Le 26ème Dimanche Ordinaire

Publié le 29 Septembre 2019

L’église universelle célèbre ce dimanche comme un dimanche de migrant et saint père nous dit, ‘Il ne  s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de notre humanité.’ C’est pourquoi les prophètes ont exhorté le peuple d’Israël de prendre soin des pauvres et les plus faibles de la société comme leurs propre frères et sœurs. Dieu n’est pas contre les riches, mais contre à ceux et celles avec beaucoup de moyens  vivent leurs vie totalement déconnectés de la réalité de l’homme et aussi déconnecté de Dieu, le Créateur.  Dans la première lecture nous avons entendu, « ils ne se tourmentent guère du désastre d’Israël. »

Le saint Père François nous invite à devenir les bons samaritains, rempli de compassion et d’amour.  Aujourd’hui nous sommes ces samaritains, envoyés par le Seigneur, vers ce monde blessé, déchiré et méprisé. Ouvrons les portes, pour que notre maison devienne la demeure de Dieu.

Les pauvres Lazare sont toujours devant notre porte.  Ils ont besoin non seulement de nos bien, mais de nous, la personne, un être à côté de lui ou d’elle, comme l’envoyé du Père. Il faut appliquer en vigueur les consignes données par saint Paul à Timothée.  « Toi, homme de Dieu, recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur. Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ! »  St. Ignace de Loyola nous dit, tout combat humain pour un chrétien est un combat spiritual. C’est Dieu qui agit en nous et nous sommes appelés à lui répondre.  Avec Timothée, saint Paul nous invite à conserver intacts et sans compromission la doctrine de l’Eglise (la foi)  et l’Esprit du Seigneur que nous avons reçu lors de notre baptême.

Cette parabole de pauvre Lazare nous demande de faire une relecture de la vie chrétienne. Comment vivons-nous notre foi et comment répondons-nous à l’appel divin ? Quelque part, nous sommes tous ce riche qui ont beaucoup de moyens qui les gardent pour sois, comme un homme qui a reçu un seul talent.

Cet homme riche qui n’a pas reconnu Lazare sur la terre qui était devant sa porte, l’a bien reconnu après sa mort, même s’il soit très loin de lui. Cette parabole se termine pourtant avec beaucoup d’espérance,  Mon fils, ……’ils ont Moïse et les prophètes ; qu’ils les écoutent !  Ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du seigneur.

Par ton Eucharistie, Seigneur, vient nous transformer pour que chacun de nous te voie dans son frère quel qu’ils soient. Tu nous renvoie à Moïse et aux prophètes ; tu nous interpelle par ton Evangile mais aussi par la voix de celui qui crie sa détresse. Ouvre nos yeux et nos cœurs, libère-nous de nos égoïsmes car c’est dans le partage que nous pourrons être fidèle à ta parole. Amen.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article