Le 1er Septembre

Publié le 1 Septembre 2019

Dieu nous demande d’être humbles devant Dieu et aussi devant les hommes. Cette exigence ne vient pas des hommes, mais de Dieu directement, car nous reconnaissons que Dieu est notre Père et nous sommes ses enfants. Cette humilité n’est pas synonyme avec soumission, car lorsque nous nous soumettons devant les autres, nous reconnaissons qu’ils sont plus puissants que nous. Donc la véritable humilité est une reconnaissance de bon et de grand chez les hommes, qui sont comme nous, les enfants de Dieu. C’est pourquoi Dieu nous demande d’accomplir toute chose dans l’humilité.

 

L’humilité est une vertu qui  nous aider à se connaitre ou se découvrir. Très souvent dans l’humilité nous sommes devant la vérité, car cette vertu nous pousse à chercher la vérité.  C’est dans cette vertu que l’homme découvre la présence divine qui agit en nous.

 

Lorsque nous nous découvrons la présence divine et lorsque nous reconnaissons ses agissements en nous, nous devenons son serviteur fidèle. C’est ainsi, dans l’humilité nous apprenons à maîtriser nous-même, nos émotions et nos comportements. Il n’y aura plus les confits ou les éclatements imprévus qui blessent les hommes qui sont faibles. Comme nous dit saint Paul, même dans la correction personnelle ou interpersonnelle, nous serons charitables. En conséquence, nous deviendrons les hommes miséricordieux, à l’image de Dieu.

 

Un humble cœur peut attirer tant de monde comme la mer qui attire l’eau de la rivière dans son entrailles, mais en silence et discret. Il ne fera pas de bruit, mais il sera efficace dans son engagement. C’est pourquoi qu’elle est cherchée et recherchée par tout et par tous.

 

Aujourd’hui Jésus se trouve chez-Parisien autour du thème du repas, où se trouve l’accueillie intime et  le partage parfait. Jésus nous donne deux recommandations : quand tu es invité et quand tu invites. Il parle de son propre expérience et de tout ce qu’il a vu, chez-nous. Pour nous, ce qui est important d’abord c’est ni des règle de la politesse, non plus de viser la récompense céleste, mais régler notre conduite sur celle de Dieu et de Jésus.

 

L’humilité qui est mise en avant c’est d’abord celle du Seigneur. En accomplissant « toute chose avec humilité », on s’accorde au Seigneur lui-même. Regardons la deuxième lecture un peu près possible. Auparavant chaque fois quand Dieu se rendu visible au peuple il y avait beaucoup de bruit, de trompettes, de festivité, etc. Quand le Seigneur est venu, il n’y avait rien, ni la festivité, ni la trompette, les anges ont chanté en silence ne que les personnes privilégiées ont l’entendu. Voilà le chemin de l’humilité que le Seigneur nous montre aujourd’hui.

 

Dans Ben Sirac le sage, Dieu s’adresse  à « mon fils », et à « mon enfant » avec la douceur du cœur.  Si nous reconnaissons cette douceur du cœur de Dieu, nous deviendrons humbles comme lui, et nous rendrons grâce à Dieu pour tout ce que nous avons reçu de lui à travers des hommes.

 

C’est ce message que nous retrouvons dans le Magnificat de la Vierge Marie : Dieu élève les humbles ; il abaisse les orgueilleux. Comme la pluie qui tombe du ciel, Dieu nous donne la grâce sans arrêt. Si notre cœur est rempli d’orgueil, notre terre restera élevée et nous ne pouvons pas en profiter. Si nous nous abaissons, nous pouvons nous en profiter et donner beaucoup de fruit, cent pour un.

 

« Seigneur, tu es venu non pour être servir. Tu t’es fait le dernier.  Toi qui connais notre orgueil et nos désirs de grandeur, nous te prions : montre-nous le bonheur qu’il y a à donner sa vie pour ceux qu’on aime pour que nous parvenions tous à la joie de ton Royaume. » Amen. 

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article