Le 29 Juillet

Publié le 28 Juillet 2021

Texte de l'Évangile

(Lc 10,38-42): 

 

Alors qu'il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit: «Seigneur, cela ne te fait rien? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m'aider». Le Seigneur lui répondit: «Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part: elle ne lui sera pas enlevée».

 

L’Application

 

Une fête dédiée pour la première fois à tous les membres de la famille, Marie, Marthe et Lazare. Pour moi, en tant que curé de Saint Lazare, je suis heureux, car je désire ardemment cette fête. Même si Lazare et les disciples du Seigneur sont absents dans ce récit, on peut facilement imaginer qu'ils sont déjà là, par leur discrétion.

Le Seigneur n'a pas choisi Marie comme la meilleure, Il a simplement reconnu que Marie a choisi qui était meilleur pour Marie, comme Marthe a choisi qui était meilleur pour Marthe.  Il a simplement voulu les mettre en ordre et établir des priorités. Pourtant, nous devons reconnaître que l'action chrétienne doit naître d'une rencontre divine, selon Sa volonté. Le Seigneur nous fait comprendre à travers Marthe qu'un acte déconnecté de la volonté divine ne sert que notre arrogance et notre orgueil.

Le Seigneur a besoin de Lazare et de ses disciples, dont beaucoup sont représentés aujourd'hui dans le monde contemporain par des associations caritatives, qui travaillent jour et nuit pour la paix, la réconciliation et la justice. Comme Lazare, ils témoigneront par leur vie de service et seront pleinement contemplatifs, comme Marie, actifs comme Marthe, qui a mis en action tout ce que Marie a entendu du Seigneur.  Aujourd'hui, le Seigneur nous invite à travailler ensemble, car nous ne devons jamais oublier que le Seigneur a envoyé ses disciples en mission deux par deux.

 

«Tu t'inquiètes et tu t'agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire»

 

Abbé Antoni CAROL i Hostench

(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, pris comme nous sommes par beaucoup de choses, nous aussi, nous devons écouter le rappel du Seigneur: «Une seule est nécessaire» (Lc 10,42): l'amour, la sainteté. C'est notre point de mire; l'horizon que nous ne devons pas perdre de vue au milieu de nos tâches quotidiennes.

Car nous serons en effet "occupés" si nous obéissons aux indications du Créateur: «Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la.» (Gn 1,28). La Terre, le Monde, voilà le lieu de notre rencontre avec le Seigneur «Je ne demande pas que tu les retires du monde, mais que tu les gardes du Mauvais» (Jn 17,15). En effet, le monde est un "autel" pour nous et notre offrande à Dieu et à notre prochain.

Nous sommes du monde, mais cela ne veut pas dire que nous devons être mondains. Bien au contraire, nous sommes appelés à être —comme le dit cette belle expression de Jean-Paul II— des "prêtres de la création", "prêtres" de notre monde, d'un monde que nous aimons passionnément.

Voici la question: le monde et la sainteté; les tâches quotidiennes et la seule chose nécessaire. Ce ne sont pas des réalités opposées: nous devons faire en sorte de les raccorder toutes les deux. Et ce raccordement doit se produire —d'abord et surtout— dans notre cœur, là où le ciel et la terre peuvent s'unir. Parce que le cœur de l'homme est l'endroit dans lequel peut naître le dialogue entre le Créateur et la créature.

Pourtant la prière est nécessaire. «Notre époque est une époque de mouvement continuel, qui va souvent jusqu'à l'activisme, risquant facilement de “faire pour faire”. Il nous faut résister à cette tentation, en cherchant à “être” avant de “faire”. Rappelons-nous à ce sujet le reproche de Jésus à Marthe: ‘Tu t'inquiètes et tu t'agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire’ (Lc 10,41-42)» (Jean-Paul II).

Il n'y a pas d'opposition entre être et faire, mais il y a un ordre de priorité, de préséance: «Marie a choisi la meilleure part: elle ne lui sera pas enlevée» (Lc 10,42).

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article