Le 7 Juillet

Publié le 6 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Mt 10,1-7): 

 

Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d'expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres: le premier, Simon, appelé Pierre; André son frère; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère; Philippe et Barthélemy; Thomas et Matthieu le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée; Simon le Zélote et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes: «N'allez pas chez les païens et n'entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche».

 

L’Application

 

L'appel et l'envoi ne sont pas un acte unique. C'est un mode de vie, une réponse à l'appel, le fait d'être chrétien dans sa plénitude. Proclamer la Bonne Nouvelle de la présence de Dieu est une invitation que nous avons reçue à notre baptême et que nous avons promis de faire. Jésus a dit à ses disciples de ne pas perdre de temps en salutations et plaisanteries, mais plutôt de consacrer toute leur énergie à faire la volonté de Dieu. Nous sommes tous appelés à être fidèles à cette vocation, une vocation baptismale. Nous devons le faire, d'abord envers nos frères et sœurs de la maison, puis envers ceux qui sont en dehors de nous. 

Nous trouvons un tel comportement dans la première lecture. La fidélité à cet enseignement divin, en particulier au commandement de l'amour, nous aidera à accueillir nos adversaires à cœur ouvert, lorsqu'ils se présentent devant nous, humbles et sans défense. Comme Joseph, nous nous comporterons de manière divine, pleine d'amour et de miséricorde. C'est en soi une manière d'annoncer le Royaume de Dieu. 

Pour ce faire, nous devons écouter cet enseignement divin et le mettre en pratique par une obéissance radicale. Dieu nous a déjà dotés de pouvoirs par les dons et les capacités qu'il a naturellement placés en nous. En utilisant correctement ces dons que nous avons reçus du Seigneur, nous pouvons, comme les Apôtres, proclamer le Royaume de Dieu, par nos paroles, et surtout par une vie de témoignage.

 

«Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche»

 

Abbé Fernando PERALES i Madueño

(Terrassa, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, l'Évangile nous montre Jésus en envoyant ses disciples en mission: «Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes» (Mt 10,5). Les douze disciples forment le “Collège Apostolique”, c’est-à-dire “missionnaire”; dans sa pérégrination terrestre, l'Église est une communauté missionnaire, car elle a son origine dans l'accomplissement de la mission du Fils et du Saint Esprit selon le dessein de Dieu le Père.

De même que saint Pierre et les autres Apôtres constituent, de par l'institution du Seigneur, un seul Collège Apostolique semblablement le Pontife romain, successeur de Pierre, et les évêques, successeurs des apôtres, forment entre eux un tout sur lequel échoit le devoir d'annoncer l'Évangile partout.

Parmi les disciples envoyés en mission nous trouvons ceux qui le Christ a placés dans un lieu important et avec une plus grande responsabilité, comme Pierre; et d'autres, comme Thaddée, sur qui nous ne savons que peu de choses. Or, les Évangiles nous communiquent la Bonne Nouvelle, et ils ne sont pas faits pour satisfaire notre curiosité. De notre côté. Nous devons prier pour tous les Évêques, pour les célèbres et pour ceux qui ne le sont pas, tout en demeurant en communion avec eux: «Suivez tous l'évêque, comme Jésus-Christ suit son Père, et le presbyterium comme les Apôtres» (Saint Ignace d'Antioche)

Jésus ne cherchait pas des personnes instruites, mais tout simplement qu'elles fussent disponibles et prêtes à Le suivre jusqu'à la fin. Cela m'a enseigné que moi, comme Chrétien, je dois me sentir responsable d'une partie de l'ouvre salvatrice de Jésus. Est-ce que je m'éloigne du mal?, est-ce que j'assiste mes frères?

Et comme l'ouvre n'est qu'au commencement, Jésus s'empresse de rajouter une consigne de limitation: «N'allez pas chez les païens et n'entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche» (Mt 10,5-6). Aujourd'hui, il faut faire de notre mieux, avec la confiance que Dieu appellera tous les païens et samaritaines dans une autre phase du travail missionnaire.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article