Chemin d'Emmaüs

Publié le 26 Avril 2020

Le chemin des disciples d’Emmaüs est le nôtre, car beaucoup d’entre nous, dans notre tristesse profonde et découragement total, nous parcourons ce chemin quotidiennement, dans l’ignorance de la présence divine et de son accompagnement personal. Pour mieux comprendre son accompagnement, je vous invite à regarder les mouvements que l’évangile du jour nous présent, particulièrement ceux des disciples et aussi du Seigneur. Dans ces mouvements nous découvrons leurs antériorités tout ce qui habite dans leurs cœurs.

 

Nous voyons aujourd’hui deux sorties, une de Jérusalem dans la tristesse, et l’autre d’Emmaüs dans la joie. Il faut regarder ce chemin remplie de tristesse que ceux de joie. Ce chemin de tristesses un jour se transformera radicalement, comme un moment plus fort et nourrissant, qui fera une marque profonde et permanente que le retour plein de joie.  « Notre cœur n'était-il pas brûlant en nous, tandis qu'il nous parlait sur la route, et qu'il nous faisait comprendre les Écritures ?». 

Pourtant, il faut reconnaitre lors de cette rencontre, ce cœur était totalement immergé dans ses tristesses, comme Marie Madeleine. Dans leurs aveuglements, ils ne le reconnaissaient pas. Puisque ce Dieu marche avec nous, et en nous, nous ne ressentons pas sa présence distinctement en marquant brutalement ses effets dans la vie. Il le fait dans la douceur, accomplissant ses œuvres en nous. Petit-à-petit, Il nous transforme, enlève nos tristesses de la vie, comme un Mattel affiné dans la fournaise.

 

Je vous invite à regarder Jésus, qui est le cœur de notre évangile, l’espérance de ces disciples. Ils ont mis toute leur espérance en Jésus, comme le Messie, l’envoyé du Père. Aujourd’hui, toute leur espérance s’est anéantie et les nouvelles ne sont plus les meilleures qu’hier. Voilà Jésus vient au mieux d’eux, en toute discrétion. Il vient les rejoindre dans leurs tristesse et découragement. Ce n’est plus un Dieu, ou un maître qui s’adresse à eux, est un homme inconnu, se présente dans leur solitude, qui creuse dans leur cœur et remet les écritures sacrées dans leur cœur en les rappelant Moïse et les prophètes. Dieu a tout mis dans notre cœur. 

 

Mes amis, Faisons une petite pause et laissons entrer cet étranger, même s’il nous apparait totalement inconnu, peut-être inutile. Pourtant, ouvrons nos cœurs et laissons-Le participer à notre quotidien.  Il marche avec nous sans rien dire, sans rien demander. Voilà notre sauveur, reste silencieusement devant notre porte, pour un mot, pour un petit geste, pour un petit regard. Osons le-dire, ‘reste avec nous Seigneur’

 

Dans la foi ces découragement et désolation sont partie de notre marche vers Le Ressuscité. Comment la première communauté chrétienne, restons fidèles à la fraction du Pain, le cœur de notre foi. Il faut savoir sortir d’Emmaüs et avoir le courage de monter vers Jérusalem, le Jérusalem céleste, le lieu sacré, où Dieu nous rassemble. La foi et l’espérance nous donnent le courage d’être témoins de la résurrection. Amen.

 

 

 

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article