Le 18 Août

Publié le 18 Août 2019

Nous vivons un moment difficile où l’homme ne cherche que tout ce qui le plaît. Dans sa liberté et égoïsme,  il n’hésite pas de déranger la liberté et la tranquillité des autres. Il va vers une extrémité, avec la société toute entière, de punir les justes et protèger les malfaiteurs.  Les hommes de foi restent pourtant calme, comme le prophète Jérémie, dans la prière en gardant précieusement la paix que Dieu leurs a accordée. Nous les chrétiens sont appelé à être la lumière du monde qui éveille la conscience pure  en lui donnant l’espérance nécessaire. Autrement dire, nous sommes cet Ebed-Mélek  de la première lecture qui sortit de la maison du roi, pour sauver le prophète Jérémie.

Cette sortie représente la division dont Jésus nous enseigne aujourd’hui. Sortir d’un groupe qui agit contre l’amour et la charité,  demande d’un courage extraordinaire. Cette séparation lui coutera la vie, pourtant sauvera la vie du prophète Jérémie, par cela, sauvera la vie de la société toute entière. Ce geste du roi qui demande d’envoyer trente personnes, ce n’est pas pour la paix ou la réconciliation, mais pour une guerre, pour sauver la vie d’un innocent.

Dieu ne désire pas cette unité et la paix qui a voulu faire disparaitre Jérémie, certes, au nom du bien de la société.  Jésus est venu pour détruire cette fausse unité et paix que la société du jour nous propose. Dieu désire la division dans la société, pour une clarté de position, qui assumera sa responsabilité, en accordant chaque homme sa propre dignité de l’homme.  Que l’homme découvre la vérité, la vérité divine.

Devant cette vérité, il n’y a plus papa et maman, ou frère et sœur, nous sommes tous les enfants de Dieu. Le feu et la division que le Seigneur nous propose, nous ne ferons pas de mal, car ce feu nous transforme et cette division nous uni avec notre Seigneur. Certainement la séparation de brebis et de chèvre, les blés et les ivres nous aiderons à grandir dans la foi et dans l’espérance du Seigneur.

La vie du prophète Jérémie nous assure, la présence divine et la certitude de son accompagnement. Dieu n’abandonnera jamais ses amis. Comme Jérémie qui était sauvé par le Seigneur, Il nous sauvera aussi.  Mes amis, Eglise universelle a besoin des hommes remplis d’amour et de charité. Avec le palmiste, faisons monter vers le Père notre prière.  Seigneur, je suis pauvre et malheureux, viens vite à mon secours. Amen.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article