28ème Dimanche ordinaire

Publié le 10 Octobre 2021

Le mois d’octobre est rempli des événements, et mercredi dernier, l’église de France a vécu un moment douloureux comme nous a écrits Mgr. Aveline, ‘il constituera une épreuve de vérité pour le corps ecclésial  et il était en vérité un moment grâce’, car nous avons osé, oser de nous mettre debout devant Dieu, devant les hommes, avec nos faiblesses, en Lui demandant pardon, à travers des victimes. Tante d’année de souffrance et ils souffrent encore.

Mois d’octobre est consacré à la Vierge Marie et nous confions tous à la Vierge Marie, la Mère de Dieu. Le premier octobre nous avons prié avec Ste. Thérèse, en reconnaissant que nous sommes tous missionnaires. Nous avons vécu un moment fort, avec le rassemblent du peuple de Dieu, un mouvement de congrès mission que nous avons accueilli dans notre église. Ce jour-là, notre église même  si elle est grande, était si petite que tous cherchaient une place.  Nous rendons grâce à Dieu pour ces moments offert à nous tous, à nourrir  notre foi et à devenir les véritables missionnaires du Seigneur, les amis du Christ.

C’est pourtant dommage que beaucoup de nos chrétiens n’en ont pu profiter.  La première lecture nous demande de discerner tout devant Dieu. Nous avons entendu la prière de Salamon, une action de grâce, « tous les biens me dont venus avec elle et par ses mains, une richesse incalculable. »  Dans son discernement, il a choisi Dieu, la sagesse divine. Ce discernement lui a aidé à servir Dieu et son peuple dans la justice et dans la paix, que même la reine de Sebha est venu à sa rencontre.

Nous sommes tous comme cet homme de l’évangile du jour. Nous tous, aimerions hériter la vie éternelle, la vie promise par le Seigneur.  Que devons-nous faire ? Le Seigneur invita Nicodème à renaitre, renaitre encore une fois, comme un enfant de Dieu, pour qu’il voit les anges du Seigneur. En regardant cet homme, l’évangile nous dit, que le Seigneur l’aimait. C’est dans cet amour qu’Il l’invita à s’attacher à Dieu, Dieu seul.

Si nous voulons que notre cœur soit rempli de l’amour de Dieu, il faut savoir le vider. Nous sommes ce marchant de l’évangile qui trouvait une perle précieuse et va vendre tout ce dont qu’il avait, pour qu’il puisse l’acheter. Malheureusement, comme cet homme de l’évangile, l’homme a perdu le sens de la vie. L’homme se contentait avec tout ce qu’il recevait du Seigneur et Il a abandonné Dieu, la source de tous dons que l’homme cherche.  Très récemment lorsque le Cardinal Robert Sarah analysa le raisonnement de la dégradation de l’Europe, il a dit que l’Europe a oublié Dieu. Ne soyons pas naïve, nous ne pouvons pas nier cette vérité.

Il faut reconnaitre que tout ne revient pas à nous et nous ne pouvons pas tout faire. Il est impossible pour nous, pourtant, tout est possible pour Dieu, nous dit Jésus. C’est dans cette possibilité que Dieu nous demande de nous détacher, de vendre ou de vider. Ce n’est pas facile de nous abandonner totalement à Dieu. Avec Dieu tout est possible, nous dit Ste. Thérèse d’Avila. 

Si Dieu lui a demandé de vendre tout, ce n’est pas pour qu’il soit pauvre. Le Seigneur ne propose jamais la pauvreté. Tout contraire, Dieu désire que nous soyons  riches devant Dieu. Cet homme de l’évangile du jour, vivait dans la pauvreté de la grâce, de la miséricorde divine, une pauvreté de l’amour et de la charité. Il n’a pas voulu partagé ses biens avec ses frères et sœurs qui sont pauvre. Jésus souhaite que nous associions tout à Dieu et à sa volonté, car nous avons tout reçu de Dieu. Donnez à César ce qui appartient à César et donnez à Dieu, ce qui appartient à Dieu.  Les lectures d'aujourd'hui nous appellent à la liberté, à discerner et à appliquer la sagesse que Dieu nous a donnée. Cette sagesse que nous recevons de la Parole de Dieu, nous aidera certainement à nous vider et à voir la richesse dans notre pauvreté volontaire, où Dieu sera le centre de tout. Ame.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article