Publié le 8 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 10,28-33): 

 

«Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent pas tuer l'âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l'âme aussi bien que le corps. Est-ce qu'on ne vend pas deux moineaux pour un sou? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. Soyez donc sans crainte: vous valez bien plus que tous les moineaux du monde. Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux».

 

L’Application

 

Aujourd'hui, nous avons plusieurs choix de texte, alors que nous célébrons Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, Edith Stein, patronne de l'Europe. Voici l'une des propositions.  La vie d'un saint nous donne le courage de vivre pleinement notre foi et nourrit notre désir de sainteté.

En regardant leur vie sur terre, nous apprenons à faire confiance à Dieu, et à discerner sans crainte, tout ce qui est juste devant Dieu. Ce discernement, qui dépend de la providence de Dieu, nous aide à nous abandonner totalement à la main de Dieu, afin qu'il utilise tout ce que nous avons pour son royaume à venir.

Nous reconnaissons dans la foi la difficulté quotidienne et nous l'assumons, en nous disant que tant que ce Dieu est avec nous, nous pouvons aller de l'avant, car il nous accompagnera et nous protégera. Grâce à la foi, notre dépendance à la providence est totale et nos actions sont conditionnées, non pas par les moyens dont nous disposons, mais par la volonté divine. Si Dieu le veut, je le ferai. Dans la foi, nous disons avec joie : Seigneur, je m'abandonne à Toi, que Tu me prennes en grâce et me bénisses.

 

 

 

«Ne craignez pas»

 

Abbé Fidel CATALÁN i Catalán

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous célébrons la Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix, Edith Stein, patronne de l'Europe. Elle vécut sa conversion du judaïsme à l'Église Catholique avec courage, et elle subit aussi courageusement le martyre pendant la IIème Guerre Mondiale. A plusieurs occasions, l'Évangile fait référence à l'expression "N'ayez pas peur". Dans la plupart des cas, il le fait à des moments d'une importance spéciale. Souvenons-nous, à titre d'exemple significatif, l'Annonciation à la Vierge Marie, Mère de Dieu.

Cette expression démontre une exhortation positive plutôt qu'une attitude négative. Les textes de Matthieu juste avant celui-ci (que nous avons lus ces derniers jours) ont démontré que la mission des disciples n'est pas exemptée de difficultés et de persécutions. Le texte d'aujourd'hui est plutôt une invitation à l'espoir authentique. Le vrai disciple doit être une personne intrépide, audacieuse.

Derrière ces termes, on peut trouver ce que l'Église a dénommé la "sainte crainte de Dieu", qui est l'un des sept dons de l'Esprit Saint. L'Évangile d'aujourd'hui présente quelques caractéristiques de ce don. Il ne s'agit pas à proprement parler de la crainte, mais de la façon de vivre sa relation avec Dieu.

Si Lui, qui est le Père, veille sur les êtres humains avec encore plus de soin que le soin prévoyant qu'il prend des oiseaux (cf. Mt 10,29-31), la relation qu'il établit avec la plus réussie des créatures est extrêmement plus forte. La crainte de Dieu fait vivre cette relation avec respect, avec confiance, avec l'exigence et la responsabilité de celui qui sait que Jésus Lui-même le reconnaîtra devant le Père.

Le vrai disciple est animé par cette relation qui a un sens si elle est authentique. Et la vraie authenticité se mesure du côté de l'homme, car du côté de Dieu elle est largement présente. Les saints nous aident à vivre cette relation basée sur la sainte crainte de Dieu. Aujourd'hui, le souvenir de Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix lui fait prendre vie. Elle la rechercha et une fois qu'elle l'eut trouvée, elle garda cette relation fusionnelle.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 8 Août 2021

For the past two weeks we have had this theme, 'I am the bread of life'. We started with the multiplication of the loaves and last Sunday we heard from the Lord that He is the bread of life. Today Jesus adds yet another element to this Bread, the Bread that came down from heaven. Next Sunday we will meditate on the same theme, with a different focus.  In order to live this week better, I invite you to welcome Jesus' message of the day and make it your own. 

The readings of the day affirms that God takes care of us and will never abandon us. Elijah walked 40 days in the desert, in all disappointment and brokenness, in his deep solitude, totally abandoned by the people and authority, for a divine encounter, with the bread that the angel gave him. Whenever we set out on the road to God, God Himself will accompany us, as the angels accompanied the prophet Elijah. He who accompanied Abraham and Moses will also accompany us, if we listen to him and walk the path that Jesus has shown us. All those remained in the Lord, felt the presence of God. Let's not be broken or discouraged of deserts or darkness in our life, for God walks with us. 

When Jesus went into the desert, he was accompanied by the Holy Spirit.  So in the desert Jesus listened to his Father. On the day of the transfiguration the disciples heard a voice saying, 'He is my beloved Son, listen to him. Mary will tell us at Cana, 'Do whatever he tells you.  God speaks to us through the events that happen, through the people around us, the trees and stars, the rivers and seas do speak to us the marvellous work of God. Right here God speaks to us and we listen to the Word of God attentively and in this celebration we promise to God that we will put into practice all that he asks us to do.

As we heard in the second reading, instructed by the Word of God, we put our lives back on track, on the right path towards the holiness that God desires in us. Be generous and tender with each other. Forgive one another, as God has forgiven you in Christ. Yes, seek to imitate God, since you are his beloved children. It is in this listening and practice that we imitate Christ and become Christians.  Many of haven't built this affective relationship with Jesus, as the beloved children of God.

If we think that everything is our work and our mastery, Jesus warns us by saying, "No one can come to me unless the Father who sent me draws him to me. I have already told you, and today I am telling you again, that if we are here, it is not for our pleasure, but we are responding to the divine call. It is Jesus who invites us to a divine encounter, as He invited the prophet Elijah and Moses to the mountain. So it is important that we do not leave the church without receiving the divine message with in us.

Eat my flesh and drink my blood, do it in memory of me. Here we are remembering this event, 'the flesh given for the life of the world. Every time we celebrate the Eucharist, we are reminded that He broke the bread and gave to his disciples. A total rupture. He gives himself in the Eucharist. My friends, we come to church not for a human encounter, but for a divine encounter, by eating this bread and drinking this cup, we become Christ for our brothers and sisters. For this, Jesus invites us to believe and trust Him, to listen all that He says to us personally and to live the Eucharist in our daily lives, by putting everything in action. Amen.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Août 2021

Gospel text

(Mt 17,14-20): 

 

A man approached Jesus, knelt before him and said, «Sir, have pity on my son who is an epileptic and is in a wretched state. He has often fallen into the fire and at other times into the water. I brought him to your disciples but they could not heal him». Jesus replied, «You, faithless and evil people! How long must I be with you? How long must I put up with you? Bring him here to me». And Jesus commanded the evil spirit to leave the boy, and the boy was immediately healed.

The disciples then gathered around Jesus and asked him privately, «Why couldn't we drive out the spirit?». Jesus said to them, «Because you have little faith. I say to you: if only you had faith the size of a mustard seed, you could tell that mountain to move from here to there, and the mountain would obey. Nothing would be impossible to you».

 

The Application

 

Is our faith so strong that we dare to say to the mountain 'get from here to there'? We must recognise that our faith is very often a convenience rather than a conviction. Since we have not built a personal relationship with Christ, our knowledge of the truth, as He died and rose again, suits us to celebrate the services the church offers, without understanding the meaning and the implication of the cult (liturgy) offered to God and to identify with so many people who call themselves believers. This is why, when faced with a personal failure in life, with illness or with a personal or relational breakdown, we get upset and refuse the faith that we have received from the Lord.

 

 

 

The faith we have, even if it is a gift from God, if we do not welcome it, as it should be, if we do not use it at the difficult moment of life, as a grace received freely, the grace received through this faith will be considered, like that servant who hid the talent that his Master gave him.

 

 

 

Whatever it is, everything changes in love, love for the Lord, which is best expressed in love for our neighbours. If this love itself becomes a golden rule in our daily lives, we will be able to accept even our enemies as our collaborators, and be able to work with them easily, for a good cause. In these actions, of our humanity, the gestures that are purely human, will be transformed as divine acts. These are the real mountains before us, which will be moved and as the Lord tells us, nothing will be impossible for us.

 

Action of the day: Just believe in God.

 

 

Daily Quote from the Early Church Fathers:

 

Faith as a grain of mustard seed,

by Origen of Alexandria (185-254 AD)

 

 

"The mountains here spoken of, in my opinion, are the hostile powers that have their being in a flood of great wickedness, such as are settled down, so to speak, in some souls of various people. But when someone has total faith, such that he no longer disbelieves in anything found in holy Scripture and has faith like that of Abraham, who so believed in God to such a degree that his faith was reckoned to him as righteousness (Genesis 15:6), then he has all faith like a grain of mustard seed. Then such a man will say to this mountain - I mean in this case the deaf and dumb spirit in him who is said to be epileptic - 'Move from here to another place.' It will move. This means it will move from the suffering person to the abyss. The apostle, taking this as his starting point, said with apostolic authority, 'If I have all faith, so as to remove mountains' (1 Corinthians 13:2). For he who has all faith - which is like a grain of mustard seed - moves not just one mountain but also more just like it. And nothing will be impossible for the person who has so much faith. Let us examine also this statement: 'This kind is not cast out except through prayer and fasting' (Mark 9:29). If at any time it is necessary that we should be engaged in the healing of one suffering from such a disorder, we are not to adjure nor put questions nor speak to the impure spirit as if it heard. But [by] devoting ourselves to prayer and fasting, we may be successful as we pray for the sufferer, and by our own fasting we may thrust out the unclean spirit from him." (excerpt from COMMENTARY ON MATTHEW 13.7.19)

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 6 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 17,14-20): 

 

Quand ils rejoignirent la foule, un homme s'approcha, et tombant à genoux devant lui, il lui dit: «Seigneur, prends pitié de mon fils. Il a des crises d'épilepsie, il est bien malade. Souvent il tombe dans le feu et souvent aussi dans l'eau. Je l'ai amené à tes disciples, mais ils n'ont pas pu le guérir». Jésus leur dit: «Génération incroyante et dévoyée, combien de temps devrai-je rester avec vous? Combien de temps devrai-je vous supporter? Amenez-le-moi ici». Jésus l'interpella vivement, le démon sortit de lui et à l'heure même l'enfant fut guéri.

Alors les disciples s'approchèrent de Jésus et lui dirent en particulier: «Pour quelle raison est-ce que nous, nous n'avons pas pu l'expulser?». Jésus leur répond: «C'est parce que vous avez trop peu de foi. Amen, je vous le dis: si vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne: ‘Transporte-toi d'ici jusque là-bas’, et elle se transportera; rien ne vous sera impossible».

 

L’Application

 

Notre foi est-elle si forte que nous osons dire à la montagne "va d'ici à là" ? Nous devons reconnaître que notre foi est très souvent une commodité plutôt qu'une conviction.Puisque nous n'avons pas construit une relation personnelle avec le Christ, notre connaissance de la vérité, qu'il est mort et ressuscité, nous permet de célébrer les services offerts par l'église, sans comprendre le sens et l'implication du culte (liturgie) offert à Dieu et de nous identifier à tant de personnes qui se disent croyantes.  C'est pourquoi, face à un échec personnel dans la vie, à la maladie ou à une rupture personnelle ou relationnelle, nous nous énervons et refusons la foi que nous avons reçue du Seigneur.

La foi que nous avons, même si elle est un don de Dieu, si nous ne l'accueillons pas, comme il se doit, si nous ne l'utilisons pas au moment difficile de la vie, comme une grâce reçue gratuitement, la grâce reçue par cette foi sera considérée, comme ce serviteur qui a caché le talent que son Maître lui a donné.

Quoi qu'il en soit, tout change dans l'amour, l'amour pour le Seigneur, qui s'exprime le mieux dans l'amour pour le prochain. Si cet amour devient lui-même une règle d'or dans notre vie quotidienne, nous serons capables d'accepter même nos ennemis comme nos collaborateurs, et de travailler facilement avec eux, pour une bonne cause. Dans ces actions, de notre humanité, les gestes qui sont purement humains, se transformeront en actes divins. Ce sont les véritables montagnes qui sont devant nous, qui seront déplacées et comme le Seigneur nous le dit, rien ne nous sera impossible.

«Si vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde (…), rien ne vous sera impossible»

 

Abbé Fidel CATALÁN i Catalán

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, encore, Jésus nous fait comprendre que ses miracles sont à la mesure de notre foi: «Je vous le dis: si vous avez de la foi grosse comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne: ‘Transporte-toi d'ici jusque là-bas’, et elle se transportera» (Mt 17,20). En effet, comme nous le font remarquer Saint Jérôme et Saint Augustin, dans l'œuvre de notre sainteté (quelque chose qui clairement est au-dessus de nos forces) se réalise ce “déplacement de montagnes”. Pourtant, les miracles sont là et si nous ne voyons pas beaucoup plus c'est parce que notre peu de foi nous l'empêche.

Face à une situation déconcertante et incompréhensible, l'être humain réagit de manières différentes. Dans le temps, l'épilepsie était considérée comme une maladie incurable dont souffraient ceux qui étaient possédés par un esprit malin.

Le père de cet enfant exprime son amour pour son fils en cherchant une guérison totale et il fait appel à Jésus. Sa démarche est un vrai acte de foi. Il s'agenouille devant Jésus et l'implore directement avec la conviction intérieure que sa demande sera exaucée. La manière d'exprimer sa demande nous montre à la fois, l'acceptation de sa condition ainsi que la reconnaissance de la miséricorde de Celui qui peut avoir pitié pour les autres.

Ce père met en évidence le fait que les disciples n'avaient pas pu expulser ce démon. Jésus profite de cette occasion pour nous faire remarquer le peu de foi de ses disciples. Suivre Jésus, être son disciple, prendre part à sa mission demande une foi profonde et bien enracinée, capable d'endurer les contrariétés, les contretemps, les difficultés et les incompréhensions. Une foi active car elle est enracinée d'une manière solide. Dans d'autres passages de l'Évangile Jésus lui-même se plaint du manque de foi de ses disciples. L'expression «rien ne vous sera impossible» (Mt 17,20) exprime avec force l'importance qu'a la foi chez ceux qui vont à la suite de Jésus.

La parole de Dieu nous amène à réfléchir sur la qualité de notre foi et sur notre manière de l'approfondir et nous rappelle l'attitude de ce père de famille en s'approchant de Jésus pour l'implorer avec tout l'amour de son cœur.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Août 2021

Gospel text

(Mk 9,2-10): 

 

Jesus took Peter, James, and his brother John, and led them up a high mountain apart by themselves. And he was transfigured before them, and his clothes became dazzling white, such as no fuller on earth could bleach them. Then Elijah appeared to them along with Moses, and they were conversing with Jesus. Then Peter said to Jesus in reply, “Rabbi, it is good that we are here! Let us make three tents: one for you, one for Moses, and one for Elijah.” He hardly knew what to say, they were so terrified. Then a cloud came, casting a shadow over them; from the cloud came a voice, “This is my beloved Son. Listen to him.” Suddenly, looking around, they no longer saw anyone but Jesus alone with them.

As they were coming down from the mountain, he charged them not to relate what they had seen to anyone, except when the Son of Man had risen from the dead. So they kept the matter to themselves, questioning what rising from the dead meant.

 

The Application

 

 

Away from home and on the mountain' is an invitation for a divine encounter and a very important one, not only to God, but also to all humanity. An encounter of the prophets and the teacher of the law with the Trinity. The transfiguration reveals to us not only how the Triune God works together, but also the need for our cooperation in his saving project. Jesus took Peter, James and John with him. He needs all of us, so that his Kingdom may come.

 

If God invites us to meet Him (away from this world, on the mountain) because He loves us, He has chosen us for a consecration of anointing, to be sent, from His holy NAME, to the world He loves. The temptation is great, "Rabbi, it is good that we are here! Yet we know that the ship is not in port all the time. The revelation of the transfiguration helps these disciples to be true witnesses of the resurrection, a prefiguration of the Lord's death and resurrection. Every grace received multiplies in us the graces to others. Thus, we become the missionaries.

 

They have heard a voice, very strong in gentleness, bringing an important message, so that they understand it and announce it. "This is my beloved Son. Listen to Him" Listen to Him, for in Him I will be glorified, in Him I trust, in Him you will see me. This son is going to die on the Cross and you must learn to give yourself generously, like Him, in love. And you will do it after his death and resurrection, by your own death.

 

 

The message they received was not entirely comprehensible. Yet they will keep it in their hearts and meditate on it. We are called to listen to his Word and meditate on it. May this Word finds its place in our heart and mind, so that we ourselves become the Word of God to our brothers and sisters.

 

Action of day: Listen to your heart

«Rabbi, it is good that we are here!»

 

Fr. Ignasi NAVARRI i Benet

(La Seu d'Urgell, Lleida, Spain)

 

Today we celebrate the solemnity of the Transfiguration of the Lord. Mount Tabor, like Mount Sinai, is the place of the proximity to God. It is the prominent space, regarding our daily existence, where we can breathe the pure air of the Creation. It is the place of prayer where we are in the company of the Lord, like Moses and Elijah, who appear with Jesus Transfigured, talking with Him about the Exodus He was about to accomplish at Jerusalem (i.e. his Passover)

“His clothes became dazzling white, such as no fuller on earth could bleach them” (Mk 9:3).This fact symbolizes the purification of the Church. And Peter said to Jesus: "Let us make three tents: one for you, one for Moses, and one for Elijah." (Mk 9:5)" St. Augustine beautifully mentions that Peter thought of the three shelters because he did not yet know the accord between the Law, the Prophecy and the Gospel.

“Then a cloud came, casting a shadow over them; from the cloud came a voice, “This is my beloved Son. Listen to him.” (Mk 9:7). The Transfiguration is not a change in Jesus, but the Revelation of His Divinity. Peter, James and John, while contemplating the Divinity of the Lord, prepare themselves to confront the scandal of the Cross. The Transfiguration is a foretaste of the Resurrection!

"Rabbi, it is good that we are here!" (Mk 9:5). The Transfiguration reminds us that the joys God sows in our life are not points of arrival, but lights He gives us in our earthly pilgrimage so that "only Jesus" may be our Law, and His Word the guideline, joy and blessing of our existence.

May the Virgin Mary help us to live intensely our moments of encounter with the Lord so that we may joyfully follow Him every day, and may she help us to listen and always follow the Lord Jesus till the Passion and the Cross, in order to share His Glory.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 5 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 9,2-10): 

 

Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus: «Rabbi, il est heureux que nous soyons ici! Dressons donc trois tentes: une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie». De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur.

Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le». Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire: «ressusciter d'entre les morts».

 

L’Application

 

Loin de chez nous et sur la montagne" est une invitation à une rencontre divine et très importante, non seulement pour Dieu, mais aussi pour toute l'humanité. Une rencontre des prophètes et du maître de la loi avec la Trinité. La transfiguration nous révèle non seulement comment le Dieu trinitaire travaille ensemble, mais aussi la nécessité de notre coopération dans son projet de salut. Jésus a pris avec lui Pierre, Jacques et Jean. Il a besoin de nous tous, pour que son Royaume vienne.

Si Dieu nous invite à le rencontrer (loin de ce monde, sur la montagne) parce qu'il nous aime, c'est qu'il nous a choisis pour une consécration d'onction, pour être envoyés, de son saint NOM, au monde qu'il aime. La tentation est grande : "Rabbi, c'est bien que nous soyons ici ! Pourtant, nous savons que le navire n'est pas tout le temps au port. La révélation de la transfiguration aide ces disciples à être de véritables témoins de la résurrection, préfiguration de la mort et de la résurrection du Seigneur. Chaque grâce reçue multiplie en nous les grâces aux autres. Ainsi, nous devenons les missionnaires.

Ils ont entendu une voix, très forte dans la douceur, apportant un message important, afin qu'ils le comprennent et l'annoncent. "Ceci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le" Écoutez-le, car en lui je serai glorifié, en lui j'ai confiance, en lui vous me verrez. Ce fils va mourir sur la Croix et vous devez apprendre à vous donner généreusement, comme Lui, par amour. Et vous le ferez après sa mort et sa résurrection, par votre propre mort.

Le message qu'ils ont reçu n'était pas entièrement compréhensible. Pourtant, ils le garderont dans leur cœur et le méditeront. Nous sommes appelés à écouter sa Parole et à la méditer. Que cette Parole trouve sa place dans notre cœur et notre esprit, afin que nous devenions nous-mêmes la Parole de Dieu pour nos frères et sœurs.

 

 

«Rabbi, il est heureux que nous soyons ici!»

 

Abbé Ignasi NAVARRI i Benet

(La Seu d'Urgell, Lleida, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous célébrons la fête de la Transfiguration du Seigneur. Le mont Thabor, comme le mont Sinaï, est un lieu de proximité avec Dieu. C'est un espace élevé par rapport à la vie quotidienne où l'on respire l'air pur de la Création. C'est un lieu de prière où l'on se trouve en présence du Seigneur, comme Moïse et Elie qui apparaissent aux côtés de Jésus transfiguré et parlent avec Lui de l'Exode qui l'attendait à Jérusalem (c'est-à-dire sa Pâque).

"Ses vêtements devinrent resplendissants, très blancs, à tel point que personne sur terre ne serait capable de les blanchir de cette manière (Mc 9,3)". Cet événement symbolise la purification de l'Eglise. Et Pierre dit à Jésus "Nous allons monter trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une autre pour Elie" (Mc 9,5). Saint Augustin a commenté d'une belle manière le fait que Pierre cherchait trois tentes parce qu'il ne connaissait pas encore l'unité entre la Loi, la Prophétie et l'Evangile.

"Alors un nuage se forma et les recouvrit de son ombre et une voix qui venait du nuage dit "Voici mon Fils bien-aimé, écoutez-le" (Mc 9,7). La Transfiguration n'est pas un changement de Jésus mais la Révélation de sa Divinité. Pierre, Saint Jacques et Jean qui contemplent la Divinité du Seigneur se préparent à affronter le scandale de la Croix". La Transfiguration est un avant-goût de la Résurrection !

"Rabbi, c'est une bonne chose que nous soyons ici" (Mc 9,5). La Transfiguration nous rappelle que les joies que Dieu a semées dans la vie ne sont pas une destination mais des lumières qu'Il nous envoie dans notre pérégrination terrestre pour que "seul Jésus" soit notre Loi, et que sa parole soit le critère, la joie et le bonheur de notre existence.

Que la Vierge Marie nous aide à vivre intensément nos moments de rencontre avec le Seigneur pour que nous puissions le suivre chaque jour avec joie, et qu'elle nous aide à toujours écouter et suivre le Seigneur Jésus, jusqu'à la passion et la Croix afin de pouvoir aussi participer à sa Gloire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 4 Août 2021

Gospel text

(Mt 16,13-23): 

 

Jesus came to Caesarea Philippi. He asked his disciples, «Who do people say the Son of Man is?». They said, «For some of them you are John the Baptist, for others Elijah or Jeremiah or one of the prophets». Jesus asked them, «But you, who do you say I am?». Peter answered, «You are the Messiah, the Son of the living God». Jesus replied, «It is well for you, Simon Barjona, for it is not flesh or blood that has revealed this to you but my Father in heaven. And now I say to you: You are Peter (or Rock) and on this rock I will build my Church; and never will the powers of death overcome it. I will give you the keys of the kingdom of heaven: whatever you bind on earth shall be bound in heaven, and what you unbind on earth shall be unbound in heaven». Then He ordered his disciples not to tell anyone that he was the Christ.

From that day Jesus began to make it clear to his disciples that He must go to Jerusalem; He would suffer many things from the Jewish authorities, the chief priests and the teachers of the Law. He would be killed and be raised on the third day. Then Peter took him aside and began to reproach him, «Never, Lord! No, this must never happen to you». But Jesus turned to him and said, «Get behind me, Satan! You would have me stumble. You are their king not as God does, but as people do».

 

The Application

 

Jesus reveals to the world for the first time His passion, death and resurrection. It is in faith that we can understand the economy of salvation proposed by the Lord. Let us be clear that this faith is a gift from God. However, external elements can help us to identify this faith that gives us life. Sometime, we may not be aware, how God works in and through us. Peter himself did not know that it was God Himself who revealed to him that Jesus was the Son of God. Jesus had to reveal this divine work in Peter. God doesn't hesitate to remind us and help us to understand the divine mysteries in us.

 

For this, Jesus invites us to look at the world with an open eye, an eye of faith, for this world itself is an image of God, a divine revelation. To hear and listen to all that the world says about Jesus, even if it is not necessary for our faith, yet humanly they play an important role in our faith formation. From this exteriority, "Who is the Son of Man, according to what men say?", Jesus invites us to our interiority, "And you, what do you say? Who am I to you? It is from this interiority, the disciples are called to announce the Good News.

 

Even though this revelation is total and perfect in itself, we must humbly acknowledge that our commitment is weak and we can easily make mistakes in our discernment, like Peter who will make his reproaches. We need to watch ourselves all the time so that we do not fall into the traps of the devil, who always acts in the name of good, like Peter who wanted the best for his Master, totally contrary to the divine will. If Jesus was hard on Peter, because this thought had its origin in the devil's lie.

 

For me personally Peter's weakness and his election as the head of the Church is a consolation, because in him I also hope for my divine consolation. That is why I would avoid at all costs the murmuring of the people of Israel in the first reading of the day and would not strike the rock twice.  Even if I am mistaken, I can always hope for the guidance of this God who understood Peter's weakness. As Paul says, it is in our weakness that we find the divine strength.

Action of the day: Be ready to choose the Cross, if God so wills.

«You are their king not as God does, but as people do»

 

Fr. Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Spain)

 

Today, Jesus proclaims Peter very fortunate for his rightful faith declaration: «Peter answered, ‘You are the Messiah, the Son of the living God’. Jesus replied ‘It is well for you, Simon Barjona, for it is not flesh or blood that has revealed this to you but my Father in heaven’» (Mt 16:16-17). By this congratulation Jesus promises Peter the primacy of his Church; but, shortly after, He scolds Peter for having a very human and wrong idea of what the Messiah would do: «Then Peter took him aside and began to reproach him, ‘Never, Lord! No, this must never happen to you’. But Jesus turned to him and said, ‘Get behind me, Satan! You would have me stumble. You are their king not as God does, but as people do’» (Mt 16:22-23).

We have to be grateful to the evangelists for presenting us the first disciples of Jesus as they actually were: no idealized characters, but people of flesh and blood as ourselves, with their defects and virtues; which gets them closer to us and helps us to see that perfecting ourselves in Christian life is a certain path we all have to follow, for nobody is born knowing all the answers.

As we already know how history goes, let us accept Jesus Christ was the suffering Messiah prophet Isaiah announced who offered his life in the Cross. What is more difficult to accept is that we must keep on presenting his work by following the same path of surrendering, renunciation and sacrifice. Imbued, as we appear to be, with a society that encourages quick success, learning without any effort and in a funny way, and achieving the maximum profit with the least possible strain, it should not surprise us we end up by seeing things more as people do than as God does. Once he received the Holy Spirit, Peter learned where the path he had to follow went through and he lived by this expectation. «World tribulations are full of sadness and empty of any prizes; but those we suffer for God are softened by the hope of an eternal prize» (St. Ephraem).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 4 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 16,13-23): 

 

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples: «Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes?». Ils répondirent: «Pour les uns, il est Jean Baptiste; pour d'autres, Élie; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes». Jésus leur dit: «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je?». Prenant la parole, Simon-Pierre déclara: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant!». Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara: «Heureux es-tu, Simon fils de Yonas: ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux: tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux». Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Messie.

A partir de ce moment, Jésus le Christ commença à montrer à ses disciples qu'il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des chefs des prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches: «Dieu t'en garde, Seigneur! cela ne t'arrivera pas». Mais lui, se retournant, dit à Pierre: «Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes».

 

L’Application

 

Soyons clairs : la foi est un don de Dieu. Cependant, des éléments extérieurs peuvent nous aider à identifier cette foi qui nous fait vivre. Pierre ne savait pas que c'était Dieu lui-même qui lui avait révélé que Jésus était le Fils de Dieu. Il a fallu que Jésus révèle cette œuvre divine en Pierre. Dieu n'hésite pas à nous le rappeler. 

Pour cela, Jésus nous invite à regarder le monde avec un œil ouvert, car ce monde lui-même est une image de Dieu, une révélation divine. A entendre et à écouter tout ce que le monde dit de Jésus, même si ce n'est pas nécessaire à notre foi, et pourtant important. De cette extériorité, " Qui est le Fils de l'homme, selon ce que disent les hommes ? ", Jésus nous invite à notre intériorité, " Et vous, que dites-vous ? Qui suis-je pour vous ? C'est à partir de cette intériorité que les disciples sont appelés à annoncer la Bonne Nouvelle.

Même si cette révélation est totale et parfaite en soi, nous devons reconnaître humblement que notre engagement est faible et que nous pouvons facilement nous tromper dans notre discernement, comme Pierre qui fera ses reproches. Nous devons nous surveiller en permanence afin de ne pas tomber dans les pièges du diable, qui agit toujours au nom du bien, comme Pierre qui voulait le meilleur pour son Maître, totalement contraire à la volonté divine. Si Jésus était dur avec Pierre, cette pensée avait son origine dans le mensonge du diable.

Pour moi personnellement, la faiblesse de Pierre est une consolation, car en lui j'espère aussi ma consolation divine. C'est pourquoi j'éviterais à tout prix les murmures du peuple d'Israël dans la première lecture du jour et ne frapperais pas deux fois le rocher.  Même si je me trompe, je peux toujours espérer la guidance de ce Dieu qui a compris la faiblesse de Pierre.

«Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes»

 

Abbé Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus proclame que Pierre est bienheureux par la justesse de sa profession de foi: «Heureux es-tu, Simon fils de Jonas: ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux» (Mt 16,16-17). Dans cette proclamation Jésus promet à Pierre le primat de son Église, mais peu de temps après Il doit le réprimander pour avoir exprimé une idée humaine et fausse du Messie: «Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes» (Mt 16,22-23).

Nous devons remercier les quatre évangélistes de nous avoir décrit les premiers disciples tels qu'ils étaient réellement et non pas comme des grands personnages idéalisés, mais comme des hommes en chair et en os, comme nous, avec leurs vertus et leurs défauts, cela nous rapproche d'eux et nous aide à constater que nous devons tous parcourir le chemin de la perfection, car personne n'est parfait à la naissance.

Etant donné que nous connaissons déjà l'histoire de l'Évangile, nous acceptons comme un fait que Jésus soit le Messie annoncé par le prophète Isaïe et qu'Il a donné sa vie pour nous sur la Croix. Par contre, ce que nous avons du mal à accepter c'est que nous aussi nous devons continuer par l'abandon, le renoncement et le sacrifice à faire en sorte que son œuvre soit toujours présente. Nous sommes programmés par une société qui encourage le succès rapide, s'instruire sans le moindre effort et en s'amusant, et tirer profit au maximum de tout en faisant peu, il faut donc pas nous étonner que nous finissions par voir les choses à la manière des hommes et pas comme les voit Dieu. Après avoir reçu l'Esprit Saint, Pierre était conscient par où passait le chemin qu'il devait parcourir et a vécu dans l'espérance. «Les tribulations du monde sont remplies de souffrance et vidées de récompenses; mais celles qu'on endure pour Dieu sont adoucies par l'espérance» (Saint Ephrem).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Août 2021

Gospel text

(Mt 15,21-28): 

 

Jesus withdrew to the region of Tyre and Sidon. Now a Canaanite woman came from those borders and began to cry out, «Lord, Son of David, have pity on me! My daughter is tormented by a demon». But Jesus did not answer her, not even a word. So his disciples approached him and said, «Send her away: see how she is shouting after us». Then Jesus said to her, «I was sent only to the lost sheep of the nation of Israel».

But the woman was already kneeling before Jesus and said, «Sir, help me!». Jesus answered, «It is not right to take the bread from the children and throw it to the little dogs». The woman replied, «It is true, sir, but even the little dogs eat the crumbs which fall from their master's table». Then Jesus said, «Woman, how great is your faith! Let it be as you wish». And her daughter was healed at that moment.

 

The Application

 

Immediately after the multiplication of the loaves, we have an explanation of the 'leftovers or crumbs from the table' that will be distributed to those in need. I personally do not see myself as worthy of this bread, (chosen peuple) yet I can claim these crumbs from the table in humility, for God and his graces are for all of us, accessible to all who seek or desire them.

 

 

 

This Canaanite woman is a true image for this world that needs the grace of God, that does not dare to go to the Lord. In Mark's Gospel, it will be the Lord who goes to her. Whatever may be the situation, however, we should humbly accept that the humility and faith are the necessary elements, if we want to take advantage of God's grace.

 

 

 

The Lord's answer helps us to understand the essential of the Christian life; faith. This is not the first time that Jesus recognised the faith of the people. We must ask ourselves, do we have the same faith as the woman who insisted that her request be granted? Her perseverance shows us her recognition of the divine presence in Jesus and her trust in providence. This is why she was able to bow down before the Lord, a total surrender.

 

Action of the day: Deepen your faith.

 

«Woman, how great is your faith!»

 

Fr. Jordi CASTELLET i Sala

(Sant Hipòlit de Voltregà, Barcelona, Spain)

 

Today, we often hear the expression “faith has been lost”, and the same people who ask our communities the baptism of their children or the catechesis for their infants or the sacrament of marriage, say it. These words depict the world in a negative way while trying to convince us bygone times were better and that we are now at the end of an stage where there is nothing left for us to say or to do. Evidently, these are basically young people who, in its majority, watch rather sadly how the world has changed from their parents' times, who used to live perhaps a more popular faith, which they have not known how to adapt to. This experience leaves them unsatisfied and without any capacity of reaction when, in fact, they might find themselves at the gates of a new stage they could very well take advantage of.

This passage of the Gospel draws the attention to that Canaanite mother that demands grace for her daughter by recognizing in Jesus the Son of David: «Lord, Son of David, have pity on me! My daughter is tormented by a demon» (Mt 15:22). The Master is surprised: «Woman, how great is your faith!” and He can do nothing but to act in favour of those persons: «Let it be as you wish» (Mt 15:28), although this does not seem to fall within his schedule. However, God's grace is manifested in human realities.

Faith is not a privilege of a few, nor is it the property of those who thing they are so good or of those who have ever been good, and have this social or ecclesial label. God's action precedes any Church's action and the Holy Spirit is already acting upon persons we would have never suspected could bring us a message from God, a request in favour of the needy. St. Leo says: «My beloved, the virtue and wisdom of Christian faith are our love of God and of our neighbour: it does not miss any obligation to any pious works procuring to render God worship due to him and to help our brethren».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 3 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 15,21-28): 

 

Jésus s'était retiré vers la région de Tyr et de Sidon. Voici qu'une Cananéenne, venue de ces territoires, criait: «Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David! Ma fille est tourmentée par un démon». Mais il ne lui répondit rien. Les disciples s'approchèrent pour lui demander: «Donne-lui satisfaction, car elle nous poursuit de ses cris!». Jésus répondit: «Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues d'Israël».

Mais elle vint se prosterner devant lui: «Seigneur, viens à mon secours!». Il répondit: «Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens». «C'est vrai, Seigneur, reprit-elle; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres». Jésus répondit: «Femme, ta foi est grande, que tout se fasse pour toi comme tu le veux!». Et, à l'heure même, sa fille fut guérie.

 

 

L’Application

 

Immédiatement après la multiplication des pains, nous avons une explication des "restes ou miettes de la table" qui seront distribués à ceux qui en ont besoin.Personnellement, je ne me considère pas comme digne de ce pain (peuple élu), mais je peux réclamer ces miettes de la table avec humilité, car Dieu et ses grâces sont pour nous tous, accessibles à tous ceux qui les cherchent ou les désirent.

Cette Cananéenne est une véritable image pour ce monde qui a besoin de la grâce de Dieu, qui n'ose pas aller vers le Seigneur. Dans l'Évangile de Marc, c'est le Seigneur qui ira vers elle.Quelle que soit la situation, cependant, nous devons accepter humblement que l'humilité et la foi sont les éléments nécessaires, si nous voulons profiter de la grâce de Dieu.

La réponse du Seigneur nous aide à comprendre l'essentiel de la vie chrétienne : la foi. Ce n'est pas la première fois que Jésus reconnaît la foi du peuple. Nous devons nous demander si nous avons la même foi que la femme qui a insisté pour que sa demande soit exaucée. Sa persévérance nous montre qu'elle reconnaît la présence divine en Jésus et qu'elle fait confiance à la providence. C'est pourquoi elle a pu se prosterner devant le Seigneur, un abandon total.

 

«Femme, ta foi est grande»

 

Abbé Jordi CASTELLET i Sala

(Sant Hipòlit de Voltregà, Barcelona, Espagne)

 

 

Aujourd'hui, nous entendons souvent dire «il n'y a plus de foi», et ce sont les personnes qui demandent à nos communautés de baptiser leurs enfants, de leur enseigner le catéchisme ou de célébrer un mariage qui le disent. Cette façon de parler est une façon de voir le monde de manière négative, comme si les temps passés étaient meilleurs et que nous vivons la fin d'une époque où il n'y a rien de nouveau à dire ni à faire. Il s'agit, bien évidemment, des jeunes qui, pour la plupart d'entre eux, sont attristés de se rendre compte que le monde a beaucoup changé depuis l'époque de leurs parents qui vivaient, peut-être, une foi plus populaire et ils ont du mal à s'adapter. Or cette expérience les laisse insatisfaits et sans capacité de réaction alors qu'ils sont peut-être à l'aube d'une nouvelle étape dont il faut savoir profiter.

Ce passage de l'Évangile attire l'attention sur une mère de famille de la ville de Canna qui demande la grâce pour sa fille, reconnaissant en Jésus le fils de David: «Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David! Ma fille est tourmentée par un démon» (Mt 15,22). Le Maître est surpris par sa foi: «Femme, ta foi est grande», et dans des cas comme ça, Il ne peut qu'agir pour donner satisfaction à ceux qui Lui demandent quelque chose «que tout se fasse pour toi comme tu le veux!» (Mt 15,28) même si cela ne semble pas rentrer dans Ses plans. Nonobstant, la grâce de Dieu se manifeste dans la réalité humaine.

La foi ne constitue pas le patrimoine de quelques-uns, elle n'est pas non plus la propriété privée de ceux qui se croient bons ou de ceux qui l'ont été, qui ont une étiquette sociale ou religieuse. L'action de Dieu précède l'action de l'Église, et le Saint Esprit agit déjà dans le cœur des personnes qui bien que nous ne l'ayons pas soupçonné nous apporteront un message de Dieu, une demande en faveur des plus nécessiteux. Saint Léon disait: «Bien-aimés, la vertu et la sagesse de la foi chrétienne consistent dans l'amour de Dieu et du prochain; celui qui aime à servir Dieu et à secourir son prochain possède toutes les vertus».

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0