Publié le 5 Juin 2020

Gospel text

(Mk 12,38-44): 

As Jesus was teaching, He also said to them, «Beware of those teachers of the Law who enjoy walking around in long robes and being greeted in the marketplace, and who like to occupy reserved seats in the synagogues and the first places at feasts. They even devour the widow's and the orphan's goods while making a show of long prayers. How severe a sentence they will receive!».

Jesus sat down opposite the Temple treasury and watched the people dropping money into the treasury box; and many rich people put in large offerings. But a poor widow also came and dropped in two small coins. Then Jesus called his disciples and said to them, «Truly I say to you, this poor widow put in more than all those who gave offerings. For all of them gave from their plenty, but she gave from her poverty and put in everything she had, her very living».

«A poor widow also came and dropped in two small coins»

Fr. Enric PRAT i Jordana
(Sort, Lleida, Spain)

Today, as in Jesus' times, some pious persons —and even more so, some religious “professionals”— may be tempted by a kind of spiritual hypocrisy. This is evidenced through self-conceited attitudes, which we try to justify by our feeling better than all the rest: after all, we are the believers, the ones who practice..., the pure ones! If nothing else, at times, deep inside our hearts, we may feel like that; without, however, “making a show of being praying” or, even less, trying to “devour anybody's goods”.

In sharp contrast with the masters of the law, the Gospel presents a simple and almost insignificant gesture on the part of a poor widow that provokes Jesus' admiration: «But a poor widow also came and dropped in two small coins» (Mk 12:42). The actual value of her donation is almost nil, but the woman's decision is admirable, heroic: she gives everything she has.

With this gesture, God and the others went ahead of her and of her own needs. She fully let herself in the hands of Providence. She had nothing else to rely upon because, quite willingly, she had given it all to the service of God and to the attention of the poor. Jesus valued her generosity and her desire to praise God and help the poor, as the most important offering of all that had been made —perhaps, most ostentatiously— in that Temple.

Salvation is to be found in the nucleus of our own conscience, when we decide to open ourselves to God and live at the disposal of mankind; and when the election value is not given by the quality or quantity of the work made, but by the purity of intention and loving generosity.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Juin 2020

Gospel text

(Mk 12,28-34): 

 

One of the scribes came up to Jesus and put a question to him, «Which commandment is the first of all?». Jesus answered, «The first is: ‘Hear, Israel! The Lord, our God, is One Lord; and you shall love the Lord, your God, with all your heart, with all your soul, with all your mind and with all your strength’. And after this comes another one: ‘You shall love your neighbor as yourself’. There is no commandment greater than these two».

The teacher of the Law said to him, «Well spoken, Master; you are right when you say that he is one and there is no other. To love him with all our heart, with all our understanding and with all our strength, and to love our neighbor as ourselves is more important than any burnt offering or sacrifice».

Jesus approved this answer and said, «You are not far from the kingdom of God». But after that, no one dared to ask him any more questions.

 

The Application

 

We, all of us search of peace and joy in our daily life. Some of us have the impression that we are lost in the middle with confused mind and feel corned behind of a wall, without any option. Today’s gospel presents, not a simple lay person, rather a doctor of the law, who teaches and enlightens the students. He himself is confused. Our present world does confuse us, if you are not coherent with their theory of pleasure and their understanding of happiness, or what is thought to be normal.

Today Jesus is inviting us to look beyond from these visible world realities, their value system and fix our eyes on the invisible truth of life: THE CREATOR.  It is in Him and through Him that we find the inner peace and joy. Happily, we need not seek Him from outside, rather invited to look for Him inside of us. Since He is in us, and we are called to love and serve Him, through our brothers and sisters, including the creation, with due respect and dignity, not what they deserve, rather the Lord who resides in them, merits. The more we engage in love and charity, the closer we will be in the Kingdom of God.

Action of the day: Check the energy that you put to love God.

«There is no commandment greater than these two»

Fr, Rodolf PUIGDOLLERS i Noblom SchP
(La Roca del Vallès, Barcelona, Spain)

Today, in Mark's Gospel, we see how one of the scribes asks Jesus: «Which commandment is the first of all?» (Mk 12:28). The question is somewhat cunning. In the first place, because he is trying to establish some sort of ranking amongst the different commandments; and, secondly, because his question is centered in the Law. This is logical, bearing in mind that the question comes from a master of the Law.

The Lord's answer takes to pieces the spirituality of that «master of the Law» And the attitude of the disciple of Jesus with respect to God can be summed up in two points: «You shall love the Lord, your God, with all your heart» (Mk 12:30) and «You shall love your neighbor as yourself» (Mk 12:31). The religious behavior is defined in his relationship with God and with his neighbor; and the human behavior, in his relationship with the others and with God. St. Augustine says the same with other words: «Love God, and do whatever you please». Love God and love the others, and all the rest will just be a consequence of this plenitude of love.

The teacher of the Law understands it perfectly well. And he adds that to love God with all one’s heart, and one’s neighbor as oneself, «is more important than any burnt offering and sacrifice» (Mk 12:33). God is awaiting our reply, our total deliverance, «with all our heart, with all our understanding and with all our strength» (Mk 12:30), for God means Truth, Goodness, and generous dedication to others. «Offerings and sacrifices» have a meaning only insofar they will be the true expression of this double love. And to think that, at times, we use the “little commandments” and «the offerings and sacrifices» as stumbling-block to criticize or wound others!

Jesus approves the reply of the master of the Law with «You are not far from the kingdom of God» (Mk 12:34). For Jesus, whoever loves his neighbor over everything else is not far from God.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Juin 2020

Texte de l'Évangile

(Mc 12,28-34): 

 

Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s'avança pour lui demander: «Quel est le premier de tous les commandements?». Jésus lui fit cette réponse: «Voici le premier: ‘Écoute, Israël: le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même’. Il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là».

Le scribe reprit: «Fort bien, Maître, tu as raison de dire que Dieu est l'Unique et qu'il n'y en a pas d'autre que lui. L'aimer de tout son coeur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices».

Jésus, voyant qu'il avait fait une remarque judicieuse, lui dit: «Tu n'es pas loin du royaume de Dieu». Et personne n'osait plus l'interroger.

 

L’Application

 

L’homme recherche quotidiennement, la joie et le bonheur dans la vie. Cette joie ou ce bonheur est toujours avec nous, en nous et il se répand par nous. Pourtant, nous ne les ressentons pas, d’une manière permanente, car il y a beaucoup d’obligations et règles de la vie, qui nous pèsent douloureusement, systématiquement par les valeurs que le monde nous propose à avoir une vie tranquille.  

Aujourd’hui, le Seigneur répond, non pas à un laïc, mais au docteur de la loi. À travers cette réponse, Jésus nous invite à fixer notre regard au ciel, et non seulement à voir mais aussi à regarder par tout et en tous, la présence divine. C’est par cet acte volontaire et une reconnaissance de la présence divine dans le monde, particulièrement dans le cœur des hommes, que l’homme peut se mettre à Son service, dans le respect et la dignité, y compris la création toute entière.

«Il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là»

Abbé Rodolf PUIGDOLLERS i Noblom SchP
(La Roca del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, un maître de la Loi demande à Jésus: «Quel est le premier de tous les commandements?» (Mc 12,28). La question est captieuse. Premièrement parce qu'elle tente d'établir un ordre parmi les divers commandements; et deuxièmement parce que sa question se centre dans la Loi. Il est clair qu'il s'agit de la question d'un maître de la Loi.

La réponse du Seigneur démontre la spiritualité de ce «maître de la Loi». L'attitude du disciple de Jésus-Christ par rapport à Dieu se résume en deux dimensions: «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur» et «tu aimeras ton prochain comme toi-même» (Mc 12,31). Le comportement religieux est défini dans sa relation avec Dieu et avec le prochain; et le comportement humain, dans sa relation avec les autres et avec Dieu. Saint Augustin le dit en autres mots: «Aime et fait tout ce que tu veux». Aime Dieux et les autres, et le reste sera conséquence de cet amour en plénitude.

Le maître de la Loi comprend parfaitement. Et il affirme qu'aimer Dieu de tout son cœur et les autres comme soi-même «vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices» (Mc 12,33). Dieu attend la réponse de chaque personne, le don de soi-même «de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force» (Mc 12,30) à Lui, qui est Vérité et Bonté, et le don généreux de soi-même aux autres. Les «sacrifices et les offrandes» n'ont du sens que dans la mesure où ils sont l'expression véridique de ce double amour. Et lorsqu'on pense que quelques fois nous utilisons les «petits commandements» et «les offrandes et les sacrifices» comme une pierre pour critiquer ou blesser les autres!

Jésus complète la réponse du maître de la Loi en lui disant «tu n'es pas loin du royaume de Dieu» (Mc 12,34). Pour Jésus-Christ, quiconque aime son prochain au dessus de toute chose n'est pas loin du royaume de Dieu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juin 2020

Gospel text

(Mk 12,18-27): 

The Sadducees came to Jesus. Since they claim that there is no resurrection, they questioned him in this way, «Master, in the Scriptures Moses gave us this law: ‘If anyone dies and leaves a wife but no children, his brother must take the wife and give her a child who will be considered the child of his deceased brother’. Now, there were seven brothers. The first married a wife, but he died without leaving any children. The second took the wife and he, too, died leaving no children. The same thing happened to the third. Finally the seven died leaving no children. Last of all the woman died. Now, in the resurrection, to which of them will she be wife? For the seven had her as wife».

Jesus replied, «You could be wrong in this regard because you understand neither the Scriptures nor the power of God. When they rise from the dead, men and women do not marry but are like the angels in heaven. Now, about the resurrection of the dead, have you never reflected on the chapter of the burning bush in the book of Moses? God said to him: ‘I am the God of Abraham, the God of Isaac and the God of Jacob’. Now, He is the God, not of the dead but of the living. You are totally wrong».

«He is the God, not of the dead but of the living»

 

Fr. Federico Elías ALCAMÁN Riffo
(Puchuncaví - Valparaíso, Chile)

Today, the Holy Church puts at our disposal —through Christ's words— the reality of resurrection and the properties of resurrected bodies. The Gospel mentions Jesus' meeting with the Sadducees who, with a hypothetical and out-of-the-way example, present Jesus with a question about the resurrection of the dead, which they do not believe in, anyway.

They ask him, should a woman be widowed seven times, «to which of them will she be wife? For the seven had her as wife» (Mk 12:23). They were just trying to deride Jesus' doctrine.
But, the Lord, just breaks this difficulty up by answering, «when they rise from the dead, men and women do not marry but are like the angels in heaven» (Mk 12:25).

And, taking advantage of the opportunity, Our Lord reaffirms the existence of resurrection by mentioning what God told Moses in the chapter of the burning bush: «I am the God of Abraham, the God of Isaac and the God of Jacob». And He adds, «He is the God, not of the dead but of the living» (Mk 12:26-27). Jesus also tells them how wrong they are, because they understand neither the Scriptures nor the power of God; what is more, this truth was already revealed in the Old Testament, for others, like Isaiah, the Macchabees' mother or even Job, already said it.

St. Augustine described the eternal life and the loving communion, like this: «There, you will have everything and you will not have limits or suffer any hardships, and your brother will also have everything; because you two will just become one and this one, will also own He Who will have you both».

Far from doubting of the Holy Scriptures and of God's merciful love and power, we shall adhere with all our mind and heart to this hopeful truth, while rejoicing for not being thwarted in our thirst of life, full and eternal, which the same God assures us, in its glory and happiness. Before this divine invitation we have nothing to do but to foment our anxious wish to see God, and to be always next to Him, in his Kingdom.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 2 Juin 2020

Texte de l'Évangile

(Mc 12,18-27): 

Des sadducéens -ceux qui affirment qu'il n'y a pas de résurrection- viennent trouver Jésus, et ils l'interrogeaient: «Maître, Moïse nous a donné cette loi: Si un homme a un frère qui meurt en laissant une femme, mais aucun enfant, qu'il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère. Il y avait sept frères; le premier se maria, et mourut sans laisser de descendance. Le deuxième épousa la veuve, et mourut sans laisser de descendance. Le troisième pareillement. Et aucun des sept ne laissa de descendance. Et finalement, la femme mourut aussi. A la résurrection, quand ils ressusciteront, de qui sera-t-elle l'épouse, puisque les sept l'ont eue pour femme?».

Jésus leur dit: «N'êtes-vous pas dans l'erreur, en méconnaissant les Écritures, et la puissance de Dieu? Lorsqu'on ressuscite d'entre les morts, on ne se marie pas, mais on est comme les anges dans les cieux. Quant à dire que les morts doivent ressusciter, n'avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au récit du buisson ardent, comment Dieu lui a dit: Moi, je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob? Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes complètement dans l'erreur».

«Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants»

 

Abbé Federico Elías ALCAMÁN Riffo
(Puchuncaví - Valparaíso, Chili)

Aujourd'hui, la Sainte Eglise, par le biais de la parole du Christ, nous met face à la réalité de la résurrection ainsi qu'aux propriétés des corps ressuscités. En effet, l'Évangile nous raconte la rencontre de Jésus avec les saducéens, qui ne croyaient pas à la résurrection et qui en évoquant l'hypothèse d'un fait très recherché, lui exposent un problème concernant la résurrection des morts.

Ils font allusion à une femme veuve sept fois de suite, et lui demandent «de qui sera-t-elle l'épouse, puisque les sept l'ont eue pour femme?» (Mc 12,23). Ils cherchent ainsi à mettre Jésus et sa doctrine dans l'embarras. Mais le Seigneur rejette cette notion en leur disant que «Lorsqu'on ressuscite d'entre les morts, on ne se marie pas, mais on est comme les anges dans les cieux» (Mc 12,25).

Et saisissant l'occasion Jésus confirme l'existence de la résurrection en leur citant les paroles de Dieu à Moïse dans le récit du buisson ardent: «Moi, je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob», et ajoute «Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants» (Mc 12,26-27). Là Jésus leur reproche leur erreur, car ils ne comprennent ni les écritures ni la puissance divine, en effet, cette vérité avait été révélée dans l'ancien testament: les anciens Isaïe, la mère des Macabées, Job et les autres anciens l'avaient déjà enseignée.

Saint Augustin décrivait ainsi la vie d'éternelle et amoureuse communion: «Là-bas tu ne seras ni limité ni réduit car tu posséderas tout, tu auras tout et ton prochain aura tout également, car toi et lui ne serez qu'un, et ce tout unique aura aussi Celui à qui vous appartenez tous les deux».

Nous, loin de douter de la parole des écritures et de la puissance miséricordieuse de Dieu, nous adhérons à cette vérité d'espérance avec tous nos esprits et nos cœurs, nous sommes heureux de ne pas rester frustrés par notre soif de vie entière et éternelle, de dont nous sommes assurés en Dieu lui-même, dans sa gloire et dans sa joie. Face à cette invitation divine il ne nous reste qu'à faire accroître notre désir de voir Dieu, et espérer vivement d'être avec Lui pour régner avec Lui éternellement.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juin 2020

Gospel text

(Mk 12,13-17): 

 

Jewish leaders sent to Jesus some Pharisees with members of Herod's party, with the purpose of trapping him in his own words. They came and said to Jesus, «Master, we know that you are true; you are not influenced by any-one, and your answers do not vary according to who is listening to you, but you truly teach God's way. Tell us, is it against the Law to pay taxes to Caesar? Should we pay them or not?».

But Jesus saw through their trick and answered, «Why are you testing me? Bring me a silver coin and let me see it». They brought him one and Jesus asked, «Whose head is this, and whose name?». They answered, «Caesar's». Then Jesus said, «Return to Caesar what is Caesar's, and to God what is God's». And they were greatly astonished.

 

The Application

 

It is not a question of material things, but of belonging. A man of faith knows that everything comes from God, including life, and everything by default belongs to God, including everything that is associated to life. It is easily understandable, that if Caesar belongs to God, his money also belongs to God, with him. This is the principle and foundation of the Christian life.

One is called to take a stand, for or against, and from time to time one is obliged to do so. Today, in these discernments, the Lord asks us to be righteous before God, not before men. Divine justice is greater than human goodness and generosity. Our response to life does not have to be affirmative or negative, but it can also be questioning, seeking a positive and profound answer. If man learns this truth that he belongs to God, and acts positively according to this belonging, in his actions he will be divine, even in his humanity. The incarnation is offerted to the humanity, so that in his humanity, he may be able to acte divinely, though in a limited way.

 

Action of the day : Be aware that you are a child of God and you belong to God.

«Return to Caesar what is Caesar's, and to God what is God's»

Fr. Manuel SÁNCHEZ Sánchez
(Sevilla, Spain)

Today, we marvel again at Christ's wit and wisdom. With his masterly response, He directly points out to the fair autonomy of the worldly realities: «Return to Caesar what is Caesar's» (Mk 12:17).

Today's Word, however, is something more than knowing how to successfully get out of a conflict; it is something utterly relevant to all aspects of our life: what am I giving God?; is it really what I prize more in my life? Where did I place my heart? Because... «where your treasure is, there will your heart be also» (Lk 12:34).

Yes, indeed, according to St. Jerome, «you must necessarily render unto Caesar the coin in his image; but you willingly give your best to God, because it is his image, not Caesar's, that is on us». Throughout his life, Jesus Christ constantly poses the matter of choice. It is up to us to choose, and our options are clear: either we choose the worldly values to live by or we decide to live by the Gospel's values.

It is always a time for choice before us, a time for conversion, a time to “replace” our life again in the dynamics of God.
Our prayer, and specially the prayer made by God's Word, will gradually be discovering us what God expects of us. He who opts for God becomes God's dwelling place, for «if a man loves me, he will keep my words: and my Father will love him, and we will come unto him, and make our abode with him» (Jn 14:23). And prayer becomes the true school where, as Tertulian says, «Christ teaches us which was the Father's purpose which He was carrying out in this world, and what a man's ethical behavior should be so that it is in agreement with this very purpose». If only we would succeed in choosing the right way that suits us!

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 1 Juin 2020

Texte de l'Évangile

(Mc 12,13-17): 

 

On envoya à Jésus des pharisiens et des hérodiens pour le prendre au piège en le faisant parler, et ceux-ci viennent lui dire: «Maître, nous le savons: tu es toujours vrai; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens, mais tu enseignes le vrai chemin de Dieu. Est-il permis, oui ou non, de payer l'impôt à l'empereur? Devons-nous payer, oui ou non?». Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit: «Pourquoi voulez-vous me mettre à l'épreuve? Faites-moi voir une pièce d'argent». Ils le firent, et Jésus leur dit: «Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles?». «De l'empereur César», répondent-ils. Jésus leur dit: «A César, rendez ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu». Et ils étaient remplis d'étonnement à son sujet».

 

 

L’Application

 

Ce n’est pas la question des choses matérielles, mais celle d’appartenance. Un homme de foi sait, que tout vient de Dieu, y compris la vie, et tout par défaut, appartient à Dieu y compris tout ce qui est appartient à la vie. Il est facilement compréhensible, que si César est appartient à Dieu, son argent est aussi appartient à Dieu, avec lui. Voilà le principe et fondement de la vie chrétienne.

On est appelé à prendre position, pour ou contre et de temps en temps, on y oblige. Aujourd’hui, dans ces discernements, le Seigneur nous demande d’être juste devant Dieu, non pas devant les hommes. La justice divine dépasse la bonté et la générosité humaine. Notre réponse à la vie, ne doit pas forcement d’être affirmative ou négative, mais elle peut aussi être interrogative, qui cherchera un réponse positive et profonde, dans sa réponse. Si l’homme apprend cette vérité qu’il est appartient à Dieu, et agit positivement selon cette appartenance, dans ces agissements, il sera divin, même dans son humanité.

«A César, rendez ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu»

Abbé Manuel SÁNCHEZ Sánchez
(Sevilla, Espagne)

Aujourd'hui, nous nous émerveillons à nouveau de l'ingéniosité et de l'initiative du Christ. Avec sa réponse magistrale, Il souligne directement la juste autonomie des réalités temporelles: «A César, rendez ce qui est à César» (Mc 12,17).

Mais, aujourd'hui, la Parole n'a pas seulement pour objet de se tirer d'embarras; elle agite une question d'actualité pour tous les moments de notre existence: qu'est ce que je suis en train de donner à Jésus? Est-ce réellement le plus important de ma vie? Dans quoi ai-je mis mon cœur? Parce que... «Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur» (Lc 12,34).

En effet, d'après saint Jérôme, «vous devez forcement rendre à César la monnaie où son image est gravée; mais livrez avec plaisir votre être tout entier à Dieu, parce que c'est son image qui est gravée en nous et non celle de César». Tout au long de sa vie, Jésus-Christ présente constamment des choix. C'est à nous de choisir et les termes de l'option sont très clairs: vivre selon les valeurs de notre monde, ou, ou contraire, vivre selon les valeurs de l'Évangile.

Il est toujours temps de choisir, de se convertir, temps de “mettre à nouveau” notre vie dans la dynamique de Dieu. Ce sera la prière, très spécialement celle que nous faisons avec la Parole de Dieu, qui nous montrera ce que Dieu nous demande. Celui qui sait choisir Dieu devient la demeure de Dieu, car «Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui» (Jn 14,23). C'est la prière qui devient l'authentique école où, comme Tertullien l'affirme, «le Christ nous apprend quel est le dessein du Père qu'Il réalise dans le monde, et quel est le comportement de l'homme, afin qu'il se conforme à ce même dessein». Sachons, donc, choisir ce qui nous convient le mieux!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Mai 2020

La fête de la pentecôte est l’âme de l’Église. Elle est née aujourd’hui et je vous souhaite à vous toutes et tous, un très bon anniversaire. Puisque l'Esprit Saint, troisième Personne de la Très Sainte Trinité, c'est l'âme de notre âme, la vie de notre vie, l'être de notre être, et puisqu’il est notre sanctificateur, l'hôte de notre intérieur le plus profonde, il est important que tissions une nouvelle relation avec Lui et que notre rapport avec Lui soit chaque fois plus conscient et plus personnel.

 

St. Cyrille d’Alexandrie nous dit, si nous voulons participer à la nature divine, comme voulu par le Christ, il est nécessaire que notre nature humaine se transforme en une autre, et qu’elle se transfigure pour attendre la nouveauté d’une vie aimé de Dieu. Et cela ne pouvait se faire autrement que par union et participation à l’Esprit Saint. Voilà pourquoi Jésus est monté au ciel et la finalité de la Pentecôte.

 

L’homme a voulu maîtriser Dieu et il le fait encore. Dans l’histoire, il a édifié la tour de Babel, sans Dieu, seul avec sa puissance et intelligence. Cette démarche sans Dieu, comme Pierre qui est partis sans Jésus à la mer pour pêcher, va nous séparer, diviser et rendra nos mains vides. Lorsque l’homme s’apprenne à s’abandonner à Dieu, dans son humilité et dans sa reconnaissance, Dieu descend vers lui, vers la terre, et cet acte divin, nous unis, nous transforme comme un seul peuple, un peuple digne de Dieu. Grâce à l’Esprit Saint, nous forrmons les membres du corps du Christ, nous dit Saint Paul.

 

Pour cela, je vous invite à regarder cet événement, comme vous êtes déjà là, sur place et imitez-le dans notre vie quotidienne.

 

Ils étaient ensembles. Ne soyez jamais seuls. Je vous ai dit, lorsque j’ai célébré la messe seul, vous étiez tous avec moi. Un chrétien, ne peut pas pratiquer sa foi seul volontairement. Jésus même a appelé les disciples et les envoyés ensembles. Restez ensembles, discuter, consulter et partager la vie et les biens de la vie, particulièrement les couples. Restez toujours connecter. Nous avons pas mal de moyens de communication. Utilisez-les sans les abusés.

 

En prière. Très souvent nous voyons les disciples en prière, comme leur Maître. Voilà l’identité chrétienne : communion et la prière. La famille qui prie ensembles, reste ensembles. Apprenez les enfants à prier, dialoguer avec Dieu, écouter sa Parole avec patience et docilité. C’est la prière, née de la foi, qui provoque les miracles. ‘Femme, mon heure n’est pas encore arrivée’, pourtant Il transformera l’eau en vin.

 

Si nous restons ensembles, unis dans la prière, soudainement tout va changer, une transformation radicale, un don inattendu est donné et reçu. La vie sera remplis de bons surpris, continuellement d’être renouveler par l’Esprit Saint. Le jour de la Pentecôte, se mène à bien l'accomplissement de la promesse faite par le Christ aux Apôtres. Le même soir du jour de Pâques Il répandit sur eux son souffle et leur dit: «Recevez l'Esprit Saint» (Jn 20:22). La venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte renouvelle et apporte à sa plénitude ce don de façon solennelle et avec des manifestations externes. Ainsi culmine le mystère pascal. (Mgr. Josep Àngel SAIZ)

 

Comme les apôtres, sortons de nos lieux de sécurités et annonçons la Bonne Nouvelle de l’évangile, la joie de l’évangile. Prions ensembles, envois ton Esprit, qui renouvelle la face de la terre. Soyons les outres veuves, qui ont reçu le vin nouveau, l’Esprit Saint. Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 31 Mai 2020

The feast of Pentecost is the soul of the Church. It was born today and I wish you all a very happy anniversary. Since the Holy Spirit, the Third Person of the Most Holy Trinity, is the soul of our soul, the life of our life, the being of our being, and since He is our sanctifier, the guest of our deepest interior, it is important that we build a new relationship with Him and that our relationship with Him be each time more conscious and more personal.

 

St. Cyril of Alexandria tells us, if we wish to participate in the divine nature, as willed by Christ, it was necessary for our human nature to be transformed into another, and to be transfigured in order to await the newness of a life loved by God. And this could not be done otherwise than by union with and participation in the Holy Spirit. This is why Jesus ascended to heaven and the purpose of Pentecost.

 

Man wanted to master God and he still does. In history he built the tower of Babel, without God, alone with his power and intelligence. This behavior without God, like Peter who went without Jesus to the sea to fish, will separate us, divide us and make our hands empty. When man learns to abandon himself to God, in his humility and gratitude, God comes down towards him, to the earth, and this divine act, unites us, transforms us as one people, a people worthy of God. Thanks to the Holy Spirit, we form the members of the body of Christ, Saint Paul tells us.

 

For this reason, I invite you to look at this event, the Pentecostal experience of the disciples, as you are already there, on the spot, and imitate it in our daily lives.

 

They were together. Never be alone. I told you, when I celebrated Mass alone, you were all with me. A Christian, cannot practice his faith alone voluntarily. Jesus himself called the disciples and sent them together. Stay together, discuss, consult and share life and life's goods, especially couples. Always stay connected. We have many means of communication. Use them without abusing.

 

In prayer. Very often we see the disciples in prayer, as their Master. That's the Christian identity: Communion and prayer. The family that prays together, stays together, says Mother Theresa. Teach the children to pray, to dialogue with God, to listen to his Word with patience and docility. It is prayer, born of faith, that brings about miracles. Woman, my hour has not yet come, yet He will turn water into wine.

 

If we remain together, united in prayer, suddenly everything will change, a radical transformation, an unexpected gift is given and received. Life will be filled with good surprises, continually being renewed by the Holy Spirit. ‘On the day of Pentecost, the fulfilment of the promise made by Christ to the Apostles is carried out. On the same evening of Easter Day He poured out His breath upon them and said to them, "Receive the Holy Spirit" (Jn 20:22). The coming of the Holy Spirit on the day of Pentecost renews and brings to its fullness this gift in a solemn way and with external manifestations. Thus culminates the Paschal Mystery’. (Mgr. Josep Àngel SAIZ)

 

Like the apostles, let us leave our safe places and proclaim the Good News of the gospel, the joy of the gospel. Let us pray together, ‘send your Spirit, who renews the face of the earth’. Let us be the new wineskins, who have received the new wine, the Holy Spirit. Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 29 Mai 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 21,20-25): 

En se retournant, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. (C'est lui qui, pendant le repas, s'était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire: «Seigneur, quel est celui qui va te livrer?») Pierre, voyant ce disciple, dit à Jésus: «Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il?». Jésus lui répond: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire? Mais toi, suis-moi». Ainsi se répandit parmi les frères l'idée que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n'avait pas dit à Pierre: «Il ne mourra pas», mais: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire?».

C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d'autres choses que Jésus a faites; et s'il fallait rapporter chacune d'elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l'on écrirait ainsi.

«C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai»

Abbé Fidel CATALÁN i Catalán
(Terrassa, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, nous lisons la dernière partie de l'Évangile de saint Jean. Il s'agit en effet, de la fin de l'appendice inséré par la communauté de Jean au texte original. En l'occurrence il s'agit d'un texte délibérément significatif. Le Seigneur ressuscité se montre à ses disciples et Il renouvelle leur adhésion, particulièrement celle de Pierre. Et ensuite l'Évangile continue avec le texte de l'Évangile d'aujourd'hui.

L'image du disciple aimé de Jésus est au centre de ce passage et même dans tout l'Évangile de saint Jean. Il peut faire référence à une personne concrète —Jean le disciple— ou bien il se peut qu'elle fasse référence à l'image de tout disciple bien aimé de Jésus. Quelle que soit sa signification le texte aide à donner un semblant de continuité à l'expérience vécue par les apôtres. Le Seigneur ressuscité leur affirme sa présence à coté de ceux qui Le suivent.

«Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne» (Jn 21,22) cela nous donne confirmation de cette continuité bien plus qu'un élément chronologique dans l'espace et dans le temps. Le disciple bien-aimé rend témoignage de cela dans la mesure où il est conscient que le Seigneur est avec lui en toute circonstance. C'est la raison pour laquelle il peut l'écrire et sa parole est véritable, car par sa main il rend témoignage de l'expérience continue de ceux qui vivent leur mission à travers le monde en éprouvant la présence continue du Christ. Chacun d'entre nous peut devenir ce disciple bien-aimé dans la mesure où nous nous laissons guider par l'Esprit Saint car c'est l'Esprit Saint qui nous aide à découvrir à l'intérieur de nous-mêmes cette présence.

Ce texte nous prépare pour la fête solennelle de la Pentecôte, le don de l'Esprit Saint: «Et le Paraclet est descendu du ciel: le gardien et sanctificateur de l'Église, le régisseur des âmes, guide de ceux qui sombrent, phare des vagabonds, arbitre de ceux qui luttent et qui couronne les gagnants» (Saint Cyrille de Jérusalem).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0