Le 12 Mai

Publié le 11 Mai 2020

Texte de l'Évangile

(Jn 14,27-31a): 

 

«C'est la paix que je vous laisse, c'est ma paix que je vous donne; ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne. Ne soyez donc pas bouleversés et effrayés. Vous avez entendu ce que je vous ai dit: Je m'en vais, et je reviens vers vous. Si vous m'aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit toutes ces choses maintenant, avant qu'elles n'arrivent; ainsi, lorsqu'elles arriveront, vous croirez. Désormais, je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car le prince du monde va venir. Certes, il n'y a rien en moi qui puisse lui donner prise, mais il faut que le monde sache que j'aime mon Père, et que je fais tout ce que mon Père m'a commandé. Levez-vous, partons d'ici».

 

L’Application

 

Jésus nous donne la paix, la paix céleste, qui est capable de résister à toutes les conditions, tout comme  Dieu le Père, qui pouvait garder la paix intérieure, pendant que son Fils unique était crucifié par l'humanité, pour laquelle, il était envoyé. C'est la même paix que Jésus donne à ses disciples, en particulier le temps de son absence physique. Les disciples de l'époque n'ont certainement pas compris le sens de cette paix, tout comme les disciples d'Emmaüs et nous savons, grâce à l'histoire du salut, combien ils ont ressenti sa présence tout au long de leur ministère.

 

Le monde ne peut pas nous donner cette paix. La paix du monde a besoin de bons environnements et de bonnes conditions, de bonnes personnes et de bons actes, de bonnes conditions et d'une bonne ambiance, etc. Elle dépend surtout des autres et des conditions créées par la société, qui est de nature temporaire. Une fois que ces conditions et la société disparaissent, cette paix disparaît également. La paix que Dieu propose dépend de nous seuls et elle est conditionnée par notre ouverture à la grâce et à la miséricorde divines. Elle est permanente, car Dieu est au-delà de ces conditions, de l'espace et du temps. Ainsi, tout ce dont nous avons besoin pour notre paix intérieure, est toujours là devant nous, pour discerner et choisir.

 

«C'est ma paix que je vous donne; ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne»

Abbé Enric CASES i Martín
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, Jésus nous parle indirectement de la croix: il nous laisse sa paix, mais au prix de son douloureux départ de ce monde. Aujourd'hui nous pouvons lire ses paroles dites avant le sacrifice de la Croix et écrites après sa Résurrection. Sur la Croix, par sa mort il a vaincu la mort et la peur. Il ne nous donne pas la paix «à la manière du monde» (cf. Jn 14,27), mais Il le fait en passant par la douleur et l'humiliation: Il a ainsi prouvé son amour miséricordieux pour l'être humain.

Dans la vie des hommes la souffrance est inévitable depuis le jour où le pêché est entré dans le monde. Parfois c'est la douleur physique; d'autres fois, la douleur morale; d'autres fois encore, il s'agit d'une douleur spirituelle..., et tôt ou tard, nous devons tous mourir. Mais Dieu, dans son amour infini, nous a donné le moyen d'avoir la paix au beau milieu de la douleur: Il a accepté de “s'en aller” de ce monde par un “départ” souffrant et enveloppé de sérénité.

Pourquoi l'a-t-Il voulu ainsi? Parce que, de cette façon, la douleur humaine —unie à celle du Christ— devient un sacrifice qui nous sauve du mal et du pêché. «Sur la Croix du Christ (...), toute souffrance humaine a aussi été rachetée» (Jean Paul II). Jésus-Christ souffre avec sérénité parce que son acte de coûteuse obéissance, par lequel, Il s'offre volontairement pour notre salut, plait au Père célestiel.

Un auteur inconnu du Deuxième Siècle attribue au Christ les paroles suivantes: «Regarde sur mon visage les crachats que j'ai reçus pour toi afin de te replacer dans l'antique paradis. Regarde sur mes joues la trace des soufflets que j'ai subis pour rétablir en mon image ta beauté détruite. Regarde sur mon dos la trace de la flagellation que j'ai reçue afin de te décharger du fardeau de tes péchés qui avait été imposé sur ton dos. Regarde mes mains qui ont été solidement clouées au bois à cause de toi qui autrefois as mal étendu tes mains vers le bois…».

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article