Le 16 Août

Publié le 15 Août 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 19,16-22): 

 

Quelqu'un s'approcha de Jésus et lui dit: «Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle?». Jésus lui dit: «Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Il n'y a qu'un seul être qui soit bon! Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. -«Lesquels?», lui dit-il. Jésus reprit: «Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d'adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage. Honore ton père et ta mère. Et aussi: Tu aimeras ton prochain comme toi-même». Le jeune homme lui dit: «Tout cela, je l'ai observé: que me manque-t-il encore?». Jésus lui répondit: «Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi». A ces mots, le jeune homme s'en alla tout triste, car il avait de grands biens.

 

L’Application

 

Les lectures d'aujourd'hui nous montrent que la fidélité aux enseignements divins (des écritures sacrées) nous apportera non seulement la stabilité dans la vie, mais aussi la paix et la joie. C'est dans cette fidélité que nous apprendrons à nous aimer les uns les autres, comme Jésus nous a aimés. Une fidélité à la loi divine, qui s'écarte de l'amour divin et manque d'humanité, nous fera plonger dans la rigidité et l'arrogance, sans la miséricorde, qui est essentielle dans la pratique de la loi, ni rendre un culte digne à ce Dieu qui nous aime.

C'est pourquoi le jeune homme est parti triste, incapable de découvrir dans ses grands biens le véritable amour divin et le devoir envers ses frères et sœurs. Beaucoup d'entre nous sont comme cet homme qui cherche à l'extérieur de lui-même une solution à ses problèmes quotidiens, y compris dans sa recherche du bien éternel. Jésus le renvoie à son intérieur, afin qu'il découvre en lui-même le bien que Dieu lui a déjà accordé.  

Il ne suffit pas de poser une bonne question, comme : «Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle?». Il faut savoir chercher, chercher là où nous l'avons perdu. L'homme l'a perdue dans ses biens qu'il a accumulés, de temps en temps, de façon très juste, sans aucune utilité, ni pour lui ni pour les autres. Il est bon d'entendre le Seigneur dire : «Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi». C'est dans cet écoulement des biens que vous avez accumulés toute votre vie que votre cœur sera rempli de la grâce divine.  

«Que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle?»

 

Abbé Óscar MAIXÉ i Altés

(Roma, Italie)

 

Aujourd'hui, la liturgie nous donne à considérer le fameux passage du jeune riche, ce jeune qui n'a pas su quoi répondre face au regard plein d'amour avec lequel l'a fixé le Christ (cf Mc 10,21). Saint Jean Paul II nous rappelle que dans ce jeune nous pouvons reconnaître tout homme qui s'approche du Christ pour lui demander quel est le sens de sa propre vie: «Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle?» (Mt 19,16). Le Pape explique que l'interlocuteur de Jésus a l'intuition qu'il existe une connexion entre le bien moral et l'accomplissement total de sa destinée.

Aujourd'hui aussi, combien de personnes se posent cette même question! Si nous regardons autour de nous, nous pouvons peut-être croire que le nombre de personnes qui voient au-délà est peu nombreux, ou nous pensons que l'homme du 21e siècle n'a pas besoin de se poser ces questions puisque les réponses qu'on lui donnera ne lui serviront à rien.

Jésus répond «Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Il n'y a qu'un seul être qui soit bon! Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements» (Mt 19,17). Ce n'est pas uniquement juste de se poser des questions sur l'au-délà, sur le sens de la vie, mais il est même indispensable de le faire! Le jeune homme demande à Jésus ce qu'il doit faire pour atteindre la vie éternelle et le Christ lui répond qu'il faut être bon.

De nos jours, pour certains, pour beaucoup, enfin peu importe, il semble impossible d'être bon. Ou alors ils considèrent que ça n'a pas de sens: quelle sottise! Aujourd'hui comme il y a 20 siècles, le Christ continue à nous rappeler que pour entrer dans la vie éternelle il faut obéir aux commandements de la loi de Dieu: il ne s'agit pas d'un aboutissement ou d'une finalité en soi mais c'est le chemin que doit prendre l'homme afin de ressembler à Dieu et ainsi pouvoir accepter des mains de son Dieu-Père la vie éternelle. En effet, «Jésus nous montre que les commandements ne doivent pas être compris comme une limite minimum qu'il ne faut pas dépasser, mais comme un sentier ouvert sur un chemin moral et spirituel de perfection dont le moteur intérieur est l'amour» (Saint Jean-Paul II).

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article