Le 1er Septembre

Publié le 1 Septembre 2013

Le 1er Septembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 14, 1a.7-14)

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas. Remarquant que les invités choisissaient les premières places, il leur dit cette parabole :
« Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu'un de plus important que toi.
Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : 'Cède-lui ta place', et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t'a invité, il te dira : 'Mon ami, avance plus haut', et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi.
Qui s'élève sera abaissé ; qui s'abaisse sera élevé. »

Jésus disait aussi à celui qui l'avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n'invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t'inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue.
Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu'ils n'ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes. »

Homélie

L’humilité est une vertu qui peut nous aider à découvrir nous-mêmes et aussi les autres. C’est dans cette vertu que l’homme peut découvrir la présence de Dieu qui est totalement humain et qui nous amènera vers sa divinité. Ne devenons pas d’être humble pour lui-même. Une personne qui est humble ne sait pas quand il est devenu l’humble. Le jour il a découvert qu’il est humble, il devient inconsciemment orgueilleux. C’est pourquoi nous devons nous méfier de la vertu d’humilité. On s’abaisse pour d’être relevé.

L’humilité peut nous aider à facilement maîtriser notre colère et à pénètre aux plus profond des cœurs des hommes. Un humble cœur peut attirer tant de monde comme la mer qui attire l’eau de la rivière dans son entrailles, mais en silence et discret. Il ne fera pas de bruit, mais il sera efficace dans son engagement. C’est pourquoi qu’elle est cherchée et recherchée par tout et par tous.

Aujourd’hui Jésus se trouve chez-Parisien autour du thème du repas, où se trouve l’accueillie intime et le partage parfait. Jésus nous donne deux recommandations : quand tu es invité et quand tu invites. Il parle de son propre expérience et de tout ce qu’il a vu. Pour nous, ce qui est important d’abord c’est ni des règle de la politesse, non plus de viser la récompense céleste, mais régler notre conduite sur celle de Dieu et de Jésus.

L’humilité qui est mise en avant c’est d’abord celle du Seigneur. En accomplissant « toute chose avec humilité », on s’accorde au Seigneur lui-même. Regardons la deuxième lecture un peu près possible. Auparavant chaque fois quand Dieu se rendu visible au peuple il y avait beaucoup de bruit, de trompettes, de festivité, etc. Quand le Seigneur est venu, il n’y avait rien, ni la festivité, ni la trompette, les anges ont chanté en silence ne que les personnes privilégiées ont l’entendu. Voilà le chemin de l’humilité que le Seigneur nous montre aujourd’hui.

Dans Ben Sirac le sage, Dieu s’adresse à « mon fils », et à « mon enfant » avec la douceur du cœur. Si nous reconnaissons cette douceur du cœur de Dieu, nous deviendrons humbles comme lui, et nous rendrons grâce à Dieu pour tout ce que nous avons reçu de lui à travers des hommes.

C’est ce message que nous retrouvons dans le Magnificat de la Vierge Marie : Dieu élève les humbles ; il abaisse les orgueilleux. Comme la pluie qui tombe du ciel, Dieu nous donne la grâce sans arrêt. Si notre cœur est rempli d’orgueil, notre terre restera élevée et nous ne pouvons pas en profiter. Si nous nous abaissons, nous pouvons nous en profiter et donner beaucoup de fruit, cent pour un.

« Seigneur, tu es venu non pour être servir. Tu t’es fait le dernier. Toi qui connais notre orgueil et nos désirs de grandeur, nous te prions : montre-nous le bonheur qu’il y a à donner sa vie pour ceux qu’on aime pour que nous parvenions tous à la joie de ton Royaume. » Amen.

In English

Gospel text (Lc 14,1.7-14):

One Sabbath Jesus had gone to eat a meal in the house of a leading Pharisee, and He was carefully watched. Jesus then told a parable to the guests, for He had noticed how they tried to take the places of honor. And He said, «When you are invited to a wedding party, do not choose the best seat. It may happen that someone more important than you has been invited, and your host, who invited both of you, will come and say to you: ‘Please give this person your place’. What shame is yours when you take the lowest seat! Whenever you are invited, go rather to the lowest seat, so that your host may come and say to you: ‘Friend, you must come up higher’. And this will be a great honor for you in the presence of all the other guests. For whoever makes himself out to be great will be humbled, and whoever humbles himself will be raised».


Jesus also addressed the man who had invited him and said, «When you give a lunch or a dinner, don't invite your friends, or your brothers and relatives and wealthy neighbors. For surely they will also invite you in return and you will be repaid. When you give a feast, invite instead the poor, the crippled, the lame and the blind. Fortunate are you then, because they can't repay you; you will be repaid at the Resurrection of the upright».

The Homily

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article