Le 22 Mai

Publié le 21 Mai 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 16,20-23a): 

«Amen, amen, je vous le dis: vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira. Vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l'enfant est né, elle ne se souvient plus de son angoisse, dans la joie qu'elle éprouve du fait qu'un être humain est né dans le monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira; et votre joie, personne ne vous l'enlèvera. En ce jour-là, vous n'aurez plus à m'interroger. Amen, amen, je vous le dis: si vous demandez quelque chose à mon Père en invoquant mon nom, il vous le donnera».

 

L’Application

 

La fête de l’Ascension, nous a déjà rappelé que nous sommes missionnaires et que Dieu nous rendra heureux. La vie d’un homme de foi est conduite par l’Esprit Saint et il prend conscience qu’il ou elle est envoyée par le Seigneur. Puisque sa vie est animée par l’Esprit Saint, Il voit dans son malheur, comme dans son bonheur, la présence divine, et ne perd jamais son espérance, la source de sa joie. Cette joie que Dieu a  placée dans notre cœur, est toujours là, et personne ne peut l’enlever. Jésus nous affirme que dans la joie, nous pouvons toujours espérer. Il désire que cette joie soit parfaite.

Pourtant, nous devons reconnaître qu’il est difficile d’être heureux à tout moment. Dans les moments difficiles/ douloureux, il faut nous rappeler l’expérience de la Passion, de la Résurrection et aussi de l’Ascension et être fidèles à la mission confiée. En Jésus, Le Ressuscité, les jours de détresse peut se transformer  en une joie de la nouvelle vie. Tout passera, comme les ténèbres laissent place au soleil levant. N’oublions jamais que nous sommes les enfants que l’Église universelle enfante quotidiennement et que Dieu a mis toute sa confiance en nous. Faisons confiance en cette Parole du Seigneur, ‘votre cœur se réjouira.’

 

«Votre peine se changera en joie»

+ Abbé Joaquim FONT i Gassol
(Igualada, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, nous commençons les Dix jours du Saint-Esprit. En revivant le Cénacle, nous voyons la Mère de Jésus, Mère du Bon Conseil, converser avec les Apôtres. Conversation cordiale et riche! Ils se rappellent toutes les joies partagées avec le Maître. Les journées pascales, l'Ascension et les promesses de Jésus. Les souffrances des jours de la Passion sont devenues joie. Quelle chaleureuse ambiance dans ce Cénacle! Et celle qui les attend, selon ce que Jésus leur a dit!

Nous, nous savons que Marie, Reine des Apôtres, Épouse du Saint-Esprit, Mère de l'Église naissante, nous guide pour recevoir les dons et les fruits du Saint-Esprit. Les dons, c'est la voile du bateau quand elle se déploie et que le vent -symbole de la grâce- lui est propice: que le chemin est facile et rapide!

À nous aussi le Seigneur promet de convertir en joie nos fatigues: «Votre joie, personne ne vous l'enlèvera» (Jn 16,22), «votre joie sera parfaite» (Jn 16,24). Au Psaume 126,6: «il s'en va, il s'en va en pleurant, il jette la semence; il s'en vient, il s'en vient en chantant, il rapporte les gerbes».

Toute cette semaine, la liturgie nous parlera de rajeunissement, d'exultation (sauts de joie), de félicité sûre et perpétuelle. Tout nous portera à vivre d'oraison. Saint Josémaria nous dit: «Je veux que tu sois toujours content, car la joie fait partie intégrante de ton chemin. -Demande pour tous cette même joie surnaturelle».

Pour sa santé physique et surnaturelle, l'être humain a besoin de rire. L'humour de bon aloi apprend à vivre. Saint Paul dira: «Nous savons que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l'aiment» (Rom 8,28). Voilà une bonne oraison jaculatoire: «Tout est pour le bien!»; «Omnia in bonum!».

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article