Le 24 Août

Publié le 23 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Jn 1,45-51): 

 

Philippe rencontre Nathanaël et lui dit: «Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l'avons trouvé: c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth». Nathanaël répliqua: «De Nazareth! Peut-il sortir de là quelque chose de bon?». Philippe répond: «Viens, et tu verras». Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare: «Voici un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir». Nathanaël lui demande: «Comment me connais-tu?». Jésus lui répond: «Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu». Nathanaël lui dit: «Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu! C'est toi le roi d'Israël!». Jésus reprend: «Je te dis que je t'ai vu sous le figuier, et c'est pour cela que tu crois! Tu verras des choses plus grandes encore». Et il ajoute: «Amen, amen, je vous le dis: vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l'homme».

 

L’Application

 

Nathanaël est venu simplement par curiosité, avec beaucoup de scepticisme, pour voir un homme, un prophète, un messie, etc. comme Zachée.  Jésus l'invite à regarder dans tout ce qu'il ne voit pas maintenant avec ses yeux, verra plus tard dans le ciel et les anges du Seigneur. Pour cela, il l'invitera à naître de nouveau.

Nathanaël a eu l'impression d'être seul dans sa recherche de la vérité, dans sa recherche dans les écritures sacrées, dans sa rencontre avec l'Envoyé du Père. Il va découvrir qu'il était déjà suivi, observé et en quelque sorte accompagné, pour venir ici, dans une soirée de rencontre, la source de la vie, et vivre éternellement dans la lumière. " Avant que Philippe ne te parle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu ".

Le regard de Jésus est étonnant et de temps en temps surprenant. Nous croyons, comme Moïse, que Dieu nous a oubliés, et son silence face à nos misères quotidiennes nous pèse. Pourtant, Dieu nous assure qu'il est là avec nous et en nous, participant à chaque étape de la vie, souffrant et jouissant avec nous. Si nous restons fidèles et faisons confiance à sa bonté et à sa générosité, nous serons nous aussi invités à participer, comme Nathanaël, aux événements éblouissants du Ciel. De notre côté, n'oublions pas d'être Philippe pour nos frères et sœurs qui cherchent encore le Seigneur "sous le figuier".

«Viens, et tu verras»

 

Mgr. Christoph BOCKAMP

 (Bonn, Allemagne)

 

Aujourd'hui, nous célébrons la fète de Saint-Barthélemy. Saint Jean, l'évangéliste, nous raconte la première rencontre avec Jésus avec une telle intensité que nous sommes transportés sur la scène. C'est sont des dialogues des cœurs jeunes, honnêtes, sincères et c'est sublime!

Jésus rencontre Philippe par hasard et lui dit «suis-moi» (Jn 1,43). Peu de temps après, Philippe, heureux de cette rencontre avec Jésus, cherche son ami Nathanaël pour lui raconter que “enfin” il a trouvé celui dont parlent les prophètes: «C'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth» (Jn 1,45). La réponse qu'il reçoit de la part de Nathanaël n'est pas très enthousiaste, elle est plutôt sceptique: «De Nazareth! Peut-il sortir de là quelque chose de bon?» (Jn 1,46). Partout dans le monde, c'est pareil. Chaque ville ou village pense que rien de bon ne peut sortir de leur ville ou village voisine… et vice-versa.

Mais Philippe ne se décourage pas. Etant de bons amis, il ne s'explique plus et il l'invite à l'accompagner: «Viens, et tu verras» (Jn 1,46). Alors, il y va, et cette première rencontre avec Jésus détermine sa vocation. Ce qui semblait le hasard était, déjà bien préparé à l'avance, dans le plan de Dieu. Pour Jésus, Nathanaël, n'est pas un inconnu: «Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu» (Jn 1,48). De quel figuier parle-t-Il? Peut-être c'était l'endroit préféré de Nathanaël où il allait pour se reposer, penser, s'isoler, …toujours sous le regard de Dieu. Comme nous tous. Mais pour bien se rendre compte de l'amour infini de Dieu pour chacun d'entre nous, afin d'être conscient que Dieu frappe à la porte et qu'Il m'appelle, nous avons besoin de quelqu'un qui comme Philippe nous dira «Viens, tu verras». Quelqu'un qui nous amène sur la route que Saint Josémaria appelle: «Chercher le Christ, trouver le Christ, aimer le Christ».

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article