Vendredi et Samedi Saint

Publié le 2 Avril 2021

En silence devant le tombeau du Seigneur, nous nous tenons, comme nous le dit le prophète Isaïe, " sans voix, car nous avons vu ce que nous n'avions jamais entendu dire ". Un Dieu meurt sur la Croix, un grain de blé qui tombe à terre, meurt volontairement et en silence, un acte que l'homme ne pourra jamais comprendre. Dieu nous fait découvrir que le véritable amour ne fait pas de bruit. Comme une mère qui souffre pour son enfant, prenant les médicaments amers pour son enfant, Dieu nous dit qu'il souffre pour nous. Une mère qui nourrit son enfant ne peut pas l'oublier, même si elle le fait, je ne t'oublierai jamais, nous dit le Seigneur. Les événements de ces jours que nous commémorons sont l'expression de l'amour de Dieu. 

Jésus nous a dit que ce n'était pas le bois ou les clous qui le retenaient sur la Croix, c'était son amour pour nous, l'amour de son Père. Le Jeudi saint, nous avons découvert son humanité, une humanité semblable, celle de notre propre humanité, troublée et bouleversée, qui allait être trahie par l'un des siens, pour lequel il allait donner sa vie. Il les a aimés jusqu'au bout, jusqu'au dernier moment de sa vie, y compris Judas. Le Seigneur a appelé ses disciples, ses bien-aimés, pour être avec lui, en prière, en contemplation. Ils se sont tous endormis, et le Seigneur revient vers eux une fois de plus, leur rappelant leur devoir de disciples. Veillez et priez.

Nous allons vénérer la Croix, la Croix qui nous a sauvés. La Croix qui nous a permis de découvrir la profondeur de l'amour divin.  Les yeux fixés sur Jésus-Christ, surtout cette Croix qu'Il porte, la Croix que nous avons donnée au Christ, nous appelle encore aujourd'hui, au combat de Dieu. Un combat purement d'inspiration divine, mené par nous et en nous, une réponse à la conversion. Nous nous tenons en silence devant nos péchés qui ont crucifié le Christ.  Nous l'avons entendu aujourd'hui, tout est fini, il a tout accompli, comme les prophètes l'avaient déjà prévu.

Ainsi Dieu a voulu tout renouveler dans le Christ, par le Christ, par une alliance. Une alliance faite pour l'éternité, une alliance faite non pas par le sang des animaux, mais par le sang de l'Homme, l'HOMME par excellence, de Dieu lui-même. Chaque fois que l'Eucharistie est célébrée, nous nous souvenons de cet événement, une histoire qui s'est répétée, une alliance à perpétuité. C'est le grand don que Dieu nous a fait. Dieu prend tout dans sa main, pour que l'homme comprenne son amour, non pas par des intermédiaires, comme il le faisait autrement, mais par lui-même. Je voudrais mettre mes paroles dans le cœur des hommes. Notre corps, purement humain et charnel, deviendra ainsi la demeure préférée de Dieu.

Dans ce silence du samedi saint, nous avons le sentiment que tout est fini. L'homme a pu faire taire le Seigneur. L'homme a voulu maîtriser le Seigneur et le silence divin lui donnera encore une chance de se convertir. Ce Dieu qui a gardé un silence sacré devant la femme pécheresse, est encore silencieux aujourd'hui. Ce Dieu qui n'a pas voulu parler devant la foule qui l'acclamait comme roi, devant Pilate, même devant ses accusateurs, parlera enfin sur la Croix. J'ai soif, Il a soif de nous, de notre conversion, de notre reconnaissance de son amour. Il a soif de cette parole qui éclate devant le bruit du monde, une voix faible que le monde ignore, "aie pitié de moi". Ici, il prendra sa parole, il répondra : "Aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis".

Il nous dit, à chacun d'entre nous, voici ta mère et voici ton fils. Comment pouvons-nous ignorer cette demande divine. Symboliquement pour nous tous, représentant l'humanité entière, depuis le début de la création, jusqu'au dernier jour du jugement, Jean l'acceptera immédiatement la mère de Jésus, comme sa mère spirituelle. Elle sera notre voix devant le Seigneur, pour l'éternité, rappelant à Jésus qu'il leur manque du vin. Les apparitions mariales le confirment. En cette année de saint Joseph, année familiale, nous confions au Seigneur tous les membres de nos familles. Puisqu'il a porté nos croix, prions pour qu'il nous aide à porter courageusement nos croix quotidiennes. Reconnaissant que pour nous croyants, la croix est un signe de victoire, venons l'honorer. Amen.

 

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article