Publié le 19 Octobre 2021

Gospel text

(Lk 12:39-48): 

 

Jesus said to his disciples: “Be sure of this: if the master of the house had known the hour when the thief was coming, he would not have let his house be broken into. You also must be prepared, for at an hour you do not expect, the Son of Man will come.”

Then Peter said, “Lord, is this parable meant for us or for everyone?” And the Lord replied, “Who, then, is the faithful and prudent steward whom the master will put in charge of his servants to distribute the food allowance at the proper time? Blessed is that servant whom his master on arrival finds doing so. Truly, I say to you, he will put him in charge of all his property. But if that servant says to himself, ‘My master is delayed in coming,’ and begins to beat the menservants and the maidservants, to eat and drink and get drunk, then that servant’s master will come on an unexpected day and at an unknown hour and will punish the servant severely and assign him a place with the unfaithful.

That servant who knew his master’s will but did not make preparations nor act in accord with his will shall be beaten severely; and the servant who was ignorant of his master’s will but acted in a way deserving of a severe beating shall be beaten only lightly. Much will be required of the person entrusted with much, and still more will be demanded of the person entrusted with more.”

 

Application

 

The readings of the day invite me to orient myself towards God, the source of all existence. The more I am attached to God, the more I can detach myself from the elements of darkness. It is in this attachment to the divine elements that I persevere in faithfulness to the mission entrusted to me and assume my responsibilities.

 

Prayer is therefore a means of renewing this attachment and reminding me of my responsibility in a permanent way. It is here that I discover the gifts I have received, the trust God has placed in me, despite my weaknesses and limitations. Due to this self-awareness that  I remain faithful to God and to the fulfillment of his will. 

 

In this way, I transform my whole life, like a thanksgiving, because I cannot do otherwise. Like Paul, we will experience the proclamation of the Gospel, including service to the people of God, as an obligation, which is proper to our nature. We do not give in order to receive, on the contrary, we give because we have received it in abundance.

 

Action of the day: Be active and live.

«You also must be prepared, for at an hour you do not expect, the Son of Man will come»

 

Fr. Josep Lluís SOCÍAS i Bruguera

(Badalona, Barcelona, Spain)

 

Today, upon reading this fragment of the Gospel, we realize that each person is an administrator: when we are born, we all receive a heredity of genes and capabilities to fulfill ourselves in our life. We discover that these capabilities, and our very life, are just a gift from God, inasmuch we have not done anything to deserve them. They are the personal, unique and nontransferable gift, which bestows our personality on us. They are the “talents” which the same Jesus speaks about (cf. Mt 25:15), and we should make them grow during our life span.

Jesus finally ends the first paragraph by saying: “For at an hour you do not expect, the Son of Man will come” (Lk 12:40). It is our hope the Lord Jesus will come at the end of time; but, now and here, Jesus also appears in our lives, in the simplicity and in the complexity of every moment. It is now then, with the Lord's strength, we can live his Kingdom. St. Augustine reminds us in the words of the Psalm 33:12: “Blessed is the nation whose God is the Lord, the people chosen as his inheritance”, so that we can be fully aware of it while belonging to this kinship.

“You also must be prepared” (Lk 12:40), this exhortation implies a call to fidelity, never submitted to selfishness. It is our responsibility to know “how to react” to the goods we have received with our life. “Knowing his master's will” (cf. Lk 12:47), is what we identify as our “conscience”, and it is what makes us responsible for our actions. It is a matter of justice and love on our side, to generously respond to Mankind, and towards each one of its living beings.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 19 Octobre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 12,39-48): 

 

«Vous le savez bien: si le maître de maison connaissait l'heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts: c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra».

Pierre dit alors: «Seigneur, cette parabole s'adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde?». Le Seigneur répond: «Quel est donc l'intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé? Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail. Vraiment, je vous le déclare: il lui confiera la charge de tous ses biens. Mais si le même serviteur se dit: ‘Mon maître tarde à venir’, et s'il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s'enivrer, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles.

»Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n'a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups. Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n'en recevra qu'un petit nombre. A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage».

 

L’Application

 

Les lectures du jour m'invitent à m'orienter vers Dieu, source de toute existence. Plus je suis attaché à Dieu, plus je peux me détacher des éléments des ténèbres. C'est dans cet attachement aux éléments divins que je persévère dans la fidélité à la mission qui m'est confiée et que j'assume mes responsabilités.

La prière est donc un moyen de renouveler cet attachement et de me rappeler ma responsabilité de manière permanente. C'est ici que je découvre les dons que j'ai reçus, la confiance que Dieu a placée en moi, malgré mes faiblesses et mes limites. C'est grâce à cette conscience de soi que je reste fidèle à Dieu et à l'accomplissement de sa volonté. 

C'est ainsi que je transforme toute ma vie, comme une action de grâce, parce que je ne peux pas faire autrement. Comme Paul, nous vivrons l'annonce de l'Évangile, y compris le service au peuple de Dieu, comme une obligation, propre à notre nature. Nous ne donnons pas pour recevoir, au contraire, nous donnons parce que nous avons reçu en abondance.

«Vous aussi, tenez-vous prêts: c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra»

 

Abbé Josep Lluís SOCÍAS i Bruguera

(Badalona, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, avec la lecture de ce fragment de l'Évangile, nous pouvons nous rendre compte que chaque personne doit être un administrateur: quand nous naissons, nous recevons tous un patrimoine avec nos gènes et facultés pour nous réaliser dans la vie. Nous découvrons, alors, que ces potentialités, et même notre vie, ce ne sont qu'un don gratuit de Dieu, car nous n'avons rien fait pour les obtenir. Ce sont un cadeau personnel, unique et intransférable, qui façonne notre personnalité. Ce sont les "talents" dont le même Jésus nous en parle (cf. Mt 25,15), les qualités que nous devons soigner et cultiver tout au long de notre existence.

«C'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra» (Lc 12,40), dit Jésus dans le premier paragraphe. Notre espérance réside dans la venue du Seigneur Jésus à la fin du temps; mais maintenant et ici, Jésus se fait aussi présent à nous dans notre vie, dans la simplicité et complexité de chaque moment. C'est aujourd'hui lorsque, avec la force du Seigneur, nous pouvons vivre son Royaume. Saint Augustin nous les rappelle dans les paroles du Psalm 32,12: «Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu, heureuse la nation qu'il s'est choisie pour domaine!», afin que nous puissions en être conscients, et devenir part de cette nation.

«Vous aussi, tenez-vous prêts» (Lc 12,40), cette exhortation représentant un appel à la fidélité qui n'est jamais subordonnée à l'égoïsme. Nous sommes responsables de savoir comment "faire valoir" les biens que nous avons reçus avec notre vie. «Connaissant la volonté de son maître» (Lc 12,47), c'est ce que nous appelons "notre conscience", et c'est ce qui nous fait dignement responsables de nos actes. La réponse généreuse de notre part envers l'humanité, vers chacun des êtres vivants, c'est quelque chose juste et pleine d'amour.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Octobre 2021

Gospel text

(Lk 12:35-38): 

 

Jesus said to his disciples: “Gird your loins and light your lamps and be like servants who await their master’s return from a wedding, ready to open immediately when he comes and knocks. Blessed are those servants whom the master finds vigilant on his arrival. Amen, I say to you, he will gird himself, have them recline at table, and proceed to wait on them. And should he come in the second or third watch and find them prepared in this way, blessed are those servants.”

 

 

«Light your lamps and be like servants who await their master’s return from a wedding»

 

Fr. Miquel VENQUE i To

(Solsona, Lleida, Spain)

 

Today, we must pay our individual attention to Jesus' words: “Gird your loins and light your lamps and be like servants who await their master’s return from a wedding, ready to open immediately when he comes and knocks” (Lk 12:36). What a joy to realize that, even though unworthy and sinner, it will up to me to open the door for the Lord, when He finally comes! Yes, at the hour of death, I will open the door to Heaven or I will close it; nobody will be doing it on my behalf. “We can be persuaded God will ask us to render accounts not only of our deeds and words, but also of how we have been spending our time” (St. Gregory of Nazianzus).

To be waiting wide-awake at my door for him to arrive is quite simple, and I can certainly do it. I must not be inattentive. To be inattentive is to forget the final purpose, to wish to go to Heaven, but with no operative will; it is like building castles in the air, without having worthy commitments supporting our yearning. To wear your apron means to be in the kitchen, duly prepared for whatever comes. My good father, who was a farmer, used to say that you couldn't sow if the earth was “angry”; for a good sowing you are to actually walk in the fields by caressing the seeds.

Christians are never lost castaways, for they know where they come from, where they are going and how to get there; they know their destination, the means to reach it and the difficulties to be found along the way. To bear all this in mind will help us to be watchful and open the door when our Lord will warn us. Exhortations to vigilance and responsibility are often repeated in Jesus' preaching for two clear reasons: because Jesus loves us and He “watches” over us; he, who loves, does not fall asleep. And, because the devil, our enemy, keeps on tempting us. Thinking of heaven and hell should not detract us from our duties down here, but it is a healthy and incarnated thought, and it deserves the Lord's congratulations: “And should he come in the second or third watch and find them prepared in this way, blessed are those servants” (Lk 12:38). O Jesus, help me to be all my life watchful and vigilant and keep loving you.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 18 Octobre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 12,35-38): 

 

«Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis: il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. S'il revient vers minuit ou plus tard encore et qu'il les trouve ainsi, heureux sont-ils!».

 

 

«Gardez vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces»

 

Abbé Miquel VENQUE i To

(Solsona, Lleida, Espagne)

 

Aujourd'hui, il faut prêter attention aux paroles de Jésus: «Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte» (Lc 12,36). Quelle joie de découvrir que même si je suis pécheur et insignifiant, j'ouvrirai moi-même la porte au Seigneur quand il frappera à ma porte! Et oui, au moment de la mort, c'est moi-même qui ouvrirai ou fermerai la porte au Seigneur, personne ne peut le faire pour moi. «Il faut se persuader que Dieu nous demandera des comptes non seulement de nos actes et paroles mais aussi de la façon dont nous avons utilisé notre temps» (Saint Grégoire de Naziance).

Être devant la porte et ouvrir les yeux est un exposé clé et qui est à ma portée. Je ne peux pas me distraire. Se distraire c'est d'oublier notre objectif, vouloir aller au ciel, mais sans un engagement opérationnel, c'est comme faire des bulles de savon, sans une volonté engagée et qu'on peut évaluer. Se mettre un tablier veut dire être dans la cuisine en train de préparer jusqu'au dernier détail. Mon père qui était agriculteur, disait qu'on ne peut pas semer la terre qui n'est pas prête; pour faire une bonne semence il faut parcourir le champ et semer avec attention.

Le chrétien n'est pas un naufragé sans boussole, il sait d'où il vient, où il va et il sait comment y arriver; il connaît l'objectif, il connaît les moyens pour s'y rendre ainsi que les difficultés pour y arriver. Ne pas perdre cela de vue nous aidera à être vigilants et à ouvrir la porte au Seigneur le moment venu. L'appel à la vigilance et à la responsabilité se répète souvent dans la prédication de Jésus pour deux raisons évidentes: l'une est que Jésus nous aime et "veille" sur nous et l'autre est que celui qui aime ne s'endort pas. Et parce que le diable nous tente continuellement. La pensée du ciel ou de l'enfer ne doit pas nous distraire de nos obligations de tous les jours, mais c'est une pensée salutaire et incarnée qui mérite notre louange au Seigneur: «S'il revient vers minuit ou plus tard encore et qu'il les trouve ainsi, heureux sont-ils!» (Lc 12,38). Jésus aide-moi à vivre dans l'attente et à être vigilant chaque jour en t'aimant toujours.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Octobre 2021

Gospel text

(Lk 10:1-9): 

 

The Lord Jesus appointed seventy-two disciples whom he sent ahead of him in pairs to every town and place he intended to visit. He said to them, “The harvest is abundant but the laborers are few; so ask the master of the harvest to send out laborers for his harvest. Go on your way; behold, I am sending you like lambs among wolves. Carry no money bag, no sack, no sandals; and greet no one along the way.

Into whatever house you enter, first say, ‘Peace to this household.’ If a peaceful person lives there, your peace will rest on him; but if not, it will return to you. Stay in the same house and eat and drink what is offered to you, for the laborer deserves payment. Do not move about from one house to another. Whatever town you enter and they welcome you, eat what is set before you, cure the sick in it and say to them, ‘The Kingdom of God is at hand for you.’”

 

The Application

 

On this feast day of St. Luke, we are all called to be witnesses to the Gospel and to live it with joy.

 

The harvest belongs to the Lord and we are his workers.  The mission has two aspects, one is doing the mission, and that is, announcing the good news, by our life of witness, by deeds and by words, and the most important is praying, contemplation. It is this contemplation that gives us energy.

 

The mission that is entrusted to us, is to be missionaries of Peace, not the peace that the world would like to have, but the Peace that God gives. It is not the peace as it appears to be, rather the peace in its fullness, the joy of being in the divine fullness. The peace that we establish with God and in our own interiority, that is expressed the way we relate  with our brothers and sisters, by which the world will discover that the reign of God is very close to us, here and now.

 

«The Kingdom of God is at hand for you»

 

Fr. Lluc TORCAL Monk of Santa Maria de Poblet

(Santa Maria de Poblet, Tarragona, Spain)

 

Today, in St. Luke's feast —the Evangelist of Christ's gentleness and meekness— the Church proclaims this Gospel where the main traits Christ's apostles must have, are established.

In the first place, the apostles have been directly called by the Lord, and mandated by him, to go out on his behalf: it is Jesus himself who calls whom He wants to entrust with a concrete mission! “The Lord Jesus appointed seventy-two disciples whom he sent ahead of him in pairs to every town and place he intended to visit” (Lk 10:1).

And, because the apostle has been delegated by the Lord, he is, on top of everything, entirely dependent upon him. “Carry no money bag, no sack, no sandals; and greet no one along the way” (Lk 10:4). Jesus' prohibition to his disciples mostly implies they must completely rely on their Lord Jesus, abandoning themselves to him, up to the point of leaving in his hands whatever is most essential for their lives: the Lord, who takes care of the iris flowers in the prairie and feeds the little birds, wants his disciples to look, in the first place, for the Kingdom of Heaven and, instead, “do not seek what you are to eat and what you are to drink, and do not worry anymore. All the nations of the world seek for these things, and your Father knows that you need them” (Lk 12:29-30).

The apostles are still who prepare the path for their Lord, by announcing his peace and healing the sick, thus, evidencing the coming of his Kingdom. The apostle's task is, therefore, of paramount importance in and for the life of the Church, because the future welcome of the Master amongst men will depend upon it.

The best testimony of the feast of an Evangelist —who has narrated the announcement of the Good News—, is to make us think of the apostolic and evangelizing dimension of our Christian life.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 17 Octobre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 10,1-9): 

 

Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller. Il leur dit: «La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N'emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.

»Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord: ‘Paix à cette maison’. S'il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l'on vous servira; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu'on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants: ‘Le règne de Dieu est tout proche de vous’».

 

L’Application

 

En ce jour de la fête de saint Luc, nous sommes tous appelés à être des témoins de l'Évangile et à le vivre avec joie.

La moisson appartient au Seigneur et nous sommes ses ouvriers.  La mission a deux aspects, l'un est de faire la mission, c'est-à-dire d'annoncer la bonne nouvelle, par notre vie de témoin, par des actes et des paroles, et le plus important est la prière, la contemplation. C'est cette contemplation qui nous donne de l'énergie.

La mission qui nous est confiée, c'est d'être des missionnaires de la Paix, pas la paix que le monde voudrait avoir, mais la Paix que Dieu donne. Ce n'est pas la paix telle qu'elle se présente, mais la paix dans sa plénitude, la joie d'être dans la plénitude divine. La paix que nous établissons avec Dieu et dans notre propre intériorité, qui s'exprime dans notre relation avec nos frères et sœurs, par laquelle le monde découvrira que le règne de Dieu est tout proche de nous, ici et maintenant.

 

«Le règne de Dieu est tout proche de vous»

 

Abbé Lluc TORCAL

(Santa Maria de Poblet, Tarragona, Espagne)

 

Aujourd'hui, jour de la Saint Luc —l'Évangéliste de la douceur du Christ—, l'Église proclame cet Évangile dans lequel se présentent les caractéristiques centrales de l'apôtre du Christ.

L'apôtre est, en premier lieu, celui qui a été appelé par le Seigneur, désigné par Lui-même, en vue d'être envoyé en son nom: c'est Jésus qui appelle qui Il veut pour lui confier une mission concrète!: «Le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller» (Lc 10, 1).

L’apôtre, ayant été appelé par Dieu, est aussi celui qui dépend totalement de Lui. «N'emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route» (Lc 10,4). Cette interdiction de Jésus à ses disciples indique, surtout, qu'ils doivent laisser entre ses mains ce qui est essentiel pour vivre: le Seigneur, qui habille l'iris des champs et nourrit les oiseaux, veut que ses disciples cherchent, d'abord le Règne des cieux plutôt que: «(…) ne vous mettez pas en quête de ce que vous mangerez ou ce que vous boirez, et ne soyez pas anxieux. C'est de tout cela, en effet, que les païens du monde sont en quête; mais votre Père sait que vous avez besoin de cela» (Lc 12,29-30).

L'apôtre est également celui qui prépare le chemin du Seigneur, annonçant sa paix, guérissant les malades et manifestant ainsi la venue du Règne. Le devoir de l'apôtre est donc central tant dans la vie de l'Église que pour elle, car de cela dépend le futur accueil du Maître parmi les hommes.

Le meilleur témoignage que peut nous offrir la fête d'un Évangéliste, de celui qui a raconté l'annonce de la Bonne Nouvelle, est celui de nous faire devenir plus conscients de la dimension apostolique-évangélisatrice de notre vie chrétienne.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Octobre 2021

Gospel text

(Lk 12,8-12): 

 

Jesus said to his disciples, «I tell you, whoever acknowledges me before people, the Son of Man will also acknowledge before the angels of God. But the one who denies me before others will be denied before the angels of God. There will be pardon for the one who criticizes the Son of Man, but there will be no pardon for the one who slanders the Holy Spirit.

»When you are brought before the synagogues, governors and rulers, don’t worry about how you will defend yourself or what to say. For the Holy Spirit will teach you at that time what you have to say».

 

The Application

 

We are all witnesses to the gospel and are called to live this gospel with joy. This joy that dwells in us like a light will shine in such a way that all those who live in darkness will be led by this light to Christ.

 

Very often we are instruments in the hand of the Lord and it is the Holy Spirit who leads us. Therefore, we must not be afraid to proclaim the Good News and all those who are against us are against God himself.

«Whoever acknowledges me before people, the Son of Man will also acknowledge»

 

Fr. Alexis MANIRAGABA

(Ruhengeri, Rwanda)

 

Today, the Lord arouses our faith and hope in Him. Jesus forestalls that we will have to appear before the Heavenly Host to be examined. And whoever has spoken out in favor of Jesus by adhering to His mission «the Son of Man will also acknowledge before the angels of God» (Lk 12:8). Such public confession is made out in words, in deeds and throughout our life.

This interpellation of the confession is even more necessary and urgent in our times, when there still are people who do not want to hear the voice of God nor follow His way . However, the confession of our faith will be strongly followed. Therefore, let us not be confessors for fear of punishment - that will be harsher for apostates--nor for the copious reward reserved to the faithful. Our testimony is necessary and urgent for life in this world, and God himself demands it from us, as St. John Chrysostom said: «God is not satisfied with our inward faith; He asks for an outward and public confession, to boost us to a greater confidence and love».

Our confession is sustained by the power and assurance of its Spirit who is active inside us and protects us. The acknowledgement of Jesus Christ before His angels is vital since this fact will allow us to see Him face to face, live with Him and be flooded by His light. At the same time, the opposite will be nothing else but suffering and losing our life, to be deprived of His light and dispossessed of all our possessions. Let us, therefore, plead for the grace of avoiding any denial be it out of fear of torture or ignorance; out of heresies, of sterile faith or of lack of responsibility; or just because we would like to avoid martyrdom. Let us be strong; the Holy Spirit is with us! And "With the Holy Spirit, Mary is always present (...) and she has made possible the missionary outburst which took place at Pentecost» (Pope Francis).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 15 Octobre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 12,8-12): 

 

«Je vous le déclare: Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l'homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu. Mais celui qui m'aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu. Et celui qui dira une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné; mais si quelqu'un blasphème contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.

»Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler. Car l'Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu'il faudra dire».

 

L’Application

 

Nous sommes tous des témoins de l'Évangile et nous sommes appelés à vivre cet Évangile avec joie. Cette joie qui nous habite comme une lumière brillera de telle manière que tous ceux qui vivent dans les ténèbres seront conduits par cette lumière au Christ. 

Très souvent, nous sommes des instruments dans la main du Seigneur et c'est l'Esprit Saint qui nous conduit. Par conséquent, nous ne devons pas avoir peur de proclamer la Bonne Nouvelle et tous ceux qui sont contre nous sont contre Dieu lui-même.

«Celui qui se sera prononcé pour moi (…), le Fils de l'homme se prononcera aussi pour lui»

 

Abbé Alexis MANIRAGABA

(Ruhengeri, Rwanda)

 

Aujourd'hui, le Seigneur Jésus ravive notre foi et notre espérance en Lui. Il nous prévient que nous paraîtrons devant le corps céleste pour être évalué. Et celui qui a prononcé en faveur de Jésus en se donnant pour sa mission, «le Fils de l'homme se prononcera aussi pour lui» (Lc 12,8). Cette confession publique se fait en paroles, en actes et par la vie.

Cette interpellation à la confession est encore nécessaire et urgente pour notre temps où certaines gens ne veulent pas écouter la voix de Dieu ni suivre son chemin de vie. La confession de notre foi aura une forte suite. Pourtant, nous ne confessons pas notre foi par peur du châtiment qui sera plus sévère pour les apostats et la récompense plus abondante pour les fidèles. Mais, c’est nécessaire et urgent pour la vie et le monde, et Dieu même nous y appelle comme le dit Saint Jean Chrysostome: «Dieu ne se contente donc pas de la foi intérieure, il en demande la confession extérieure et publique, et nous excite ainsi à une plus grande confiance et à un plus grand amour».

Cette confession est soutenue par la force et l’assurance de son Esprit qui est à l’œuvre en nous et qui nous défend. La prononciation de Jésus devant ses anges est vitale car elle nous permettra de Le voir face à face, de vivre avec Lui et être inondé de sa lumière. Alors que le contraire n’est que «souffrir et perdre la vie, être privé de la lumière et dépouillé de tous les biens». Demandons la grâce d’éviter tout reniement par la crainte du supplice ou par notre ignorance; par les hérésies, par la foi stérile et par manque de responsabilités; ou parce que nous voulons éviter le martyre. Soyons forts; l’Esprit Saint est avec nous! Et «avec l’Esprit Saint il y a toujours Marie (…) et elle a ainsi rendu possible l’explosion missionnaire advenue à la Pentecôte» (Pape François).

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Octobre 2021

Gospel text

(Lk 12,1-7): 

 

Such a numerous crowd had gathered that they crushed one another. Then Jesus spoke to his disciples in this way, «Beware of the yeast of the Pharisees which is hypocrisy. Nothing is covered that will not be uncovered, or hidden that will not be made known. Whatever you have said in the darkness will be heard in daylight, and what you have whispered in hidden places, will be proclaimed from the housetops. I tell you, my friends, do not fear those who put to death the body and after that can do no more. But I will tell you whom to fear: Fear the One who after killing you is able to throw you into hell. This one you must fear. Don't you get five sparrows for two pennies? Yet not one of them has been forgotten by God. Even the hairs of your head have been numbered. So do not fear: are you not worth more than a flock of sparrows?».

 

The Application

 

There is crowd and the Lord addresses to his disciples. What a preference and attention towards His beloved ones. It’s important that we do an examination of conscience, of our place in this gospel. Are we the disciples of Christ, who listen the Word of God and practice it, or one among the crowd, following Jesus, simply, it’s pleasing to us, to be there, with the crowd, shouting and enjoying?

 

I learn two important points from today's readings. Firstly, faith is a gift from God and, we can only pray and welcome it. Since our God loves us, He cares for us all, and we can always trust in His goodness and generosity. So let us not be afraid to be ourselves, very comfortable with our humanity, very rich and very pure. We are the beloved of the Father.

 

The Christian life is closely linked to God, not to men. Let our gaze always remain fixed on heaven, for God sees us as we are and his judgements are true. For God has given us a dear price in Jesus Christ, and his death and resurrection are our only hope. Let us live in the light and before it the darkness will be scattered. On the feast day of St. Teresa of Avila, let us pray to the Lord to give us the grace to remain cool in our humanness, still remain firmly holy very deep in our hearts. That, we remain faithful to the impulse of the Holy Spirit who leads us, very often in a paradoxical way. 

 

Action of the day: Be open to the Spirit.

«So do not fear: are you not worth more than a flock of sparrows?»

 

Fr. Salomon BADATANA Mccj

(Wau, South Sudan)

 

Today, we contemplate in the Gospel our Lord Jesus Christ who turns to the crowds after confronting the Jewish religious authorities who are the Pharisees and the scribes. The Gospel tells us that the crowd was so big that they crushed one another. It is clear here that they were hangry to hear the words of Jesus who spoke with an extraordinary authority to their religious leaders.

But St. Luke informs us that before anything else, Jesus begun speaking to his own disciples saying: «Beware of the yeast of the Pharisees which is hypocrisy» (Lk 12:1). Our Lord Jesus Christ wants to lead us to practice sincerity and transparency rather than hypocrisy as the Pharisees and the scribes do. For they show an external attitude which is not conform to their interior way of life: they pretend to be who they are not.

It is against this that our Lord Jesus Christ warns us in today’s Gospel when he says: «Nothing is covered that will not be uncovered, or hidden that will not be made known» (Lk 12:2). Yes, everything will be revealed. This is why we ought to try to accord our life with what we profess and proclaim. This is obviously not easy. But we don’t have to be afraid for our God is in control. As St. John Paul II said «God’s love doesn’t impose burdens upon us that we cannot carry… For whatever He asks of us, He provides the help that is needed.” Nothing happens that He is not aware of. Even our hairs have been numbered. Yes we have a price before God. Let’s not be afraid because His love for us is endless.

Lord, grant us the wisdom to well match our life to the exigencies of our faith, even amidst the tumults of this world.
Amen.

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0

Publié le 14 Octobre 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 12,1-7): 

 

Comme la foule s'était rassemblée par dizaines de milliers, au point qu'on s'écrasait, Jésus se mit à dire, en s'adressant d'abord à ses disciples: «Méfiez-vous bien à cause du levain des pharisiens, c'est-à-dire de leur hypocrisie. Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu. Aussi tout ce que vous aurez dit dans l'ombre sera entendu au grand jour, ce que vous aurez dit à l'oreille dans le fond de la maison sera proclamé sur les toits. Je vous le dis, à vous mes amis: ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent rien faire de plus. Je vais vous montrer qui vous devez craindre: craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir d'envoyer dans la géhenne. Oui, je vous le dis: c'est celui-là que vous devez craindre. Est-ce qu'on ne vend pas cinq moineaux pour deux sous? et pas un seul n'est indifférent aux yeux de Dieu. Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. Soyez sans crainte: vous valez plus que tous les moineaux du monde».

 

L’Application

 

Je retiens deux points importants des lectures d'aujourd'hui. Premièrement, la foi est un don de Dieu et nous ne devons que l'accueillir. Puisque notre Dieu nous aime, il prend soin de nous tous, et nous pouvons toujours avoir confiance en sa bonté et sa générosité. N'ayons donc pas peur d'être nous-mêmes, très à l'aise avec notre humanité, très riche et très pure. Nous sommes les bien-aimés du Père.

La vie chrétienne est étroitement liée à Dieu, pas aux hommes. Que notre regard reste toujours fixé sur le ciel, car Dieu nous voit tels que nous sommes et ses jugements sont vrais. Car Dieu nous a donné un prix très cher en Jésus-Christ, et sa mort et sa résurrection sont notre seule espérance. Vivons dans la lumière et devant elle les ténèbres seront dispersées. En ce jour de la fête de Sainte Thérèse d'Avila, prions le Seigneur de nous donner cette fermeté et que nous restions fidèles à l'impulsion de l'Esprit Saint. 

«Soyez sans crainte: vous valez plus que tous les moineaux du monde»

 

Abbé Salomon BADATANA Mccj

(Wau, Soudan du Sud)

 

Aujourd'hui, nous contemplons dans l’Evangile notre Seigneur Jésus Christ qui se tourne vers la foule après avoir confronté les autorités religieuses juives que sont les pharisiens et les scribes. L’Evangile nous dit que la foule était si grande qu’on s’écrasait. Il est clair ici qu’ils étaient affamés d’écouter les paroles de Jésus qui a parlé avec une autorité extraordinaire à leurs chefs religieux.

Mais avant tout, St. Luc nous informe que Jésus a commencé par parler à ses disciples en leur disant : « Méfiez-vous bien à cause du levain des pharisiens, c’est-à-dire de leur hypocrisie » (Lc 12,1) Ici, notre Seigneur Jésus Christ veut nous amener à pratiquer la sincérité et la transparence au lieu de l’hypocrisie comme le font les pharisiens et les scribes. Car ils montrent une attitude extérieure qui n’est pas conforme à leur vie intérieure : ils prétendent être ce qu’ils ne sont pas intérieurement.

C’est contre ceci que notre Seigneur nous avertit dans l’Evangile de ce jour quand il dit: « Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu » (Lc 12,2) Oui tout se dévoilera. C’est pourquoi nous devons essayer d’accorder notre vie à ce que nous professons et proclamons. Ceci n’est évidemment pas facile. Mais nous ne devons pas avoir peur car notre Dieu est au contrôle. Comme le dit St. Jean Paul II, « l’amour de Dieu ne nous impose pas des fardeaux que nous ne pouvons pas porter… Pour tout ce qu’il nous demande, il nous accorde l’aide dont nous avons besoin. » Rien ne passe sans qu’Il ne soit au courant. Même nos cheveux sont tous comptés. Oui nous avons du prix aux yeux de Dieu. Soyons sans crainte car son amour envers nous est infini.

Seigneur, accorde nous la sagesse de bien accorder notre vie aux exigences de la foi, même au milieu des vicissitudes de ce monde. Amen.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0