Le 10 Janvier

Publié le 9 Janvier 2020

Texte de l'Évangile

(Lc 5,12-16): 

 

Jésus était dans une ville quand survint un homme couvert de lèpre; celui-ci, en voyant Jésus, tomba la face contre terre et lui demanda: «Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier». Jésus étendit la main, le toucha et lui dit: «Je le veux, sois purifié». A l'instant même, sa lèpre le quitta. Alors Jésus lui ordonna de ne le dire à personne: «Va plutôt te montrer au prêtre et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit; ta guérison sera pour les gens un témoignage». On parlait de lui de plus en plus. De grandes foules accouraient pour l'entendre et se faire guérir de leurs maladies. Mais lui se retirait dans les endroits déserts, et il priait.

 

L’Application

 

« Je le veux, sois purifié », nous affirme l’amour divin. Dieu veut nous libérer, nous sauver et nous purifier. Il ne faut jamais perdre cette espérance en Dieu qui nous aime. Il vient vers nous, le plus près possible. Si nous ne nous ouvrons pas vers Lui, Il ne peut y entrer. Il est généreux de nous affirmer, même mille fois qu’Il nous aime, et qu’Il nous accepte, tels que nous sommes.

De notre part, en reconnaissant toujours cette présence miséricordieuse, nous devons reconnaitre notre faiblesse et notre rigidité. Comme ce lèpre, en reconnaissant nos péchés, nous devons crier vers Lui, avec confiance et certitude. Le monde peut nous ignorer, nous isoler, ou nous abandonner. Dans sa bonté et dans sa générosité, Dieu sera toujours avec nous. La prière nous aidera à Le reconnaitre.

Une fois purifié, comme cet homme, nous devons nous aussi rendre gloire à Dieu, et devenir témoins véritables de l’amour et de la miséricorde divine. Dieu nous envoi vers ce monde, comme ses messagers, pour que soyons la lumière et le sel de la terre.

«On parlait de lui de plus en plus»

 

Abbé Santi COLLELL i Aguirre
(La Garriga, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, pèse sur nous la grande responsabilité de faire en sorte que sa réputation continue de s'étendre, surtout à ceux qui ne le connaissent pas ou qui, pour des raisons ou des circonstances diverses, se sont éloignés de Lui.

Mais cette contagion serait impossible si, auparavant, chacun d'entre nous n'avait été capable de reconnaître sa propre "lèpre" et de s'approcher du Christ conscient de ce que Lui seul peut nous libérer efficacement de tous nos égoïsmes, de nos jalousies, de notre orgueil et de nos rancœurs…

Que la réputation du Christ atteigne tous les recoins de notre société dépend, en grande mesure, de ces "rencontres personnelles" que nous avons eu avec Lui. Plus nous nous imprègnerons de son Évangile, de son amour, de sa capacité d'écoute, d'accueil, de pardon, d'acceptation de l'autre (même très différent), plus nous pourrons le faire connaître autour de nous.

Le lépreux de l'Évangile qu'on lit aujourd'hui à la Messe a fait un double exercice d'humilité. Il a reconnu son mal et a accepté Jésus comme son Sauveur. Le Christ est celui qui nous offre la chance d'opérer dans notre vie un changement radical et profond. Face à tout de ce qui nous empêche d'aimer et qui s'est encrouté dans notre cœur et dans notre vie, le Christ, par son témoignage de vie et de Vie Nouvelle, nous propose une autre solution pleinement réelle et faisable. La solution de l'amour, de la tendresse, de la miséricorde. Jésus ne fuit pas devant celui qui est différent de Lui (le lépreux), Il ne s'en débarrasse pas, Il ne passe pas la facture à l'Administration, aux Institutions ou aux "ONGS". Le Christ accepte le défi de la rencontre et Il procure au malade ce dont il a besoin: guérison et purification.

Nous devons être capables d'offrir à ceux qui entrent dans nos vies ce que nous avons reçu du Seigneur. Mais il nous sera d'abord nécessaire de Le rencontrer et de renouveler notre engagement de vivre l'Évangile dans les détails de la vie quotidienne.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article