Le 18 Novembre

Publié le 17 Novembre 2020

Texte de l'Évangile

(Lc 19,11-28): 

 

Comme on écoutait Jésus, il ajouta une parabole, parce qu'il était près de Jérusalem et que ses auditeurs pensaient voir le royaume de Dieu se manifester à l'instant même. Voici donc ce qu'il dit: «Un homme de la grande noblesse partit dans un pays lointain pour se faire nommer roi et rentrer ensuite chez lui. Il appela dix de ses serviteurs, leur distribua dix pièces d'or et leur dit: ‘Faites-les fructifier pendant mon voyage’. Mais ses concitoyens le détestaient, et ils envoyèrent derrière lui une délégation chargée de dire: ‘Nous ne voulons pas qu'il règne sur nous’.

»Mais quand il revint après avoir été nommé roi, il convoqua les serviteurs auxquels il avait distribué l'argent, afin de savoir comment chacun l'avait fait fructifier. Le premier se présenta et dit: ‘Seigneur, ta pièce d'or en a rapporté dix’. Le roi lui dit: ‘Très bien, bon serviteur! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l'autorité sur dix villes’. Le second vint dire: ‘Ta pièce d'or, Seigneur, en a rapporté cinq’. A celui-là, le roi dit encore: ‘Toi, tu seras gouverneur de cinq villes’. Un autre encore vint dire: ‘Seigneur, voici ta pièce d'or, je l'avais mise de côté dans un linge. En effet, j'avais peur de toi: tu es un homme exigeant, tu retires ce que tu n'as pas déposé, tu moissonnes ce que tu n'as pas semé’. Le roi lui dit: ‘Je vais te juger d'après tes propres paroles, serviteur mauvais: tu savais que je suis un homme exigeant, que je retire ce que je n'ai pas déposé, que je moissonne ce que je n'ai pas semé; alors pourquoi n'as-tu pas mis mon argent à la banque? A mon arrivée, je l'aurais repris avec les intérêts’.

»Et le roi dit à ceux qui étaient là: ‘Retirez-lui la pièce d'or et donnez-la à celui qui en a dix’. On lui dit: ‘Seigneur, il en a déjà dix!’. ‘Je vous le déclare: celui qui a recevra encore; celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à mes ennemis, ceux qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi’».

Après avoir dit ces paroles, Jésus marchait en avant de ses disciples pour monter à Jérusalem.

 

Mon Homélie de ce dimanche dernier

 

L’Evangile du jour nous dit que le Maître est en voyage, un voyage qui a prévu déjà un retour. Avec cette certitude de son retour, il appelle ses serviteurs, les serviteurs choisis, élus parmi les autres. Nous sommes ces serviteurs choisis et élus, car  le Seigneur nous a trouvé digne de Lui, digne de nous confier ses biens.  Il nous fait confiance.

Puisqu’il a donné ses biens à nous, désormais, nous ne sommes plus les serviteurs fidèles, et par cette confiance, nous sommes devenus ses amis, car il nous a tout dit, et Il nous a tout confié.  Nous qui étions les simples serviteurs, par cette confiance, Il nous a élevé à êtes ses collaborateurs, les héritiers, en nous accordant la liberté totale, avec une responsabilité décisive.  Chacun va sortir de la vue de leur maître, devenant eux même gardians de tout, de tout ce que leur maître les a confié. « Ils savent que le maître attend que ses serviteurs prennent des initiatives, des risques même, pendant son absence. C’est bien ce qu’ont fait les deux premiers serviteurs : s’ils ont pu doubler la somme, c’est qu’ils ont osé risquer de perdre. » 

L’évangile ne nous précise de rien, aucun détail de leur engagement ou même leur manière de l’investissement des biens de leur maitre.  Pourtant il nous dit qu’ils ont multiplié les biens de leur maître.  Chaque fois que nous nous engageons vers ce Dieu, Dieu nous accompagnera, il ne nous abandonnera jamais.

L’Eglise du Seigneur nous affirme que Dieu est généreux et Il partage avec nous ses biens. La générosité est une qualité divine que nous avons déjà en nous. L’évangile du jour nous présente avec ce Dieu, qui était généreux avec tous, particulièrement avec  les serviteurs fidèles et nous présente aussi ce Dieu, qui était juste, un Dieu de justice, qui prend d’un talent qu’il va le confier à un autre. Les vignerons infidèles seront remplacés par les autres.  Les figuiers qui ne produisent pas les fruits seront coupés.

Aujourd’hui nous sommes invités à faire une relecture de la vie. Reconnaissons-nous la générosité divine, particulièrement en ce temps de confinement ? Le petit talent que nous avons reçu, est-ce la foi que nous enterrons sans rien faire ? Nous n’avons plus l’Eucharistie, vrai, mais nous avons la Parole de Dieu. Nous pouvons facilement célébrer la Parole de Dieu chez-nous.  Nous pouvons faire les chapelets régulièrement. Beaucoup de famille a perdu l’habitude de la prière de la famille. Il faut recommencer la prière du soir, avec les membres de la famille. Dieu vous assure, vous ne serais pas déçus. Mes amis du Christ, n’enterrons pas les petits talents que Dieu nous a confié. Utilisons-les et multiplions-les. Dieu nous revaudra.         

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article