Publié le 16 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 12,14-21): 

 

The Pharisees went out and made plans to get rid of Jesus. As Jesus was aware of the plot, He went away from that place. Many people followed him and He cured all who were sick. Then He gave them strict orders not to make him known. In this way Isaiah's prophecy was fulfilled: «Here is my servant whom I have chosen, the one I love, and with whom I am pleased. I will put my Spirit upon him and He will announce my judgment to the nations. He will not argue or shout, nor will his voice be heard in the streets. The bruised reed He will not crush, nor snuff out the smoldering wick. He will persist until justice is made victorious and in him all the nations will put their hope».

 

The Application

 

In silence, the Lord continues to do good., yet everyone puts their hope in His Name. It is not easy to be so, especially in silence, retreating into one's interiority, far from publicity, yet very effective in the mission entrusted to us...! We thank God for giving us a good example of life and taught us to put our trust in this loving God, who is very often seen active in silence.

 

 

 

Very often, the moment arrives unnoticed, brutal, immediate without giving us sufficient time to prepare ourselves for it. The people of Israel came out of Egypt, just like that, in one night, for a journey of forty years in the desert, yet well accompanied by the Lord.

 

 

 

Today, we are that servant chosen by the Lord. In us God has placed all his trust and joy. He accompanies us on our way to holiness, through the Holy Spirit, so that we may proclaim the Good News, without making any noise, but through a life of witness, through a life filled with love and forgiveness. God needs us and he counts on us. Let us be the envoys of the Father.

 

Action of the day: Believe in the active presence of God.

«He cured all who were sick»

 

Fr. Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Spain)

 

Today, the Gospel brings up a double message. On the one hand, Jesus calls us with a beautiful invitation to follow him: «Many people followed him and He cured all who were sick» (Mt 12:15). If we follow him we shall find the remedy for all the troubles of our journey, as we were reminded not long ago: «Come to me, all you who are weary and burdened, and I will give you rest» (Mt 11:28). On the other hand, we are showed the value of gentle love: «He will not argue or shout» (Mt 12:19).

He knows we are burdened and weary because of the heaviness of our temperamental and physical weaknesses... and for this unexpected cross that has visited us with all its coarseness, with all our disagreements, disappointments, grief and sorrow. In fact, «the Pharisees went out and made plans to get rid of Jesus» (Mt 12:14) and... if we know the disciple is not above his teacher (cf. Mt 10:24), we should be conscious that we shall also have to suffer from incomprehension and persecution.

All in all, it is a heavy burden upon us, a bundle that strains us. And we feel as if Jesus would be saying: «Cast off your bundle at me feet, and I will take care of it; give me that heavy burden that crashes you, and I will carry it; unload your worries and turn them over to me...».

It is kind of funny: Jesus invites us to cast off our burden, while He is offering us another one: his yoke, with the promise, however, that it is a soft and light one. He wants to show us that we cannot go around the world without any burden upon us. We are to carry some kind of load, anyway. But, let it not be our bundle full of materialism; let it be, instead, his burden that does not encumber us.

In Africa, mothers and elder sisters carry their offspring on their back. A missionary, once, saw a girl carrying her little brother... And he asked her: «Are you sure he is not too heavy for you?». And she answered back without thinking twice: «He is not heavy, he is my little brother, and I love him». Love, Jesus’ yoke, is not only light, but it also sets us free from all that overwhelms us.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 16 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 12,14-21): 

 

Les pharisiens se réunirent contre Jésus pour voir comment le faire périr. Jésus, l'ayant appris, quitta cet endroit; beaucoup de gens le suivirent, et il les guérit tous. Mais Jésus leur défendit vivement de le faire connaître. Ainsi devait s'accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe: «Voici mon serviteur que j'ai choisi, mon bien-aimé en qui j'ai mis toute ma joie. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, aux nations il fera connaître le jugement. Il ne protestera pas, il ne criera pas,on n'entendra pas sa voix sur les places publiques. Il n'écrasera pas le roseau froissé, il n'éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu'à ce qu'il ait fait triompher le jugement. Les nations païennes mettent leur espoir en son nom».

 

L’Application

 

Dans le silence, le Seigneur continue à faire le bien, et pourtant tout le monde met son espoir en son Nom. Il n'est pas facile d'être ainsi, surtout dans le silence, en se retirant dans son intériorité, loin de la publicité, et pourtant très efficace dans la mission qui nous est confiée ! Nous remercions Dieu de nous avoir donné un bon exemple de vie et de nous avoir appris à mettre notre confiance en ce Dieu d'amour, que l'on voit très souvent actif dans le silence.

Très souvent, le moment arrive inaperçu, brutal, immédiat sans nous laisser le temps de nous y préparer. Le peuple d'Israël est sorti d'Egypte, comme ça, en une nuit, pour un voyage de quarante ans dans le désert, pourtant bien accompagné par le Seigneur.

Aujourd'hui, nous sommes ce serviteur choisi par le Seigneur. En nous, Dieu a mis toute sa confiance et sa joie. Il nous accompagne sur notre chemin de sainteté, par l'Esprit Saint, pour que nous puissions annoncer la Bonne Nouvelle, sans faire de bruit, mais par une vie de témoignage, par une vie remplie d'amour et de pardon. Dieu a besoin de nous et il compte sur nous. Soyons les envoyés du Père.

 

«Il les guérit tous»

 

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM

(Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous trouvons un double message. D'un côté, Jésus nous appelle avec une belle invitation à le suivre: «Beaucoup de gens le suivirent, et il les guérit tous» (Mt 12,15). Si nous le suivons nous trouverons le remède aux difficultés du chemin, comme Il nous rappelait il n'y a pas longtemps: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos» (Mt 11,28). De l'autre côté, on nous montre le courage de l'amour paisible: «Il ne protestera pas, il ne criera pas» (Mt 12,19).

Il sait que nous sommes accablés et éreintés par le poids de nos faiblesses physiques et morales... et par cette croix inattendue qui nous a rendu visite dans toute sa crudité, par les frictions, les désillusions, le chagrin. En fait, «ils se réunirent contre Jésus pour voir comment le faire périr» (Mt 12,14) et... nous que sommes conscients que le disciple n'est pas au-dessus de son maître (cf. Mt 10,24), nous devons être aussi conscients que nous devrons également souffrir l'incompréhension et l'affront.

Tout cela constitue un fardeau qui pèse sur nos épaules, un fardeau qui nous fait fléchir. Et nous entendons alors comme la voix de Jésus qui nous dit: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos…»

C'est curieux: Jésus nous invite à laisser notre poids, mais il nous en offre un autre: son joug, avec la promesse, ça oui, qu'il est doux et léger. Il veut nous montrer que nous ne pouvons pas aller dans ce monde sans aucun poids. Nous devons porter un fardeau ou un autre. Mais qu'il ne s'agisse pas de notre fardeau plein de matérialisme; qu'il s'agisse de son poids qui est léger…

En Afrique, les mères et les sœurs aînées amènent les plus petits accrochés sur le dos. Une fois un missionnaire vit une gamine qui y portait son petit frère... Et il lui demanda: «Ne crois-tu pas que c'est un poids trop lourd pour toi?». Elle répondit sans y penser: «Il n'est pas un poids, il est mon petit frère et je l'aime». L'amour, le joug de Jésus, n'est pas lourd, mais il nous délivre de tout ce qui nous accable.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 12,1-8): 

 

It happened that Jesus walked through the wheat fields on a Sabbath. His disciples were hungry, and began to pick some heads of wheat and crush them to eat the grain. When the Pharisees noticed this, they said to Jesus, «Look at your disciples; they are doing what is prohibited on the Sabbath!». Jesus answered, «Have you not read what David did when he and his men were hungry? He went into the house of God, and they ate the bread offered to God, although neither he nor his men had the right to eat it, but only the priests. And have you not read in the Law that on the Sabbath the priests in the Temple break the Sabbath rest, yet they are not guilty? I tell you, there is greater than the Temple here. If you really knew the meaning of the words: ‘It is mercy I want, not sacrifice’, you would not have condemned the innocent. Besides the Son of Man is Lord of the Sabbath».

 

The Application

 

We are very often caught up with rules and regulations, thus fail drastically in our humanity. Jesus is inviting us to live our rules and regulations with certain element of humanity. It is in this humanity that we identify ourselves as children of merciful God. It is easy to identify what we don’t have, but very difficult to identify what we have. It is in this having (being) that the world is build, not in simply repeating or enacting few reasonable acts.

 

This day (first reading), is a day like any other, will not be so further, for it will make a landmark history. The slain lamb and its shed blood will be remembered for eternity. I am sure that the times we live in today with lockdowns, will be like that for our generation. That is why we must live each moment of life in an exceptional way, because it is already part of a story, our history.

 

 

The story in the first reading makes us to understand that God's mercy has no limits. God shows his mercy not only to his beloved ones, but also to the Egyptian people. In today's Gospel Jesus reminds us that the Pharisees lacked it.

 

 

 

A merciless judgement will not bring about divine justice, because in this judgement we do not recognise the man, the weakened man. When the act of man takes a higher place than man, himself, man loses his own credibility as a man and he becomes by this act of justice, the wild man and the animal. In our acts of mercy, can we demonstrate that we are the masters of the Sabbath?

 

Action of the day: Be merciful

«It is mercy I want, not sacrifice»

 

Fr. Josep RIBOT i Margarit

(Tarragona, Spain)

 

Today, the Lord is closing in the wheat fields of our lives, to pick the fruits of sanctity. Will He find charity, love of God and fellow man? Will Jesus, that corrects the rabbis' meticulous casuistry making the Sabbath rest law totally unbearable, have to remind us that He is only interested in our heart, in our capacity to love?

«Look at your disciples; they are doing what is prohibited on the Sabbath!» (Mt 12:2). And the unbelievable thing is they sincerely meant it. How can anyone forbid doing always a good deed? There is something reminding us no reason could exist excusing us from not helping others. True charity respects the demands for justice, by avoiding our falling into arbitrariness or whim, while preventing harshness to kill the true spirit of God's Law; for charity is nothing but a continuous invitation to loving, to give ourselves to others.

«It is mercy I want, not sacrifice» (Mt 12:7). Let us repeat it many times to engrave it on our heart: God, who is rich in mercy, wants us to be merciful. «How close God is of he who confess his mercy! Yes; God is not far from those contrite at heart» (St. Augustine). And how far away from God are we when we let our heart turn into hard stone!

Jesus Christ accused the Pharisees of condemning the innocent. That is a serious accusation. But what about us? Are we seriously interested in other people's problems? Do we consider them with affection and sympathy, as if we were judging a friend or a brother? Let us try not to lose our way, after all.

We beg you, O Mother of God, to make us merciful and to show us how to forgive. Let us be benevolent and kind. And if we discover in our life some details that do not fit at the heart of this disposition, now is a good time to rectify them, by formulating some effective purpose.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 12,1-8): 

 

En ce temps-là, Jésus passait, un jour de sabbat, à travers les champs de blé, et ses disciples eurent faim; ils se mirent à arracher des épis et à les manger. En voyant cela, les pharisiens lui dirent: «Voilà que tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire le jour du sabbat!». Mais il leur répondit: «N'avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, ainsi que ses compagnons? Il entra dans la maison de Dieu, et ils mangèrent les pains de l'offrande; or, cela n'était permis ni à lui, ni à ses compagnons, mais aux prêtres seulement. Ou bien encore, n'avez-vous pas lu dans la Loi que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple, manquent au repos du sabbat sans commettre aucune faute? Or, je vous le dis: il y a ici plus grand que le Temple. Si vous aviez compris ce que veut dire cette parole: C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices, vous n'auriez pas condamné ceux qui n'ont commis aucune faute. Car le Fils de l'homme est maître du sabbat».

 

L’Application

 

Ce jour (première lecture), qui est un jour comme les autres, ne le sera pas, car il fera date dans l'histoire. L'agneau immolé et son sang versé resteront dans les mémoires pour l'éternité. Je suis sûr que l'époque dans laquelle nous vivons sera ainsi pour notre génération. C'est pourquoi nous devons vivre chaque moment de la vie de manière exceptionnelle, car il fait déjà partie d'une histoire, notre histoire.

Le récit de la première lecture nous fait comprendre que la miséricorde de Dieu n'a pas de limites. Dieu montre sa miséricorde non seulement à ses bien-aimés, mais aussi au peuple égyptien. Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus nous rappelle que les pharisiens en manquaient.

Un jugement impitoyable n'apportera pas la justice divine, car dans ce jugement, on ne reconnaît pas l'homme, l'homme affaibli. Lorsque l'acte de l'homme prend une place supérieure à l'homme, lui-même, l'homme perd sa propre crédibilité en tant qu'homme et il devient par cet acte de justice, l'homme sauvage et l'animal. Dans nos actes de miséricorde, pouvons-nous démontrer que nous sommes les maîtres du sabbat ?

«C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

 

Abbé Josep RIBOT i Margarit

(Tarragona, Espagne)

 

Aujourd'hui, le Seigneur se rapproche du semis de ta vie, pour cueillir les fruits de sainteté. Trouvera-t-Il quand Il viendra de la charité, de l'amour pour Dieu et pour autrui? Jésus, qui corrige la casuistique méticuleuse des rabbis, celle qui rendait insupportable la loi du repos sabbatique: devra-t-il te rappeler qu'Il est seulement intéressé à ton cœur, à ta capacité d'aimer?

«Voilà que tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire le jour du sabbat!» (Mt 12,2). Et ils l'ont dit convaincus, ce qui est incroyable! Comment interdire de faire toujours le bien? Il y a quelque chose qui te rappelle qu'il n'existe aucune motivation t'excusant de ne pas vouloir aider l'autre.

La véritable charité consisterait à respecter les exigences de la justice, en évitant l'arbitraire ou le caprice personnel, mais en empêchant la rigidité qui tue l'esprit de la loi de Dieu, qui n'est qu'une invitation continuelle à aimer, à se donner aux autres.

«C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices» (Mt 12,7). Répète ces paroles maintes fois, afin de les graver dans ton cœur: Dieu, riche en miséricorde, nous veut miséricordieux.

«Que ce Dieu est prochain de celui qui confesse sa miséricorde! Oui; Dieu n'est pas loin de ceux qui sont contrits de cœur» (Saint Augustin). Et que tu es loin de Dieu quand tu permets que ton cœur s'endurcisse comme la pierre!

Jésus-Christ accusa les pharisiens de condamner les innocents. Une grave accusation. Et toi? T'intéresses-tu vraiment aux choses de ton prochain? Les juges-tu avec affection, avec sympathie, comme celui qui juge un ami ou un frère? Essaie de ne pas perdre le nord de ta vie.

Demande à la Vierge de te faire miséricordieux, que tu saches pardonner. Sois bienveillant. Et si tu découvres dans ta vie quelque détail qui puisse contraster avec cette disposition de fond, maintenant c'est un bon moment pour rectifier, tout en formulant quelque propos efficace.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 11,28-30): 

 

Jesus spoke thus, «Come to me, all you who work hard and who carry heavy burdens and I will refresh you. Take my yoke upon you and learn from me for I am gentle and humble of heart; and you will find rest. For my yoke is good and my burden is light».

 

The Application

 

Who doesn’t have a problem? We all the some problems and some are beyond our capacities. Today Jesus is asking us to take his yoke. Just like any yoke, it is made fit for us. Thus it is easy to carry, because God doesn’t allow anything beyond our capacities. Since many of us don’t understand our own capacities, we get frightened of problems. If we learn to face them courageously, being assured of God’s presence, everything will melt like snow.

 

Very often we have a feeling that we walk alone in difficult and painful times. We recognised in the first reading that God was suffering with the people and He chose Moses to carry the cross of liberation. The people in Egypt were not aware of this process of liberation. Moses is called to trust and he will. Just like Moses, if we trust God, we will discover, in faith, how God accompanies us silently and discreetly,.

 

"Come to me" is an invitation not only for us to rest, but also to understand and discover that the God of mercy and compassion understands our sufferings and sorrows. Even if the yoke of the Lord, like that of the Cross He carried, is a difficult yoke to bear, with the support of Jesus, for us today, this yoke will be easy to carry, because Jesus will carry it for us. Anything that comes in our way, discouraging or demoralising, He will give us a solution to overcome. So let us not be afraid to bear the yoke of the Lord, because in it we have the possibility of establishing a bond relationship with God.

 

Action of the day: Wilfully accept the yoke of the Lord.

«Come to me, all you who carry heavy burdens (…), and you will find rest»

 

Fr. Julio César RAMOS González SDB

(Mendoza, Argentina)

 

Today, facing a world which decided to turn its back on God, in front of a world hostile to the Christianity and to Christians, to listen to Jesus (who is the One who is talking to us in the liturgy or in the private reading of the Word) brings consolation, joy and hope in the middle of the daily struggles: «Come to me, all you who carry heavy burdens (…), and you will find rest.» (Mt 11:28-29).

Consolation, as these words contain the promise of relieve which comes from God’s love. Joy, as they make the heart feel the security of faith in this promise. Hope, as walking in a world rebelled against God and ourselves, we who believe in God know that not everything comes to an end, although many “ends” have turned into “beginnings” of much better things, as His own Resurrection proves.

Our aim, a starting point to the love of God, is to be permanently with Christ, “yoke” of a law which is not based in the limited capacity of human motivations, but in the eternal saving willingness of God.

In this sense Benedict XVI tells us in one of his Catechesis:” God has a plan with and for us, and this one must be converted in what we want and are. The essence of heaven is based in fulfilling unconditionally the will of God or in other words where the word of God is achieved there is heaven. Jesus himself is heaven in the deepest and fullest sense of the word, in Him and through Him is entirely accomplished the will of God. Our will drives us away from God and makes us mere “earth”. But He accepts us, attracts us towards Him and in communion with Him we learn God’s will.”
Amen!

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 11,28-30): 

 

«Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger».

 

L’Application

 

Très souvent, nous avons le sentiment de marcher seuls dans les moments difficiles et douloureux. Nous avons reconnu dans la première lecture que Dieu souffrait avec le peuple et qu'il a choisi Moïse pour porter la croix de la libération. Moïse est appelé à faire confiance et il le fera. Comme lui, nous allons découvrir, dans la foi, comment Dieu nous accompagne silencieusement et discrètement, si nous faisons confiance à Dieu, comme Moïse.

" Viens à moi " est une invitation non seulement à nous reposer, mais aussi à comprendre que Dieu comprend nos souffrances et nos peines. Même si le joug du Seigneur, comme la croix qu'il portait, était un joug difficile à porter, avec le soutien de Jésus, pour nous aujourd'hui, ce joug sera facile à porter, car Jésus le portera pour nous. Tout ce qui se présente sur notre chemin, Il nous donnera une solution pour le surmonter. N'ayons donc pas peur de porter le joug du Seigneur, car en lui nous avons la possibilité d'établir une relation de lien avec Dieu.

«Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

 

Abbé Julio César RAMOS González SDB

(Mendoza, Argentine)

 

Aujourd'hui, devant un monde qui a décidé de donner le dos á Dieu, devant un monde hostile á tous ce qui est chrétien et aux chrétiens, d'écouter de Jésus (qui nous parle dans la liturgie ou dans la lecture personnelle de la Parole) il provoque une consolation, une joie et des espérances au milieu des luttes quotidiennes: «Venez à moi tous ceux que vous êtes été fatigués (…), je vous donnerai le repos» (Mt 11,28).

Cela console, parce que ces mots contiennent la promesse du soulagement qui provient de l'amour de Dieu. Joie, parce qu'elles font que le cœur manifeste dans la vie, la sécurité dans la foi de cette promesse. De l'espoir, parce qu'en marchant, dans tel monde résolu contre Dieu et nous, nous qui croyons dans le Christ nous savons que non tout finit à une fin, mais beaucoup de "fins" ont été "principes" de choses meilleures, comme sa propre résurrection.

Notre fin, pour principe de nouveautés dans l'amour de Dieu, il est d'être toujours avec Christ. Notre but est d'aller indéfectiblement à l'amour de Christ, "le joug" d'une loi qui n'est pas basée sur la capacité limitée des volontarismes humains, mais dans la volonté éternelle salvatrice de Dieu.

Dans ce sens Benoît XVI nous dira dans l'une de ses Catéchèses: «Dieu a une volonté avec et pour nous, et celle-ci doit se convertir en ce que nous voulons et sommes. L'essence du ciel s'appuie sur ce qui s'accomplisse sans réserves la volonté de Dieu, ou pour le mettre à d'autres termes, où la volonté de Dieu s'accomplit il y a un ciel. Jésus même est" ciel "dans le sens le plus profond et vrai du mot, en Lui dans qui et à travers qui la volonté de Dieu s'accomplit totalement. Notre volonté nous éloigne de la volonté de Dieu et une "terre" simple nous rend. Mais, Il nous accepte, nous attire vers Lui et, dans une communion avec Lui, nous apprenons la volonté de Dieu». Ainsi soit-il, alors.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 13 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 11,25-27): 

 

On one occasion Jesus said, «Father, Lord of heaven and earth, I praise you, because you have hidden these things from the wise and learned and revealed them to simple people. Yes, Father, this is what pleased you. Everything has been entrusted to me by my Father. No one knows the Son except the Father, and no one knows the Father except the Son and those to whom the Son chooses to reveal him».

 

The Application

 

 

Many of us would like to have some certainty about the divine will, some us serach for it in all sincerity. It is not possible, however, to have certainty of this will in our daily life. (However, some great saints have this gift of discerning the divine will)  For my part, I simply try to ask myself this question, is my action inspired by love for my God who loves me, or simply the good of others? In truth, the good of others, is not the right appraoch, because we don't know their interiority and deeper human needs. God alone knows our interiority.

 

In my daily life, I would like first of all to be sure that my God is with me and I pray that He inspires me, so that I do nothing against His will. A certainty of events to follow or even of the present......., I never ask this question. Every moment, every instant I pray, lead me Lord, on the right path. That's how it is, I remain open to any proposal, even if I am not convinced. Instead of doing right, I do, whatever I have to do, because I deeply believe that my act is a response to the divine love received.  

 

It was in this love for his God and for his people that Moses accepted the mission of liberation. Let us trust in this God and accept the mission that God entrusts to us daily. Like Moses, we too, little by little, will discover God's plan for us and for his people, in which we are invited to participate voluntarily and actively.

 

Action of the day : Be open

 

«You have hidden these things from the wise and learned and revealed them to simple people»

 

Fr. Raimondo M. SORGIA Mannai OP

(San Domenico di Fiesole, Florencia, Italy)

 

Today, the Gospel offers us the opportunity to accede, so to speak, to the very structure of the divine wisdom. Who, amongst us, would not love to become acquainted with the unfathomable mysteries of life? There are enigmas the world's best team of investigators would not even dream of detecting. There is One however before which «there is nothing hidden, (...); nor is anything secret» (Mk 4:22). This is the mystery of who calls himself the “Son of man ”, inasmuch He says about himself: «All things have been handed over to me by my Father» (Mt 11:27). His human nature —through the hypostatic union— has been assumed by the Person of the Word of God: He is, in short, the Second Person of the Holy Trinity, before which darkness does not exist and for which, night is more luminous than broad daylight.

An Arab proverb says: «If a pitch black night a black ant climbs over a black wall, God sees it». There are neither secrets nor mysteries for God. There are mysteries for us, but not for God, before whom, past, present and future are open and dug into, to the last comma.

Quite pleased, the Lord says today: «Father, Lord of heaven and earth, I praise you, because you have hidden these things from the wise and learned and revealed them to simple people» (Mt 11:25). Indeed, because no one could pretend to know these or similar hidden secrets, not even by bringing them out of the darkness through exhaustive studies, or as the wisdom should. A little old aged woman, without any school experience, will always be more aware about the deep secrets of life than the pretentious scientist that has spent an awful lot of money at reputed universities. Certain science can be achieved through inner faith, humility and poorness. Clement of Alexandria very well wrote: «Night is favourable for mysteries; it is then when our soul —attentive and humble— turns on itself while pondering over its condition; it is then when it finds God».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 13 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 11,25-27): 

 

En ce temps-là, Jésus prit la parole: «Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange: ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler».

 

L’Application

 

Beaucoup d'entre nous aimeraient avoir une certaine certitude sur la volonté divine, certains la recherchent en toute sincérité. Il n'est cependant pas possible d'avoir la certitude de cette volonté dans notre vie quotidienne. (Cependant, certains grands saints ont ce don de discerner la volonté divine) Pour ma part, j'essaie simplement de me poser cette question : mon action est-elle inspirée par l'amour de mon Dieu qui m'aime, ou simplement le bien des autres ? En vérité, le bien des autres, n'est pas la bonne fondation, car nous ne connaissons pas leur intériorité et leurs besoins humains plus profonds. Dieu seul el sait. 

Dans ma vie quotidienne, je voudrais d'abord être sûr que mon Dieu est avec moi et je prie pour qu'il m'inspire, afin que je ne fasse rien contre sa volonté. Une certitude des événements à suivre ou même du présent......., je ne me pose jamais cette question. A chaque instant, à chaque moment, je prie, conduis-moi Seigneur, sur le bon chemin. C'est ainsi, je reste ouvert à toute proposition, même si je ne suis pas convaincu. Au lieu de faire bien, je fais, tout ce que je dois faire, parce que je crois profondément que mon acte est une réponse à l'amour divin reçu.  

C'est dans cet amour pour son Dieu et pour son peuple que Moïse  acceptait la mission de libération. Faisons confiance à ce Dieu et acceptons la mission qu'il nous confie quotidiennement. Comme Moïse, nous aussi, peu à peu, nous découvrirons le projet de Dieu pour nous et pour son peuple, auquel nous sommes invités à participer volontairement et activement.

«Tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits»

 

Abbé Raimondo M. SORGIA Mannai OP

(San Domenico di Fiesole, Florencia, Italie)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous donne l'opportunité de pénétrer, pour ainsi dire, dans la structure même de la sagesse divine. Qui d'entre nous n'aurait pas envie de se voir dévoiler les mystères de la vie? Mais il y a des énigmes que même la meilleure équipe de savants du monde ne pourra jamais élucider. Néanmoins, il y en a UN devant lequel «(...) rien n'est caché, (…) rien n'a été gardé secret» (Mc 4,22). C'est celui qui s'appelle lui-même “Fils de l'homme”, car Il affirme que «Tout m'a été confié par mon Père» (Mt 11,27). Sa nature humaine —à travers l'Union Hypostatique— a été appropriée par la Personne du Verbe de Dieu c'est, en un mot, la deuxième personne de la Sainte Trinité, face à laquelle il n'y a pas de ténèbres et c'est grâce à elle que la nuit est encore plus lumineuse que le jour.

Un proverbe arabe dit: «Si dans une nuit noire une fourmi noire grimpe sur un mur noir, Dieu la voit». Pour Dieu il n'y a pas de secrets ni de mystères. Les mystères existent pour nous, mais pas pour Dieu, devant qui le passé, le présent et le futur sont dévoilés et scrutés jusqu'au dernier détail.

Comblé le Seigneur dit: «Je proclame ta louange: ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits» (Mt 11,25). C'est vrai, personne ne peut prétendre connaître de pareils secrets même en essayant de les élucider par des études intensives, ni par le don de la connaissance. Une vieille dame sans éducation en saura plus sur les secrets de la vie que le scientifique prétentieux qui a passé des années dans les universités les plus prestigieuses. Il y a la sagesse qui s'obtient par la foi et la simplicité et l'humilité intérieures. Clément Alejandrino l'a très bien dit: «La nuit est propice aux mystères, c'est le moment où l'âme, attentive et humble, se retourne sur elle-même pour réfléchir à sa condition et c'est à ce moment là qu'elle rencontre Dieu».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Juillet 2021

Gospel text

(Mt 11,20-24): 

 

Jesus began to denounce the cities in which He had performed most of his miracles, because the people there did not change their ways, «Alas for you Chorazin and Bethsaida! If the miracles worked in you had taken place in Tyre and Sidon, the people there would have repented long ago in sackcloth and ashes. But I assure you, for Tyre and Sidon it will be more bearable on the day of judgment than for you. And you, Capernaum, will you be lifted up to heaven? You will be thrown down to the place of the dead! For if the miracles which were performed in you had taken place in Sodom, it would still be there today! But I tell you, it will be more bearable for Sodom on the day of judgment than for you».

 

The Application

 

God has his own way of accompanying us and he continues to accompany us even today. Yet, we discover this late, very late in life. It is better to be late than never. If we find it difficult to discover Him, He will help us to do so, as He did with Martha's sister Maire in the Gospel, as He did with the story of Moses in the old testament. All those who serach God in total sincerity, God makes himself availbe to them, but He takes His won time, space and the way. We need patience and humility.

 

 

 

The gospel is not addressed to those people who seek God, but to those who reject God, refusing to believe, despite the miracles in history where they are witnesses. Very often in our ignorance, we assume things and make judgements that are very heavy to bear, without dialogue or consultation. Let us be humble and seek God, not outside of ourselves, but in our interiority, where life and joy are found.

 

Action of the day : Simply believe that God is accompanying you.

«Alas for you Chorazin and Bethsaida!»

 

Fr. Damien LIN Yuanheng

(Singapore)

 

Today, Christ upbraided two Galilean cities, Chorazin and Bethsaida, for their incredulities: «Alas for you Chorazin and Bethsaida! If the miracles worked in you had taken place in Tyre and Sidon, the people there would have repented» (Mt 11:21). Christ himself bore witness that the Phoenician cities, Tyre and Sidon, would have done penitence in great humility, if the wonders of the divine power had been done in them.

Nobody enjoys a good scolding. It must however be especially painful to be upbraided by Christ, who loves us with his most merciful heart. There is simply no excuse, no immunity when one is reprimanded by Truth itself. Let us receive humbly and responsibly God's call to conversion each day.

We also notice that Christ did not mince his words. He placed his audience face to face with truth. We too have to take stock of the manner we speak to others about Christ. Often, we too have to fight against our human respect to put our friends before eternal truths such as death and judgment. Pope Francis wittingly described St. Paul as a “trouble-maker”, he said: «May we not take refuge in an easy-going life or in an ephemeral structure (…). Paul, preaching the Lord, caused trouble. But he persisted, because he was a zealous Christian. He had apostolic zeal. He was not a man of compromise». Let us not shun from our duty of charity.

Perhaps, like me, you may find these words of St. Josemaria Escriva enlightening: «(...) It's a question (…) of speaking words of wisdom in clear Christian speech that all can understand». We should not just rest on the laurels because we are understood by many; rather, we have to beg for the grace to be the humble instrument of the Holy Spirit, in order to put each man and woman squarely before the Divine truth.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 12 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 11,20-24): 

 

Jésus se mit à faire des reproches aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu'elles ne s'étaient pas converties: «Malheureuse es-tu, Corazine! Malheureuse es-tu, Bethsaïde! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que les gens y auraient pris le vêtement de deuil et la cendre en signe de pénitence. En tout cas, je vous le déclare: Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous, au jour du Jugement. Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu'au ciel? Non, tu descendras jusqu'au séjour des morts! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, cette ville subsisterait encore aujourd'hui. En tout cas, je vous le déclare: le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi, au jour du Jugement».

 

L’Application

 

Dieu a sa propre manière de nous accompagner et il continue à nous accompagner aujourd'hui encore. Pourtant, nous le découvrons tard, très tard dans la vie. Il vaut mieux être en retard que jamais. Si nous avons du mal à le découvrir, il nous aidera à le faire, comme il l'a fait avec la sœur de Marthe, Maire, dans l'Évangile, comme il l'a fait avec l'histoire de Moïse dans la première lecture.Tous ceux qui cherchent Dieu en toute sincérité, Dieu se met à leur disposition, mais il prend son temps, son espace et son chemin. Nous avons besoin de patience et d'humilité. 


L'évangile ne s'adresse pas aux personnes qui cherchent Dieu, mais à celles qui le rejettent, refusant de croire, malgré les miracles de l'histoire dont elles sont témoins. Très souvent, dans notre ignorance, nous supposons des choses et portons des jugements très lourds à porter, sans dialogue ni concertation. Soyons humbles et cherchons Dieu, non pas à l'extérieur de nous-mêmes, mais dans notre intériorité, là où se trouvent la vie et la joie.

«"Malheureuse es-tu, Corazine! Malheureuse es-tu, Bethsaïde!" »

 

Fr. Damien LIN Yuanheng

(Singapour)

 

Aujourd'hui, le Christ réprimande deux villes de Galilée, Corazine et Bethsaïde à cause de leur manque de foi: "Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, … les gens se seraient convertis" (Mt 11,21). Jésus Lui-même témoigne en faveur des villes phéniciennes, Tyr et Sidon: elles auraient fait pénitence avec une grande humilité si elles avaient vu les merveilles du pouvoir divin.
Personne n'est heureux de recevoir une bonne réprimande. En effet, il doit être particulièrement douloureux de se faire réprimander par le Christ, Lui qui nous aime d'un cœur infiniment miséricordieux. Simplement, il n'y a pas d'excuse, il n'y a pas d'immunité quand on est réprimandé par la Vérité même. Recevons donc chaque jour, avec humilité et responsabilité, l'appel de Dieu à la conversion.
Il faut noter également que le Christ ne tourne pas autour du pot. Il met ses auditeurs face à la vérité. Nous devons analyser la façon dont nous parlons du Christ aux autres. Souvent, nous aussi nous devons lutter contre le respect que nous avons pour les personnes afin de mettre nos amis face aux vérités éternelles, telles que la mort et le jugement final. Le Pape François décrit saint Paul, sciemment, comme un "fauteur de troubles": "le Seigneur veut que nous allions toujours plus loin…que nous ne nous réfugions pas dans une vie tranquille ni dans des structures obsolètes (…)". Et Paul dérangeait en prêchant le Seigneur. Mais il allait de l'avant, car il avait dans son for intérieur cette attitude chrétienne qu'est le zèle apostolique. Il n'était pas un "homme de compromis". Ne fuyons pas notre devoir de charité!
Vous trouverez peut-être, comme moi, les paroles de San Joseph Marie Escrivá édifiantes: "(…) il s'agit de parler comme un sage, comme un chrétien, mais de façon accessible à tous". Nous ne pouvons pas nous endormir sur nos lauriers – nous accommoder- afin d'être entendus de tous, mais au contraire nous devons demander la grâce d'être des instruments du Saint Esprit, afin de situer pleinement chaque homme et chaque femme face à la vérité divine.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0