Le 14 Mars

Publié le 13 Mars 2022

Texte de l'Évangile

(Lc 6,36-38): 

 

«Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez point, et vous ne serez point jugés; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés; absolvez, et vous serez absous. Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis».

 

L’Application

 

Dimanche dernier, nous avons été invités à vivre une expérience mystique avec le Seigneur de la gloire, et nous avons entendu son Père nous dire : "Écoutez-le. Aujourd'hui, il nous parle. Le Seigneur de la bonté et de la générosité nous demande d'être miséricordieux, non pas parce que les autres le méritent, mais simplement parce que notre Père nous le demande. Puisque nous l'aimons, dans son amour, soyons miséricordieux. Que nos actes et nos paroles soient conditionnés, non par les actions des hommes, mais par l'amour de notre Père.

 

« Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux »

 

Abbé Zacharias MATTAM SDB

(Bangalore, Inde)

 

Aujourd'hui, comment doit se comporter un chrétien avec ses frères et sœurs ? Et bien en montrant envers eux la même miséricorde et amabilité que le Père céleste : « Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux » (Lc 6,36). Jésus a dit, « Je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde » (Jn 12,47). Jésus-Christ n’a même pas jugé ses bourreaux. Au contraire, Il a pensé du bien d’eux en les excusant et en priant pour eux : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23,34). En tant que ses disciples, nous sommes invités à être comme le Maître.

Jésus dit dans l’Evangile de Matthieu : « Ne jugez point et vous ne serez pas jugés » Pourquoi regardes-tu le fétu dans l'œil de ton frère alors que tu ne remarques pas la poutre qui est dans ton œil ? (Mt 7,1.3) La poutre c’est le c’est le “désamour”, “l’orgueil” et le “ressentiment” dans notre cœur. Ces vices sont comme une poutre qui nous empêche de considérer la faute de notre frère de sa propre perspective, ce qui est plus grave que la faute en elle-même (au bout du compte, un fétu de paille !) et, par conséquent, ce sont ces attitudes qu’on devrait supprimer en premier lieu. C’est seulement avec l’amour que nous pouvons vraiment corriger l’autre, en prenant en compte que « l’amour excuse tout » (1Cor 13,7).

Quand Le Christ dit « ne jugez pas » il n’est pas en train de nous interdire d’exercer notre capacité de discernement, ni de dire que nous devons approuver tout ce que fait notre frère. Ce qu’Il interdit, c’est d’attribuer une mauvaise intention à la personne qui agit de cette manière. Dieu seul sait ce qu’il y a dans le cœur de la personne. « L’homme regarde les apparences mais le Seigneur regarde le cœur »(1 Sam 16,7). Par conséquent, juger est une prérogative de Dieu, prérogative que nous lui usurpons quand nous jugeons notre prochain.

L’important dans le Christianisme c’est l’amour : «Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés» (Jn 13,34). Cet amour se répand dans nos cœurs à travers le Saint Esprit (cf. Rom 5,5). Dans l’Eucharistie, le Christ nous donne Son Cœur comme un don et ainsi nous pouvons aimer chacun avec Son Cœur et être miséricordieux comme le Père du Ciel est miséricordieux.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article