Le 5 Août

Publié le 4 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 16,13-23): 

 

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples: «Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes?». Ils répondirent: «Pour les uns, il est Jean Baptiste; pour d'autres, Élie; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes». Jésus leur dit: «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je?». Prenant la parole, Simon-Pierre déclara: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant!». Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara: «Heureux es-tu, Simon fils de Yonas: ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux: tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux». Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Messie.

A partir de ce moment, Jésus le Christ commença à montrer à ses disciples qu'il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des chefs des prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches: «Dieu t'en garde, Seigneur! cela ne t'arrivera pas». Mais lui, se retournant, dit à Pierre: «Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes».

 

L’Application

 

Soyons clairs : la foi est un don de Dieu. Cependant, des éléments extérieurs peuvent nous aider à identifier cette foi qui nous fait vivre. Pierre ne savait pas que c'était Dieu lui-même qui lui avait révélé que Jésus était le Fils de Dieu. Il a fallu que Jésus révèle cette œuvre divine en Pierre. Dieu n'hésite pas à nous le rappeler. 

Pour cela, Jésus nous invite à regarder le monde avec un œil ouvert, car ce monde lui-même est une image de Dieu, une révélation divine. A entendre et à écouter tout ce que le monde dit de Jésus, même si ce n'est pas nécessaire à notre foi, et pourtant important. De cette extériorité, " Qui est le Fils de l'homme, selon ce que disent les hommes ? ", Jésus nous invite à notre intériorité, " Et vous, que dites-vous ? Qui suis-je pour vous ? C'est à partir de cette intériorité que les disciples sont appelés à annoncer la Bonne Nouvelle.

Même si cette révélation est totale et parfaite en soi, nous devons reconnaître humblement que notre engagement est faible et que nous pouvons facilement nous tromper dans notre discernement, comme Pierre qui fera ses reproches. Nous devons nous surveiller en permanence afin de ne pas tomber dans les pièges du diable, qui agit toujours au nom du bien, comme Pierre qui voulait le meilleur pour son Maître, totalement contraire à la volonté divine. Si Jésus était dur avec Pierre, cette pensée avait son origine dans le mensonge du diable.

Pour moi personnellement, la faiblesse de Pierre est une consolation, car en lui j'espère aussi ma consolation divine. C'est pourquoi j'éviterais à tout prix les murmures du peuple d'Israël dans la première lecture du jour et ne frapperais pas deux fois le rocher.  Même si je me trompe, je peux toujours espérer la guidance de ce Dieu qui a compris la faiblesse de Pierre.

«Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes»

 

Abbé Joaquim MESEGUER García

(Rubí, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus proclame que Pierre est bienheureux par la justesse de sa profession de foi: «Heureux es-tu, Simon fils de Jonas: ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux» (Mt 16,16-17). Dans cette proclamation Jésus promet à Pierre le primat de son Église, mais peu de temps après Il doit le réprimander pour avoir exprimé une idée humaine et fausse du Messie: «Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes» (Mt 16,22-23).

Nous devons remercier les quatre évangélistes de nous avoir décrit les premiers disciples tels qu'ils étaient réellement et non pas comme des grands personnages idéalisés, mais comme des hommes en chair et en os, comme nous, avec leurs vertus et leurs défauts, cela nous rapproche d'eux et nous aide à constater que nous devons tous parcourir le chemin de la perfection, car personne n'est parfait à la naissance.

Etant donné que nous connaissons déjà l'histoire de l'Évangile, nous acceptons comme un fait que Jésus soit le Messie annoncé par le prophète Isaïe et qu'Il a donné sa vie pour nous sur la Croix. Par contre, ce que nous avons du mal à accepter c'est que nous aussi nous devons continuer par l'abandon, le renoncement et le sacrifice à faire en sorte que son œuvre soit toujours présente. Nous sommes programmés par une société qui encourage le succès rapide, s'instruire sans le moindre effort et en s'amusant, et tirer profit au maximum de tout en faisant peu, il faut donc pas nous étonner que nous finissions par voir les choses à la manière des hommes et pas comme les voit Dieu. Après avoir reçu l'Esprit Saint, Pierre était conscient par où passait le chemin qu'il devait parcourir et a vécu dans l'espérance. «Les tribulations du monde sont remplies de souffrance et vidées de récompenses; mais celles qu'on endure pour Dieu sont adoucies par l'espérance» (Saint Ephrem).

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article