Le 1er Juin

Publié le 31 Mai 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 12,13-17): 

 

On envoya à Jésus des pharisiens et des hérodiens pour le prendre au piège en le faisant parler, et ceux-ci viennent lui dire: «Maître, nous le savons: tu es toujours vrai; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens, mais tu enseignes le vrai chemin de Dieu. Est-il permis, oui ou non, de payer l'impôt à l'empereur? Devons-nous payer, oui ou non?». Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit: «Pourquoi voulez-vous me mettre à l'épreuve? Faites-moi voir une pièce d'argent». Ils le firent, et Jésus leur dit: «Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles?». «De l'empereur César», répondent-ils. Jésus leur dit: «A César, rendez ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu». Et ils étaient remplis d'étonnement à son sujet».

 

L’Application

 

Notre Dieu est un Dieu juste et généreux. Juste, parce qu'il nous accorde, non pas tout ce que nous lui demandons, mais tout ce dont nous avons besoin. Il est généreux, parce qu'il nous donne plus que ce que nous pouvons imaginer. Sa générosité ne se mesure pas. 

Je voudrais vous inviter à relire cet évangile, avec cette pensée. Que nous soyons justes devant Dieu, en lui accordant tout ce qui lui appartient. C'est-à-dire notre être même, car Dieu nous a créés à son image.  Devant ce Dieu qui nous aime, soyons généreux, en partageant tout ce que nous avons reçu de lui, avec son peuple, ses bien-aimés. C'est à travers eux que nous pouvons montrer notre générosité à Dieu. 

L'évangile d'aujourd'hui nous demande de ne pas limiter notre pensée à cette appartenance et à ce don, mais plutôt d'observer, de discerner, et d'agir en fonction de ce discernement. Il nous invite à reconnaître les dons que nous avons reçus de Dieu, et à les appliquer selon ses desseins. Notre engagement personnel dans l'accomplissement de ces desseins sera, de facto, la glorification de Dieu dans nos petits et grands gestes.

«A César, rendez ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu»

 

Abbé Manuel SÁNCHEZ Sánchez

(Sevilla, Espagne)

 

Aujourd'hui, nous nous émerveillons à nouveau de l'ingéniosité et de l'initiative du Christ. Avec sa réponse magistrale, Il souligne directement la juste autonomie des réalités temporelles: «A César, rendez ce qui est à César» (Mc 12,17).

Mais, aujourd'hui, la Parole n'a pas seulement pour objet de se tirer d'embarras; elle agite une question d'actualité pour tous les moments de notre existence: qu'est ce que je suis en train de donner à Jésus? Est-ce réellement le plus important de ma vie? Dans quoi ai-je mis mon cœur? Parce que... «Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur» (Lc 12,34).

En effet, d'après saint Jérôme, «vous devez forcement rendre à César la monnaie où son image est gravée; mais livrez avec plaisir votre être tout entier à Dieu, parce que c'est son image qui est gravée en nous et non celle de César». Tout au long de sa vie, Jésus-Christ présente constamment des choix. C'est à nous de choisir et les termes de l'option sont très clairs: vivre selon les valeurs de notre monde, ou, ou contraire, vivre selon les valeurs de l'Évangile.

Il est toujours temps de choisir, de se convertir, temps de “mettre à nouveau” notre vie dans la dynamique de Dieu. Ce sera la prière, très spécialement celle que nous faisons avec la Parole de Dieu, qui nous montrera ce que Dieu nous demande. Celui qui sait choisir Dieu devient la demeure de Dieu, car «Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui» (Jn 14,23). C'est la prière qui devient l'authentique école où, comme Tertullien l'affirme, «le Christ nous apprend quel est le dessein du Père qu'Il réalise dans le monde, et quel est le comportement de l'homme, afin qu'il se conforme à ce même dessein». Sachons, donc, choisir ce qui nous convient le mieux!

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article