

The grace that we receive from God, is such a wonderful thing, so small in nature, once received with freedom and openness, it is capable of making us totally different person. Very often, we don’t desire to be small. Anything ‘small’ in us, make us to feel small greatly. The more we are able to accept these ‘small’ elements of life, and make use of them in a better way, God will in our smallness, work great things. Now the question is, do you wish to allow God to work in you, do you wish the WORD enter in to you, do you wish to become a WORD for others?

 

Action of the day: Believe that the Kingdom of God is in you like a mustard seed.

 

«He did not say anything to them without using a parable»

 

Fr. Josep Mª MANRESA Lamarca

(Valldoreix, Barcelona, Spain)

 

Today, the Gospel shows us Jesus preaching to his disciples. He does so, as is His custom, in the form of parables, using simple everyday images to explain the great hidden mysteries of His Kingdom. In this way he could be understood by everyone from the most highly educated to the simplest of individuals.

«The kingdom of heaven is like a mustard seed» (Mt 13:31) The mustard seed is so tiny it is almost invisible, but if we take good care of it and water it properly... it ends up becoming a large tree. «The kingdom of heaven is like the yeast that a woman took and buried in three measures of flour (...)» (Mt 13:33). The yeast is invisible, but if it weren't present the dough would not rise. Such is the way for life lived as a Christian, the life of grace: you don't see it externally; it doesn't make a sound, but… if one lets it introduce itself in one's heart, divine grace nourishes the seed and converts people from sinners to saints.

We get this divine grace through faith, through prayer, through the sacraments, through love. But this life of grace is, above all, a gift that we must wait and hope for, that we must desire with humility. A gift which the wise and learned of this world do not know how to appreciate, but that Our Lord God wants to transmit to the humble and uncomplicated.

It would be great if, when He looks for us, he finds us, not in the group of the proud, but amongst the humble, the ones who recognize themselves as weak sinners, but very grateful for, and trusting in, the goodness of the Lord. This way the mustard seed will grow into the large tree, the yeast of the Word of God will bring about for us the fruit of eternal life because «the more the heart is lowered in humility, the higher it is raised to perfection» (Saint Augustine).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 25 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 13,31-35): 

 

Il leur proposa une autre parabole: «Le Royaume des cieux est comparable à une graine de moutarde qu'un homme a semée dans son champ. C'est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel font leurs nids dans ses branches».

Il leur dit une autre parabole: «Le Royaume des cieux est comparable à du levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte ait levé». Tout cela, Jésus le dit à la foule en paraboles, et il ne leur disait rien sans employer de paraboles, accomplissant ainsi la parole du prophète: «C'est en paraboles que je parlerai, je proclamerai des choses cachées depuis les origines».

 

L’Application

 

Les paraboles nous aident à mieux comprendre Dieu et nous rappellent aussi notre devoir de chrétien.Les paraboles d'aujourd'hui nous disent que le Royaume de Dieu est capable de tout transformer, même si c'est quantitativement petit, c'est qualitativement grand, avec une capacité de la grâce de Dieu, il multipliera ce qui est bon en nous.

Pour mettre en pratique cet évangile, je voudrais vous rappeler l'évangile de dimanche dernier, où Jésus a nourri une grande foule avec cinq pains.  Si nous remettons tout entre les mains du Seigneur, avec notre engagement positif, Il est capable de tout multiplier et de tout changer. L'évangile nous invite à faire confiance à notre petitesse (un grain de moutarde et du levain), car dans ces petitesses se trouvent les œuvres et les mystères divins.

 

«Il ne leur disait rien sans employer de paraboles»

 

Abbé Josep Mª MANRESA Lamarca

(Valldoreix, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente Jésus prêchant à ses disciples. Et il le fait de sa façon habituelle, à travers les paraboles, c'est-à-dire en employant des images simples et courantes pour expliquer les grands mystères cachés du Reine. De cette façon, tout le monde pouvait comprendre, depuis les gens avec un haut niveau d'éducation, jusqu'à ceux pour qui ce n'était pas le cas.

«Le Royaume des cieux est comparable à une graine de moutarde…» (Mt 13,31). Les graines de moutarde ne sont presque pas visibles. Elles sont très petites, mais si on les soigne bien et on les arrose… elles finissent par se transformer en un arbre immense. «Le Royaume des cieux est comparable à du levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine...» (Mt 13,33). La levure ne se voit pas, mais si elle n'y était pas, la pâte ne lèverait pas. La vie chrétienne, la vie de la grâce est similaire: elle ne se voit pas depuis l'extérieur, elle ne fait pas de bruit, mais… si on la laisse s'introduire dans notre cœur, la grâce divine fait fructifier la semence et convertit les personnes de pécheresses à saintes.

Cette grâce divine nous est donnée par la foi, à travers la prière, les sacrements et la charité. Mais cette vie de la grâce est tout d'abord un don qu'il faut attendre et souhaiter avec humilité. Un don que les sages et les connaisseurs de ce monde ne savent pas juger à sa juste valeur, mais que Dieu Notre Seigneur veut faire arriver aux humbles et aux plus simples.

Espérons que lorsque Dieu nous cherche, il puisse nous trouver, non pas dans le groupe des orgueilleux, mais bien des humbles, qui se reconnaissent faibles et pécheurs, mais reconnaissants et confiants en la bonté du Seigneur. De cette façon, la graine de moutarde se transformera en un arbre immense; de cette façon, la levure de la Parole de Dieu travaillera en nous les fruits de la vie éternelle. Car «plus le coeur s'abaisse par humilité, plus il s'élève vers la perfection» (Saint Augustin).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 13,24-30): 

 

Jesus told his disciples another parable, «The kingdom of heaven can be compared to a man who sowed good seed in his field. While everyone was asleep, his enemy came and sowed weeds among the wheat and left. When the plants sprouted and produced grain, the weeds also appeared. Then the servants of the owner came to him and said: ‘Sir, was it not good seed that you sowed in your field? Where did the weeds come from?’. He answered them: ‘This is the work of an enemy’. They asked him: ‘Do you want us to go and pull up the weeds?’. He told them: ‘No, when you pull up the weeds, you might uproot the wheat with them. Let them just grow together until harvest; and at harvest time I will say to the workers: Pull up the weeds first, tie them in bundles and burn them; then gather the wheat into my barn’».

 

The Application

 

The sower sows the good seed, yet there is bad plants. We already see this in our daily lives. We would like to do one thing, but in reality we end up doing the opposite. Jesus tells us that everything God has made is always good, including man. He tells us that evil coexists through an external artificial interruption and we must pay attention to it.

 

Since we have a God who is patient with us, a merciful God, He leaves us free. God desires that in our freedom we always choose God and His will and reject everything that is against divine love. By this discernment, we can remain with God and by consequence, we will give good fruit.

 

Action of the day: Discern every word and act.

«Let them just grow together»

 

Fr. Manuel SÁNCHEZ Sánchez

(Sevilla, Spain)

 

Today, we shall ponder over a parable referring to community living, where good and evil, Gospel and sin, constantly get mixed up. Settling this situation as the servant suggests would seem the logical approach: «Do you want us to go and pull up the weeds?’» (Mt 13:28). But God's patience is infinite, and He waits until the very last moment —as a good father would— for the possibility of a change: «Let them just grow together until harvest» (Mt 13:30).

An ambiguous and mediocre reality, perhaps, but that is where God's Kingdom grows. It has to do with the feeling of being called to discover the signals of the Kingdom of God so we can boost it, while we are trying to avoid whatever conforms us into mediocrity. However, living in that mixture of good and evil should not hinder nor hamper the advance of our spiritual life; for, otherwise, we should be transforming our wheat into weeds. «Sir, was it not good seed that you sowed in your field? Where did the weeds come from?» (Mt 13:27). It is not possible to grow in any other way, nor can we look for the Kingdom anywhere else than simply in this society we are given to live in. Our task will be to make the Kingdom of God grow in it.

The Gospel invites us not to grant any credit to the “pure”, to overcome the existing aspects of puritanism and bigotry of the Christian community. In all collectivities, no matter how healthy they are meant to be, it is easy to find this kind of attitude. Leaning on ideals, we all feel tempted to think we are the lucky ones that have already achieved perfection, while the rest is still far from it. Yet, Jesus proves that all of us, without exception, are still on our way.

Let us, therefore, be on the alert to prevent the devil to sneak up on us, which is what normally happens when we conform ourselves too much to this world. St. Angela of the Cross said, «we are not to listen to the voices of the world saying there are who do this or that; we stick to our own way, without inventing any variations, and always following our way of doing those things, which are like hidden treasures; for they will open the gates of Heaven for us». Let the Mother of God help us conforming only to love.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 23 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 13,24-30): 

 

Il leur proposa une autre parabole: «Le Royaume des cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint; il sema de l'ivraie au milieu du blé et s'en alla. Quand la tige poussa et produisit l'épi, alors l'ivraie apparut aussi. Les serviteurs du maître vinrent lui dire: "Seigneur, n'est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie?’. Il leur dit: ‘C'est un ennemi qui a fait cela’. Les serviteurs lui disent:‘Alors, veux-tu que nous allions l'enlever?’. Il répond: ‘Non, de peur qu'en enlevant l'ivraie, vous n'arrachiez le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Enlevez d'abord l'ivraie, liez-la en bottes pour la brûler; quant au blé, rentrez-le dans mon grenier’».

 

L’Application

 

Le semeur sème la bonne graine, et pourtant il y a de mauvaises plantes. Nous voyons déjà cela dans notre vie quotidienne. Nous voudrions faire une chose, mais en réalité nous finissons par faire le contraire. Jésus nous dit que tout ce que Dieu a fait est toujours bon, y compris l'homme. Il nous dit que le mal coexiste par une interruption artificielle extérieure et que nous devons y prêter attention. 

Puisque nous avons un Dieu qui est patient avec nous, un Dieu miséricordieux, il nous laisse libres. Dieu désire que dans notre liberté nous choisissions toujours Dieu et sa volonté et que nous rejetions tout ce qui est contre l'amour divin. Par ce discernement, nous pouvons rester avec Dieu et par conséquent, nous donnerons de bons fruits. 

«Laissez-les pousser ensemble»

 

Abbé Manuel SÁNCHEZ Sánchez

(Sevilla, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous considérons une parabole qui nous propose l'opportunité de nous référer à la vie en communauté, où, le bien et le mal, l'Évangile et le péché, s'y mélangent toujours. L'attitude logique serait celle d'en finir avec cette situation, comme les serviteurs prétendent: «Alors, veux-tu que nous allions l'enlever?» (Mt 13,28). Mais la patience de Dieu est infinie, et il attend jusqu'au dernier moment —comme un bon père— la possibilité d'un changement: «Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson» (Mt 13,30).

Une réalité ambiguë et médiocre, mais c'est où le Royaume se trouve. Il s'agit de nous sentir convoqués à découvrir les signaux du Royaume de Dieu pour pouvoir le renforcer. Et, d'une autre côté, ne pas favoriser rien qui puisse nous contenter de la médiocrité. Cependant, le fait de vivre dans une mélange du bien et du mal ne doit pas nous empêcher d'avancer dans notre vie spirituelle; le contraire ce serait de convertir notre blé dans de l'ivraie. «Seigneur, n'est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie?» (Mt 13,27).

Il est impossible de pouvoir grandir d'une autre façon, ni pouvons-nous quérir le Royaume autre part que dans la société où nous demeurons. Notre besogne sera de faire que le Royaume de Dieu puisse y naître.

L'Évangile nous incite à ne pas donner du crédit aux “purs” et à surmonter les aspects de puritanisme et d'intolérance qui puissent exister dans la communauté chrétienne. Il est facile de trouver ce genre d'attitudes dans toutes les collectivités, même si elles sont très adroites.

Face à un idéal, nous avons tous la tentation de croire que nous l'avons déjà atteint, alors que les autres sont encore loin d'y réussir. Mais Jésus constate qu'absolument tous, nous sommes tout simplement acheminés.

Veillons à ne pas laisser le démon se faufiler dans nos vies, ce qui arrive quand nous nous accommodons au monde. Sainte Angela de la Croix disait que «il faut boucher nos oreilles aux voix du monde qui nous distrait; quant à nous autres, le train-train quotidien, sans inventer des variations et respectant la façon de faire les choses qui sont un trésor caché; ce sont celles qui nous ouvriront les portes du ciel». Que la Très Sainte Vierge Marie nous accorde de nous accommoder seulement à l'amour.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 13,18-23): 

 

Jesus said to his disciples, «Now listen to the parable of the sower. When a person hears the message of the Kingdom but without taking it to himself, the devil comes and snatches away what was sown in his heart. This is the seed that fell along the footpath. The seed that fell on rocky ground stands for the one who hears the word and accepts it at once with joy. But this fickle and has no roots. No sooner is he harassed or persecuted because of the word, than he gives up. The seed that fell among the thistles is the one who hears the word, but then the worries of this life and the love of money choke the word, and it does not bear fruit. As for the seed that fell on good soil it is the one who hears the word and under-stands it; this bears fruit and produces a hundred, or sixty, or thirty times more».

 

The Application

 

How to listen to the word of God and understand it? It looks like as if it is very complicated, because, we find difficult to discern the word of God beyond the holy Scriptures and all the more difficult to understand, what is already said in the Holy Scriptures. There are people who are faithful to the letters, rather than the spirit. Their knowledge of the Scripture is so great that, they don't allow it to enter into their heart. 

 

For me personally, I don’t enter in to the details of the parable, in search of what is already put inside of me. If I can discern it, it’s already a very good job.  I simply ask to myself, whether my heart is filled with love and compassion. Am I capable to think and act with compassion and mercy? If yes, then there is nothing more we have to do. Simply, let us allow the Word to enter into our hearts and it will certainly produce the good fruit.

 

The more we try to master the Word of God, greater will be our fall. Many of our preachers fail to understand the God of mercy and compassion, and announce a God of judgement. It’s very sad to see that many of our people even ask the priests to preach of the last day and the judgement day. Let’s not allow us to fall in to such trap and be open to the irruption of the Holy Spirit.

 

Action of the day: Allow the Word to enter into yourself.

«Now listen to the parable of the sower»

 

Fr. Josep LAPLANA OSB Monk of Montserrat

(Montserrat, Barcelona, Spain)

 

Today, we contemplate God as a good and magnanimous farmer, who has so richly sown his field. He has not spared anything for the redemption of man; He has vested everything in his own Son Jesus Christ who, as the seed sown in the good soil (death and burial), with his saint Resurrection has become our own life and resurrection.

God is a farmer who knows how to wait. Time belongs to the Father, for He is the only one to know about the day or the hour (cf. Mk 13:32) of the harvest and threshing. And God waits. And we must also wait while synchronizing the watch of our hopes with God's design of salvation. St. James says: «See how the farmer waits for the precious fruit of the earth, being patient with it until it receives the early and the late rains» (Jas 5:7). God waits on the crop that grows thanks to his grace. And we must also stay on our toes; we must collaborate with God's grace by giving him our cooperation and opposing no obstacles to this transforming action of God.

God's crop, which here on earth, grows and bears fruit, is a feat visible through its effects; we can see them in actual miracles and in clamorous examples of saintliness of life. There are plenty of people that after having heard all the words and din of this world are hungry and thirsty for the authentic Word of God, wherever it is, alive and incarnated. There are thousands who live their belonging to Jesus Christ and to the Church with the same enthusiasm than in the first times of the Gospel, because the divine word «finds the soil where to germinate and bear fruit» (St. Augustine); we must therefore raise our morale and look at our future with the eyes of the faith.

The success of the crop does not depend upon our human strategies or upon our marketing techniques, but upon God's initiative of salvation “rich in mercy” and upon the efficiency of the Holy Spirit, that can transform our lives so we can bear the delicious fruits of charity and of contagious joy.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

Évangile

(Mc 3, 31-35)

 

En ce temps-là, comme Jésus était dans une maison, arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler. Une foule était assise autour de lui ; et on lui dit : « Voici que ta mère et tes frères sont là dehors : ils te cherchent. » Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? » Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » –

 

L’Application

 

La fête d'un saint provoque déjà en nous le désir de devenir un saint comme . Pour devenir comme eux, nous sommes appelés à voir leur vie. Dans leur vie, nous pouvons découvrir deux éléments importants. Premièrement, ils écoutaient le Seigneur et mettaient cette Parole en pratique. Deuxièmement, ils représentaient une présence divine en eux et autour d'eux, par leurs paroles ou leurs actes à tous ceux qui entraient en contact avec eux. Ils vivaient la Parole et les autres découvraient dans cette Parole (dans leur vie), la vie, une vie nouvelle que Dieu leur apportait. Devenir un saint est synonyme de devenir un HOMME, l'homme que Dieu désire en nous, une humanité riche en divinité.

 

 

«Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu nuit et jour en jeûnant et en priant»

 

+ Abbé Joan Ant. MATEO i García

(Tremp, Lleida, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous célébrons la Sainte Brigitte. Par une chaude matinée du 23 juillet 1373, à Rome, pendant que Pierre d'Alvastra célébrait la Messe dans sa cellule, Brigitte confiait son âme au Seigneur pendant qu'elle marmottait : "Seigneur, je remets mon esprit entre tes mains", au moment même ou le prêtre élevait la Sainte Hostie.

Elle avait 70 ans et atteignait la fin d'une vie de fidélité aux desseins de Dieu, un peu à la manière de la prophétesse Anne, fille de Phanuel : Elle était "d'un âge avancé ; après son mariage elle avait vécu sept ans avec son mari, elle devint veuve et ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu nuit et jour en jeûnant et en priant (Lc 2,36-37).

La vie de Sainte Brigitte est fascinante : fille, épouse, mère de huit enfants, veuve, princesse et conseillère des rois, religieuse, fondatrice… Et surtout, épouse aimée de Jésus qui lui confia des secrets célestes et la fit rentrer dans l'amour révélé dans sa Passion. Jean-Paul II l'a intégrée dans les Patronnes de l'Europe. Comme Anne, Brigitte a servi le Seigneur alors qu'elle était une femme mariée puis veuve. Comme Anne, elle se consacrait au Seigneur nuit et jour.

Dieu s'est manifesté à elle et elle a accueilli docilement le dessein divin dans sa vie. Elle fut un instrument fidèle et eut une grande influence dans la rénovation de l'Europe de son époque. Un vrai exemple d'actualité pour nous. Nous aussi nous attendons que l'Europe soit libérée de ses esclavages et que son sang chrétien resplendisse. Dieu compte sur nous pour cela. Si nous sommes des instruments fidèles, Il réalisera de grandes œuvres par notre intermédiaire. Ecoutons la voix de Dieu dans le silence et la prière. Passons-nous de toutes les choses superflues et vaniteuses. Que notre richesse soit le Seigneur. Et ne perdons jamais la joie d'aimer davantage Dieu et de croître dans la sainteté.

"Béni sois-tu, mon Seigneur Jésus-Christ, toi qui, avec ton sang précieux et ta mort sacrée, as racheté les âmes et les as rendues avec miséricorde de cet exil à la vie éternelle (Sainte Brigitte).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0