Le 28 Janvier

Publié le 27 Janvier 2021

Texte de l'Évangile

(Mc 4,21-25): 

 

Jésus disait encore à ses disciples cette parabole: «Est-ce que la lampe vient pour être mise sous le boisseau ou sous le lit? N'est-ce pas pour être mise sur le lampadaire? Car rien n'est caché, sinon pour être manifesté; rien n'a été gardé secret, sinon pour venir au grand jour. Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende!».

Il leur disait encore: «Faites attention à ce que vous entendez! La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous, et vous aurez encore plus. Car celui qui a recevra encore; mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a».

 

L’Application

 

Les lectures du jour nous invitent à vivre notre vie baptismale, d'une manière digne de notre appel et de notre identité. Jésus nous a dit que nous sommes la lumière du monde, alors portons joyeusement en nous la lumière de la résurrection, en signe d'espérance. Beaucoup d'entre nous ne se rendent pas compte que nous sommes cette lumière envoyée par Dieu pour dissiper l'ignorance et l'obscurité qui habitent le cœur des hommes.

C'est pourquoi nous devons veiller à ce que nos paroles et nos actes soient conformes au commandement de l'amour et de la miséricorde et qu'ils soient aussi un signe de la présence divine. C'est dans cet amour que l'homme apprendra à agir avec compassion, et cette compassion apportera l'espoir nécessaire pour savourer le pardon. Si nous n'y parvenons pas, nous risquons non seulement d'apporter les ténèbres au monde, mais nous perdrons nous-mêmes l'espoir et la lumière que le Baptême nous a garantis. 

 

«Est-ce que la lampe vient pour être mise sous le boisseau ou sous le lit?»

 

Abbé Àngel CALDAS i Bosch

(Salt, Girona, Espagne)

 

Aujourd'hui, Jésus nous explique le secret du Royaume. Il utilise même une certaine ironie afin de nous montrer que l'énergie interne de la Parole de Dieu -la même que la sienne, la force qui doit se répandre à travers le monde, est comme une lumière, et que l'on ne peut pas la mettre «sous le boisseau ou sous le lit» (Mc 4,21).

Est-ce que nous pouvons imaginer quelle serait la stupidité humaine de mettre une bougie allumée sous le lit? Chrétiens avec la lumière éteinte ou avec une lumière allumée et avec interdiction d'éclairer! C'est ce qui arrive quand nous ne mettons pas toutes nos connaissances et notre amour au service de la foi. C'est tellement contre nature de se replier égoïstement sur soi en réduisant notre vie au domaine de nos intérêts personnels! Vivre sous le lit! Absurdement et tragiquement immobiles: "absents" de l'esprit.

L'Évangile -au contraire- est une sainte extase d'amour passionné qui a besoin de s'exprimer, qui a besoin de "se révéler", qui porte en soi une exigence propre de croissance personnelle, de maturité intérieure, et de services aux autres. «Si tu dis: Assez!, Tu meurs», nous dit Saint Augustin. Et Saint Joseph-Marie nous dit: «Seigneur: Faites que j'aie un poids et une mesure pour tout sauf pour l'Amour!».

«‘Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende!’. Il leur disait également: ‘Faites attention à ce que vous entendez!’ (Mc 4,23-24). Mais qu'est-ce que cela veut dire entendre? Voilà la grande question que nous devons nous poser. C'est l'acte sincère envers Dieu qui exige de savoir réellement ce que nous voulons faire. Et pour le savoir il faut savoir écouter: il faut être attentif aux suggestions de Dieu. Il faut entamer le dialogue avec Lui. Et la conversation met fin aux "mathématiques de la mesure": «La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous, et vous en aurez encore plus. Car celui qui a recevra encore; mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a» (Mc 4,24-25). Les intérêts accumulés par Dieu notre Seigneur, sont imprévisibles et extraordinaires. Voilà la manière d'inciter notre générosité.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article